Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56Lu – à lireJean-Marie Déguignet, Mémoires d'...

Lu – à lire

Jean-Marie Déguignet, Mémoires d'un paysan Bas-Breton, 1834-1905

Marie-Noële Denis
p. 160-161
Référence(s) :

Jean-Marie Déguignet, Mémoires d'un paysan Bas-Breton, 1834-1905, éd. An Here, 2000, 462 p.

Texte intégral

1Publiées en partie dans la Revue de Paris en 1905 et dans le Bulletin de la société archéologique du Finistère en 1963, les mémoires de Jean-Marc Déguignet sont enfin disponibles en version accessible, mais non censurée. Ce fils de journalier agricole de la Bretagne bretonnante des environs de Quimper nous a laissé un témoignage étonnant sur la société rurale de son lieu et de son temps. Tour à tour mendiant de 9 ans (1844‑1850), vacher d’un propriétaire éclairé (1851‑1853), soldat lors des guerres du Second Empire (guerre de Crimée, campagne d’Italie, guerre de Kabylie, guerre du Mexique ; 1855‑1868), fermier marié et chargé d’enfants (1868‑1883), chassé de sa ferme en tant que républicain, anticlérical et libre penseur, débitant de tabac (1888‑1891), miséreux à Quimper (1892‑1905), il écrira ses mémoires du fond du grenier où il habite, avant de décéder, à 71 ans, face à l’hospice.

2« L’histoire de ma vie » se compose de divers cahiers manuscrits : un cahier de 26 pages, 9 cahiers de 40 pages, un cahier de 57 pages, un cahier de 60 pages, 24 cahiers de la page 201 à la page 2854 (manque le cahier n° 1). La première version (24 cahiers de 40 pages), remise à la Revue de Paris, n’a pas été retrouvés. Nous n’en conservons que la version publiée aux n° 34-35-36 et 37 de la revue.

3Nonobstant les ajustements de Bernez Rouz, le français de l’autodidacte Déguignet, cousu de bretonismes, de citations en latin, en espagnol et en italien, nous apparaît particulièrement riche et lucide. Malgré les outrances de l’auteur, le propos est incisif, alerte et sincère. Sa vision critique et réaliste de la société bretonne va à l’encontre des images véhiculées par les mouvements folkloriques et régionalistes, (en particulier par Anatole Le Braz), dont les têtes pensantes sont issues de la bourgeoisie et de la petite noblesse locales, et non du peuple.

4La société bretonne y est décrite comme figée dans un conservatisme dominé, encore dans la deuxième moitié du xixe siècle, par la noblesse et le clergé, les uns possédant la terre et les autres les âmes. La majorité de la population est très pauvre et vit dans une grande précarité. La terre appartient à la noblesse ou à de grands propriétaires qui vivent du revenu de leurs fermages. Car les paysans sont fermiers à baux très courts, sur des terres qui ne leur appartiennent pas, et dont ils ne possèdent que les animaux et les instruments aratoires. La routine commande leurs travaux, avec son lot de terres en friche, de marécages et de maisons insalubres. Les efforts de Déguignet pour amender et cultiver les landes, assécher les marais, développer l’élevage et assainir son habitation, seront mal vus par ses congénères. Il sera facilement chassé de sa ferme pour ses idées républicaines et anticléricales qui représentent un danger pour l’immobilisme de la société locale.

5Dans ce cas, la misère est certaine, et beaucoup de laissés pour compte se résignent à l’émigration, en particulier par le biais de l’armée. Malgré sa petite taille (moins de 1m 54) Déguignet sera enrôlé et y passera 12 ans. Il jugera sévèrement les campagnes militaires du Second Empire où, selon sa formule, « des lions étaient commandés par des ânes ». D’autres miséreux se réfugient dans l’alcoolisme, à base de cidre et d’eau-de-vie, qui touche aussi bien les femmes que les hommes. Les débits de boisson sont légion, présents dans tous les villages. Les ivrognes y pullulent et provoquent bagarres et scandales. Déguignet lui-même tiendra, à son corps défendant, l’un de ces établissements à Quimper, puis en annexe de son bureau de tabac. Sa femme mourra de delirium tremens à moins de 50 ans.

6La vision critique de la société rurale traditionnelle de Bretagne, vue par l’un de ses protagonistes, loin des versions véhiculées par les folkloristes du xixe siècle, annonce la révolte ou la fuite des plus pauvres et la fin des paysans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noële Denis, « Jean-Marie Déguignet, Mémoires d'un paysan Bas-Breton, 1834-1905 »Revue des sciences sociales, 56 | 2016, 160-161.

Référence électronique

Marie-Noële Denis, « Jean-Marie Déguignet, Mémoires d'un paysan Bas-Breton, 1834-1905 »Revue des sciences sociales [En ligne], 56 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.442

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search