Navigation – Plan du site
Le chercheur perché

M. Leiris, G. Balandier face à la situation coloniale des sociétés africaines des années 1950

Michel Leiris, Georges Balandier Facing the Colonial Situation of African Societies in the 1950’
Jean Copans
p. 68-79

Résumés

La conjoncture de relance des sciences sociales françaises après 1945 voit la sociologie et, dans une moindre mesure, l’ethnologie, prendre conscience de la situation socio-historique dans laquelle se trouvent les populations de l’empire colonial notamment en Afrique noire. Cet intérêt se décline à la fois par des réflexions conceptuelles portant sur le cadre réel d’observation et d’analyse des tribus ou ethnies, c’est-à-dire « la situation coloniale » pour reprendre la notion forgée par Georges Balandier en 1951, d’une part et des engagements plus politiques ou moraux dénonçant (ou non) la situation de dépendance politique et d’exploitation économique dont ces populations sont victimes de l’autre, comme chez Michel Leiris dans une conférence publiée cette même année-là. L’auteur décrit les différences d’approche de la société coloniale entre ces deux chercheurs et évoque d’autres sociologues et ethnologues de la même époque des années 1950 comme Paul Mercier, Roger Bastide ou encore Pierre Bourdieu qui s’efforcent d’articuler enquête de terrain, critique de l’ethnologie traditionaliste an-historique plus ou moins poussée et revalorisation de l’autonomie socio-historique des populations en mobilisation pacifique ou violent pour les indépendances nationales en germe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 «Préface » in Kenyatta J., 1960, Au pied du Mont Kenya, Paris, F. Maspero, p. 7. Le sociologue qual (...)
  • 2 « Préface » in Smouts Marie-Claude (dir.), 2007, La situation postcoloniale. Les postcolonial studi (...)

Il vit mourir une Afrique, celle qu’il décrit ici […] ; il lutta pour une autre, encore à venir, qui ne sera ni une renégate du passé nègre, ni une fille soumise de l’Europe. Georges Balandier1
La colonisation était encore présente, il fallait faire disparaître la ‘situation coloniale’. La postcolonisation était déjà là, en voie de réalisation […]. Georges Balandier2

  • 3 Voir Leiris Michel, 1950, « L’ethnographe devant le colonialisme », Les Temps Modernes, août, 58, p (...)
  • 4 Voir Balandier G., 1951, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de (...)
  • 5 Voir Mercier Paul, 1951, Les tâches de la sociologie, Dakar, IFAN, « 6. Sociologie et pratique soci (...)
  • 6 Voir Bourdieu Pierre, 1958, Sociologie de l’Algérie, Paris, Que sais-je ? n° 802 (1re éd.), chapitr (...)
  • 7 Je renvoie à mon analyse d’ensemble de cette question :  Ethnologie, anthropologie et situations co (...)

1Avant d’en venir à l’évocation des analyses, qui au tournant des années 1950, mettent au cœur des problématiques ethnologiques et sociologiques françaises, le colonialisme3, la situation coloniale4, les peuples dépendants5, la déculturation et la déségrégation sociale6, il convient de revenir très rapidement et sommairement sur la manière dont cette réalité avait été plus ou moins occultée, tant aux plans théoriques qu’empiriques, au cours des décennies précédentes. Le décalage avec les traditions disciplinaires anglo-saxonnes, la nature plus culturelle de l’anticolonialisme africain et ‘nègre’ francophone, le destin violent et irréversible enfin des terrains indochinois et nord-africains en ce milieu de siècle (1946-1962) sont autant de raisons variées qui expliquent probablement pour partie la genèse essentiellement africaniste de ce renversement radical de perspective7.

  • 8 Je me contenterai de citer l’ouvrage remarquable de Schumacher Lyn, 2001, Africanizing Anthropology (...)

2Trois remarques préalables toutefois. À l’évidence la question coloniale traverse l’histoire et la pratique de l’anthropologie depuis ses origines les plus anciennes au xviiie siècle, selon les traditions politiques et scientifiques nationales, selon les moments et les lieux de son évolution (découvertes, conquêtes, administrations territoriales, contestations et luttes anti-coloniales) et enfin selon la forme décalée et idéologique des réinterprétations et relectures postcoloniales proprement dites. Par ailleurs l’ethnologie et l’anthropologie (sociale et culturelle) en tant que sciences sociales sont composées de divers registres d’enquêtes et de réflexion qui sont plus ou moins déterminés par les conditions concrètes, institutionnelles et intellectuelles d’exercice de la recherche comme l’implication officielle des administrations, la nature des terrains, l’inspiration théorique, conceptuelle et méthodologique, les formes d’écriture et de restitution des résultats et des analyses, enfin le degré de collaboration avec les informateurs et les collègues, professionnels ou non, autochtones et indigènes. La critique anthropologique des types de relation ‘coloniale’ de la discipline a profondément variée depuis les premières remises en cause des années 1950, passant par une dénonciation anti-coloniale radicale (ou anti-néo-coloniale dans le cas américain des années 1960 de la guerre du Vietnam) à une approche plus sociologique des regards ethnologiques des praticiens coloniaux et enfin à de véritables sociologies de la connaissance qui restituent l’ensemble des conditions sociales de présence et de travail sur le terrain8.

L’ombre portée de l’empire (1900-1950)

  • 9 Voir par exemple Sibeud Emmanuelle, 2002, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction de (...)
  • 10 Voir Mauss M., 1997, Écrits politiques. textes réunis et présentés par M. Fournier, Paris, Fayard.
  • 11 Dans la mesure où la colonisation manifeste une nette volonté de civilisation des peuples, elle est (...)
  • 12 Voir « L’ethnographie en France et à l’étranger », Revue de Paris, 1913, repris in Œuvres, t. 3, Co (...)

3L’histoire de l’ethnologie et de l’ethnographie française à l’époque coloniale commence à être relativement bien documentée et nous ne pouvons que renvoyer les lecteurs intéressés à quelques-unes des études générales sur la question9. Nous nous contenterons de marquer sommairement quelques interventions symboliques. Ainsi Marcel Mauss, reconnu comme l’un des fondateurs incontestés de l’ethnologie tant aux plans théoriques (Essai sur le don) que pratique et méthodologique (Manuel d’ethnographie) admet tout naturellement la réalité coloniale malgré (ou à cause de ?) son engagement socialiste de longue date. Dans le fort volume de ses Écrits politiques, réunis et présentés par son biographe Marcel Fournier, seuls deux textes portent sur un terrain colonial, en l’occurrence le conflit entre blancs de la guerre des Bœurs dans le Transvaal sud-africain10. Certes il dénonce à l’occasion les violences faites aux indigènes lors des phases de conquête que ce soit par les Français, les Britannniques ou d’autres colonisateurs, mais il milite surtout pour la mise sur pied d’une ethnologie professionnelle, qui serait capable par ailleurs de conforter et d’aider l’administration coloniale11. Cependant il va plus loin puisqu’il considère que cette dernière peut être une auxiliaire indispensable à la recherche de terrain. Ainsi il note dans un texte de 1913, « […] nous ne manquons nullement d’observateurs. Il n’est pas de personnel colonial plus apte à comprendre l’indigène, plus intime avec lui, que nos administrateurs, nos officiers, nos médecins »12. Les débats et polémiques sur la nature de l’ethnologie (ou de l’ethnographie), science de l’homme ou science coloniale, trouveront une première conclusion pratique après l’Exposition Coloniale Internationale de 1931 avec la mise sur pied et la conduite de l’expédition Dakar-Djibouti sous la direction de Marcel Griaule. Comme l’avait déjà théorisé l’anthropologue britannique Bronislaw Malinowski, près de dix ans auparavant, l’observation de la vie sociale, culturelle et rituelle sur place par l’ethnologue lui-même lors d’un séjour prolongé, au moyen des langues locales, sans aucun adjuvant technique ou administratif, européen ou colonial, constitue le fondement de cette nouvelle discipline.

  • 13 Ce n’est qu’à son retour de l’expédition qu’il reprend ses études supérieures avec des certificats (...)
  • 14 Voir la dernière et sixième édition définitive dans Leiris M., 1996, Miroir de l’Afrique, édition é (...)
  • 15 De nombreux documents inédits (dont des témoignages des autres membres de l’expédition Griaule) ain (...)

4Pourtant l’expédition ethnologique dirigée par M. Griaule, ne respecte guère tous ces principes puisqu’il est parfois fait appel aux autorités coloniales locales, notamment lors du séjour au Soudan (le Mali actuel) pour collecter des objets et obtenir le consentement des informateurs à livrer leurs connaissances et savoirs. Le déroulement intime de ces enquêtes nous est bien connu puisque l’un des participants n’est autre que M. Leiris, recruté comme secrétaire-archiviste et enquêteur de l’expédition13, qui consigne par écrit toutes ces turpitudes (parallèlement à ses états d’âme et à ses propres découvertes) et va même jusqu’à les rendre publiques, au grand dam de M. Griaule, dans Afrique fantôme publié chez Gallimard dès 193414. Il ne fait aucun doute que ce puissant témoignage sur l’ethnographie de terrain en situation coloniale expose à l’état brut la manière courante de faire à l’époque que l’ethnographe soit savant, administrateur colonial ou voyageur ‘cultivé’15.

5Quelque fur le sentiment moral ou politique de l’observateur de terrain en cette première moitié du xxe siècle, il lui fallait ‘faire avec’ la domination coloniale. Cela conduisait les ethnologues à se conduire de manière contradictoire et quasi-schizophrènique : d’une part se débrouiller pour en faire abstraction afin de décrire au mieux les us et coutumes locales et juger comme incongrues, indécentes ou intempestives les intrusions et violences (coloniales) extérieures et de l’autre traduire de manière la plus efficace possible les réalités observées auprès des autorités afin de les atténuer ou de les supprimer. Toujours est-il que ni la situation coloniale ni la société coloniale n’étaient envisagées et ‘construites’ comme des objets d’analyse scientifique même si elles étaient par ailleurs l’objet de dénonciations plus ou moins publiques. En fait pendant l’entre-deux-guerres cette tâche revenait le plus souvent de fait à des journalistes ou à des écrivains, pas forcément anticolonialistes au sens précis du terme, comme Alfred Londres, Georges Simenon ou André Gide.

  • 16 1929, « Practical Anthropology », Africa, II, 1, p. 22‑38.
  • 17 Voir de l’Estoile B., 1997, « Un échange impossible ? Anthropologie sociale britannique et ethnolog (...)
  • 18 Voir le cas de Jean Servier. Lire à ce propos Lacoste-Dujardin Camille, 1997, Opération Oiseau bleu (...)

6Pourtant c’est cette même époque qui voit naître le programme de l’anthropologie appliquée, aux États-Unis en direction des populations amérindiennes ou en Grande-Bretagne envers les populations de l’ensemble de l’Empire. L’un des initiateurs sera, de manière peut-être paradoxale, le même Bronislaw Malinowski, qui, dès 1929, publie un article dans la grande revue des études africaines, Africa, sur l’anthropologie pratique, en fait appliquée16. Là encore nous n’avons pas la place de rentrer plus avant dans l’évocation de ce courant important de l’anthropologie sociale britannique. Mais nous devons souligner l’intérêt de certains administrateurs-ethnologues français qui cherchent à rendre utile une discipline qui s’efforce encore, au milieu des années 1930, de définir sa portée institutionnelle et identitaire et surtout son objet. L’exemple d’Henri Labouret est tout à fait parlant de ce point de vue17. L’ethnologie coloniale en tant que telle ne verra jamais le jour en France mais la discipline ne répugnera jamais à se considérer comme partie prenante de son programme non seulement administratif mais aussi ‘civilisateur’ voire répressif lorsque la contestation ira jusqu’à remettre en cause l’ordre français établi comme en Algérie au cours des années 195018.

Colonialisme, situation coloniale, société coloniale : une longue décennie critique (1950-1963)

Michel Leiris

7Michel Leiris effectue entre le 26 février et le 10 mai 1945, sous la direction de l’inspecteur des colonies A.-J. Lucas, une mission d’enquête avec le géographe communiste Jean Dresch, sur le problème de la main-d’œuvre et du travail forcé en Côte d’Ivoire et au Gold Coast (Ghana actuel). Il mentionne cette mission dans sa conférence, « Message de l’Afrique », donnée le 12 octobre 1948 à Port-au-Prince lors de sa tournée aux Antilles et en commente ainsi les effets :

  • 19 Voir Miroir de l’Afrique, op. cit., p. 880.

[…] l’idée mythologique que je m’étais faite de l’Afrique acheva de se dissiper et laissa la place à une Afrique bien réelle, qui m’apparût comme elle m’apparaît encore maintenant, avec tout son lot de souffrances et de problèmes19.

  • 20 À l’Institut d’Ethnologie (Paris). Réimprimé en 1992 chez J.‑M. Place.
  • 21 Miroir de l’Afrique, Ibidem.
  • 22 Voir note 3. Les précisions sur le public se trouvent dans son mémoire de « Titres et travaux » de (...)

8Cette même année il publie son mémoire de l’EPHE de 193820 mais on peut penser que c’est cette dernière expérience « […] au but beaucoup plus pratique […] »21 qui réveille sa conscience d’ethnologue ‘engagé’ qu’il manifeste publiquement le 7 mars 1950 en prononçant une conférence à l’Association des travailleurs scientifiques intitulée « L’ethnographe devant le colonialisme » en présence notamment d’Aimé Césaire, de Claude Lévi-Strauss ou encore de Jean Rouch22. Ce texte tout à fait unique aussi bien dans l’œuvre de M. Leiris que de l’ethnologie française de l’époque esquisse un programme de recherche original sur l’Afrique moderne et coloniale.

  • 23 Op. cit., p. 99.

9Notant que l’ethnographie peut être tout naturellement utile à la colonisation en signalant ses excès et en agissant pour la sauvegarde des cultures locales, M. Leiris ajoute dans la foulée qu’elle peut « […] être de quelque utilité aux peuples colonisés en voie d’émancipation […] »23. Proposant d’adopter une perspective ‘réaliste’ en étudiant les problèmes quotidiens et terre à terre de la vie coloniale, il suggère d’étudier les ‘évolués’ parce qu’ils peuvent révéler par ‘décantation’ les caractères les plus profonds de leur culture et surtout il avance l’idée qu’il faut

  • 24 Ibid., p. 106.

[…] étudier des sociétés coloniales prises dans leur entier, la recherche ne portant pas seulement sur les originaires mais sur les Européens et sur les autres Blancs qui y ont résidence […]24.

  • 25 Ibid., p. 111.
  • 26 Voir note 4.
  • 27 Leroi-Gourhan André et Poirier Jean (dir.), 1953, 2 tomes, Paris, PUF, p. 993. Ce gros recueil à ca (...)

10Enfin, il faut, selon lui, remettre en cause le caractère unilatéral de l’ethnographie et aider, malgré le caractère utopique du projet, au développement d’une ethnologie des Occidentaux par les peuples colonisés. M. Leiris pousse la proposition jusqu’au bout puisque, colonisateurs et colonisés étant victimes de la même domination, l’ethnographie en arrive ainsi à opérer son sabordage25. Ce texte très riche et complexe, tant au niveau des analyses des sociétés africaines que du programme à construire de l’ethnographie française, est évidemment à mettre en parallèle avec l’article programmatique de G. Balandier, rédigé la même année et publié l’année suivante26. Il doit surtout être confronté à l’esprit qui préside à la publication de l’ouvrage collectif en deux volumes et mille pages à peine trois ans plus tard, Ethnologie de l’Union française, où il est rappelé avec force que l’ethnologie ne doit pas servir à soutenir les revendications politiques anti-coloniales des populations de l’empire27 !

Georges Balandier

  • 28 Voir Enriquez Eugène 1955, « De la sociologie coloniale à la sociologie de la colonisation et des p (...)
  • 29 « La situation coloniale : ancienne notion, nouvelle réalité » in Balandier G., 2003, Civilisés, di (...)
  • 30 C’est lui qui a édité son premier et seul roman,Tous comptes faits, Éditions du Pavois, 1947.
  • 31 Voir les travaux de Sarah Frioux-Salgas sur la revue Présence africaine : une exposition au musée d (...)
  • 32 Qui deviendra l’ORSTOM en 1953 puis aujourd’hui l’IRD.
  • 33 En 1958 à l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir, ce dernier devient en juin Ministre de la Fran (...)
  • 34 Voir 2010, « Tout parcours scientifique comporte des moments autobiographiques », (entretien avec G (...)
  • 35 « Enquêter en ‘situation coloniale’. Politique de la population, gouvernementalité modernisatrice e (...)
  • 36 Je renvoie à mon ouvrage, 2014, Georges Balandier. Un anthropologue en première ligne, Paris, PUF e (...)

11L’article de G. Balandier constitue le véritable fondement théorique de sa sociologie et sa reprise dans son œuvre majeure, Sociologie actuelle de l’Afrique noire, en conforte ce statut. Il paraît impossible d’en présenter ici toutes les implications et nous suggérons d’emblée au lecteur intéressé de se reporter à nos analyses ainsi qu’à celles d’autres commentateurs comme R. Enriquez ou F. Cooper28 mais surtout à la contribution de G. Balandier lui-même29. Signalons d’emblée ce que ce texte n’est pas, par rapport à celui de M. Leiris : il ne manifeste aucun caractère militant que ce soit au plan anti-colonial ou au plan plus proprement professionnel et disciplinaire. G. Balandier est très lié au mouvement et aux acteurs symbolisés par la revue Présence africaine ainsi qu’à Michel Leiris, rencontré au Musée de l’Homme en 1945, qui l’a introduit en littérature avec Pierre Nadeau30, et il est un défenseur actif et engagé de la culture noire31. Pourtant le paradoxe le plus productif n’est pas là. Il est dans le fait que G. Balandier peut être considéré, sur ses terrains gabonais et congolais des années 1948-1951, comme « un anthropologue de gouvernement » pour reprendre l’expression britannique des acteurs de l’anthropologie appliquée. Il faut tout de même rappeler le fait que l’ethnologue-sociologue professionnel qu’est G. Balandier, employé d’institutions de recherche comme l’ORSOM32 et l’IFAN, a recueilli tous les matériaux qui fondent sa sociologie actuelle, dans le cadre de recherches commanditées par le Gouverneur général de l’A.E.F. de l’époque, Bernard Cornut-Gentil33. Grand mémorialiste de sa propre vie et de ses terrains africains dès 1957 avec Afrique ambiguë, G. Balandier aura en fait attendu un demi-siècle supplémentaire pour commenter plus précisément ce genre de recherche à l’esprit tout à fait colonial34. Il faut même attendre 2012 pour que l’anthropologue Benoît de l’Estoile, par ailleurs historien de l’ethnologie coloniale française et britannique, nous décrive par le menu, grâce à sa consultation des Archives d’Outre-Mer, les conditions réelles de production des rapports qui vont prendre ensuite, parfois sans peu de modifications, une forme et un statut tout à fait scientifique et disciplinaire35. Bref, pour reprendre l’expression d’Anne Doquet, la construction de l’objet ‘situation coloniale’ passe chez Balandier par l’adoption d’une ‘situation ethnologique’ tout à fait coloniale, réformiste peut-être comme dans l’atmosphère gaullienne de l’époque mais certainement pas engagée disciplinairement comme l’imagine M. Leiris. Pourtant la critique de l’ethnologie traditionnelle va être l’un des projets les plus affirmés, dans la foulée de l’élaboration d’une sociologie de la situation coloniale et cette critique débouche non seulement sur une redéfinition de l’ethnologie mais aussi sur une anthropologie de la modernité puis du tiers-monde, du développement et du sous-développement36.

  • 37 « Aspects de l’évolution sociale chez les Fang du Gabon », Cahiers internationaux de sociologie, IX (...)
  • 38 1932 et 1936, Sociologie coloniale, t. 1 Introduction à l’étude du contact des races ; t. 2., Psych (...)
  • 39 Voir 1940, « Analysis of a social situation in Modern Zululand », Bantu Studies, XIV, 1 et 2, La pr (...)
  • 40 Voir 1950, La vocation actuelle de la sociologie, t. 1, Sociologie différentielle ; t. 2, Antécéden (...)

12« La situation coloniale : approche théorique » annonce clairement le projet de G. Balandier et la manière dont il s’y prend confirme bien le caractère problématique de l’analyse à tous les sens du terme. Notons d’abord que dans un texte paru l’année précédente il avait déjà avancé certaines de ses idées et que dans le même numéro des Cahiers internationaux de sociologie il publie un compte rendu de l’ouvrage d’Octave Mannoni, Psychologie de la colonisation, qui complète sa perspective37. Les inspirations conceptuelles du chercheur relèvent plus du bricolage intellectuel au vu de la diversité extrême les sources utilisées (historiens, journalistes, anthropologues britanniques, sociologues américains) que de l’élaboration rigoureuse. Certes René Maunier, qui se considérait comme ethnologue, avait publié en 1932 une Sociologie coloniale qui relevait plus de la psychosociologie de l’acculturation que de l’analyse sociétale38. La radicalité de G. Balandier se mesure par sa conception globale, coloniale et non seulement locale, tribale (on dirait aujourd’hui ethnique) de la démarche analytique. La situation coloniale est première car elle s’impose à toutes les sociétés ‘autochtones’ colonisées. Il récuse et critique les conceptions en termes de contact culturel et d’acculturation et il met en avant le caractère approximatif des agencements sociaux. Ce principe devient l’un des fondements de sa théorie. La situation coloniale est à la fois un arrière-fond et une matrice sociétale d’une société proprement coloniale comprenant à la fois les populations locales et la population étrangère des colonisateurs. Il s’inspire à l’évidence ici de la démarche situationnelle de Max Gluckman39 mais aussi de la sociologie des paliers en profondeur de G. Gurvitch qui vient de faire son apparition sur la scène sociologique française40.

  • 41 1955, Sociologie actuelle de l’Afrique noire : changements sociaux au Gabon et au Congo, Paris, PUF (...)
  • 42 En fait il utilise le terme anthropologie pour la première fois en titre, semble-t-il, en 1959 dans (...)

13Pourtant ce cadre macro-sociologique ne mobilisera guère G. Balandier ni dans ce texte ni dans les suivants : son intérêt essentiel est, pour reprendre les divisions de l’époque, ethnologique. Pour commencer les sociétés locales, autochtones, particulières, sont également des sociétés globales, à la fois en soi mais surtout comme espaces sociaux d’incorporation de la situation coloniale globale. Et pour bien marquer la spécificité ‘ethnologique’ de son objet colonial G. Balandier pratique d’emblée la comparaison tant dans Sociologie actuelle de l’Afrique noire avec la comparaison entre les populations Fang et Ba-kongo que dans Sociologie des Brazzavilles noires entre les deux quartiers de Brazzaville, Bacongo et Poto-Poto41. Une fois ces cadres posés la problématique déconstruit les sociétés en situation coloniale : cette dernière permet de définir par la dynamique simultanée de la transformation dite modernisatrice et de la résistance au changement. une situation de crise qui révèle et met en lumière les points forts mais aussi les points faibles des configurations sociales. Ce processus révèle, par sa rapidité et son emprise totale, les armatures fondatrices des sociétés et explique ce que G. Balandier va nommer les reprises d’initiative à savoir la revalorisation des mécanismes sociologiques élémentaires des sociétés d’une part et la reformulation des modes culturels, religieux et idéologiques de mobilisation (notamment anti-coloniale) d’autre part. La situation coloniale est un révélateur historique pour le présent évidemment mais aussi pour le passé. Cette problématique permet de rentrer au cœur même des historicités initiales des cultures africaines alors que la doxa commune à l’époque voulait que la colonisation marquât la fin des sociétés sans histoires. G. Balandier fait, si l’on peut dire, d’une pierre non pas deux mais même trois coups : il hiérarchise toutes les formes sociétales présentes et contemporaines les unes des autres, il singularise leurs dynamiques spécifiques et originales et enfin il re-articule la collaboration, ou le face-à-face, des disciplines de l’ethnologie et de la sociologie, retenant, pour marquer la rupture introduite par sa perspective, cette dernière comme la porte d’entrée nécessaire des analyses parce qu’englobante, macro-sociétale et actuelle. Ce n’est que plus tard, face aux succès de l’anthropologie structurale qu’il en reviendra à l’usage du terme d’anthropologie, rejoignant en cela les anthropologues anglo-saxons qui l’ont inspiré42.

14Un dernier élément complète ce renversement paradigmatique : l’interprétation politique de cette situation coloniale et de chacun de ses éléments. Il va de soi que la situation coloniale est une situation de domination politique mais aussi de contestation politique. Anticipant d’une dizaine d’années seulement ses analyses de la décolonisation (et du postcolonial) d’une part et de l’anthropologie politique d’autre part, il implique que les reprises d’initiative, largement religieuses (les mouvements des églises prophétiques et syncrétiques apparues sur ses terrains d’Afrique centrale depuis déjà un quart de siècle) ne sont en fait que des formes décalées et anticipatrices d’une résistance plus culturelle mais aussi très politique. Il conçoit cette contestation de l’ordre colonial établi comme distincte mais peut-être aussi comme plus profonde, que les prémisses anti-coloniales proprement politiques qui commencent à se manifester partout par le biais des partis, des syndicats et des associations.

  • 43 C’est la première ligne de 1952, « Contribution à une sociologie de la dépendance », Cahiers intern (...)
  • 44 Voir 1954, « Sociologie de la colonisation et relations entre sociétés globales », Cahiers internat (...)
  • 45 In 1956 (dir.), Le ‘Tiers-Monde’. Sous-développement et développement, Paris, PUF-INED. G. Balandie (...)
  • 46 In Gurvitch G. (dir.)1960, Traité de sociologie, t. 2, Paris, PUF, p. 446‑462. Cet ouvrage comprend (...)
  • 47 Voir certains de ces textes réunis dans 1971, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PU (...)
  • 48 Voir sa préface in Smouts M.‑C. (dir.), La situation postcoloniale, op. cit., p. 24.

15Paradoxalement après avoir élaboré cette problématique globale de la ‘situation coloniale’ G. Balandier l’abandonne assez rapidement puisqu’il se propose de l’appliquer « […] aux situations de dépendance […] »43 puis il revient sur la littérature ‘coloniale’ en analysant l’œuvre de R. Maunier, tout en élargissant ses perspectives aux « […] relations entre sociétés globales […] »44. Ces approfondissements le conduisent à laisser de côté la situation coloniale proprement dite pour celle de sous-développement puisque l’une de ses contributions à l’ouvrage édité en 1956 sous sa direction sur le Tiers-Monde, s’intitule « Sous-développement et mise en rapport des sociétés ‘différentes’ » 45. Cette reconfiguration de sa problématique ‘coloniale’ débouche enfin en 1960, dans sa contribution au Traité de sociologie dirigé par G. Gurvitch, sur une formulation a-politique, presque diplomatique, de ce thème déjà ancien, sous le titre pour le moins ambigu « Dynamique des relations extérieures de sociétés ‘archaïques’ »46. Encore une fois si sa ‘notion théorique’ sert bien d’emblème et d’ouverture à ses premières œuvres majeures, G. Balandier ne deviendra toutefois ni un sociologue de la ‘situation coloniale’ ou de la colonisation et encore moins un sociologue de sociologie historique ou comparée de ce domaine. Au contraire il devient pour toutes les années 1950 le sociologue du Tiers-Monde, du développement et du sous-développement, et ce n’est qu’à partir du tournant des indépendances des années 1960 qu’il revient momentanément sur le devenir politique des résistances et oppositions anti-coloniales tant au plan des idéologies que des structures politiques ou de la nature des États issus de la décolonisation et de leurs classes sociales47. Aucune de ses publications ne comporte les expressions néo-coloniale ou post-coloniale. Il faudra attendre la célébration du cinquantenaire de la parution de son article pour qu’il en réactualise les présupposés en signalent que le postcolonial n’est en un sens que la perpétuation d’un colonial pas tout à fait achevé. Ce texte de 2002 trouve d’ailleurs sa confirmation dans le colloque de 2006 sur la situation postcoloniale lorsqu’il conclut « Nous sommes tous, en des formes différentes, en situation postcoloniale »48.

Paul Mercier

  • 49 Ils sont co-signataires de leur premier ouvrage professionnel tiré de leurs enquêtes menées conjoin (...)
  • 50 Voir ses nombreux articles et études parus entre 1952 et 1965 et notamment 1955, « Le groupement eu (...)

16Il n’est pas possible d’évoquer l’apport ponctuel mais décisif dans ses implications conceptuelles et méthodologiques au plan analytique de la notion de ‘situation coloniale’ sans rappeler les travaux parallèles et complémentaires de Paul Mercier, ami d’enfance, compagnon de route, collaborateur de sa première enquête sénégalaise et enfin collègue de G. Balandier49. P. Mercier préfère parler des peuples dépendants, la situation coloniale n’étant que l’un des éléments de cette dépendance. Dans sa brochure de 1951, Les tâches de la sociologie, il souligne en italiques son point de vue « La sociologie des peuples dépendants comme toute sociologie, a trouvé la voie de son progrès dans l’étude des situations concrètes et présentes » (p. 7). Il convient de compléter ces remarques par l’évocation de ses travaux tout à fait sociologiques sur la ville de Dakar qui contrastent avec ceux de Balandier sur Brazzaville, ces derniers relevant pour partie plutôt de l’anthropologie malgré le titre sociologique des publications urbaines de ce dernier. En effet P. Mercier est un sociologue empirique de la situation coloniale urbaine qui recourt à des enquêtes quantitatives par questionnaire : les structures de l’emploi, de la famille, la modernisation politique ‘politicienne’, le tribalisme et enfin la prise en considération de la société européenne, en écho aux suggestions de M. Leiris, sont autant d’apports dont les effets ne se feront sentir que bien plus tard au cours des années 197050.

  • 51 Voir par exemple G. Balandier, 1959, « Tendances de l’ethnologie française I », Cahiers internation (...)
  • 52 Signalons que c’est C. Lévi‑Strauss qui rédige un compte rendu très élogieux de Sociologie des Braz (...)
  • 53 Voir Copans J., 2001, « La ‘situation coloniale’ de G. Balandier : notion conjoncturelle ou modèle (...)

17Il est pourtant un champ où la synergie des deux chercheurs est très visible et importante pour le devenir même de la discipline de l’anthropologie, c’est celui de la critique de l’ethnologie traditionaliste française et de la collaboration symbiotique entre l’ethnologie et la sociologie. Au-delà de l’imagerie d’une totalité sociale et culturelle dévoilée par le couple indissociable et dynamique de la tradition et de la modernité, c’est de la collaboration interdisciplinaire des deux sciences sociales qu’il s’agit. Il y a plus profondément un emprunt aux anthropologies sociales et culturelles anglo-saxonnes, mais c’est un retour critique tant du structuro-fonctinnalisme britannique, a-historique et formel que de l’anthropologie culturelle au culturalisme et au relativisme culturel également a-historiques et idéologiques51. Il n’est pas possible de saisir les sociétés africaines contemporaines sans se tourner à la fois vers l’ethnologie des sociétés locales qui sont déjà en changement et vers la sociologie des situations, des contextes sociétaux et des catégories sociales modernes qui les fabriquent tout autant. Ces ambivalences disciplinaires ont certes permis de contester le structuralisme de C. Lévi-Strauss ainsi que le dogmatisme d’un marxisme plus formaliste qu’empirique52. Cependant le passage, pas tout le temps argumenté de manière rigoureuse, d’une discipline à l’autre, a quelque peu troublé le public de leurs collègues et de leurs étudiants, d’autant qu’en France les distinctions disciplinaires ont encore force de réglementation administrative tant à l’université que dans les institutions de recherche et rendent de fait, depuis les années 1970, assez floues les caractérisations des démarches du dévoilement colonial. Ainsi la discipline de l’histoire s’est insérée un peu plus tard au cours des années 1960, tant pour les périodes dites pré-coloniales que coloniales, mais d’une manière souvent faussement anthropologique et sociale. Nous avons toutefois pour notre part suggéré de considérer comme pertinente l’approche en termes de situation coloniale pour mieux saisir la nouvelle situation mondiale, moins globale et totalisante qu’il n’y paraît53.

Pierre Bourdieu

  • 54 Voir le recueil de ses articles, P. Bourdieu, 2008, Esquisses algériennnes, textes édités et présen (...)
  • 55 La liste des travaux de P. Bourdieu sur l’Algérie comporte 34 titres : voir Esquisses…, op. cit. p. (...)
  • 56 Il cite l’article de G. Balandier et dans son texte et en bibliographie de la première édition de s (...)
  • 57 Voir « Les conditions sociales de la production sociologique : sociologie coloniale et décolonisati (...)
  • 58 P. Bourdieu insiste sur le rôle de ‘conscientisation’ que devrait jouer son Que sais-je ? pour les (...)

18Notre tableau resterait incomplet si nous ne prenions pas symboliquement en considération le premier volet de l’œuvre de Pierre Bourdieu, entièrement consacrée à une colonie, non seulement de vieille colonisation, qui plus est de peuplement, mais aussi en proie à une véritable guerre de libération, l’Algérie. Là aussi la sociologie se dispute l’ethnologie et P. Bourdieu s’est officiellement réclamé, à juste titre, des deux disciplines. Toutefois le cheminement de ces Esquisses algériennes, de ces deux Algéries54 entre 1958 et 196455, malgré ses coups de chapeau à G. Balandier et à M. Leiris56, est tout aussi singulier, et en un sens inabouti, car la sociologie de l’Algérie qu’il nous propose est, de manière évidente, partagée entre un ethnologisme (ou même un ethnographisme) peu historicisé (et para-structuraliste) d’une part et une sociologie d’une société coloniale en guerre violente et désagrégatrice (déplacements et camps de regroupement), une situation coloniale exceptionnelle de l’autre. Sa sociologie actuelle est bancale même si la dimension réflexive de Travail et travailleurs en Algérie, publié cinq ans après son Que sais-je ? est exceptionnelle. Certes il est conscient des contraintes qui pèsent sur le chercheur à ce moment-là. Ainsi dans un colloque ultérieur en 1975 il revient sur cette question mais il n'évoque nullement son expérience personnelle et s’offusque d’ailleurs que j’ose l’interroger sur cet aspect du problème57. Mais ce n’est que quarante ans plus tard, après son décès que nous prenons connaissance de la manière dont il a conduit son terrain (avec son équipe d’étudiants) entre les mailles du filet militaire (français mais aussi algérien). Enfin, au-delà du tâtonnement encore expérimental de certains futurs concepts ‘bourdieusiens’, la situation coloniale de l’Algérie laisse place à la fois à une analyse des projets ‘post-coloniaux’, qu’ils soient le fait de la métropole (Plan de Constantine) ou des militants pour l’indépendance algérienne mais aussi à un engagement politique intellectuel et critique absent chez les chercheurs africanistes évoqués plus haut. P. Bourdieu participe de l’élucidation de la situation coloniale par les sciences sociales françaises des années 1950 mais lui aussi va très rapidement quitter ce terrain empirique ‘exotique’ pour se tourner vers la société française et ses problèmes non-coloniaux58.

Conclusions : critique anti-coloniale, déconstruction sociologique et révolutions conceptuelles

  • 59 Voir Mendras H., 1995, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.
  • 60 Voir les références de leurs travaux aux notes 9 et 28. A. Kuper précise de son côté, à propos des (...)

19Henri Mendras mentionne régulièrement G. Balandier dans ses mémoires, panorama de la sociologie des années 1974-1990 mais c’est plutôt en tant que sociologue de la nouvelle Afrique ou du développement et jamais comme sociologue de la situation coloniale59. L’anthropologue britannique, A. Kuper et l’historien américain, F. Cooper, confirment, quant à eux, que dans les faits la sociologie de la situation coloniale n’a laissé que peu de traces, malgré la puissance symbolique des écrits qui l’ont évoqué60. L’effet de tous ces commentaires débouche sur une évidence, encore une fois paradoxale : la situation coloniale comme l’explicite le titre de l’article est bien une notion théorique et non un objet empirique. Autrement dit ce qu’il faut retenir de ce texte c’est moins une description, et éventuellement une condamnation, de ce phénomène qu’un exposé des méthodes et des concepts les mieux à même de saisir empiriquement les dynamiques sociales et culturelles à l’œuvre dans les sociétés de l’Afrique des années 1950, dynamiques à la fois passées (traditionnelles) et actuelles (modernes). il va de soi que cet ensemble complexe ne peut être appréhendé qu’au travers des cadres les plus englobants et les plus sociétaux, que G. Balandier définit, à juste titre, à ce moment-là comme les fruits d’une situation coloniale. Critiquant aussi bien les ethnologues, aveugles aux contextualisations extra-tribales ou ethniques (y compris celles liées à leurs dynamiques historiques anciennes) que les anthropologues américains et britanniques partisans de démarches finalement très dichotomiques, G. Balandier signale à peine les dominations, violences et spoliations coloniales mais plonge au contraire au tréfonds des mécaniques sociales, économiques, politiques, religieuses avec leurs imbrications réciproques.

  • 61 G. Balandier ne rédige pas de monographie ethnologique totalisante même si la demande administrativ (...)
  • 62 Rappelons qu’il passe en revue des travaux provenant de toutes les sciences sociales (histoire, géo (...)
  • 63 Voir par exemple l’article d’Alain Touraine 1981, « Une sociologie sans société », Revue française (...)

20Malgré la nature ponctuelle et très locale des terrains de la recherche empirique, et sans s’encombrer d’élaborations conceptuelles purement abstraites encore hasardeuses ou exploratoires à cette époque, la situation coloniale préalable se lit comme un modèle matriciel possible61 qui vise à profiter des crises (démographiques, territoriales, politico-religieuses) pour débusquer les moteurs anthropologiques des évolutions en cours. Cette globalisation des objets, avant l’heure, tant au niveau sociétal encore une fois démultipliée par la distinction-articulation d’une société coloniale, d’une société colonisée (composée elle-même d’une multiplicité de sociétés globales et/ou partielles) qu’au niveau ‘international’ d’un rapport de domination colonialiste, extérieur, soulève une question scientifique de grande envergure : quelle science sociale est apte à aborder cette vaste problématique62 et comment doit-elle se positionner par rapport à l’ethnologie d’une part et à la sociologie d’autre part ? Signalons tout de suite le caractère historiquement daté de cette interrogation puisque la sociologie d’aujourd’hui, française du moins, s’efforce depuis plus d’un quart de siècle de ne plus utiliser le concept de société, de contester, à juste titre il est vrai, les effets pervers du nationalisme sociologique, cher à Ulrich Beck, et de noyer du coup les configurations sociétales dans des mondialisations ou des globalisations sans frontières et surtout sans catégories ou classes sociales63. Pourtant d’autres tentatives contemporaines ont avancé des réponses conceptuelles et méthodologiques différentes à cette même époque et il n’est pas possible de conclure ce panorama sans les évoquer de manière symbolique.

  • 64 En effet G. Balandier découvre le texte au moment de la correction des épreuves de son article puis (...)
  • 65 C’est le titre que G. Balandier donne à sa chronique qui rend compte du recueil Miroir de l’Afrique (...)
  • 66 Les connivences littéraires de G. Balandier en font le vulgarisateur français des littératures oral (...)
  • 67 Voir Mercier P. et al., 1954, L’agglomération dakaroise : quelques aspects sociologiques et démogra (...)

21Ami de G. Balandier, M. Leiris64 est peut-être ‘ethnographe malgré lui’65 mais certainement pas un théoricien de l’ethnologie ou de la sociologie. Son programme de recherche est certes tout à fait d’actualité et pertinent en 1950 mais il avance plus des propositions thématiques et empiriques qu’un cadre conceptuel analytique. Ces propositions sont soutenues par un fort sentiment anti-colonialiste qui conforte l’urgence de l’engagement du chercheur puisqu’il lui faudrait non seulement documenter l’exploitation et la domination française mais aller aussi jusqu’à former les ethnologues africains qui, à terme, le remplaceraient. Malgré son engagement éditorial conséquent dans la fondation et l’écriture de la revue Présence africaine et son amitié profonde avec son responsable sénégalais, Alioune Diop, G. Balandier se contente de valoriser ses interlocuteurs et ses informateurs mais ne propose pas de transformer les écrivains en ethnologues66. Michel Leiris reste donc plus un référent symbolique qu’un inspirateur conceptuel. Un autre ami, de plus longue date, Paul Mercier, joue un rôle plus sociologique à la fois à cause de leur collaboration sur le terrain de la presqu’île du Cap Vert en 1946 mais aussi comme chercheur qui avait conduit des recherches urbaines similaires dans son enquête dakaroise de 1952-195467. Leurs écrits en effet se croisent et se répondent pendant plus de dix ans autour des mêmes objets et des mêmes conceptions disciplinaires. Mais à y regarder de plus près c’est plutôt P. Mercier qui joue le sociologue de la situation coloniale tout au long des années 1950 alors que G. Balandier en est déjà au tiers-monde et au sous-développement. Un dernier anthropologue mérite d’être mentionné pour cette époque, Roger Bastide. Ce dernier est partisan d’une science sociale globale qu’il qualifie d’emblée d’anthropologie car il construit son œuvre en dialogue constant avec les différents courants de l’anthropologie culturelle américaine, depuis l’école ‘culture et personnalité’ jusqu’aux théoriciens de l’acculturation sans oublier ce qu’il appelle anthropologie appliquée qui lie l’analyse aux pratiques politiques mais aussi aux pratiques sociales de ce qu’on nommerait aujourd’hui la société civile. G. Balandier a toujours porté un immense respect à ce chercheur qu’il cite dans son article pour un ouvrage paru aux PUF en même temps que celui de G. Gurvitch en 1950, Sociologie et psychanalyse. Il en retient le heurt des races et des civilisations. Lorsque Bastide évoque la situation coloniale il se réfère ouvertement à la notion de Balandier. Denys Cuche explicite ainsi sa pensée sur ce point :

  • 68 D. Cuche, « L’étude des relations interethniques dans l’œuvre de Roger Bastide », Bastidiana, 23‑24 (...)

[…] les relations interethniques doivent être étudiées par rapport à une situation sociale spécifique, les différents groupes en relation participant d’une même situation. Il emprunte le concept de ‘situation’ à Georges Balandier qui l’a défini à partir du cas de la situation coloniale68.

  • 69 Les thèmes abordés par le sociologue dans ses textes algériens sont la culture ethnologique kabyle (...)
  • 70 Voir son essai Esquisse…, op. cit. ainsi que les commentaires de Tassadit Yacine en tant qu’éditric (...)
  • 71 Titre de la conclusion de sa première édition de son Que sais-je ?, p. 116.
  • 72 Paris, Éditions de Minuit. Il s’agit d’une totale réécriture de ses contributions à l’ouvrage colle (...)
  • 73 Je qualifie ainsi ses textes d’ethnologie kabyle (pour reprendre sa propre expression) publiés en 1 (...)
  • 74 Voir la note page 117 (1958).
  • 75 Voir L’Algérie en 1957, Paris, Éditions de Minuit. Le titre choisi par Bourdieu pour son propre ouv (...)
  • 76 Citons 1962, « Les mythes politiques de colonisation et de décolonisation en Afrique », Cahiers int (...)

22Si nous nous sommes sentis obligés d’introduire également P. Bourdieu dans ce panorama c’est pour plusieurs raisons. D’abord pour des raisons de filiation mêmes tenues puisque P. Bourdieu ouvre la conclusion de sa sociologie algérienne par des citations du texte de G. Balandier et dès ses premiers écrits, et ce pendant une demi-douzaine d’années, il va analyser tant au niveau des sociétés locales autochtones qu’au niveau global, la nature et les effets de la fameuse situation coloniale69. P. Bourdieu est obligé de se comporter ainsi car il en fait l’expérience quotidiennement tant dans son premier statut de militaire appelé du contingent qu’ensuite comme observateur et documentaliste de la politique officielle française et enfin comme chercheur de terrain70. Il enquête en situation de guerre, il valorise les cultures ‘indigènes’ et surtout il documente en sociologue à la fois les changements sociaux en marche depuis plus d’un siècle, les violences administratives et militaires des ‘désagrégations et désarrois’71 socio-ethnologiques des camps de regroupement (au moins deux millions de personnes tout de même) en cours et enfin la nature des politiques de modernisation ‘postcoloniale’ engagées à contrecœur et surtout à contre-temps. Enfin il noue des liens à la fois professionnels et amicaux avec des Algériens, chercheurs en formation. Malgré la référence historique précise de sa synthèse publiée en 1977, Algérie 6072, l’Algérie coloniale de P. Bourdieu reste partagée entre une ethnologie traditionaliste puis néo-traditionaliste73 et une sociologie de la crise suscitée par une longue guerre de libération nationale. Les particularités de la situation coloniale algérienne sont évidentes puisqu’il s’agit d’une des plus anciennes colonisations de peuplement connues aux effets fonciers, économiques et sociaux manifestes. P. Bourdieu regrette pourtant de ne pouvoir analyser la société coloniale74 alors qu’elle au cœur de sa crise. De même il récuse toute possibilité d’assimilation comme l’espère encore G. Tillion75 tout comme il se méfie de la bonne volonté politique du FLN une fois arrivé au pouvoir et il ne se lance pas dans une anthropologie politique du nouveau pouvoir alors qu’en 1965 G. Balandier avait déjà fait connaître l’essentiel de sa problématique sur cette question au moyen d’une demi-douzaine d’articles76. Bref, critique muet de l’ethnologie coloniale, témoin distancié de la situation coloniale, sociologue des effets plus que des mécanismes d’assujettissement (ou de libération) idéologiques ou pratiques de la colonisation, théoricien d’une forme d’alternative à l’analyse structurale des cultures ou des consciences populaires urbaines, ouvrières et paysannes, P. Bourdieu est en train de fonder une sociologie peu propice à l’analyse sociétale en tant que telle et, en tout état de cause, il ne l’appliquera guère aux sociétés postcoloniales. Finalement, tout comme G. Balandier, il annonce les temps nouveaux mais s’abstient d’en vérifier la réalité dès le moment charnière des mutations du tournant des années 1960.

  • 77 A. G. Haudricourt est membre du Parti Communiste Français ! Certains des auteurs de cet ouvrage peu (...)

23Pour en revenir à ‘l’inventeur’ de la notion de situation coloniale il faut noter à sa décharge l’atmosphère postcoloniale à l’œuvre dès le début de sa carrière scientifique dans le contexte de l’Afrique noire. La Conférence de Brazzaville remonte au début de l’année 1944 et annonce une modernisation décolonisatrice. En 1946 la loi dite Lamine Gueye lance le processus de citoyenneté pour les sujets coloniaux. En 1952 c’est un code du travail ‘européen’ qui voit le jour. La mise en place de la Loi-Cadre, initiée par le socialiste Gaston Defferre, arrive en 1956 et le général de Gaulle lorsqu’il prend le pouvoir en 1958, transforme l’Union française en Communauté dès juin 1958. Il faut donc lire l’ethno-sociologie africaniste à la lumière du contenu de cette décennie politique relativement pacifique (malgré des exceptions au Niger et au Cameroun) et la contraster à la perte de l’Indochine française en 1954 et aux sept années et demie de guerre d’Algérie qui la suivent. On repère ce faisant le retard idéologique des auteurs des deux volumes d’Ethnologie de l’Union française, qui, faute de s’interroger sur la situation coloniale et par conséquent d’un même élan sur les mouvements, religieux ou politiques qui la contestent, n’ont pas perçu les mutations ethnologiques en cours depuis déjà des décennies77.

  • 78 Lire l’ouvrage remarquable de Nguyen Phuong Ngoc, 2012, À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. (...)

24Pourtant les contributeurs probables, André-Georges Haudricourt et Georges Condominas, du chapitre II, l’Indochine, du volume II d’Ethnologie de l’Union française, citent un certain nombre de noms de chercheurs vietnamiens. Il ne faut pas oublier en effet que cette colonie possède d’une part une très ancienne tradition lettrée et que de l’autre est fondée, dès 1901, l’École Française d’Extrême Orient. Non seulement le contraste est grand avec les autres parties de l’empire mais il incarne une signification bien plus symbolique. En effet, par un double paradoxe, c’est un Vietnamien, Nguyên Văn Huyên, qui soutient le premier doctorat d’État ès lettres en ethnologie d’origine coloniale en 1934 à la Sorbonne sous une triple direction dont celle de Lucien Lévy-Bruhl dont on a tant critiqué par ailleurs les conceptions ‘primitivistes’ (voir La mentalité pré-logique de 1922). Un troisième paradoxe en cette affaire est que ce travail est parfaitement linguistique et ethnographique parce qu’il a été refusé à ce chercheur, de manière très officielle par les autorités françaises, civiles et militaires, de conduire une recherche sur les débuts de la présence française en Indochine. L’auteur est toutefois un fervent nationaliste vietnamien et va s’engager auprès de Ho Chi Minh : en 1945 il deviendra pendant un an le ministre de l’enseignement supérieur du Vietnam indépendant avant de devenir en 1946 (après l’échec des premiers pourparlers de paix) ministre de l’Éducation nationale jusqu’à la fin de ses jours en 1975, sans jamais revenir à ses travaux d’ethnologie78.

  • 79 Rappelons que dans l’empire britannique l’Inde est indépendante depuis déjà 1947 et que le Ghana es (...)
  • 80 Tous ces titres sont des ouvrages publiés par G. Balandier, notamment aux éditions Fayard.
  • 81 Claude Meillassoux va devenir, au cours des décennies suivantes, l’un des artisans d’une anthropolo (...)
  • 82 Ce retard ou décalage est plus général puisqu’il touche tout d’abord l’histoire de France. Voir la (...)
  • 83 Voir Bayart J.-F., 1979, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la FNSP et Mbembe A., 1996, La naiss (...)
  • 84 Voir Mbembe A., 2000, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contempor (...)

25En rédigeant son article en 1950 et en le diffusant urbi et orbi, si l’on peut dire, en 1955, G. Balandier a déjà en tête l’indépendance postcoloniale comme fin imminente d’un processus historique en voie d’achèvement79. Au plan pratique, Il se sent plus concerné et mobilisé par les questions de développement, de sous-développement, d’élargissement tiers-mondiste du mouvement anti et postcolonial. Mais au niveau théorique c’est autre chose parce qu’il va approfondir pendant un demi-siècle le modèle analytique dévoilé lors de cette occasion ou opportunité (?), coloniale. Ce cheminement va en effet le conduire aux portes d’un univers en expansion, celui des ‘nouveaux Nouveaux Mondes’ : ce sera au-delà du Désordre (1988) et du Dédale (1994) des temps nouveaux, l’avènement mondial d’un Grand Système (2001), le tout fondé sur des bases fondamentalement Anthropo-logiques (1974 ; 1985) révélées grâce au Détour (1985), la démarche première en fin de compte de toute science sociale, consciente des espaces-temps où elle opère80. La situation coloniale ethno-sociologique, ‘inventée’ par G. Balandier, disparaît aussi rapidement qu’elle était apparue, en un ou deux ans. Les élèves et disciples de G. Balandier vont retenir sa problématique historiciste et se consacrer plutôt à l’anthropologie historique (comme E. Terray, C. Meillassoux81, J. Bazin et d’autres) qu’à l’histoire sociale coloniale82. Les commencements de l’histoire africaniste française vont se faire sous l’égide d’une macro-histoire et c’est plutôt du côté des historiens anglo-saxons qu’il faudrait se tourner pour saisir le développement d’une histoire socio-politique et culturelle de la période coloniale. Enfin en France ce sont plutôt les politologues qui reprennent l’héritage de G. Balandier en anthropologisant la situation coloniale, comme Jean-François Bayart ou Achille Mbembe83 puis en abordant, ultérieurement, la perspective postcoloniale de manière dialectique et non dichotomique84.

  • 85 Je n’ai pas la place pour évoquer ces polémiques et ces diffamations, auquelles j’ai été lié, mais (...)
  • 86 In Au pied du Mont Kenya, Paris, F. Maspero, 1960 [1938], p. 7‑21. Pour marquer l’anti-colonialisme (...)

26Les afro-centristes ou post-coloniaux purs et durs ont été jusqu’à accuser G. Balandier de racisme dans la mesure où la négritude ne serait qu’une simple inversion du discours colonial85. C’est oublier qu’Alioune Diop, fondateur de la revue Présence africaine n’en était pas du tout partisan et surtout qu’au tournant des années 1950 toutes les armes anti-coloniales étaient bonnes à prendre. La réinterprétation rétrospective est d’autant plus facile que l’on ne soumet pas les analyses anciennes à une sociologie de la connaissance scientifique, historique et politique, rigoureuse. Certes G. Balandier n’a quasiment plus abordé la question coloniale après les indépendances africaines de 1960. Son dernier témoignage sur la question coloniale ordinaire, sa préface à l’édition française de l’ouvrage du militant nationaliste et futur président du Kenya, Jomo Kenyatta, Facing Mount Kenya86, ne laisse aucun doute sur la nature de ses convictions et de son post-colonialisme engagé dans cette nouvelle période qui s’ouvre. Telle la fameuse lettre volée d’Edgar Allan Poe, « La situation coloniale : approche théorique » a toujours été visible sous nos yeux et l’ignorance encore actuelle de sa portée analytique et de sa signification disciplinaire confirme la paresse idéologique des anti-colonialistes, d’hier comme d’aujourd’hui, qui préfèrent, hélas, le plus souvent, les gros mots aux grandes idées.

Haut de page

Notes

1 «Préface » in Kenyatta J., 1960, Au pied du Mont Kenya, Paris, F. Maspero, p. 7. Le sociologue qualifie ainsi l’auteur de l’ouvrage mais il serait possible d’y voir un auto-portrait : la date, 1960, est des plus symbolique.

2 « Préface » in Smouts Marie-Claude (dir.), 2007, La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Paris, Sciences Po. Les Presses, p. 17.

3 Voir Leiris Michel, 1950, « L’ethnographe devant le colonialisme », Les Temps Modernes, août, 58, p. 357-374. Repris in 1969, Cinq études d’ethnologie, Paris, Denoël, p. 83-112.

4 Voir Balandier G., 1951, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, XI, p. 44-79. Repris sous le titre « La notion de ‘situation’ coloniale » comme chapitre premier de Sociologie actuelle de l’Afrique noire, Paris, PUF, 1955 (1re éd.), p. 3-38.

5 Voir Mercier Paul, 1951, Les tâches de la sociologie, Dakar, IFAN, « 6. Sociologie et pratique sociale. Sociologie des peuples dépendants. Sociologie appliquée », p. 42-48. Dans un article de 1954 « Aspects des problèmes de stratification sociale dans l’ouest africain », Cahiers internationaux de sociologie, XVII, p. 47-65, P. Mercier explique qu’il préfère employer cette expression à celle de dépendance qu’utilise G. Balandier dans un texte de 1952 « Contribution à une sociologie de la dépendance », Cahiers internationaux de sociologie, XII, p. 47-69. En fait à la toute fin de son texte ce dernier évoque les peuples ‘dépendants’ ! Faut-il rappeler que ces usages n’ont aucun rapport avec la théorie économique, initialement latino-américaine, de la dépendance des années 1950-1960.

6 Voir Bourdieu Pierre, 1958, Sociologie de l’Algérie, Paris, Que sais-je ? n° 802 (1re éd.), chapitre VII « Désagrégation et désarroi », p. 116-126.

7 Je renvoie à mon analyse d’ensemble de cette question :  Ethnologie, anthropologie et situations coloniales. L’exemple français entre politisation et mystification in Maurel Chloé (dir.), 2013, Essais d’histoire globale, Paris, ENS-L’Harmattan, p. 137‑160. On y trouvera une bibliographie conséquente sur le thème de cet article-ci.

8 Je me contenterai de citer l’ouvrage remarquable de Schumacher Lyn, 2001, Africanizing Anthropology. Fieldwork, Networks and the Making of Cultural Knowledge in Central Africa, Durham, Duke University Press. Cette étude est consacrée à l’histoire des recherches du Rhodes-Livingstone Institute de la Rhodésie du Nord des années 1930-1960 qui mettront en avant les conceptions de l’anthropologue d’origine sud-africaine, Max Glukman, par ailleurs inspirateur de G. Balandier.

9 Voir par exemple Sibeud Emmanuelle, 2002, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS et de l’Estoile Benoît, 2007, Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion. Pour un examen de la situation britannique, voir Asad Talal (dir.), 1973, Anthropology and the Colonial Encounter, London, Ithaca Press, Stocking George Jr. (dir.), 1991, Colonial Situations. Essays on the Contextualisation of Ethnographic Knowledge, History of Anthropology 7, Madison, University of Wisconsin Press et Kuper Adam, 2000, L’anthropologie britannique au xxe siècle, Paris, Karthala, chapitre IV « Anthropologie et colonialisme », p. 119-142.

10 Voir Mauss M., 1997, Écrits politiques. textes réunis et présentés par M. Fournier, Paris, Fayard.

11 Dans la mesure où la colonisation manifeste une nette volonté de civilisation des peuples, elle est considérée comme légitime.

12 Voir « L’ethnographie en France et à l’étranger », Revue de Paris, 1913, repris in Œuvres, t. 3, Cohésion sociale et divisions de la sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1969, p. 395‑434.

13 Ce n’est qu’à son retour de l’expédition qu’il reprend ses études supérieures avec des certificats d’histoire des religions et de sociologie (1936), d’ethnologie puis de Langues’O (amharique) (1937) avant d’obtenir le Diplôme de l’EPHE (section des sciences religieuses) avec son mémoire sur La Langue secrète des Dogons de Sanga (1938).

14 Voir la dernière et sixième édition définitive dans Leiris M., 1996, Miroir de l’Afrique, édition établie, présentée et annotée par Jean Jamin, Paris, coll. « Quarto », Gallimard, p. 61‑869.

15 De nombreux documents inédits (dont des témoignages des autres membres de l’expédition Griaule) ainsi que plusieurs études ethnographiques et textuelles permettent aujourd’hui de se faire une idée relativement précise de ce qui apparaît comme la première enquête ethnologique collective de terrain française.

16 1929, « Practical Anthropology », Africa, II, 1, p. 22‑38.

17 Voir de l’Estoile B., 1997, « Un échange impossible ? Anthropologie sociale britannique et ethnologie française dans l’entre-deux-guerres : le cas du ‘culture contact’ », La Lettre de la Maison d’Oxford, 7, Trinity Term, p. 21‑40.

18 Voir le cas de Jean Servier. Lire à ce propos Lacoste-Dujardin Camille, 1997, Opération Oiseau bleu. Des Kabyles, des ethnologues et de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte.

19 Voir Miroir de l’Afrique, op. cit., p. 880.

20 À l’Institut d’Ethnologie (Paris). Réimprimé en 1992 chez J.‑M. Place.

21 Miroir de l’Afrique, Ibidem.

22 Voir note 3. Les précisions sur le public se trouvent dans son mémoire de « Titres et travaux » de 1967 in Leiris M. (1992), C’est-à-dire, Paris, J.‑M. Place, p. 69.

23 Op. cit., p. 99.

24 Ibid., p. 106.

25 Ibid., p. 111.

26 Voir note 4.

27 Leroi-Gourhan André et Poirier Jean (dir.), 1953, 2 tomes, Paris, PUF, p. 993. Ce gros recueil à caractère ethnologique inaugure la sixième série « peuples et civilisations d’outre-mer » de la collection « Colonies-Empires-Pays autonomes » dont la fondation remonte à 1945. Que l’on me permette de citer ces quelques lignes du directeur de la collection, l’historien Charles-André Julien : « Les populations des territoires colonisés ou qui ont cessé de l’être, leurs mœurs, leur comportement sous l’influence étrangère, leur apprentissage de la liberté, ce sont là des thèmes qui méritent, au premier chef, de retenir l’attention. […] À l’heure où les nationalismes indigènes sont portés à interpréter leur passé avec les mêmes soucis apologétiques que les impérialismes conquérants, il paraît indispensable que des ouvrages, soumis aux seules exigences scientifiques, les aident à franchir la crise infantile de la liberté sans tomber dans une xénophobie ou un contre-racisme stériles. », p. 3. Rappelons que M. Griaule a été conseiller de l’Union française de 1947 à son décès en 1956. Il défendait une position des plus favorables à la protection et à la conservation des civilisations africaines.

28 Voir Enriquez Eugène 1955, « De la sociologie coloniale à la sociologie de la colonisation et des pays sous-développés : l’œuvre de Georges Balandier », Critique, 134, p. 640‑651 et Cooper Frederick, 2010, « Essor, déclin et renouveau des études coloniales, 1951‑2001 », chapitre II de Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, p. 49‑78.

29 « La situation coloniale : ancienne notion, nouvelle réalité » in Balandier G., 2003, Civilisés, dit-on, Paris, PUF, p. 151‑159.

30 C’est lui qui a édité son premier et seul roman,Tous comptes faits, Éditions du Pavois, 1947.

31 Voir les travaux de Sarah Frioux-Salgas sur la revue Présence africaine : une exposition au musée du Quai Branly, le numéro de la revue Gradhiva (10/2, 2009) et son texte « Georges Balandier et Présence africaine », (colloque « Hommage à G. Balandier », musée du Quai Branly, 2012). Lire par exemple son article « Le Noir est un homme comme les autres », Présence Africaine, 3, 1948 dont je cite un extrait aux pages 70‑71 de mon ouvrage.

32 Qui deviendra l’ORSTOM en 1953 puis aujourd’hui l’IRD.

33 En 1958 à l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir, ce dernier devient en juin Ministre de la France d’Outre-Mer pour 7 mois et engage G. Balandier comme conseiller mais la fonction déplaît à ce dernier.

34 Voir 2010, « Tout parcours scientifique comporte des moments autobiographiques », (entretien avec G. Steinmetz), Actes de la recherche en sciences sociales, 185, p. 44‑61.

35 « Enquêter en ‘situation coloniale’. Politique de la population, gouvernementalité modernisatrice et enquêtes sociologiques en Afrique équatoriale française » in Mondes en interaction. Pratiques politiques, relations personnelles, descriptions savantes, dossier pour l’HDR, 2012, vol. II : Recueil de travaux inédits, Université Paris 1, p. 9‑55.

36 Je renvoie à mon ouvrage, 2014, Georges Balandier. Un anthropologue en première ligne, Paris, PUF et notamment au chapitre III, « Tiers-mondes, développement, modernités », p. 107‑141.

37 « Aspects de l’évolution sociale chez les Fang du Gabon », Cahiers internationaux de sociologie, IX, 1950, p. 76‑106 et compte rendu, Cahiers internationaux de sociologie, XI, 1951, p. 183‑186. O. Mannoni vient de publier une Psychologie de la colonisation qui aura un grand succès. G. Balandier, comme tous les autres anthropologues de l’époque admet l’existence d’une forme de pathologie introduite par la brutalité des changements sociaux coloniaux. mais Mannoni n’était en rien un anti-coloniallste.

38 1932 et 1936, Sociologie coloniale, t. 1 Introduction à l’étude du contact des races ; t. 2., Psychologie des expansions, Paris, Domat-Montchrestien.

39 Voir 1940, « Analysis of a social situation in Modern Zululand », Bantu Studies, XIV, 1 et 2, La première partie a été traduite en français dans Genèses, 2008/3, 72, p. 119‑155. Le concept de situation vient de Max Gluckman mais il est certain que l’emploi de ce terme par Jean‑Paul Sartre comme titre de son premier recueil d’articles littéraires en 1947 renforce cette image sociologique. Paradoxalement ni Michel Izard (article « Colonisation ») ni Claude Rivière (article « George Balandier »), contributeurs de Pierre Bonte et Michel Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, ne citent cet article !

40 Voir 1950, La vocation actuelle de la sociologie, t. 1, Sociologie différentielle ; t. 2, Antécédents et perspectives, Paris, PUF. Pour mieux saisir cette sociologie quelque peu oubliée aujourd’hui voir G. Balandier, Georges Gurvitch. Sa vie, son œuvre, Paris, PUF, 1972.

41 1955, Sociologie actuelle de l’Afrique noire : changements sociaux au Gabon et au Congo, Paris, PUF (la seconde édition, 1963, porte comme sous-titre Dynamique sociale en Afrique centrale) ; Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, A. Colin (seconde édition augmentée, Paris, Presses FNSP, 1985).

42 En fait il utilise le terme anthropologie pour la première fois en titre, semble-t-il, en 1959 dans « Étude interdisciplinaire et contribution de l’anthropologie » in Changements techniques, économiques et sociaux. Étude théorique, Paris, PUF, mais voir surtout Anthropologie politique, Paris, PUF, 1967.

43 C’est la première ligne de 1952, « Contribution à une sociologie de la dépendance », Cahiers internationaux de sociologie, XII, p. 47‑69.

44 Voir 1954, « Sociologie de la colonisation et relations entre sociétés globales », Cahiers internationaux de sociologie, XVII, p. 17‑31.

45 In 1956 (dir.), Le ‘Tiers-Monde’. Sous-développement et développement, Paris, PUF-INED. G. Balandier signale en 1977, dans Histoire d’Autres, (Paris, Stock), qu’il a rencontré Frantz Fanon, à sa demande, en 1952 après la parution de Peaux noires, masques blancs. (Paris, Le Seuil). F. Fanon a cité G. Balandier dans ce livre. Malgré son rôle symbolique de diffuseur d’une expression déjà post-coloniale, on ne peut pas considérer G. Balandier comme tiers mondiste.

46 In Gurvitch G. (dir.)1960, Traité de sociologie, t. 2, Paris, PUF, p. 446‑462. Cet ouvrage comprend également deux autres contributions de G. Balandier et des contributions de R. Bastide et P. Mercier sur des thèmes proches. Voir la réédition du Traité en 2007 aux mêmes éditions.

47 Voir certains de ces textes réunis dans 1971, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PUF. En tant que spécialiste des populations Kongo il interviendra à l’occasion des crises de l’indépendance du Congo belge : voir « Indépendance ratée : pourquoi le Congo ? » in Civilisés, dit-on, Paris, PUF, p. 117‑122, paru le 3 décembre 1964 dans Le Nouvel Observateur.

48 Voir sa préface in Smouts M.‑C. (dir.), La situation postcoloniale, op. cit., p. 24.

49 Ils sont co-signataires de leur premier ouvrage professionnel tiré de leurs enquêtes menées conjointement en 1946 lors de leur séjour commun à Dakar : 1952, Particularisme et évolution. Les pécheurs Lébou, Saint-Louis du Sénégal, IFAN. On peut se demander pourquoi un anthropologue qui a été directeur d’études à la VIe section de l’EPHE pendant vingt ans, qui a signé quelques publications significatives dont une Histoire de l’Anthropologie, Paris, PUF, 1966, est qualifié par Florence Weber comme élève de G. Balandier (op. cit., p. 269) ! Cette erreur, comme d’autres jugements, ainsi que l’orientation historique adoptée, soulève la question du sérieux de 2015, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, « Champs essais », Flammarion, qui évoque plus la situation disciplinaire d’avant 1990 que le désordre de la globalisation anthropologique mondiale actuelle. Toutefois elle consacre de nombreuses pages aux relations entre la discipline et la colonisation, p. 245‑266.

50 Voir ses nombreux articles et études parus entre 1952 et 1965 et notamment 1955, « Le groupement européen de Dakar : orientations d’une enquête », Cahiers internationaux de sociologie, XIX, p. 130‑146 qui répond au souhait de M. Leiris émis cinq ans plus tôt. Son doctorat d’État soutenu en 1968 comporte une thèse principale sur une ethnie du Dahomey en situation de tribalisme (Tradition, changement, histoire. Les ‘Somba’ du Dahomey septentrional, Paris, Anthropos) et une thèse complémentaire consacrée à la sociologie de Dakar. Voir également le numéro 51/1973, Villes africaines des Cahiers d’Études africaines, dirigé par P. Mercier et G. Sautter, qui évoque le devenir des études africanistes urbaines françaises depuis un quart de siècle.

51 Voir par exemple G. Balandier, 1959, « Tendances de l’ethnologie française I », Cahiers internationaux de sociologie, XXVII, p. 11‑22 (une courte contribution de l’ethnologue, Germaine Dieterlen, collaboratrice de M. Griaule, est publiée à la suite) et 1974, Anthropologiques, Paris, PUF d’une part et les contributions de P. Mercier au Traité de G. Gurvitch, « Compénétration des méthodes ethnologiques et sociologiques », op. cit., p. 434‑445 et à J. Poirier (dir.), 1968, « Anthropologie sociale et culturelle », Ethnologie générale, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, p. 881‑1036. Voir également notre communication, 2012, « Ethnologie, anthropologie ou sociologie ? Jeux et enjeux disciplinaires selon G. Balandier et P. Mercier au mitan du xxe siècle » (colloque « L’IFAN. Histoire d’un Institut entre science et patrimoine en Afrique de l’Ouest », musée du Quai Branly).

52 Signalons que c’est C. Lévi‑Strauss qui rédige un compte rendu très élogieux de Sociologie des Brazzavilles noires dans la Revue française de science politique en 1956, vol. VI (1), p. 177‑179.

53 Voir Copans J., 2001, « La ‘situation coloniale’ de G. Balandier : notion conjoncturelle ou modèle sociologique historique ? », Cahiers internationaux de sociologie, CX, p. 31‑52 et notre chapitre II « La ‘situation’ coloniale de départ » in Georges Balandier, op. cit., p. 79‑105.

54 Voir le recueil de ses articles, P. Bourdieu, 2008, Esquisses algériennnes, textes édités et présentés par Tassadit Yacine, Paris, Le Seuil et l’étude d’Enrique Martin‑Criado, 2008, Les deux Algéries de Pierre Bourdieu, Bellecombe-en-Bauges, éditions du croquant. Voir également notre communication « L’œuvre algérienne de P. Bourdieu. Ou comment jouer à l’ethnologue-anthropologue en marge des dynamiques disciplinaires françaises et internationales » (Colloque « Théories de la pratique : Bourdieu et la sociologie », Amiens, 2008). P. Bourdieu est assez explicite lorsqu’il expose sa réflexivité d’une enquête ethno-sociologique menée en temps de guerre mais il attendra… 2004 pour décrire sa pratique de terrain dans une œuvre de fait posthume, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir. Il n’a contribué en aucune façon au mouvement de critique de l’ethnologie coloniale et post-coloniale que ce soit dans les années 1960 ou à partir des années 1990 lorsque les ‘terrains sensibles’ sont redevenus d’actualité.

55 La liste des travaux de P. Bourdieu sur l’Algérie comporte 34 titres : voir Esquisses…, op. cit. p. 389‑391.

56 Il cite l’article de G. Balandier et dans son texte et en bibliographie de la première édition de son Que sais-je ?, 1958, Sociologie de l’Algérie, Paris, PUF. mais dès la seconde édition en 1961 cette référence disparaît complètement et l’édition actuelle de 2012 (1961 réactualisée) comporte un dernier chapitre tout à fait différent intitulé « L’aliénation » (Le système colonial ; la société coloniale ; la déculturation et la structure des rapports de classe) qui a peu à voir avec la première version intitulée « Désagrégation et désarroi » (Acculturation et situation coloniale ; bouleversement total et totalité bouleversée). Les six références d’anthropologie culturelle américaine ont disparu ainsi que la mention de l’ouvrage dirigé par André Leroi-Gourhan et Jean Poirier (voir note 25). mais la base ethnologique de l’ouvrage est toujours la même, d’origine coloniale ! Plus tard il cite le texte de M. Leiris de 1950 lorsqu’il commente l’engagement et l’utilité de l’ethnologie dans ces enquêtes : voir P. Bourdieu, 1963, « Avant-propos » in P. Bourdieu et al., Travail et travailleurs en Algérie, Paris-La Haye, Mouton.

57 Voir « Les conditions sociales de la production sociologique : sociologie coloniale et décolonisation de la sociologie » in Le mal de voir. Ethnologie et orientalisme : politique et épistémologie, critique et auto-critique, Cahiers Jussieu, 2, 10/18, p. 416‑427.

58 P. Bourdieu insiste sur le rôle de ‘conscientisation’ que devrait jouer son Que sais-je ? pour les intellectuels et militants français et il adopte une position très critique à l’égard des ‘porteurs de valise’ et ‘signataires de pétition’. Il insiste à plusieurs reprises dans ses autres textes sur ‘l’oubli’ de la situation coloniale par Germaine Tillion qui a étudié une région, les Aurès, peu touchée par la présence coloniale dans les années 1930. Cela dit, P. Bourdieu, après son séjour d’Algérie en 1960, ne participe guère à ‘la lutte pour la paix en Algérie’. Ni lui ni G. Balandier ne signeront le célèbre manifeste des 121 alors que M. Leiris en est l’un des premiers signataires ! Cependant il continue à conserver ses amitiés et ses collaborations algériennes d’abord avec le sociologue Abdelmalek Sayad qui est devenu son collègue puis avec les écrivains berbères comme Mouloud Mammeri. Enfin Il s’occupera très activement des intellectuels et chercheurs algériens pour leur venue et installation en France au moment de leur exil dû aux violences et aux assassinats des années 1990.

59 Voir Mendras H., 1995, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.

60 Voir les références de leurs travaux aux notes 9 et 28. A. Kuper précise de son côté, à propos des anthropologues britanniques, que « […] les anthropologues ne traitèrent pas l’ensemble de la situation coloniale avec érudition. Ainsi, par exemple, peu d’entre eux mentionnèrent la présence des coloniaux et des administrateurs et cette absence retirait à leurs travaux une dimension essentielle et vivante de la réalité. », op. cit., p. 141. Les historiens oublient souvent de lier la question de la décolonisation de l’histoire coloniale à celle du rôle des sciences sociales qui examinent les situations contemporaines et ‘actuelles’ de l’époque.

61 G. Balandier ne rédige pas de monographie ethnologique totalisante même si la demande administrative au fondement de ses enquêtes l’amène à mettre son nez partout et à détailler en fin de compte l’ensemble de la culture des Fang et des Ba-kongo.

62 Rappelons qu’il passe en revue des travaux provenant de toutes les sciences sociales (histoire, géographie, ethnologie, sociologie) dans son article. Voir notre analyse dans notre article cité plus haut.

63 Voir par exemple l’article d’Alain Touraine 1981, « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, XXII, p. 3‑13. Plus tard François Dubet poussera cette problématique bien plus loin, comme bien d’autres sociologues, en un sens postmodernes : voir Danilio Martuccelli et F. Dubet (1998), Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil.

64 En effet G. Balandier découvre le texte au moment de la correction des épreuves de son article puisqu’il l’introduit sous l’appel de note 67bis.

65 C’est le titre que G. Balandier donne à sa chronique qui rend compte du recueil Miroir de l’Afrique paru dans le journal Le Monde des Livres du 26 février 1996, repris dans Civilisés, dit-on, op. cit., p. 37‑40.

66 Les connivences littéraires de G. Balandier en font le vulgarisateur français des littératures orales et modernes africaines jusqu’en 1968. C’est à ce titre qu’il contribue au tome I de l’Histoire des littératures dirigée par Raymond Queneau dans l’Encyclopédie de la Pléiade publié en 1955 et dans le Dictionnaire des civilisations africaines , Paris, Hazan, 1968, qu’il co-dirige avec Jean‑Jacques Maquet.

67 Voir Mercier P. et al., 1954, L’agglomération dakaroise : quelques aspects sociologiques et démographiques, Dakar, IFAN, sa dizaine d’articles publiés ensuite et sa thèse complémentaire de 1968, Contribution à la sociologie des villes. Une édition commentée de cette dernière est en préparation par mes soins.

68 D. Cuche, « L’étude des relations interethniques dans l’œuvre de Roger Bastide », Bastidiana, 23‑24, 1998, p. 158. R. Bastide développe un cadre théorique plus complexe que G. Balandier en utilisant notamment la distinction entre causalité interne et causalité externe.

69 Les thèmes abordés par le sociologue dans ses textes algériens sont la culture ethnologique kabyle (la parenté, le mariage, la maison, la littérature orale), l’anthropologie économique du travail (et du chômage) chez les paysans, les ouvriers ou prolétaires et enfin les regroupements de population. R. Aron le prend sous sa protection et le fait revenir en 1960 pour qu’il devienne son assistant. Il lui déconseille fortement de faire une thèse d’État sur ses terrains algériens !

70 Voir son essai Esquisse…, op. cit. ainsi que les commentaires de Tassadit Yacine en tant qu’éditrice des Esquisses algériennes, op. cit. et d’E. Martin Criado, Les deux Algéries…, op. cit.

71 Titre de la conclusion de sa première édition de son Que sais-je ?, p. 116.

72 Paris, Éditions de Minuit. Il s’agit d’une totale réécriture de ses contributions à l’ouvrage collectif qu’il a co-dirigé en 1963.

73 Je qualifie ainsi ses textes d’ethnologie kabyle (pour reprendre sa propre expression) publiés en 1970 et 1972. Il ‘dialogue’ ouvertement avec C. Lévi-Strauss et on est loin du ‘déracinement’.

74 Voir la note page 117 (1958).

75 Voir L’Algérie en 1957, Paris, Éditions de Minuit. Le titre choisi par Bourdieu pour son propre ouvrage plus tard résonne comme un écho. Pour mieux comprendre les points de vue et les prises de position de G. Tillion il faut se reporter au recueil de textes assuré par Tzvetan Todorov, Germaine Tillion, Fragments de ma vie, Paris, Seuil, 2009 et notamment au chapitre V « La guerre d’Algérie (1954-1957) » y compris les notices de Todorov, p. 281‑282 et p. 343‑344. Rappelons que pendant les trois premières années du conflit G. Tillion intervient, parfois au risque de sa vie, dans des enquêtes sur les prisons en Algérie ou des négociations, très discutables pour certains, avec le FLN. En 1958 elle est élue à la VIe section de l’EPHE et commence à enseigner l’ethnologie du Maghreb.

76 Citons 1962, « Les mythes politiques de colonisation et de décolonisation en Afrique », Cahiers internationaux de sociologie, XXXIII, p. 85-96 ou encore 1964 « Réflexions sur le fait politique : le cas des sociétés africaines », Cahiers internationaux de sociologie, XXXVII, p. 25‑50.

77 A. G. Haudricourt est membre du Parti Communiste Français ! Certains des auteurs de cet ouvrage peuvent être d’ailleurs classé à gauche comme C. Condominas très proche de Haudricourt. Parmi les contributeurs africanistes on relève les noms de Paul-Henry Chombart de Lauw, Jean-Paul Lebeuf, Jean Rouch, Denise Paulme, Hubert Deschamps. G. Balandier n’a pas été invité à y écrire et il m’a avoué qu’il n’y aurait pas contribué de toutes les manières.

78 Lire l’ouvrage remarquable de Nguyen Phuong Ngoc, 2012, À l’origine de l’anthropologie au Vietnam. Recherche sur les auteurs de la première moitié du xxe siècle, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

79 Rappelons que dans l’empire britannique l’Inde est indépendante depuis déjà 1947 et que le Ghana est sur la même voie, devenant indépendant en 1957.

80 Tous ces titres sont des ouvrages publiés par G. Balandier, notamment aux éditions Fayard.

81 Claude Meillassoux va devenir, au cours des décennies suivantes, l’un des artisans d’une anthropologie économique marxiste et de l’anthropologie historique de l’esclavage ouest-africain. Élève de G. Balandier il conduit son premier terrain chez les Gouro de Côte d’Ivoire en 1958-1959 dans une ‘situation’ encore formellement coloniale. G. Balandier signale, à au moins trois reprises dans ses témoignages autobiographiques, sa participation à ‘l’installation’ de ce dernier (avec Ariane Deluze) sur son terrain. Mais l’objet de sa recherche, une économie d’auto-subsistance, le conduit à utiliser un langage plutôt neutre pour décrire ‘la contrainte coloniale’. En effet les deux derniers chapitres de sa thèse portent sur l’économie coloniale et l’agriculture commerciale mais il n’analyse pas la ‘situation coloniale’ globalement en tant que telle. Dans sa conclusion il concède que l’ethnologie l’enferme dans un cadre étroit. S’interrogeant sur les limites du système qui intègre et détermine les Gouro au moment de son étude il note : « À cette échelle la société gouro devient minuscule et ne représente plus qu’une population parmi d’autres, soumise à des décisiosn d’ordre national et, à travers elle, à la pression uniforme de l’économie mondiale » (Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire, Paris-La Haye, Mouton, p. 352). Il cite dans sa bibliographie les deux grands ouvrages de G. Balandier de 1955 en conclusion une phrase tirée de Sociologie actuelle… qui provient du premier chapitre qui n’est que la reprise de l’article de 1951. Ce sociologisme prudent ne l’empêche pas de manifester par ailleurs dès cette même époque un vigoureux anti-impérialisme, en un sens méta-colonial : voir ses deux études parues en 1961 et 1963 sous des pseudonymes et reprises en 1966 sous le titre, Thomas Munzer et E. Laplace, L’Afrique recolonisée ?, Cahiers du centre d’études socialistes, n° 64‑68.

82 Ce retard ou décalage est plus général puisqu’il touche tout d’abord l’histoire de France. Voir la grande dizaine d’années qui séparent la parution des chefs-d’œuvre de Edward P. Thompson et de Michelle Perrot par exemple. Citons parmi les historiens anglo-saxons qui révolutionnèrent l’histoire sociale coloniale à partir des années 1970, Terence Ranger (qui se fit expulser de la Rhodésie du Nord), John Lonsdale, Frederick Cooper ou encore le sud-africain Charles van Onselen.

83 Voir Bayart J.-F., 1979, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la FNSP et Mbembe A., 1996, La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun (1920-1960). Histoire des usages en colonie, Paris, Karthala.

84 Voir Mbembe A., 2000, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala et Bayart J.‑F., 2010, Les études postcoloniales. Un carnaval académique, Paris, Karthala

85 Je n’ai pas la place pour évoquer ces polémiques et ces diffamations, auquelles j’ai été lié, mais je ne peux m’empêcher de contester très fortement les positions de deux des contributrices à l’ouvrage dirigé par Ferro Marc (dir.), 2003, Le livre noir du colonialisme. xviexxie : de l’extermination à la repentance, Paris, R. Laffont. Non seulement aucun des historiens africanistes contributeurs, pourtant de gauche comme Catherine Coquery-Vidrovitch, Elikia M’Bokolo et Yves Bénot, ne citent l’article de G. Balandier mais certains vont jusqu’à faire un contre-sens complet et insultant à propos de son implication dans la fondation et la publication de la revue Présence africaine. Ce postcolonialisme amnésique semble très courant chez les partisans français de cette orientation. Voir les remarques de J.‑F. Bayart sur ce point.

86 In Au pied du Mont Kenya, Paris, F. Maspero, 1960 [1938], p. 7‑21. Pour marquer l’anti-colonialisme (pourtant discuté et discutable) du texte l’éditeur (et/ou le préfacier ?) ont retiré l’introduction de B. Malinowski à l’édition du mémoire de M. A. de son étudiant ! Voir sur toute cette question le remarquable article d’Anne‑Marie Peatrik, « Le singulier destin de Facing Mount Kenya. The Tribal Life of the Gikuyu (1938). de Jomo Kenyatta. Une contribution à l’anthropologie des savoirs », L’Homme, 2014/4, 212, p. 71‑108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « M. Leiris, G. Balandier face à la situation coloniale des sociétés africaines des années 1950 »Revue des sciences sociales, 56 | 2016, 68-79.

Référence électronique

Jean Copans, « M. Leiris, G. Balandier face à la situation coloniale des sociétés africaines des années 1950 »Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 10 juillet 2018, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.418

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Ancien professeur émérite de sociologie
Université Paris Descartes

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals