Navigation – Plan du site
Introduction

Transmettre des places

Dominique Jacques-Jouvenot et Florent Schepens
p. 6-9

Texte intégral

1L’analyse de la transmission des places au travail, qui fait l’objet de ce numéro, s’inscrit dans une perspective ouverte dès 1997 par Dominique Jacques-Jouvenot sur l’acte de transmettre, reprenant ainsi l’idée de Pierre Legend selon laquelle « une transmission ne se fonde pas sur un contenu mais avant tout sur l’acte de transmettre » (1985). Cette approche théorique a d’abord été mise à l’épreuve sur la profession agricole puis sur d’autres professions patrimoniales liées à l’indépendance professionnelle, les fromagers (Guigon 1995), les Très Petites Entreprises comme les artisans-commerçants (Sposito 2015), c’est-à-dire des professions marquées du sceau de la transmission du patrimoine par le biais des générations familiales au travail. La notion de patrimoine porte donc en elle la force de la parenté et l’idée du temps long. La transmission des patrimoines a, comme le soulignait déjà Georges Augustin (1989), un double rôle : celui de façonner des destinées individuelles et de contribuer à la perpétuation d’entités familiales. Aussi, la forte implication du couple dans le travail, la propriété du capital et les modalités de transmission traduisent l’importance de la famille dans ce type d’entreprises (Jacques-Jouvenot, Droz 2015).

2Toutes ces particularités dans l’organisation du travail comme dans la détention du capital ne font-elles pas de l’acte de transmettre une spécificité des professions « familiales », patrimoniales, un cas particulier en voie de disparition dans une économie mondiale de plus en plus globalisée ? Nous verrons ici qu’il n’en est rien.

3Les textes de ce numéro produisent une somme de données empiriques liées à des situations professionnelles différentes, dont certaines totalement affranchies des liens familiaux. Cela permet de repérer des modalités de transmission plus ou moins proches de la forme du modèle initial forgé sur les éleveurs (Jacques-Jouvenot 1997), mais qui, sur le fond, mettent systématiquement en œuvre un processus de sélection de ceux qui peuvent prétendre succéder ainsi que des modalités d’organisation de cette succession. Transmettre ne se résume pas à choisir quelqu’un pour prendre la suite du cédant à un moment précis, il engage des processus aux dimensions anthropologiques, bien loin de l’immédiateté perçue dans un moment chez le notaire, pendant un entretien d’embauche ou à une date de prise de fonction.

4Les travaux de Florent Schepens sur les entrepreneurs de travaux forestiers (2007), en insistant sur l’importance du monde professionnel dans la transmission non-familiale d’entreprise, sont venus renforcer cette approche de l’acte de transmettre. L’auteur montre que celui-ci ne concerne pas uniquement le donateur et le récipiendaire mais une multitude de groupes d’acteurs ayant un intérêt lié à cette transmission : les clients de l’entreprise, les collègues de travail, les institutions qui voient dans celui qui part un partenaire de confiance.

5La posture socio-anthropologique des deux coordonnateurs de ce numéro consiste alors à analyser l’acte de transmettre comme une somme d’interactions sociales au sein desquelles se lisent les trois obligations chères à Marcel Mauss (1950) : donner, recevoir et rendre. L’acte de transmettre engage le monde social et professionnel dans lequel il s’opère et nous devons l’appréhender comme un processus qui articule les générations les unes aux autres dans sa dimension anthropologique. Transmettre suppose une désignation du successeur, une socialisation de ce dernier aux différents savoirs nécessaires pour exercer l’activité professionnelle et, pour finir, une habilitation. Ces trois étapes scandent la transmission des savoirs entre donateur et donataire. En privilégiant les liens de don et de contre don entre les acteurs au détriment des savoirs transmis pour appréhender l’acte de transmettre – comme nous le faisons dans les professions patrimoniales –, nous postulons, comme nous y invite Françoise Waquet à propos de la profession intellectuelle, que le savoir ne se transmet pas tout seul.

« Il faut bien, nous dit-elle, que des relations s’établissent entre ceux qui enseignent et ceux qui apprennent, à moins d’imaginer que le savoir ne passe par sa propre vertu des structures (où sont placés les maîtres) aux étudiants » (Waquet 2008 : 11).

6La profession d’intellectuel n’est pas ce qu’on peut appeler une profession patrimoniale puisqu’elle échappe à la transmission d’un patrimoine économique ainsi qu’à la famille (dans un certain nombre de cas) même s’il nous faut rester prudent. Dans d’autres professions, les acteurs sont capables de fabriquer de la parenté là où a priori il n’en existe pas (Gillet 1999). Ainsi toute transmission nécessite une relation qui soit plus que contractuelle. Pourquoi ? Parce que l’acte de transmettre ne consiste pas uniquement à initier l’impétrant aux savoirs nécessaires mais bien à lui permettre d’exercer son activité. On ne transmet pas des savoirs mais du travail et ce travail prend place dans un univers productif. C’est cette place au travail qui est transmise et c’est ce processus que les articles de ce numéro viennent documenter.

7Les coordonnateurs de ce numéro, inspirés par l’interrogation propre à H.Becker « comment devient-on fumeur de marijuana ? » (Becker 1985), inscrivent délibérément leur démarche dans une perspective interactionniste. L’interactionnisme symbolique postule, entre autre chose, que le métier n’est pas le simple fait d’une reproduction sociale sans pour autant considérer qu’il résulterait d’un libre choix des individus (Jacques-Jouvenot, Vieille Marchiset 2012). C’est dans cet interstice que se situe la particularité de l’acte même de transmettre. En effet, la transmission suppose, d’une part de prendre en compte les inter­actions diverses entre donateur et donataire, interactions dans lesquelles s’exprime une logique de dons et de contre dons, et d’autre part, d’inscrire ces interactions dans le temps long de la transmission. Nous considérons, à l’instar d’Émile Ajar (1976 : 6), « …qu’il n’y a pas de commencement et que […] nous sommes tous des additionnés ». Il y avait quelqu’un avant et il y aura quelqu’un après. Transmettre n’est ni reproduire, ni socialiser, c’est travailler au service de la pérennisation d’une place dans un univers professionnel.

Labour des vignes

Labour des vignes

Alsace, s.d. Archives de Strasbourg, 8 Z 317. Photographie L. Blumer.

8Cette place dans un monde social n’est pas établie une fois pour toutes. Elle évolue, se transforme, se gagne, se perd, se crée selon son environnement, les différentes interactions entre acteurs de ce monde et donc de leurs intérêts – intérêts qui se modifient eux aussi dans le temps –, des conventions qui organisent les différents mondes sociaux mais aussi en fonction des statuts des donateurs et des donataires des places : salariat/indépendance ; fonction publique/privé ; associatif/professionnel ; salarié/employeur. Chaque groupe professionnel est délimité par des frontières précises à l’intérieur desquelles s’exprime une même culture et des mêmes normes professionnelles qui, pour reprendre Emile Durkheim (2014), définissent la frontière entre la sphère du sacré et celle du profane, c’est-à-dire ferment le monde professionnel et son marché du travail à ceux qui n’y appartiennent pas.

9Nous cherchons ici à explorer les différentes configurations de transmission de la place professionnelle : modalités d’entrée et d’installation dans la place et les conditions de sa permanence. Transmettre nous invite donc à interroger la part d’héritage et d’invention propres aux professionnels inscrits dans des mondes différents. Prendre sa place, en hériter, la garder, se la voir refuser, faire sa place à côté ou encore la perdre, autant de configurations qui dépendent, dans les mondes du travail, du processus de négociation à l’œuvre dans les interactions entre donateur et donataire. Ce processus est fonction des ressources des uns et des autres, ressources familiale, sociale, professionnelle, de savoir ou encore de genre. Être fille ou fils n’est ni suffisant, ni obligatoire pour intégrer une dynamique de transmission.

10Ainsi l’article de Charlotte Delabie nous montre, à travers une approche socio-historique et monographique d’une entreprise de petite métallurgie située sur le territoire du Vimeu en Picardie, comment se transmet la place de patron de génération en génération et comment chaque génération construit sa légitimité en gagnant sa « respectabilité » patronale. Si la désignation du successeur est importante, la légitimité du successeur à occuper la place d’élu l’est tout autant et permet la conquête de la respectabilité locale.

11Dans ce premier texte comme dans celui qui suit, les mondes professionnels nous apparaissent dans toute leur complexité et surtout dépassant les limites du métier pour prendre sens sur un territoire donné. Florent Schepens met en évidence, dans la comparaison de deux groupes professionnels, l’un salarié (les médecins de soins palliatifs), l’autre indépendant (les forestiers), des mécanismes semblables dans la transmission des places et la pérennisation des mondes observés. Ces mondes sont des lieux d’interactions entre les différents professionnels, alliés ou concurrents, mais aussi entre les professionnels et leurs « clients », les organisations catégorielles, au sein d’un territoire spécifique.

12Marie David insiste sur l’importance de la formation des nouveaux agriculteurs dans un contexte de changement de pratiques lié à la transition agro-écologique. Le lien famille/travail bien connu en ce qui concerne les exploitations agricoles est réinterrogé à partir de questions portant sur les savoirs scolaires nécessaires à l’exercice du métier. En quoi les savoirs familiaux et scolaires sont-ils constitutifs de l’accès ou de la construction d’une place professionnelle ? L’auteure nous décrit des savoirs scolaires qui entrent en tension avec les savoirs familiaux jusqu’à produire des conflits de normes. La légitimité à tenir une place au travail se gagne à partir des savoirs scolaires en opposition à la figure paternelle. En revanche, tenir la place nécessite de renouer avec l’histoire familiale et ses savoirs professionnels.

13Autre univers en transformation, les marins-pêcheurs étudiés par Hélène Desfontaines : comment fabriquer un professionnel de la pêche dans un environnement économique de plus en plus mondialisé, quand le métier était organisé jusqu’ici dans un univers familial ? Cette difficulté n’est pas anodine puisqu’elle remet en cause la pérennité du métier. Comment hériter dans un métier où les places professionnelles se raréfient en raison de la diminution des grosses unités de pêches qui créent moins d’emplois ?

14Le moment de la fabrication des prétendants à la place et les acteurs qui y participent diffèrent en fonction des mondes sociaux. Si, dans la grande majorité des articles présentés ici, la désignation précède les étapes liées à la formation et fonctionne comme une présomption de compétence à occuper la place, il n’en est pas de même dans le monde politique étudié par Sylvie Guigon et Dominique Jacques-Jouvenot. Ces deux auteures décrivent des trajectoires d’engagement d’acteurs en politique qui se construisent une place à partir de l’acquisition d’une parole politique. Dans ce cas, la place occupée n’est pas plus celle des parents que celle des professeurs, elle se construit d’ailleurs quelquefois dans l’opposition à ces acteurs. En revanche prendre sa place suppose la maîtrise de cette parole politique qui rend possible la désignation.

15Ce mécanisme est le même que celui repéré par Lucile Girard dans la formation des élèves infirmières. Là, comme chez les engagés en politique, la désignation n’explique pas la naissance d’un intérêt pour l’activité. Si on trouve une sélection dans la formation des élèves infirmiers, elle vise moins à désigner les futurs professionnels qu’à exclure ceux que les formateurs n’estiment pas capable de réaliser ce travail. La désignation est pourtant bien présente ici, c’est elle qui permet dans un temps différé la réalisation de la place mais une place dans un service et non à l’école.

16Françoise Sitnikoff interroge la place professionnelle d’une manière originale : comment en hériter lorsqu’elle est déjà prise ? C’est le cas chez les viticulteurs qu’elle observe où certains fils et filles désireux de prendre place dans le métier, doivent s’installer à côté de l’entreprise familiale. Il leur faudra résoudre le paradoxe entre la construction d’une place professionnelle autonome et la réinscription dans une lignée familiale.

17Maylis Sposito Tourier poursuit dans la même veine en posant la question du genre et de la place et en s’interrogeant sur le temps long de la transmission dans le cadre de très petites entreprises (TPE). L’auteure montre l’inégalité genrée de la transmission des entreprises indépendantes. Les enfants d’une même fratrie ne sont pas éligibles également à la tête de l’entreprise. Le fait de n’avoir que des filles justifie aux yeux des chefs de petite entreprise de mettre fin au processus de transmission familiale plutôt que de transmettre à leur fille. Le genre agit ici comme un interdit de succession. Comment réussir à hériter face à une volonté de non-transmission du donateur ?

18La logique masculine est aussi à l’œuvre dans le monde associatif sportif étudié par Gilles Vieille Marchiset, dans lequel les femmes ont plus de mal à construire une place. Là aussi le temps des générations est convoqué pour comprendre qu’il ne s’agit pas seulement de prendre sa place mais surtout de la faire évoluer et de la conserver. Dans ce cas, les professionnelles forcent la porte du monde associatif pour se faire une place. Des ressources comme les réseaux de connaissance, sont indispensables pour garder la place dans le temps long.

19Le concept de transmission est heuristique et les auteurs s’en saisissent pour décrire et comprendre des mondes sociaux différents. Ceci conduit ces derniers à inscrire leurs analyses dans le temps long de la transmission, c’est-à-dire dans le dialogue entre les générations. Des processus de désignation/habilitation sont alors révélés, quels que soient les statuts et les terrains investigués, même dans les configurations où les logiques de transmissions ne sont pas évidentes (dans le travail salarié par exemple). Héritée ou construite, la place professionnelle organise les univers de travail salarié ou non, rémunérateur ou non. Les modalités de transmission d’une place professionnelle dans des mondes sociaux différents contribuent à la compréhension des modes de fabrication des êtres humains.

Haut de page

Bibliographie

Ajar E. [Gary R.] (1976), Pseudo, Paris, Mercure de France.

Augustins G. (1989), Comment se perpétuer ?, Paris, Société d’ethnologie.

Becker H. (1985), Outsiders, Paris, Métailié.

Durkheim E. (2014), Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, CNRS.

Gillet M. (1999), « Analyses sociologiques des transmissions dites hors cadre familial des exploitations agricoles », Économie rurale, 253, p. 87-90.

Guigon S. (1995), Les fruitières à Comté. Fromager au village, l’art de composer, Besançon, Cetre.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Jacques-Jouvvenot D., Vieille Marchiset G. (dir.) (2012), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D., Droz Y. (dir.) (2015), Faire et défaire des affaires en famille, Besançon, PUFC.

Legendre P. (1985), L’inestimable objet de la transmission, Paris, Fayard.

Mauss M. (1950), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Schepens F. (2007), Homme des bois ? Socio-anthropologie d’un groupe professionnel, Paris, CTHS.

Sposito M. (2015), « Organization of rural microbusinesses under specific family owners conditions », European Countryside, 7, 3, p. 156-166.

Waquet F. (2008), Les enfants de Socrate, Paris, Albin Michel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Labour des vignes
Crédits Alsace, s.d. Archives de Strasbourg, 8 Z 317. Photographie L. Blumer.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/4052/img-1.png
Fichier image/png, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Jacques-Jouvenot et Florent Schepens, « Transmettre des places », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 6-9.

Référence électronique

Dominique Jacques-Jouvenot et Florent Schepens, « Transmettre des places », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4052

Haut de page

Auteurs

Dominique Jacques-Jouvenot

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) EA3189
Université de Bourgogne Franche-Comté
dominique.jacques-jouvenot[at]univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Florent Schepens

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) EA3189
Université de Bourgogne Franche-Comté
florent.schepens[at]univ-fcomte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals