Navigation – Plan du site
Hommage à Tomi Ungerer

Car nous avons l’humanité en partage

Adieu à Tomi Ungerer (1931-2019), qui fut l’ami de la Revue des sciences sociales
Freddy Raphaël
p. 144-145

Texte intégral

1Jusqu’à ses derniers moments, même lorsqu’il dût affronter des épisodes d’une maladie incapacitante, Tomi Ungerer n’a cessé de s’accrocher à la vie et à une créativité continuée. Il était soutenu par un besoin compulsif de travailler et s’inscrivait pleinement dans le présent. Il a associé l’allant et l’enthousiasme à la rigueur et à la discipline. Il a su sauver l’enfant en lui, malgré son adolescence malmenée par l’embrigadement de la propagande nazie, puis par l’incompréhension et le mépris lors du retour à la France. Il a conservé sa capacité de s’étonner et de s’indigner, au service d’une liberté qui exige l’engagement responsable. D’où sa dénonciation de toute forme d’autoritarisme et d’arbitraire.

Tomi Ungerer

Tomi Ungerer

Photo : Musées de la Ville de Strasbourg / Mathieu Bertola 2015.

2C’est l’épreuve de l’annexion de l’Alsace par l’Allemagne nazie, exerçant à la fois la fascination, l’embrigadement et, en même temps la répulsion devant la mise en scène triomphante du culte de la force, de la violence et de la mort, qui fut l’expérience fondatrice de la personnalité de Tomi Ungerer. S’il ne parvint jamais à se défaire de l’allant que les marches guerrières avaint imprimé dans la dynamique de son corps, il n’oublia pas, sa vie durant, le « Heil Hitler » de l’armurier, si poli, qui vint loger dans la maison familiale. « Avec le sourire radieux des fanatiques, il annonça qu’il avait trois fils, dont deux déjà tombés pour le Führer, et qu’il était même prêt à faire offrande du troisième pour la gloire du troisième Reich. Les yeux voilés de nostalgie wagnérienne, désignant les marronniers postés devant la maison, il dit : “Frau Ungerer, le jour viendra où un Juif sera pendu à chaque branche de ces beaux arbres” » (Ungerer 1991 : 34).

3Comme le souligne Jean-Claude Richez, dans les dessins maladroits de son adolescence, se constitue un imaginaire et une iconographie « qui offrent comme un fil rouge de toute l’œuvre de Tomi, une clé de ses engagements, de ses colères, de ses coups de gueule… On y voit sous nos yeux naître ce que Tomi Ungerer appelle « ses bêtes noires » : racisme, fascisme, extrémisme, terrorisme, simple violence même, tel un cancer hérissé de hallebardes et de mitraillettes » (2001 : 27). Jamais Tomi Ungerer ne parviendra à se défaire des cicatrices laissées par les épisodes traumatisants de son enfance. « Comme un tatouage indélébile, ils peuvent alimenter des rancunes pernicieuses qui rongent et pourrissent le futur avec son passé décomposé » (Ungerer 2007 : 13). C’est pour avoir traversé le noir de ces années, que Tomi Ungerer est devenu « un combattant opposé à tous les extrémismes aveugles, à toutes les dictatures, y compris celle de l’argent » (ibidem : 21).

4Aux États-Unis, il a exercé dès 1967 sa charge satirique contre ceux qui encouragent la guerre meurtrière au Vietnam. L’une de ses affiches célèbres, The gift (Le don), montre un avion qui largue des colis enrubannés de rose et des bombes noires. Une autre intitulée Eat (Mange) présente une main qui enfonce de force une Statue de la Liberté dans la gorge d’un Asiatique. Un dessin intitulé Cuisine 3 étoiles met en scène un général bardé de médailles et coiffé d’une toque de pâtissier, qui découpe avec alacrité au hachoir les corps de ses ennemis.

5L’arme favorite de Tomi Ungerer c’est l’humour qui fait éclater la boursouflure des puissants, la prétention des parvenus, l’arrogance de tous ceux qui croient qu’ils sont ce qu’ils sont. Il met à mal la suffisance de la « high society » financière, militaire, politique, qui se pavane dans des parties, exhibant sa rapacité et son embonpoint. « Il croque d’un trait incisif des personnages snobs dans une soirée, dont les visages se métamorphosent en mandibules carnassières » (Roussel 2019 : 25). Il dénonce l’hypocrisie sociale, l’arbitraire des conventions et le conformisme, en réhabilitant avec facétie les animaux vilipendés, les serpents et les pieuvres, les vautours et les chauves-souris.

6Sa vie durant Tomi Ungerer a lutté contre le racisme, la jouissance vile de ceux qui se plaisent à humilier, voire à supprimer, leur « dissemblables ». En 1964, il dessina à New-York une affiche contre la ségrégation intitulée Black Power/White Power, qui montre un noir et un blanc, tête-bêche, qui s’entre-dévorent goulûment : chacun se mutile en mutilant l’autre. Le racisme « ordinaire » du Sud profond lui apparaît comme l’affrontement de deux pauvretés, les noirs d’un côté, les blancs de l’autre : « et j’en suis très vite arrivé à la conclusion qu’un nègre est plus noir aux États-Unis qu’ailleurs » (Ungerer in Muller 2015 : 50).

7Tomi Ungerer fut un provocateur. Si ses coups de crayon cognent plus fort, c’est qu’il était obsédé par la nécessité de « réveiller les gens ». Il est corrosif « pour ne pas rouiller » (Ungerer 2014 : 17). S’il a toujours eu « le besoin de faire le garnement », c’est parce qu’il héberge en lui « de petits diables qui le tisonnent » (ibidem : 42).

8Le style espiègle de Tomi Ungerer lorsqu’il évoque les bords du Rhin, cache mal sa sensibilité et sa tendresse. Son humour frondeur, parfois dévastateur, laisse percer l’émotion que suscite la nostalgie d’une enfance qui lui fut volée.

9Durant toute sa vie, Tomi Ungerer n’a cessé de s’étonner, d’interroger le monde avec un regard neuf et souvent espiègle. Sa vertu cardinale – l’adjectif est ici malvenu – c’est le doute, qu’il a célébré dans un court poème (2013) :

Le doute est une forme de liberté, une ouverture d’esprit, c’est du « pourquoi pas ! », une couverture aussi qui me protège des désillusions. Un moyen de ne pas se prendre au sérieux.
Pas d’argumentation, lorsqu’on accepte l’éventualité de la raison d’un autre. Toutes les opinions sont valables, surtout lorsqu’elles ne prouvent rien.
Je préfère les questions aux réponses…
…(le doute) est un antidote au fanatisme, à la haine et aux préjugés.
Attention à ce que cela ne mène pas au cynisme.

10Ce qui a scellé notre indéfectible amitié, c’est la conviction que la paix c’est la guerre continuée, la guerre contre la haine et le mépris, contre le refus de reconnaître l’autre dans sa singularité et son essentielle dignité.

11Tomi s’est accroché, comme Jean de la Lune, à la queue d’une comète pour rejoindre ses racines qu’il avait plantées, tout là-haut, dans le ciel.

12Nota bene :
Il m’a laissé pour ultime message, dix jours avant sa mort, cette injonction : « Mach so braf wiederch, Junger ! », « Poursuis avec courage ta route, jeunot ! »

Haut de page

Bibliographie

Muller Stephan (2015), « La politique comme art martial », Saisons d’Alsace, p. 48-53.

Richez J.-Cl., « Hommage à Tomi Ungerer pour ses 70 ans », Dernières Nouvelles d’Alsace, 28 novembre 2001, p. 27

Roussel F., « Une vie à main levée », Libération, 11 février 2019, p. 25

Ungerer T. (1991), À la guerre comme à la guerre, Strasbourg, La Nuée Bleue.

Ungerer T. (2007), Propaganda, Strasbourg, La Nuée Bleue.

Ungerer T. (2013), « Doute », Tomiscope, 14, p. 8.

Ungerer T. (2014), Vracs, Paris, Éditions Cherche-Midi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tomi Ungerer
Crédits Photo : Musées de la Ville de Strasbourg / Mathieu Bertola 2015.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/3607/img-1.png
Fichier image/png, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Freddy Raphaël, « Car nous avons l’humanité en partage », Revue des sciences sociales, 61 | -1, 144-145.

Référence électronique

Freddy Raphaël, « Car nous avons l’humanité en partage », Revue des sciences sociales [En ligne], 61 | 2019, mis en ligne le 13 juin 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/3607 ; DOI : 10.4000/revss.3607

Haut de page

Auteur

Freddy Raphaël

UMR 7367 Dynamiques Européennes
CNRS/Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals