Navigation – Plan du site
Le temps de la désignation à une place

Être désigné et faire sa place en politique

To Be Nominated and to Make Its Place in Politics
Sylvie Guigon et Dominique Jacques-Jouvenot
p. 52-59

Résumés

Dans cet article, les auteures montrent comment se construisent les trajectoires de certains élus et/ou militants politiques. Contrairement à ce qui a déjà pu être constaté dans les métiers patrimoniaux où la place est transmise à un successeur désigné, ces acteurs en politique n’héritent pas d’une place mais doivent s’en faire une lorsqu’ils adhèrent à une association, un syndicat ou un parti politique. Pour y parvenir, il est nécessaire de maîtriser la parole politique. Ces prises de parole en public permettent alors d’être repéré par ses pairs, d’être habilité comme orateur compétent et enfin d’être désigné pour occuper une place dans l’organisation. La place, une fois acquise, peut alors permettre de prétendre à un mandat électif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La promotion du Master2 Administration publique, politiques publiques de l’UFR Sciences juridiques, (...)

1Cet article propose, à la manière de H. S. Becker (1985), d’appréhender les modalités d’entrée en politique à partir d’une enquête qualitative conduite auprès de 10 interviewés occupant des mandats politiques divers (députée, sénateur, maire, etc.)1. Toutefois, il ne s’agira pas ici d’interroger le concept de profession dans le monde politique (Weber 2003), en analysant notamment la carrière de professionnels de la politique (Birnbaum 1977, Bargel 2011, Gaxie 2015) ou en se demandant quels sont les savoirs et compétences nécessaires à l’exercice d’une activité d’élu(e) (Achin 2007, Demazière 2009). Cette approche s’inscrit dans la perspective que nous développons sur la transmission des savoirs et des normes dans le champ des professions patrimoniales (Jacques-Jouvenot 1997 ; Jacques-Jouvenot, Vieille-Marchiset 2012). Celle-ci accorde une place décisive au processus de désignation. En effet, nous avons montré ailleurs que la désignation d’un successeur professionnel est l’acte social premier de la transmission d’une place (Jacques-Jouvenot 1997). C’est-à-dire que dans les métiers patrimoniaux, la désignation enclenche le processus de transmission en orientant le parcours de socialisation familiale, scolaire et professionnelle. Durant ce parcours, le désigné s’approprie les savoirs qui lui permettent l’accès à la place dans le groupe professionnel. Cette place lui a été attribuée dès la désignation. Nous avons voulu observer si se retrouvait un processus identique dans le monde politique. Il s’avère que s’il existe aussi une modalité de désignation pour entrer en politique, le processus de transmission est inversé : la désignation arrive ici à la suite de l’appropriation des savoirs. De plus, la place n’est pas donnée d’avance, elle est à conquérir. Il faut réussir à faire sa place. Pour parvenir à cet objectif, il apparaît qu’un des savoirs indispensables à maîtriser concerne l’appropriation de la parole politique. Celle-ci circule en effet comme un savoir au sein de différentes instances de socialisation (Percheron 1997, Muxel 2001).

2Il ne s’agit donc pas d’analyser des carrières de professionnels de la politique mais des carrières en politique au sens rappelé par D. Gaxie (2005 : 176), à savoir « un système d’interactions inscrit dans des structures et produisant une suite d’événements, d’expériences, de positions et de réalisations ».

3Nous verrons que le processus d’appropriation se déroule progressivement : d’abord naît l’appétence pour le monde politique, puis la rencontre du jeune avec un ou des « guides » crée les conditions sociales lui permettant de « s’y voir » (Jorion, Delbos 1990), c’est-à-dire de se projeter dans un futur proche où il pourra prendre la parole en public. Armé de cette nouvelle compétence, le jeune s’engage dans une organisation politique. Il est alors disposé à être désigné. Désigner signifie ici donner une autorisation à parler et agir dans l’espace public.

Des auditeurs silencieux dans l’espace familial

4L’enquête que nous avons conduite constate ce que de nombreux auteurs avant nous ont démontré, à savoir la place importante de la famille dans la socialisation des jeunes (Bargel, Darmon 2017). Le monde politique n’échappe pas, comme d’autres mondes professionnels, à la naturalisation des savoirs (Jacques-Jouvenot, Schepens 2009). Dans le monde politique, la formule « ça a toujours fait partie de ma vie » est l’équivalent « d’avoir ça dans le sang » pour les paysans (Jacques-Jouvenot 1997), « d’avoir le don pour ça » (Lioger 1993) dans le cas des radiesthésistes ou encore « d’avoir la vocation » chez les prêtres étudiés par C. Suaud (1975). Ces rhétoriques nous invitent à regarder de plus près ce fameux « ça » que les acteurs disent posséder « naturellement » pour saisir les modalités d’un éventuel acte de désignation en politique. Certains travaux montrent que dans les familles où, soit les parents, soit l’un des deux sont engagés politiquement, l’un des enfants est désigné pour « être le dépositaire d’une mémoire familiale d’engagement » (Pagis 2009). Cette situation est, du point de vue de la désignation, analogue à celle que nous avons rencontrée dans les métiers patrimoniaux. Qu’en est-il dans les familles que nous observons où les parents sont peu ou pas engagés ?

  • 2 Charles de Gaulle (1890-1970), président de la République sous la Ve de 1959 à 1969 ; F. Mitterrand (...)
  • 3 H. Bouchardeau (1935-), secrétaire nationale du PSU de 1979 à 1983, ministre de l’environnement de (...)
  • 4 C. Piaget (1928-), ancien syndiqué CFDT qui sera un des leaders du mouvement des LIP à Besançon qui (...)

5La lecture empirique des entretiens montre que nos interviewés sont tous originaires de familles non engagées politiquement. Tous font cependant référence à des souvenirs d’enfance qui rappellent leur première relation avec le monde de la politique. Ces souvenirs englobent des noms de personnages politiques devenus présidents de la République (Charles de Gaulle, François Mitterrand)2, des ex-ministres ayant exercé un mandat local (Huguette Bouchardeau)3 ou des militants syndicaux ayant joué un rôle actif dans des mouvements sociaux (Charles Piaget)4, mais aussi des dates (1981 et l’arrivée de la gauche au pouvoir, l’affaire LIP qui débute en 1973 à Besançon, etc.) évoquées par les acteurs comme des repères relatifs à une présence du politique dans leur très jeune enfance.

6Dans notre échantillon, huit interviewés sur dix font état d’un intérêt manifesté assez jeune pour ces débats politiques en famille alors que deux d’entre eux ne font aucune référence à cette présence du politique dans leur famille d’origine. Pour tous les autres, dès l’enfance, en CM1-CM2, vers 10-12 ans, les débats familiaux apparaissent comme un monde à découvrir et à comprendre.

7Les deux interviewés pour qui les débats familiaux sont absents font référence à des événements qui les ont marqués dans leur jeunesse et qu’ils considèrent être au cœur de leur engagement politique actuel (le premier rappelle l’élection de M. Le Pen à la présidence du FN et le second fait référence au référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe en 2005) :

« Un des souvenirs qui a à voir avec mon engagement en politique, c’est sans doute le référendum de 2005… Sarkozy qui fait passer le traité de Lisbonne en plus en 2007 c’était pour moi une trahison au peuple français… Et là je me suis dit : “il faut respecter le peuple”. C’est un événement qui a directement influencé mon envie de faire de la politique » (Interviewé n° 6, homme, 25 ans, étudiant en Master, pas de mandat électoral, adhérent et militant aux Patriotes, ancien membre du FN).

8Ainsi, l’ensemble des interviewés situe leur premier intérêt pour la politique dans cette période de préadolescence signalée dans les travaux d’A. Percheron (1997) : « du point de vue de la socialisation politique, la période décisive court entre 10-11 ans et 16 ans ».

9Les interviewés qui situent leur appétence pour le politique dans la parole politique familiale entendent par là aussi bien des discussions à bâtons rompus, que des prises de position fermes liées à des convictions de certains membres de la famille qui entraînent quelquefois des disputes et des ruptures entre leurs parents et d’autres membres de la famille (cousins, oncles, tantes, etc.). La parole politique est identifiée comme étant celle qui passe principalement par des commentaires d’événements (élections, événements internationaux) et des appréciations sur certains personnages politiques. Pour le jeune apprenant, ces discussions familiales apparaissent comme des moments d’observation, d’attente, qui donnent envie de participer :

« Je vois encore mon père et mon oncle qui avaient quitté la ferme pour travailler en ville et quand ils revenaient voir leur autre frère à la campagne, les discussions étaient toujours un peu chaudes, tendues et eux se rendaient compte que les rapports de classe existaient encore. En 73 y’a l’affaire LIP, cela a touché nos esprits de jeunes. On a appris plein de choses, on a eu des modèles, Charles Piaget qui nous donnait envie d’être avec eux, de les suivre, de suivre leur façon de penser » (Interviewé n° 3, homme, 60 ans, instituteur retraité, maire, membre du PS).

10Nos interviewés sont plus spectateurs qu’ils ne sont acteurs de ces scènes de famille :

« La politique était un sujet de débats dans ma famille… ça parlait politique aux repas de famille, ça oui ça parlait, c’était un sujet souvent à l’ordre du jour des repas de famille, oui absolument. C’était divisé, pas au sens de se bagarrer mais c’était un vrai débat d’idées, tout le monde n’avait pas les mêmes idées » (Interviewé n° 3).

11Le politique est vécu comme le monde des grands, et sans dire que ces jeunes sont des « récepteurs passifs » (Bargel, Darmon 2017) et bien qu’ils ne soient pas exclus des discussions, les jeunes apprenants ne prennent que très rarement part aux débats. C’est d’ailleurs ce que constate Annick Percheron dans son ouvrage sur la socialisation politique (1997) lorsqu’elle précise que, souvent, les parents considèrent la politique comme une affaire d’adultes. Ces réunions de famille « où ça parlait » donnent envie, suscitent le rejet ou l’adhésion, dans tous les cas, créent une appétence pour la question politique.

12On peut dès lors constater que du savoir politique circule dans l’ensemble des familles, qu’elles soient ou non engagées politiquement. Dans tous les cas, la famille est cette « carte de fond » sur laquelle viendront s’inscrire les événements successifs, ce décor – pour filer la métaphore théâtrale – plutôt qu’une injonction à s’engager en politique. En revanche, les effets du discours politique tenu par les adultes en famille ne sont pas les mêmes selon la présence ou l’absence d’une place à transmettre. Cette absence de place à transmettre dans le monde politique explique l’absence de désignation dans la famille.

Caractéristiques de nos interviewé·e·s :

Caractéristiques de nos interviewé·e·s :

De l’appétence à l’appropriation

13Bien que l’acte premier de la transmission – la désignation – ne soit pas repéré au sein de la famille, pour notre échantillon, certains enfants s’approprient quelque chose des savoirs politiques transmis. La famille ne désigne pas mais elle permet l’engagement politique pour certains.

14En effet, nous constatons que l’intérêt pour le monde politique, qui se concrétise par un engagement dans un second temps de la socialisation, est le plus souvent partagé par les membres de la fratrie. Dans l’enquête présentée ici, huit interviewés sur dix présentent une forme d’appropriation d’une culture politique familiale, les deux autres se présentent comme des premiers de lignée politique. L’intérêt transmis pour la politique touche, dans huit cas sur dix, l’ensemble d’une fratrie, même si celui-ci ne se traduit pas par un engagement pour l’ensemble des frères et sœurs de nos interviewés. Le terreau familial donne lieu à un engagement plus ou moins grand pour chacun des enfants des fratries de nos interviewés.

15La moitié de nos enquêtés ont au moins un membre de leur fratrie engagé en politique comme militant ou qui occupe un poste d’élu (n° 3, n° 4, n° 8, n° 9, n° 10) alors que 3 d’entre eux sont seuls dans leur fratrie à avoir transformé cette appétence du politique en engagement (n° 1, n° 5, n° 7).

16Deux interviewés (n° 2, n° 6) échappent à cette logique de transmission et se présentent comme des créateurs de lignée politique. Dans la mesure où ils sont issus de familles apolitiques alors qu’eux-mêmes se disent très intéressés par la politique, nous pouvons les qualifier, à la suite d’Anne Muxel (2001), de « désaffiliés politiques ». Ce sont des hommes jeunes de moins de 30 ans, membres des Patriotes et anciens adhérents du FN. Tous les deux sont issus de famille populaire et sont les seuls de leur fratrie à avoir fait des études supérieures. L’un comme l’autre inaugurent une lignée politique, non seulement par leur engagement dans un parti politique mais aussi par un processus de conviction des autres membres de la famille qui conduit les collatéraux et les ascendants à rejoindre le parti de l’enquêté. On parlera ici de transmission familiale inversée.

« J’ai deux sœurs, la plus jeune qui a 15 ans est adhérente aux Patriotes et a été pendant 1 an au FN. Au départ elle n’était pas trop impliquée mais elle a finalement accepté » (Interviewé n° 2, homme, 23 ans, étudiant en Master, pas de mandat électoral, ex-membre du FN, adhérent aux Patriotes).

17Contrairement aux autres interviewés, l’ambition politique vient en partie compléter une ascension sociale caractérisée par un accès aux études supérieures. L’un des deux déclare s’être construit politiquement en opposition à un professeur dont il désapprouvait les prises de positions politiques :

« Mon prof d’histoire de 1RE était clairement anti FN, on va dire que c’est lui qui a été le déclencheur et qui a fait que j’ai pris ma carte au Front National même si je l’aurais fait probablement dans les mois qui viennent » (Interviewé n° 2).

18Bien qu’au final il minimise le poids de ce contre-modèle dans sa volonté d’adhérer au Front National, il reconnaît que « c’est lui qui a été le déclencheur », un déclic qui dessine un engagement en politique par opposition. Le second de ces deux enquêtés s’est lui aussi engagé en politique à la suite du non-respect des résultats du référendum de 2005 par les dirigeants politiques en place.

La révélation d’une parole politique

19À partir de l’adolescence, nos interviewés indiquent que des « figures marquantes » ont ponctué leur parcours, à commencer par certains de leurs enseignants. Plusieurs travaux portant sur la socialisation politique (Percheron 1997, Muxel 2001, Braud 2018) ont déjà fait état du rôle éventuel des enseignants dans la socialisation politique des jeunes. Ils sont alors présentés comme des « agents de socialisation » qui, par le contenu de leur enseignement et/ou leur façon d’enseigner, peuvent contribuer à la construction des idées partisanes de leurs élèves.

  • 5 Notons ici qu’il n’est jamais question d’enseignantes car ce sont toujours des hommes qui ont marqu (...)

20En faisant référence à leurs enseignants, nous aurions pu supposer que nos interviewés ne feraient que confirmer cette forme d’influence. Or, si dans les entretiens, certains précisent le positionnement politique de leurs enseignants, ce n’est pas sur le terrain des idées politiques que le rôle de l’enseignant a été déterminant dans leur parcours. En effet, les personnes interrogées n’éprouvent pas une admiration béate pour cette « figure marquante ». Elles ne parlent pas non plus d’un mentor ayant eu une certaine emprise sur elles. Elles présentent ces enseignants5 comme des guides, c’est-à-dire des personnes qui les ont inspirées, voire impressionnées, qui les ont aidées à franchir le pas entre la prise de parole dans l’espace privé et dans l’espace public.

21Ainsi, ce n’est pas tant le contenu des propos de leurs enseignants que nos interviewés ont retenu, que leur capacité à défendre des convictions politiques devant un public (les élèves de la classe) parfois en désaccord avec eux, ainsi que leur talent d’orateur.

« La plupart de mes cours d’histoire étaient assez orientés politiquement à gauche, voire même communiste, les professeurs ne s’en cachaient même pas. Et mon prof d’histoire de 1re qui était clairement anti FN, qui osait afficher clairement ses idées politiques, et bien on va dire que c’est lui qui a été le déclencheur et qui a fait que j’ai pris ma carte au Front National. » (Interviewé n° 2)
 
« Au niveau scolaire, avec mon frère, on a eu des enseignants qui nous ont marqués, surtout un instit en CM1-CM2 qui reste un de mes modèles. Il était communiste et ne s’en cachait pas. C’était quelqu’un de remarquable. »
(Interviewé n° 3)
 
« Je me souviens à la fac de M. X qui est un très bon enseignant, cette aisance à parler sans notes durant son cours, à se promener dans l’amphi. Et oui c’était forcément extraordinaire et ça invite à une forme d’engagement politique. C’est une personnalité importante je pense. »
(Interviewé n° 4, homme, 50 ans, maître de conférences, maire, membre du SNESUP mais pas membre d’un parti politique)
 
« Au lycée, j’ai eu un enseignant d’histoire qui a joué un rôle important même si je ne savais pas de quel parti il était, ses idées… Mais c’était quelqu’un de très politisé. Il avait une certaine prestance, une certaine élégance qui m’a interpellé, un peu séduit si on peut dire ça comme ça. C’était une personne importante, une personne passionnée. »
(Interviewé n° 6)

22Nos interviewés sont, comme le dit l’un d’entre eux, « séduits », non pas par les convictions politiques de leurs enseignants (l’un d’eux allant même jusqu’à dire qu’il s’est positionné contre les idées de son professeur) mais par la façon qu’ils ont de discourir. C’est en quelque sorte la performance théâtrale qui les marque. La capacité, voire même l’audace de ces « guides », à défendre leurs idées en présentant une argumentation solide et cohérente fait prendre conscience à nos interviewés du pouvoir de la parole publique. Et c’est cela qu’ils retiendront plusieurs années après. La rencontre avec « ces figures marquantes » correspond au moment où nos interviewés ont une « révélation ». La révélation, selon la définition du dictionnaire, c’est « tout ce qui apparaît brusquement comme une connaissance nouvelle, de sensations ou de sentiments jamais éprouvés ». Ces enseignants « remarquables » contribuent à transformer nos interviewés : de spectateurs qu’ils étaient lors de la première phase de socialisation, ils se projettent en futurs « acteurs » de la vie politique. La sensation jamais encore éprouvée par eux, consiste à comprendre que la pratique du discours politique est un « art » que certains de leurs enseignants pratiquent plutôt bien. Et à partir de ce moment-là, ils commencent à « s’y voir » et intègrent l’idée qu’ils peuvent pratiquer à leur tour, notamment en prenant la parole en public.

23Ils se lancent alors dans des discussions politiques avec ces mêmes enseignants ou avec leurs camarades. Ils défendent leurs idées, n’hésitent pas à faire part de leurs convictions devant un auditoire qui reste, dans un premier temps, encore limité.

« Après mon lycée, j’ai fait mon service militaire et après je suis allé faire 3 mois de stage en Italie. Je me suis senti un peu obligé d’apprendre l’italien parce que mon maître de stage était antigaulliste. Je suis allé faire mon stage en 1969, donc pile pendant les événements autour de de Gaulle, et tous les matins mon maître de stage me sortait le journal avec les couvertures sur de Gaulle et je ne pouvais pas trop répondre comme je ne parlais pas un mot d’italien. Donc avec un de ses cousins, le soir, j’essayais d’apprendre l’italien pour pouvoir échanger. On avait déjà des bagarres orales franco-italiennes avec mon maître de stage. Lui était un démocrate-chrétien alors il expliquait que de Gaulle était contre l’Europe et contre d’autres choses et moi j’essayais de dénoncer ça. » (Interviewé n° 9, homme, 68 ans, sénateur, membre de Les Républicains)
 
« On parlait énormément politique avec mes amis, donc ça a renforcé mes choix politiques »
(Interviewé n° 5, homme, 26 ans, assistant parlementaire, membre de La République en Marche)
 
« À la fac, y a des enseignants qui ont été importants même si ces personnes ne partageaient pas du tout mes idées. Mais elles avaient un certain sens de la démocratie, de respecter les idées des autres, de débattre de façon honnête. »
(Interviewé n° 6).

24Ce positionnement politique assumé publiquement, et parfois devant des personnes qui leur sont hostiles, s’accompagne systématiquement de l’adhésion à un syndicat (lycéen, étudiant ou professionnel) et/ou à un parti politique. Cet acte peut être interprété comme la traduction concrète d’une conviction. Ces quelques extraits d’entretien confirment l’idée qu’une fois les convictions politiques assumées, l’adhésion à une organisation politique est la suite logique du parcours.

« Quand j’étais à l’IEP, le responsable de l’UNEF m’a proposé de prendre ma carte. Et moi j’étais honteuse de ne pas déjà avoir ma carte. Je ne trouvais pas ça bien, même si je ne militais pas spécialement. Et du coup, j’ai tout de suite dit oui, je trouvais ça tellement normal. Je pense que tout le monde devait avoir sa carte à l’UNEF. Même si on ne milite pas spécialement, on doit faire un choix. » (Interviewée n° 1, femme, 43 ans, formatrice, ex-députée, membre du PS).
 
« Après le bac, on rentre à l’école normale, on commence notre carrière professionnelle, on côtoie des enseignants, on fait des stages. Et là, de suite, on voit que niveau mutuelle, solidarité, on voit qu’on appartient à un corps, à une profession qui est très structurée. Il y a la mutuelle MGEN et le syndicat aussi, la FEN qui était une fédération nationale. C’était un syndicat de gauche, qui a été pour moi un moment important de ma politisation, et d’ailleurs j’étais dans la partie la plus à gauche de la FEN. »
(Interviewé n° 3)
 
« Après mon stage et mon service militaire, je me suis installé dans la profession comme agriculteur dans une ferme en associé avec mon frère. Pour se moderniser, il a fallu qu’on fasse des formations dans des organisations techniques et qu’on fasse partie du syndicat agricole. J’ai adhéré au syndicat agricole tout jeune, c’était le syndicat des aînés parce que les jeunes agriculteurs de l’époque, c’était un groupuscule de gauche donc je n’ai pas voulu adhérer aux jeunes. »
(Interviewé n° 9)
 
« J’ai pris ma carte à l’UDI au moment où Jean-Louis Borloo y était. Les idées du centre me parlaient mieux car il y a ce côté où l’humain reste le centre des préoccupations, où l’environnement est un sujet mondial. Ces valeurs étaient portées et bien portées par Jean-Louis Borloo. »
(Interviewée n° 10, femme, 50 ans, sénatrice, membre de l’UDI).

Se distinguer pour être désigné

25Toutefois, ce parcours d’engagé ne s’arrête pas là. L’acte d’adhésion à un syndicat et/ou un parti politique marque l’entrée dans un monde de « proches », « d’initiés », avec qui on partage les mêmes convictions. Il correspond à ce qu’Olivier Fillieule (2001) appelle le début de la carrière du militant qui « permet de travailler ensemble les questions des pré-dispositions au militantisme, du passage à – l’acte, des formes différenciées et variables dans le temps prises par l’engagement, de la multiplicité – des engagements le long du cycle de vie – défection(s) et déplacement(s) d’un collectif à l’autre, d’un type de militantisme à l’autre – et de la rétraction ou extension des engagements ». L’adhésion c’est donc le premier degré de l’engagement. Aussi, pour devenir un engagé actif, il faut le montrer et le faire savoir. S’agissant de nos interviewés, tous déclarent qu’ils ne sont pas restés dans l’anonymat une fois entrés dans une organisation politique. Leurs prises de parole, leurs discours, leur participation à des actions leur ont permis d’être repérés par des « anciens » ou des personnes plus « expérimentées » occupant déjà des responsabilités. Ainsi, c’est par la distinction qu’ils peuvent prétendre à une désignation.

« À l’IEP, j’ai fait un critérium, celui de Lille. Il y avait un mec là-bas, qui préparait le congrès de l’UNEF, qui me voit. J’avais gagné quelques courses et ce gars du coup m’a repéré. […] Au moment du congrès local de l’UNEF à la fac de Lyon, je me rappelle, il y avait plein de débats, je ne captais pas grand-chose. L’équipe qui a gagné était associée aux rocardiens du militantisme syndical. On était minoritaire en France, mais on avait déjà gagné Paris 1 et là on venait de gagner Lyon. Il fallait composer une équipe dans l’urgence. Et là, quelqu’un me demande si je veux bien faire secrétaire générale. Moi je n’y connaissais que dalle. Jusqu’à maintenant j’étais une militante de base qui distribuait des tracts et qui faisait bien ses devoirs en quelque sorte. Je n’avais jamais fait ça et je pensais que des gens voulaient le faire. Mais en réalité, ça n’intéressait personne. Donc je n’ai pas dit non car je ne voulais pas avoir l’air de me défiler. Je comprenais que je ne piquais la place de personne. » (Interviewée n° 1).
 
« Et là (au syndicat et au parti), j’ai rencontré des gens, et j’ai vu comment fonctionne un parti ou un syndicat. Au syndicat et parmi les collègues instituteurs, il y a des gens qui te poussent, qui te tirent, qui te font évoluer. »
(Interviewé n° 3).

26Mais il arrive aussi que les personnes soient repérées non pas à l’intérieur d’un parti politique mais parce qu’elles sont parvenues à se faire connaître et reconnaître comme membre actif et compétent dans un syndicat ou une association villageoise. Pour elles, la désignation se fait donc en deux temps. Ayant réussi à se distinguer et se faire une place dans l’une ou l’autre de ces organisations, elles sont alors désignées comme pouvant prétendre à une place dans le monde politique.

27Le parcours de l’interviewé n° 9 est, à cet égard, exemplaire :

« Très vite, j’ai pris un peu de poids dans le truc (le syndicat) et un jour le président de la FDSEA me dit qu’il a repris la chambre d’agriculture et qu’il en est le président et que je suis le seul pour présider la FDSEA à sa place. Je lui dis que je n’y connais rien et que de toute façon je ne veux pas. Ma ferme était en pleine expansion, j’étais jeune marié, j’avais deux enfants. Il est venu à la maison, j’ai encore refusé. Il m’a dit que c’était un autre qui allait prendre ma place et qu’il n’était pas assez qualifié et je lui ai dit que je ne voulais toujours pas. Le soir de l’élection, J.-M. G. se lève (il était persuadé que j’allais être candidat) et il commence à m’attaquer et à me critiquer. Je le connaissais même pas. J’avais rien fait de mal mais son but c’était même pas de se valoriser en tant que candidat mais c’était de me démolir. Alors je me suis levé et j’ai dit que je ne comptais pas être candidat mais vu qu’on vient de me vomir dessus, je suis candidat. J’ai été élu au 3e tour avec 1 voix en plus que l’autre candidat (c’était en 1984). Je pense que c’est parce que le président sortant était pas trop apprécié et que c’était lui qui était venu me chercher.
 
La FDSEA était en quasi cessation de paiement. J’ai redressé tout ça. C’est d’ailleurs comme ça que je me suis fait connaître dans le département. L’élection du président était annuelle et l’année d’après j’ai été élu presque à l’unanimité moins deux voix (le gars qui s’était présenté contre moi la première fois et l’un de ses soutiens). Et la troisième année, J.-M. G. et son soutien sont venus me voir chez moi pour s’excuser et me dire qu’à ma place, il n’aurait pas réussi à remonter la fédération et il m’a dit que lui et son soutien allait maintenant me soutenir à vie. En 1989, je me suis présenté à la présidence de la chambre d’agriculture. Ça a été ma première campagne électorale. (Interviewé n° 9)

28Puis, en 1992, le leader de droite de son département vient « chercher » ce représentant syndical pour qu’il se présente aux élections régionales. Dans un premier temps, il refuse catégoriquement mais après de nombreuses sollicitations, il demande aux membres de son syndicat s’ils acceptent que « leur président » se lance en politique. C’est, selon ses dires, un plébiscite de leur part (85 % des syndiqués du département votent pour). Il démissionne de la présidence du syndicat et est élu au conseil régional où il occupera le poste de vice-président. Il sera par la suite élu député de sa circonscription, puis maire d’une ville moyenne dans son département (durant 2 mandats) puis sénateur. Le passage du monde syndical agricole au monde politique a été possible grâce à une notoriété acquise localement.

29Quant aux interviewés n° 4 et n° 7, ils habitent dans des communes de moins de 1 000 habitants. Tous les deux sont des membres actifs dans des associations villageoises et sont, à cette occasion, en relation étroite avec le maire et l’ensemble du conseil municipal. Après plusieurs mois ou plusieurs années de militantisme dans ces structures associatives, ils sont « approchés » par le maire de la commune au moment des élections municipales pour se présenter sur sa liste. Ils acceptent, sont élus et occupent, dans un premier temps, une fonction d’adjoint au maire. Ayant fait preuve de leurs compétences durant leur premier mandat, ils sont alors sollicités pour conduire la liste aux élections suivantes. C’est ainsi qu’ils deviennent maire d’une commune sans avoir appartenu à une organisation partisane. Ce passage entre association et conseil municipal chez les néoruraux a bien été décrit par M. Agulhon et M. Bodiguel dans leur ouvrage (1981).

Être habilité à parler au nom du groupe politique

30Commence alors, pour tous nos interviewés, une nouvelle phase de socialisation qui est celle d’un apprentissage politique conduisant à une prise de responsabilités dans l’organisation et/ou à la préparation d’une éventuelle candidature pour des élections locales et/ou nationales. Durant cette étape, ils sont amenés à faire la preuve de leurs compétences. Ils doivent montrer qu’ils sont capables soit de « faire leur place », soit de succéder à la personne qui les a repérés (Jacques-Jouvenot 1997).

31Tout au long de cette période, les « aînés » encouragent les nouveaux entrants et les soutiennent lorsque des obstacles se présentent (apprendre à répondre à ses opposants, convaincre son auditoire, savoir bien occuper ses fonctions dans un poste à responsabilité, etc.). S’agissant de la période d’apprentissage, M. Stroobants (1993 : 310-314) précise que « tant que nous apprenons, nous affrontons des embûches évidentes, nous mesurons l’ampleur de la tâche […]. Il faut prouver de quoi on est capable », il faut accomplir « les actes qui signalent aux autres » que l’on est compétent. L’action du milieu ou de celui qui vous a désigné consiste alors à placer l’apprenti devant ces obstacles pour qu’il les entrevoie d’abord, qu’il les surmonte ensuite. « Le milieu social ne peut faire mieux que d’autoriser l’exercice de l’habileté ». Ainsi, selon M. Stroobants, c’est en réussissant à surmonter les épreuves, à résoudre les problèmes que l’apprenti devient « l’homme de la situation ». C’est alors qu’intervient l’habilitation c’est-à-dire l’opération qui autorise l’exercice d’une activité. C’est le moment où le savoir est considéré comme acquis et que l’apprenti « mérite » désormais sa place. Dans le cas qui nous occupe, l’habilitation à « faire de la politique », à parler au nom du groupe, est accordée par les « anciens » ou les « expérimentés ». Elle prend forme lorsque ces derniers proposent à « l’apprenti » l’investiture pour une élection.

  • 6 Bruno Retailleau est sénateur de la Vendée et préside le groupe Les Républicains (ex-UMP) au Sénat (...)

« Après avoir effectué mon premier mandat politique en tant que vice-président au conseil régional, arrive 2002 et les élections législatives. Il y avait 3 circonscriptions dans mon département (une bien à droite, une bien à gauche, et une autre plus tendance gauche). Les dirigeants du parti viennent alors me trouver et ils me disent qu’ils ont choisi une femme pour être candidate aux législatives mais finalement elle n’a pas voulu y aller donc ils sont revenus me voir et du coup j’y suis allé et le parti a voulu que je sois candidat à 147 voix. Finalement j’ai été élu mais je n’ai pas gagné avec une si large majorité parce que le député sortant était connu et j’ai gagné de 2000 voix (heureusement qu’il y a eu un vent favorable). Ensuite en 2007, c’est ma plus grande fierté, j’ai été élu de nouveau mais au premier tour dans une circonscription pas très facile. » (Interviewé n° 9)
 
« On m’a demandé de faire partie d’une liste pour les municipales en 2001. Je suis devenue adjointe à l’urbanisme et vice-présidente à la communauté de communes. Ensuite, j’ai pris la vice-présidence du syndicat départemental qui gère le traitement des ordures ménagères de tout le département. J’ai occupé cette fonction sur plusieurs mandats. Pour la campagne 2014, je me suis beaucoup investie pour le maire car on devait assurer le changement dans la continuité ; le maire, après 25 ans de mandat quittait son poste et souhaitait passer le flambeau à son 1
er adjoint et il fallait que la liste incarne quand même le changement. Deux ans avant l’élection de 2014, j’ai créé une association qui s’appelait « Émile Château d’Olonne ». Au départ, cette association regroupait une quinzaine d’élus et pendant 2 ans et demi on a porté la candidature du maire et on a mis en place un système de parrainage pour faire entrer de nouveaux membres et on a fini avec 180 adhérents. On organisait des réunions auxquelles assistaient environ 60-80 personnes pour leur expliquer nos projets. Ça a donné une utilité nouvelle sur le territoire. Et c’est là que Bruno Retailleau6 m’a sollicitée pour faire partie d’une liste aux sénatoriales en 2014 juste après les élections municipales. » (Interviewée n° 10)
 
« Alors mes débuts de militant… Le premier événement date de 2010 lors de la réforme des retraites lancée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Les nombreux blocus et manifestations populaires ont suscité de l’intérêt chez moi. Dans le même temps le Mouvement des jeunes socialistes m’a contacté pour me proposer de les rejoindre. J’ai assisté à quelques réunions. Environ 1 an après l’épisode des MJS, j’ai eu envie de rentrer dans une organisation politique dans le but d’obtenir une formation idéologique en accord avec moi-même, un construit intellectuel afin de pouvoir agir de manière coordonnée avec d’autres gens. Ainsi, je suis rentré en contact avec la fédération des jeunes communistes par le biais d’internet. J’ai alors été l’un des plus jeunes et un des premiers à y adhérer, puis rapidement nous étions une dizaine bénéficiant d’un soutien logistique national. Pendant 2 ans j’ai occupé le poste de secrétaire général des jeunes communistes du Doubs et j’étais amené à me rendre à Paris dans différentes réunions au siège du Parti communiste français et j’ai eu une formation militante classique au niveau local. Ensuite j’ai abandonné pendant un certain temps en raison de mes études. Puis l’on m’a proposé de me présenter à un poste non éligible sur la liste du maire PS actuel pour les élections municipales de 2014. C’est le parti qui a proposé cette position non éligible. J’ai donc été élu selon un scrutin mixte paritaire, en tant que suppléant 3
e délégué ». (Interviewé n° 8)

32Cette désignation, suivie d’un parcours d’épreuves qui aboutit à une habilitation par les « pairs », les « aînés », les « expérimentés » se retrouve dans le parcours de huit de nos interviewés.

33Pour les deux autres personnes interrogées, les étapes pour accéder à l’habilitation sont plus courtes et moins nombreuses. Ces deux interviewés sont les deux ex-militants du Front National. D’après la description qu’ils donnent de leur arrivée dans le militantisme, nous constatons que la période de mise à l’épreuve est très réduite, voire inexistante et que l’adhésion au parti équivaut presque à une habilitation. Il n’y a donc pas de réelle mise à l’épreuve avant d’obtenir sa place. Les responsables du FN semblent plutôt offrir une place aux militants assidus. Voici comment ces deux interviewés décrivent leur parcours au sein du parti :

« Alors j’ai pris ma carte au Front National en 2011 à l’âge de 16 ans et j’ai donc commencé à militer et à prendre des responsabilités en 2013, soit deux ans après mon adhésion. Mais aujourd’hui je poursuis mon engagement chez les Patriotes depuis septembre. Quand j’ai adhéré au Front National, j’étais mineur, j’avais peu de possibilités de participer aux réunions à cause des moyens de transport. Après deux ans, j’ai pu participer aux réunions plus régulièrement et je ne m’attendais pas à devenir responsable, voire candidat. On va dire qu’on m’a plus confié de responsabilités que je n’en ai demandé. Après, j’en suis fier et je ne regrette rien. » (Interviewé n° 2)
 
« Je me suis intéressé à la politique et je me suis dit qu’en 2014, début 2014 je vais m’engager, je vais prendre ma carte au FN. J’ai adhéré au FN, je ne connaissais aucun responsable, aucun militant à l’époque. J’avais une certaine crainte de ce que les gens pensaient, les gens cataloguaient le FN. Bref, j’ai adhéré et un responsable m’a contacté, un jeune responsable de la 5
e circonscription du Doubs du FN, pour une réunion à Besançon avec Sophie Montel, une eurodéputée. À l’époque, elle l’était pas encore mais elle était conseillère régionale. Elle était une figure importante pour moi. Je suis allé à la réunion. Ça s’est très bien passé. J’ai échangé avec Sophie, avec Robert, le secrétaire départemental du Doubs à l’époque. Jérémy, le responsable, m’a ensuite invité à plusieurs petites réunions locales dans la 5e circonscription, ce qui m’a fortement plu. Au fur et à mesure, on m’a confié des responsabilités, vu que j’étais quelqu’un d’apparemment sérieux. Tout d’abord pendant un an j’ai été nommé secrétaire du canton de Pontarlier, ensuite l’année suivante on m’a confié la responsabilité adjointe de la 5e circonscription et enfin la dernière année, on m’a confié carrément la responsabilité de cette 5e circonscription. » (Interviewé n° 6)

34Ces deux interviewés sont les seuls à s’être présentés à une élection locale et à ne pas avoir été élus. Toutefois, l’échec à l’élection ne remet pas en cause l’habilitation reçue. En effet, ils gardent toujours leur poste à responsabilité au sein du parti et se disent prêts à se représenter lors de nouvelles élections. Pour ces deux militants, fiers d’appartenir au FN et d’y avoir des responsabilités, la reconnaissance politique par leurs « pairs » semble leur assurer une certaine reconnaissance sociale. Tout se passe comme si, pour ces militants issus de milieu modeste et qui ont pour ambition de devenir des professionnels de la politique, le parti était l’un des moyens de s’élever socialement. Ce mode de fonctionnement à l’intérieur du FN n’est pas sans rappeler l’analyse faite par Daniel Gaxie (1977) il y a déjà 40 ans, et qui, reprenant l’idée des incitations sélectives développée par Mancur Olson (2011), montrait que le militantisme n’est pas complètement désintéressé : les organisations politiques et/ou syndicales proposent des rétributions individuelles à leurs militants pour récompenser leur investissement, voire même le renforcer. Dans un article de 2005, ce même auteur précise que « le militantisme est souvent une occasion d’affirmation et de valorisation de soi. Il permet à certains de trouver une utilité, une visibilité, un rôle social gratifiant. Il peut être l’occasion d’une revanche sur les expériences de désinsertion familiale ou professionnelle, de précarité, de chômage ou de marginalité » (2005 : 163). Toutefois, D. Gaxie n’oublie pas de souligner que les satisfactions engendrées par la défense de la cause pour laquelle on milite doivent aussi être pensées comme une forme de rétribution.

  • 7 Par partis « traditionnels » nous entendons des partis anciens, qui ont déjà de nombreux élus locau (...)

35Ainsi, l’entrée dans le monde politique (adhésion à un parti politique et/ou un syndicat) n’est pas l’aboutissement d’un parcours. Au contraire, dans ce monde dans lequel évoluent déjà des « initiés », la place n’est pas attribuée, elle se gagne. Or, nous avons pu constater que pour y parvenir, le processus est plus ou moins long. Pour nos interviewés qui ont fait le choix d’entrer dans des partis politiques « traditionnels »7, dans des syndicats ou des associations, ils ont d’abord dû sortir de l’anonymat en se faisant remarquer. C’est ainsi qu’ils ont réussi à être désignés pour prendre éventuellement une place. Mais avant de l’obtenir, ils ont « franchi des obstacles » et c’est une fois qu’ils ont démontré leur capacité à les surmonter qu’ils ont été habilités à se présenter à une élection.

36Pour les deux interviewés, ex-membres du Front National, leur adhésion et leur assiduité leur ont permis d’être rapidement désignés et habilités. La désignation et l’habilitation ont donc été simultanées. Ce processus accéléré s’explique notamment par l’organisation même de ce parti politique qui, au moment où nos interviewés y sont entrés, était à la recherche de cadres politiques. De nombreuses places étant disponibles, elles étaient donc plus faciles à prendre.

37En conclusion, nous dirons que si la désignation dans les métiers patrimoniaux est l’acte premier de la transmission des savoirs professionnels et ne concerne qu’un seul élu, la désignation existe dans l’engagement politique mais elle apparaît dans une autre temporalité, celle qui clôt le processus d’appropriation des savoirs. Elle concerne indifféremment les enfants d’une même fratrie. Ce n’est qu’après une appropriation des savoirs politiques par l’acteur et l’acquisition d’une compétence qui consiste à prendre la parole en public, transmise par les aînés en politique, que le jeune peut prétendre à occuper une place dans le monde politique. Ainsi, dans les métiers patrimoniaux, désigner signifie garantir quoi qu’il arrive une place à l’élu dans un temps différé, alors que dans le monde politique le temps de la désignation et celui de la transmission d’une place sont confondus.

Haut de page

Bibliographie

Achin C. et al. (2007), Sexes, genre et politique, Paris, Economica.

Agulhon M., Bodiguel M. (1981), Les associations au village, Actes Sud.

Bargel L., Darmon M. (2017), Socialisation politique : moments, instances, processus et définition du politique, <hal-01576832>.

Bargel L. (2009), Socialisation politique, in Fillieule O. (dir), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, p. 510-517.

Bargel L. (2011), « S’attacher à la politique. Carrières de jeunes socialistes professionnels », Sociétés contemporaines, 84, p. 79-102.

Becker H. S. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé.

Birnbaum P. (1977), Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Le Seuil.

Braud P. (2018), Sociologie politique, Paris, LGDJ.

Demazière D. (2009), Les élus locaux débutants, in Demazière D., Gadéa C. (dir), Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte, p. 197-207.

Fillieule O. (2001), « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel. Post-scriptum », Revue française de science politique, 51, 1, p. 199-215.

Gaxie D. (1973), Les professionnels de la politique, Paris, Presses universitaires de France.

Gaxie D. (1977), « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, 27, 1, p. 123-154.

Gaxie D. (2005), « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective », Revue suisse de science politique, 11, 1, p. 157-188.

Gaxie D. (2015), « Questionner la représentation politique », Savoir/Agir, 31, 1, p. 17-24.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D., Schepens F. (2009), La transmission des savoirs professionnels : enjeux méthodologiques et théoriques, in Burnay N., Klein A. (dir), Figures contemporaines de la transmission, Presses universitaires de Namur, p. 333-346.

Jacques-Jouvenot D., Vieille Marchiset G. (2012), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan.

Jorion P., Delbos G. (1990), La transmission des savoirs, Paris, Éditions MSH.

Lioger R. (1993), Sourciers et radiesthésistes ruraux, Lyon, Éditions PUL.

Muxel A. (2001), L’Expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po.

Olson M. (2011), Logique de l’action collective, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Pagis J. (2009), Les Incidences biographiques du militantisme en mai 1968. Une enquête sur deux générations familiales : des « soixante-huitards » et leurs enfants scolarisés dans deux écoles expérimentales (Vitruve et Ange-Guépin), thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Mauger G., École normale supérieure.

Percheron A. (1997), La socialisation politique, Paris, Armand Colin.

Suaud C. (1975), « L’imposition de la vocation sacerdotale », Actes de la recherche en sciences sociales, 1, 3, p. 2-17.

Stroobants M. (1993), Savoir-faire et compétences au travail. Une sociologie de la fabrication des aptitudes, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Weber M. (2003), Le savant et le politique, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 La promotion du Master2 Administration publique, politiques publiques de l’UFR Sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion de l’Université de Bourgogne Franche-Comté a procédé à une série de dix entretiens sociologiques sous la direction de S. Guigon et D. Jacques-Jouvenot au cours du mois de novembre 2017, afin de recueillir les discours d’élus et/ou de militants politiques qui ne vivent pas forcément de la politique. L’objectif de cette enquête était de comprendre quel avait été le parcours de ces interviewés avant de parvenir à briguer un mandat électif. Notons que, alors que tous nos interviewés se sont présentés à une élection locale et/ou nationale, 8 ont été élus, et 2 ne l’ont pas été.

2 Charles de Gaulle (1890-1970), président de la République sous la Ve de 1959 à 1969 ; F. Mitterrand (1916-1996), président de la République de 1981 à 1995.

3 H. Bouchardeau (1935-), secrétaire nationale du PSU de 1979 à 1983, ministre de l’environnement de 1984 à 1986, députée du Doubs de 1986 à 1993.

4 C. Piaget (1928-), ancien syndiqué CFDT qui sera un des leaders du mouvement des LIP à Besançon qui débute en 1973.

5 Notons ici qu’il n’est jamais question d’enseignantes car ce sont toujours des hommes qui ont marqué nos interviewé·e·s durant leur scolarité.

6 Bruno Retailleau est sénateur de la Vendée et préside le groupe Les Républicains (ex-UMP) au Sénat depuis 2014.

7 Par partis « traditionnels » nous entendons des partis anciens, qui ont déjà de nombreux élus locaux ou nationaux et où le nombre d’adhérents est ou a été important.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Caractéristiques de nos interviewé·e·s :
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/4250/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Guigon et Dominique Jacques-Jouvenot, « Être désigné et faire sa place en politique », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 52-59.

Référence électronique

Sylvie Guigon et Dominique Jacques-Jouvenot, « Être désigné et faire sa place en politique », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4250

Haut de page

Auteurs

Sylvie Guigon

Université Bourgogne Franche-Comté
sylvie.guigon[at]univ-fcomte.fr

Dominique Jacques-Jouvenot

Laboratoire de sociologie et d’anthropologie
(LaSA) EA3189
Université de Bourgogne Franche-Comté
dominique.jacques-jouvenot[at]univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals