Navigation – Plan du site
La transmission des places et des mondes professionnels

Monde professionnel, places et ordre négocié

Professional World, Places and Negotiated Order
Florent Schepens
p. 22-31

Résumés

Ce texte s’intéresse à la perpétuation des conditions nécessaires à l’organisation d’un monde professionnel – i.e. ensemble des mondes et sous-mondes sociaux concernés par une question professionnelle, liés à travers une écologie mais ne partageant pas nécessairement les mêmes univers de discours. L’hypothèse défendue ici est qu’un monde professionnel se décline localement en un ordre négocié. Cet ordre permet aux différents acteurs de réaliser leurs intérêts particuliers, ils vont alors tenter de le préserver. Cela passe par la transmission entre générations de places professionnelles, places qui permettent de parier raisonnablement sur la coopération des différents acteurs de ce monde.

Haut de page

Texte intégral

L’ordre est une chose à laquelle les membres de toute société, de toute organisation, doivent « travailler ». Car les accords conclus, les contrats en vigueur – qui constituent les fondements d’un bon ordre, prévu, sans surprise, assuré, bien réglé – ne le sont aucunement pour l’éternité.
(Strauss et al. 1992 : 88)

1Les groupes professionnels aiment à se donner à voir comme traversant les siècles pour montrer, dans une vision fonctionnaliste, qu’ils répondraient à un besoin « naturel » des sociétés. Cependant, il ne faut pas s’y tromper, ces discours professionnels visent à défendre l’activité des groupes qui les portent. Ces narrations cherchent à convaincre leurs publics de la nécessité du groupe pour le bon fonctionnement de la société, ceci afin d’en obtenir des privilèges plus importants ou de se protéger de la concurrence. Elles sont alors un travail politique. La sociologie d’inspiration interactionniste symbolique le montre bien. Les segments professionnels (Strauss et al. 1992), subdivisions du groupe professionnel, ne sont ni autonomes, ni indépendants car il n’existe pas de profession qui soit « séparée » de la société (Boussard, Dubar, Tripier 2011). Cette dernière les influence, les questionne sur des sujets spécifiques, les oblige à évoluer s’ils ne veulent pas disparaître. Les groupes et les segments professionnels ne peuvent se focaliser sur leur seule mission sans tenir compte des interactions inévitables qu’ils vont entretenir avec d’autres segments ou groupes professionnels (Demazière, Gadéa 2009), avec d’autres partenaires, aux objectifs plus ou moins congruents, mais aussi avec des profanes qui vont être les bénéficiaires de la production des biens ou des services. Pour donner un exemple, un médecin de soins palliatifs n’est pas un médecin d’oncologie. Si tous deux appartiennent au groupe professionnel des médecins, en revanche ils se situent dans deux segments différents. Il ne s’agit pas là d’une simple précision car cela implique des définitions différentes de l’objet du travail médical (Hardy 2013). Ainsi, si les personnes malades et leurs proches attendent de la médecine une plus grande efficacité et des fins de vie plus sereines, les segments sont chacun en mesure d’apporter une réponse spécifique à ces deux attentes, réponses qui, sans être contradictoires, peuvent entrer en tension. En effet, l’efficacité sera évaluée de manière différente si on s’intéresse à la quantité de vie ou à la qualité de vie. Quant à la fin de vie, elle pourra être accompagnée dans le cadre d’un abandon des soins curatifs ou repoussée s’il est décidé de poursuivre les thérapeutiques. L’accompagnement qui, dans un segment, permet une meilleure qualité de vie peut, dans l’autre, être perçu comme un abandon thérapeutique par les soignants, la personne malade ou ses proches ; alors que la poursuite des traitements qui augmente la quantité de vie peut se voir redéfinir en obstination déraisonnable. Pourtant, les médecins collaborent. Ils le font notamment parce que leurs publics (patients, État, associations d’aidants…) leur en ont fait la demande.

2Ce texte s’intéresse aux conditions de cette collaboration, à l’organisation qu’elle met en place et aux mécanismes lui permettant de perdurer dans le temps. Dans un premier temps, nous présenterons une approche en termes de monde professionnel. Puis, nous nous intéresserons à la manière dont les groupes professionnels recrutent leurs nouveaux membres afin qu’ils s’insèrent au mieux dans le monde professionnel. Pour ce faire, et nous le verrons dans un dernier temps, il s’agit de fournir aux impétrants un moyen d’y occuper une place professionnelle.

Mondes professionnels

3Pour saisir ces univers en interaction, la sociologie interactionniste propose le concept de monde social, présent sous deux acceptions différentes chez Anselm Strauss (1992) et chez Howard Becker (1988) mais insistant sur le fait que chaque monde social, pour l’énoncer avec les termes de Strauss, est constitué d’au moins une activité primaire, de lieux et de technologies pour sa réalisation et, à terme, d’organisations pour la réguler (Strauss 1992 : 273). Les deux auteurs soulignent la grande fluidité de ces univers due à la multitude d’interactions, se réalisant à différents niveaux, qui leur donne leur dynamisme. Ainsi pour Strauss, « la plupart des mondes, lorsqu’on les observe, semblent se dissoudre dans une myriade de micro-mondes » (Strauss 1992 : 274). Chez Becker, on trouve une idée proche puisque l’art se situe dans plusieurs mondes aux organisations distinctes (Becker 1988 : 236 sq.). Cette fluidité nous la retrouvons sur nos terrains, cependant la pluralité des mondes sociaux semble être elle-même organisée.

Un système social plus vaste

4Cette idée n’est pas nouvelle et, pour Becker, « [les mondes de l’art]entretiennent constamment des relations étroites et essentielles avec d’autres mondes dont ils essaient de se différencier. Ils partagent des sources d’approvisionnement avec ces mondes, y recrutent du personnel, adoptent des idées qui en proviennent et leur disputent leur public et leurs soutiens financiers. Dans un certain sens, les mondes de l’art et les mondes des arts artisanaux, commercial et populaire appartiennent à un système social plus vaste » (Becker 1988 : 60).

5Nous proposons de faire du monde professionnel une modalité d’organisation de ce système social plus vaste. Ce monde s’organise à partir d’un groupe ou d’un segment professionnel et est constitué de mondes sociaux et micro-mondes, de différents acteurs – concurrents et auditoires (Abbott 1988) – que ce groupe ou segment va lier autour de l’activité des professionnels. Pour l’écrire autrement, un monde professionnel abrite une multitude d’interactions entre divers acteurs – les professionnels mais aussi leurs clients ainsi que d’autres acteurs intéressés par l’activité professionnelle ou ses produits (syndicats, associations professionnelles, administrations publiques, etc.) –, ces interactions naissent d’attentes réciproques, d’intérêts convergents et concurrents, qui tissent des relations d’interdépendance. Les différents acteurs sont alors pris dans ce qu’Andrew Abbott appelle des « écologies liées », écologies qui organisent le monde professionnel :

« Une écologie est un système d’éléments aux interactions multiples et pour la plupart indépendantes. Cela laisse supposer que d’un côté, l’interaction des éléments est trop contraignante pour être ignorée mais que les éléments ne sont cependant pas complètement intégrés » (Abbott 2003 : 43).

  • 1 Le niveau macro et ses liens avec le niveau micro ont été en partie développés dans : Schepens 2014
  • 2 Pour les deux terrains qui alimentent ce texte, les données recueillies l’ont été à partir de métho (...)

6Comprendre un monde professionnel nécessite alors de s’intéresser à ses niveaux macro et microsocial – nous ne développerons ici que ce dernier – ainsi qu’aux interactions entre les deux1. À l’appui de notre propos, nous allons convoquer deux mondes professionnels distincts2 : celui des travaux forestiers et celui des soins palliatifs. Ce dernier est composé de professionnels médicaux et paramédicaux, d’étudiants (internes, externes, infirmiers), de médecins d’autres spécialités, de personnes malades mais aussi d’associations : la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) ; la fédération Jusqu’à la mort accompagner la vie (JALMALV) ou encore l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), etc. Les différents acteurs de ce monde s’intéressent tous à la fin de vie, peuvent entrer en interaction mais ne poursuivent pas nécessairement les mêmes buts.

7En ce qui concerne le monde des travaux forestiers, il s’organise autour des entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) – des bûcherons, débardeurs et sylviculteurs indépendants – qui entrent en interaction avec des clients (scieurs, particuliers, Office national des forêts, Centre national de la forêt privée, communes forestières, etc.) mais aussi des écoles et centres de formation, la Mutualité sociale agricole (MSA) ou encore les services de l’État.

8Précisons qu’il ne s’agira pas, dans les pages qui suivent, de comparer deux groupes professionnels mais bien les mécanismes qui organisent leur monde professionnel. Il s’agit, pour reprendre l’esprit d’un programme de recherche initié par E. C. Hughes, de trouver les points communs aux différentes organisations de travail.

9Pour donner un peu de chair à ce dernier concept, on peut remarquer que si les entrepreneurs de travaux forestiers attendent de l’organisation de leur monde de ne pas être en concurrence avec des profanes dans le domaine des travaux forestiers – que leurs clients fassent appel à des agriculteurs ou des ouvriers ayant quelques compétences dans le travail du bois par exemple –, d’être payés dans un délai raisonnable, d’avoir une activité régulière, leurs clients, eux, poursuivent d’autres buts, pas nécessairement en contradiction avec ceux des bûcherons. Les scieurs veulent voir leurs grumes – i.e. les arbres débarrassés de leurs branches – récoltées dans les délais impartis, sans casse ni frais supplémentaires ; les gardes forestiers de l’Office national des forêts (ONF) voudront que l’écosystème forestier soit respecté (les jeunes arbres ne doivent pas être abîmés, les sols doivent être préservés, etc.) ; les communes forestières voudront essentiellement voir leur patrimoine financièrement valorisé, etc. Autres auditoires, les représentants locaux de la Mutualité sociale agricole souhaitent que les entrepreneurs de travaux forestiers ne développent pas de maladie professionnelle, ne subissent, si possible, aucun accident du travail et payent leurs cotisations ; les écoles forestières espèrent pouvoir compter sur ces entreprises dans le cadre des formations en alternance. Les concurrents vont, pour leur part, travailler à la redéfinition des frontières des différents segments professionnels : les agriculteurs revendiquent la reconnaissance du savoir nécessaire à la réalisation des coupes de bois d’affouage ; les entreprises de réinsertion font valoir leur légitimité pour nettoyer les berges des rivières de toutes les perches qui y poussent ; les entreprises d’espaces verts proposent leurs services pour faire de l’élagage/abattage chez les particuliers.

Ordre négocié

  • 3 Un univers de discours est, pour Mead cité par Cefaï (2015), un ensemble de gestes et de symboles q (...)
  • 4 C’est notamment le cas des associations catégorielles, hybrides ou d’usagers dont le dynamisme dépe (...)

10Parfois liens d’interdépendance entre acteurs essentiels à la production des biens et des services, parfois oppositions autour d’univers de discours3 non partagés, ces multiples interactions entre les différents segments et leurs auditoires entraînent, au niveau local, la constitution d’un ordre négocié (Strauss 1992) reposant sur une série de conventions. En effet, un monde professionnel a des développements locaux particuliers. Sur tel territoire, un acteur peut ne pas être présent, avoir une influence relative ou entretenir des relations plus ou moins efficaces avec d’autres acteurs4. Pourtant, les perspectives générales et organisées de ce monde (Cefaï 2015) sont respectées. La mise en œuvre de soins palliatifs peut faire l’objet d’appropriations locales (sur la manière de collaborer avec d’autres services, avec les familles, avec les associations de bénévoles ou encore les représentants des cultes, mais aussi en fonction des professionnels présents dans le service), mais les conventions qui régulent le soin palliatif s’appliquent dans toutes les USP (participation des professionnels paramédicaux aux staffs médicaux ; prévenir la personne malade de sa mort à venir, etc.).

  • 5 En cela, les associations concurrentes sont très intéressantes. Le segment professionnel des soins (...)

11L’ordre négocié – de groupes et de segments professionnels déjà reconnus comme légitimes dans leur monde – vise alors à déployer l’activité professionnelle mais aussi à participer à la conservation d’un environnement – le monde professionnel – qui leur est favorable. Il est de l’intérêt des acteurs les plus puissants de ce monde que celui-ci continue à s’organiser tel qu’il l’a fait jusqu’à présent, ce qui ne veut pas dire qu’ils mettront nécessairement en œuvre des politiques conservatrices. Sur nos terrains, les stratégies visant à conserver des privilèges acquis ou à en créer de nouveaux se basent plutôt sur l’adaptation des groupes professionnels à leur environnement. Ils surveillent la montée en puissance ou le déclin des différents interactants, voire l’apparition de nouveaux acteurs ; ils tentent d’anticiper les questions que leurs auditoires pourraient leur poser afin d’y apporter une réponse permettant la poursuite des intérêts des différents acteurs du monde professionnel5.

12Un des mécanismes permettant de conserver la mainmise sur l’organisation du monde est de réguler le flux des nouveaux entrants dans le groupe/segment professionnel afin de veiller à leur socialisation : il s’agit de s’assurer que les nouveaux venus ne poursuivront pas des intérêts opposés à ceux du groupe et du monde professionnel.

  • 6 En plus des contributions de ce numéro, on pourra lire, sans recherche d’exhaustivité de notre part (...)

13La socialisation professionnelle s’inscrit dans un processus de désignation/habilitation. Ce processus, déjà beaucoup référencé6, n’est pas l’objet de ce texte. Il peut être rapidement décrit comme étant le dispositif qui voit un professionnel proposer un « destin » professionnel à des « élus » qu’il aura désignés. S’ils le souhaitent et s’ils en montrent les compétences, ils seront ensuite habilités par leurs pairs. Un interne en médecine peut être repéré par un médecin dans un service de soins palliatifs. Celui-ci peut faire entendre à l’étudiant qu’il le pense « fait pour ça », « doué », ou encore qu’il a la « vocation » (Suaud 1975) : il s’agit ici d’une désignation. L’étudiant peut alors imaginer un avenir professionnel possible, sans pour autant que celui-ci ne s’impose à lui. Ensuite, s’il en a montré la capacité, il sera reconnu comme étant un professionnel par ses pairs : il s’agit là de la phase d’habilitation (Stroobants 1993). Celle-ci est réalisée par les pairs, à partir d’un jugement portant sur le respect des règles de l’art. Elle est redoublée par les autres acteurs de la coalition s’ils jugent que leurs intérêts sont respectés.

14Dans la suite du texte, il s’agit alors de comprendre les modalités d’organisation de la coopération entre les différents acteurs. Nous défendrons l’idée que la perpétuation d’un ordre négocié, et donc la conservation d’un monde professionnel, passe par la transmission de places professionnelles – dont la définition est un des objets de cet article –, places qui permettent de faire l’économie du travail de construction de la confiance entre acteurs. Transmettre des places ne signifie pas reproduire à l’identique l’ordre du monde mais permettre à des nouveaux venus, sélectionnés et formés par les détenteurs d’une place professionnelle, d’évoluer dans ce monde professionnel et de tenter d’en maintenir, si ce n’est la, au moins une cohérence. Les mondes ne sont pas hors de l’histoire et c’est dans la dynamique de leur écologie – non dans la reproduction – qu’ils trouvent les ressources nécessaires à leur conservation. Le monde professionnel survit alors à la disparition de ses membres et à l’apparition de nouveaux venus en inscrivant sa dynamique dans le temps long, intergénérationnel, de la transmission.

Habilitation externe

15Effectivement, si ce sont les futurs pairs qui désignent puis habilitent quand l’apprenant fait la preuve de la maîtrise de son art, il n’en reste pas moins que l’impétrant doit encore être adoubé par ses auditoires. On trouve ici une seconde habilitation qui transforme l’impétrant en professionnel reconnu.

  • 7 Cela dépend des terrains. Si c’est vrai en ce qui concerne les données mobilisées dans ce texte, il (...)

16Les alliances dominantes qui perçoivent dans les perspectives développées au sein du monde professionnel une manière de répondre à leurs intérêts vont se reposer sur le groupe professionnel pour la formation des futurs professionnels7. Pour cela, on accorde à la profession une autonomie en ce qui concerne la production des forces vives de son groupe. Pour autant, l’impétrant qui fait son entrée sur le marché du travail ne se voit pas attribuer de blanc-seing grâce à son origine professionnelle. Il doit faire la preuve qu’il est un partenaire possible pour les différents échanges à venir. On trouve ici des questionnements en termes d’incomplétude du contrat de travail (salarié ou d’entreprise) : rien ne peut garantir aux différents co-actants que tous les acteurs vont adopter une attitude coopérative. Dès lors, comment choisir un nouveau partenaire ?

Confiance et singularité

  • 8 On peut citer Arrow qui développe la théorie du filtre au début des années 1970 qui fait du diplôme (...)

17Cette question, déjà ancienne en économie8 et dont on trouve des développements en sociologie économique, est celle de l’information et de l’incertitude : on ne peut pas savoir si celui qu’on s’apprête à recruter sera un « bon » partenaire de travail. Se montrera-t-il coopératif ou, au contraire, va-t-il tenter de s’accaparer les bénéfices tout en laissant aux autres les coûts de la coopération ? Cette incertitude, et George Akerlof (1970) l’a bien montré, empêche la convergence des intérêts des différents acteurs de se réaliser.

18Qu’est-ce qui est ici recherché ? Des compétences spécifiques qui ne peuvent être attestées par le seul diplôme. Celui-ci n’est d’ailleurs pas obligatoire pour les forestiers et la spécialité « médecine palliative » n’existe pas en tant que telle chez les médecins. Si tel est le cas, c’est que le savoir en tant que connaissance pour réaliser un acte ne suffit pas à faire le professionnel. Ce sont d’autres dimensions que les employeurs/clients cherchent à contractualiser. Les services proposés par les forestiers et les médecins de soins palliatifs sont alors des biens singuliers (Karpik 2007) dont la qualité est marquée par un aspect multidimensionnel (les savoirs mais aussi, entre autres, la résistance à la douleur et à la fatigue, la capacité à être toujours disponible pour les bûcherons ; accepter de ne jamais guérir personne, de collaborer – au sens fort – avec les personnels paramédicaux pour les médecins de soins palliatifs). Pour les mondes professionnels qui nous occupent ici, la qualité est plus importante que la productivité car sans elle, ils ne pourraient s’organiser tel qu’ils le font actuellement.

« Dans l’économie des singularités, l’incertitude radicale implique l’usage systématique de dispositifs de jugement qui associent connaissance et confiance. […] Ces dispositifs exercent des effets différenciés sur les formes de l’échange, ce qui oblige à construire [des] régimes de coordination » (Karpik 2008 : 511).

19La coopération nécessite donc un cadrage de son environnement (Steiner 1999), sa régulation, pour se développer. La confiance peut jouer ce rôle de mécanisme de réduction de l’incertitude (Luhmann 2006) quant à la coopération d’autrui. Elle devient alors vectrice d’une certaine fluidité dans les rapports sociaux.

20Pour qu’une tâche se réalise, la coopération avec autrui est nécessaire (Alter 2009). Le médecin a besoin de l’infirmière qui va tenir son rôle sur prescription ; il doit aussi pouvoir compter sur la collaboration du patient, car personne n’est plus difficile à soigner qu’un malade qui n’observe pas les recommandations soignantes ; il doit être assuré que sa hiérarchie va le protéger en cas de litige, que ses collègues, appartenant à son service ou à un autre, vont l’aider à prendre des décisions difficiles, ce qu’Emmanuel Lazega (1999) appelle « le contrôle latéral ».

21Le forestier doit être sûr de recevoir le règlement de ses factures par ses clients ; il doit pouvoir compter sur une indemnisation de la part de la Mutualité sociale agricole en cas d’accident nécessitant un arrêt de travail ; il doit avoir l’assurance d’obtenir du travail auprès de ses clients « habituels » sans craindre la concurrence de ses pairs.

22En bref, le professionnel, pour réaliser son activité, doit considérer que les acteurs du monde professionnel avec lesquels il entre en interaction connaissent les règles et les conventions qui régissent ce monde, normes localement traduites dans un ordre négocié, et qu’ils s’y conforment. Les conventions servent à maintenir la cohérence du monde professionnel, hors temps de crise, de manière à ce que les multiples fluctuations de son environnement n’entravent pas le bon déroulement des activités de ce monde. Un nombre de chantiers en diminution ne doit pas empêcher les apprentis forestiers de trouver un maître de stage, les forestiers d’avoir du travail, la Mutualité sociale agricole de toucher ses cotisations, etc. Si un acteur estime qu’autrui respectera les conventions alors il est rationnel de lui accorder sa confiance.

23Il ne faut pas avoir une vision irénique de la confiance. Celle-ci ne s’accorde pas sans condition et elle peut être reprise à tout moment. La confiance est avant tout le fruit d’une construction : c’est au fil des interactions que les co-actants se constituent mutuellement comme des partenaires dignes de confiance (Lorenz 1996). On se teste à travers des demandes nécessitant un degré de confiance de plus en plus important.

« Quand on prend un nouveau bûcheron, on le teste. On lui donne une coupe de mauvais bois et on regarde le résultat, le temps qu’il a mis, tout ça. Si ça convient, on lui donne une coupe un peu meilleure et on recommence » (Scieur).

24La confiance fait alors l’objet d’un apprentissage. La prise de risque est graduelle et permet, peu à peu, d’acquérir la confiance d’autrui. Pour autant, apparaît ici une tension – tension que nous résoudrons dans la dernière partie de ce texte – sur les terrains que nous avons explorés : tout professionnel n’est pas logé à la même enseigne. Si la confiance semble s’attribuer habituellement ex post, le nouveau venu devant faire la preuve de sa « compétence », en revanche elle peut aussi être donnée ex ante, l’impétrant bénéficiant alors d’un a priori favorable.

25C’est qu’en l’espèce, n’importe qui n’est pas admis à tenter de faire preuve de sa compétence. Ainsi en est-il des agriculteurs qui, s’ils savent effectivement manier tracteurs et tronçonneuses – ils le prouvent dans leur pratique professionnelle –, ne seront pas autorisés par le monde des travaux forestiers à transformer leur activité agricole en activité forestière ou alors seulement à la marge. Si un particulier peut faire appel à un agriculteur pour l’affouage ou encore pour tailler/abattre un arbre ornemental, en revanche aucun client important ne se risquera à confier un chantier à un inconnu. S’ils sont reconnus comme des agriculteurs professionnels, en revanche le monde des travaux forestiers ne sait pas ce qu’ils valent sur le marché de l’activité forestière : savoir réaliser des travaux forestiers ne suffit pas à faire de l’agriculteur un bûcheron. Ce marché est encastré (Polanyi 1983) dans le monde professionnel qui le régule. Si un nouvel entrant est admis sur le marché du travail, qu’on l’autorise à y faire ses preuves, c’est uniquement parce qu’il a été formé par des professionnels connus et reconnus. Les différents auditoires vont alors raisonnablement estimer que le nouveau venu aura les savoirs nécessaires à l’activité mais aussi qu’il aura connaissance des modalités d’organisation du marché du travail, connaissance dont les agriculteurs sont dépourvus.

26Les clients sont alors très attentifs à l’enracinement professionnel du nouvel entrant. C’est parce que l’impétrant a été formé par un forestier répondant aux attentes du client en termes de professionnalisme que celui-ci peut envisager lui confier du travail. Les clients accordent alors une présomption de compétence aux impétrants provenant du monde professionnel dans lequel ils exerceront leur activité, compétence concernant la maîtrise de la culture professionnelle.

27En confiant du travail à l’impétrant et en lui en confiant à nouveau, le client l’habilite entrepreneur de travaux forestiers. Ce travail renouvelé souligne l’inscription dans une relation à long terme et donc son inscription dans un régime de réciprocité (Trompette 2003) permettant la coopération. Cette réciprocité signe l’existence d’une coalition qui regroupe, a minima, un ETF et un client. Cela signale aussi que le forestier est en train de devenir un professionnel pour son monde d’exercice. Si les pairs proposent un nouvel entrant, il n’en reste pas moins que, in fine, c’est le monde professionnel qui institue l’individu dans sa qualité de professionnel : un impétrant sans travail n’est pas un professionnel.

28Qu’en est-il pour les médecins en soins palliatifs ? On ne peut pas parler de client à l’hôpital. Toutefois les patients, en tant que bénéficiaires de services des professionnels, ne sont-ils pas dans une situation analogue, sinon identique, à celles des clients, à certains égards ?

Pouvoir collaborer

  • 9 La loi du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système de santé (dite loi K (...)

29La place légale de plus en plus importante accordée au patient, notamment sous la pression des associations de malades9, pourrait nous faire penser que l’avis de la personne malade, en tant que porteuse d’une demande de « bons » soins, est pris en compte dans l’habilitation du médecin en soins palliatifs. En fait, il n’en est rien : les récriminations des patients et de leurs familles sont inaudibles par les soignants (Bataille 2012). Ceux qui font entendre leur mécontentement n’ont pas le pouvoir de délégitimer les soignants car, dans les représentations professionnelles, le patient qui affronte sa fin de vie connaîtra nécessairement des périodes de colère. Dès lors, toute manifestation de mécontentement sera interprétée comme résultant du sentiment d’injustice éprouvé par le patient à l’approche de sa mort et jamais comme l’indice d’un manque de professionnalisme. Ici, comme en réanimation néonatale (Paillet 2007), l’injonction externe au professionnalisme ne passe pas par les patients.

30En revanche, elle va être le fait des professionnels paramédicaux. Pour que ceux-ci puissent réaliser du bel ouvrage (condition sine qua non pour ne pas connaître de souffrances éthiques (Aubry 2012) et donc résister à leur activité), ils doivent pouvoir communiquer avec les médecins. Les unités de soins palliatifs (USP) ont ceci de particulier qu’elles nécessitent l’intervention des paramédicaux dans des domaines habituellement réservés à l’expertise médicale (Schepens 2015). Ici, les lignes de soin seront élaborées grâce à la participation de l’ensemble des soignants, du médecin à l’agent de service hospitalier (ASH). Il n’est pas rare que les infirmières fassent entendre leur voix à l’hôpital (Véga 2004, Kentish-Barnes 2008), en revanche, il est plus exceptionnel que des médecins les invitent à donner leur avis sur ce qu’il conviendrait de faire. En réanimation néonatale, les infirmières qui sont souvent les premières à estimer qu’un arrêt de réanimation devrait être envisagé, développent des stratégies pour faire passer leur message (Paillet 2007) : elles le font entendre aux internes qui, plus jeunes que les médecins seniors, sont plus sensibles à la problématique que représente un enfant lourdement handicapé chez un jeune couple. Les internes se font alors les porte-voix des infirmières en relayant la proposition d’arrêt. Proposition admissible par les seniors puisqu’elle vient d’un professionnel légitime pour intervenir dans la sphère médicale.

31En soins palliatifs, les médecins réclament l’avis des paramédicaux et le prennent en compte. S’ils le font c’est qu’il leur est nécessaire pour travailler. En fin de vie, l’incertitude médicale est telle que prendre soin demande de s’appuyer sur d’autres ressources que celles habituellement à la disposition des médecins.

« Le travail, on ne peut pas le faire tout seul, nous médecins, c’est un travail qui se fait avec le patient, sa famille, l’équipe, c’est tout le monde et nous, on travaille avec tout le monde. […] Nous, on n’est qu’une personne parmi tout ça. Tout le monde a sa place, tout le monde a son importance, parce que le patient est la résultante de tout ça » (Irène, médecin, USP).

32Cette attente des médecins ne va pas sans poser quelques problèmes, notamment car les personnels paramédicaux n’ont pas été formés à prendre part aux responsabilités médicales. Quand ils entendent les médecins leur dire qu’ils ont besoin d’eux pour pouvoir bien prendre soin, les infirmières, aides-soignantes et agents de service hospitalier y gagnent une nouvelle responsabilité. S’ils en sont ravis (ils sont pris au sérieux par le corps médical, ce qui est loin d’avoir été toujours le cas au cours de leur carrière dans les différents services hospitaliers), le poids de cette responsabilité se fait sentir. Pour supporter ce dernier, une seule solution : participer à l’élaboration de la ligne de soins de telle manière qu’on soit le plus assuré possible de l’adéquation entre la prise en charge proposée et les besoins de la personne malade. Pour le dire autrement, on ne peut résister à cette activité que si l’on estime bien faire son travail. Deux choses sont alors nécessaires aux professionnels paramédicaux : la première est la nécessité pour eux d’être entendus, donc d’être pris au sérieux. Il s’agit de pouvoir donner à entendre leur ressenti sur une situation, leurs doutes, mais aussi leur vulnérabilité, en étant assurés de la bienveillance de l’écoute qui leur est portée. Cette dimension réclame une certaine confiance entre personnel médical et paramédical. En son absence, les professionnels paramédicaux se taisent.

« Je crois que ce n’est pas si évident que ça de prendre la parole, pour des gens comme nous [paramédicaux] qui n’ont jamais eu l’habitude de faire ça devant des gens plus qualifiés que nous. Je ne sais pas, ils [les médecins] donnent l’impression de trouver ça tout à fait naturel mais c’est pas vrai, c’est pas possible. Quand tu as bossé pendant 25 ans, qu’on ne t’a jamais demandé ton avis, ni ta parole et que tu prends la parole devant des gens qui sont médecins, puis médecin depuis un moment et eux, pour le coup, ils sont experts tout de même. Ben, c’est pas si évident que ça. […] Eux, ils nous laissent de la place, ils nous demandent de la prendre, ils nous demandent ça, mais ce n’est pas si étonnant que ça que certains ont du mal à le faire, quoi » (Myriam, infirmière, USP).

33La seconde est qu’ils doivent être détenteurs des informations concernant la personne malade pour pouvoir forger leur avis et participer aux discussions, débats et controverses. Pour être en mesure de coopérer à l’élaboration de la ligne de soins et permettre aux médecins de réaliser leur part du travail, les infirmières, aides-soignantes et agents de service doivent être les destinataires des informations disponibles. Pour le dire autrement, les professionnels paramédicaux sont un auditoire des médecins, auditoire essentiel dont on doit obtenir la coopération quand on est médecin pour être en mesure de réaliser sa tâche.

34Les personnels paramédicaux sont très vigilants quant à ces deux dimensions et puisqu’ils participent à la socialisation professionnelle des médecins (Véga 2004, Zolesio 2012), ils peuvent vérifier, en situation, que l’apprenant, puis l’impétrant, est bien un bon partenaire.

35Une fois qu’on est sûr de l’attitude coopérative du nouvel entrant, il est considéré comme étant en mesure de tenir son rôle dans ce monde professionnel, entre autres écouter les professionnels paramédicaux, les prendre au sérieux et en faire les destinataires des informations concernant la personne malade. Cela souligne que si les médecins habilitent un impétrant (habilitation par les pairs à partir de la maîtrise des règles de l’art), l’habilitation du médecin par ses auditoires, donc rien de moins que son autorisation à exercer en soins palliatifs, passe par les paramédicaux, professionnels définis comme subalternes dans le cadre hospitalier.

36Les groupes et segments professionnels ne sont alors pas seuls dans les processus de désignation/habilitation et on trouve, dans les groupes que nous avons étudié, une seconde habilitation provenant des auditoires. Ceux-ci sont attentifs au maintien des coopérations en vigueur dans l’ordre négocié, traduction locale des écologies liées organisant les mondes professionnels au niveau macro social. Pour conserver les régulations propres au monde professionnel, les acteurs n’autorisent pas n’importe qui à entrer sur le marché du travail : l’origine professionnelle est ici importante.

37Pour autant, même si cette origine est attestée, les nouveaux entrants ne bénéficient pas nécessairement du même traitement de la part du monde professionnel. Si nous avons souligné plus haut qu’un agriculteur n’est pas un forestier et que seuls les seconds peuvent tenter de faire leurs preuves sur le marché du travail, la tension quant aux différentes manières d’accorder une confiance au nouveau venu n’a pas encore été résolue. Certains entrepreneurs de travaux forestiers vont commencer leur carrière en acceptant de multiples chantiers successifs de mauvais bois, d’autres se voient pourvus directement de chantiers de bois d’œuvre, moins fatigants, réalisés plus rapidement et, surtout, plus lucratifs. Pourquoi cette différence de traitement ?

Places professionnelles

38On peut expliquer cette différence de traitement par le fait qu’il existe deux manières d’entrer sur ce marché. Tous les impétrants répondent à l’injonction interne au professionnalisme, ils ont été habilités par leurs pairs. Il leur manque l’habilitation secondaire par (certains de) leurs auditoires. S’ils n’ont pas encore été habilités par ces derniers, c’est, comme nous l’avons vu ci-dessus, que les auditoires attendent pour ce faire de pouvoir vérifier que les impétrants sont en mesure de répondre positivement à leurs attentes (injonction externe au professionnalisme dont la connaissance des attendus de l’ordre négocié fait partie). Les clients leur font suffisamment confiance pour leur permettre de travailler, mais pas suffisamment pour leur attribuer des chantiers à forte valeur ajoutée (bois d’œuvre, bois de lutherie, etc.). Pourtant, une autre partie de la population des impétrants est dispensée de faire ses preuves et est d’ores et déjà habilitée par ses auditoires qui lui font une confiance totale a priori. Pourquoi une telle différence de traitement ? Parce que ces professionnels ont bénéficié de la transmission d’une place professionnelle de la part des patrons ou des formateurs. Dans ce cas, le monde professionnel va considérer que le nouvel entrant est semblable à celui qui lui transmet la place (Schepens 2008), transmetteur et récipiendaire sont considérés par les auditoires comme étant des alter ego.

Conserver la confiance malgré les changements d’acteurs

39La place professionnelle se révèle à l’observateur lorsqu’il est attentif aux débuts et fins de carrière, lors de ces moments de changement qui peuvent bouleverser l’ordre négocié (des anciens acteurs de cet ordre disparaissent, des nouveaux apparaissent). Les théories classiques et néoclassiques en économie nous disent que les acteurs sont dotés d’une rationalité économique, rationalité qui s’applique, selon la théorie du capital social, aux investissements relationnels :

« Chaque acteur procède […] à des investissements relationnels différenciés selon des stratégies qu’une théorie rationnelle de l’action permet de comprendre : par exemple, si X fait quelque chose pour Y, il attend en retour que Y lui rende ce qu’il juge être la pareille le moment venu. X est en attente et Y a une obligation. Cette obligation constitue une créance détenue par X » (Forsé 1997 : 144).

40Dès lors, en toute fin de carrière, l’entrepreneur rationnel devrait tenter de solder les comptes, de se faire payer ses créances et, au minimum, ne plus en accepter de nouvelles que la retraite risque de rendre difficilement remboursables. Effectivement, « il ne suffit pas qu’il y ait relation pour qu’il y ait création de capital, encore faut-il que cette relation soit mobilisée et mobilisable » (Forsé 1997 : 143). Pourquoi alors l’entrepreneur de travaux forestiers en fin d’activité continue-t-il à avoir une attitude coopérative quand les créances deviennent à ce moment irrécupérables (Reynaud, Reynaud 1996) ? Pourquoi les clients continuent-ils à faire appel au quasi retraité si, comme le dit la théorie du capital social, on le sait susceptible de défection, les clients n’ayant pas de moyens de pression pour l’obliger à la coopération ?

41En fait, ils en conservent un car la confiance transcende la relation entre deux individus. Si la relation interindividuelle est bien évidemment importante, en revanche, ce ne sont pas les personnes qui sont les supports de la confiance mais les places professionnelles. Dès lors, le successeur à une place se trouve, ipso facto, inscrit dans un régime de réciprocité qu’il n’a pas initié. Ce régime est celui du transmetteur, il lui a transmis les dettes et les créances qu’il a contractées auprès de son monde professionnel. « Je travaillais pour mon scieur René avant qu’il ne soit né » disait Frédéric (ETF), manière pour lui de signaler qu’il réalisait déjà des chantiers pour le père de son client actuel. Il était évident pour René, le scieur en question, qu’il devait toujours être le client de Frédéric, comme il lui était aussi évident qu’il continuerait à travailler avec Arnaud, successeur désigné de Frédéric. Les individus importent peu tant qu’ils se montrent dignes de leur place en respectant les attendus qui y sont rattachés.

42Il en est de même en début de carrière. Quand Arnaud prit la place professionnelle de son patron (Frédéric), le scieur de celui-ci (René) lui a fourni les chantiers, en quantité et qualité, qu’il aurait normalement réservés à Frédéric. Arnaud a été le récipiendaire d’une place reconnue positivement dans le monde des travaux forestiers. Le jeune bûcheron, possesseur d’une place ancienne dans ce monde, a alors obtenu de réaliser des chantiers plus rémunérateurs que celui qui lui a appris le métier : Anthony, son formateur. Anthony est reconnu mais moins que Frédéric, son patron. La place professionnelle du formateur est alors moins importante que celle transmise à Arnaud.

43Il faut remarquer ici autre chose qui donne de l’importance à la place professionnelle : René, le scieur qui fait appel aux services d’Arnaud, ne le connaissait pas avant de lui confier des chantiers. Il ne connaissait que Frédéric, le patron d’Arnaud.

« Non, je ne les ai pas présentés. Alors René a vu Arnaud sur les coupes mais il ne lui parle pas, c’est avec moi qu’il traite. Et quand je vais apporter les factures à la scierie, Arnaud, il reste dans le 4x4 » (Frédéric, ETF – Notes de terrain).

44Ce que voit René sur un chantier est un travail global réalisé sans qu’il soit en mesure de savoir qui a abattu tel ou tel arbre. René n’assiste pas au travail en train de se faire mais il peut faire des visites de fin de chantier. La place et son récipiendaire sont donc indépendants mais s’influenceront dans une histoire commune.

45Une première définition de la place professionnelle a été forgée à partir de terrains portant sur les professionnels indépendants, agriculteurs et ETF (Jacques-Jouvenot, Schepens 2007 ; Schepens 2008). Dans ce cadre, la place est un ensemble de dettes et de créances, un état d’endettement mutuel (Godbout 1994) entre un acteur et son monde professionnel. Elle rend compte, à un moment particulier, de la structure relationnelle liant le professionnel à son monde. Les dettes et les créances sont composées des interactions qui consistent à faire, en sus des obligations contractuelles, quelque chose pour quelqu’un : le chantier réalisé en urgence pour un client pressé, la coupe conservée à tel bûcheron pour lui éviter d’avoir un creux dans son activité, l’apprenti pris en formation alors que le forestier n’en cherchait pas spécialement… Ces dettes et ces créances inscrivent les co-actants dans une histoire professionnelle commune qui oblige – au sens de Marcel Mauss (1993) – la coopération. Ici, et contrairement aux théories économiques orthodoxes ou à celle du capital social, il n’y a pas de retour possible à l’équilibre car le remboursement des dettes et créances – ce qui fait que les interactants sont quittes – entraîne la fin de la relation. Celle-ci nécessite un état de déséquilibre : rembourser une dette ouvre dans le même mouvement une créance qui demandera alors à être remboursée à son tour, etc. C’est parce que les endettés sont les obligés de leurs créanciers qu’ils s’engagent à les rembourser.

46Si la place professionnelle n’est pas nécessaire pour travailler – la seule certification, formelle ou non, que l’impétrant a été habilité suffit –, elle offre une inscription dans la mémoire du monde professionnel en tant qu’acteur qui s’inscrit à la suite d’autres professionnels à la même place. À partir du souvenir des interactions passées, les différents acteurs se constituent une mémoire collective qui va définir la situation de telle sorte que les interactants ne peuvent pas ne pas coopérer s’ils veulent poursuivre leur activité. Cela permet à l’échange de se dérouler dans le cadre d’une relation durable qui vise à prémunir les co-actants d’une possible défection.

Une place professionnelle chez les salariés ?

  • 10 Ce que montre aussi cet extrait d’entretien, c’est que la place professionnelle ne concerne pas uni (...)

47Notre travail sur les médecins de soins palliatifs nous a permis de réinterroger notre terrain forestier et d’affiner cette première conceptualisation de la place professionnelle en passant de l’analyse d’un milieu indépendant et concurrentiel à un univers salarié et coopératif. Ainsi, la manière de penser l’échange restait jusque-là très influencée par une approche rationnelle d’obédience économique (Cordonnier 1994) : « Je coopère parce que l’autre coopère. Je vérifie donc avant de donner (de mon temps, de mon savoir, de mon argent, etc.) à mon tour que l’autre a bien donné ». Cette réversibilité stricte des positions d’endetté et de créancier ne rend pas justice au terrain où on peut être longuement en position d’obligé avant de pouvoir rendre à son tour. Les rapports d’obligation se révèlent plus diffus, moins objectivables. Cela est peut-être dû au fait que l’inscription à cette place, dans la suite des individus qui l’ont tenue, débute, aussi bien en unité de soins palliatifs que chez les entrepreneurs de travaux forestiers, par une référence faite à la famille : « Quelque part, c’est quand même notre vie à nous qui se transmet » disait une femme de bûcheron à propos de la préparation de la succession de l’entreprise hors de la famille. Cette vie qui se transmet créait un « fils professionnel »10. Cette référence à la famille et à la filiation, on la retrouve en USP.

48Ainsi, Rémi, chef de service, nous dira en parlant de son équipe : « C’est vrai que ça fait un peu consanguin » (Notes de terrain). Il a été le directeur de thèse de presque tous les médecins qu’il a réunis autour de lui. On trouve alors ici une filiation intellectuelle/professionnelle.

« La relation maître-disciple se fonde aussi sur “un lien d’âme” unissant deux personnes ; elle allègue aussi une parenté choisie et, par un mécanisme d’inscription généalogique dépassant deux contemporains, elle devient un maillon dans “la chaine des générations” » (Waquet 2008 : 17).

49Le directeur de thèse, en transmettant une certaine philosophie du soin – qui permet à l’unité de soins palliatifs de s’organiser dans la coopération des professionnels médicaux et paramédicaux – et en sélectionnant les thésards avec lesquels il souhaite travailler par la suite, créait une famille professionnelle choisie. Ses filles et ses fils, s’ils décident de s’inscrire à sa suite, seront endettés de cette place professionnelle qu’ils reçoivent (à travers la formation, le poste) et qui les situe dans le monde professionnel. Ils seront connus et reconnus comme des médecins formés par Rémi aussi loin que la reconnaissance de celui-ci porte.

50Dès lors, tant les médecins que les forestiers ne mettent pas en œuvre avec leurs auditoires des stratégies relationnelles basées sur une rationalité comptable. L’inscription de longue date dans un monde professionnel qui plonge ses racines dans une histoire familiale choisie via la place professionnelle empêche de tenir le compte des créances et des dettes ou plutôt empêche d’isoler les actions en leur donnant la valeur de créance ou de dette. Donner, c’est rendre, rendre, c’est donner écrit Jacques T. Godbout. Il en est de même ici. Alors, on sait que l’on est endetté les uns envers les autres mais sans trop savoir ce que l’on se doit, ni si on a reçu plus qu’on a donné. Celui qui transmet sa place crée une dette chez celui qui la reçoit mais, dans le même mouvement, redonne la place qu’il avait lui-même reçue en son temps. Doit-il voir dans le donataire quelqu’un qui lui est redevable ou lui est-il redevable de ne plus être l’obligé de son propre donateur ? Il s’agit là d’un sentiment diffus qui laisse une certitude : si on souhaite travailler dans cet univers professionnel, on doit le faire dans la continuité – ce qui ne veut pas dire à l’identique mais plutôt dans le même esprit – de ceux qui nous ont précédés. On ne peut pas ne pas se comporter comme l’aurait fait celui qui nous a transmis une place, on ne peut pas ne pas se comporter comme l’attend le monde professionnel. La confiance, assurée par le sentiment d’obligation, est nécessaire à la coopération.

Exploitation forestière, schlitteur.

Exploitation forestière, schlitteur.

s.d. Archives de Strasbourg, 8 Z 1477. Photographie L. Blumer

En conclusion

51Si l’organisation d’un monde professionnel est reconduite, ce n’est pas à l’identique mais bien de manière dynamique à travers de multiples ajustements dictés par son environnement tant au niveau macro – non abordé ici – que microsocial. L’écologie, qui organise le monde professionnel, se réalise au niveau local dans des ordres négociés où les réseaux d’interconnaissance permettent une économie de moyens dans la perpétuation du monde grâce à la transmission de places professionnelles. Ces dernières dépassent leurs récipiendaires, elles sont des « lieux » de cristallisation des conventions portées par l’ordre négocié et de la mémoire des interactions passées. De manière caricaturale, on pourrait avancer que l’individu importe peu tant qu’il fait sien l’esprit – au sens d’esprit de la loi – de sa place. Elle est un rouage de l’ordre négocié, et si les co-actants habituels ne trouvent plus dans cette collaboration le moyen de répondre à leurs intérêts alors ils mettront fin à leur coopération et trouveront d’autres alliés. Cela peut signer la fin de la place sauf si son récipiendaire est en mesure de faire naître de nouvelles alliances. Effectivement, il ne faut pas oublier que seule la licence est le sésame autorisant l’entrée sur le marché du travail. Elle ne suffit pas au nouveau venu pour se voir accorder une confiance permettant une co­opération sans crainte, mais elle peut permettre une construction progressive d’une place professionnelle qui en organisera de nouvelles.

52Les places permettent de rendre rationnel l’engagement des uns et des autres dans une collaboration car elles réduisent l’incertitude en instaurant la confiance. Celle-ci découle de l’assurance que les différents acteurs de l’ordre négocié partagent les mêmes règles du jeu. Certes, on ne peut jamais être totalement certain que l’autre sera un partenaire coopératif, cependant en inscrivant les places dans des rapports d’obligation tissés avec les différents auditoires, collègues mais aussi avec une « famille professionnelle », celles-ci deviennent des dispositifs qui permettent de se prémunir de la défection des différents co-actants et d’assurer la continuité du monde professionnel : la place permet d’encadrer la coopération en rendant plus coûteux de jouer un jeu différent que de respecter les obligations qui y sont liées.

53Dès lors, permettre la transmission des places et de la mémoire professionnelle qui y est attachée est un moyen – pas l’unique mais le plus rapide – de s’assurer de la coopération des différents acteurs de ce monde.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions, Chicago, University Chicago Press.

Abbott A. (2003), Écologies liées : À propos du système des professions, in Menger P.-M. (dir.), Les professions et leurs sociologies, Paris, MSA, p. 29-50.

Akerlof G. (1970), « The Market of Lemons : Quality Uncertainty and the Market Mechanism », Quarterly Journal of Economics, 48, p. 488-500.

Alter N. (2009), Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris, La Découverte.

Aubry F. (2012), « Les rythmes contradictoires de l’aide-soignante », Temporalités, 16, <http://journals.openedition.org/temporalites/2237>.

Bataille P. (2012), À la vie, à la mort. Euthanasie : le grand malentendu, Paris, Autrement.

Becker H. (1985), Outsiders, Paris, Métailié.

Becker H. (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Boussard V., Dubar C., Tripier P. (2011), Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

Cefaï D. (2015), « Mondes sociaux. Enquête sur un héritage de l’écologie humaine à Chicago », SociologieS, <http://journals.openedition.org/sociologies/4921>.

Cordonnier L. (1994), « L’échange, la coopération et l’autonomie des personnes », Revue du MAUSS, 4, p. 94-114.

Demazière D., Gadéa C. (2009), Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte.

Forsé M. (1997), « Capital social et emploi », L’Année sociologique, 1, p. 143-180.

Girard L. (2018), Des Femmes en Blanc – La « fabrication » des infirmières, Thèse de doctorat de sociologie, Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté.

Godbout J. T. (1994), « L’état d’endettement mutuel », Revue du MAUSS, 4, p. 205-219.

Hardy A. C. (2013), Travailler à guérir. Sociologie de l’objet du travail médical, Rennes, EHESP.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D., Schepens F. (2007), « Transmettre et reprendre une entreprise : de l’homo economicus à l’homo memor », Revue du Mauss, 29, p. 377-391.

Jacques-Jouvenot D., Veille Marchiset G. (2012), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan.

Karpik L. (2007) L’économie des biens singuliers, Paris, Gallimard.

Karpik L. (2008), « De l’existence et de la portée de l’économie des singularités », Revue française de sociologie, 49, 2, p. 407-421.

Kentish-Barnes N. (2008), Mourir à l’hôpital : décisions de fin de vie en réanimation, Paris, Seuil.

Lazega E. (1999), « Le phénomène collégial : une théorie structurale de l’action collective entre pairs », Revue française de sociologie, 40, 4, p. 639-670.

Lorenz E. (1996), « Confiance, contrat et coopération en économie », Sociologie du travail, 38, 4, p. 487-508.

Luhmann N. (2006), La confiance, un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica.

Mauss M. (1993), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Paillet A. (2007), Sauver la vie, donner la mort. Une sociologie de l’éthique en réanimation néonatale, Paris, La Dispute.

Polanyi K. (1983), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Reynaud J.-D., Reynaud E. (1996), « La régulation interne des marchés du travail », Revue française de sociologie, 37, p. 337-368.

Schepens F. (2008), « Monde professionnel et marché des travaux forestiers », Revue française de sociologie, 49, 2, p. 351-378.

Schepens F. (2014), « La mobilisation des associations catégorielles dans l’organisation des groupes professionnels des forestiers et des soignants de soins palliatifs », Terrains & travaux, 25, 2, p. 57-73.

Schepens F. (2015), « Participer pour rendre le travail possible. Les staffs en unités de soins palliatifs », Sociologie du travail, 57, 1, p. 39-60.

Steiner P. (1999), La sociologie économique, Paris, La Découverte.

Strauss A. (1992), La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionniste, Paris, L’Harmattan.

Strauss A., Schatzman L., Bucher R., Ehrlich D., Sabshin M. (1992), L’hôpital et son ordre négocié, in Strauss A., La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionniste, Paris, L’Harmattan, p. 87-112.

Stroobants M. (1993), Savoir-faire et compétences au travail. Une sociologie de la fabrication des aptitudes, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Suaud C. (1975), « L’imposition de la vocation sacerdotale », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, 3, p. 2-17.

Trompette P. (2003), De la prudence… à la confiance, in Mangematin V., Thuderoz C. (dir.), Des mondes de confiance. Un concept à l’épreuve de la réalité sociale, Paris, CNRS Éditions, p. 99-107.

Véga A. (2004), Une ethnologue à l’hôpital. L’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Archives contemporaines.

Waquet F. (2008), Les enfants de Socrate, Paris, Albin Michel.

Zolesio E. (2012), Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes, PUR.

Haut de page

Notes

1 Le niveau macro et ses liens avec le niveau micro ont été en partie développés dans : Schepens 2014.

2 Pour les deux terrains qui alimentent ce texte, les données recueillies l’ont été à partir de méthodologies qualitatives (entretiens non et semi-directifs ; observations) dans une démarche « inductive ». Le premier porte sur les entrepreneurs de travaux forestiers (ETF) – des bûcherons, débardeurs et sylviculteurs indépendants. Environ 70 entretiens ont été réalisés auprès de différents acteurs de ce monde (les ETF mais aussi leurs compagnes, leurs clients, la médecine du travail, la Mutualité sociale agricole…), ainsi que des séances d’observation (assemblées générales et réunions de différentes associations catégorielles, travail sur les chantiers forestiers, manifestations festives). Le travail de terrain s’est déroulé en Franche-Comté entre 2000 et 2006. De 2006 à 2013, à travers une cinquantaine d’entretiens, l’observation des réunions de staff – plusieurs centaines de situations de personnes malades – mais aussi l’observation des associations, auditrices ou concurrentes, des soins palliatifs, nous nous sommes intéressé à trois unités de soins palliatifs (USP) situées dans trois hôpitaux universitaires de l’Est de la France. Ce dernier terrain est actuellement poursuivi dans une perspective ressortant moins de monographies des professionnels au travail que d’une socio-anthropologie de la construction des problèmes publics.

3 Un univers de discours est, pour Mead cité par Cefaï (2015), un ensemble de gestes et de symboles qui ont une signification commune pour les membres du groupe social.

4 C’est notamment le cas des associations catégorielles, hybrides ou d’usagers dont le dynamisme dépend des membres qui les composent.

5 En cela, les associations concurrentes sont très intéressantes. Le segment professionnel des soins palliatifs est particulièrement attentif à la rhétorique développée par les pro-euthanasies. Ces derniers promeuvent une « entreprise morale » (Becker 1985) qui réclame une autre solution politique en ce qui concerne la fin de vie. C’est en amont que les promoteurs du soin palliatif vont travailler un contre-argument, vont faire évoluer leur pratique afin que la solution euthanasique ne soit pas celle qui réponde le mieux aux intérêts des différents acteurs du monde professionnel de la fin de vie.

6 En plus des contributions de ce numéro, on pourra lire, sans recherche d’exhaustivité de notre part : Jacques-Jouvenot 1997 ; Jacques-Jouvenot, Schepens 2007 ; Jacques-Jouvenot, Vieille Marchiset 2012.

7 Cela dépend des terrains. Si c’est vrai en ce qui concerne les données mobilisées dans ce texte, il n’en va pas de même pour les infirmières dont la formation est tenue en partie par un autre groupe, celui des cadres de santé (cf. Girard 2018). De même, sur un nouveau terrain que nous venons d’ouvrir autour des vignerons, on perçoit une place non pas faite mais prise par des outsiders, par des étrangers au groupe et au monde professionnel (sur ce sujet, dans ce numéro, on pourra lire le texte de F. Sitnikoff).

8 On peut citer Arrow qui développe la théorie du filtre au début des années 1970 qui fait du diplôme une information préalable sur les facultés productives du candidat ou encore, à la même époque, Spence et sa théorie du signe pour qui le travailleur va se signaler à l’attention de l’employeur, notamment grâce au diplôme, afin, après quelques ajustements, d’atteindre un équilibre de signalement entre investissement du salarié (diplôme) et investissement de l’employeur (salaire).

9 La loi du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système de santé (dite loi Kouchner), en est un bel exemple.

10 Ce que montre aussi cet extrait d’entretien, c’est que la place professionnelle ne concerne pas uniquement l’entrepreneur mais aussi son épouse. En revanche, si les femmes ont de l’importance au niveau de l’entreprise, le monde des travaux forestiers ne travaille pas avec elles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exploitation forestière, schlitteur.
Crédits s.d. Archives de Strasbourg, 8 Z 1477. Photographie L. Blumer
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/4113/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Schepens, « Monde professionnel, places et ordre négocié », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 22-31.

Référence électronique

Florent Schepens, « Monde professionnel, places et ordre négocié », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4113

Haut de page

Auteur

Florent Schepens

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) EA3189
Université Bourgogne Franche-Comté
florent.schepens[at]univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals