Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Des projets en pratiqueDerrière les ashwaeyat : la ville...

Des projets en pratique

Derrière les ashwaeyat : la ville des promoteurs

Retour de terrain à Alexandrie et au Caire
Behind the Ashwaeyat: the City of Private Developers. Feedback form Fieldwork in Alexandria and Cairo
Florence Rudolf et Ghada Hassan Farouk
p. 52-63

Résumés

Dans cet article, il est question des impensés que portent des expressions comme celle d’établissements informels à partir de la confrontation entre les imaginaires associés à ce vocabulaire et les observations d’étudiants en architecture en provenance d’Alexandrie, du Caire et de Strasbourg en situation d’immersion dans des quartiers en rapide transformation urbaine dans l’Égypte « post-révolution ». Il s’agit d’une tentative de sensibilisation et d’entraînement à la déconstruction des évidences véhiculées par le langage et par l’habitude à partir de la confrontation à des terrains, par l’entremise de l’observation et d’interviews avec les habitants. Cette mise en situation a été complétée par des conférences académiques destinées à mettre en tension les résultats de terrain et les discours théoriques et professionnels. Ces deux expériences ont débouché sur des projets urbains « didactiques » du type de ceux qui rythment le cursus des étudiants en architecture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le propre des montées en généralité que de contribuer à une réduction de la complexité. Voir (...)

1La globalisation de l’économie et de la culture travaille les villes en profondeur selon l’expression d’« implosion-explosion » d’Henri Lefebvre (Lefebvre 1970). Du bouleversement du rapport ville-campagne à l’œuvre en Occident au tournant du XVIIIe, XIXe siècles, à l’explosion des mégapoles du Sud au xxie siècle, cette dynamique n’a cessé de se confirmer et de s’intensifier. Cette tendance conduit à la cohabitation de formes d’urbanité extrêmement contrastées tant du point de vue des systèmes technologiques et de leurs modes de vie associés que des processus qui conduisent à leur genèse. En dépit des désignations multiples qui les qualifient et permettent de les distinguer, Bidonvilles, Favelas, Townships, Ashwaeyat (Agier, 1999) témoignent du caractère insoutenable du mode de développement dominant à l’échelle de la planète. Ces habitats, composés de matériaux « recyclés » sans profiter du capital symbolique associé au recyclage, édifiés sur des sites à hauts risques environnementaux (sols pollués, sites inondables ou sismiques) et poussant à un rythme effréné, offrent prise à tous les raccourcis. La figure d’un dénuement extrême de la condition humaine répond à des formes dégradées de l’habitat et vice versa. L’expression d’habitat ou d’urbanisme informel s’est imposée comme un terme générique permettant d’englober cette diversité au risque d’en gommer la richesse1 et la complexité. Il en résulte une stigmatisation potentielle des quartiers informels et de leurs habitants. Ce processus justifie l’investissement de l’anthropologie et de la sociologie, mais aussi de l’urbanisme, dans la connaissance de ces « nouvelles » manières d’habiter et de faire ville (Barthel et Jaglin 2013 ; Deboulet 2013 ; Markoum et Verdeil, 2013 ; Sims 2013).

  • 2 Ashwa’iyya signifie en arabe aveuglement, à l’aveuglette, hasardeusement. À ce titre, « la notion ( (...)

2C’est en réponse aux raccourcis ordinaires qui perdurent, en dépit des éclairages qui n’ont de cesse depuis les travaux pionniers de Colette Pétonnet d’inviter au discernement en matière d’habiter et d’urbanité, qu’un atelier d’architecture a été conçu dans le cadre d’un partenariat entre l’Insa de Strasbourg et l’Université Française en Égypte (UFE). L’atelier se proposait d’investir les processus d’urbanisation non contrôlés dans des quartiers – qualifiés d’Ashwaeyat2 –, à Alexandrie et au Caire entre 2013 et 2014, afin de battre en brèche des idées reçues à leur encontre. Parallèlement à cet intérêt de connaissance qui procède de l’épistémologie des sciences sociales, qu’elle se décrive comme dévoilement, « chasseur de mythe » ou critique, il s’agissait d’aller à la rencontre des territoires qui ont largement contribué aux révoltes de 2010-2011 en Égypte. Les analyses de la révolution ont très tôt mis l’accent sur l’importance de la contribution des habitants des Ashwaeyat dans l’avènement de l’Égypte post-révolutionnaire (Barthel et Monquid 2011). Il s’agissait de réfléchir collectivement à la part d’autonomie et d’hétéronomie des habitants de ces quartiers et de les réhabiliter dans leur aptitude à prendre en charge leur destin, que ce soit en termes d’aspiration à la citoyenneté ou en termes d’innovation et d’ingénierie sociales.

  • 3 Cette observation renvoie a minima à la discussion menée par Durkheim dans Les règles de la méthode (...)

3L’analyse livrée ici rend modestement compte de la complexité urbaine telle que nous avons pu l’appréhender à partir de deux terrains de 4 jours. Cet article est l’occasion de revenir sur ces expériences et n’a pas la prétention d’une monographie approfondie étayée par des recherches investies dans la longue durée. Il s’agit de livrer les analyses et les interprétations issues d’un échange entre des enseignants-chercheurs égyptiens et français et leurs étudiants. Le délicat travail de construction réciproque d’une analyse partagée s’est prolongé jusque dans l’écriture de ce texte. Nous avons été confrontés à la tâche d’objectivation la plus fidèle possible à partir des expériences professionnelles distinctes qui caractérisaient cette « équipe éphémère ». La frontière instituant l’informel et le « formel », soit le « normal »3, demeure délicate à tracer car lestée de jugements de valeurs. Ce constat invite à la vigilance quant aux critères mobilisés dans la production d’idéaux-types relatifs aux habitats humains. Pour en rendre compte, il convient de revenir sur le long processus de reconnaissance politique et administratif dont les quartiers informels font l’objet en Égypte. Ce point sera complété par une brève incursion dans les doctrines en urbanisme, dont se saisissent les collègues égyptiens pour faire du projet urbain, en préalable à une présentation des observations de terrains effectuées entre 2013 et 2014. Il sera alors temps de conclure par quelques questionnements relatifs à cette immersion de courte durée en contexte d’urbanisation galopante à Alexandrie comme au Caire.

Le long processus de reconnaissance des Ashwaeyat et ses enseignements pour le projet urbain

4L’attitude des autorités publiques à l’égard des quartiers qualifiés d’informels en Égypte, soit des quartiers qui sont typifiés de la sorte et auxquels sont réservés des considérations et des traitements en conséquence, connaît une histoire longue. Cette dernière est séquencée selon une logique qui va de leur déni à leur reconnaissance en passant par différents états que nous rappelons ci-dessous. Cette chronologie conditionne les dispositions à leur égard et par conséquent les interventions publiques et privées déployées. Selon le déni dont ils sont victimes et la manière dont ils sont socialement construits une fois reconnus, des dispositions susceptibles d’intercéder en leur faveur parviennent à émerger ou non. Ces dernières ne sont pas toujours heureuses et peuvent s’avérer à double tranchant en raison des différenciations qu’elles peuvent induire entre des quartiers informels ou en leur sein (Markoum et Verdeil 2013) et des convoitises qu’elles peuvent susciter dans un contexte de pression foncière (Barthel 2013 ; Sims 2013). Le processus de reconnaissance des Ashwaeyat définit une carrière complexe associée à des actes politiques en matière de logement et d’urbanisation (législations, politiques publiques, déclarations, financements de projets, etc.) que nous ne ferons qu’esquisser à travers des ponctuations qui rendent compte d’une inflexion progressive à leur encontre. Ces infléchissements demeurent récents et par conséquent fragiles aussi devrait-on s’abstenir de conclure prématurément à une inversion de valeurs et a fortiori à une inversion de pratiques à leur encontre.

La publicisation des Ashwaeyat : un long processus de reconnaissance

5Le processus d’urbanisation non contrôlé, ramassé sous l’expression d’Ashwaeyat, en Égypte, concerne 12 à 17 millions de personnes (Alkady 1987 ; Madbouly 2006), dont 40 à 50 % sises en zone urbaine et 20 % sises en zones rurales (World Bank, USAID/TAPRII 2007). Pour Ghada Hassan Farouk, une des collègues avec laquelle nous avons travaillé, cette situation est généralement attribuée à la régulation du marché immobilier mise en place par Nasser dans les années 1950 et dont l’influence se fait sentir jusque dans les années 1970. Cette situation aurait contribué à la déprise des capitaux privés dans le domaine du logement et à une raréfaction de l’offre, fatale aux plus démunis (Hassan 2011). L’effondrement du marché immobilier a contribué à l’exacerbation des biens immobiliers, accès au foncier compris. Il s’est ensuivi une pression sur toutes les terres en friches et interstices susceptibles d’être rendus disponibles, sans épargner les terres arables, extrêmement rares et précieuses en Égypte. Cette situation a été aggravée par les restrictions budgétaires consécutives aux années de guerre dans les années 1970 de sorte que les installations illégales s’imposèrent comme les seules solutions disponibles pour les plus démunis. Cette situation sera relayée par d’autres politiques qui n’amélioreront pas le sort de ces derniers. Durant les années 1980 et 2000, la relégation de la croissance de la population vers des zones désertiques en dehors de la vallée du Nil s’est imposée comme la seule solution tenable en réponse à ce fléau urbain, pour reprendre les rhétoriques officielles, celles qui sont relayées dans les communications institutionnelles et par les grands médias. Des villes nouvelles, destinées à accueillir les plus déshérités, ont été érigées en dépit du bon sens. Dépourvues d’infrastructures et des aménités urbaines de base, gérées de manière bureaucratique, taxées trop lourdement, répondant à des standards excessifs et onéreux, ces établissements urbains n’ont pas répondu aux conditions économiques et sociales des populations auxquelles ils étaient initialement destinés et ont été occupés par des populations plus solvables (Barthel et Jaglin 2013 : 24-25). En conséquence, l’explosion des Ashwaeyat n’a pas régressé : elle s’est intensifiée pour littéralement exploser dès 2011.

Une « informalisation » de la production de la ville est à l’œuvre : aussi bien pour l’obtention des permis de construire, l’approbation des plans de développement que pour les « partenariats » souvent conclus de gré à gré entre État égyptien et investisseurs, qui donnent une entière liberté opérationnelle à ces derniers (Barthel et Monqid 2011 : 19).

6Le phénomène a gagné en importance dans l’opinion publique et s’est attiré une attention croissante des pouvoirs publics qui se sont progressivement emparés du problème. Ce processus a pris cependant un certain temps pour s’imposer : la séquence, décrite ci-dessous, présente de manière ramassée, les étapes de cette reconnaissance publique.

L’ignorance et l’invisibilité comme stratégie de déni du phénomène

7Jusqu’en 1990, les établissements informels faisaient l’objet de déni des pouvoirs publics. Si l’explosion du phénomène et sa diffusion dans les centres urbains ont permis la reconnaissance des Ashwaeyat, c’est la répétition d’accidents dramatiques, relayés par différents acteurs et associations, qui a finalement eu raison de la tentation des pouvoirs publics de fermer les yeux et de nier le phénomène.

Premiers signes de reconnaissance…

8Au déni de reconnaissance a fait suite une première forme de reconnaissance qui s’est imposée à travers une approche physique du problème. Les Ashwaeyat étant appréhendés à partir de la description de leurs habitats, plus ou moins solides et robustes, de la qualité de leurs sols, plus ou moins stabilisés, ainsi que par l’état de leurs équipements et des accès à des aménités comme l’eau potable, le tout à l’égout, l’électricité et autres commodités urbaines. Cette reconnaissance de principe a contribué à sortir les habitants et leurs quartiers du déni dont ils étaient victimes sans pour autant les sortir de leur isolement et leur conférer de nouveaux droits. Les habitants des Ashwaeyat restent dans les faits et dans leur grande majorité totalement dépendants de leur aptitude à s’organiser.

La littérature scientifique est abondante pour souligner l’absence de politiques sociales et de politiques de logement pour les pauvres : de nombreux chercheurs ont mis en relief à quel point les familles doivent se débrouiller elles-mêmes pour l’accès à l’électricité, à l’eau potable, etc. Les habitants doivent également assurer la propreté de leur rue là où les compagnies privées de collecte des ordures ne passent pas, s’organiser et faire jouer leurs réseaux communautaires et familiaux chaque jour pour s’en sortir (Barthel et Monquid 2011 : 20).

9Comme dans d’autres pays du pourtour méditerranéen, le désengagement des pouvoirs publics, voire leur compromission avec les pouvoirs privés, a profité à la « réislamisation par le bas » de la société (Roy O., http://www.revue-pouvoirs.fr/​Les-voies-de-la-re-islamisation.html), soit par les comités de quartier.

L’affirmation sociale des Ashwaeyat

10L’année 1996 correspond à un tournant dans le processus de reconnaissance des Ashwaeyat qui s’adosse à la publication du rapport El Shoura qui érige conjointement les habitants en principal problème et ressource des Ashwaeyat. L’adoption de ce point de vue préconise l’association de la population par la prise en compte de ses modes d’organisation et de vie dans les processus de réhabilitation, sans grand succès. Des actions isolées ou portées par des collectifs, permettant d’améliorer le quotidien de nombreux habitants, voient cependant le jour (Singerman 2009). Elles font parfois écho à une nouvelle génération de politiques publiques, qui demeurent ponctuelles, autour de l’établissement de centres sociaux, de bibliothèques, de centres d’accueil pour sans-abri temporaires, de santé maternelle et infantile.

11Cette approche inspirera progressivement de nouvelles contributions dont celle d’Hernando de Soto qui correspond à la mise au point d’une approche multicritère de type compréhensif testée par l’Institute for Liberty and Democracy (ILD). Bien que de peu d’effets (Sims 2011), ces investissements trouvent cependant des relais dans la formation de comités populaires, appuyés parfois par des actions gouvernementales et non gouvernementales. Des dispositifs comme les microcrédits, financés par des fonds sociaux, consolident la dynamique initiée par ces approches des Ashwaeyat. Des projets en vue de protéger les femmes contre des formes de violence et d’insécurité voient également le jour dans le cadre de ces politiques de régénération et de développement urbain. Tous ces investissements demeurent cependant le plus souvent limités à une approche éducative des habitants des Ashwaeyat, c’est-à-dire à partir de laquelle ces derniers ne sont pas considérés comme des partenaires à part entière.

Une nouvelle classification des Ashwaeyat

12Un nouveau tournant dans la perception des lotissements informels sera pris consécutivement à un éboulement de terrain entraînant la chute d’un rocher sur le quartier informel de Doweka en 2008. Plusieurs centaines de morts, sans compter le nombre de blessés, érigent cet événement en tragédie à la suite de laquelle les établissements informels seront subdivisés en deux catégories en fonction des menaces qui pèsent sur eux. Les autorités publiques feront dorénavant la distinction entre les sites à risques et les sites urbanisables, les premiers étant voués à des opérations de délocalisation des populations contrairement aux seconds qui pourront bénéficier de politiques de développement urbain. Cette distinction, qualifiée de naturalisation des risques, ouvre la voie à de nouvelles opérations de déplacements forcés des populations et sert la spéculation foncière. Cette mesure est une illustration parmi d’autres des effets à double tranchant de ce type de politique et plaide en faveur d’un « urbanisme de régénération » (Deboulet 2013 : 129-149).

Quels enseignements pour le projet urbain ?

13Dans quelle mesure la rétrospective proposée ci-dessus est-elle susceptible de rencontrer les préoccupations des acteurs de la ville, architectes et urbanistes égyptiens engagés dans la fabrique de la ville et les projets de renouvellement urbains auxquels émargent les Ashwaeyat ? La conception en matière de transformation urbaine opère par la référence à différentes doctrines en matière d’urbanisme, d’une part et en matière d’opportunités de politiques urbaines sous la pression de différents collectifs, d’autre part (Barthel et Jaglin 2011 : 15-19).

L’entrée par des doctrines urbaines

  • 4 C’est le constat qu’a fait notamment Maurice Blanc à propos des politiques de la ville en Allemagne (...)

14La distinction analytique souvent opérée entre des conceptions strictement sectorielles et physiques de la ville et de ses « problèmes » et des approches « sociales », plus volontiers versées dans la restitution de la situation socio-économique des populations, prédomine encore les logiques d’intervention des acteurs publics et privés. Elle est à l’œuvre dans les projets de renouvellement urbain où l’on retrouve des enjeux de doctrine entre l’approche physique versus le travail d’empowerment des populations4 pour faire face à la réhabilitation des quartiers qu’ils soient formels ou informels. Ces différences d’approches sont attestées par le langage qui réserve des expressions respectives pour des interventions de toilettage et de mise en conformité des édifices et des lieux, d’une part et des projets qui s’adressent aux populations, d’autre part. Ainsi les opérations dites de développement urbain ou de redéveloppement urbain sont-elles réservées pour les interventions architecturales et le réaménagement des espaces (Roberts et Skyes 2000) alors que les expressions de régénération urbaine ou de renouvellement urbain renvoient à des projets d’enrôlement des populations qui s’appuient sur les dynamiques sociales. Parmi les travaux invitant à considérer les Ashwaeyat sous cet angle, certains vont jusqu’à préconiser une inversion du regard, invitant à considérer le phénomène comme une chance, en raison des potentialités de ces territoires.

Une partie des décideurs et des experts conscients des problèmes sont d’avis que rien n’est inéluctable et que le développement du Caire peut être repensé dans une perspective plus « durable ». (…) La densification des périphéries peut devenir une réalité (…) Inversement, l’hyperdensité pourrait être vue (…) comme un atout ; (…) Un certain nombre de potentiels sur la voie du développement durable (…) n’attendent qu’à être pris en considération. Premier d’entre eux, les respirations qui existent encore au Caire : des terres agricoles (…) L’imbrication entre le rural et l’urbain est encore une réalité pour de nombreux habitants (…) Autre potentiel (…), une solide culture du recyclage et de la sobriété dans l’usage des ressources (…). Dans une même perspective, les quartiers informels pauvres (au moins huit millions de personnes) sont reconnus par certains experts pour leur caractère durable : compacité de la trame urbaine, polyfonctionnalité, forte part de mobilité piétonne pour les déplacements entre domicile et travail, système intraquartier de transports (…). Ajoutons que de récentes enquêtes ont révélé que les ménages acceptent depuis des décennies d’allouer des parts substantielles de leurs revenus à l’amélioration de leurs logements, mais également à l’entretien de l’espace public et à divers services urbains non assurés par les pouvoirs publics (Barthel et Monqid 2011 : 22-23).

15Selon cette lecture des Ashwaeyat, ces derniers présentent de réelles opportunités de régénération urbaine à condition d’être en mesure de construire des synergies entre les compétences sociales existantes et des relais de financements et d’aides au montage de projets (Buck et al. 2005 ; Tallon 2010). Ces auteurs mettent l’accent sur l’association de dimensions qui sont généralement pensées indépendamment les unes des autres, voire comme antagonistes, à l’exemple de l’économie et de l’environnement qui sont souvent traités comme des réalités objectives, dépourvues d’ancrage culturel, et les pratiques et activités sociales et culturelles qui sont perçues sous l’ange des formes de gouvernance notamment.

16Si les différentes postures en matière de projet urbain et de fabrique de la ville ne sont pas antinomiques en soi, leur synergie demeure suspendue aux paradigmes qui les sous-tendent. La distinction entre approche fonctionnaliste qui part de « besoins » érigés en normes quasi-universelles (en référence à un « homme universel ») et procède par l’identification de dysfonctionnements et de carences qu’il convient de couvrir, d’une part et un raisonnement qui procède d’une analyse socio-anthropologique et économique d’une population comme préalable à l’identification des revendications de cette dernière, voire au repérage des enjeux propres à ses conditions d’existence, d’autre part, demeure problématique du point de vue des croisements possibles. L’opposition mise en évidence par Françoise Choay dans son anthologie ancienne consacrée à l’urbanisme demeure à ce titre pertinente (Choay 1965). La dichotomie qui résiste à l’hybridation des approches est redoublée par le caractère bureaucratique des politiques publiques et des référentiels des équipes qui pêchent le plus souvent par leur endogamie, ainsi que par le mépris et les évitements de classe qui divisent la société. Ces dispositions ne profitent pas à la reconnaissance du contexte et d’une compétence des habitants.

L’entrée par la convergence des politiques urbaines avec des formes de politisation de l’opinion publique

  • 5 Cette lecture est confortée par le rétablissement d’un pouvoir militaire sous le gouvernement actue (...)

17À la lecture précédente, on peut en adjoindre une autre, plus politique, à l’instar de la question qui traverse le cycle de séminaires et de conférences organisé par le Cedej et qui a trait à l’articulation entre la montée des insatisfactions sociales, leurs traductions en revendications politiques et les systèmes locaux et les politiques urbaines, dans le contexte de pays et de villes en transition démocratique consécutivement aux printemps arabes. La question équivaut à interroger la capacité des acteurs à transformer le système clientéliste entretenu de longue date par les différentes équipes politiques en place et non à se limiter à une permutation des acteurs. Les contributions au séminaire du Cedej auquel il est fait référence font preuve d’une grande précaution à cet égard, mais il semblerait que les renversements de pouvoir ne profitent pas nécessairement à une remise à plat du système, ce que la période du président Mohamed Morsi pour l’Égypte, consécutive à la chute du président Hosni Moubarak, semble confirmer5.

18Tous ces aspects font obstacle à l’affirmation des habitants des Ashwaeyat comme acteurs à part entière. Ces derniers se voient encore trop souvent associés de manière hétéronome à la fabrique de la ville et de leurs quartiers. La reconnaissance en vertu de laquelle ils passent du statut de problème et d’obstacle à la fabrique de la ville au statut de ressource qu’il convient de mobiliser en amont d’une politique de régénération urbaine demeure souvent superficielle, voire factice et objet de manipulation. Les intentions à leur égard procèdent encore largement d’une logique de « faire-valoir » auprès des instances onusiennes qui évaluent et financent les projets, par l’intégration des critères de la « bonne gouvernance » notamment, plus que d’une volonté d’association des populations aux politiques d’habitat (Shehayeb 2009). Les habitants des Ashwaeyat demeurent un levier de reconnaissance pour les pouvoirs publics en quête de financements et dont les projets demeurent suspendus à des évaluations par des organismes internationaux. L’ensemble de ces critères d’évaluation demeure souvent sans objet du point de vue de la pratique de projet et de la fabrique urbaine en raison de l’absence de déclinaison de ces normes par les élites en collaboration avec la société civile. En conséquence, les améliorations substantielles pour les habitants demeurent suspendues au bon vouloir des élites. Cette situation perdure en dépit des communications prononcées dans différents cercles de pouvoir, dont ceux des conférences internationales où scientifiques et personnels administratifs échangent en présence de personnalités politiques qui se contentent généralement d’assister à l’ouverture ou à la clôture de ces travaux (http://egrev.hypotheses.org/​659).

19Après avoir explicité les processus d’hybridation qui conduisent à la consolidation de sémantiques réservées à la description de processus urbains non programmés complexes, nous en venons à la présentation des terrains entrepris en Égypte en 2013 et 2014 en préalable à la formulation de quelques interrogations à propos de l’urbanisation non programmée dans des mégapoles comme Alexandrie et Le Caire.

Retours d’expériences d’Alexandrie et du Caire

  • 6 Elle a été réalisée par petits groupes de 2, 3 étudiants et enseignants de manière à régler les pro (...)

20La restitution des deux workshops, effectués à un an d’intervalle à Alexandrie et au Caire, est destinée à enrichir la réflexion sur les enjeux de la catégorisation en général, appliqués ici à la notion d’informalité, en matière de projet architectural et urbain. Le premier workshop a réuni une vingtaine d’étudiants en quatrième année d’architecture à l’Insa de Strasbourg, une dizaine d’étudiants de première année d’architecture à l’UFE et une dizaine d’étudiants de l’école des Beaux-Arts de l’université d’Alexandrie, afin d’entreprendre une étude sur un ancien quartier de la ville d’Alexandrie. Le second workshop a réuni les deux promotions d’étudiants de l’UFE auxquels se sont joints quatre étudiants en cursus d’architecture de l’Insa de Strasbourg, deux étudiantes diplômées d’architecture, inscrite en master Architecture, Structures et Projets Urbains (Aspu, Ensas, Insa, mention Urbanisme) et un doctorant diplômé d’architecture, inscrit dans le laboratoire Architecture, Morphologie/Morphogenèse Urbaine et Projet, (Amup, EA 7309, équipe d’accueil adossée à l’Ensas et à l’Insa de Strasbourg). En complément du diagnostic urbain auquel les étudiants en architecture sont exercés, l’enquête6 a consisté en l’effectuation de petits échanges avec les habitants. Cette immersion a permis de collecter leurs impressions par rapport aux modifications enregistrées dans leur quartier. Il s’agissait de vérifier s’ils en étaient conscients et comment ils se situaient par rapport à ces évolutions.

Les métamorphoses en cours de Kom el DekKa sous couvert de modernité et de progrès

21Kom el Dekka est un quartier situé à faible distance de la majestueuse bibliothèque d’Alexandrie et de son université. Dans une métropole du Nord, ce quartier passerait pour un candidat idéal à la gentrification. Il s’agit en effet d’un quartier qui dispose d’une mixité fonctionnelle et sociale, due aux nombreux artisans et petits commerçants qui y travaillent ainsi qu’une architecture de maisonnettes de ville de deux étages, donnant sur des ruelles et des cours semi-privées, voire privatives, selon la structure de l’espace public typique des villes du sud de la Méditerranée. Ce dernier se distingue de celui des villes occidentales par la rue commerçante qui définit un axe à partir duquel le rapport public/privé s’inverse à mesure qu’on s’en éloigne. Cette organisation spatiale a des conséquences sur l’occupation des ruelles et des cours adjacentes par les femmes et les enfants. Il s’ensuit un espace urbain sous contrôle familial et social. Cette urbanité de type oriental, que l’on peut encore déceler dans ce quartier en dépit des influences occidentales qui ne manquent pas à Alexandrie, se complète par un réseau de rues en labyrinthe, percé par de nombreux passages, dans lequel le mode de circulation dominant est pédestre ou s’effectue par traction animale. La présence animale ne se limite pas à cette circulation : de nombreux animaux cohabitent ici avec les humains.

  • 7 À l’instar des protestants que Max Weber a érigés en « porteurs » du capitalisme, les Nubiens serai (...)

22Kom el Dekka présente d’autres caractéristiques assez exemplaires liées à l’établissement d’une forte proportion de Nubiens, venus s’établir dans les années soixante, consécutivement à la construction du barrage d’Assouan. Selon les informations collectées auprès des habitants, les Nubiens sont réputés travailleurs et dignes de confiance7. Le quartier bénéficie en conséquence d’une bonne réputation. Kom el Dekka est enfin connu comme le lieu de naissance du musicien nationaliste célèbre Sayed Darwish qui a contribué à restaurer la fierté des Égyptiens et dont un café sur une des placettes centrales arbore fièrement le portrait. L’ensemble de ces caractéristiques, collectées en quelques jours de terrain, et par conséquent non exhaustif, témoigne de ce que ce quartier rassemble, selon des repères occidentaux, tous les ingrédients pour un processus d’attractivité.

23Qu’il soit ou non un candidat désigné à ce type d’investissement, il demeure que Kom el Dekka est le terrain depuis la révolution de 2011 d’investissements qui, en s’intensifiant, contribuent à un bouleversement profond et radical de sa structure sociale et urbaine esquissée brièvement ci-dessus. Les transformations qu’il connaît opèrent par l’entremise de l’effondrement de plus en plus fréquent des maisonnettes de ville qui, à défaut d’être entretenues, finissent en tas de gravats et de déchets dans l’espace public. À ce stade d’éboulement, la reconstruction sur la parcelle peut opérer par l’intermédiaire d’opérateurs immobiliers qui érigent à leur place des immeubles de 9, 11, voire 15 étages. Ces hauteurs contribuent à la privation de la lumière dans les rues étroites. Par ailleurs, ces immeubles, de facture extrêmement modeste, ne sont du témoignage de leurs habitants ni équipés en ascenseurs ni fournis en eau courante dans les derniers étages. De l’avis de certains informateurs, les fondations sont minimales et ne résisteraient pas à des secousses, dans cette région exposée aux risques sismiques. Outre ces considérations à l’échelle du bâti et des parcelles, l’édification des immeubles de grande hauteur dans le quartier s’accompagne d’une redéfinition du tissu urbain selon un tracé en grille. Ce dernier, plus propice à la circulation des voitures, va également à l’encontre de l’occupation de l’espace public par les femmes et les enfants. Les immeubles de grande hauteur contribuent à la désertion de ces derniers de l’espace public. Les voitures tendent à se substituer aux mobilités pédestres aussi en raison des goûts et des modes de consommation des nouveaux propriétaires. Subrepticement le quartier se transforme à la fois dans sa morphologie mais aussi dans ses modes de vie et d’habiter.

24La transformation en cours à Kom el Dekka est intéressante à plus d’un titre en ce qu’elle ne correspond pas à l’image des Ashwaeyat, si tant est que l’on associe ces derniers à des taudis. Les bâtiments qui poussent à Kom el Dekka ne sont pas faits de cartons, de taules et de rebuts. L’informel, qui prend ici la silhouette de la modernité, est d’autant plus redoutable que personne n’ira s’insurger contre la disparition de maisonnettes, d’ânes et de bœufs hérités du siècle passé au profit d’immeubles et de voitures… La transformation urbaine en cours peut donc se vanter de marcher dans les traces du progrès. L’opposition à cette dynamique sera d’autant plus difficile car elle ne pourra pas mobiliser des arguments « charitables ». Le cas de Kom el Dekka est intéressant car il invite à revenir sur le sens de l’informalité urbaine pour la complexifier en fonction des réalités sociales et économiques qui la sous-tendent.

  • 8 Reste à voir si c’est l’État qui est en mesure de l’incarner. Il convient de ne pas oublier cependa (...)

25Le retour d’enquête auprès des habitants a permis de creuser dans quelle mesure ces derniers adhèrent aux promesses de modernité et de progrès qui sous-tendent les opérations immobilières et s’ils en sont dupes ou pas. Ces échanges ont permis de mettre en évidence une des logiques sous-jacentes à ce processus d’urbanisation qualifié d’informel. Propriétaires ou non des maisonnettes en ruine qu’ils occupent depuis longtemps, les habitants de ces dernières ne disposent généralement pas des ressources pour entreprendre des travaux de réparation. Ils s’en remettent à des intermédiaires qui leur proposent des opérations « gagnant, gagnant », c’est-à-dire dont chacun peut tirer profit : les familles qui souhaitent offrir des appartements à leurs enfants afin qu’ils puissent s’établir ainsi que les opérateurs immobiliers qui cherchent à rentabiliser leur opération en revendant plusieurs lots. Conformément à la théorie de l’individualisme méthodologique – selon laquelle des stratégies individuelles ou familiales conduisent à des effets collectifs non intentionnels, mais néanmoins représentatifs de la « main invisible » et donc d’un certain ordre social qui tirerait sa légitimité d’une dynamique « naturelle » –, le quartier se modifie sans que personne n’en revendique la responsabilité. Selon une autre interprétation, la fabrique de la ville suit une « loi de la négligence » (neglecful rule) pour reprendre les termes de W. J. Dorman, voire une « loi prédatrice », qui ne profite pas de manière symétrique aux populations. La dynamique constatée n’opère pas dans le sens d’un intérêt général ni a fortiori d’intérêts communs, mais à contre-sens de la formation d’aménités urbaines. La ville se transforme inexorablement sous l’influence de la recherche de profits auxquels tout le monde aspire d’une certaine façon et à différentes échelles, mais qui en l’absence d’orchestration et de régulation « publique », au sens d’une publicisation des formes de gouvernance, suit plutôt la pente inversée d’un progrès social. Cette observation a son importance, car elle ne conduit pas à ériger tout le monde sur un même plan : certains acteurs y contribuent de manière plus dynamique que d’autres. Ce constat sans surprise illustre la nécessité d’une régulation suffisamment visible et discutée pour aller à l’encontre de logiques souterraines, permettant de court-circuiter la prise en compte de la complexité des intérêts sociaux. Le sens du collectif et du commun, qui se sont imposés comme des critères centraux de la régénération urbaine, ne s’impose pas par le processus de la main invisible, c’est-à-dire selon les intérêts des individus, mais par l’action concertée et négociée dont les pouvoirs publics8 demeurent légitimement les garants. Laissé au seul individualisme méthodologique, le commun s’épuise dans des logiques dont la perversité passe inaperçue au nom de ce qu’elle résulterait de projets personnels, librement poursuivis par des individus, dont on omet de souligner qu’ils sont pris dans des rapports de force inégaux.

El Merrag, l’implantation réticulaire d’un habitat de fortune au pied d’immeubles et de tours en construction

26Au même titre que Kom el Dekka perd inexorablement sa forme et son caractère de quartier Nubien, El Merrag en plein essor se remplit progressivement par ses vides. Le terrain investigué, situé à l’Est du quartier de Maadi au Caire, érigé autour du Carrefour et du nouveau lycée français, relève à première vue davantage d’un chantier programmé que d’un processus d’urbanisation informel. Cette typification repose sur les moyens déployés sur ce territoire transformé en un énorme chantier destiné à accueillir des voiries de différents gabarits ainsi que de nombreux immeubles privés d’espaces publics. Si de toute évidence, El Merrag tient d’un processus d’urbanisation contrôlé, il ne s’agit pas pour autant d’un processus concerté comparable à une « Zone d’aménagement concertée » (ZAC) ou à une « Opération d’aménagement programmée » (OAP) au sens français de l’urbanisme. Le chantier, dont il est ici question, combine les aspects de l’informel et du formel tant du point de vue de l’absence d’un cahier des charges bien établi, au profit de la libre expression des intérêts privés, et d’un traitement des espaces publics d’une part, que de la légalité de la démarche attestée par la taille du chantier, mené au vu et su de tout le monde, d’autre part.

27Laissant de côté l’étonnement consécutif à l’exposition à des règlements et des codes d’urbanisme non familiers, c’est le traitement des espaces publics qui retiendra ici notre attention en raison de ce que le quartier se construit dans les impensés propres à ces derniers. Aucune grammaire de l’espace à l’intention des habitants et des usages : ni seuils, ni passages. Le quartier en gestation s’adresse exclusivement à des voitures transportant des humains passant d’espaces protégés par des grilles et des codes à d’autres espaces protégés. Seule expression d’un espace public : le Carrefour et ses franchises, privées de publics. Cette description sommaire gagne à être affinée, notamment par la lecture des marges de ce chantier. Ce dernier met en regard du Carrefour, fermé sur lui-même et climatisé, un centre commercial vétuste, structuré autour d’un patio, dont on peut se demander s’il n’est pas davantage traversé que fréquenté. À cette impression, issue d’une présence en pointillé, viennent s’en ajouter d’autres comme l’installation, ici et là, de petites échoppes venant se loger dans les interstices créés par le chantier. À la relative simplicité de l’opération d’urbanisation, voire à sa plus triste expression, se superpose, pour qui sait s’aventurer un peu et laisser glisser son regard dans les creux, un autre chantier mineur et pourtant puissant. Un Ashwaeyat en cours d’édification ne fait ici aucun doute ainsi qu’en témoignent les petites bicoques minimalistes au pied des immeubles cossus en construction. Bien qu’en attente d’habitants, ces édifices offrent tous les ingrédients de l’informel à commencer par les petits emplois qu’ils génèrent. Ouvriers, petits commerçants et livreurs, armée de travailleurs de fortune susceptibles de trouver un débouché provisoire à El Merrag s’emploient à s’installer durablement avec leurs familles en ces lieux.

28Ce processus, brièvement esquissé, correspond à ce que l’architecte Randa A. Mahmoud met en exergue à travers ses travaux sur la périurbanisation cairote (Mahmoud 2013). Cette dernière procède d’une association oscillant entre synergie et parasitisme entre les riches et les pauvres. Cette situation est attestée par la formation quasi concomitante entre les beaux quartiers planifiés par l’État et les quartiers informels. Cette attraction systématique que les premiers exercent sur des populations démunies s’opère généralement à distance d’une voie de circulation de grand gabarit. En ce qui concerne El Merrag, il est encore trop tôt pour présager de l’importance du quartier informel qui verra le jour à terme, c’est-à-dire quand l’ensemble des immeubles cossus sera habité. Reste à savoir combien de temps prendra ce peuplement car il n’est pas rare – logique foncière à l’œuvre ? –, de traverser d’immenses quartiers inhabités le long de Ring Road, là où opère la périurbanisation cairote. Cette dernière se déploie tous azimuts au profit de collections de grands édifices plantés sur des kilomètres de long et de large sans emploi, c’est-à-dire sans trouver ni locataires ni acheteurs. Il en résulte des paysages urbains lugubres ponctués par de rares petites lumières la nuit, que celles-ci proviennent d’appartements isolés ou des échoppes de fortune au pied des tours promises à de beaux lendemains qui se font désirer. Face à cette désaffection/désolation, l’installation sauvage procure un sentiment de sécurité ontologique bienvenu pour les habitants en attente d’urbanité. Il s’ensuit une forme d’accord tacite, de don contre don, entre les habitants officiels et les habitants à la sauvette. Ces derniers assurant les aménités minimales d’une vie de quartier. Si le processus d’Ashwaeyat semble bien enclenché à El Merrag, il s’accompagne d’une tolérance relative des habitants de la ville planifiée. Les contours de cette tolérance sont informés par la connaissance que les habitants ont de ces peuplements qui constituent leurs ressources domestiques, garantissant au passage une certaine présence dans les espaces publics désertés et assurant une sécurité minimale dans des quartiers livrés au tout automobile. Contrairement aux apparences, les deux types de population échangent et sont au contact l’une de l’autre. Elles produisent à cet égard un « urbanisme de contact » qui fait défaut dans la conception du projet. À l’occasion d’une investigation plus approfondie, il serait intéressant de préciser le profil de ces passeurs de frontières, tant de ceux qui passent Ring Road pour venir coloniser les quartiers planifiés dès leur phase de chantier que de ces « pionniers » qui composent avec ces « oubliés de la modernisation ».

Conclusion

29Au cœur des métropoles et mégapoles qui caractérisent la dynamique urbaine du xxie siècle, on voit éclore et pousser à des rythmes inouïs des établissements humains volontiers qualifiés d’informels en référence à une absence, un manque ou une carence… Mais de quelle absence s’agit-il ? Les ateliers mettant en situation des étudiants et leurs enseignants-chercheurs issus de l’Université Française en Égypte et de l’Insa de Strasbourg ont permis de collectionner des impressions, de les expliciter et de les organiser en analyse de la complexité urbaine pour un retour critique sur des catégories ambivalentes comme celles de quartiers informels. Les déficits érigés en critères de l’informel nous semblent immanquablement procéder d’attentes sociales à géométrie variable qui ne rendent pas compte des habitants ou si peu. Ces attentes, dans notre cas, étaient compliquées par différents préjugés, à commencer par les nôtres qui ne croisaient pas ceux de nos collègues égyptiens en raison de nos ancrages culturels réciproques. À maintes reprises, nous avons eu l’occasion de questionner nos étonnements et d’en discuter. Il en était ainsi de Kom El Dekka qui pouvait se présenter à nos yeux comme un candidat idéal à la gentrification, selon nos référentiels, et d’El Merrag qui nous semblait procéder de manière anarchique et au mépris de toute règle d’urbanisme. La confrontation de nos observations et interprétations et les échanges qui en ont résulté attestent de la complexité des typifications et hybridations en général et en matière d’informel et de formel, en particulier, tant ces vocables renvoient à des normes qui demeurent à expliciter.

30Selon les situations, nous avons pu identifier que le recours à ces catégories se fonde sur :

  • le déni du droit, voire de la déprise des pouvoirs publics, mais aussi du droit coutumier des populations installées, voire à leur instrumentation par des acteurs privés ;

  • l’ineptie des programmes d’urbanisation, opérant en toute légalité au mépris des fondamentaux de l’urbanité, confortée par l’absence de traitement des espaces publics et

  • l’absence de précaution en matière de construction faisant courir des risques aux populations et impactant durablement les conditions de vie à l’échelle de la métropole.

31Cette liste, non exhaustive, pourrait être enrichie. Elle illustre un des enseignements majeurs des sciences sociales à savoir que le vocabulaire ordinaire, partagé communément par une collectivité humaine, exprime davantage les normes qui lient les personnes que des phénomènes qui échapperaient à des ordonnancements normatifs. Il en va ainsi des réalités qui émargent à la désignation de quartiers informels : elles nous renseignent des accords et désaccords à propos de référentiels en vigueur. L’effort d’objectivation auquel s’emploient les sciences sociales vise en premier lieu les définitions négatives, qui opèrent en référence à une norme sociale. À l’instar du chômage, qui ne saurait être appréhendé à partir du travail (Schehr 1999), dont il serait le négatif, la définition des quartiers informels questionne les normes qui valident en creux cette catégorie. En situation d’ateliers ou de terrains multiculturels, nos arrière-plans respectifs ont gagné en visibilité. Cette expérience invite à se demander si l’informe, dont il est question dans l’expression de « quartiers informels », ne renvoie pas autant à l’inculture des observateurs qu’à celle des habitants et de leurs établissements qui seraient privés de forme. Pour autant, le recours au qualificatif « informel » peut se justifier s’il est précisé qu’il répond à une rupture par rapport à des normes dominantes, bien établies et installées dans la durée. La diversification de certains types d’établissements, précaires et démunis, consécutivement à l’explosion urbaine, a contribué à la mise en visibilité d’une nouvelle écriture urbaine, qui résistait au décodage et à la lecture. L’expression générique d’habitats ou de quartiers informels s’est imposée dans ce cadre. Elle joue de l’association de deux référentiels qu’elle distingue ou associe selon les cas : celui de l’architecture et de la forme urbaine, d’une part et des processus, d’autre part. Seraient alors désignés d’informels des établissements qui échapperaient à une certaine régulation publique. Que penser aujourd’hui de cette sémantique alors que ces formes et ces processus ne sont plus marginaux ni nouveaux mais qu’ils procèdent d’une dynamique récurrente, entretenue et produite par des alliances qui opèrent de manière cachée mais néanmoins robuste ? Outre la question de la justesse d’une sémantique, l’interrogation s’applique également à la conception et conduite de politiques soucieuses du bien commun. C’est là un enjeu de la fabrique urbaine en général, qu’elle s’en prenne à des processus qualifiés d’informels en raison de leur caractère vernaculaire, secret, voire mafieux, mais aussi lorsqu’il est question de processus orchestrés par la main publique en concertation avec des acteurs privés au détriment des habitants et des associations qui cherchent à se faire entendre.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (1999), L’invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Éditions les archives contemporaines, Amsterdam.

AlKady G. (1987), L’urbanisation spontanée auCaire, thèse de docteur-Ingénieur, L.U.P. Université Paris-Val-de-Marne.

AlKady G. (1996), « Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture, And Urban Space In The Globalized Planet », American university press.

Barthel F. (2011), « Normalizing Economic Loss from Natural Disasters: A Global Analysis », Global Environmental Change, p. 24-25.

Barthel P.-A. et S. Jaglin (2013), Quartiers informels d’un monde arabe en transition. Réflexions et perspectives pour l’action urbaine, Conférences & Séminaires 7, Département de la recherche AFD.

Barthel P.-A. et Monquid S. (2011), Le Caire. Réinventer la ville, Collection Villes en mouvement. Villes durables en méditerranée, Paris, Éditions Autrement.

Blanc M. (2006), « Politique de la ville et Soziale Stadt, une comparaison franco-allemande », Pensée plurielle, 2/2006, n° 12, p. 45-51.

Buck N., Gordon I., Harding A., Turok I. (2005), Changing cities: Rethinking competitiveness, cohesion and governance, Palgrave Macmillan.

Choay F. ([1965] 1979), L’Urbanisme, utopies et réalités : Une anthologie, Paris, Seuil, coll. « Points », 446 p., présentation en ligne.

Cities alliance (2008), Slum Upgrading Up Close: Experiences of Six Cities, < http://www.citiesalliance.org/index.html >.

Couch C., Fraser C. and Percy S. (2003), Urban regeneration in Europe, Blackwell Science Ltd.

Davis M. (2006), Le Pire des mondes possibles : de l'explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte.

Deboulet A. (2013), « Pour un urbanisme de réparation dans les quartiers populaires : réflexions à partir du cas égyptien dans le contexte d’une transition », P.-A. Barthel, S. Jaglin, Quartiers informels d’un monde arabe en transition. Réflexions et perspectives pour l’action urbaine, Conférences & Séminaires 7, Département de la recherche AFD, p. 129-149.

De Soto H. (1997), Dead Capital and the Poor in Egypt, ECES.

Dubois-Maury J., Paquot T. (dir.) (2010), L’abc de l’urbanisme, Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne-UPEC, Paris, Studio Pakenko.

Farouk Hassan G. (2011), « Review and re-evaluation of the successive housing Policy in Egypt », Al Azhar University Jourmal, EAJ 4.

Farouk Hassan G. (2012), « Regeneration as an approach for the developpment of informal settlements in Cairo metropolitan », Alexandria Engineering Journal, vol. 51, Issue 3, september, p. 229-239.

Gotham F. K. (2001), « A City without Slums. Urban Renewal, Public Housing and Downtown. Revitalization in Kansas City, Missouri », American Journal of Economics and Sociology 60 (1), p. 285-316.

Huger A., Nile and the city – analysis and conceptual ideas, Joint European project CEAIC, Stuttgart University, 2010.

Ketterer I., Schade C. (2011), Ezbeit al Nasr Cairo, Stuttgart University, Architecture and City Planning.

Lefebvre H. (1970), Du rural à l’urbain, Paris, Éditions Anthropos.

Madbouly M., Lashin A. (2003), Housing Development in Informal Settlements in Cairo, Unpublished Research for Urban Training Institute, Ministry of Housing,

Madbouly M. (2006), Developing Innovative Approaches for Financing Housing to Meet the Challenge of Affordable Shelter for the Urban Poor in Egypt, Published Paper at the GOPP Conference.

Mahmoud R. A. (2013), « Périurbanisation Cairote : Quand deux mondes divergents se croisent », in : Ba A. H. et Lombard J. (dir.), Dynamiques de Développement et Enjeux de Gouvernance Territoriale Espaces ruraux/espaces urbains, Paris, L’Harmattan.

Mahmoud R. A., Abd Elrahman A. S., « La planification controversée du Grand Caire avant/après 2011 », Égypte/monde arabe, 3e série, 11/2014, consulté le 01/11/2016, < http://ema.revues.org/3305 >.

Markoum J. et Verdeil E. (2013), « Le développement du réseau de gaz naturel au Caire : une réforme qui pénalise les quartiers informels », in P.-A. Barthel, S. Jaglin, Quartiers informels d’un monde arabe en transition. Réflexions et perspectives pour l’action urbaine, Conférences & Séminaires 7, Département de la recherche AFD, p. 109-125.

MOLD (1999), Conference on Informal Housing in 1994 (building on the Shura Council work), Arandel (1997), and the MOLD in 1999.

Petonnet C. (1979), On est tous dans le brouillard. Essai d’ethnologie urbaine, Paris, Galilée.

Roberts P. W., Skyes H. (2000), Urban regeneration: A Handbook, Sage Publications, < http://www.amazon.com/urban-regeneration-handbook-peter-roberts/dp/0761967176 >.

Roy O., « Les voies de la ré-islamisation », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 62, p. 62 – L’Islam dans la cité, p. 81-91, consulté le 02/12/2016, < http://www.revue-pouvoirs.fr/Les-voies-de-la-re-islamisation.html >.

Rudolf F. (1998), L’environnement, une construction sociale, Pratiques et Discours sur l’environnement en Allemagne et en France, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Schehr S. (1999), La vie quotidienne des jeunes chômeurs, Paris, PUF.

Shehayeb D. (2009), « Advantages of Living in Informal Areas », Gtz publication, Cairo’s Informal Areas between Urban Challenges and Hidden Potentials.

Sims D., Abdelfattah H., El Shorbagi M. (2010, 2011), « Building a platform for urban upgrading in greater Cairo Region », Draft Policy Paper World Bank Sustainable development MENA region.

Sims D. (2016), « Securing Land Tenure in Egypt: Who needs registered Titles? », Metropolitics, 14, June, < http://www.metropolitiques.eu/Securing-Land-Tenure-in-Egypt-Who.html >.

Sims D. (2013), « Les quartiers informels du Caire tirent-ils avantage de la “révolution” égyptienne ? », in P.-A. Barthel et S. Jaglin, Quartiers informels d’un monde arabe en transition. Réflexions et perspectives pour l’action urbaine, Conférences & Séminaires 7, Département de la recherche AFD, p. 71-87.

Sims D. (2010), Understanding Cairo: The Logic of a City out of Control, American university NEP 2004, Guidelines for urban regeneration in the Mediterranean Region. Priority Actions Program, Regional, Activity Centre Split. p. 7, January 2004.

Singerman D. (2009), Cairo contested, American University in Cairo press.

Soliman A. M. (2011), The Egyptian Episode of Self-Build Housing, Habitat International, < http://www.elsevier.com/locate/habitatint >.

Tallon A. (2010), Urban regeneration in the UK, Routledge.

Tone A. (2009), In The Age of Anxiety, New York, Basic Books, Oxford University Press.

Turner J. F. C. (1972), « Housing as a verb », Turner J. F. C., Fichter R. (eds.), Freedom to Build: weller Control of the Housing Process, The Macmillan Company, New York.

The National Urban Observatory Unit, GOPP (2005), A Pilot Study on the Experience of Egypt in the Housing Needs Assessment using Urban Indicators, Ministry of Housing, Cairo.

The National Council for Services and Social Development, Low-Income Housing Policy, Republic Presidency – Specialized National Councils, Cairo, 1996.

UNEP 2004, Guidelines for urban regeneration in the Mediterranean Region. Priority Actions Program, Regional, Activity Centre Split.

United Nations Human Settlements Programm, (2003), The Challenge of Slums Global Report on Human Settlements, Earthscan Publications Ltd, London and Sterling, VA.

World Bank and USAID/TAPRII (2007), A Framework for housing policy reform in Egypt: developing a well functioning housing system and strengthening the National housing program, May.

Haut de page

Notes

1 C’est le propre des montées en généralité que de contribuer à une réduction de la complexité. Voir à ce propos comment le concept d’« environnement » ouvre un espace indéterminé, qualifié à ce titre d’« attracteur de sens » (Rudolf, 1998), à la fois fort pratique parce qu’englobant et très inconfortable par le nivellement qu’il crée.

2 Ashwa’iyya signifie en arabe aveuglement, à l’aveuglette, hasardeusement. À ce titre, « la notion (…) engloberait à la fois l’idée d’irrégularité juridique, de dysfonctionnement structurel, de précarité résidentielle et de lieu de vie des couches populaires de la société urbaine en Égypte. (…) Dans les représentations collectives, il s’agirait tout à la fois de zones de non droit et d’anarchie, de lieux d’importation des traditions paysannes – (…) –, ou encore un terreau du fondamentalisme et de l’insurrection urbaine », (‘Ashwa’iyya – Égypte en Révolution(s), Carnets du Cedej, 03/05/2012, http://egrev.hypotheses.org/127).

3 Cette observation renvoie a minima à la discussion menée par Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique sur le normal et le pathologique, à savoir que le pathologique est l’expression d’un écart à la norme. Selon cette reformulation, le crime dans les limites d’un certain seuil est un phénomène normal.

4 C’est le constat qu’a fait notamment Maurice Blanc à propos des politiques de la ville en Allemagne et en France (Blanc 2006).

5 Cette lecture est confortée par le rétablissement d’un pouvoir militaire sous le gouvernement actuel du président Al Sissi.

6 Elle a été réalisée par petits groupes de 2, 3 étudiants et enseignants de manière à régler les problèmes de langue et s’est structurée autour d’interviews de petit format avec les habitants des quartiers étudiés.

7 À l’instar des protestants que Max Weber a érigés en « porteurs » du capitalisme, les Nubiens seraient définis par un ethos particulier.

8 Reste à voir si c’est l’État qui est en mesure de l’incarner. Il convient de ne pas oublier cependant que les services publics sont l’expression de la solidarité sociale dont l’État de droit se fait historiquement le promoteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Rudolf et Ghada Hassan Farouk, « Derrière les ashwaeyat : la ville des promoteurs »Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 52-63.

Référence électronique

Florence Rudolf et Ghada Hassan Farouk, « Derrière les ashwaeyat : la ville des promoteurs »Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/367 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.367

Haut de page

Auteurs

Florence Rudolf

Professeure des universités
Département d’architecture, Insa de Strasbourg,
directrice adjointe de l’Amup (EA 7309)

Articles du même auteur

Ghada Hassan Farouk

Professeure des universités
Urban Planning Department, Faculty of Engineering,
Ain Shams University, Cairo, Egypt

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search