Navigation – Plan du site
Le mur

L’archéologie

Au centre ou à la marge de plusieurs disciplines ?
Archaelogy in/out of Others Disciplines
Lola Bonnabel et Anne Richier
p. FR

Résumés

Si tout le monde à une idée de ce qu’est l’archéologie, il faut bien le reconnaître, tout le monde se trompe. Les archéologues eux-mêmes peinent à se mettre d’accord et certains d’entre eux – pas forcément les plus âgés – ont quelques difficultés à prendre la mesure de ses plus récentes évolutions. Une approche épistémologique de la discipline à travers ses oppositions binaires permet de mettre en valeur son caractère indiscipliné et d’en aborder le champ sémantique. L’archéologie est inter-trans-pluri-disciplinaire mais elle est aussi éclatée en de multiples spécialités parmi lesquelles l’archéologie de la mort permet d’ouvrir de nombreux champs de réflexions, d’ordre aussi bien philosophique que religieux, biologique, médical ou éthique. L’archéologie de la mort appelle peut-être encore plus la pluridisciplinarité puisqu’elle se situe à la croisée d’approches empruntant à la fois aux sciences humaines et biologiques et qu’elle amène fatalement des questionnements sociétaux voire existentiels aux accents actuels. À partir de deux exemples appartenant à des périodes archéologiques très différentes, il s’agit de montrer comment les archéo-anthropologues se nourrissent d’autres disciplines.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’archéologie fait rêver la plupart des enfants entre 8 et 12 ans, elle souffre en France d’une position inconfortable et ambiguë au sein des sciences du passé. Pour tout dire, elle est assise entre plusieurs chaises : puisant dans d’autres disciplines sans vraiment en faire partie, elle est considérée comme mineure dans les sciences humaines et à ce titre souvent reléguée à un rôle documentant uniquement l’aspect matériel des cultures du passé. Or, depuis une vingtaine d’années, la structure même de la discipline a été profondément modifiée par l’émergence et le développement de l’archéologie préventive, sans que la totalité de la communauté en ait eu conscience. L’archéologie et plus encore celle dédiée à la mort est pluri-inter-trans-in-disciplinée. Nous allons voir comment ses caractéristiques se sont construites au fil du temps à travers des contradictions qui en ont créé de nouvelles, aboutissant à une matrice disciplinaire « bricolée ». Dans un second temps, nous évoquerons, à partir de deux exemples particuliers, les spécificités de l’archéologie de la mort.

En guise d’épistémologie : l’archéologie à travers ses oppositions binaires

Visible et invisible

2Nous avons tendance à définir notre discipline comme « science de la matérialité ». En effet, c’est ce qui permet de nous reconnaître face aux autres. Nous documentons les sciences humaines à partir par exemple de données techniques (modes de fabrication des objets, techniques de décors, techniques métallurgiques, étude de bâti…), ou encore par l’identification des déplacements de matière première (importation de l’obsidienne pendant le Paléolithique, de l’ambre pendant la protohistoire…). Nos sources ne sont pas des écrits, ou des enquêtes ou des observations de groupes en action, mais des objets, des couleurs de terre et surtout l’organisation spatiale en plan et en volume de ces objets et couleurs. De ce point de vue, nous sommes la vraie discipline des « choses » telles que Durkheim les a définies (Durkheim 1895). S’il voulait fonder sa discipline sur la « matière » dont sont faites les sociétés, pour nous il s’agit bien de matière au sens strict. Nous constituons nos corpus d’étude de traces d’occupations humaines ; il est ici nécessaire de préciser de quoi il s’agit tant notre discipline est pour le moment peu connue. L’image qu’en ont les « autres », ce sont les ruines ou les objets (sculptures, monnaies etc.). Cette vision issue du xixe siècle ne correspond plus à celle de l’archéologie du xxie siècle.

3En effet, cette matérialité ne se révèle pas toujours de manière primaire − un mur restant visible sur ses fondations par exemple − puisqu’elle peut être envisageable de manière secondaire. Le cas le plus simple et le plus courant est celui des bâtiments sur poteaux. Le bois du poteau a disparu, ce qui reste est le trou, ou négatif, dans lequel il a été placé. Ce trou est perceptible par son remplissage, qui montre une différence de coloration avec le sédiment dans lequel il a été creusé, du fait de la décomposition du bois (« le fantôme » pour les archéologues). Le bâtiment n’est plus là mais l’organisation en plan des poteaux restitués va permettre de reconnaître un type de bâtiment qui peut être caractéristique d’une fonction ou d’une époque voire d’une « culture » archéologique (comme les grands bâtiments du Néolithique ancien d’Alsace qui témoignent de l’installation de colons venus de l’Est). L’interprétation se fait en revanche de manière empirique, par la répétition de l’observation. Il a fallu fouiller nombre de ces maisons autrefois appelées « danubiennes » pour être capable de les reconnaître, même incomplètes (Ill. 1 et 2).

Ill. 1 : Un grenier sur poteau, ce qui se livre à l’observation au moment du décapage, ce sont quatre ronds noirs, photographie Sylvie Culot © INRAP.

Ill. 2 : pour un.e archéologue : une maison du néolithique ancien, photographie Lola Bonnabel © INRAP.

4Les traces d’occupation humaine sont donc à la fois visibles, matérielles, et invisibles, restituées à partir de « négatifs », de « fantômes ». En archéologie funéraire, l’invisible est peut-être encore plus présent puisqu’il s’agit de recomposer les différentes étapes de la décomposition des éléments en matériau périssable qui constituent la sépulture (bois, tissus, cuir, chairs…) et de restituer en volume ce qui n’existe plus. C’est aussi, à partir des éléments conservés, remonter jusqu’aux gestes des vivants envers leurs morts et avoir accès à une part de symbolique relative à l’eschatologie individuelle et aux imaginaires collectifs. Du squelette, de l’organisation de la nécropole, nous cherchons à interpréter l’organisation des sociétés mais également une partie de leur idéal.

Nature et culture, Préhistoire et Histoire

5Ainsi, l’archéologie a pour objectif de décrire les sociétés anciennes à partir de leurs vestiges matériels, observables ou reconstitués. Mais si son sujet porte sur les cultures humaines et leurs productions techniques ou artistiques, elle s’intéresse également à l’environnement, aux provenances des matériaux, à l’évolution humaine, toutes sortes de sujets dont l’accès est permis par les sciences naturelles.

6L’homme, principal sujet de la discipline archéologique, est à la fois un être biologique et un être de culture. Il appartient à la nature, mais il est organisé avec d’autres hommes en sociétés qui sont porteuses de diverses cultures. L’archéologie s’intéresse par exemple au corps de l’homme en tant qu’être biologique (son évolution, ses pathologies) mais également en tant qu’être biologique portant des marques de sa société (soins médicaux, coups et blessures, traces de travail physique, de déficit alimentaire…). L’homme partage la nature avec le reste des animaux, mais lui, l’exploite à une tout autre échelle et son impact sur la terre est incomparable à celui des autres espèces ; cet impact est parfaitement détectable en archéologie. Il ne paraît donc pas étonnant, pour étudier l’homme, d’avoir recours aux approches naturalistes et culturelles. Un psychiatre est un médecin, et il peut jongler avec la chimie et la parole pour prendre soin de son patient. L’archéologue spécialisé dans les pratiques mortuaires, ce que sont les deux auteures de cet article, passe son temps entre l’identification du « geste » qui permet de reconnaître les choix opérés par une société dans la gestion de ses cadavres, et celle de « l’individu » dont le sexe, l’âge, le mode de vie a engendré une morphologie squelettique particulière. Ici, la dualité entre nature et culture tend à s’estomper.

7Ces deux thèmes, nature et culture, ont été portés très différemment en fonction que l’on fasse de la « Préhistoire » ou de l’« Archéologie ». Vu de l’extérieur, la préhistoire paraît appartenir à l’archéologie mais dans l’histoire de la discipline, les chercheurs s’intéressant aux périodes préhistoriques ont longtemps cheminé sur des voies différentes de ceux s’intéressant aux périodes historiques.

8La préhistoire s’intéressait à l’évolution humaine, à la question même de la définition de l’homme, utilisant pour nourrir cette réflexion des questions biologiques (cet être est-il du genre homo ? et à quel stade d’évolution ?) mais également philosophiques (ce corps enterré est-il une sépulture véritable et témoigne-t-il ainsi de préoccupation sur l’avenir post mortem ?- une histoire d’homme évidemment). Très vite, la préhistoire a été conduite à s’intéresser aux climats, qui ont évidemment énormément évolué, avec plusieurs phases de glaciation pendant le paléolithique. Mais la préhistoire, en l’absence de texte, s’est aussi très tôt intéressée aux autres disciplines des sciences humaines, l’ethnologie notamment, avec toutefois un parti pris évolutionniste sur les sociétés aujourd’hui remis en question. Dès les années soixante-dix, le champ s’élargit davantage encore avec par exemple l’utilisation de la linguistique (Sauvet et Sauvet 1977) des sciences cognitives (Ploux 1988). Les préhistoriens ont également développé tout ce qui est expérimentation (taille de silex en particulier). Toutes ces voies d’étude et de réflexion ont permis de dépasser le cadre déductif et de fait réducteur de l’archéologie.

9L’archéologie des périodes historiques quant à elle, qu’elle soit antique, médiévale ou moderne, est soumise aux textes, elle fut longtemps considérée comme une annexe de l’histoire. Elle était là pour donner corps au texte. Aujourd’hui encore on peut vouloir chercher les traces matérielles de la bataille de Triffouillis-les-Oies ou le tombeau de Bidulon premier. Les perspectives sont avant tout évènementielles et le cadre culturel. Cette dualité persiste encore aujourd’hui dans les universités, même si cela tend à disparaître. Il y a des universités de Préhistoire et des universités d’Archéologie. Au sein même de ces universités les partis pris sont aussi duels. L’une d’entre nous a suivi un enseignement en Préhistoire dans trois universités différentes, dans l’une elle était associée à l’archéologie, dans l’autre à l’ethnologie et dans la troisième à l’anthropologie biologique et donc aux questions résolument naturalistes d’évolution des espèces.

Technique et scientifique

10L’archéologie est à la fois technique et scientifique. Technique par ses champs d’investigation (au propre comme au figuré), ses méthodes, ses outils. Scientifique par sa démarche, ses objectifs, sa finalité. Elle est loin d’être la seule science qui puise dans la recherche empirique, mais certaines fausses vérités héritées du siècle des Lumières, comme celle du technique réservé aux « vils », ont la vie dure. Qui n’a en tête ces images de fouilles (même récentes) diffusées dans des reportages grand public consacrés à cette archéologie triomphante qui met en scène un savant tout de beige vêtu (souvent accompagné d’une assistante pareillement affublée, en légèrement plus échancré), installé sous un parasol exotique et donnant des ordres à une myriade de locaux maniant la pioche ou portant des paniers pleins de terre sur la tête ? En archéologie, le terrain est sale. Il est poussiéreux, boueux, pollué, dur, mou, organique, minéral, collant, résistant. Il s’insère dans tous les pores de la peau, sous les ongles, dans les cheveux, les poils, il se mélange à la sueur, au sang des inévitables plaies. De ce rapport avec l’objet d’étude est née une culture du savoir-faire pour la fouille et une culture du savoir pour ce que nous appelons « post-fouille » (soit l’étude et l’analyse des données). Il y a d’un côté le terrain et de l’autre la science. Ce schéma, dont la présentation est volontairement grossière, constitue l’un des paradigmes de notre discipline.

11L’émergence de l’archéologie préventive a profondément modifié la discipline et a eu pour corolaire une professionnalisation de ses méthodes et de ses acteurs. Tout le monde met désormais la main à la pâte, dès la phase terrain. Du technicien au responsable d’opération, tout le monde s’appelle « archéologue » (à la différence de l’Allemagne par exemple, où une distinction est opérée entre « ouvriers » et « archéologues »). Même les spécialistes − anthropologues, géomorphologues, archéozoologues, carpologues, anthracologues − ne conçoivent plus une recherche détachée du terrain. Aujourd’hui, le schéma dichotomique entre technique et scientifique a donc évolué mais il est toujours présent, de façon plus sournoise : tout le monde fouille, tout le monde se salit mais il y a ceux qui écrivent et ceux qui n’écrivent pas.

12Mais cet aspect technique ne concerne pas que la fouille, il est également présent dans les laboratoires : certains sont obnubilés par la méthodologie et multiplient les méthodes qui contrôlent les méthodes qui sont elles-mêmes recontrôlées par de nouvelles méthodes… Ceci crée chez beaucoup d’archéologues une sorte de crainte de l’interprétation de données. Les données sont compilées, analysées mais parfois sous interprétées dans une sorte de terreur répandue (et qui s’appuie sur du vécu) d’être taxé de faire de la sur-interprétation. Cependant, dans toute recherche, l’audace interprétative est nécessaire, et les autres sciences humaines peuvent être un soutien important pour l’archéologue qui confronte ses données. Nous arrivons ces dernières années à un stade où les données issues de l’archéologie sont très nombreuses et où il est nécessaire et possible de passer à des niveaux supérieurs d’interprétation, en association/confrontation avec les autres disciplines des sciences humaines.

Archéologie programmée et archéologie préventive

13Jusque dans les années 1970, l’archéologue avait un « programme », il s’intéressait à la Bible, ou à l’Antiquité, et il décidait d’aller prospecter à tel point où il pouvait trouver des réponses aux questions que son sujet lui permettait de formuler. Il cherchait le site qu’il allait ensuite fouiller. Il trouvait donc des sites « qui se voient » par photographie aérienne, prospection pédestre ou découverte fortuite. C’est-à-dire des sites qui marquent le paysage ou qui produisent de nombreux vestiges telles que les nécropoles monumentales livrant aux prospecteurs accessoires vestimentaires, bijoux, ou autres objets métalliques particulièrement reconnaissables. Dès la fin des années 1960, l’opinion publique s’est fortement mobilisée autour de destructions scandaleuses du patrimoine archéologique comme celle du port grec de Marseille, interrompue grâce à l’initiative d’André Malraux, alors ministre chargé des affaires culturelles. Durant les années 1980, le contexte économique, social et politique devenant enfin favorable, l’archéologie « de sauvetage », impliquant des interventions urgentes sur quelques sites spectaculaires en cours de destruction, se transforme en archéologie « préventive ». Son principe est simple : tout aménagement susceptible de détruire un site archéologique doit faire l’objet d’un diagnostic permettant d’identifier ou non des vestiges d’occupations anciennes. En cas de présence et une fois l’intérêt scientifique évalué par les services de l’état, le site doit être sauvegardé par des mesures conservatoires ou par la fouille et l’analyse scientifique avant destruction.

14Après l’élection présidentielle de 1981, le budget de l’archéologie est multiplié par cinq et la lutte sans trêve des archéologues débouche enfin sur la création de postes dans les directions des Antiquités (futurs services régionaux de l’Archéologie). Ce sont ces agents de l’État qui vont mettre en place cette nouvelle pratique archéologique, s’appuyant sur leurs collègues des collectivités locales et sur les vacataires, puis salariés précaires de l’Afan (Association pour les fouilles archéologiques nationales, ancêtre de l’Inrap) de plus en plus nombreux au fil des prescriptions archéologiques. Outre l’importance patrimoniale de pouvoir enfin lutter contre la destruction quotidienne du passé collectif, cette révolution est fondamentale d’un point de vue scientifique et a totalement renouvelé les sources de la discipline. En archéologie préventive, particulièrement pour le nord-est de la France où il n’y avait pas l’équivalent des sites prestigieux du sud, une nouvelle archéologie est née des « sondages systématiques » de l’archéologie préventive. Les prospections traditionnelles (photographies aériennes, prospections pédestres) ont cédé progressivement la place aux sondages mécaniques systématiques sans lien aucun avec le potentiel archéologique reconnu. C’est-à-dire que des sondages ont été faits dans des endroits qui intéressaient les aménageurs (autoroute, voie ferrée) mais pas forcément les archéologues. Cette archéologie s’est développée de manière aléatoire par rapport à la discipline elle-même, mettant en évidence des formes d’occupations humaines inattendues et permettant une vision territoriale globale. Ces sources ne sont donc pas identifiées a priori, ni recherchées en tant que telles, ce qui est sans doute une particularité de la discipline dans sa dimension « préventive ». Une fois la légitimité de l’archéologie préventive obtenue, légitimité confirmée par une loi de 2001, une fois la question du financement réglée sur le principe du casseur payeur (l’aménageur finance la fouille archéologique), il restait à changer de paradigme : l’archéologie de sauvetage devenue officiellement archéologie préventive s’inscrit dans le présent, ayant sa place dans les étapes de l’aménagement du territoire. Cela signifie la création de centaines d’emplois, le sondage et le décapage de milliers d’hectares et le renouvellement complet des problématiques.

Progressiste et réactionnaire

15L’archéologie est une discipline qui s’intéresse à la fois à la science et au patrimoine. Créatrice de connaissances, elle met au jour des trésors « immatériels » et produit des « biens culturels » mais également des vestiges bâtis, mis en valeur, conservés, patrimonialisés. En forçant un peu le trait, l’archéologie est donc à la fois de droite, le patrimoine étant une valeur réactionnaire, et de gauche, les sciences humaines et sociales, le savoir étant des valeurs progressistes. Si parler politique peut paraître hors sujet pour l’archéologie, c’est loin d’être le cas. Les résultats de l’archéologie ont de tout temps été utilisés par les pouvoirs en place. Les premières fouilles archéologiques menées dans le grand temple de la cité d’Ur par Nabonide, roi de Babylone au vie siècle avant J.‑C., ont servi à légitimer le pouvoir en place en l’asseyant sur des témoins tangibles de la grandeur des empires passés. Dans l’Allemagne nazie, 86 % des archéologues étaient membres du parti national-socialiste et ont œuvré à légitimer scientifiquement et culturellement la germanisation de l’Europe et l’épuration raciale (Olivier 2012). Les nazis au pouvoir ont mis en place de nombreuses fouilles archéologiques et certaines de leurs méthodes ou problématiques ont considérablement fait avancer la recherche archéologique, en France et ailleurs ! Les exemples de ce passé au service du présent, de cette instrumentalisation de l’archéologie sont nombreux et illustrent les liens intimes qui unissent science et politique. Ceux-ci peuvent aussi se percevoir dans les méthodologies employées. La majorité des archéologues, jeunes et moins jeunes, ont en mémoire la polémique autour de la plus grosse fouille préventive menée en France dans les années 1980 qui concernait la cour Napoléon et la cour Carrée du Louvre à Paris. Il s’agissait en fait de deux fouilles distinctes, dirigées par des chercheurs de bords politiques opposés et employant des méthodologies différentes qui leur ont valu, pour la première l’appellation d’« archéologie de gauche » et pour la seconde d’« archéologie de droite ». L’une de nous qui a participé à la première fouille se souvient que les équipes ne se mélangeaient pas, même à la table de la cantine du Louvre.

16On peut réfléchir sur la nature d’une discipline, mais il n’est pas possible de l’imaginer détachée des contingences matérielles et de la volonté du politique. Une recherche doit être financée, c’est basique. Lorsque Napoléon III a voulu développer une identité nationale basée sur « nos ancêtres les Gaulois », il a généré un grand dynamisme archéologique, et le musée d’archéologie nationale en présente aujourd’hui encore les résultats. La volonté venait alors du pouvoir alors que dans le cas de l’archéologie préventive, la volonté est venue des archéologues, donc du peuple et s’imposait – et s’impose encore – au pouvoir qui décide ou non d’y répondre. Si la lutte des archéologues avait pour objectif initial le développement de l’archéologie préventive, cette archéologie qui concerne le passé commun menacé d’être détruit par les constructions ou les aménagements, très vite, il est apparu nécessaire de transformer l’archéologie passion en métier. Quand les archéologues ne sont pas seulement deux mois par an sur le terrain, leurs conditions doivent évoluer, il leur faut de quoi se reposer, de quoi manger chaud et se chauffer l’hiver, de quoi se protéger… Il faut aussi organiser le travail, ce qui ne se fait pas de la même façon entre collègues que dans le cadre d’une équipe constituée d’un universitaire et de ses étudiants ou d’un archéologue orientaliste ou africaniste avec ses terrassiers.

17L’archéologue est donc aussi un individu « engagé ». Le taux de syndicalisation en archéologie préventive est exceptionnel. Si l’on prend en considération l’ensemble des archéologues (INRAP, ministère de la Culture, CNRS, Université) on peut estimer à 500 le nombre de syndiqués sur 4 000 agents, soit une proportion de 12,5 %. Si l’on se concentre sur les archéologues travaillant dans le cadre de l’archéologie préventive, cette proportion monte à 16 %, soit deux fois plus que le taux national, toutes professions confondues.

18Les batailles syndicales des archéologues, au-delà de la reconnaissance de la discipline et des conditions de travail ont également permis des avancées importantes dans la lutte contre la précarité. En passant par les vacations de 120 heures, le travail saisonnier, les Travaux d’Utilité Collective et autres contrats d’insertion, les années quatre-vingt-dix ont vu une série de victoires aux Prud’hommes, commençant par 12 archéologues lorrains en 1991 soutenus par des avocats militants qui se sont appuyés sur la mise en évidence du caractère permanent des emplois d’archéologues. Ces premiers cas ont abouti à des centaines de CDI « prud’homaux » et à l’embauche « forcée » d’autres centaines de CDI. Mais l’archéologie préventive a aussi été le lieu (unique) d’une tentative du législateur de faire passer dans le système de l’emploi public un contrat réservé au privé (le CDD à objet). Il s’agissait d’une disposition législative (loi n° 2009‑179 du 17 février 2009) « pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés » créant un « contrat d’activité » (CDA). Dans ce type de contrat, la personne employée l’est pour une activité en particulier (pour nous un chantier) et la fin du contrat est signifiée par l’employeur qui estime la fin de ladite activité. Mais les archéologues ne se sont pas laissés faire, et le 7 mars 2011, le CDA était enterré et la disposition législative abrogée.

19L’histoire de la discipline contient donc dans ses gènes l’indiscipline.

L’archéologie de la mort : à la croisée des disciplines

20L’archéologie de la mort est pluridisciplinaire par nature. Dès que le fouilleur ouvre une tombe, un grand nombre de spécialités peuvent être convoquées : anthropologie biologique, palynologie (étude des pollens), carpologie (étude des graines), spécialiste du mobilier métallique, céramologue, etc. L’étude de la tombe, et au-delà d’un cimetière, ne peut être autre que pluridisciplinaire, mais toute la difficulté est de faire le lien entre ces disciplines. La synthèse qui sera faite postérieurement à la fouille et à l’analyse d’un ensemble funéraire sera également interdisciplinaire car il faudra donner une interprétation commune à partir de ces divers regards. Ainsi, de manière tout à fait naturelle, une nouvelle génération de chercheurs s’est formée dans l’objectif précis de fouiller et étudier ce type de site. Leur formation est en général double, cumulant un cursus de biologie et un cursus de sciences humaines, ce sont des transdisciplinaires.

21Pour illustrer ces différents propos, nous avons choisi deux exemples. L’un au sein de la protohistoire sera l’occasion d’aborder les questions d’instrumentalisation politique ou sociale de l’archéologie mais surtout de voir, comment à partir d’un cas d’étude concret, l’une d’entre nous a recherché de l’aide au sein des sciences humaines voisines. L’autre se situe bien plus tard, dans les périodes récentes, et son évocation est l’occasion de voir comment la discipline se construit au fil du temps, s’emparant de nouveau thèmes et cherchant par tous les moyens à confronter, lier, mêler les différentes disciplines.

Un exemple pour l’âge du Fer

22L’âge du Fer est ainsi nommé car c’est la période à laquelle la technologie du fer a été mise en œuvre. Il appartient à la « Protohistoire », définie à l’origine pour parler des populations qui n’écrivent pas alors que l’écriture est déjà utilisée ailleurs, dans les grandes « civilisations ». Sur l’espace géographique qui correspond au territoire français actuel, c’est à l’âge du Fer que les communautés autochtones se trouvent confrontées à la colonisation des peuples méditerranéens. Les Grecs fondent Marseille au tout début du vie siècle avant notre ère et le nord est colonisé par les Romains au ier siècle avant notre ère. Ces circonstances sont propices à une exploitation politique. Les populations de l’âge du Fer, qu’on les nomme « Celtes » ou « Gaulois » sont utilisées pour créer une identité nationale, celle d’une France millénaire constituée par un peuple « d’origine » face aux autres, les petits Latins (ou autre Méditerranéens…) bruns envahisseurs. Il en est de même de l’utilisation des « Germains » dans l’idéologie nazie.

23Les Gaulois ont donc autant été l’instrument de la propagande de Napoléon que celle de la République et plus récemment, celle du Front National (Olivier 1998). Quant aux Celtes, ils ont été utilisés à partir du xixe siècle pour créer des identités atlantiques, bretonne, irlandaise ou écossaise. L’artificialité de cette récupération est d’autant plus amusante que ces populations Celtes (telles que l’archéologie les « reconnaît ») ne vivaient pas sur les îles de l’Europe atlantique, mais plus à l’Est, entre les Carpates et la Champagne (Collis 2003, James 1999).

24Au vu des incertitudes qui demeurent sur la définition humaine et géographique d’un « peuple » celte et, d’autre part, des usages politiques qui sont faits de ces populations de l’âge du Fer, il nous semble que les archéologues doivent se montrer raisonnables et privilégier ce que l’on appelle les « cultures archéologiques » définies à partir du type, de la forme et du vocabulaire stylistique des artefacts.

25L’une d’entre nous a travaillé pendant une quinzaine d’années sur les pratiques funéraires de ces populations, plus particulièrement, des groupes qui vivaient entre le Ve et le IIIe siècle avant notre ère, dans la région administrative française récemment disparue : la « Champagne Ardenne ». Ces populations protohistoriques ont produit une culture archéologique nommée « La Tène » du nom du site éponyme Suisse à partir duquel elle a été définie. Ces travaux étaient collectifs (une quinzaine d’archéologues), regroupant étude d’anthropologie biologique, étude des objets métalliques (armes, parure, accessoires vestimentaires, élément de harnachement), de la poterie (service de table et de boisson déposé dans les tombes), des restes de faune (parties osseuses conservées de pièces bouchères telles que des plats de côtes, épaules, gigot, jambon…), étude du traitement du corps (vêtement, linceul), reconstitution des appareils funéraires (cercueil, coffrage, petits meubles, char), étude de l’organisation des nécropoles et de leur dynamique d’installation à partir de la datation des objets, définition de « pratiques funéraires » et observation de leur répartition dans l’espace géographique au gré des sondages et décapages des opérations d’archéologie préventive etc. Au-delà des résultats archéologiques déjà importants produits par les études susnommées, il a paru intéressant de voir comment les autres disciplines des sciences humaines permettaient d’interpréter ces données. Il s’agissait de donner une interprétation sociale, partant du principe que les pratiques funéraires sont le lieu d’un langage qui tient tant du discours, c’est-à-dire du message que l’on veut transmettre, que de l’inconscient puisqu’il s’agit de la mort, notre plus grande angoisse existentielle.

26En effet, si nos données paraissaient s’organiser de manière signifiante (Bonnabel 2014), nous n’avions pas de courant au sein de notre discipline permettant de proposer des hypothèses donnant du sens. Pour cela, nous avons approché le champ de la philosophie (E. Morin, Aristote), de l’ethnologie et de l’anthropologie sociale (C. Lévi-Strauss, M. Godelier, A. Testart, G. Balandier, J. Steward, L.‑V. Thomas), de la sociologie (P. Bourdieu), de l’histoire (J.‑P. Vernant), afin de nourrir nos réflexions sur l’idée de la mort, les questions de genre et les organisations politiques, en particulier la notion d’État (Bonnabel 2016).

La fouille des cimetières récents : entre ombre et lumière (au loin)

27Au-delà des riches tombes protohistoriques ou antiques, les sépultures médiévales sans mobilier sont au fil du temps apparues intéressantes, puis s’est posée la question de la fouille des cimetières récents. Cette question est d’actualité puisque l’archéologie des temps modernes et contemporains peine encore à trouver sa légitimité. Si l’on sait que le champ chronologique de l’archéologie débute avec l’apparition de l’humanité, sa date butoir est en revanche plus sujette à caution. Dans les imaginaires collectifs, l’archéologie s’occupe de civilisations anciennes et lointaines à jamais disparues, non (ou peu) écrites. Dans les textes législatifs, il est question de « Préhistoire et histoire » (Loi de 1941), de « passé » (Convention de Malte de 1992), d’une période s’étendant « depuis l’apparition de l’Homme jusqu’à nos jours » (MCC Drac). Dans les faits, les sites d’époque moderne et a fortiori contemporaine font rarement l’objet de prescriptions archéologiques, en dehors de ce qui touche à l’événementiel (archéologie des conflits ou des épidémies). Cet évitement des temps récents en contexte « normal » est peut-être encore plus prégnant en archéologie funéraire, où se posent des questions déontologiques et éthiques. Peut-on et doit-on tout fouiller ? En présence de sources historiques riches et variées, en quoi l’archéologie peut-elle documenter le passé récent ? A-t-on le droit de fouiller une tombe du xxe siècle et à quelles fins ? À ce titre, mais aussi face à l’effrayante quantité de tombes récentes, nombre de cimetières paroissiaux ou communaux ont été et sont tout simplement vidés, au mieux dans un carré spécial du cimetière en activité, au pire dans la décharge du coin. La première fouille préventive de grande ampleur d’un cimetière spécifiquement moderne et contemporain a eu lieu en France en 2009. Depuis, quelques autres ont pu être fouillés, mais toujours de façon partielle, l’échantillonnage étant préféré à l’exhaustivité. Nombre de prescripteurs travaillant dans les services de l’état s’interrogent sur le poids financier porté par la collectivité ou l’aménageur privé, cette question ne se posant pas pour les temps plus anciens qui ont trouvé depuis longtemps une légitimité incontestable et incontestée. Si le cadre normatif est clair, l’on voit qu’en revanche les usages peinent à monter sur la marche supérieure ou descendre sur la marche inférieure (c’est une question de point de vue) de l’échelle du temps historique.

28Même la façon de nommer cette « nouvelle » archéologie est éloquente. Dans le meilleur des cas, on trouve le terme d’archéologie moderne et contemporaine (inventé dans les années 1970 par deux archéologues hellénistes). Les périodes sont tantôt associées l’une à l’autre : archéologie moderne et contemporaine, tantôt dissociées : archéologie médiévale et moderne (le contemporain passe alors à la trappe). Ces périodes n’existent jamais seules, comme si elles n’avaient pas de vie propre. Si l’Ancien Régime (de la découverte de l’Amérique à la révolution française) est historiquement et culturellement dans la lignée du Moyen Âge, en revanche l’émergence de l’Empire puis de la République dans le creuset de la révolution industrielle marque une rupture totale avec les siècles précédents. Un céramologue spécialisé dans les productions faïencières du xvie siècle sera bien embarrassé face à une bouteille de Coca-cola datée de 1899… En dehors de l’hexagone, cette archéologie des temps récents est rarement nommée. Les Anglo-Saxons par exemple usent du terme « post-medieval », englobant d’un coup de truelle cinq siècles d’une histoire se définissant comme « venant après ».

29Mais pourquoi évoquer ce « petit » problème de champ chronologique qui anime quelques archéologues français (et européens) dans un article dédié à l’inter-trans-pluri-in-disciplinarité ? Parce que, au sein de la discipline, cette archéologie des temps récents fait figure de 5e roue du carrosse et est bien souvent sacrifiée au profit du plus ancien, parce que nombre de collègues se refusent à fouiller ces cimetières des xixe et xxe siècles (« c’est dégoûtant ! »), parce qu’enfin, il faut sans cesse la légitimer, même auprès de la communauté archéologique. C’est donc avec une certaine dose d’indiscipline que les prescripteurs prescrivent et que les fouilleurs fouillent ces cimetières « des temps plus récents que l’ancien ».

30Pour autant, cette archéologie funéraire des temps récents à beaucoup à apporter. À la discipline archéothanatologique dans un premier temps, puisque les éléments périssables, l’invisible des périodes anciennes, sont bien souvent conservés, permettant non pas des restitutions mais des observations directes. Celles-ci peuvent largement aider à comprendre les modalités de dépôt, les gestes, la taphonomie (étude des mécanismes de décomposition et de fossilisation des organismes vivants après enfouissement) des sépultures plus anciennes. Mais cette archéologie ne sert pas qu’à éclairer les temps anciens, elle permet également de construire un récit différent, plus intime, plus nuancé que celui offert par les textes ou les documents historiques. L’approche de la mort « ordinaire » à partir de ses traces matérielles peut ainsi offrir une image méconnue des gestes et des pratiques des vivants envers leurs morts. La fouille d’un petit cimetière des quartiers nord de Marseille, en usage entre 1784 et 1905, a par exemple permis de documenter de façon inédite comment les « terres communes » réservées aux plus modestes étaient gérées. Au-delà, il a été possible d’approcher des notions telles que pauvreté et richesse, immigration et intégration, mémoire et oubli. De même, les travaux archéologiques actuels sur des sites de la première ou seconde guerre mondiale sont en train de livrer une mine de renseignements inédits sur la vie quotidienne des soldats dans les tranchées ou les camps, leur alimentation, leurs passe-temps, leurs conditions sanitaires… Cet aspect de la vie des soldats au front, allemands comme français, a laissé peu de traces dans les documents historiques puisque jugé secondaire, mais il permet d’entrer dans l’intimité des combattants et de mesurer, à l’aune de leurs objets quotidiens, à quel point ils tentaient de civiliser la guerre. Cette archéologie des temps récents permet donc de venir combler ces silences de l’histoire, ces fissures, ces « choses muettes » évoquées par Lucien Febvre. Il y a l’histoire qu’on écrit et celle qu’on n’écrit pas, enfouie dans le sol et dans les mémoires. L’apport de l’archéologie à l’histoire passe aussi par une approche comparative voire dialectique entre sources du sol et sources écrites ou figurées, pouvant augurer de nouvelles problématiques, de nouveaux champs d’exploration à partir du factuel. Cette archéologie funéraire des temps récents peut enfin apporter aux sciences humaines et sociales, le croisement de regards permettant de réfléchir aux sources du domaine funéraire actuel. Aborder la mort récente entraîne sur des terrains légaux, normatifs, moraux, mémoriels, philosophiques, qui dépassent et de loin la pratique archéologique. Seule une démarche pluridisciplinaire peut ici faire avancer notre connaissance de l’homme et de la société en s’inscrivant pleinement dans un vaste thème anthropologique, qui de surcroît répond à des préoccupations actuelles concernant le devenir des morts et des corps.

Puisqu’il faut conclure

31Alors l’archéologie, au centre ou à la marge de plusieurs disciplines ?

32Nous l’avons vu, l’archéologie préventive s’est construite dans le conflit, dans le combat. Elle constitue encore aujourd’hui une épine dans le pied de l’aménagement du territoire et, malgré un cadre législatif très clair, est souvent considérée comme accessoire et surtout onéreuse. Pour preuve, cette déclaration en 2010 du ministre de la Culture et de la Communication, ému du coût des fouilles : « Puis l’archéologie préventive est venue, elle a creusé des trous pour rechercher trois os de poulets mérovingiens, qu’elle n’a pas trouvés ». L’indiscipline est vitale à notre discipline.

33D’autre part, nous l’avons vu, dans les veines de l’archéologie coule un mélange pluridisciplinaire aboutissant logiquement à des échanges interdisciplinaires. Compte tenu des thèmes abordés – habiter, produire, consommer, mourir… – la démarche transdisciplinaire apparaît comme une évidence. Et pourtant l’archéologue de terrain se focalise sur la matérialité, a souvent peur de s’aventurer dans d’autres disciplines et se rassure par la précision de ses descriptions. Quant aux chercheurs des autres sciences humaines et sociales, ils n’ont pas forcément envie de voir débouler dans leurs bureaux un archéologue terreux tenant à la main un vieux tesson et s’enthousiasmant de l’histoire des échanges à travers les âges… Il est temps aujourd’hui que les autres disciplines apprennent aussi à se nourrir de l’archéologie.

Haut de page

Bibliographie

Adam A.-M. et al. (2001), L’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion (1940‑1944), Catalogue de l’exposition des Musées de Strasbourg et de Metz, Strasbourg, Musée de Strasbourg et Musées de la Cour d’Or, Metz.

Bonnabel L. (2014), Approche de la société de l’Aisne-Marne à partir de l’organisation des espaces funéraires, in A.  Cahen-Delhaye, G.  De Mulder, Des espaces aux esprits. L’organisation de la mort aux âges des Métaux dans le nord-ouest de l’Europe, Étude et Documents, Archéologie, Institut du patrimoine wallon, Namur, p.  113-119.

Bonnabel L. (2016), Propositions interprétatives sur l’organisation spatiale et politique de la société Aisne-Marne (Ve‑IIIe av. notre ère) à partir des pratiques mortuaires, in  G. Geertrui Blancquaert et F. Malrain (dir.), Évolution des sociétés gauloises du second âge du Fer, entre mutations internes et influences externes Actes du 38e colloque international de l’AFEAF – Amiens du 29  mai au 1er  juin 2014, Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 30.

Collis J. (2003), The Celts : origins, myths & inventions. Tempus, 256 p.

Durkheim E. (1895), Les règles de la méthode sociologique, Revue Philosophique, Paris.

James S. (1999), The Atlantic Celts : Ancient People or Modern Invention ?, University of Wisconsin Press, 160 p.

Karlin C., Julien M. (1994), Prehistoric technology : a cognitive science ? in C.  Renfrew and E. B. W. Zubrow, The Ancient Mind. Elements of cognitive archaeology, Cambridge University Press.

Legendre J.-P., Olivier L., Schnitzler B. (2007), L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest, Infolio.

Olivier L. (1998), « Vichy, Le Pen et les Gaulois. De la Révolution nationale au Front national », Les Nouvelles de l’Archéologie, 1998, 72, p.  31‑35.

Olivier L. (2012) Nos ancêtres les Germains : les archéologues français et allemands au service du nazisme, Paris, Tallandier, 320 p.

Ploux S. (1988) Approche archéologique de la variabilité des comportements individuels. L’exemple de quelques tailleurs magdaléniens à Pincevent. Archéologie et Préhistoire. Université de Nanterre – Paris X. Thèse disponible en ligne, 362 p.

Richier A. (à paraître), Quand l’archéologie funéraire s’intéresse aux temps récents : l’exemple provençal » in Rencontre autour des nouvelles approches de l’archéologie funéraire, Bulletin de liaison du Groupe d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire, 6e rencontre, 4-5 avril 2014, Paris, Thanat’os.

Sauvet G., Sauvet S., Wlodarczyk A. (1977), « Essai de sémiologie préhistorique (Pour une théorie des premiers signes graphiques de l’homme) », Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, vol. 74 n° 2, p.  545‑558.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Un grenier sur poteau, ce qui se livre à l’observation au moment du décapage, ce sont quatre ronds noirs, photographie Sylvie Culot © INRAP.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/400/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M
Légende Ill. 2 : pour un.e archéologue : une maison du néolithique ancien, photographie Lola Bonnabel © INRAP.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/400/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lola Bonnabel et Anne Richier, « L’archéologie », Revue des sciences sociales, 56 | 2016, FR.

Référence électronique

Lola Bonnabel et Anne Richier, « L’archéologie », Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/revss/400 ; DOI : 10.4000/revss.400

Haut de page

Auteurs

Lola Bonnabel

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP)

Ministère de la Culture et de la Communication

UMR 8215 Trajectoires

Anne Richier

Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP)

UMR 7268 Adés

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals