Navigation – Plan du site
Revues d'ailleurs

Notre invitée : La Ricerca Folklorica

Nicoletta Diasio
p. 116-117

Notes de la rédaction

Les contenus des numéros de RF sont consultables sur <https://www.grafo.it/epages/990453545.sf/it_IT/?ObjectPath=/Shops/990453545/Categories/Rivista_La_ricerca_folklorica>.

Texte intégral

1Dans ce numéro, la rubrique Revues d’ailleurs accueille une revue italienne d’anthropologie : La Ricerca folklorica. Contributi allo studio della cultura delle classi popolari. Dirigée par l’ethnolinguiste Glauco Sanga, La Ricerca Folklorica (ou Erreffe) est fondée en 1980 à l’initiative d’un groupe de jeunes ethnologues souhaitant ouvrir un espace d’approfondissement et de débat sur différents aspects de la culture populaire, au niveau national et international.

2Dans la perspective de la revue, l’adjectif « folklorique » définit ce qui, selon l’interprétation d’Ernesto De Martino, caractérise autant les classes populaires des sociétés dites occidentales, que celles d’ailleurs : l’élaboration d’une culture spécifique dans des conditions de subalternité économique et politique. Le folklore ne désigne pas ce qui « survit » à l’action de l’histoire, mais il reflète une manière spécifique d’être dans l’histoire et d’en exprimer la puissance créatrice. Pour cette raison, les sujets traités par la revue se sont progressivement élargis du domaine folklorique italien à celui ethnologique international. Accueillir La Ricerca Folklorica nous permet ainsi de prolonger le questionnement autour de la pertinence de concepts comme « culture populaire » ou « études de folklore », initié dans le numéro 60 de 2018 à travers les travaux de la revue slovène Traditiones.

3La Ricerca Folklorica est une revue « peer-reviewed », qui publie en italien, mais également en anglais et en français, elle présente à chaque numéro un dossier thématique suivi de rubriques, recensions, entretiens. D’abord publiée deux fois par an, elle est passée à une sortie annuelle en 2013. Depuis 2005, la revue est présente sur la plateforme en ligne JSTOR.

4Les articles que nous reproduisons ici sont issus des numéros 67-68, parus en 2013 sous la direction d’Amalia Signorelli et de Glauco Sanga : Ernesto De Martino : tra etnografia e storia (Ernesto de Martino : entre ethnographie et histoire). Ils constituent une relecture critique du travail de l’anthropologue et historien des religions napolitain : les auteurs questionnent la place de l’ethnographie, le fonctionnement de l’équipe (voire ses conflits implicites), les dimensions occultées de la recherche de terrain, les pistes d’interprétations abandonnées, les relectures post-mortem qui ont construit une sorte de doxa demartinienne au sein de l’anthropologie italienne.

5Ces textes constituent alors une contribution précieuse pour comprendre la science en train de se faire, ainsi que la manière dont savoirs et sociétés dialoguent au fil du temps.

6La première contribution, L’ethnographe impatient de Glauco Sanga, remet en perspective la place du terrain ethnographique dans la recherche sur le tarantisme, menée au Salento, dans les Pouilles, entre 1952 et 1959. De Martino s’y révèle comme « un ethnographe impatient, qui prépare minutieusement l’expédition, mais cherche une confirmation rapide et s’énerve si le terrain réfute ses prédictions tout en acceptant honnêtement (et non sans agacement) ce verdict ». Néanmoins, l’imprévu permet de réorienter les hypothèses de départ, par exemple en montrant la progressive dissolution du rituel dans la chapelle. Sanga a aussi le mérite de montrer des clés de lecture inabouties de La terra del rimorso, comme une interprétation genrée du tarentisme ou encore la place des animaux.

7Cette attention à ce que les livres ne disent pas, à ce qui reste irrésolu, à ce qui, pour des raisons historiques, ne peut pas être vu ou qui, au contraire, prend une visibilité inattendue, caractérise la deuxième contribution, celle de Pietro Angelini, Dans la « fosse aux serpents ». L’auteur ouvre « le tiroir invisible de l’équipe », il nous en montre les dissensions, le travail invisible, notamment celui d’Amalia Signorelli, les contradictions issues du terrain. Dans cette tension entre ce qui est caché et ce qui est mis en image, l’auteur explore également les raisons de la fortune médiatique du tarantisme, sa spectacularisation et ses liens avec le cinéma italien des années 1950.

8Giordana Charuty, Daniel Fabre, Marcello Massenzio reviennent enfin sur l’aventure intellectuelle qui les a amenés à traduire le dernier travail d’Ernesto De Martino, La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali, paru posthume en 1977. Les auteurs éclairent les choix de Clara Gallini, le contexte historique des sciences sociales italiennes des années 1970, dominées par le paradigme marxiste, l’atelier de De Martino et les sources utilisées dans le manuscrit. Recomposition et critique, la traduction fonctionne comme un révélateur de choix idéologiques et finalement nous laisse une question en héritage : qu’est-ce que être fidèle à un auteur ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « Notre invitée : La Ricerca Folklorica », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 116-117.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Notre invitée : La Ricerca Folklorica », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4530

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Dynamiques européennes
UMR 7367 CNRS/Unistra
Université de Strasbourg
Institut universitaire de France
nicoletta.diasio[at]misha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals