Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Lu – à lireBernard Stéphan, Paysans : mémoir...

Lu – à lire

Bernard Stéphan, Paysans : mémoires vives 1900-2000. Récits d’un monde disparu

Marie-Noële Denis
p. 157
Référence(s) :

Bernard Stéphan, Paysans : mémoires vives 1900-2000. Récits d’un monde disparu, Paris, Éditions Autrement, collection “Mémoires”, 2006, 235 p.

Texte intégral

1Alors que l’agriculture industrielle et marchande a tourné le dos au vieil héritage des gestes, des savoirs et des usages en lien avec la terre et les paysages, Bernard Stéphan nous raconte la fin d’une petite communauté du Périgord du plateau, emblématique de la paysannerie française. Au début du siècle, il y avait là trente familles de paysans propriétaires, anciens métayers des châteaux ayant racheté leur très petite exploitation. En 2000, il n’en reste plus que quatre. L’exode rural, la concentration des propriétés, l’arasement du bocage, la mécanisation, la fin de la polyculture et des usages communautaires, du langage d’oc, ont détruit ce monde ancestral.

2L’auteur a conservé l’oralité des témoignages, assortis de longs discours explicatifs. Il montre ainsi la dureté de l’ancienne condition paysanne, les difficultés du quotidien, la violence des rapports sociaux et familiaux, sur fond de misère et de labeur sans fin. Il en résulte un fort désir d’émancipation, surtout pour les femmes, relayé par les mirages de la ville. Nous ne retiendrons, pour notre part, dans ce long texte très dense, que deux chapitres : « Les travaux et les jours » et « On parlait patois ».

3Dans cette économie de subsistance, polyculture céréalière et petit élevage, sur un plateau calcaire peu fertile, au climat rude, la forêt tient une grande place dans l’économie domestique. Les bois, association de châtaigniers et de chênes, de charmes, hêtres, tilleuls, noisetiers et merisiers dans les vallons et sur les lisières, ont été morcelés par de multiples successions. Cette forêt était entretenue et faisait partie du cycle économique. En hiver on nettoyait les taillis, on récoltait les fougères, les joncs, les genêts, les feuilles mortes, pour servir de litière aux animaux. Les femmes faisaient des fagots. Les hommes rafraîchissaient les coupes. Chaque famille faisait son feu pour se réchauffer. Les hommes chassaient le petit gibier qui, avec les champignons, amélioraient l’ordinaire des repas. Les enfants y conduisaient les vaches, les cochons et les dindes pour y pâturer à la belle saison. Les charbonniers fabriquaient du charbon de bois qu’ils vendaient sur les marchés des bourgs de la vallée. Cette large économie de cueillette entretenait les sous-bois et lors de son abandon, dans les années 1960, apparaîtront les grands incendies.

4Jusque dans les années 1960 aussi, on parle patois, une langue d’oc dont le vocabulaire très riche varie localement. Jusqu’en 1961 le conseil municipal de Guérac, par exemple, délibère en patois, et jusqu’en 1965 le médecin, le vétérinaire, les facteurs, les maquignons, les commerçants ambulants parlent patois. Aux premières années du xxie siècle il n’y a plus d’anciens locuteurs alors qu’ils représentaient encore 90 % de la population en 1960. Mais c’était surtout la langue couramment pratiquée par les personnes âgées de plus de 60 ans. Pour les autres, une véritable honte de la langue locale s’était installée, via l’école laïque, le curé, la radio et la télévision. Il faudra attendre les années 1970 pour que l’occitan entre à l’université et qu’apparaissent les premières « calendrètes », écoles primaires en langue d’oc. La félibrée du Périgord, qui réinvente chaque année un culte des choses et des gens, renvoie l’image d’un terroir immobile, folklorique, idéalisé, simple curiosité touristique qui débouche peu sur des revendications politiques. Dans un contexte historique totalement différent, il est intéressant à ce sujet, d’établir un parallèle avec l’évolution de la situation du dialecte en Alsace. La perte d’une langue minoritaire se fait, semble-t-il, toujours selon le même processus, bien qu’à des rythmes différents.

5Ce livre, résultat d’une longue collecte de témoignages oraux, recomposés et commentés par l’auteur, lui-même enfant du pays, rapporte sans nostalgie la voix de la dernière génération de paysans traditionnels. Ces récits racontent la fin d’un temps, la fin d’une manière d’être, de vivre, de faire, enfin la transition progressive vers la modernité d’« un monde que nous avons perdu ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Bernard Stéphan, Paysans : mémoires vives 1900-2000. Récits d’un monde disparu »Revue des sciences sociales, 56 | 2016, 157.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Bernard Stéphan, Paysans : mémoires vives 1900-2000. Récits d’un monde disparu »Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.436

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search