Navigation – Plan du site
Des projets en pratique

Mémoire et mobilisation

Un projet d’urbanisation de la Villa 31 à Buenos Aires
Memory and Mobilization: A Project of Urbanization of the Villa 31 – Buenos Aires
Barbara Morovich et Javier Fernández Castro
p. 76-85

Résumés

Après l’introduction de la « loi désastre », l’urbanisation d’Istanbul a entamé une nouvelle phase. Cet article cherche à analyser les implications des risques environnementaux dans le processus d’urbanisation d’Istanbul. Il cherche à rendre compte de la manière dont la notion de risque environnemental a été instrumentalisé dans le cadre d’une politique de développement urbain et au profit de quels changements. Cette réflexion s’appuie sur la mise en œuvre de la « loi désastre » dans les différents districts d’Istanbul de Sarigöl et Tozkoparan.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, nous analysons les impacts mémoriels et patrimoniaux d’un projet urbain initié en 2002 dans un quartier défavorisé de Buenos Aires, la Villa 31. Mené dans un premier temps dans le cadre d’un exercice académique de la faculté d’architecture de l’Université de Buenos Aires, ce projet s’est progressivement transformé en outil politique. Il a été le déclencheur de manifestations et revendications qui ont marqué l’histoire du quartier. À travers le registre de la mémoire et du patrimoine, ce processus a mené à la reconnaissance des droits à la citoyenneté d’habitants défavorisés et vise désormais à impulser un changement d’image de la Villa 31. Mais ce registre est ambivalent et son appropriation par des projets politiques suscite des interrogations et des inquiétudes. Quelles seront les conséquences du changement d’image ?

2À travers cet exemple, nous interrogeons plus largement les impacts du processus de métropolisation dans la capitale argentine : ville macrocéphale qui centralise l’économie du pays, Buenos Aires, à partir de la présidence de Menem (1989-1999), a été le théâtre de transformations urbaines exceptionnelles et spectaculaires. Une privatisation des structures publiques pour dynamiser le contexte économique s’adressait à cette époque aux investisseurs. Grâce à cette politique de « refonctionnalisation » d’aires centrales anciennement délaissées (Prévôt-Shapira 2001), l’image de gratte-ciel et quartiers chics s’imposait désormais comme symbole d’une nouvelle global city sud-américaine. Nous souhaitons montrer les conséquences de ce processus à partir d’un contre-exemple, un projet né au cœur de la métropole argentine qui s’attache, depuis les années 2000, à repenser la Villa 31. Comment rentre-t-il en résonance et en relation avec le processus d’urbanisation de la métropole ? La Villa 31 se trouve à la frontière des nouveaux quartiers gentrifiés. C’est un quartier emblématique de Buenos Aires en termes de taille (35 Ha) et de population (30 000 habitants selon le recensement de 2010, environ 45 000 en 2016). Plusieurs facteurs font de ce quartier une zone d’importance exceptionnelle : tout d’abord son existence depuis plus de 80 ans malgré les politiques d’éradication, ainsi que sa position, dans la partie la plus au nord du centre-ville.

3Le projet analysé est à lire au sein d’une métropolisation qui présente deux visages : d’un côté une flexibilité normative qui tend à attirer des capitaux étrangers pour initier des grands projets qui fragmentent les villes et, de l’autre, des transformations qui concernent notamment les quartiers défavorisés (Cravino 2010 : 31). Au sein de ces derniers, un changement d’images est alors imposé par les enjeux économiques. Ce dernier va avec une exigence de faire œuvre de mémoire. C’est ainsi qu’à Buenos Aires, le souvenir des premières migrations est réactivé dans le projet de Puerto Madero à travers la patrimonialisation de hangars historiques. Cette entreprise participe à la transformation d’un port désaffecté dans un quartier chic et très sécurisé. Le réaménagement des entrepôts selon le modèle ultralibéral des docks britanniques en appelant à des noms connus de l’architecture, symbolise surtout le début de la nouvelle époque mondialisée (Prévôt-Schapira 2001). Toute autre est, au départ, la destinée du projet urbain analysé ici. Il concerne la Villa 31, caractérisée par l’architecture dite informelle, dont il sera question plus loin. Bien qu’en activant toujours le registre patrimonial et mémoriel, ce projet souhaite impulser la reconnaissance à l’urbanité alternative d’un quartier populaire stigmatisé. Nous verrons comment des acteurs issus d’un contexte extérieur à celui étudié (travailleurs sociaux, ONG, universitaires, étudiants…) sont ici vecteurs de mémoires, discours, images : ils peuvent à la fois prendre part au processus de changement de l’image stigmatisée et être instruments de stigmatisation vis-à-vis du mode de vie populaire.

  • 1 Workshop international : « Mémoires urbaines : processus, acteurs, projets », ENSAS et FADU (Facult (...)

4Cet article est aussi le fruit d’une collaboration entre des enseignants de l’École d’Architecture de l’Université de Strasbourg et de la Faculté d’Architecture de l’Université de Buenos Aires et correspond à une volonté de croiser des regards entre des temporalités et disciplines différentes (urbanisme, architecture et sciences sociales) lors d’un workshop1 en 2015.

5L’incertitude sémantique qui concerne le lieu étudié, appelé villa par les habitants de Buenos Aires, habitat informel dans des publications (Fernández-Castro 2010) et barrio par les acteurs du projet urbain, impose un éclairage de ces termes. La volonté de transformer, sémantiquement et donc symboliquement des contextes stigmatisés (villas) dans des quartiers populaires « comme les autres » (barrios) est le propos central du projet urbain que nous analysons.

Quelques dénominations de l’habitat populaire en Argentine

  • 2 On peut citer notamment : Federación de Villas y Barrios de Emergencia (1958), Frente Villero de Li (...)

6L’habitat des classes populaires dans les pays d’Amérique latine a pris des formes et des noms différents. Parmi quelques exemples, on peut citer barriada au Pérou, favela au Brésil, colonias populares au Mexique, ranchos au Venezuela, callampas au Chili et villa miseria en Argentine. Ce terme n’est pas le seul employé pour définir l’habitat de populations pauvres dans ce pays : il coexiste avec d’autres, comme le terme administratif núcleos habitacionales transitorios (NHT), ou barriadas marginales, ou encore villas de emergencia, toutes des dénominations qui insistent sur leur caractère non-définitif (Oliveira 2008). Le mot villa, utilisé dans le cas examiné, vers la fin du XIXe siècle était en Argentine un synonyme de « chef-lieu de circonscription ». Selon Alicia Novick, il a subi ensuite plusieurs déplacements de sens jusqu’à caractériser l’habitat éloigné et isolé. Ensuite, par l’expression villa miseria, il a progressivement désigné l’ensemble d’habitations faites de matériaux de récupération, sans équipements et construites sur des terrains occupés illégalement (Novick 2010 : 1300-1301). L’expression villa miseria apparaît pour la première fois dans le roman « Villa miseria tambien es América » (1957) du journaliste Bernardo Verbitski. Dans un contexte d’exclusion urbaine et sociale, les villas miseria ont été l’objet de nombreuses études et recherches universitaires qui ont servi à la mise en place de plans d’éradication, alors que l’expression était au même moment substituée par l’euphémisme villas de emergencia. Encore aujourd’hui, les termes villa et villero sont employés en référence à l’habitat précaire et à une population marginalisée, cependant ils renvoient aussi à des espaces symboliques et physiques de construction d’identité collective. La cuestión villera exprime les caractéristiques principales de la « politicité » des secteurs populaires (Merklen 2005). Si d’un côté le terme villero reste donc stigmatisant – il désigne à la fois un homme misérable par opposition au noble, ou un pauvre mal éduqué – de l’autre côté il indique aussi un acteur de revendications sociales (Novick 2010 : 1302-1303). Des nombreuses organisations sociales et religieuses, nées dans des contextes urbains défavorisés à partir des années 19502, préfèrent employer le mot barrio pour indiquer les quartiers auto-construits appelés villas par l’opinion publique et les médias. Barrio et villa peuvent désigner une même population d’origine migrante, un quartier spontané et des relations de voisinage fortes (Sabugo 2010 : 96-97). L’emploi du terme barrio se réfère à un imaginaire populaire traditionnel positif, dont l’ambiance est transcrite dans des nombreuses chansons, poèmes et œuvres narratives argentines.

7Le mot informel est aussi largement utilisé pour définir la réalité urbaine étudiée. Cette notion floue suggère « l’absence de forme » (Dorso 2009) et, par conséquent, l’indétermination. Pensé en référence aux normes de la ville ou de l’économie formelle, l’informel renvoie à l’idée d’une « impureté » et à la volonté de maîtriser ce qui n’est pas classable (Monnet 2010). Ce mot indique la méconnaissance des pratiques et des territoires ainsi désignés, définis par rapport à un manque et non en fonction de leurs propriétés singulières. Pourtant, le mode d’urbanisation informel intéresse la grande majorité des citadins dans le monde, et plus particulièrement l’urbanisation en Amérique Latine (Agier 2009). Ces habitats autofinancés correspondent à l’installation de migrants à la recherche de meilleures conditions de travail. La précarité économique des familles pauvres leur empêche d’accéder à des crédits, ainsi les maisons sont édifiées dans le long terme. Schteingart (1989) rappelle que ce processus passe par une première étape de construction avec des matériaux provisoires (carton, bois, tôle…) qui peuvent être enlevés rapidement si besoin. L’étape ultérieure voit la construction d’une maison définitive qui sera agrandie successivement selon les besoins du groupe habitant. Le fait de cacher le système socio-économique inégalitaire au sein desquels l’auto-construction se produit mène à l’interpréter comme une anomalie ou une exception (Fernández Castro 2010 : 108). L’appellation informel renvoie alors à « l’inaboutissement » par rapport aux formes reconnues comme légales et dominantes. Le qualificatif d’informel peut être valorisé en raison des possibles qu’il recèle : c’est notamment le cas lorsqu’il est compris comme l’envers de l’institutionnalisation, c’est-à-dire dans des situations in statu nascendi. Le projet analysé se propose en effet de regarder les quartiers relégués ou stigmatisés comme de possibles leviers de transformation des territoires métropolitains à partir de leurs interstices.

La Villa 31 vue de la station de Retiro. Photo : © Barbara Morovich, 2014.

De l’éradication à la radicación : politiques urbaines dans les quartiers populaires de Buenos Aires

8Jusqu’à la fin des années 1960, très peu de recherches abordent la question de l’informalité urbaine comme un atout. En guise d’exception, on peut citer le livre de l’architecte anglais John F. C. Turner « Housing by People. Towards Autonomy in Building Environments » (1976). En France, les travaux de l’anthropologue Colette Pétonnet à la même époque sont pionniers. Elle considère les habitats précaires construits par les populations migrantes en opposition aux idées de l’époque, comme un passage nécessaire entre deux mondes. Lieux de première installation, ils ne sont pas indignes mais comparables à un vieux quartier, car on y trouve « un mode encore rustique d’habiter » (2012 [I 1979] : 77) qui assure sécurité et adaptation. Ceci permet en outre « un art de vivre adapté à la condition d’incertitude de l’émigré récent » (p. 119) et représente, au fond, une « transition réussie » (p. 126).

9En Amérique Latine, les années 1960-1970 sont caractérisées par des phases de politique autoritaire et répressive qui adopte des interventions d’éradication (erradicación) des quartiers informels, les considérant comme un produit du chaos urbain. Des exceptions notables à cette tendance diffuse sont la Ley de Barrios Marginales au Perú en 1961 et le Comité para la Regularización de la Tenencia de la Tierra (CORETT) au Mexique, en 1973 (Cravino 2010 : 26-27). En Argentine, il s’agit pendant la dictature d’un urbanisme « au scalpel » qui déplace de manière violente les habitants des quartiers précaires vers la périphérie de la capitale (Prévôt-Schapira 2001 : 125). Les années 1976-1982 seraient caractérisées, selon Raúl Pajoni (1983), par une « ségrégation compulsive », nécessaire à la poursuite de l’économie ultralibérale, avec des impacts catastrophiques sur l’augmentation de la dette extérieure.

10Les premières expériences de régularisation des quartiers informels en Amérique Latine et particulièrement en Argentine, commencent dans les années 1980-1990, dans un contexte de changement démocratique. Il faut d’ailleurs signaler que, grâce à cette alternance politique, les années 1990 voient dans ces pays l’essor de la démocratie participative sur le modèle de Porto Alegre (Burgos-Vigna 2010, Prévôt-Schapira 2009). Selon Prévôt-Schapira, à Buenos Aires cette volonté de reconstruire une ville démocratique après la dictature a suscité une nouvelle réflexion sur la planification urbaine : s’impose alors l’idée de projet urbain pour refaire la ville « à partir de ses fragments ».

11À cette époque, s’opère aussi un changement de paradigme concernant l’habitat précaire : de l’erradicación on passe à l’idée de radicación (on peut traduire ce mot par « régularisation de l’habitat ») même si, selon Cravino, ce terme, avec celui de regularización, implique une variété d’exemples (2010 : 28). Plusieurs programmes sont mis en œuvre. Tous expriment le même objectif, celui de « la “integración” de la población de las urbanizaciones informales a la ciudad formal » (« l’intégration de la population des urbanisations informelles à la ville formelle ») (Cravino 2010 : 29). Les années 1990 sont paradoxales : à des moments d’ouverture du dialogue s’opposent d’autres de remise en question, allant jusqu’au déplacement forcé des populations. Les politiques d’expulsion sont donc à nouveau l’un des aspects de ce processus de renouvellement urbain, comme nous le verrons dans le cas de la Villa 31.

12Un peu plus de 12 % de la population de la Région Métropolitaine du Buenos Aires (RMBA) habite actuellement dans « l’habitat de la pauvreté », principalement dans des « villas » et des « asentamientos ». Si cela peut paraître faible par rapport à d’autres villes d’Amérique Latine, nous pouvons remarquer l’absence de politiques urbaines tendant à améliorer de manière nette cette situation d’exclusion, y compris dans les dernières années. Les causes de l’inaction peuvent être renvoyées au peu de poids politique de secteurs exclus à cause de leur origine. Ces migrants venant des pays limitrophes (Pérou, Bolivie, Uruguay…) représentent encore aujourd’hui l’altérité dans une ville qui s’auto-définit par rapport à des classes moyennes d’origine occidentale, une identité réelle ou imaginaire (Capron 2001). Denis Merklen (2005) met en avant la politicité de ces « citoyens pauvres » basée sur une inscription territoriale forte, malgré leur difficulté à se constituer en acteur politique unifié.

À proximité de Retiro une entrée de la Villa 31. Photo : © Barbara Morovich, 2014.

La Villa 31 : une histoire urbaine contrastée

13La Villa 31 se trouve entre le port et le nœud de transports de la station de Retiro où convergent des bus de longue distance, trois terminaux de trains et différentes lignes de chemin de fer métropolitain. Ce quartier contraste nettement avec les zones environnantes. Les images de ses habitations rudimentaires, entourées de hauts bâtiments d’architecture contemporaine, circulent dans les médias officiels mais aussi dans des blogs et des sites internet comme exemples spectaculaires de disparité urbaine. La Villa 31 est dans une position stratégique par rapport au centre du pouvoir (la station de Retiro est à 10 minutes de la Casa Rosada), de plus, il s’agit d’une des villas les plus organisées politiquement de la capitale. Selon Sehtman y Cavo (2009 : 26), pendant les années 1960 et la première moitié des années 1970, une militancia de base péroniste a caractérisé la Villa 31, avec l’arrivée du père Carlos Mugica en 1961, mais aussi avec l’installation du Parti Communiste. Ce quartier est également appelé « Carlos Mugica » en mémoire du leader religieux assassiné en 1974, ayant contribué à l’organisation du mouvement des villeros. Des luttes pour obtenir la régularisation domaniale ont caractérisé les rapports entre les habitants de la « 31 » et les gouvernements successifs. Les années 1970 sont particulièrement dramatiques : en 1973, le gouvernement Perón souhaite faire passer un projet d’autoroute sur le tracé du quartier provoquant des fortes tensions ; en 1974, la colère est à son comble lors d’une manifestation de protestation du Movimiento Villero Peronista à Plaza de Mayo pour l’urbanisation, et, par la suite, à cause de l’assassinat de padre Mujica, péroniste de gauche, probablement par l’aile droite du mouvement. Après une période d’éradication maximale durant la dictature des années 1970, le retour à la démocratie, en 1983, marque le repeuplement de la Villa 31. Cette dernière commence à se reconstituer à partir d’un noyau de 43 familles qui n’avaient jamais quitté leurs logements. Depuis cette époque, la croissance est constante. Les premières phases du repeuplement ont produit une configuration urbaine ayant des caractéristiques similaires à la « ville formelle » (lotes, calles, manzanas…) (Cravino 2009 : 27, Sehtman et Cavo 2009 : 35). Selon ces auteurs, les habitants anticipaient ainsi la régularisation souhaitée qui serait accordée plus facilement si les règles urbaines officielles étaient respectées.

Dans la Villa 31. Photo : © Barbara Morovich, 2014.

14Des postures contradictoires et paradoxales ont caractérisé la période ménémiste, allant du dialogue envers les organisations villeras sous le maire Carlos Grosso en 1993, à la reprise de l’éradication lors du mandat de Jorge Domínguez, en 1995. Plusieurs arguments ont contribué à la généralisation du discours de l’éradication, y compris dans des sphères professionnelles (promoteurs et milieux de l’architecture). La possibilité de remplacer la Villa 31 par des opérations immobilières hautement lucratives, compte tenu de sa position, a été un argument constamment mis en avant. Ce dernier a fait passer au second plan les conséquences économiques et socio-politiques du déplacement des habitants, dont une majorité a des racines dans le quartier depuis plusieurs générations.

15L’extension et le développement de la Villa 31 ont été variables dans le temps, d’une occupation maximale au début des années 1970 avec une surface quatre fois plus importante que celle du quartier actuel, jusqu’à sa taille minimale, avec un petit groupe de familles qui a résisté au délogement, à la fin de la même décennie. Sa position centrale a contribué à son traitement d’exception. La Villa 31 était présentée souvent comme un obstacle au développement des infrastructures de l’axe nord : la croissance du port, la construction d’une autoroute et d’autres projets de développement urbain proches, ont été progressivement mis en avant pour justifier son éradication. Encore aujourd’hui, les médias véhiculent l’image d’un territoire honteux, ambivalent, omniprésent par sa proximité au centre-ville. Cette médiatisation se traduit le plus souvent par une dénonciation des conditions de vie des habitants et, parfois, par des récits pittoresques. Mais elle a aussi servi, sous une forme tacite ou explicite, à alimenter les préjugés et la xénophobie. L’espace de négociations qu’ouvre le projet analysé véhicule d’autres images. Ces dernières contribuent-elles à changer le regard sur la Villa 31 ? De plus, quel est le rapport entre cet exercice pédagogique et des projets urbains officiels à long terme ?

Un quartier en construction. Photo : © Barbara Morovich, 2014.

La démarche participative et la mémoire comme processus de projet

  • 3 Jáuregui est connu pour l’expérience « Favela/Bairro » à Rio, exemple d’urbanisation de plus de 20 (...)

16Le projet analysé est né en 2002 à partir d’une expérience pédagogique pilotée par l’architecte de la FADU Javier Fernández Castro, avec le soutien de l’architecte Jorge Mario Jáuregui3. Ce projet n’est pas le premier dans le contexte urbain des villas à Buenos Aires. Des expériences pédagogiques collaboratives avaient commencé à la fin des années 1960, à travers des méthodologies innovantes, comme le « dessin participatif » et l’architecture préfabriquée (arquitectura de systemas) qui rendaient possible la construction par des ouvriers issus du quartier, auxquels les architectes fournissaient des dessins et des schémas. La Jeunesse Péroniste Universitaire de la Faculté d’architecture de Buenos Aires était particulièrement impliquée dans ce processus técnico-político : une dynamique qui s’arrêta brusquement à l’aube de la dictature, en mars 1976 (Fernández-Castro 2010 : 118-119). Après la fin de la dictature dans les années 1980, ces expériences académiques recommencèrent. Leur aspect commun était la démarche participative et pluridisciplinaire, menant à des actions concrètes.

  • 4 Le projet « Las Articulaciones Ciudad Formal/ Ciudad Informal. Una metodología de abordaje válida p (...)

17C’est dans cette tradition d’engagement que s’inscrit le projet analysé4. Les enseignants entendaient interroger « les articulations entre la ville formelle et la ville informelle », à travers une collaboration entre l’Institut de la Espacialidad Humana de la Faculté de Arquitectura, Diseño y Urbanismo de l’Université de Buenos Aires et le Département de Sociologie et Politique de la Pontificia Universidade Catolica de Río de Janeiro. De cette expérience a germé un « anteproyecto urbano » (pré-projet urbain) qui développait une méthode de gestion socio-spatiale de l’habitat de la pauvreté. Ce projet capitalisait aussi des expériences dans d’autres villes latino-américaines, comme celles de Jorge Jáuregui dans les favelas de Río de Janeiro.

18Dans ce projet sur la Villa 31, les structures urbaines préexistantes sont considérées comme des matériaux de projet essentiels : la Villa est vue comme un espace à améliorer à partir de son vécu. La structure du barrio est ainsi un point de départ : la chapelle du père Mugica et le bâtiment du mouvement villero, exemple saisissant de l’architecture moderne d’État des années 1950, sont interprétés comme des espaces de référence et des symboles identitaires, vecteurs de mémoires liées à la lutte pour la radicación.

19La réception positive d’un premier exercice pédagogique auprès de la population avait poussé les participants à affiner l’approche participative. Des contacts avec les différents représentants des villeros se sont alors développés. L’équipe du projet a pu constater que le niveau d’implication allait de pair avec la capacité de certains habitants à lire des documents techniques. Dans son livre sur la Villa 31, Javier Fernández Castro relate l’exemple de Carlos, représentant d’un des secteurs du quartier qui affiche une compréhension globale des enjeux du projet avant même qu’ils soient entendus par les étudiants : « Lo que quieren hacer los arquitectos – dit-il dans une réunion publique – es entender el barrio como un entorno patrimonial, como se hace con el patrimonio histórico de la ciudad » (« Ce que les architectes veulent faire c’est entendre le quartier comme un environnement patrimonial, comme on le fait pour le patrimoine historique de la ville ») (Fernández Castro 2010 : 130). Cette attitude est à mettre en lien avec la forte tradition participative vis-à-vis des projets urbains présente dans la Villa 31 depuis les années 1960. L’échange entre les différents acteurs produit un espace flexible, conjuguant des intérêts et des enjeux différents (Trajitengartz 2010 : 66). L’appropriation du projet par les habitants est ressentie comme une étape fondamentale par l’équipe de la FADU. Cette dernière a aussi parfois tendance à occulter des conflits et des tensions et véhicule une image apaisée. Plusieurs témoignages sont choisis pour illustrer cette vision quelque peu idéalisée (Trajitengartz 2010 : 65-75). On oppose aux images de « la 31 » données par les médias celle d’un barrio vécu de l’intérieur, avec des habitants qui luttent, ensemble, pour leur droit à l’habiter. Selon l’un des témoignages reportés : « Nos merecemos la vivienda, tiene que ser para todos, todos somos inmigrantes o hijos de inmigrantes… luchamos por la urbanización. Para todos por igual, los peruanos, los bolivianos, para todos los inmigrantes. Y que dejen de dividirnos, este es un barrio de inmigrantes y por lo tanto la historia está escrita así » (« Nous méritons l’habitation, elle doit être pour tous, nous sommes tous des immigrants ou enfants d’immigrants, … nous luttons pour l’urbanisation. C’est pour tous la même chose, les Péruviens, les Boliviens, pour tous les immigrants. Et qu’ils cessent de nous diviser, ça c’est un quartier d’immigrants et par conséquent l’histoire est écrite ainsi ») (Trajitengartz 2010 : 71). La valorisation de l’engagement des habitants est mise en avant par l’équipe du projet comme étant nécessaire à la construction du projet (Trajitengartz 2010 : 74). On peut se demander si ces échanges contribuent à diminuer les rapports de domination entre les villeros et les architectes, issus d’un milieu réputé savant. Un autre élément nous semble important à signaler, dans cette rencontre d’acteurs, les vecinos (voisins, habitants) peuvent désormais compter sur de nouveaux alliés, ce qu’affirme un représentant historique du barrio dans son témoignage : « Esto de que la Universidad empezó a venir a los barrios, a las villas fue una bandera mas de lucha que nos sirvió a nosotros para pelear con mas presión sobre la urbanización de las villas » (« Le fait que l’Université ait commencé à venir dans les quartiers, dans les villas, a été un drapeau de lutte de plus qui nous a servi pour mettre plus de pression pour l’urbanisation des villas ») (Trajitengartz 2010 : 75).

Un lieu de passage. Photo : © Barbara Morovich, 2014.

  • 5 La notion de « communauté patrimoniale » a été introduite par la Convention-cadre du Conseil de l’E (...)

20La volonté de poursuivre le processus de patrimonialisation à partir de la mémoire du père Carlos Mugica se révèle être un fil rouge essentiel du projet sur lequel tout le monde tombe d’accord. Le père Mugica « cura, peronista, tercermunista y villero » (curé, péroniste, tiermondiste et habitant de la villa), issu d’une famille bourgeoise est devenu progressivement une figure clé de la lutte pour le droit à la ville. Il souhaitait voir consolidée la Villa 31 à une époque où les déplacements des populations étaient nombreux et massifs. Dans les années 1970, la lutte pour la radicación se généralise dans toutes les villas de Buenos Aires, grâce aussi au développement du Movimiento de Sacerdotes del Tercer Mundo qui dénonce clairement la loi d’éradication (Epstein 2010 : 86). Mugica est assassiné en 1974. Sa dépouille, dans un premier temps inhumée dans le cimetière de la Recoleta, est ensuite transportée dans la Chapelle de Cristo Obrero, dans la même Villa 31. Selon Epstein (2010), Mugica a été érigé en symbole tout de suite après son assassinat. Encore aujourd’hui, son nom est largement utilisé comme synonyme de la « 31 », également appelée Barrio Carlos Mugica. Son nom est également employé par des structures associatives, comme le comédor (cantine populaire gratuite) « Padre Carlos Mugica », ou bien encore par le Mouvement « Los Guardianes de Mugica », à l’origine d’une marche annuelle dansée (murcia) qui traverse la Villa 31 lors du Carnaval, depuis 2000. Ces lieux et rites, utilisés par celle que nous pouvons appeler une « communauté patrimoniale »5, permettent le renforcement de l’identité de la Villa 31 lors de fêtes, réunions et événements quotidiens.

La mémoire et le projet comme éléments clé de mobilisation

  • 6 La Mesa de Gestión y Planeamiento Multidisciplinaria y Participativa para la Urbanización de las Vi (...)

21Le processus du projet présenté a été partie prenante de la patrimonialisation, allant de ses premiers pas en 2002, jusqu’à la publication du livre « Barrio 31, Carlos Mugica » (Fernández Castro 2010). Les propositions de ce projet ont eu un impact à plusieurs niveaux : ce dernier fournit une contribution évidente au discours de la radicación et implique aussi un glissement sémantique important, celui de « villa » à « barrio ». Parallèlement, les habitants s’approprient le projet. Les représentants du quartier ont rapidement entendu ce dernier comme un instrument de lutte politique. En 2003, la mobilisation des délégués villeros conduit à la formation d’une première Mesa para la Urbanización (Table pour l’Urbanisation), dont les participants organisent une série d’actions destinées à installer le projet dans les agendas des pouvoirs exécutifs locaux et nationaux. Le 15 mars 2006, pour la première fois après 10 ans, une manifestation des habitants de la Villa 31 a lieu Plaza de Mayo. Une pétition circule, on y déclare que la Villa 31 détient « son propre projet de radicación et urbanización » développé par des habitants et des enseignants de la FADU (Sehtman y Cavo 2009 : 105). Après des hésitations de la part des institutions et plusieurs mobilisations d’organisations citoyennes comme les Mères de la Plaza de Mayo, des ONG comme COHRE (Center of Housing Rights and Evictions) et ACIJ (Associacion Civil por la Igualidad y la Justicia) ainsi que des coupures d’autoroute réalisées par les vecinos, en 2009, la loi 3343 approuve l’urbanisation de la Villa 31 et 31 bis. Cette loi assure l’établissement officiel d’une table de négociation pour l’élaboration de l’ante-projecto définitif (Fernández-Castro 2010 : 134-135)6 Selon Claudio Alejandro Sehtman y Cavo (2009 : 108), la manifestation de la Plaza de Mayo de 2006 est à considérer comme une étape fondamentale de ce processus : « no solo significó la primera acción directa de los habitantes de la villa fuera de ella desde la autonomía de la Ciudad, sino que su objetivo principal fue reclamar la urbanización en términos del cumplimiento de una serie de derechos legalmente sancionados por distintos niveles del Estado » (« non seulement elle a signifié la première action directe des habitants de la villa en dehors d’elle depuis l’autonomie de la Capitale, mais son objectif principal a été de réclamer l’urbanisation sur le plan de l’application d’une série de droits légalement ratifiés par des niveaux distincts de l’État »). À ces négociations participent aussi les instances de Tierra, Vivienda y Hábitat de la República Argentina, organisation née en 1997 qui a eu un rôle important dans les processus de mobilisation produits par la crise sociale et économique. Cependant la volonté de former une plus large table de négociation se heurte à deux facteurs : l’impossibilité d’impliquer des acteurs nationaux clé comme l’Instituto de Vivienda de la Ciudad (I.V.C.) et l’Organismo Nacional de Administración de Bienes (O.N.A.B.E.), et des dissensions entre les délégués de la Villa 31 qui participent à éloigner les habitants de leurs représentants et à les décrédibiliser (Sehtman y Cavo 2009 : 109-110, note 41). De plus, l’existence d’un projet d’urbanisation proposé par le Ministère de Planification Fédéral qui répond aux pressions politiques et économiques se fait connaître à cette époque. Pourtant, le processus est enclenché de manière définitive.

22La première réunion de la Mesa de gestion y planeamiento para urbanización… a lieu en avril 2010. Les interlocuteurs politiques, les représentants du barrio, l’architecte-urbaniste, tous se réunissent sous le regard de plusieurs caméras. Les trois discours, celui du politique, celui du représentant du barrio et celui du père catholique qui officie à la « 31 », ont des points en commun : ils se félicitent tous de cette décision historique, mettent en avant la figure tutélaire du père Mugica et son sacrifice pour la lutte des villeros. Son souhait d’urbanisation de la « 31 » agit comme facteur de légitimation7. Cette icône (dans les images officielles, l’iconographie du père aux jeux rêveurs et aux cheveux blonds le rapproche fortement à celle des Saints du catholicisme) est utilisée pour arriver enfin à la reconnaissance de la cause de ceux qu’il avait jadis protégés. Pourtant, derrière l’image consensuelle de Mugica, un véritable changement de paradigme est en marche : la participation d’organisations et acteurs extérieurs à la Villa 31 et leur volonté commune d’urbanisation de cette dernière indique la dé-territorialisation, au moins partielle, de la question villera. La radicación de la Villa 31 devient un discours patrimonial commun à plusieurs interlocuteurs de la société civile qui viennent grossir cette « communauté patrimoniale » dont nous avons parlé. Cette dernière se construit autour de la reconnaissance de la Villa 31 et du droit des villeros. La mobilisation de ce nouvel ensemble d’acteurs ouvre une fissure dans la manière de penser la Villa 31 par les autres quartiers de la capitale argentine et ses habitants. Cet espace est désormais conçu dans des termes impensables seulement il y a une décennie : sa radicación devient une évidence. Dans cette évolution, le projet d’urbanisation porté par la FADU s’oppose clairement à d’autres projets urbains, comme celui des architectes Miguel Baudizzone, Jorge Lestard et Alberto Varas (1996) qui ne faisait même pas mention de l’existence de la Villa 31 pour l’urbanisation de la zone de Retiro.

Manifestation pour l'urbanisation. Photo : © Javier Fernández Castro, 2010.

Le changement d’image : un enjeu politique

  • 8 Une première exploration de ce terrain avait été effectuée par Barbara Morovich, accompagnée par de (...)
  • 9 Extrait du carnet de terrain de Barbara Morovich, 29 avril 2015. Le passage a été légèrement retrav (...)
  • 10 Un premier groupe d’étudiants a souhaité travailler sur les frontières et les limites de la Villa 3 (...)
  • 11 Mundo Villa est un projet de communication sociale crée en 2008 par l’ONG SOS Discriminación Intern (...)
  • 12 Aux images des différents interlocuteurs rencontrés, on peut ajouter les nombreuses vidéos visionné (...)

23Dans des espaces stigmatisés, le changement des regards est des plus difficiles à impulser. Malgré l’existence de projets et événements qui mettent en avant les aspects positifs de l’immigration, comme le festival Buenos Aires celebra (Buenos Aires célèbre) (Lacarrieu 2014), la capitale argentine se construit toujours sur l’opposition entre le « nous » des classes sociales favorisées et le « eux » des groupes défavorisés d’origine migrante qui peuplent les villas miserias. Nous avons remarqué la contradiction entre des discours et des regards à plusieurs niveaux. Quelques notes du carnet de terrain relatent une série d’observations à la Villa 31 en 2015, lors d’un workshop inter-institutionnel dont la « 31 » était l’un des principaux lieux d’étude8 : « Lorsque nous y allons, c’est sous la forme d’une véritable expédition. Nous nous rencontrons à la gare de Retiro, nous sommes une vingtaine. On nous répète qu’il n’y a pas de problème mais pendant la visite on nous redit souvent qu’il ne faut « pas se disperser » et « bien rester en groupe ». Au Centre socio-culturel nous rencontrons une travailleuse sociale responsable du Barrio et une habitante. Ce sont les mêmes que j’avais rencontrées l’année dernière. Nous restons en dehors du Centre car, à l’intérieur, il y a une grève des coopératives et les habitants ne souhaitent pas nous faire rentrer. Il pleut fort. Sur nos têtes, il y a l’autoroute qui nous protège, de laquelle coulent des flots d’eau. Le bruit de l’eau se mélange avec les bruits des véhicules qui passent et avec les paroles de la travailleuse sociale. Tout le monde est autour d’elle, elle explique le but du Centre : ici se concentrent tous les services, les coopératives... L’idée est l’inclusion par le travail. Ici, elle répète, les gens ont « perdu le sens du travail », car cela fait plusieurs générations qu’ils ne travaillent pas. Il faut leur réapprendre le sens du travail et le sens coopératif, car ce n’est pas évident… Pendant qu’elle parle, quelques étudiants commencent à échanger avec des passants. Nos collègues insistent sur le fait que les étudiants « ne doivent pas parler aux gens » car « chacun tire sa couverture à soi » et qu’il pourrait y avoir des conflits. On doit rester unis, ne pas nous disperser ». Ensuite on donne la parole à l’« habitante », c’est une personne à laquelle « on peut tout demander : depuis quand elle est là, ce qu’elle fait… ». Elle répète les mêmes choses que l’année dernière, se laisse prendre en photo. Quelques heures après, nous étions tous sur facebook et twitter : on expliquait qu’une équipe interministérielle de travailleurs sociaux avait participé à notre workshop et que nous avions fait un travail de terrain ce jour-là, dans la 31. »9 Lors de cette visite, la « réalité » du barrio nous a été transmise par des interlocuteurs de classe moyenne, des travailleurs sociaux et des enseignants. C’est l’image la plus dangereuse de la Villa 31 qui revient le plus souvent dans leurs discours, l’image la plus médiatisée : un coupe-gorge, un endroit à éviter. L’expérience des étudiants, qui s’y sont rendus par petits groupes les jours suivants, contrastait nettement avec cette sociologie de la peur10. Leurs exercices ont prolongé à une échelle très réduite et immersive le long travail d’observation, d’analyse et de projet initié par la FADU en 2002. Comme nous l’avons constaté, le regard stigmatisant, combattu par des ONG comme Mundo Villa est toujours majoritaire11, il se fabrique dans les milieux sociaux favorisés, selon la reproduction d’une séparation historique entre « civilisation » et « barbarie » (Capron 2001). Ainsi, la « 31 » reste, dans l’imaginaire collectif, une villa12.

  • 13 « Prometen que en 2019 la villa 31 será un barrio y los vecinos, propietarios », article du journal (...)
  • 14 « Caos en la autopista Illia por un corte de los vecinos de la Villa 31 », article et vidéo du jour (...)

24C’est sur la base de cette volonté de transformation de l’image de villa à barrio que, depuis peu, un projet officiel d’urbanisation de la Villa 31 est communiqué. Ce projet reprend plusieurs aspects de celui initié par la FADU, tout en le modifiant partiellement : il s’agit, à travers des fonds publics et privés, de rénover le 80 % des habitations existantes, d’en construire des nouvelles, ainsi que des infrastructures de base. La plus importante de ces dernières serait un « pôle éducatif » qui prévoit le déplacement du Ministère de l’éducation dans la Villa 31 en 2019. De plus, la transformation du tracé existant de l’Autopista Ilia en promenade verte est prévue13. La volonté d’impulser le changement par des signes urbains forts a déjà été testée dans le quartier Parque Patricios, à travers la construction de la nouvelle Casa de Gobierno par l’architecte Norman Foster, en 2010. Cet acte est le signe d’une revitalisation de ce barrio et poursuit la gentrification des quartiers populaires de la capitale argentine (Di Virgilio et Guevara 2014). Le projet d’urbanisation de la Villa 31 prévoit en outre le déplacement de plus de 1000 familles qui vivent actuellement sous le tracé autoroutier dans un autre secteur du quartier, le YPF. Horacio Rodríguez Larreta, chef du gouvernement de la ville autonome de Buenos Aires depuis 2015, semble vouloir initier un véritable changement : droit à la ville et à l’éducation pour les plus pauvres, titres de propriétés pour les habitants de la Ville 31… Si les actions actuellement en marche pourraient bien être la première étape de l’urbanisation tant espérée de ce barrio défavorisé, des manifestations de protestation se lèvent en 2016 contre le projet de transformation de l’autoroute en Parc, et proclament la volonté de « faire respecter la ley de urbanisacion »14. La méfiance des villeros vis-à-vis des proclames politiques est palpable et les architectes restent vigilants.

Conclusion

25Dans cet article, nous avons mis en avant la volonté de transformer des contextes stigmatisés (villas) dans des quartiers populaires « comme les autres » (barrios). Mais quelles sont les conséquences et les risques d’une telle action ? Dans le cas de la Villa 31, à qui le changement d’image serait-il profitable ? Le destin de ce quartier est paradigmatique de la relation que la métropole argentine entretient avec ses zones défavorisées. Sa radicación a été impulsée par un projet urbain nourri de participation qui a été le déclencheur d’un changement important. Ce n’est pas tellement la participation à l’élaboration du projet qui a suscité l’engagement des habitants de la Villa 31, mais le fait que ce processus leur a permis d’être progressivement reconnus dans leur « droit à la ville ». À travers le registre de la mémoire et du patrimoine, ce processus a mené à la construction d’une communauté patrimoniale et à la reconnaissance des droits à la citoyenneté d’habitants défavorisés. Ce projet vise aussi à impulser un changement d’image de la Villa 31. C’est sur ce dernier aspect que se basent des politiques urbaines. La vigilance des villeros indique que ces secteurs populaires restent méfiants par rapport aux promesses. Leur alliance avec un groupe d’universitaires, de techniciens de l’urbain, d’ONG et d’institutions est fondamentale, ils forment désormais une « communauté patrimoniale » réunie autour d’une table permanente de concertation. L’impact du capital culturel des dirigeants du projet et d’autres organisations, ainsi que leur présence en tant qu’« élites extérieures » (Gravari-Barbas et Gichard-Anguis 2003) a facilité la déterritorialisation de la question de la radicación de la Villa 31. Mais le discours mémoriel et celui du changement d’image une fois appropriés par le discours politique pourraient déstabiliser cette alliance dont les acteurs ont aussi des enjeux différents. Toutefois, si la création d’une « communauté patrimoniale » autour de la figure de Mugica, n’est pas suffisante à diminuer les rapports de domination, ce projet d’urbanisation n’appartient plus aux urbanistes qui l’ont conçu, mais aux vecinos de la Villa 31 qui l’érigent en drapeau de leurs revendications.

Projet d'urbanisation, espace public. Photo : © Javier Fernández Castro, 2010.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (2009), Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-neuve, Academia-Bruylant.

Burgos-Vigna D. (2010), « Démocratie participative et attractivité des villes en Amérique latine. Étude comparée de Rosario (Argentine) et Villa El Salvador (Pérou) », Mondes en développement, n° 149, p. 53-68.

Capron G. (2001), « Buenos Aires ou le rêve inachevé », Espaces et sociétés, n° 104, p. 109-126.

Cravino M. (2009), Derecho a la vivienda, capital inmobiliario y gestión urbana. La villa 31 de Retiro entre el arraigo y el desalojo, Los Polvorines, Ed. Universidad Nacional de General Sarmiento.

Cravino M. (2010) La política urbana en su laberinto in Javier Fernández-Castro (dir.), Barrio 31, Carlos Mugica. Posibilidades y limites del projecto urbano en contextos de pobreza, Buenos Aires, Ed. Instituto de la Espacialidad Humana, p. 53-63.

Di Virgilio M. et Guevara T. (2014) « Gentrificación liderada por el Estado y empresarialismo urbano en la Ciudad Autónoma de Buenos Aires, Revista Estudios Sociales Contemporáneos, n° 11, p. 12-23.

Dorso F. (2009) « La part de l’ombre, transactions et conflits entre les usages informels et les opérations de rénovation de la muraille de Théodose II à Istanbul », Travaux et Documents n° 28, CNRS.

Fernández-Castro J. (dir.) (2010), Barrio 31, Carlos Mugica. Posibilidades y limites del projecto urbano en contextos de pobreza, Buenos Aires, Ed. Instituto de la Espacialidad Humana.

Gravari-Barbas, M. et Gichard-Anguis, S. (2003), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne.

Lacarrieu M. et al. (2014), « Quand l’essentiel est visible pour les yeux. Multiculturalisme et patrimoine dans la ville de Buenos Aires », in de Saint-Pierre C. (éd.), La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 147-162.

Merklen D. (2005), Pobres ciudadanos. Las clases populares en la era democrática (Argentina, 1983-2003), Buenos Aires, Gorla.

Monnet J. (2010), « Dissociation et imbrication du formel et de l’informel : une matrice coloniale américaine », Espaces et sociétés, n° 143, p. 13-29.

Novick A. (2010), Villa in Topalov, C., Coudroy de Lille, L., Depaule, J.-C. et Marin, B. (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, p. 1300-1303.

Oliveira R. (2008), La población de villas emergencia de la ciudad de Buenos Aires : ¿una expresión del problema politico argentino ?, Tesis de Licenciatura, Buenos Aires, Universidad Maimónides.

Pajoni R. (1983), « Buenos Aires, la ségrégation compulsive », Hérodote, n° 31, p. 38-60.

Petonnet C. (2012, 1°2002), On est tous dans le brouillard, Paris, éditions du CTHS.

Prévôt-Schapira M.-F. (2001), « Buenos Aires, métropolisation et nouvel ordre politique », Hérodote, n° 101, p. 122-152.

Prevôt-Schapira M.-F. (2009), Buenos Aires. Le développement durable à l’épreuve du « Sud » in Rivière d’Arc, H. (dir.), Centres de villes durables en Amérique latine : exorciser les précarités ?, Paris, Éditions de l’IHEAL, p. 247-274.

Sabugo M. (2010), Barrio in Topalov, C., Coudroy de Lille, L., Depaule, J.-C. et Marin, B. (dir.), L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont, p. 95-97.

Schteingart M. (1989), Los Productores del espacio habitable. Estado, empresa y sociedad en la Ciudad de México, México, El Colegio de México.

Sehtman y Cavo C. A. (2009), La reproduccion politica de la precariedad urbana : el caso de la Villa 31 (1996-2007), Thesis (M.A.), Georgetown University.

Trajitengartz D. (2010), Pensando el futuro : los vecinos y la participation en el projecto in Barrio 31, Carlos Mugica. Posibilidades y limites del projecto urbano en contextos de pobreza, Buenos Aires, Ed. Instituto de la Espacialidad Humana, p. 65-75.

Haut de page

Notes

1 Workshop international : « Mémoires urbaines : processus, acteurs, projets », ENSAS et FADU (Facultad de arquitectura, diseňo y urbanismo, Universidad de Buenos Aires), 27 avril-4 mai 2015, précédé d’un terrain exploratoire en 2013. Les deux financés par l’ENSAS, le Ministère de la Culture et le CPAU (Consejo Profesional de Arquitectura y Urbanismo).

2 On peut citer notamment : Federación de Villas y Barrios de Emergencia (1958), Frente Villero de Liberación (1972), Movimiento Villero Peronista (1973), Equipo Pastoral de Villas (1969), Novick, 2010, p. 1302-1303.

3 Jáuregui est connu pour l’expérience « Favela/Bairro » à Rio, exemple d’urbanisation de plus de 20 favelas dans des différents sites de la ville de Rio de Janeiro au début des années 1990.

4 Le projet « Las Articulaciones Ciudad Formal/ Ciudad Informal. Una metodología de abordaje válida para la región » (Articulations Ville Formelle/Ville Informelle. Une approche valable pour la région) obtint le Premier Prix à la IIIe Biennale Iberoamericana d’architecture (Santiago del Chile). Il fut déclaré d’intérêt général par la Ville de Buenos Aires en 2005, et en 2010 reçut le Prix pour la recherche de projet attribuée par le Conseil professionnel d’architecture et d’urbanisme de Buenos Aires (CPAU).

5 La notion de « communauté patrimoniale » a été introduite par la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, appelée aussi Convention de Faro, d’octobre 2005.

6 La Mesa de Gestión y Planeamiento Multidisciplinaria y Participativa para la Urbanización de las Villas 31 y 31 Bis (« Table pluridisciplinaire et participative de gestion et de planification pour l’urbanisation de la Villa 31 et 31 bis »).

7 https://www.facebook.com/urbanizacionbarriocarlosmugica/

8 Une première exploration de ce terrain avait été effectuée par Barbara Morovich, accompagnée par des enseignants de la FADU en 2014. Un terrain plus poussé auquel ont participé des enseignants et des étudiants de l’École d’Architecture de Buenos Aires et de l’ENSAS de Strasbourg a été mené en 2015.

9 Extrait du carnet de terrain de Barbara Morovich, 29 avril 2015. Le passage a été légèrement retravaillé pour plus de clarté pour le lecteur.

10 Un premier groupe d’étudiants a souhaité travailler sur les frontières et les limites de la Villa 31 pour interroger la perception d’un tel territoire par les habitants des quartiers environnants. Un autre groupe a pensé un projet à partir de la critique du voyeurisme dans les quartiers pauvres qui coïncide avec leur mise en tourisme. Un troisième groupe a interrogé les relations entre la « Villa 31 » et la ville de Buenos Aires, partant de l’idée que l’autoroute est un élément représentatif d’une domination. Un dernier groupe a réfléchi à partir de la notion d’espace public. Malgré les mises en garde de ne pas retourner dans la 31, ils ont travaillé avec des villeros pour penser un projet de club sportif.

11 Mundo Villa est un projet de communication sociale crée en 2008 par l’ONG SOS Discriminación Internacional. Ce projet est au service des populations défavorisées de Buenos Aires et compte un journal, un portail web (www.mundovilla.com), une chaîne de télévision basée dans la Villa 31 (www.mundovillatv.com) et une radio (www.mundosurfm.com).

12 Aux images des différents interlocuteurs rencontrés, on peut ajouter les nombreuses vidéos visionnées sur internet et dans les articles de journaux : le nom « Barrio » n’apparaît jamais, alors qu’on parle toujours de « Villa 31 ».

13 « Prometen que en 2019 la villa 31 será un barrio y los vecinos, propietarios », article du journal La Nacion, 11 aout 2016. « El Ministerio de Educación porteño se mudará a la villa 31 de Retiro » article du journal La Nacion, 15 juillet 2016.

14 « Caos en la autopista Illia por un corte de los vecinos de la Villa 31 », article et vidéo du journal M1, 29 novembre 2016. « Levantaron el corte en la autopista Illia tras la protesta por la urbanización de la villa 31 » article du journal La Nacion, 29 novembre 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Légende La Villa 31 vue de la station de Retiro. Photo : © Barbara Morovich, 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Légende À proximité de Retiro une entrée de la Villa 31. Photo : © Barbara Morovich, 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-2.png
Fichier image/png, 3,6M
Légende Dans la Villa 31. Photo : © Barbara Morovich, 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-3.png
Fichier image/png, 3,4M
Légende Un quartier en construction. Photo : © Barbara Morovich, 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-4.png
Fichier image/png, 3,6M
Légende Un lieu de passage. Photo : © Barbara Morovich, 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-5.png
Fichier image/png, 3,3M
Légende Manifestation pour l'urbanisation. Photo : © Javier Fernández Castro, 2010.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-6.png
Fichier image/png, 90k
Crédits Projet d'urbanisation, espace public. Photo : © Javier Fernández Castro, 2010.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/365/img-7.png
Fichier image/png, 175k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Morovich et Javier Fernández Castro, « Mémoire et mobilisation », Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 76-85.

Référence électronique

Barbara Morovich et Javier Fernández Castro, « Mémoire et mobilisation », Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/365 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.365

Haut de page

Auteurs

Barbara Morovich

Maîtresse assistante en anthropologie et sociologie
École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, Laboratoire AMUP.

Articles du même auteur

Javier Fernández Castro

Professeur en projet urbain
Facultad de Arquitectura, Diseño y Urbanismo, Université de Buenos Aires.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals