Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Lu – à lireAurélie Choné et Catherine Repuss...

Lu – à lire

Aurélie Choné et Catherine Repussard (dir.), Des animaux et des hommes / Von Tieren und Menschen

Philippe Hamman
p. 156-157
Référence(s) :

Aurélie Choné et Catherine Repussard (dir.), Des animaux et des hommes / Von Tieren und Menschen, Recherches germaniques, Hors-série n° 10, 2015, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 266 p.

Texte intégral

  • 1 Pour un point, voir Roland Borgards (éd.), Tiere. Ein kulturwissenschaftliches Handbuch, Stuttgart, (...)

1La livraison du numéro thématique 2015 de la revue strasbourgeoise Recherches germaniques mérite clairement l’attention d’un lectorat de sciences sociales. Sous la direction d’Aurélie Choné et Catherine Repussard, toutes deux maîtres de conférences HDR en études germaniques à l’Université de Strasbourg (EA 1341 Études germaniques), ce dossier est consacré aux relations « des animaux et des hommes », notamment sous l’angle des human-animal studies1. De belle facture, il se recommande par un triple intérêt d’actualité.

  • 2 La Revue des sciences sociales y a consacré un dossier, « Éthique et santé », n° 39, 2008.

2Le premier est pleinement ancré dans le monde social et renvoie à la médiatisation ces derniers mois de scandales récurrents de « maltraitance » animale dans des abattoirs français : fermeture de l’établissement d’Alès dans le Gard en octobre 2015 après la diffusion, par une association militante de défense animale, d’images montrant des moutons saignés vivants, des porcs entassés et asphyxiés, etc. ; nouvelle révélation de la même association pour un autre abattoir du même département en février 2016, au Vigan, alors même – cruelle ironie – que cette entreprise est certifiée bio par Écocert fonctionne en circuit court ; ce qui a conduit l’État à lancer des contrôles dans quelques 250 abattoirs, avec pour effet de mettre régulièrement à jour des « manquements graves aux règles de la protection animale » conduisant à des mesures d’arrêts de chaînes d’abattage : on peut citer, parmi d’autres, Pontarlier en juillet 2016. Ces épisodes peuvent être lus comme des révélateurs d’une problématique plus large, celle des rapports hommes-animaux ou, dit autrement, entre humanité et animalité. Produire de la distance est d’autant plus bienvenu, en restituant la complexité de l’épaisseur du social dans une trame historique de long et de moyen terme. Ce questionnement vient rencontrer d’autres débats, tout aussi sensibles aujourd’hui, en particulier autour du post-humanisme et du rapport de l’homme à la technique, à l’instar des controverses éthiques sur les biotechnologies2. C’est en revenant sur l’arrière-plan de l’« animal-machine » de Descartes (1637) ou des études morphologiques de Goethe qu’une mise en abîme devient possible, et c’est l’objet de ce volume de la décliner, du xixe siècle à nos jours, au fil de douze textes, tous solidement charpentés et référencés, signés par des chercheurs en études germaniques, littérature, histoire et cultural studies.

  • 3 Pour une discussion récente, voir : Pierre Charbonnier, La fin d’un grand partage. Nature et sociét (...)
  • 4 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.
  • 5 Voir par exemple : Éric Navet, L’Occident barbare et la philosophie sauvage. Essai sur le mode d’êt (...)
  • 6 Bruno Latour, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte/ (...)

3Là apparaît un second intérêt majeur : la thématique fait non seulement écho à des pratiques sociales, mais également à la production des savoirs et, partant, à la posture du chercheur et ses approches. S’intéresser aux façons dont les sciences humaines et sociales – dans leur pluralité et dans les relations avec les sciences de la nature et du vivant – abordent l’animal(ité) renvoie là encore à trois séries de débats au moins : d’abord, la question du « Grand Partage » nature-culture, nature-société3, notamment déconstruit à la faveur de l’écologie des relations de Philippe Descola4 ; ensuite, les apports de l’ethnoécologie et des études post-coloniales, donnant la parole à des groupes invisibilisés dans leurs modes d’être, de penser et d’agir5 ; et ce, enfin, à l’heure où se développe le champ d’études des environmental humanities, posant la question paradigmatique de l’appréhension de l’imbrication entre humains et non-humains dans le cadre d’interactions en coévolution (on pense aux travaux récents de Bruno Latour ou Catherine et Raphaël Larrère, entre autres6).

  • 7 Voir les récentes publications collectives : Gabriele Dürbeck, Urte Stobbe (éd.), Ecocriticism. Ein (...)

4En même temps, évoquer ainsi de façon renouvelée les « Humanités » ouvre des pistes heuristiques, au demeurant aussi bien en Allemagne qu’en France7, en particulier grâce à des lectures interdisciplinaires et à la circulation internationale de modes d’analyse se fécondant mutuellement dans leur confrontation. C’est là le troisième apport central du volume, rassemblant, en trois langues selon les chapitres (français, allemand et anglais), des spécialistes français (des Universités de Strasbourg, de Lyon 2, et de Lorraine) et allemands (de Berlin et Munich), mais aussi des collègues de Suisse, des Pays-Bas, de Grèce et des États-Unis, conformément au projet éditorial de la revue, en tant que plate-forme de la germanistique internationale. De quoi saisir effectivement ces circulations en jeu, autour de trois entrées par lesquelles se déplie le questionnement et s’organise le numéro, avec quatre contributions à chaque fois, le tout précédé d’une introduction éclairante des deux coordinatrices : la construction des savoirs scientifiques sur l’animal, et notamment la question de l’expérimentation animale (textes de Jean-Michel Pouget, Françoise Willmann, Christian Kassung et Catherine Repussard) ; les représentations et les rôles des animaux dans les études littéraires et culturelles, dont le questionnement de l’anthropomorphisation de l’animal (Amir Zelinger, Aurélie Choné et Lucas Marco Gisi) et ses usages politiques (Jawad Daheur) ; et les interactions réciproques entre hommes et animaux, qui s’expriment, par exemple, dans la domestication ou l’imitation (Tanja Nusser, Kári Driscoll), dans l’influence sur l’écriture littéraire (Lucas Marco Gisi, Philippe Roepstorff-Robiano), mais aussi dans la violence biopolitique (Eleni Georgopoulou).

5Autant d’invites, en somme, à découvrir ce riche dossier, qui s’adresse à un public large en traversant les frontières disciplinaires classiques.

Haut de page

Notes

1 Pour un point, voir Roland Borgards (éd.), Tiere. Ein kulturwissenschaftliches Handbuch, Stuttgart, Metzler, 2015.

2 La Revue des sciences sociales y a consacré un dossier, « Éthique et santé », n° 39, 2008.

3 Pour une discussion récente, voir : Pierre Charbonnier, La fin d’un grand partage. Nature et société, de Durkheim à Descola, Paris, CNRS Éditions, 2015.

4 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

5 Voir par exemple : Éric Navet, L’Occident barbare et la philosophie sauvage. Essai sur le mode d’être et de penser des indiens Ojibwé, Paris, Éditions Homnisphère, 2007 ; Jacques Pouchepadass, « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, 156, 2000, p. 161‑186.

6 Bruno Latour, Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte/Les empêcheurs de penser en rond, 2015 ; Catherine Larrère, Raphaël Larrère, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte, 2015.

7 Voir les récentes publications collectives : Gabriele Dürbeck, Urte Stobbe (éd.), Ecocriticism. Eine Einführung, Köln, Böhlau Studien Bücher, 2015 ; Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman (dir.), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Aurélie Choné et Catherine Repussard (dir.), Des animaux et des hommes / Von Tieren und Menschen »Revue des sciences sociales, 56 | 2016, 156-157.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Aurélie Choné et Catherine Repussard (dir.), Des animaux et des hommes / Von Tieren und Menschen »Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.427

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

Professeur de sociologie
Institut d’urbanisme et d’aménagement régional – Laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (UMR 7363, CNRS / Unistra)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search