Navigation – Plan du site
Le temps de la désignation à une place

Les vignerons « installés-à-côté » de l’exploitation familiale

Faire sa place dans la lignée professionnelle
The Winemakers “Settled Next Door” to the Family Estate. Building a Place in the Professional Lineage
Christèle Assegond, Hélène Chazal et Françoise Sitnikoff
p. 70-77

Résumés

La transmission familiale de l’exploitation et de la place professionnelle est toujours le modèle largement privilégié dans le secteur viticole. Ce schéma inclut une désignation, une habilitation qui passe par la socialisation, familiale puis scolaire, au métier. Le processus de transmission à un hors cadre familial se fait différemment et plus tardivement mais dans les deux cas, le repreneur s’inscrit dans une filiation réelle ou symbolique et devient le dépositaire d’un héritage qu’il devra transmettre à son tour. Nous nous intéressons ici à une catégorie particulière d’installés hors du cadre familial, que nous appelons les « installés-à-côté ». Il s’agit de viticulteurs non-héritiers ayant créé leur propre exploitation à proximité de celle de la famille. Cette catégorie interroge de manière particulière les processus d’acquisition de la place et d’inscription dans la lignée familiale et professionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1La transmission familiale est le modèle toujours largement privilégié dans le secteur agricole en France. La succession à la tête d’une exploitation suit le schéma classique observé dans les entreprises patrimoniales quel que soit le secteur d’activité (Jacques-Jouvenot, Vieille Marchiset 2012) : un enfant, un fils de préférence, est « désigné » souvent implicitement comme futur héritier. S’enclenche alors un processus d’habilitation qui passe par la socialisation au métier, familiale puis scolaire, qui le conduira à reprendre la place professionnelle cédée par le père. Dans ce schéma relevant d’une économie du don (Mauss 1985), l’enfant qui reçoit l’héritage familial et professionnel passe de la place de donataire – celui qui reçoit le don – à celle de donateur – celui qui devra le transmettre à son tour (Jacques-Jouvenot 2014).

2Lorsque le repreneur est choisi hors du cadre familial, le processus de désignation et d’habilitation se fait différemment et plus tardivement. La formation professionnelle et le regard des pairs y ont un poids plus important. Ce processus se déroule dans une relation singulière avec le cédant qui évalue la capacité du potentiel repreneur à prendre sa place, c’est-à-dire à s’inscrire dans une filiation professionnelle en endossant le rôle d’homo memor : en acquérant l’exploitation, le repreneur devient le dépositaire de l’histoire de son prédécesseur qu’il devra, en tant qu’enfant symbolique, poursuivre et transmettre à son tour (Jacques-Jouvenot, Schepens 2007).

3Nous proposons dans cet article de nous pencher sur l’énigme sociologique que représente une catégorie particulière d’installés hors du cadre familial, que nous appelons les « installés-à-côté ».

4Lors d’une enquête portant sur la transmission des exploitations viticoles, nous avons constaté qu’une partie des viticulteurs que nous avons rencontrés, bien que fils ou fille de viticulteurs ou de polyculteurs, ne sont pas les héritiers de l’exploitation : ils n’ont pas été « désignés » pour reprendre la place professionnelle du père ou bien l’ont refusée. Toutefois, ils ont choisi d’exercer le métier en créant leur propre exploitation, parfois juste à côté de celle des parents qui a pu être reprise par un frère, dispersée ou vendue.

5Il nous semble que ces situations d’installés-à-côté questionnent le processus de désignation et d’habilitation de manière différente que dans les cas d’installés non issus du monde agricole (Gilet 1999). En effet, les installés-à-côté transgressent les règles tacites de la transmission familiale en créant leur propre exploitation. Paradoxalement, ils ne rejettent pas l’ordre familial et revendiquent une place dans la filiation professionnelle pour eux-mêmes ou pour leurs potentiels successeurs.

6À partir de ces constats, plusieurs questions se posent : comment les installés-à-côté, qui ont été exclus ou qui se sont exclus du schéma de transmission familiale, construisent-ils leur propre place ainsi que la valeur professionnelle du patrimoine ? Comment arrivent-ils à revendiquer une place dans la filiation professionnelle et familiale ? Dans la perspective maussienne du don, en l’absence de « dette » vis-à-vis de leurs ascendants, puisqu’ils ne sont pas ou plus destinataires de l’héritage, comment l’histoire de la filiation se reconstruit-elle ? Comment se passe le choix de leur propre héritier lorsqu’ils envisagent la transmission de la place professionnelle qu’ils ont créée ?

7Après avoir caractérisé les installés-à-côté, nous analyserons les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour créer leur exploitation et accéder à la reconnaissance professionnelle, se créant ainsi leur propre place. Nous nous intéresserons ensuite à la manière dont ils se réinscrivent dans la filiation familiale et professionnelle et ce que cette ré-affiliation induit dans leur projet de transmission.

Le cadre de la recherche

8Pour répondre à ces questions, nous nous appuyons sur l’analyse de données recueillies auprès de viticulteurs et viticultrices dans le cadre d’une recherche en cours financée par la région Centre-Val de Loire intitulée Stratégies de transmission des exploitations et pratiques professionnelles en viticulture (SEPage). Les matériaux recueillis consistent en des récits de trajectoire et de pratiques qui abordent les conditions d’entrée dans le métier et d’installation, l’évolution des pratiques professionnelles et le projet de transmission de l’exploitation. Notre volonté est d’accéder à une diversité de situations. Les premiers critères retenus pour le choix des enquêtés étaient l’âge (plus de cinquante ans) et la zone d’appellation. Nous disposons actuellement de trente-sept entretiens.

  • 1 L’étude a été réalisée par Alice Waneroy et encadrée méthodologiquement par le CETU-ETIcS de l’Univ (...)

9Nous nous appuyons également sur les résultats d’une étude sociologique réalisée entre 2014 et 2015 dans le cadre du VinOpôle Centre-Val de Loire, portant sur les stratégies d’entreprise et le devenir des exploitations viticoles1. Vingt entretiens approfondis ont été recueillis auprès de viticulteurs de tous âges. Les conditions d’installation et le projet de transmission étaient systématiquement abordés. Cinq enquêtés ont été réinterrogés dans le cadre de l’enquête SEPage afin de mesurer l’évolution du projet de transmission ou les conditions de sa réalisation. La mise en perspective des données des deux recherches montre que la question de la transmission se pose pour beaucoup dès l’installation.

  • 2 IGP : indication géographique protégée ; AOC : appellation d’origine contrôlée.

10Le terrain d’enquête est circonscrit à la région Centre-Val de Loire qui fait partie du troisième bassin viticole français. La production de vin y est vendue à 95 % en IGP (86 % en AOC)2 et 78 % des viticulteurs sont des vignerons, c’est-à-dire qu’ils produisent le raisin, procèdent à la vinification et commercialisent tout ou partie de leur production. Le modèle de l’exploitation familiale y est largement dominant. Bien qu’actuellement bousculée, la tradition privilégiant la transmission masculine de la place professionnelle est encore prépondérante (Assegond et al. 2019).

Caractéristiques des installés-à-côté

11Les viticulteurs installés-à-côté représentent près de 18 % de la population que nous avons enquêtée, soit neuf personnes. Parmi eux, nous avons distingué deux profils correspondant aux conditions de leur installation.

12Sur ces neuf installés-à-côté, cinq peuvent s’apparenter à des « déshérités » au sens que donne Maylis Sposito dans sa thèse sur les entrepreneur·e·s (Sposito 2017), c’est-à-dire des enfants qui ont été écartés de la succession de l’entreprise familiale au profit d’un frère. Dans la catégorie construite par l’auteure, ils ont néanmoins été désignés pour hériter de l’indépendance et se sont installés en exerçant généralement une autre activité professionnelle. Dans notre enquête, les « déshérités » n’ont pas été désignés pour devenir indépendants et se sont installés comme viticulteurs, exerçant donc le même métier que leur père et leur frère. Nous les avons nommés les « non-élus ».

13Les autres installés-à-côté, « en quête d’autonomie » par rapport au père, se divisent en deux catégories. La première est constituée de deux enfants de polyculteurs, qui ont créé une exploitation spécialisée en viticulture, renouant ainsi le fil de l’héritage des grands-parents. Le frère aîné de l’un, Patrick O., a hérité de la place professionnelle du père, mais n’a pas développé la viticulture, contrairement à ce que fera son cadet. Sept ans après son installation, l’autre, Stéphane E. a hérité de l’exploitation familiale dont les terres ont été divisées à parts égales entre lui et sa sœur qui lui loue alors ses parcelles de vigne. Il a abandonné les autres cultures. La deuxième catégorie comprend deux enfants de viticulteurs qui ont créé leur exploitation : l’un, Jean-Michel E., voulant travailler à sa façon sans entrer en conflit avec le père, a cédé sa place à son frère cadet dans l’exploitation familiale ; l’autre, Clémence Q., a souhaité acquérir sa propre légitimité professionnelle avant d’hériter du domaine familial. Hormis ce dernier cas, tous ont refusé l’héritage du métier tel qu’il a été construit par le père ou les parents.

14Quel que soit le profil, tous les installés-à-côté ont en commun de s’être implantés à proximité géographique de l’exploitation familiale – dans les limites de la zone d’appellation et de la commune, la majorité en étant les voisins directs –, d’avoir construit une exploitation performante, ce qu’ils appellent un « bel outil », et d’être reconnus professionnellement par les pairs.

15Dans son article traitant de l’intérêt de la notion de disposition dans l’analyse du travail, Romain Pudal écrit que

« les contextes de vie (famille, région, scolarité, groupes de pairs, activités…) définissent à la fois un espace des possibles et un espace du pensable ». L’espace des possibles est lié à l’ensemble des ressources mobilisables par un individu dans une configuration donnée (ce à quoi on a accès, ce qui est refusé) ; l’espace du pensable « renvoie de façon complexe à l’ensemble des projections de soi – même fantasmées, même irrationnelles… – qui peuvent néanmoins constituer des sortes de guide dans l’existence, notamment dans le choix du métier ou dans la façon de l’exercer » (Pudal 2018 : 128).

16On peut ici faire un rapprochement avec la manière dont Norbert Elias conçoit la construction de l’individu. Ce dernier « se trouve placé dès sa naissance dans un système de fonctionnement de structures très précises ; il doit s’y soumettre, s’y conformer et, le cas échéant, en poursuivre lui-même l’élaboration » (Elias 1991 : 49). La forme des réseaux de relations d’interdépendances constitue « l’ordre invisible », dans lequel se construit « l’individualité », qui est définie comme « l’expression de la manière particulière dont la forme de commande psychique d’un individu se distingue de celle des autres et du degré particulier auquel elle s’en distingue » (Elias 1991 : 101).

  • 3 Comme le note Dominique Jacques-Jouvenot (2014 : 7), « s’installer, c’est partager l’espace jusque- (...)

17L’expression de l’individualité des installés-à-côté dépasse les possibles et tend vers le pensable. Pour les installés-à-côté non élus, le pensable (exercer le métier du père dans sa propre structure) est la manière de se réapproprier la part d’héritage qui leur a été refusée. Pour les installés-à-côté en quête d’autonomie, le pensable (créer une exploitation indépendante hors de l’espace d’autorité du père3) semble être une manière de se libérer de la contrainte, du poids de l’héritage tout en cherchant paradoxalement à se réinscrire dans la lignée familiale et professionnelle. On trouve ici « l’atmosphère du don, de l’obligation et de la liberté mêlés » (Mauss 1985 : 258).

18Dans un cas comme dans l’autre se posent les mêmes questions : comment les installés-à-côté créent-ils cette place professionnelle qui leur permettra de se ré-affilier ? Qui les désigne et comment accèdent-ils à la reconnaissance professionnelle ?

S’installer et s’imposer

19Dans leur article intitulé « Savoir être ou comment devient-on professionnel ? », Lucile Girard et Florent Schepens écrivent : « La désignation est une désignation au travail et c’est en travaillant que les savoirs s’acquièrent, tous ceux qui ne sont pas désignés n’auront pas la possibilité d’apprendre. L’absence de désignation nie les compétences et la capacité à les acquérir » (Girard, Schepens 2012). Si ce constat est valable pour la majorité des viticulteurs que nous avons interrogés, et se confirme au regard des trajectoires professionnelles hors agriculture de leurs frères et sœurs, les installés-à-côté échappent à cette analyse.

20Ceux-ci se rapprochent des « héritiers de l’indépendance » définis par Maylis Sposito – ceux qui ont été désignés en tant que tels, à défaut d’hériter de la place professionnelle du père – et à propos desquels elle écrit :

« Les parents ayant transmis leur entreprise ailleurs ou ayant préféré ne pas la transmettre, assurent néanmoins la transmission de l’être au travail, c’est-à-dire du métier dans certains cas et de l’indépendance dans tous, à défaut de transmettre un patrimoine professionnel. Nos informateurs ont bénéficié de savoirs professionnels leur permettant de créer leur propre place pour ré-apprivoiser leur héritage et par là même se ré-affilier à la lignée » (Sposito 2017 : 75).

21Contrairement aux situations classiquement observées où les frères et sœurs de l’enfant élu, intériorisant leur non-désignation en tant que repreneurs de l’exploitation, ne développent pas de « goût » pour le métier et s’orientent vers d’autres carrières professionnelles, les futurs installés-à-côté non élus ont souvent souhaité tôt exercer le métier, imaginant même parfois pouvoir être désignés aux côtés du frère élu. Cette « vocation » leur a permis d’être socialisés au métier dans l’espace familial par imprégnation (Cornu 2001) ou par nourrissage, pour reprendre l’expression des anthropologues (Salmona 1994). Ils ont ainsi acquis des dispositions leur permettant de prétendre à une place professionnelle.

« Moi j’ai toujours voulu être vigneron, tout le temps, tout le temps. » (Jean T., 62 ans, non-élu)

22Ce discours de la vocation, comme l’ont déjà montré différents auteurs à propos des héritiers (Bessière 2010, Jacques-Jouvenot 1997, Sposito 2017), tend à occulter le processus de désignation et de socialisation qui les a conduits à choisir ce métier. Les installés-à-côté procèdent de la même manière. Cependant, la désignation qui les autorisera à se projeter en tant que viticulteurs n’est pas dans leur cas le fait des parents. Le grand-père peut parfois jouer un rôle important mais il est toujours associé à une autre figure d’autorité ou d’identification plus ou moins mythifiée qui s’avère pourtant déterminante dans la construction de la vocation. Georges Augustins montre un processus similaire à propos du don chez les musiciens professionnels (Augustins 1991).

« J’avais un oncle que moi je n’ai pas connu […]. Mais c’est quelqu’un qui a créé le syndicat des vins […], c’est quelqu’un qui parlait cinq langues à l’époque, qui avait fait deux fois le tour du monde, donc, quelqu’un, voilà et qui écrivait beaucoup […]. Et qui avait une énorme passion de la vigne. […]. Et j’ai eu l’occasion de lire tout ce qu’il écrivait sur la vigne. Et je pense que ça, ça a été le déclic […]. Ça m’a donné la passion […]. C’était un oncle à mon père. » (Michel T., 63 ans, non-élu)

23En tant que « fils ou fille de viticulteurs », les installés-à-côté bénéficient, contrairement à un repreneur hors cadre familial et plus encore s’il n’est pas originaire « du coin », d’une « présomption de compétence » (Stroobants 1993, Gilet 1999) qui leur permet de s’installer sans avoir forcément suivi de formations professionnelles spécialisées en viticulture. Les plus jeunes ont suivi des formations plus longues en rapport avec l’agriculture ou la viticulture (gestion, communication, droit viticole) sans formation technique spécifique.

24À l’âge de 20 ans, Stéphane E. s’installe dans une ferme qu’il loue et exploite des parcelles de vigne données par son grand-père. Sept ans plus tard, il hérite de l’exploitation paternelle (« Il [le père] a préféré me laisser la place »). La même année :

« J’ai rencontré quelqu’un qui a marqué ma vie professionnelle, qui était un vigneron de [l’appellation], il avait seize ans de plus que moi il faisait partie du syndicat des vins […]. On se connaissait pas. On a développé une sympathie mutuelle. L’année d’après, il m’a demandé si je voulais rentrer au syndicat des vins. Ce que j’ai fait. » Il y est élu l’année suivante : « c’est un virage. C’est la personne dont j’avais besoin pour me guider un peu pour moi, ça a été un maître. Il est décédé il y a quelques années. Pour moi, c’était LE vigneron. Mon idole, quoi. C’est le début de ma carrière de responsable professionnel » (Stéphane E., 55 ans, en quête d’autonomie).

25Dernier d’une fratrie de cinq enfants dont l’aîné a repris l’exploitation familiale, Jacques C. passe un BTS viticulture-œnologie et travaille pendant cinq ans en tant que conseiller technique à la chambre d’agriculture. Il évoque son responsable au sein du laboratoire :

« Surtout, j’ai travaillé avec un homme un grand monsieur, Pierre D., est un grand monsieur du monde du vin. Donc, c’est là, la passion est arrivée là […]. Une rencontre assez extraordinaire. Sa façon de présenter, de voir la viticulture était assez extraordinaire […]. Et puis il m’a dit : Jacques, je vous sentirais bien comme vigneron » (Jacques C., 70 ans, non-élu).

26L’habilitation – au sens de « rendre capable de » (Stroobants 1993) – correspondra dans certains cas à l’installation elle-même (par l’acquisition de parcelles de vignes cédées ou données par un grand-père, une tante ou un autre viticulteur) et dans d’autres cas à une reconnaissance du monde professionnel (introduction dans les instances professionnelles et institutionnelles par un ancien, reconnaissance de la qualité du travail effectué par un professionnel qui fait autorité).

27L’habilitation acquiert une valeur particulière dans le contexte de la viticulture où dominent les exploitations familiales. En effet, cette filière se situe à l’articulation de l’agriculture (production de raisins) et de l’artisanat (transformation et commercialisation du vin). Chaque création d’exploitation représente une menace potentielle pour l’ordre établi : elle contrarie les stratégies d’agrandissement pour les uns et ajoute un concurrent potentiel susceptible de remettre en cause l’équilibre économique local et la hiérarchie des réputations (Chauvin 2010, Garcia-Parpet 2009).

28Ces formes de reconnaissance par les pairs ont d’autant plus de poids que les premiers concurrents des installés-à-côté sont potentiellement le père ou le frère. Certains d’entre eux anticipant cette éventualité ont tenté de dissuader leur cadet de s’installer ou de pratiquer le métier, voire s’y sont opposés.

29Jacques C. évoque son installation :

« J’ai un oncle qui devait me louer quelques vignes et mon frère au dernier moment a récupéré les vignes. Et voilà. Ça a été très difficile. Et puis après, donc j’ai une tante qui habite juste à côté, qui était associée avec mon oncle qui a dit : “ben moi je veux bien te louer mes vignes”. […] Je me suis installé ici sur 1 hectare 72, d’une tante, en location. […]
– 
Et la position de votre frère, vous l’avez comprise ou… ?
Non. Non. Ben non. Ça a été la guerre après, à partir de là. J’ai pas compris du tout. Il voulait m’employer comme ouvrier mais il souhaitait pas que je m’installe, en fait, que j’aie un bien personnel. Après, à partir de là j’en parle plus parce c’est trop difficile »
(Jacques C., 70 ans, non-élu).

30Jean T. évoque également les difficultés rencontrées avec son frère héritier :

« Au départ, mon frère [de seize ans son aîné] disait : Apprends un autre métier. Le métier de vigneron, tu l’apprendras toujours sur place. Et mes parents vous savez, il y avait le droit d’aînesse. Le frère aîné avait toujours une espèce de suprématie. C’était comme ça. » Contraint et forcé, il passe un CAP de plombier-chauffagiste. « Et puis quand je suis revenu, j’avais dix-sept ans, en 72, je suis revenu à… J’avais envie de faire le métier de vigneron […]. Mais en fait j’ai appris avec le temps, c’est qu’en fait, il essayait de m’écarter. C’était ça, la ruse à deux balles. Sauf que c’était sans compter sur ma ténacité […] c’était calculé. Je m’en suis aperçu longtemps après […]. Et puis mes parents ils écoutaient le fils aîné, voilà » (Jean T., 62 ans, non-élu).

31Certains n’envisagent pas d’entrer dans une relation de concurrence intrafamiliale. Ainsi, Jean-Michel E., après avoir travaillé deux ans avec son père au début de sa vie professionnelle, et en désaccord avec lui sur les pratiques, quitte le métier pour devenir enseignant dans un centre de formation viticole. Cette stratégie lui permet d’éviter un temps d’entrer en concurrence directe avec son père. L’expérience d’enseignement ne lui ayant pas plu, il décide finalement de s’installer près de l’exploitation familiale.

« Parce que je n’ai pas eu besoin de demander l’autorisation à mon père de faire ceci, cela, ou mes parents. J’ai fait ce que j’avais envie, point barre. Et les risques, c’est moi qui les ai pris. C’est tout. Parce que ce qui se passe, chez des gens qui reprennent de père en fils, c’est des conflits permanents. Moi, je ne voulais pas de ça. Moi il n’y a jamais de conflit. Ce n’était pas à moi de changer l’exploitation ou la façon de travailler de mes parents » (Jean-Michel E., 54 ans, en quête d’autonomie).

32L’exploitation familiale a été reprise par le frère cadet. Leur implication comme coopérateurs a sans doute permis de limiter les risques de concurrence familiale.

33L’exploitation familiale est vécue pour ces installés-à-côté comme l’espace de l’autorité du père, au sein duquel il leur est impossible d’exprimer leur individualité. Pour certains, cependant, la création de leur exploitation s’inscrit davantage dans une logique de complémentarité avec l’exploitation parentale (gammes de vins différentes et non concurrentes ou circuits de commercialisation différents).

34Ainsi, Clémence Q. (37 ans, en quête d’autonomie) a d’abord travaillé aux côtés de son père sur l’exploitation familiale, qu’elle est amenée à reprendre :

« Et puis en 2012, j’ai eu l’opportunité de prendre cinq hectars en fermage pour m’installer. Parce que le but, c’était à un moment de prendre du recul, de réfléchir à long terme et de se dire : comment je me vois dans dix ans, dans vingt ans ? Et ce n’était pas d’exister en tant que « fille de », mais plutôt en tant que Clémence Q., exploitante à son compte, qui sait faire. »

35Cette quête de reconnaissance par les pairs amène les installés-à-côté, quel que soit leur profil, à s’engager un temps dans les instances professionnelles (par exemple mandat électif au sein du syndicat viticole ou de l’interprofession, responsabilité de structure type CUMA ou coopérative…). Elle passe également par la participation régulière à des concours dans lesquels leurs vins sont primés et à certains salons professionnels prisés.

36Le discours des installés-à-côté valorise de manière indirecte ou par petites touches leurs choix de pratique et leur réussite, en les opposant à la situation de leurs frères héritiers : culture du domaine en bio pour deux d’entre eux, alors que leurs frères sont restés dans des pratiques conventionnelles ; agrandissement de la superficie du domaine jusqu’à une taille jugée optimale pour construire un outil transmissible ; développement de l’œnotourisme pour une diversification des activités ; modernisation des équipements… Cette forme implicite de revanche reconnue par les pairs, plus marquée chez les non-élus, leur permet de se réinscrire dans la lignée familiale en se projetant dans l’avenir et, pour certains, de se penser comme les « vrais » héritiers et les « vrais » vignerons.

Vendanges, Gertwiller, 1934.

Vendanges, Gertwiller, 1934.

Archives de Strasbourg, 8 Z 144. Photographie L. Blumer

Se réinscrire dans la lignée familiale et professionnelle

37En France, seules 15 % des entreprises atteignent le stade de la troisième génération (Daumas 2010). Ce pourcentage global est loin de s’appliquer au monde agricole, en particulier viticole, au sein duquel l’ancienneté du domaine et celle de la pratique du métier sont très souvent mises en avant par les exploitants. La légitimité s’y mesure au nombre de générations s’étant succédé (Garcia-Parpet 2009), alors même que la spécialisation de l’exploitation en viticulture peut être récente. Cette revendication d’ancienneté atteste la capacité du cédant et de ses prédécesseurs à pérenniser un patrimoine professionnel. Elle atteste également leur capacité à choisir le bon héritier, c’est-à-dire la personne qui acceptera l’héritage et saura à son tour le pérenniser (Jacques-Jouvenot, Vieille Marchiset 2012).

38Si l’on considère comme Gérard Lenclud (1987) que la tradition est une construction au service du présent et orientée par la perception de l’avenir, comment les installés-à-côté créent-ils leur tradition ? Comment envisagent-ils la transmission de la place professionnelle qu’ils ont construite ? Que transmettent-ils ?

39Pierre-Paul Zalio estime que « le rapport à la localisation participe du processus de définition de l’identité professionnelle » des entrepreneurs (Zalio 2004 : 26). La proximité géographique entre l’exploitation créée et celle de leurs ascendants, que les enquêtés ne reconnaissent pas clairement comme volontaire, participe de la stratégie de réinscription dans la filiation familiale et professionnelle. Leur installation près de l’exploitation familiale – « de l’autre côté de l’étang », « à cinq cents mètres », « à côté »… – les autorise à revendiquer leur enracinement territorial qui constitue la première étape pour se réinscrire dans la tradition :

« Parce qu’en plus, dans cette cave, comme je suis né ici parce que je suis né ici. J’ai oublié de vous raconter… Et donc, j’ai creusé ma cave et à un moment, je me suis dit : je vais signer ma cave parce que je suis né ici, et au lieu de la signer dans un petit coin de roche à peine visible, j’ai décidé de la signer en creusant les galeries en forme de signature Et là, j’y raconte ma vie. C’est assez particulier Donc ça, ça plaît bien aux gens. » (Jean T., 62 ans, non-élu).

40On constate tout au long du discours que Jean T. utilise le terme « ici » aussi bien pour désigner sa propre exploitation, qu’il a créée en achetant des vignes, que l’exploitation familiale qui continue à exister à proximité. À travers cette confusion (« Je suis né ici… Ici, à côté » « Mon père était installé ici. Enfin, à côté »), on perçoit une volonté de raccrocher son histoire à celle de ses ascendants, en reprenant la place de « véritable » héritier, d’autant plus que son frère « élu » est décédé et que c’est sa nièce qui lui a succédé.

41Emmanuel H. (45 ans, non-élu) a mené une première partie de vie professionnelle comme cadre dans le secteur para-agricole, selon la volonté de son père, avant de s’installer à trente-sept ans à côté de l’exploitation et des terres familiales reprises par son frère, également selon la volonté de son père :

« Moi je n’imaginais pas être viticulteur ailleurs que sur les terres de mon père. Mon père était vigneron ici, mon grand-père aussi et j’ai d’ailleurs baptisé mon domaine du prénom de mon père. Il n’a jamais su que j’étais viticulteur parce qu’il est décédé avant que je ne reprenne des vignes. »

42Emmanuel H. a « attendu » le décès de son père pour réaliser son propre souhait. Son ambition est « de construire un bel outil » qu’il considère d’ores et déjà comme plus performant (nouveau chai, matériels récents) que celui de son frère. La ré-affiliation passe par l’utilisation du prénom du père pour nommer son propre domaine. Sans descendance, il déclare qu’il n’aura pas de difficulté à vendre son domaine qu’il aura pourtant pris soin d’inscrire dans la lignée familiale.

43Le lien intergénérationnel ayant été distendu par la décision des parents ou leur propre souhait d’autonomie, la volonté de ré-affiliation peut passer par la référence aux figures des grands-parents, récurrente dans les propos d’une partie de nos enquêtés.

« Mon arrivée a été quelque chose de très important pour mon grand-père ; parce que c’était la succession et je ressemblais à mon grand-père… dans l’ambition. Mon père était… voilà, parce que c’est quelqu’un de différent et puis que la vie ne l’a pas gâté. Mon père n’était pas un battant. Mon grand-père était un battant. C’est lui qui m’a donné mes premières vignes que j’ai exploitées… lui, il avait pris sa retraite, il avait soixante-dix ans, peut-être bien, quand j’ai commencé. »

44À la mort de ce grand-père, Stéphane E. a conservé sans y vivre la ferme dans laquelle il habitait « parce qu’il était né dedans et j’étais né dans la même chambre que mon grand-père. » (Stéphane E., 55 ans, en quête d’autonomie)

45Les situations des deux femmes installées-à-côté de notre population illustrent de manière contrastée la capacité à renouveler les formes de ré-affiliation : ces deux femmes, jeunes, amenées à hériter, sont celles qui, paradoxalement, dérogent le moins à l’ordre familial, toutes deux travaillant en partie avec leurs parents. Parallèlement, leur installation « à côté » a été pour elles le moyen d’exister dans le métier.

46Jeanne S. (30 ans, non-élue) a bousculé les modes traditionnels de transmission en forçant ses parents à accepter son installation à côté de celle de son père, avec qui travaillent son frère et sa mère. Une fois installée, elle convainc sa mère de créer sa propre structure. Les trois exploitations (fils-père ; fille ; mère) mutualisent les équipements ainsi qu’une partie des tâches (travail de la vigne pour les hommes, gestion et administration pour les femmes). Il est prévu qu’à terme le fils hérite de l’exploitation du père et la fille hérite de celle de la mère. Cette configuration innovante démontre la plasticité du modèle « classique » de la transmission et sa capacité d’adaptation dans l’objectif d’assurer sa pérennité, tout en attestant des transformations en cours dans le groupe professionnel.

47Le père de Clémence Q. est lui-même un installé-à-côté. S’il a les mêmes caractéristiques que celles de nos enquêtés (reconnaissance professionnelle, réussite de l’exploitation), il ne se présente pas comme étant d’une lignée de vignerons dans sa communication. En revanche, sa fille Clémence revendique cette appartenance à la lignée familiale et professionnelle. Elle renoue ainsi le fil des générations, d’autant plus que son oncle, héritier de l’exploitation familiale, n’a pas de repreneur familial. De manière symbolique, elle « répare » (Attias-Donfut et al. 2002) le lien des deux générations précédentes et récupère l’héritage qu’elle envisage de transmettre à ses fils, « s’ils le souhaitent ». Pour les installés-à-côté, la ré-affiliation peut donc se construire sur plusieurs générations.

La transmission : maintien et adaptation des schémas traditionnels

48Nous avons vu que les installés-à-côté ne rejettent pas l’ordre familial et cherchent à s’y réinscrire. On peut alors se demander comment s’opère le choix de leur propre héritier dans la perspective de la transmission du patrimoine professionnel qu’ils ont créé. Quels que soient l’âge et les conditions d’installation, nous constatons la volonté de transmettre l’exploitation à leurs enfants. La réalisation de ce souhait est vécue comme un accomplissement.

« Maxime a poursuivi ses études à F. jusqu’au bac d’enseignement général. Jamais je lui ai dit : “tu seras vigneron” et tout. Je voulais que ce soit lui qui choisisse. Bon, quand il a passé son bac, après : “qu’est-ce que tu veux faire ?” “— Ben tu sais, papa, je ferais bien ton métier”. Bon, ça a été le plus grand bonheur de ma vie. » (Jacques C., 70 ans, non-élu)

49En dépit de ses réticences liées aux capacités physiques et techniques de sa fille pour s’occuper de la vigne et de la vinification, Jean T. n’envisage de transmission qu’à elle, déjà salariée sur l’exploitation, d’autant qu’il est tranquillisé par l’arrivée prochaine de son gendre, actuellement en formation viti-vinicole.

50Si la succession directe s’avère incertaine, la projection peut se faire sur la génération suivante.

« Ils [les enfants] sont petits ça, c’est pas ma priorité. S’il y a une génération qui saute, c’est pas grave. » (Jeanne S., 30 ans, non-élue)

51De la même manière qu’il considère son père comme un trait d’union entre son grand-père et lui, Stéphane E. envisage que son propre fils qui a quitté l’exploitation lorsqu’il était jeune pour des raisons familiales et hésite actuellement à reprendre l’exploitation de son père, peut jouer le rôle de passeur entre lui-même et son petit-fils… actuellement âgé de deux ans.

« Je me dis que Sébastien peut être un trait d’union, puisque j’ai un petit-fils. Peut-être que… qu’il peut être le trait d’union, Sébastien. Il peut peut-être tenir un petit peu ou faire en sorte de pas éteindre la lueur et être un passage de témoin. Je sais pas. C’est pas facile mais il y a toujours un espoir. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. » (Stéphane E, 55 ans, en quête d’autonomie)

52Quelle que soit la décision que prendra son fils, même s’il ne lui est pas possible de transmettre immédiatement le métier, il maintiendra l’intégrité de son domaine en attendant un hypothétique successeur familial.

« Non, non, je ne vends pas [mes terres]. Ah non, je ne vends pas. Je vends pas. Non. Pff. Non. Je ne crois pas. Non, non, quand on l’a eu y a une partie que j’ai eue. Ce que mon père ce que mon arrière-grand-père a acheté ça serait les faire mourir une deuxième fois que de revendre, pour moi. » (Stéphane E., en quête d’autonomie)

53Bien qu’ayant refusé la place du père, Jean-Michel E. a reçu de lui deux hectares de vigne qui ont une valeur particulière puisqu’elles l’inscrivent dans la lignée familiale et professionnelle.

« Si j’arrête, si je suis obligé de vendre, je serais prêt à vendre ce que j’ai acheté. Mais ce que mon père m’a donné, je ne le vendrai pas […]. Parce qu’on me les a donnés. J’estime que je n’ai pas le droit de vendre Moi ce que j’ai acheté, j’ai acheté, j’achète, revends… C’est à moi. Mais par rapport à mon père, ma mère, je me sentirais très mal de vendre. Si je vends mon exploitation, ces deux hectares-là, je ne les vendrai pas. Ils resteront pour mes filles. » (Jean-Michel E., 54 ans, en quête d’autonomie)

54Bien que ses filles suivent les études de leur choix, éloignées du secteur viticole, il ne désespère pas de leur transmettre un jour l’exploitation. Elles ont d’ailleurs « l’obligation » de travailler sur le domaine avec leur père pendant leurs vacances d’été, ce qui contribue à maintenir leur socialisation au métier.

55En cas de refus des enfants, la transmission à un jeune hors cadre familial s’impose par défaut. La réussite du projet implique l’adoption (Waquet 2008) du repreneur potentiel, dans lequel le cédant se projette. Michel T., dont les relations avec les enfants sont rompues à la suite de son divorce, a cherché à transmettre à un hors-cadre familial et a essuyé plusieurs échecs. Lucie, qui vient de terminer une formation viticole pour adultes, le contacte dans l’optique d’une installation :

« Lucie, je l’ai perçue un petit peu en trois minutes, je pense que ça a fait tilt… C’est marrant, mais c’est comme ça […]. Moi je suis vraiment satisfait de la façon qu’elle travaille parce que c’est une fille courageuse. Qui a besoin de deux ou trois années, qu’elle en prenne des petits coups sur les doigts parce que bon, je vous dis, mais j’ai été comme ça, on est des chiens fous, on est des chiens fous Quand on s’installe, on veut tout faire et voilà. Mais non, non, elle est très intelligente, très courageuse. » (Michel T., 63 ans, non-élu)

56Notons que, chaque fois qu’il parle de Lucie, Michel T. utilise les mêmes qualificatifs que pour lui-même lorsqu’il évoque son installation et ses débuts dans le métier.

57Enfin, en l’absence d’enfants, la vente du domaine est plus facilement envisagée, en particulier lorsque l’installé-à-côté n’a hérité d’aucune parcelle familiale, ce qui est le cas d’Emmanuel H.

Conclusion

58Les installés-à-côté constituent une catégorie particulière d’installés hors du cadre familial qui se situe à la frontière de celle des héritiers. Nous avons mis à jour les stratégies qu’ils mettent en œuvre à la fois pour construire leur propre place professionnelle et pour renouer avec la lignée familiale et professionnelle. Nous avons également distingué deux profils correspondant aux conditions de leur installation : les « non-élus » et ceux qui sont « en quête d’autonomie ». Si la temporalité longue dans laquelle ils s’inscrivent et leur recherche d’excellence sont communes, des différences existent entre eux : les premiers cherchent à se réinscrire dans la lignée familiale dont ils ont été exclus, les seconds sont dans une logique de réappropriation de cette lignée de laquelle ils se sont un temps affranchis. Dans les deux cas, leur volonté va au-delà de la reproduction des modèles hérités. En bousculant le schéma classique, ils retravaillent la tradition pour assurer la pérennité de la lignée familiale et professionnelle. Ils retrouvent ainsi leur rôle de passeur au sein des générations.

Haut de page

Bibliographie

Assegond C., Chazal H., Rocafull C., Sitnikoff F. (2019), La transmission de l’exploitation viticole à la croisée de stratégies individuelles, familiales et professionnelles, in Gadéa C., Olivesi S. (dir.), Les métiers de la vigne et du vin, Grenoble, PUG, à paraître.

Attias-Donfut C., Lapierre N., Segalen M. (2002), Le nouvel esprit de famille, Paris, Odile Jacob.

Augustins G. (1991), Le don chez les musiciens, in Segalen (dir.), Jeux de famille, Paris, Presses du CNRS.

Bessière C. (2010), De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d’agir.

Chauvin P.-M. (2010), Le marché des réputations. Une sociologie du monde des vins de Bordeaux, Bordeaux, Éditions Ferret.

Cornu R. (2001), Éducation, savoir et production, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Daumas J.-C. (2010), Dynasties patronales, l’art de durer, in Daumas J.-C. (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, p. 782-783.

Elias N. (1991), La société des individus, Paris, Fayard.

Garcia-Parpet M.-F. (2009), Le marché de l’excellence. Les grands crus à l’épreuve de la mondialisation, Paris, Seuil.

Gilet M. (1999), « Analyse sociologique des transmissions dites hors cadre familial des exploitations agricoles », Économie rurale, 253, p. 87-90.

Girard L., Schepens F. (2012), Savoir et être ou comment devient-on un professionnel ?, in Jacques-Jouvenot D., Vieille Marchiset G. (dir.), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan, p. 113-127.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D. (2014), « Le paradoxe de la transmission du métier : le cas des éleveurs », SociologieS, <http://journals.openedition.org/sociologies/4566>.

Jacques-Jouvenot D., Schepens F. (2007), « Transmettre et reprendre une entreprise : de l’homo oeconomicus à l’homo memor », Revue du MAUSS, 29, 1, p. 377-391.

Jacques-Jouvenot D., Schepens F. (2009), La transmission des savoirs professionnels : enjeux méthodologiques et théoriques, in Burnay N., Klein A. (dir.), Figures contemporaines de la transmission, Namur, Presses universitaires de Namur, p. 333-343.

Jacques-Jouvenot D., Vieille Marchiset G. (2012), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, L’Harmattan.

Lenclud G. (1987), « La tradition n’est plus ce qu’elle était. Sur les notions de tradition et de sociétés traditionnelles en ethnologie », Terrain, 9, p. 110-123.

Mauss M. ([1950] 1985), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 145-279.

Pudal R. (2018), « Des dispositions : richesse et finesse d’une notion décriée », Émulations, 25, p. 123-133.

Salmona M. (1994), Les paysans français. Le travail, les métiers, la transmission des savoirs, Paris, L’Harmattan.

Sposito M. (2017), Devenir entrepreneur·e. Socio-anthropologie de la transmission d’une place d’indépendant·e, thèse de doctorat en sociologie, Besançon, Université Bourgogne Franche-Comté.

Stroobants M. (1993), Savoir-faire et compétences au travail. Une sociologie de la fabrication des aptitudes, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Waquet F. (2008), Les enfants de Socrate, Paris, Albin Michel.

Zalio P.-P. (2004), « Territoires et activités économiques. Une approche par la sociologie des entrepreneurs », Genèses, n° 56, p. 4-27.

Haut de page

Notes

1 L’étude a été réalisée par Alice Waneroy et encadrée méthodologiquement par le CETU-ETIcS de l’Université de Tours.

2 IGP : indication géographique protégée ; AOC : appellation d’origine contrôlée.

3 Comme le note Dominique Jacques-Jouvenot (2014 : 7), « s’installer, c’est partager l’espace jusque-là travaillé par le père », ce qui fait référence entre autres à « la terre en tant que lieu d’expression de l’autorité paternelle ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vendanges, Gertwiller, 1934.
Crédits Archives de Strasbourg, 8 Z 144. Photographie L. Blumer
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/4324/img-1.png
Fichier image/png, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christèle Assegond, Hélène Chazal et Françoise Sitnikoff, « Les vignerons « installés-à-côté » de l’exploitation familiale », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 70-77.

Référence électronique

Christèle Assegond, Hélène Chazal et Françoise Sitnikoff, « Les vignerons « installés-à-côté » de l’exploitation familiale », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4324

Haut de page

Auteurs

Christèle Assegond

Université de Tours, CETU-ETIcS
christele.assegond[at]univ-tours.fr

Hélène Chazal

Université de Tours, CETU-ETIcS
helene.chazal[at]univ-tours.fr

Françoise Sitnikoff

Université de Tours, CETU-ETIcS
sitnikoff[at]univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals