Navigation – Plan du site
Hommages

À Ágnes Heller

In memoriam
Lukasz Czarnecki
p. 144-145

Texte intégral

1J’étais étudiant de l’Université nationale autonome du Mexique quand j’ai rencontré Ágnes en 2009 lors d’un court séjour à New York. Ainsi j’ai eu la possibilité de participer à sa dernière classe à la New School for Social Research.

2Vin et fromage. Nous avons parlé de Kant. C’était une invitation à la fête, à un festin où tout le monde était entendu, même s’il ne s’agissait que de silence. Elle était pleine de sensibilité envers les autres.

  • 1 Á. Heller a été influencée par Hannah Arendt, mais la conception de la liberté de Heller est plus é (...)

3Ágnes était capable de répondre à toutes les questions. Et cette réponse était donnée face à face, lorsque nos yeux se rencontraient, quand la possibilité d’un dialogue était instaurée. Sa question centrale était alors la « liberté transcendante », qui chez Kant prend la forme d’un masque (1967). Vous pouvez prendre différentes formes de masques ; la liberté (Freiheit) sera toujours la source de la loi ; c’est absolu, ça n’a pas de condition. C’est éternel (timelessness), c’est-à-dire « hors du temps »1. Il n’existe pas de situation telle que l’homme n’ait pas le libre choix de prendre la décision d’être libre, même dans des situations extrêmes.

4Son concept d’être étranger est compatible avec celui de Georg Simmel pour qui l’étranger est comme un « type social », c’est-à-dire « se constituant sur la base de la spatialité de toute interaction sociale et qui par là présente des traits qui se rencontrent partout à la fois » (Rammstedt 1994 : 148). De la même façon pour Ágnes, « les étrangers absolus » sont des représentants de « l’altérité absolue » comme entre Shylock et les marchands de Venise ou Othello dans les œuvres de Shakespeare. Heller écrit dans un essai que : « Les êtres humains sont complexes et on ne peut jamais les saisir. Pas même s’ils sont “typiques” comme des étrangers absolus. Encore moins si on ne peut s’adresser à eux que par leur nom propre » (Heller 2001 : 174).

  • 2 F. Fehér était l’époux d’Ágnes Heller. Ensemble ils ont écrit plusieurs livres et articles (par exe (...)

5Ágnes Heller est née à Budapest en 1929 dans une famille judéo-hongroise. Son père est mort à Auschwitz, sa mère et elle-même ont survécu dans le ghetto de Budapest. Plus tard, elle a commencé à étudier la philosophie à Budapest et elle est devenue l’élève de György Lukács. En 1957, elle a été renvoyée de l’université de Budapest en raison de sa participation à la révolution de 1956. Dans les années 1960, elle est devenue membre du groupe de philosophes, comprenant notamment György Márkus, Mihály Vajda, Ferenc Fehér2, appelé « école de Budapest » par Lukács.

Ágnes Heller au musée national d’Anthropologie, Mexique, 2015

Ágnes Heller au musée national d’Anthropologie, Mexique, 2015

Photographie : ©Lukasz Czarnecki

6Elle développe à la perfection le concept « d’hétérointerprétation », introduit pour la première fois par Lukács en 1908 dans L’âme et les formes (1974). On y parle de phénomène social en utilisant des méthodes autres que le phénomène qui est traité par la science initiale, c’est-à-dire la sociologie. Pour Lukács par exemple, les romans de Tolstoï sont des sources de réflexion sociale, mais pour Heller, ces sources sont plutôt les œuvres théâtrales parmi lesquelles on trouve celles de Shakespeare, qui sont à la fois des tragédies et des comédies. Une analyse littéraire des travaux de Shakespeare livre des clés sociologiques pour étudier les exclusions, les inégalités et les relations conflictuelles entre classes.

  • 3 Lors d’un entretien personnel avec l’auteur de ce texte.

7Elle n’a jamais été « marxiste », comme certains publicistes ont voulu la cataloguer, et à la question de savoir si elle était marxiste, elle répondait en reprenant la réponse de Karl Marx invité à répondre à la même question. Il avait répondu : « Je suis Karl Marx, pas marxiste ». Et tout comme lui, elle a répondu : « Je suis Ágnes Heller »3.

8En 1986, elle est devenue professeure de philosophie à la New School for Social Research de New York. Elle a pris sa retraite en 2006 et y a dirigé des séminaires jusqu’en 2009. Son travail de cette période porte sur la « Philosophie de la moralité », l’« Éthique de la personnalité », la « Philosophie de l’histoire en fragments », la « Théorie de la modernité », le « Concept de beauté ».

9Elle a vécu à Budapest et a mené une vie scientifique et culturelle publique active en Hongrie, particulièrement contre le régime d’Orban. Elle a toujours voyagé. Elle aimait traverser les frontières. Elle venait d’Europe de l’Est et comprenait les problèmes de cette région qui, à l’instar des pays d’Amérique latine, constitue une périphérie, une province du monde euro-atlantique. Dans cette perspective, à l’automne 2015, j’ai invité Ágnes à l’Université nationale autonome du Mexique. Le directeur du département politique et social, Fernando Castañeda, a soutenu la demande de financement du séjour. Des réunions et des conférences ont été organisées, dont le fruit est la publication d’un numéro d’Acta Sociológica (Czarnecki 2018) et un livre (Czarnecki 2019) édité par la maison d’édition Siglo XXI Editores, avec le soutien de son directeur, Jaime Labastida. Ce dernier livre comporte un prologue de Judith Friedlander, avec la contribution d’intellectuels du Mexique, du Brésil et des États-Unis.

10Elena Poniatowska, la plus célèbre journaliste et écrivaine mexicaine, nous a invité à dîner. Nous avons parlé de la condition de l’homme, de l’art, de l’opéra. Les deux auteures se sont parfaitement comprises. C’était comme rencontrer deux amies perdues depuis longtemps. Elles avaient beaucoup à dire sur la situation des migrants, sur la politique, sur le rôle de la parole écrite dans les absurdités de la vie quotidienne. Définitivement « Time is out of joint » comme dit Hamlet (Heller 2002). Le temps n’est plus favorable pour les nationalismes et les régimes autoritaires.

11Au Mexique, nous avons visité le Musée national d’anthropologie où elle a admiré l’art précolombien, particulièrement la tortue, symbole de résistance comme le montre la photo. Elle est morte, peut-être parmi les tortues et des poissons, dans le lac Balaton le 19 juillet 2019.

Haut de page

Bibliographie

Czarnecki L. (2018), Ágnes Heller. Teoría y práctica de la vida cotidiana en América Latina, Acta sociológica, 76, <http://dx.doi.org/10.22201/fcpys.24484938e.2018.76>.

Czarnecki L. (2019), Ágnes Heller: ¿Revoluciones en la vida cotidiana?, México, Siglo XXI editores, <https://sigloxxieditores.com.mx/tienda?keywords=czarnecki&olsPage=products%2Fxn-revoluciones-en-la-vida-cotidiana-50-aos-despues-2vc98g>.

Fehér F., Heller Á. (1983), « Class, democracy, modernity », Theory and Society, 12, 2, p. 211-244.

Fehér F., Heller Á., Màrkus G. (1983), Dictatorship over needs, Oxford, Basil Blackwell.

Heller Á. (2001), Aesthetics and Modernity, Lanham, Lexington Books.

Heller Á. (2002), The Time is Out of Joint: Shakespeare as Philosopher of History, Lanham, Rowman & Littlefield.

Kant I. ([1788]1967), Kritik der Praktischen Vernunft, Hamburg, Felix Meiner Verlag.

Lukács G. ([1908] 1974), L’âme et les formes, Paris, Gallimard.

Rammstedt O. (1994), « L’étranger de Georg Simmel », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 21, p. 146-153.

Haut de page

Notes

1 Á. Heller a été influencée par Hannah Arendt, mais la conception de la liberté de Heller est plus étendue que celle d’Arendt.

2 F. Fehér était l’époux d’Ágnes Heller. Ensemble ils ont écrit plusieurs livres et articles (par exemple Fehér, Heller, Márkus 1983 ; Fehér, Heller 1983).

3 Lors d’un entretien personnel avec l’auteur de ce texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ágnes Heller au musée national d’Anthropologie, Mexique, 2015
Crédits Photographie : ©Lukasz Czarnecki
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/4673/img-1.png
Fichier image/png, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lukasz Czarnecki, « À Ágnes Heller », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 144-145.

Référence électronique

Lukasz Czarnecki, « À Ágnes Heller », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4673

Haut de page

Auteur

Lukasz Czarnecki

Université autonome nationale du Mexique
lukasz[at]comunidad.unam.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals