Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Freddy Raphaël, Les Juifs d’Alsace et de Lorraine de 1870 à nos jours

Nicoletta Diasio
p. 149-150
Référence(s) :

Freddy Raphaël, Les Juifs d’Alsace et de Lorraine de 1870 à nos jours, Paris, Albin Michel, 2018, 256 p.

Texte intégral

1Le livre de Freddy Raphaël retrace l’histoire des juifs d’Alsace et de Lorraine du Moyen Âge à l’époque contemporaine : société pluri-centenaire, comme la définit l’auteur, qui a su « se trouver en même temps idéologiquement en exil et existentiellement à la maison » (p. 10). Ce paradoxe se nourrit d’une volonté à durer, d’une capacité à faire de la créativité en situation de détresse et à exprimer les contours d’un judaïsme qui a cherché à combiner sans arrêt une identité distincte dans le creuset de l’universalisme français.

2Le premier chapitre décrit le processus de structuration des communautés juives de l’époque médiévale jusqu’à l’Émancipation. On y retrouve des éléments qui affectent d’autres populations juives d’Europe – la précarité, la mobilité imposée, les persécutions et les pogroms, la nécessité d’avoir sans cesse à négocier leur place – le propre des juifs comme le caractère rural de leur installation et un lien fort à la tradition religieuse. Ce dernier trait se manifeste plus fortement au moment de l’Émancipation : l’attachement à la France, à la déclaration des droits de l’homme, à l’universalisme de ces droits ne se départit pas d’une volonté de maintenir une certaine autonomie et une organisation interne fondée sur une religiosité propre. Freddy Raphaël reconstruit les transformations introduites par ce tournant, ainsi que les débats qui l’accompagnent dans des domaines aussi divers que l’éducation, le culte, le monde du travail, la représentation politique, le rapport à l’armée. C’est le moment où sont jetées les bases d’un franco-judaïsme caractérisé par une double fidélité : à la République et à la particularité religieuse. La tension entre laïcisme et communautarisme se ressent de manière plus aiguë dans la France de l’est : dans ce sens, par le judaïsme d’Alsace et Lorraine, on peut presque lire des spécificités propres à ces territoires.

3Un deuxième chapitre se présente comme un sas nous plongeant dans la vie quotidienne des communautés juives rurales d’Alsace et de Lorraine de la fin du xixe au début du xxe siècle. Le rythme de l’écriture se fait plus lent : la description plus apaisée, parfois nostalgique, présente les transactions économiques ou matrimoniales, des rituels qui échappent à l’emphase, les usages autour de la table dressée, des joutes humoristiques. On y découvre, par exemple, un nombre de lectrices plus important que dans le reste de la France ou la naissance d’une langue, le jeddich-daitch, le judéo-alsacien, témoignage d’un partage et d’une proximité forte dans la région. Dans la description qu’en fait Raphaël, cette langue portant la trace de la ruralité et des marges nous rappelle en partie ce judéo-piémontais mêlant méfiance et bonhomie décrit par Primo Levi dans Il sistema periodico (1975).

4La course de l’histoire reprend ensuite avec l’impact de la guerre franco-prussienne et de la première Guerre mondiale, qui met ces communautés face à de nouveaux défis : le choix entre la France ou l’émigration ; l’arrivée des immigrés Altdeutsche ; la flambée de l’antisémitisme après la défaite qui prend corps dans l’affaire Dreyfus ; la germanisation avec son lot d’accommodements et de résistances ; mais aussi le renouveau intellectuel et économique. Un quatrième chapitre se penche sur l’entre-deux-guerres et sur la montée d’un antisémitisme virulent. Raphaël montre, par exemple, comment à Strasbourg, en 1934, à la formation du gouvernement Blum, et en 1938, à l’imminence de la guerre, des dégradations, des débuts de pogroms, des pillages contre les juifs constituent à la fois un exutoire à la peur et la recherche d’un bouc émissaire. Tout ce chapitre nous semble particulièrement dense et réussi. Il décrit l’évolution de la communauté juive face aux périls, mais aussi la diversité de positions, de mouvements, d’idéologies, d’organisations qui, d’une manière ou d’une autre, se déploient dans un monde que la guerre avait profondément transformé. Entre isolement, persécution et volonté de résistance, les juifs d’Alsace et de Lorraine sont confrontés également à l’arrivée de nouveaux étrangers, ces Polaks, dont la pauvreté, la visibilité, la religiosité expressive rappelaient trop des stéréotypes anciens et un passé qu’on souhaitait peut-être oublier. Ce chapitre nous semble remarquable également pour l’importance donnée aux mouvements de jeunesse.

5L’attention aux jeunes et à l’enfance se retrouve dans le chapitre suivant, dédié à la deuxième guerre mondiale. Encore une fois, le pays qui avait déclaré les droits de l’homme se manifeste infidèle face aux principes qu’il avait énoncés (p. 160 et suivantes). Expulsions, persécutions, déportations sont décrites finement, tout comme ces organisations – comme les Éclaireurs israélites de France, les associations éducatives, religieuses ou professionnelles – qui se lancent dans une résistance trop souvent oubliée dans la mémoire sociale et animée par un impératif qu’il nous semble important de rappeler : « l’étude malgré tout » (p. 197).

6Le temps de la reconstruction arrive enfin : le dernier chapitre est consacré à ces héritiers, ces « bâtisseurs » qui doivent faire les comptes avec l’anéantissement de la guerre et la volonté renouvelée de forger « des juifs de conviction et non plus de condition » (p. 209). De nouveaux arrivants, cette fois-ci du Maghreb, confèrent une nouvelle visibilité à la communauté juive. Et reprend ainsi ce travail de tissage de liens, d’échanges, de rencontres dans le creuset duquel se construit le judaïsme alsacien et lorrain.

7Les Juifs d’Alsace et de Lorraine se présente comme livre clair, très documenté, animé par une écriture qui sait être concise, sans être simpliste. Derrière la scansion en chapitres et en époques, nous retrouvons des fils rouges qui tissent l’architecture de l’ouvrage. Le premier est sûrement la spécificité d’un judaïsme qui a l’ambition de combiner traditions locales et universalisme républicain. En Alsace et en Lorraine, ce franco-judaïsme semble renforcé par la position frontalière de ces territoires qui semblent vivre de manière amplifiée des tensions et des aspirations plus généralement partagées par les Juifs de France. Un deuxième fil, enchevêtré au précédent, est donné par l’alternance entre des mesures visant à la reconnaissance et à l’intégration et des dispositions qui ébranlent la confiance, qui renouvellent les humiliations, qui trahissent les aspirations de celles et ceux qui ont regardé la France comme une terre d’accueil et de droits.

8Cette oscillation recoupe des phases alternées de visibilité et d’invisibilisation. Comme si la reconnaissance n’était possible qu’au prix d’une discrétion imposée, notamment dans l’espace public et institutionnel. Cette injonction non déclarée se révèle fortement après la première Guerre mondiale, quand « c’est surtout l’accession des juifs à des postes en vue qui suscite l’animosité » (p. 112). Néanmoins, le renvoi à une invisibilité nécessaire à la survie et à l’acceptation est un trait récurrent. Ce qui révèle également toutes les injonctions contradictoires entre renvoi au communautarisme et rappel à une intégration « totale » et, de ce fait, toujours perçue comme inachevée. Le livre montre alors les ressources nécessaires à répondre à ces demandes contradictoires. La « créativité continuée » (p. 35) nécessaire à tenir ensemble intégration dans la République et fidélité aux valeurs religieuses, ainsi que les négociations qui l’ont accompagnée, se révèlent intéressantes dans le contexte contemporain. Elles remettent en perspective les théories de l’assimilation et questionnent les stéréotypes courants d’étrangers qui seraient in-intégrables, car « trop » différents ou menaçant la cohésion sociale.

9De ce fait, ce livre démystifie toute rhétorique sur l’identité et les racines. L’histoire qu’il reconstruit témoigne concrètement à quel point, « au lieu de parler d’arbres et de racines, de sommets et de descentes, on pourrait [dans le cas des identités collectives] recourir à l’image de fleuve et d’affluents […] Des métaphores horizontales de la tradition peuvent nous faire comprendre que l’on peut parfaitement appartenir à une certaine tradition sans avoir pour autant le sentiment d’en être prisonniers – car nous ne sommes pas des arbres, qui ne peuvent s’arracher à leurs racines sans sécher et mourir, mais plutôt sources et ruisseaux, dont les eaux coulent et se mêlent beaucoup plus librement » (Bettini 2017 : 46 et 47 souligné par l’auteur).

10La thématique des « identités en partage » est chère à l’auteur (Raphaël 2001). Mais cette confluence de vies, dans les espaces-frontières ici décrits, porte l’empreinte de conflits et de réconciliations. L’ouvrage témoigne au fil des siècles de l’attitude ambivalente de l’Alsace et de la Lorraine envers les juifs, marquée à la fois par une disponibilité à l’accueil et une violence extrême. Comme déjà exploré ailleurs (ibidem), le juif n’est pas l’autre radical, mais ce proche dont il faut se démarquer, « l’étranger interne » (Simmel 1908, Raphaël 2008), qui nous tend un miroir, nous invite au questionnement sur nous-mêmes et qui rappelle une condition humaine fondamentale et existentielle d’exilé. Et à leur tour, les juifs alsaciens et lorrains ont été eux aussi mis à l’épreuve par la succession d’immigrations, de départs, d’exils, de retours. Comme dans le cas du fleuve décrit par Bettini, ils ont expérimenté « mille autres possibilités, et surtout des possibilités contrastant les unes avec les autres » (Bettini 2017 : 47). D’où l’actualité de ce livre, et le rappel de Léon Blum qu’il fait sien (p. 152) et avec lequel nous souhaitons clore : « Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire qu’on ait acquis la sécurité par la lâcheté. »

Haut de page

Bibliographie

Bettini M. (2017), Contre les racines, Paris, Flammarion.

Levi P. (1975), Il sistema periodico, Torino, Einaudi.

Raphaël F. (2001), Regards sur la culture judéo-alsacienne. Des identités en partage, Strasbourg, La Nuée bleue.

Raphaël F. (2008), « Le juif comme paradigme de l’étranger dans l’œuvre de G. Simmel », Sociétés, 3, 101, p. 81-90.

Simmel G. (1908), Digression sur l’étranger, in Grafmeyer Y., Joseph I. (dir.), L’École de Chicago, Paris, Aubier, 1984, p. 53-59.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « Freddy Raphaël, Les Juifs d’Alsace et de Lorraine de 1870 à nos jours », Revue des sciences sociales, 62 | 2019, 149-150.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « Freddy Raphaël, Les Juifs d’Alsace et de Lorraine de 1870 à nos jours », Revue des sciences sociales [En ligne], 62 | 2019, mis en ligne le 07 novembre 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4698

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Dynamiques européennes
UMR 7367 CNRS/Unistra
Université de Strasbourg
nicoletta.diasio[at]misha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals