Navigation – Plan du site
Des projets en pratique

Prévention des risques par la maîtrise de l’urbanisation

Le cas d’Istanbul
The Prevention of Risks through the Control of Urbanization: the Case of Istanbul
Nihal Durmaz
p. 64-75

Résumés

Après l’introduction de la « loi désastre », l’urbanisation d’Istanbul a entamé une nouvelle phase. Cet article cherche à analyser les implications des risques environnementaux dans le processus d’urbanisation d’Istanbul. Il cherche à rendre compte de la manière dont la notion de risque environnemental a été instrumentalisé dans le cadre d’une politique de développement urbain et au profit de quels changements. Cette réflexion s’appuie sur la mise en œuvre de la « loi désastre » dans les différents districts d’Istanbul de Sarigöl et Tozkoparan.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphane De Tapia revient sur le cosmopolitisme de la ville d’Istanbul, de l’époque impériale à nos (...)
  • 2 Selon les chiffres officiels du Centre des statistiques de Turquie (Türkiye Istatistik Kurumu, TÜIK (...)

1Istanbul, la ville historique majeure bâtie des deux côtés du détroit de Bosphore séparant l’Asie de l’Europe et reliant la mer Noire à la mer de Marmara, caractérisée comme le lieu de la diversité à travers la présence de populations d’origines diverses et une pluralité culturelle1, et comme le pôle économique majeur de la région de par son contrôle sur le Bosphore (l’une des voies maritimes les plus fréquentées du monde) et sur les circulations par voie terrestre entre l’Europe et l’Asie, a connu un développement sans précédent à la suite de l’instauration de la République de Turquie. Sa population est passée de 689 000 habitants en 1927 (premier recensement de la population de l’ère républicaine), à plus de 14 millions d’habitants en 20152. Cette explosion démographique s’est accompagnée d’une expansion spatiale considérable (carte 1), sous l’effet d’une modernisation économique par l’industrialisation, puis de la mondialisation économique.

  • 3 Les opportunités de marché ont été des éléments essentiels pour le bon fonctionnement de l’activité (...)
  • 4 C’est-à-dire de nombreuses zones d’habitat spontané et illégal, appelées en turc « gecekondu », lit (...)

2L’héritage d’Istanbul en matière d’installations industrielles, de réseaux de transports, sa forte densité, ainsi que ses caractéristiques géographiques (proximité à la Thrace, à l’Anatolie, aux mers), ont d’abord procuré à cette ville les conditions favorables à l’industrialisation de la ville d’Istanbul3. Sur le plan urbain, cette transformation des politiques économiques et industrielles s’est traduit par un exode rural massif vers Istanbul et par conséquent l’expansion de la ville de façon incontrôlée et non planifiée (« çarpık kentleşme »). Une nouvelle forme d’occupation des sols a vu le jour par l’émergence des « gecekondu » 4.

  • 5 Le territoire s’est agrandi de façon spectaculaire, avec une superficie de 5 461 km² atteignant à l (...)

Carte 1 : Croissance historique de la ville d’Istanbul5. Source: Earthquake master plan for Istanbul, Japan International Cooperation Agency (JlCA) / Istanbul Metropolitan Municipality (IMM), juillet 2003.

  • 6 Harvey D., 1989, From managerialism to entrepreneurialism: the transformation of urban politics in (...)
  • 7 Selon Pierre Veltz, ces mutations qualifient différemment les rapports de l’économie avec les terri (...)
  • 8 L’après 1980 renvoie au passage d’une économie fortement marquée par l’industrie à une économie fon (...)
  • 9 Uzun B., Çete M., Palancıoğlu H. M., 2010, Legalizing and upgrading illegal settlements in Turkey, (...)

3Avec l’avènement de la mondialisation économique, dans les années 1980, suscitant un contexte de mise en concurrence et de dérégulation des marchés de biens et de capitaux, les grandes villes ont été incitées à identifier et à valoriser leurs avantages comparatifs, à développer des politiques proactives d’attraction des investissements et des groupes sociaux stratégiques. Les gouvernements urbains se sont convertis, de manière plus ou moins contrainte, à l’entrepreneurialisme6, et les villes façonnées par ces politiques économiques néolibérales sont davantage devenues les lieux principaux de la nouvelle production capitaliste7. La Turquie, comme bien d’autres pays, a fait le choix de mettre en concurrence ses villes, et le réaménagement actuel d’Istanbul révèle une forme très autoritaire de ce choix néolibéral. Pour assurer la promotion d’Istanbul sur le marché international des grandes villes mondiales, il a été nécessaire d’attirer et de concentrer les activités de service tout en renforçant l’image de la ville selon les normes internationales. Cette mise en conformité « internationale » de la ville d’Istanbul s’est traduite par la délocalisation des activités industrielles au profit des activités culturelles, touristiques et financières, par la captation des investissements internationaux privés, productifs comme spéculatifs, par la multiplication des grands projets d’équipement et l’organisation d’événements internationaux, et par des interventions sur le tissu urbain8. Sur ce dernier point, nous assistons à une phase rapide et brutale de transformation de nombreux quartiers de la mégapole stambouliote, vouée à des opérations massives de destructions et de reconstructions de logements. Cette politique de renouvellement urbain (en turc « kentsel dönüşüm »), génératrice de pressions spéculatives, est menée au nom de la réhabilitation urbaine des quartiers insalubres d’Istanbul. Ces politiques s’effectuent selon des modalités maintenant connues et qui se répètent dans de nombreuses opérations9.

  • 10 Le nombre moyen annuel de séismes égaux ou supérieurs à une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richt (...)
  • 11 Il est nécessaire de noter que la Turquie est exposée à plusieurs types de catastrophes naturelles, (...)

4Mais depuis 2012, avec l’entrée en vigueur de la loi n° 6306 (adoptée le 16 mai 2012 par le Conseil des ministres), appelée « Afet Yasası » soit la « loi désastre », et ses décrets ultérieurs, concernant la transformation des zones urbaines jugées à risque de catastrophe naturelle, l’urbanisation est entrée dans une nouvelle phase. La Turquie est l’une des régions les plus sismiques du monde. Selon les experts, les deux tiers du pays sont situés sur des zones de failles actives où vivent 70 % de la population10. Admettant que les bâtiments construits avant 2001 ne sont pas compatibles avec les règles de construction parasismiques, le ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme a estimé qu’il y a environ 14 millions de bâtiments qui sont soumis au risque de catastrophe naturelle (tremblement de terre) en Turquie, et que 6,5 millions d’entre eux ont besoin de rénovation. Compte tenu de ces données et les pertes humaines et matérielles de deux grands tremblements de terre en 1999 (İzmit) et 2011 (Van), il est plus que nécessaire d’établir des mesures de prévention et de réparation des dommages pouvant être causés par des catastrophes naturelles11. Mais le contexte dans lequel s’est établie la « loi désastre » laisse entrevoir des doutes sur les « vraies » raisons de son émergence. L’intégration du risque environnemental dans le processus d’urbanisation en cours, serait-elle un moyen pour réaliser les politiques urbaines néolibérales rencontrant de vives oppositions sociales ? Suivant cette hypothèse, notre article cherche à savoir comment la notion de risque environnemental se manifeste dans le processus de développement urbain de la ville d’Istanbul.

5Cette contribution explore cette question à travers l’étude comparative de deux quartiers d’Istanbul, Sarıgöl et Tozkoparan, désignés à risques et soumis à des projets de rénovation urbaine. Dans l’objectif de comprendre l’évolution des processus de rénovation urbaine dans ces quartiers et les vives réactions sociales à leur encontre, nous avons interrogé, entre 2013 et 2014, les dirigeants et les avocats des associations de quartier et avons mené des entretiens avec de nombreux résidents de chaque quartier. Les fonctionnaires municipaux – y compris le directeur de l’Administration des projets de rénovation urbaine à Istanbul (Kentsel Dönüşüm Müdürlüğü), les maires des deux districts, les chefs de projet, les planificateurs et les ingénieurs travaillant sur les projets – les membres des Chambres des ingénieurs et architectes (TMMOB) et les militants très critiques des projets de transformation urbaine en cours ont également été interrogés. Outre les entretiens et observations réalisés pour connaître les approches de ces acteurs disparates, nous avons analysé les données municipales, les autres matériels documentaires sur les projets, les articles de presse, etc.

L’émergence de la « loi désastre »

6Avec la croissance excessive des exigences d’aides internationales liés à l’après catastrophe et à la tendance en hausse de l’indifférence aux risques naturels, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamé la période de 1990-1999 la « Décennie Internationale pour la Prévention des Catastrophes Naturelles » (DIPCN) 12. Cette période a été l’occasion de l’émergence de plusieurs concepts liés aux risques de catastrophe, y compris les dangers, la vulnérabilité, l’exposition et la nécessité de réduire les risques de catastrophe pour un développement plus durable des communautés du monde entier. Depuis, plusieurs conférences mondiales sur la prévention des catastrophes naturelles ont été tenues, des stratégies et plans d’action ont été établis13. Notamment, dans le cadre de la préparation de la Conférence de Kobe (Japon), de 2005, la Turquie, comme l’ensemble des pays membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a été contrainte à élaborer un rapport « état des lieux » sur les mesures législatives et institutionnelles de réduction/prévention des risques de catastrophes naturelles déjà établies, dévoilant les insuffisances et la vulnérabilité de la Turquie face aux risques. Le résultat de cette conférence a été le Cadre d’action de Hyogo (HFA), valable pour la période 2005-2015. Ce cadre, approuvé par 168 États membres dont la Turquie, a marqué une étape importante pour catalyser les efforts nationaux et locaux pour réduire les risques de catastrophe et pour renforcer la coopération internationale par le développement de stratégies régionales, plans et politiques, et la création de plates-formes régionales et mondiales pour la réduction des risques de catastrophe.

  • 14 Afet ve Acil durum Yönetimi Başkanlığı (AFAD), Ulusal Deprem Stratejisi ve Eylem Planı (UDSEP-2023) (...)

7Suivant cette nouvelle perspective, la Direction de la gestion des catastrophes et des urgences (AFAD), créée en 2009 et rattachée au bureau du Premier ministre turque, a tourné son attention de la gestion des crises à la réduction des risques majeurs. Toutes les mesures à prendre en termes de prévention des risques de catastrophes négligées pendant des années, sont aujourd’hui prises en main par l’AFAD, à savoir la détection précoce des dangers et des risques afin de limiter les dommages en cas de catastrophe et les efforts pour minimiser les pertes et maximiser la coordination, la cohérence et l’efficacité en cas d’urgence14. En particulier, la question de la sécurité des zones fortement peuplées mérite d’être mise en avant dans l’adoption des nouveaux dispositifs. Cet avancée permet au gouvernement de l’AKP (Parti Justice et Développement au pouvoir depuis 2002) d’adopter une posture héroïque à travers ces mesures destinées à sauver des vies humaines. En effet, peu de temps après le tremblement de terre de Van de 2011, l’actuel président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, lors d’un discours public, que pour éviter une augmentation des pertes résultant de « bâtiments sans permis » (« gecekondu »), toutes les villes et particulièrement İstanbul seraient « purifiées » des bidonvilles :

Notre premier souhait est d’éradiquer les gecekondu (bidonvilles) entourant nos villes comme des tumeurs. Maintenant, nous accédons à ce souhait et nous devons atteindre cet objectif dans toute la Turquie. […] Nous allons exproprier ces types de bâtiments quel que soit le coût. Nous ne considérerons pas si les gens vont voter pour nous ou non. Il est beaucoup plus malheureux de vivre avec cette même image que de perdre de la puissance.

  • 15 Le droit au logement ne se limite pas au droit à un toit et 4 murs. Jean-François Tribillon en prop (...)

8En 2012, avec la venue sur scène de la « loi désastre », les autorités ont jugé que la prévention d’un supposé tremblement de terre de forte magnitude peut être interprétée comme une importante opportunité pour la création d’espaces urbains planifiés, ordonnés et sûrs. Ainsi, grâce à la « loi désastre », les décideurs peuvent désormais intervenir dans les quartiers, les transformer sans se soucier des conséquences présupposées néfastes de ces pratiques sur la population. Cette loi permet même de justifier la violation de certains droits humains fondamentaux entraînée par les transformations urbaines accélérées et brutales (notamment les expulsions forcées mettant en cause le droit au logement15) justifiées par le motif de l’urgence lié au risque. Ces projets seraient destinés à la fois à réduire la vulnérabilité structurelle, à attirer les capitaux internationaux, à augmenter le nombre d’emplois dans la ville et à améliorer la prospérité de la société dans son ensemble.

9Par ailleurs, sur le plan urbanistique, la « loi désastre », appelée aussi la « loi de rénovation urbaine » (« Kentsel dönüşüm kanunu »), constitue la dernière mesure législative établie dans le cadre des politiques de transformation des espaces urbains. La notion de « rénovation urbaine » a été utilisée pour la première fois dans la « loi municipale » n° 5393 (Belediye yasası), datant de 2005, et autorisant les municipalités de plus de 50 000 habitants à développer des projets de transformation urbaine. La deuxième étape importante à cet égard est l’entrée en vigueur de la loi n° 5366 portant sur la rénovation et conservation des biens historiques et culturels détériorés. Sur la base de cette loi, il a été possible d’initier des projets de transformation urbaine dans les zones protégées des villes. Dans l’objectif de corriger les insuffisances multiples des précédentes lois et franchir les obstacles devant les projets de rénovation urbaine, les autorités ont adopté la « loi sur les modifications à apporter sur certaines lois et décrets de lois » (n° 5793). Par cette loi, les pouvoirs de TOKI (Administration du logement collectif) ont été élargis, les zones côtières et les espaces alloués aux écoles et aux autres domaines d’utilisation publique ont été assujettis au processus de rénovation urbaine. En 2010, dans le cadre de la nouvelle « loi municipale » n° 5998, suivant les décisions du conseil municipal, les municipalités peuvent mettre en œuvre des projets de transformation et de développement urbain, visant la création de zones résidentielles, de zones industrielles, de zones commerciales, de parcs technologiques, la restauration et reconstruction des zones vieillissantes, la conservation des parties historiques et culturelles de la ville, etc. La « loi concernant la transformation des zones urbaines jugées à risque de catastrophe naturelle » (n° 6306), publiée dans le Journal officiel et entrée en vigueur le 31/05/2012, constitue la dernière étape atteinte par le processus de transformation urbaine. Ainsi, presque tous les pouvoirs de décision liés à la transformation des villes sont transférés au ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation et à TOKI (centralisation des pouvoirs). Cette loi a conduit à la remise en cause du « droit de propriété » par son pouvoir à définir les « zones à risque » et les « structures à risque », et à y imposer des interventions publiques pour remédier au risque présent.

10Ainsi, le contexte dans lequel apparaît la « loi désastre » est assez ambigu. On peut l’apparenter à la fois aux avancées faites dans le domaine des politiques environnementales préventives, mais aussi lui accorder un « tout pouvoir » faisant jour au moment où les politiques de rénovation urbaine semblaient entrer dans l’impasse réglementaire. Son contenu et son application préciseront l’orientation que prend la « loi désastre ».

La « loi désastre » comme instrument

  • 16 S. Thomas, A Glossary of Regeneration and Local Economic Development (Manchester : Local Economy St (...)
  • 17 Notamment, à la suite de la destruction et reconstruction des quartiers de Ayazma ou de Sulukule (I (...)

11En plus du contexte dans lequel la loi a émergé, il est essentiel d’analyser le contenu de cette loi, les projets urbains qui en découlent et dans quelle mesure les attentes de ces projets ont été atteintes. Le concept de « transformation urbaine » désigne une « vision globale et un ensemble d’actions fournissant des solutions permanentes aux problèmes urbains et visant l’évolution des conditions économiques, physiques, sociales et environnementales dans un espace donné, ainsi que l’écrit Siân Thomas16. Or, les nombreuses études urbaines montrent qu’en Turquie le processus de transformation urbaine se réduit à la transformation de l’espace physique, les dimensions économiques, sociales et culturelles des quartiers semblent être moins importantes. Une seule technique de transformation urbaine serait appliquée : la « destruction/reconstruction », qui implique la démolition et le réaménagement d’un espace donné17.

12La loi sur la transformation urbaine des zones soumises au risque de catastrophe (la « loi désastre ») renvoie à un cadre législatif qui détermine les modalités et les principes pour améliorer et/ou renouveler des zones urbaines présentant des risques de catastrophes, et des constructions à risque hors de ces zones, définies par le Conseil des ministres selon les normes et les standards des sciences et de l’art. Il s’agit essentiellement de la destruction et reconstruction de ces zones et structures à risque définies par le Conseil des ministres, susceptibles de provoquer des pertes humaines et matérielles.

  • 18 Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, Carte de répartition des zones sismiques d’Istanbul(...)
  • 19 Municipalité Métropolitaine d’Istanbul, « L’étude sur la prévention des catastrophes/Plan de base d (...)
  • 20 Nilay Vardar, Danıştay Tozkoparan’ın Riskli Alan Kararını da İptal Etti [La cour de cassation a ann (...)
  • 21 N. Smith, “New Globalism, New Urbanism: Gentrification as Global Urban Strategy” in : N. Brenner ve (...)

13Les cartes détaillant les zones à risque de premier degré, préalablement déterminées par les résultats de recherches scientifiques, ont été remplacées par de nouvelles cartes qui mettent en valeur les zones les plus rentables, sans procéder à une nouvelle enquête de terrain ou recherches scientifiques. Selon la carte de distribution des zones à risque sismique d’Istanbul18, malgré la présence de zones à risque plus élevé, ce sont d’abord les zones centrales et défavorisées d’Istanbul, les zones les plus valorisées qui ont été désignées à risque (carte 2). Par exemple, Sarıgöl dans Gaziosmanpaşa est situé dans l’une des zones les plus solides et moins risquées d’Istanbul, ainsi rapporte l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA)19, mais a été néanmoins classé comme une zone à risque (comme les 11 autres quartiers de cet arrondissement). Par ailleurs, la cour de cassation a annulé plusieurs décisions de « zone à risque » établies par le Conseil des ministres, au prétexte que ces décisions ne reposent pas sur des données scientifiques et sont issues d’observations visuelles, notamment l’annulation de la décision de zones à risques des quartiers de Sarıgöl et de Tozkoparan20. Ces processus juridiques démontrent que les décisions critiques au sujet des projets de rénovation sont prises rapidement et maladroitement. Les zones à risque seraient identifiées de façon arbitraire : la loi se préoccuperait peu des zones véritablement à risque, mais désignerait à risque certaines zones présentant des atouts de localisation (proches du centre) et intégrerait les bâtiments parasismiques situés dans les zones à risque aux projets de transformation urbaine dans le souci d’harmonisation de l’ensemble du secteur. Dans le cas de Sarıgöl et Tozkoparan, les infrastructures autour de ces lieux, telles que les centres commerciaux, les autoroutes, les universités et les parcs d’attractions, seraient des facteurs qui attirent des résidents à revenu plus élevé et qui peuvent renforcer l’idée d’une « gentrification » à Istanbul facilitée par cette loi21. Selon un membre de l’association de quartier Tozder :

Des bâtiments contenant 1 200 logements, 13 étages et construit il y a 30 ans, situé dans un lit du ruisseau, ont été tenus à l’écart des zones à risque. Mais les bâtiments de cinq étages construits par le gouvernement et avec de larges espaces verts ont été placés dans la zone sinistrée. Ceci n’est rien de plus qu’utiliser le danger des tremblements de terre à d’autres fins. (Entretien réalisé avec un habitant de Tozkoparan, membre de l’association Tozder, le 19/03/2014)

  • 22 Actuellement, 1 106,25 hectares du territoire stambouliote ont été désignés à risque, soit 40 zones (...)

Carte 2 : Les zones désignées à risque à Istanbul22.

  • 23 C. Saraçoğlu and N. Demirtaş-Milz, Disasters as an ideological strategy for governing neoliberal ur (...)
  • 24Afet Riski Altındaki Alanların Dönüştürülmesi Hakkında Kanun’a Yönelik Ortak Deklarasyon”, Chamber (...)
  • 25 Afet riski altındaki alanların dönüştürülmesi hakkında kanun tasarısı değerlendirme raporu [Le rapp (...)
  • 26 Une sélection de travaux sur le terrain pourrait inclure : A. Bartu-Candan and B. Kolluoğlu, Emergi (...)

14La question du risque est ici centrale et ne peut pas être cachée au public. Mais les enquêtés n’ont jamais mentionné les risques environnementaux dans nos interviews – ou plutôt, seulement afin de se référer aux arguments des autorités pour justifier la transformation. À plusieurs reprises, nous avons été amenés à expliquer à certains résidents ce en quoi consisterait la « loi désastre ». L’élaboration d’une politique urbaine destinée à faire face aux risques de catastrophes environnementales sans préalablement informer et préparer les résidents des zones à risque semble problématique et attire de vives critiques. Les discours sur l’urgence liée aux catastrophes naturelles jouent un rôle important dans la tentative du gouvernement à légitimer ses politiques urbaines dites « de prévention », d’accélérer ses projets et de minimiser l’opposition23. Pour autant, les ONG, composées de scientifiques, des chambres professionnelles et des associations de quartier, ont affirmé dans une déclaration commune que la « loi désastre » est un instrument permettant de légitimer le processus de rénovation urbaine menée depuis plus de 10 ans en Turquie, dont l’application accélère et brutalise le processus24. Lors de notre entretien, le représentant de la chambre des architectes et ingénieurs d’Istanbul (TMMOB) a décrit la « loi désastre » comme un moyen de légaliser et légitimer le développement néolibéral des villes turques, un argument repris dans le rapport d’évaluation de la « loi désastre » réalisé par la Chambre des urbanistes d’Istanbul25. Il y a un immense corps de la littérature académique qui se dégage en Turquie, concernant les espaces en cours de restructuration néolibérale, montrant en particulier les nouvelles formes de la richesse et la pauvreté urbaine à Istanbul, et exposant le processus de néolibéralisation et ses effets sur la vie urbaine26. Et Çiğdem Şahin (elle-même universitaire et activiste au sein de « Kent Hareketleri », soit le « mouvement urbain ») a étayé cette relation entre la « loi désastre » et le processus de néolibéralisation stambouliote à travers le passage suivant :

  • 27 Ç. Şahin, Türkiye’de kentsel dönüşüm uygulaması, Toprak İşveren Dergisi (95) 2012.

Aujourd’hui, pour ouvrir la voie à la construction au développement du secteur de la construction et de mener la croissance économique, les autorités ont mis en place une nouvelle base juridique, un nouveau cadre législatif, tout en désactivant les anciennes institutions et des règles protectionnistes […] Dans ce processus, la « loi désastre » est un point tournant qui a permis d’augmenter les zones constructibles : les zones fermées à la construction, les zones historiques sous protection, les zones protégées, les forêts, les terres agricoles et les bassins-versants ne sont plus protégés27.

15Donc, contrairement au discours officiel optimiste, certains universitaires et experts des questions urbaines critiquent la manière dont les projets de transformation ont été menés en Turquie. Depuis son arrivée au pouvoir, le Parti Justice et Développement (AKP) a entrepris un ambitieux programme de renouvellement avec l’objectif de réaménager les logements insalubres à Istanbul. Bien que les objectifs officiels de ces projets soient l’accroissement des standards de vie et de la capacité de résistance de la ville aux tremblements de terre, ils ont suscité la controverse en raison de l’approche top-down adoptée par les autorités. La réorganisation spatiale, les disparités en termes de bien-être urbain, l’accroissement des inégalités, la transformation des modes de vie, le déplacement des personnes à la périphérie de la ville et l’émergence de nouvelles catégories de personnes ne sont que quelques-uns des changements résultant de ces projets, qui ont conscientisé les habitants sur la nécessité de mécanismes juridiques pour résister aux projets de transformation urbaine. Et la « loi désastre » semble avoir intensifié le climat de conflit entre ceux qui soutiennent les transformations urbaines et ceux qui sont opposés à ces projets.

  • 28 Les caractéristiques des six quartiers soumis à ces politiques urbaines, traités dans l’ouvrage d’A (...)

16Ce sont principalement les zones résidentielles les plus défavorisées et les plus vulnérables qui sont touchés par ce processus. Il y a plusieurs facteurs dans la sélection des zones jugées à risque : en premier lieu, les zones à fort potentiel d’exploitation économique ; puis, les zones situées au centre, avec des loyers élevés ; et troisièmement, les quartiers avec des bâtiments et des populations qui ne correspondent pas à une norme souhaitée et qui peuvent ainsi être transformées par cette nouvelle législation28. Tozkoparan et Sarıgöl sont de parfaits exemples de cette approche.

La mise en pratique de la « loi désastre » : les quartiers de Sarıgöl et Tozkoparan

17Tozkoparan, relié à l’arrondissement de Güngören, est un quartier qui a initialement été conçu comme une zone de prévention des « gecekondu ». Son développement a commencé dans les années 1950. Suite aux démolitions réalisées dans diverses parties de la ville d’Istanbul, à l’époque de Adnan Menderes (le gouvernement du Parti démocrate, 1950-1960), 6 immeubles de 20 appartements ont été construits pour répondre au besoin en logement des personnes dont le domicile avait été détruit par des projets de réaménagement territorial. Bien qu’au départ le quartier soit principalement composé de logements sociaux destinés aux familles à faibles revenus, au cours des années, les caractéristiques des logements et des habitants se sont diversifiées et la densité de la population a augmenté (ill. 1). Le développement de cet espace s’est poursuivi dans les années 1980, avec l’installation dans le quartier des coopératives d’habitations, des maisons ordinaires et de gecekondu (sur une petite proportion du quartier). Aujourd’hui, le quartier de Tozkoparan est principalement connu pour ses larges espaces verts et sa faible densité de population composée de la classe moyenne inférieure et de la classe pauvre.

  • 29 Notamment la Chambre des architectes et des ingénieurs d’Istanbul (TMMOB : Türk Mühendis ve Mimar O (...)

18Tozkoparan est sujet à des projets de transformation urbaine depuis 2006. Dans le cadre de la loi n° 775 (loi bidonville) et en raison du risque sismique et de l’ancienneté des bâtiments, environ 60 hectares du quartier de Tozkoparan ont été déclarés « zone de rénovation urbaine » en 2008. Ce projet devait également servir à la construction de logements supplémentaires destinés aux habitants de Güngören, afin de réduire la forte densité de population des autres quartiers de l’arrondissement. Face à ce projet mené dans un contexte d’incertitude (le dialogue avec la population du quartier étant absent), un groupe d’habitants a créé l’association de quartier, « Tozder », dans le but de protéger le quartier et ses habitants des conséquences indésirables de ce type de politique d’aménagement urbain, pouvant aller jusqu’à de l’expropriation. Se servant de l’aide des acteurs professionnels extérieur au quartier29, les membres de cette association, qui ont développé une lecture négative de ce processus de rénovation, ont déposé une poursuite pour demander l’annulation de ce projet et ont atteint leur objectif. Puis en 2013, Tozkoparan a été identifié comme une « zone à risque » par le Conseil des ministres, à la demande de la mairie de Güngören, et s’est à nouveau trouvé face à un projet de transformation urbaine, mais cette fois motivé par la « loi désastre ». L’ouverture d’un procès à l’encontre de cette décision de « zone à risque » a permis (le 4 juin 2014) l’annulation de la décision du Conseil des ministres, jugée non scientifique par la cour de cassation. Les autorités nationales en charge d’appliquer la « loi désastre » ont interjeté la décision de la cour. Mais ces démarches finiront encore une fois en faveur de l’association Tozder (le 13/05/2015). Il est important de noter que la vigilance des habitants, devenue un élément de leur vie quotidienne, ne diminue pas malgré ces victoires consécutives.

  • 30 La photo de gauche présente des logements collectifs de Tozkoparan entourés de larges espaces verts (...)

Ill. 1 : Le quartier de Tozkoparan30, clichés : Nihal Durmaz, mars 2014.

  • 31 Aujourd’hui, Gaziosmanpaşa est devenu l’arrondissement le plus grand et le plus peuplé d’Istanbul.

19Quant au quartier de Sarıgöl, comme le reste du district de Gaziosmanpaşa31, ce quartier a démarré son développement en 1952, avec la construction de logements destinés à recevoir des immigrés venant des pays Balkans. La croissance du secteur industriel dans l’arrondissement voisin d’Eyüp, dans les années 1960, a provoqué à son tour une croissance rapide de la population de Sarıgöl, alimentée notamment par l’exode de la main-d’œuvre rurale. Cet afflux migratoire a conduit à une urbanisation non planifiée et l’émergence de nombreux bidonvilles dans l’arrondissement, ainsi que des problèmes majeurs d’infrastructures. Bien qu’héritier d’une hétérogénéité physique, économique, sociale et culturelle considérable, le quartier de Sarıgöl est resté marqué par une nette séparation en deux : une zone de bidonville qui représente environ 30 % de la superficie de Sarıgöl abritant une population pauvre principalement d’origine rom et kurde – appelé « Şen Mahalle », littéralement « quartier joyeux » renvoyant au mode de vie des roms connu pour son caractère festif – et une autre zone comprenant plusieurs résidences officielles, plus formelle et plus hétérogène (ill. 2). Un découpage très visible dans le discours des habitants qui usent des termes « aşağı mahalle » (le quartier du bas) pour désigner le « Şen mahalle » et « yukarı mahalle » (le quartier du haut) pour l’autre partie. À ce « bas » et « haut » se rajoute le terme « Onlar » (« eux ») renvoyant à une différenciation de l’espace bâti et à une distanciation sociale, voire à la ségrégation des habitants du quartier rom (les populations pauvres, souvent des minorités ethniques, vivant dans la partie détériorée du quartier, subissent la discrimination sociale).

Ill. 2 : Les aperçus hétérogènes du quartier de Sarıgöl, clichés : Nihal Durmaz, janvier 2014.

  • 32 Il s’agit d’un premier projet de transformation urbaine qui concerne les quartiers de Sarıgöl et Ye (...)

20En 2010, dans le cadre de la loi de transformation des bidonvilles (n° 775), le Projet de Sarıgöl-Yenidoğan32 a débuté par la signature d’un protocole entre la municipalité de Gaziosmanpaşa et TOKI. Suivant ce premier projet, les autorités locales ont procédé à l’évacuation et à la destruction de 350 bâtiments, qui ont été remplacés à l’heure actuelle par des immeubles de 15 étages. Puis en décembre 2013, avant la finalisation du projet en cours, suite à la décision du Conseil des ministres, le quartier de Sarıgöl devient une « zone à risque ». Les habitants de Sarıgöl, gagnés par l’inquiétude infligée par les conséquences des interventions des autorités dans le cadre du premier projet, débutent une action collective à la suite de la désignation de « zone à risque ». Aujourd’hui, une opposition face aux politiques urbaines se constitue par le biais du collectif « Gaziosmanpaşa Barışma Hakkı Meclisi (GBHM) » (le Conseil du droit à l’habitat de Gaziosmanpaşa) et par la création d’une association de quartier à Sarıgöl. Ces structures ont permis de développer des actions collectives, tels que les démarches juridiques, qui ont donné leurs fruits par l’annulation de la décision de « zone à risque » par la cour de cassation le 15 décembre 2015.

21Biens que ces deux territoires se trouvent à des stades similaires en termes d’avancement des projets et des luttes collectives contre ces derniers, ils présentent des différences non négligeables en termes de bâtis et d’occupation des espaces. On observe des constructions plus homogènes et spacieuses à Tozkoparan, plus désordonnées et délabrées à Sarigöl. Ces dernières sont occupées par des résidents au profil différencié : principalement propriétaires à Tozkoparan et une structure de propriété très complexe à Sarigöl, sans parler des trajectoires des personnes et de leurs histoires de vie en raison de la ségrégation des groupes ethniques, des déplacements répétés, etc. Malgré ces différences, ils sont sujets à un processus de rénovation urbaine de longue date. Et le timing choisi pour l’introduction et la mise en pratique très rapide de la « loi désastre » dans les deux quartiers, est révélateur d’une instrumentalisation du risque. L’étude des projets, encore au stade de la mise en œuvre, fournit des informations précieuses sur la façon dont ils sont exécutés, sur comment les autorités négocient avec les différentes parties prenantes et sur la réponse de la population locale. Il s’agirait d’un recours au motif « irréfutable » du risque de catastrophe environnemental, faute de ne pouvoir finaliser les projets précédemment amorcés en raison des fortes réactions habitantes.

  • 33 Cette situation n’est pas propre à la Turquie. De manière générale, les villes destinées à devenir (...)

22Les décisions concernant l’avenir de ces quartiers sont prises par un groupe composé de professionnels, les investisseurs et les dirigeants locaux et nationaux, sans aucune intervention de l’opinion publique ou des résidents touchés. Les groupes sociaux défavorisés sont complètement exclus du processus décisionnel33. Les autorités locales ne sont pas intéressées par la participation du public concerné, mis à part pour les questions portant sur les coûts des travaux. İdris Atabay, le directeur de l’Administration de la rénovation urbaine à la municipalité métropolitaine d’Istanbul, a déclaré lors de notre rencontre que les pouvoirs publics ne peuvent pas promouvoir une approche participative – qu’il décrit comme « inutile » – lorsqu’ils traitent des questions de risque sismique. Les résidents locaux sont généralement mal informés sur ce qui se prépare pour leurs quartiers. Le manque d’informations concrètes et le problème des autorités qui refusent de considérer les opinions des résidents dans le processus d’élaboration des projets de transformation urbaine contribuent à l’aliénation de la population locale. Bien que les municipalités installent des offices de rénovation urbaine (Kentsel Dönüsüm Bürosu) dans chaque quartier afin d’établir une relation avec les habitants, les personnes vivant dans les zones touchées sont informées des projets urbains soit par les associations de quartiers, soit par des amis, voisins et membres de la famille. La majorité des résidents interrogés a affirmé ignorer les détails des projets futurs et pointe les contradictions dévoilées dans les discours officiels par la comparaison des multiples échanges ayant lieu entre résidents et fonctionnaires municipaux. Les bureaux en question ne combleraient pas l’absence de la démarche participative. Ils auraient pour mission d’établir les négociations avec les propriétaires dont les biens se situent dans la zone de rénovation. Même si les autorités ont d’abord soutenu un accord bilatéral, ils ont souvent procédé à l’appropriation de la propriété privée par « expropriation urgente » (« acele kamulaştırma »). En effet, le motif de l’urgence permet d’ignorer certains droits garantis par les instances nationales et internationales, comme le droit à la propriété. Ce manque d’informations claires sur les nouveaux projets, les contradictions dans les discours des agents publics, l’absence d’un accord formel et l’absence de conditions de garantie au moment des négociations sont toutes les causes de l’inquiétude régnant.

  • 34 Nous nous sommes tenues à rapidement énuméré un certain nombre de problèmes sociaux, culturels et é (...)
  • 35 Les pouvoirs publics peuvent prendre en charge le premier loyer des locateurs ayant été contraints (...)

23Le processus de reconstruction d’un quartier est toujours identique : dans les zones soumises à un projet de réaménagement urbain, les bâtiments dont les prix sont réduits au « coût de débris », sont rachetés aux propriétaires avant de procéder à leur destruction pour préparer le terrain à un grand projet urbain. Aucune mesure ou aucune réglementation concernant les locataires n’est incluse dans la loi. Toutes les populations résidentes doivent quitter le quartier en rénovation et seuls ceux qui ont la capacité financière de vivre dans les nouveaux logements sont en mesure de revenir. Les nouveaux logements sont évalués en fonction des prix fixés par le ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation. Les résidents ont la possibilité de séjourner dans ces quartiers nouvellement construits, à condition qu’ils paient la différence de la valeur entre leurs anciens logements et les nouveaux logements via un plan de paiement de 15 ans. Le choix de la réinstallation sur le site provoque des problèmes sociaux, culturels et économiques34. Ils ont également la possibilité de vendre leurs biens et de quitter le quartier, ou même d’acheter, tout en s’endettant, un logement dans les nouveaux bâtiments de TOKI (souvent situés à une certaine distance, des dizaines de kilomètres, de leur ancienne demeure) mis à la disposition des ménages à faible revenu. Compte tenu de la vulnérabilité économique de ces populations, ces trois options ne parviennent pas à fournir des alternatives adéquates. Le déplacement « forcé » de ces populations peut causer des problèmes sociaux importants, tels que la perte de la maison familiale, l’appauvrissement, la perte des liens sociaux et des difficultés dans de nouveaux lieux de vie. En outre, la condition des locataires n’est pas prise en considération et aucun mécanisme n’est prévu pour leur protection, à l’exception d’une indemnité unique de loyer35. La pratique des expulsions forcées de résidents, l’obligation du propriétaire de se conformer aux projets et les expropriations d’urgence qui sont rendues possibles par la loi en cas de catastrophe portent atteinte aux droits des habitants de ces quartiers, même si elles ont été légalisées par les risques présumés des quartiers. En outre, l’option légale de faire des coupures d’électricité, d’eau et de gaz naturel dans les sites en raison de la rénovation cause une quantité importante de problèmes dans la vie quotidienne de ces personnes. Ainsi, en raison de ces nuisances, les habitants de Tozkoparan et Sarıgöl ont développé un mouvement de résistance juridique et social contre la façon dont les projets urbains sont conduits. Pour faire face à ces difficultés, les résidents adoptent le « déplacement » comme une stratégie finale pour survivre (ill. 3), même si cette option est farouchement rejetée par les activistes (c’est-à-dire les membres des différents ONG ou associations de quartiers en lutte contre les projets de rénovation).

Ill. 3 : Les démarches adoptées par les habitants dans les quartiers étudiés. Schéma réalisé par Nihal Durmaz, en 2013.

24Les résidents et les activistes sont d’accord sur la nécessité de transformer ces zones défavorisées, mais critiquent les motifs invoqués et la façon dont les projets sont réalisés. Les principales critiques formulées par les opposants sur la « loi désastre » et sur les projets ultérieurs peuvent être regroupées comme suit : la pénalisation de toute objection à un accord imposé en matière de prévention des catastrophes ; le placement sous le champ d’application de la loi des bâtiments sans risque pour des raisons de « cohérence du tissu urbain » ; des projets menés sans la participation des résidents et des organisations de la société civile ; la destruction de la culture locale ; et l’appauvrissement des populations en raison de leur incapacité à répondre aux coûts des nouvelles constructions. Ce dernier point peut inclure les pratiques obligeant les résidents locaux à couvrir tous les coûts d’infrastructure, y compris le coût de la démolition de leur logement et de l’identification des bâtiments à haut risque.

  • 36 Lefèbvre a, lui-même, écrit sa théorie du « droit à la ville » en réaction à l’urbanisme fonctionna (...)

25Les personnes enquêtées de Sarıgöl et Tozkoparan expriment leur souhait de participer aux différentes étapes des projets (information, développement, décision et mise en œuvre) ou du moins du moins d’être informées sur ces différentes étapes. Elles refusent d’accepter toute perte de droits, d’être déplacées ou endettées par les projets. De plus, en refusant de vivre dans des bâtiments types gratte-ciel et en insistant sur leurs droits à des espaces verts et des services publics, ils se battent pour un droit qui est plus collectif qu’individuel, cherchant par leur implication dans l’urbanisation collective à faire reconnaître leur demande pour un « droit à la ville », une théorie développée par le sociologue Henri Lefèbvre36. Le droit à la ville met l’accent sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes, de leurs logements et de leurs quartiers, impliquant un droit à la participation et un droit à des types de relations et d’activités sociales.

Conclusion

26En dépit d’être considéré comme le moteur de la deuxième vague de transformation urbaine, la « loi désastre » est problématique sur le plan juridique et scientifique, et cause de nombreuses conséquences indésirables. Les projets développés dans le cadre de cette loi ont peu d’effet positif sur les problèmes sociaux. Même en tant que principe abstrait d’intérêt général, toutes les catégories sociales ne sont pas traitées de la même manière. Les groupes à faible revenu sont victimes de discrimination et les espaces urbains transformés sont ensuite réservées à l’usage des plus riches de la société urbaine, alors que les défavorisés sont déplacés. Ainsi, le phénomène de la transformation urbaine à Istanbul peut être résumé comme consistant en la création de zones où la pauvreté urbaine est exclue ou rendue invisible.

27Dans les projets de transformation urbaine de Tozkoparan et Sarıgöl, la « loi désastre est présentée simplement comme une intervention technique dans les zones exposées au risque de catastrophes naturelles. Ces deux cas donnent lieu à des discussions sur la logique néolibérale des projets et peuvent être considérés comme des illustrations à petite échelle de la stratégie de la gouvernance urbaine en Turquie. Si le processus de transformation urbaine évolue dans ce sens, il serait préférable de parler d’une « instrumentalisation » du risque environnemental suite à une stratégie de croissance urbaine spéculative, qui va déclencher une crise de rente urbaine et aggraver par conséquent les questions urbaines et sociales. Cependant, les opposants aux projets urbains se battent pour inclure toutes les parties dans le processus.

  • 37 Yaşar Adanalı, Urban transformation and the Law on Disaster Prevention: A pretext for lucrative inv (...)

28Le contenu de la « loi désastre » et de ses possibilités et risques sont étroitement liés à la maturité démocratique de la Turquie. Le chercheur Yaşar Adnan Adanalı écrit que la lutte pour protéger les villes contre les catastrophes sera désormais partie intégrante de la lutte pour la démocratie37. Le domaine de la prévention des catastrophes semble devenir le théâtre d’un conflit entre une conscience collective née de problèmes sociaux urbains et les intérêts socio-économiques institutionnalisés.

Haut de page

Notes

1 Stéphane De Tapia revient sur le cosmopolitisme de la ville d’Istanbul, de l’époque impériale à nos jours, en développant une approche allant des dimensions multiethniques, multiconfessionnelles à la migration de transit et au tourisme de valise contemporain ; dans « Entre Europe et Asie : Istanbul, cité cosmopolite, carrefour de diasporas ? », Espace populations sociétés, 2006/1, p. 167-179.
Stéphane Yerasimos renseigne sur des données quantitatives témoignant de ce cosmopolitisme : « Un dénombrement mené par la police et achevé en juillet 1922 donne 710 826 habitants, dont 373 124 musulmans, 158 219 Grecs, 87 919 Arméniens et 40 018 juifs » (Yerasimos, 1997 : 191).

2 Selon les chiffres officiels du Centre des statistiques de Turquie (Türkiye Istatistik Kurumu, TÜIK), Istanbul compte 14 657 434 d’habitants en 2015.

3 Les opportunités de marché ont été des éléments essentiels pour le bon fonctionnement de l’activité industrielle. Cela nécessiterait des zones de forte densité, à proximité des matières premières, où le pouvoir d’achat et la consommation sont élevés, où des réseaux de transports sont implantés. (Mesut Doğan, Industrialization Process in Istanbul from Past to Present and Its Development over the Last Decade, 2013).

4 C’est-à-dire de nombreuses zones d’habitat spontané et illégal, appelées en turc « gecekondu », littéralement des maisons « posées la nuit », constituant un habitat social pour des populations qui n’ont pas les moyens d’accéder au marché légal (loyers, prix des terrains). Jean-François Pérouse, dans son article « Les tribulations du terme gecekondu (1947-2004) : une lente perte de substance. Pour une clarification terminologique » in : European Journal of Turkish Studies, Thematic Issue n° 1 – Gecekondu, 2004, définit ce type d’habitat comme une opération d’auto-construction illégale (sans autorisation et sans respect des règlements et normes techniques), sur des terrains au départ non possédés par les constructeurs.

5 Le territoire s’est agrandi de façon spectaculaire, avec une superficie de 5 461 km² atteignant à l’extrémité Ouest la ville de Silivri, à l’Est Gebze, et suivant au Nord la direction de la mer Noire.

6 Harvey D., 1989, From managerialism to entrepreneurialism: the transformation of urban politics in late capitalism, Geografiska Annaler, Series B. Human Geography, vol. 71, n° 1, p. 3-17.

7 Selon Pierre Veltz, ces mutations qualifient différemment les rapports de l’économie avec les territoires et provoquent l’émergence de métropoles. Ces villes mondiales concentrent de plus en plus de richesse et de pouvoir, et les flux internationaux d’investissement convergent surtout vers ces grands pôles urbains, les poussant à concurrencer les unes avec les autres (Veltz P., Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF, 1996). Ces grandes villes internationales adoptent un nouveau type de structure organisationnelle reposant sur une forte croissance du marché des services spécialisés, la montée des nouvelles technologies de l’information et la globalisation des activités économiques (Sassen S., « La globalisation, une sociologie », Gallimard, Paris, 2009).

8 L’après 1980 renvoie au passage d’une économie fortement marquée par l’industrie à une économie fondée sur des activités à plus forte valeur ajoutée. Selon les données de TÜIK (Centre des statistiques de Turquie), en 2013, la ville d’Istanbul en concentrant 27 % de la Valeur Ajoutée Brute (VAB) nationale, est la ville produisant le plus de richesses au niveau national avec 312 milliards de dollars. Cette part provient à 72,5 % du secteur des services et à 24,7 % de l’industrie (soit une forte polarisation sectorielle en faveur du secteur tertiaire).

9 Uzun B., Çete M., Palancıoğlu H. M., 2010, Legalizing and upgrading illegal settlements in Turkey, Habitat International, vol. 34, n° 2, p. 204-209.

10 Le nombre moyen annuel de séismes égaux ou supérieurs à une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter est de 0,76. Avec cette fréquence, la Turquie est 6e dans le monde : Istanbul Seismic Risk Mitigation and Emergency Preparedness Project (ISMEP) : Environmental Management Plan (2010).

11 Il est nécessaire de noter que la Turquie est exposée à plusieurs types de catastrophes naturelles, à savoir les inondations, les avalanches, les tempêtes de neige, les fortes précipitations, les chutes de pierres, la sécheresse, etc., mais les tremblements de terre constituent le type de désastre le plus fréquent, causant le plus de dégâts et pertes et la cause principale des mesures politiques (comme la « loi désastre » par exemple).

12 http://www.un-spider.org/fr/risques-et-catastrophes/onu-et-prevention-des-risques.

13 La conférence de Yokohama (Japon), de 1994, a adopté la Stratégie de Yokohama pour un monde plus sûr : Directives pour la prévention des catastrophes naturelles, la préparation aux catastrophes et l’atténuation de leurs effets, contenant les principes, la stratégie et le plan d’action, ainsi que le Message de Yokohama (http://www.preventionweb.net/files/10996_N9437605.pdf) ; La conférence de Kobe (Japon), de 2005, (https://www.coe.int/t/dg4/majorhazards/ressources/Apcat2005/APCAT-2005-26-f-rapport-kobe.pdf).

14 Afet ve Acil durum Yönetimi Başkanlığı (AFAD), Ulusal Deprem Stratejisi ve Eylem Planı (UDSEP-2023) et 2012 Yılı Faaliyet Raporu ; AFAD, Türkiye Afet Müdahale Planı (plan d’intervention en cas de catastrophe de la Turquie), www.afad.gov.tr.

15 Le droit au logement ne se limite pas au droit à un toit et 4 murs. Jean-François Tribillon en propose la définition suivante : “le droit d’accéder à un logement décent, convenablement situé, suffisamment desservi par des équipements publics et privés” (dans : Jean-François Tribillon, L’urbanisme, Que sais-je, 2003). Cihan Uzunçarşılı-Baysal traite de ce droit dans le contexte stambouliote dans : İstanbul’u küresel kent yapma aracı olarak kentsel dönüşüm ve ardındaki konut hakki ihlalleri : Ayazma’dan Bezirgânbahçe’ye tutunamayanlar [Urban transformation as a tool for turning Istanbul into a global city and the housing rights violations behind it : From Ayazma to Bezirgânbahçe, the unsurvivors], Istanbul Bilgi Üniversitesi, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Hukuk yüksek lisans programı (thèse publiée en 2010).

16 S. Thomas, A Glossary of Regeneration and Local Economic Development (Manchester : Local Economy Strategy Center, 2003).

17 Notamment, à la suite de la destruction et reconstruction des quartiers de Ayazma ou de Sulukule (Istanbul), les mesures sociales à destination des habitants soumis aux projets sont restées insuffisantes : voir Uzunçarşılı-Baysal C., 2010, Istanbul’u küresel kent yapma aracı olarak kentsel dönüşüm ve ardindaki konut hakki ihlalleri: Ayazma’dan Bezirgânbahçe’ye tutunamayanlar [Urban transformation as a tool for turning Istanbul into a global city and the housing rights violations behind it From Ayazma to Bezirgânbahçe, the unsurvivors], Istanbul Bilgi Üniversitesi, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Hakuk yüksek lisans programi (thèse publiée) ; par ailleurs, voir les six exemples de projets de rénovation urbaines détaillés dans l’ouvrage collectif Mûlk, Mahal, Insan: Istanbul’da kentsel dönüsüm [Propriété, quartier, individu : la transformation urbaine à Istanbul], sous la direction d’Asuman Türkün et publié en 2014.

18 Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, Carte de répartition des zones sismiques d’Istanbul : www.csb.gov.tr.

19 Municipalité Métropolitaine d’Istanbul, « L’étude sur la prévention des catastrophes/Plan de base d’atténuation à Istanbul, comprenant les micro-zonages sismiques dans la République de Turquie » : http://www.ibb.gov.tr/tr-TR/SubSites/DepremSite/PublishingImages/JICA_ENG.pdf.

20 Nilay Vardar, Danıştay Tozkoparan’ın Riskli Alan Kararını da İptal Etti [La cour de cassation a annulé de décision de zone à risque pour Tozkoparan], paru dans le quotidien Bianet, le 04/06/2014. L’annulation de la décision de zones à risques des quartiers de Sarıgöl, Yenidoğan et Bağlarbaşı, par la cour de cassation a été publiée dans le journal officiel le 14/12/2015.

21 N. Smith, “New Globalism, New Urbanism: Gentrification as Global Urban Strategy” in : N. Brenner ve N. Theodore (dir.), Spaces of Neoliberalism:Urban Restructuring in North America and Western Europe, 2002, Blackwell, UK.

22 Actuellement, 1 106,25 hectares du territoire stambouliote ont été désignés à risque, soit 40 zones de superficies variées : voir le site Internet du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme (http://www.csb.gov.tr/iller/istanbulakdm/index.php?Sayfa=sayfa&Tur=webmenu&Id=10108). Carte réalisée par Nihal Durmaz et Florence Troin prenant pour base les données sur le site indiqué ci-dessus.

23 C. Saraçoğlu and N. Demirtaş-Milz, Disasters as an ideological strategy for governing neoliberal urban transformation in Turkey : insights from Izmir/Kadifekale, Disasters 38 (2014), p. 178-201.

24Afet Riski Altındaki Alanların Dönüştürülmesi Hakkında Kanun’a Yönelik Ortak Deklarasyon”, Chamber of Urban Planners (SPO), [Déclaration commune concernant la « loi désastre »], http://www.spoist.org/basin-aciklamalari/afet-riski-altindaki-alanlarin-donusturulmesi-hakkindakanun-a-yonelik-ortakdeklarasyon.

25 Afet riski altındaki alanların dönüştürülmesi hakkında kanun tasarısı değerlendirme raporu [Le rapport d’évaluation du projet de loi concernant la conversion des zones sous risque de catastrophes], SPO : http://www.spo.org.tr.

26 Une sélection de travaux sur le terrain pourrait inclure : A. Bartu-Candan and B. Kolluoğlu, Emerging spaces of neoliberalism: A gated town and a public housing project in Istanbul, New Perspectives on Turkey (39) 2008 ; A. Türkün, Mûlk, Mahal, İnsan: İstanbul’da kentsel dönüşüm (İstanbul: İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, 2014), 441 ; B. Öktem, Neoliberal küreselleşmenin kentlerde inşası: AKP’nin küresel kent söylemi ve İstanbul’un kentsel dönüşüm projeleri, Planlama Dergisi 2 (2006) ; D. Danis and J. F. Pérouse, Zenginliğin Mekânda Yeni Yansımaları: İstanbul’da Güvenlikli Siteler, Toplum ve Bilim 104 (2005) ; Pérouse, Hybristanbul ; J. F. Pérouse, « L’internationalisation de la métropole stambouliote: expressions et limites » in : Marcel Bazin et al., Méditerranée orientale et mer Noire entre mondialisation et régionalisation, Actes du colloque d’Antalya, sept. 11-13, 1997 (Paris, l’Harmattan/IFEA, 2000), p. 167-179 ; H. Kurtuluş, Kentsel dönüşüme modern kent mitinin çöküşü çerçevesinden bakmak, Planlama Dergisi 2 (2006) ; T. Kuyucu and Ö. Ünsal, Urban transformation’ as state-led property transfer: An analysis of two cases of urban renewal in Istanbul, Urban Studies 47 (2010), p. 1479-1499; M. Candelier-Cabon and B. Montabone, Istanbul, une internationalisation forcée ? EchoGéo 2009.

27 Ç. Şahin, Türkiye’de kentsel dönüşüm uygulaması, Toprak İşveren Dergisi (95) 2012.

28 Les caractéristiques des six quartiers soumis à ces politiques urbaines, traités dans l’ouvrage d’Asuman Türkün, viennent démontrer cet argument : Türkün A. (dir.), 2014, Mûlk, Mahal, Insan: Istanbul’da kentsel dönüsüm [Propriété, quartier, individu: la transformation urbaine à Istanbul], éd. Istanbul Bilgi Üniversitesi, Istanbul, 441 p.

29 Notamment la Chambre des architectes et des ingénieurs d’Istanbul (TMMOB : Türk Mühendis ve Mimar Odaları Birliği), des avocats et activistes des ONG se positionnant comme défenseurs du « droit à la ville » théorisé par le sociologue Henri Lefèbvre (2009) et repris par le théoricien postmarxiste David Harvey (2011).

30 La photo de gauche présente des logements collectifs de Tozkoparan entourés de larges espaces verts. La photo de droite montre des gecekondu implantés dans le quartier.

31 Aujourd’hui, Gaziosmanpaşa est devenu l’arrondissement le plus grand et le plus peuplé d’Istanbul.

32 Il s’agit d’un premier projet de transformation urbaine qui concerne les quartiers de Sarıgöl et Yenidoğan (deux quartiers accolés, où les transformations urbaines vont de pair).

33 Cette situation n’est pas propre à la Turquie. De manière générale, les villes destinées à devenir des villes mondiales sont poussées à améliorer leur infrastructure générale (transports, télécommunications…), et mener d’amples interventions urbanistiques quelques fois dépourvues de participations citoyennes/habitantes. Par exemple à Rio de Janeiro, compte tenu de la configuration socio-territoriale de la ville, on note des processus « d’élitisation », « d’embourgeoisement », dans de nombreux quartiers de la ville, là où des opérations urbaines de « rénovation », de « requalification » ou encore de « revitalisation » opèrent sans nécessairement consulter les habitants. Le cas de la favela Vila Autodrome est assez exemplaire en la matière : Cf. Olivier Borius, Rio de Janeiro olympique : murs tropicaux, favelas et gentrification. (Axe III, Symposium 13). Independencias – Dependencias – Interdependencias, VI Congreso CEISAL 2010, Jun 2010, Toulouse, France.

34 Nous nous sommes tenues à rapidement énuméré un certain nombre de problèmes sociaux, culturels et économiques engendré par l’application de ces politiques urbaines. Mais les auteurs de l’ouvrage « Mülk, Mahal, Insan » (2014), réalisé sous la direction d’Asuman Türkün, renseignent des nombreuses conséquences indésirables de ces processus.

35 Les pouvoirs publics peuvent prendre en charge le premier loyer des locateurs ayant été contraints à se déplacer des quartiers à risque.

36 Lefèbvre a, lui-même, écrit sa théorie du « droit à la ville » en réaction à l’urbanisme fonctionnaliste de son époque. Une conception qui remet en cause la perception de la ville. Selon Lefèbvre, la ville est passée d’une valeur d’usage à une valeur d’échange, il lance l’idée de la mort de la ville. Mais l’urbain – qui ici renvoie à la société urbaine – correspond à une valeur d’usage et survit en se transformant. Ainsi, une dialectique s’installe entre la ville et l’urbain perçus par Lefèbvre, avec une nette domination de la valeur d’échange sur la valeur d’usage provoquant des conflits et la quête du droit à la ville. Lefebvre H., 2009, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 3e édition.

37 Yaşar Adanalı, Urban transformation and the Law on Disaster Prevention: A pretext for lucrative investment, Perspectives Magazine 3 (2013).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Croissance historique de la ville d’Istanbul5. Source: Earthquake master plan for Istanbul, Japan International Cooperation Agency (JlCA) / Istanbul Metropolitan Municipality (IMM), juillet 2003.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Légende Carte 2 : Les zones désignées à risque à Istanbul22.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-3.png
Fichier image/png, 3,3M
Légende Ill. 1 : Le quartier de Tozkoparan30, clichés : Nihal Durmaz, mars 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-4.png
Fichier image/png, 3,5M
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-5.png
Fichier image/png, 2,6M
Légende Ill. 2 : Les aperçus hétérogènes du quartier de Sarıgöl, clichés : Nihal Durmaz, janvier 2014.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-6.png
Fichier image/png, 3,9M
Légende Ill. 3 : Les démarches adoptées par les habitants dans les quartiers étudiés. Schéma réalisé par Nihal Durmaz, en 2013.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/369/img-7.png
Fichier image/png, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nihal Durmaz, « Prévention des risques par la maîtrise de l’urbanisation », Revue des sciences sociales, 57 | 2017, 64-75.

Référence électronique

Nihal Durmaz, « Prévention des risques par la maîtrise de l’urbanisation », Revue des sciences sociales [En ligne], 57 | 2017, mis en ligne le 15 juillet 2017, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/369 ; DOI : 10.4000/revss.369

Haut de page

Auteur

Nihal Durmaz

Doctorante en Sociologie,
Laboratoire : Architecture, Morphologie/Morphogenèse Urbaine et Projet (AMUP, EA 7309)
Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals