Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Lu – à lireVincent Lemire, Jérusalem 1900, l...

Lu – à lire

Vincent Lemire, Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles

Marie-Noële Denis
p. 159-160
Référence(s) :

Vincent Lemire, Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Points-Histoire, 2016, 300 p.

Texte intégral

1Vincent Lemire, qui dirige le projet européen « Open Jérusalem », visant à rassembler et organiser les archives municipales disponibles dans toutes les langues sur l’histoire contemporaine de Jérusalem, a eu accès à des documents qui lui ont permis de renouveler l’historiographie de cette ville, au cœur des conflits actuels.

2Ces pages oubliées renouvellent la vision commune que les historiens ont développée jusqu’à présent sur la ville sainte, à la fin du xixe et au début du xxsiècle. Lion d’être une cité endormie dans ses souvenirs bibliques, aux confins de l’empire ottoman, partagée entre quatre communautés religieuses ennemies, il s’agit d’une ville cohérente, en pleine mutation vers la modernité.

3Les cartographies en quatre quartiers distincts, qui se développent à partir des dernières décennies du xixe siècle, sont une invention des guides de voyage, des touristes et des pèlerins de l’époque. Les quatre secteurs qu’elles dessinent : musulman au nord-est de la vieille ville, chrétien au nord-ouest, arménien au sud-ouest et juif au sud-est, ne résistent pas à l’analyse des divers recensements ottomans, en particulier celui de 1905, qui révèlent une plus grande mixité. 29 % des familles musulmanes vivent à l’intérieur du quartier dit « juif », 32 % des familles juives vivent à l’intérieur du quartier « musulman », avec 24 % des familles chrétiennes. Il est vrai que de 1854 à 1914 la population passe de 15 000 à 70 000 habitants. Une ville nouvelle est alors construite hors les murs et, dans son nouveau quartier nord-ouest, la population est presqu’exclusivement juive (de 94 à 99 %), alors que la mixité reste la règle dans tous les quartiers neufs situés près de la vieille ville. À partir de 1917, la période mandataire britannique verra la polarisation et l’uniformisation des quartiers se mettre en place, puis s’accélérer, jusqu’à la partition de 1948-1949, et devenir l’une des bases principales des discussions sur le statut de la ville sainte.

4Dès le xixe siècle, pèlerins et touristes sont nombreux à se rendre à Jérusalem, transformée en ville-musée. Chateaubriand, Lamartine, Pierre Loti, entre autres, l’ont abondamment décrite au retour de leurs voyages en Méditerranée. Au début les monuments et lieux de mémoire sont peu nombreux. Les recherches archéologiques vont les multiplier dans la deuxième moitié du xixe siècle pour reconstituer la Jérusalem du Christ. Le moindre indice est interprété dans ce sens, quitte à dédoubler les lieux saints : il y a deux Saint Sépulcre, celui édifié par Constantin au ivsiècle et celui créé de toutes pièces par les Protestants dans les années 1860-1890. De même les fouilles entreprises dans le couvent des Dames de Sion, où sont découverts un certain nombre de vestiges romains, deviennent un gigantesque bricolage mémoriel. Maurice Halbwachs, dans son livre sur « La topographie légendaire des évangiles en terre sainte » (1941) est celui qui a le mieux compris le mécanisme de fabrication des lieux saints. Les visiteurs sont tous pris par la force émotive qui se dégage des vieilles pierres de Jérusalem et la topographie légendaire s’organise par un processus de localisation qui tend à préciser peu à peu la situation géographique de tel ou tel événement biblique, puis un processus d’assignation polarise sa destination et son identité confessionnelle. L’ensemble se dispose dans l’espace urbain et s’organise au sein des différentes confessions religieuses. Il faut noter, dans cet ensemble, la plus faible implication des diverses branches de l’Islam dans cette « course aux lieux saints ». En fait, au tournant du xixe et du xxe siècles, l’incertitude règne encore, qui repose aussi sur une hybridation originelle : la Bible, matière commune des trois religions monothéistes, se traduit par un syncrétisme des lieux saints, qui a été leur marque d’origine. Au xixsiècle, certains sites essentiels sont encore marqués par cet enchevêtrement des traditions religieuses. C’est l’extraordinaire essor des pèlerinages qui a été le facteur déterminant pour expliquer la polarisation et la différenciation des traditions attachées aux lieux saints de Jérusalem.

5Loin de se désintéresser de ces territoires loin de la capitale, l’empire ottoman, contrairement à un immobilisme condamné par l’historiographie sioniste traditionnelle qui présente la Palestine comme un espace vide, archaïque, donc disponible, et par l’historiographie nationaliste arabe, a favorisé l’entrée dans la modernité de la province et de la ville. D’où la puissance intégratrice d’une idéologie, issue de la Révolution Française, universaliste internationale, faite d’échanges interreligieux, fondée sur un syncrétisme bien ancré localement. Les gouverneurs ottomans qui se sont succédé à Jérusalem de 1870 à 1910 sont pour la plupart des personnalités de haut rang de l’administration. Ils travaillent à l’insertion de la petite histoire de la ville dans la grande histoire de l’Empire : inauguration le 1er septembre 1900 d’une fontaine publique monumentale à l’occasion du jubilé du règne du sultan Abdülhamid II ; un réseau routier, au maillage important, va désenclaver la ville et en faire le carrefour de toute la région. Une première route est construite en 1867-1869 entre Jérusalem et Jaffa, port des grandes voies maritimes ; en 1872 est lancé le chantier de la route nord, Jérusalem-Naplouse, qui sera achevée en 1881. Enfin en 1892 est inaugurée la route Jérusalem-Jéricho pour relier la ville sainte à la vallée du Jourdain et à la mer Morte, grâce à un nouveau pont inauguré en 1885 et un service de ferry-boat mis en place en 1895. À partir de 1892, Jérusalem est donc le centre d’un réseau routier cohérent et moderne qui permet à l’administration ottomane de désenclaver la région. À partir de ce réseau en étoile des routes secondaires sont construites : Gaza-Hébron en 1888, Hébron-mer Morte 1895, Jaffa-Haïfa 1898, Jaffa-Naplouse 1908. 1892 est aussi l’année d’inauguration de la ligne de chemin de fer Jaffa-Jérusalem. Cette ouverture sur l’extérieur correspond de moins en moins à l’image d’une ville sainte, figée dans ses souvenirs bibliques. C’est une des provinces de l’Empire qui connaît la modernisation précoce et la plus intensive, engagée dans un processus de sécularisation et d’occidentalisation.

6Par ailleurs, une municipalité mixte, facteur d’intégration (oubliée par les historiens) a fonctionné sans interruption de 1863 à 1930. Instance administrative commune, elle était chargée de représenter l’ensemble des « citadins » de Jérusalem. Ce conseil municipal comprend 5 à 10 conseillers élus au suffrage censitaire par les citoyens ottomans âgés d’au mois 25 ans. La forte proportion d’émigrés juifs récents, de nationalités étrangères, explique leur faible représentation. Mais une communauté citadine a bien existé dans les années 1900, et ce sont les acteurs de la municipalité qui ont le mieux incarné cette urbanité en plein essor.

7Au cœur de l’action municipale se situe la défense de l’espace public avec la création d’un cadastre, d’un règlement d’alignement des constructions, la nécessité d’obtenir un permis de construire, le pavage des rues, la mise en place d’un éclairage public, du ramassage des ordures. La municipalité est chargée de la protection de la santé publique avec des mesures de prévention contre les épidémies, des médecins municipaux, la construction d’un hôpital en 1891 et l’amélioration des adductions d’eau potable. Les loisirs ne sont pas oubliés avec l’aménagement d’un parc, d’un kiosque à musique et d’un théâtre municipal. En 1895, trop à l’étroit dans les bâtiments du gouvernement, la municipalité décide de construire un nouvel immeuble à son usage, à l’extérieur de la vieille ville, à proximité du jardin public, du kiosque à musique et du « Café de la mairie ». C’est encore dans ce quartier que seront inaugurées en 1900 une nouvelle fontaine publique, puis en 1907 la monumentale tour de l’horloge. Un temps et un espace publics s’inventent, qui permettent aux citadins de Jérusalem d’évoluer au sein d’une urbanité partagée. Ainsi l’institution municipale a produit, développé, conforté le lien social dans la ville.

8À partir de la révolution de 1908, Jérusalem va devenir le centre de luttes de nationalités. Se développe alors un rejet anti-arabe de la part d’une partie des juifs récemment immigrés. L’émergence du projet sioniste contredit l’utopie supra-nationale portée par la révolution jeune turque, elle-même traversée par de nombreuses contradictions. Alors que le projet sioniste ne fait pas consensus parmi les juifs de Palestine, le nationalisme arabe ne fait pas consensus parmi les musulmans et les chrétiens. La ligne de fracture est loin d’être rectiligne en 1911. « L’âge des possibles » se referme en 1917. Quand l’armée britannique du général Allenby entre dans la ville sainte, la Jérusalem levantine n’existe déjà plus. Les fractures identitaires s’accentuent pendant les deux décennies suivantes, avant de tourner en guerilla entre sionistes et nationalistes palestiniens, à la fin des années 1930, puis à la guerre en 1948-1949. Dans ce nouveau chapitre, la communauté citadine de Jérusalem disparaît, ensevelie sous les polarisations religieuses, ethniques, puis nationales.

9À la lecture de ce livre il apparaît que Jérusalem, après 1900, n’a pas pris le bon chemin. Les thèses de Vincent Lemire seront-elles acceptées ? On peut en douter. Il démontre néanmoins que l’histoire et les historiens sont tributaires des événements contemporains. On n’a pas fini de regretter, dans ce Moyen-Orient en feu, la fin de l’Empire Ottoman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Vincent Lemire, Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles »Revue des sciences sociales, 56 | 2016, 159-160.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Vincent Lemire, Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles »Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.440

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search