Navigation – Plan du site
Introduction

Enfants acteurs, enfants agis

Les défis des études en sciences sociales
sur l’enfance
Virginie Vinel et Francesca Zaltron
p. 12-25

Notes de l’auteur

L’article est le résultat du travail de deux auteurs. Les paragraphes « Les défis des études dans les sciences sociales sur l’enfance », « Enfance, enfances, enfants », « Des conceptions de l’enfance potentiellement contradictoires », « L’enfant devient un sujet de droit dans des dispositifs normalisés » et « Les tensions dans les études sur l’enfance » sont de Virginie Vinel. Les paragraphes « Le concept de l’agency : réflexions sur un concept controversé », « Quelques éléments critiques sur la définition d’agency » et « L’agency contextuelle et relationelle » sont de Francesca Zaltron.

Texte intégral

1La grande variabilité des conceptions de l’enfance, des activités des enfants et des relations adultes/enfants dans l’histoire et à travers les sociétés, met les sciences sociales devant un débat complexe relatif à la manière d’aborder épistémologiquement et méthodologiquement les enfants et l’enfance. Alors que les paradigmes de développement et de socialisation ont dominé les recherches en sciences humaines au cours du xxe siècle, ils ont été discutés dès les années 1980-1990 par d’autres approches qui reconnaissent aux enfants un statut d’acteur social, une capacité d’agir dans leur monde et de transformer ce qui les entoure (James, Prout 1997), de donner du sens à leur culture (Corsaro 2018, Delalande 2001), et de prendre place comme co-producteurs dans la recherche (Jones 2004, Robin et al. 2015). Deux visions se confrontent : celle d’observer les enfants en tant qu’êtres en formation pour devenir des adultes, les étapes de cette construction, les agents qui y concourent, les modalités d’incorporation des dispositions, et celle d’étudier les enfants en tant qu’êtres au présent, producteurs de sens et de pratiques dans des mondes, des institutions et activités où ils mènent leur vie quotidienne, peuplés d’adultes et d’enfants (James, Prout ibid., Corsaro ibid., Sirota 2006).

2Le choix du thème de ce numéro 63 et du suivant est né du constat de cette tension, particulièrement en France, et de l’envie de dépasser cette dichotomie pour donner à lire des articles de droit, sociologie, anthropologie, histoire, sciences de l’éducation qui contribuent à comprendre la complexité du débat sur le statut des enfants dans le monde contemporain, y compris dans la recherche. L’objectif est d’y décrire et d’y analyser les activités des enfants dans des institutions produites par les adultes, leur agir au quotidien dans ces structures, les dispositifs et les droits qui cadrent leur statut et leurs pratiques. Il s’agit aussi d’analyser les interactions entre adultes et enfants, et entre enfants eux-mêmes, sans en cacher les modalités de domination, les formes de reproduction, tout en cherchant à débusquer les actions, les points de vue des enfants et l’attention – ou non – portée à ces points de vue. Les dimensions européenne et internationale que nous avons souhaitées donner à ce numéro se sont imposées, d’une part, parce que des théorisations originales ont été proposées dès les années 1990 par les Anglais, Danois, Norvégiens et Américains, puis ont imprégné les travaux sur les enfants dans toute l’Europe. D’autre part, les traditions intellectuelles sont diversifiées et le débat français mérite d’être intégré dans une perspective plus large qui aide à le dépasser. Les conditions de vie des enfants, les droits qui leur sont reconnus, les hiérarchisations sociales, de genre, d’âges et de générations étant également variées, il nous semblait important que des contributions puissent rendre compte de situations hors de l’Europe. De plus, l’enfance n’est pas l’apanage d’une discipline, mais les recherches en histoire, sciences de l’éducation, sociologie, anthropologie se sont informées les unes les autres, d’où notre volonté de mettre en évidence les enjeux qu’elles posent. À l’intérieur même des spécialités, les thèses sur l’enfance suscitent des tensions : pensons seulement à celles princeps d’Ariès sur l’évolution du sentiment de l’enfance et l’amour parental, souvent reprises, mais amplement controversées voire contredites, comme nous l’explorerons ici. Nous souhaitons, en outre, souligner combien les différents regards portés sur les enfants dans la recherche, dans les institutions, dans les sociétés se diffusent et questionnent en retour les acteurs des champs qui encadrent les mineurs. Ainsi, l’anthropologie et le droit font face à une dissonance entre universalisme et relativisme culturel. La sociologie, en même temps que les normes sociales, tendent à donner une place d’acteurs aux enfants, tout en observant le maintien des hiérarchisations. Ces points feront l’objet des premières sections de cet article. L’introduction de ce numéro nous donne l’occasion de rendre compte d’une part, des formes de réflexivités entre différents champs de la recherche et du social (Giddens 1990), d’autre part, de certaines tensions qui agitent les questionnements sur l’enfance entre les disciplines et à l’intérieur même des disciplines.

  • 1 Nous avons décidé d’utiliser le terme anglais « agency », car c’est le terme le plus utilisé dans l (...)

3À cet égard, une partie de cette contribution apportera une réflexion critique sur le concept d’agency1 qui, non seulement, a été l’un des concepts fondateurs de la construction et de la légitimation des sociologies de l’enfance, mais constitue encore un élément théorique pertinent dans les études internationales sur l’enfance. Les conceptualisations issues de différents champs disciplinaires et perspectives intellectuelles internationales font état d’une polysémie du concept et d’ambiguïtés théoriques (Prout 2005, Garnier, 2015). Pour cette raison, une réflexion critique de ce concept permet de contribuer au large débat en cours sur les outils théoriques et méthodologiques avec lesquels on peut comprendre l’enfance et les enfants. Notre discussion visera notamment à révéler les écueils de l’essentialisation (Prout 2005) ou de l’ethnocentrisme (Valentine 2011, Punch, Tisdall 2012) de certaines approches de l’agency.

Enfance, enfances, enfants ?

4L’enfance et les enfants donnent lieu à une multiplicité de discours (conventions internationales, lois, chartes, discours de prévention, pédagogiques, scientifiques, médicaux) et de dispositifs les encadrant. Cette prolifération peut être attribuée à la dimension politique de la gestion des âges de la vie (Le Bras 2003) et particulièrement de l’enfance (Foucault 1999, Woodhead 2011).

5Plusieurs enjeux sont sans cesse en confrontation lorsque l’on parle d’enfance et d’enfants. Le premier concerne la définition même d’un enfant : qu’est-ce qu’un enfant ?

6Toutes les sociétés ont, en tous lieux, élaboré des catégorisations d’âges, et à l’intérieur de celles-ci, l’une qui englobe les humains du début de leur existence jusqu’à un moment où ils passent à une autre phase des âges de la vie. On peut ainsi dans un premier temps considérer l’enfance comme une période, définie socialement, par laquelle les individus passent au début de leur existence (Qvortrup 2011). La durée de l’enfance, les segmentations de cette phase, les demandes envers les enfants en termes d’acquisitions des habiletés corporelles, intellectuelles et sociales, les personnes et les dispositifs participant à la socialisation enfantine, les exigences envers cet entourage, les rapports sociaux entre adultes et enfants, et entre enfants, présentent une variabilité certaine (Montgomery 2009).

7La périodisation des âges détermine des groupes d’individus qui appartiennent à des catégories, voire à des classes d’âge (Peatrick 2003) qui structurent les parcours de vie (Mauger 1995), et forment des strates sociales au même titre que les classes sociales (Chamboredon 1991). L’enfance peut être ainsi définie, dans un deuxième temps, comme une « forme structurelle », c’est-à-dire une strate de la structure générationnelle qui organise la société – quels qu’en soient les raffinements (Qvortrup 2011). En tant que strate de la structure enfant/adulte, elle renferme des différences et des inégalités (ibid.).

8Dans la grande diversité des pratiques et représentations, une définition de l’enfant n’est pas toujours lisible. L’enfant peut se définir comme la personne qui appartient à cette strate sociale, ce qui évite aussi de déterminer des âges qui limitent le statut d’enfant, ceux-ci étant relatifs à la société et l’époque donnée. La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), adoptée par presque tous les pays de l’ONU, a institué l’âge de 18 ans comme limite entre l’enfance et âge adulte. L’institution d’un âge numérique comme marqueur d’un statut à un autre peut paraître occidentalo-centré (Morrow 2013). Cette frontière reste poreuse, malléable, selon les contextes socioculturels, économiques et selon les situations (Bonnet 2010).

  • 2 La catégorie « enfant » est à dimensions variables selon les locuteurs et les situations : certaine (...)

9Un ordre social articulant les catégories enfant/adulte et une succession des générations semble, toutefois, universel (Héritier 1996, Alanen 2001). L’une des spécificités de l’enfance comme strate sociale est que tous les individus l’expérimentent, au contraire des autres catégorisations sociales (Achin et al. 2009)2. De plus, les enfants changent et grandissent (Diasio 2015). Les attentes, normes et conduites s’échelonnent avec l’avancée dans l’enfance (Eideliman 2012) ; la reconnaissance sociale des capacités d’agir et de penser s’accroît avec l’âge et les enfants se transforment tout en produisant des savoirs et pratiques (Diasio, Vinel 2017b) ; la catégorie « enfance » s’est ainsi segmentée, en France, en une multitude de sous-catégories – petite enfance, préadolescence, adolescence, « adulescence » – dont les modes d’entrées et de sorties restent floues. La catégorie « enfance » en est d’autant moins homogène. L’une des tâches des sciences sociales est de mettre au jour cette diversité des représentations et structurations de l’enfance, la pluralité des enfances, leur articulation avec celle des adultes, et les pratiques des enfants. Faut-il pour autant qu’elles se segmentent en suivant des catégories mouvantes et en se spécialisant en « sociologie de l’adolescence » ou « anthropologie de la petite enfance » ? Une approche en termes de dynamique du déroulement des âges de la vie permet de comprendre davantage que l’enfance est à la fois une strate sociale définie par son caractère subordonné à celle des adultes (Qvortrup 2011), traversée par des transformations historiques, des variabilités culturelles et sociales, et par les métamorphoses de l’avancée en âge.

Des conceptions de l’enfance potentiellement contradictoires

10La complexité du champ de l’enfance conduit à un deuxième enjeu à savoir comment s’articulent les différentes conceptions de l’enfance dans un contexte donné, et comment la recherche peut en rendre compte.

11L’anthropologie a documenté la grande variété des représentations de l’enfance, les jeux, activités des enfants, les modes de socialisation, les apprentissages des codes sociaux et des techniques du corps, de travail, sur les différents continents depuis les travaux princeps de Mead (2016).

12Dans les sociétés dites traditionnelles, décrites au cours du xxe siècle, l’enfant est souvent le fruit de plus que l’association des gamètes mâles et femelles. Les théories locales de la procréation incluent des esprits, des dieux, des ancêtres (Godelier 2010), et l’enfant lui-même hérite sa personnalité, ses traits physiques et spirituels, d’entités revenues en eux (Bonnet 1994, Saladin d’Anglure 1986). L’enfant n’est ainsi pas uniquement la progéniture de ses parents, mais est identifié à un groupe plus large qui comprend autant les vivants que les morts de la parenté (Rabain 1979).

13Généralement, le nourrisson ou le petit enfant est pris en charge par des adultes et des enfants plus âgés de son entourage (mère, père, autres adultes de la famille, enfants aînés – souvent les filles) et des techniques de soins spécialisés sont prodigués (Lallemand 1997, Bonnet, Pourchez 2007). L’enfant acquiert des techniques du corps, de travail, de loisirs, les codes d’inter­actions sociales, photographiés, par exemple, par Mead et Bateson chez les Balinais (Bateson, Mead 1942). Avant que l’école ne serve de cadre mondialisé à l’apprentissage enfantin, les enfants apprenaient en réalisant de multiples tâches – genrées – telles que le gardiennage des animaux, l’aide aux tâches domestiques, le soin aux plus jeunes enfants, les travaux agricoles avec des responsabilités et des impératifs croissants (Montgomery 2009, Morrow 2013). Ces tâches sont souvent exécutées concomitamment au parcours scolaire aujourd’hui. Ces doubles engagements des enfants mettent les institutions internationales, autant que les chercheurs, devant des contradictions entre les revendications du droit à l’éducation, à une vie protégée et le respect des normes socioculturelles diversifiées. Ces discordances sont renforcées par les inégalités entre garçons et filles et entre enfants protégés et précarisés (Montgomery ibid.). Le risque s’accroît – ou est dénoncé – que le travail se transforme en exploitation dans une économie capitaliste mondialisée (Bonnet, Schlemmer 2009), et que les enfants soient mis au service des désirs adultes (Fondation Scelles 2019).

14Très étudiés par l’anthropologie, les rites de passage de l’enfance à la jeunesse puis à l’âge adulte ont été interprétés dans leur fonction symbolique de séparation du monde enfantin – à la suite de Van Gennep (2011), de fabrique des rôles sexués (Bonnemère 1996, Dauphin-Tinturier 2003), d’exclusion entre les initiés et les non-initiés (Bourdieu 1982, Houseman 2012). Ils étaient accompagnés d’épreuves physiques et psychologiques, souvent humiliantes et douloureuses, voire mutilantes (scarifications, excision, circoncision…). Le caractère potentiellement traumatique des rites d’initiation a été peu relevé par les anthropologues, soucieux de présenter la cohérence des pratiques culturelles dans leur environnement (Lévi-Strauss 1958). L’anthropologie a opéré un tournant en prenant davantage en compte le discours des individus sur les rites par le biais de récits biographiques notamment (Fiéloux 2000, Roberge 2014).

  • 3 Il est impossible de lister les travaux sur l’enfance en anthropologie et sociologie tant ils sont (...)

15Les new childhood studies ont diffusé l’idée d’un enfant acteur, comme nous le développons plus loin, et l’anthropologie au croisement de la sociologie s’est appliquée à mettre au jour leurs actions et leur point de vue (Bluebond-Langner 1978, Mayall 1994, Jacquemin 2012, Favretto, Zaltron 2013) même les plus petits (Gottlieb 2004, Razy 2012)3. Mais l’anthropologie reste tiraillée entre un objectif de documenter la pluralité des modèles d’enfances (Bonnet et al. 2012), et centrer son approche sur la perception des enfants. Les organisations internationales, comme la recherche, se retrouvent ainsi en tension entre reconnaître la relativité culturelle des représentations de l’enfance et pratiques associées, et interroger des actes potentiellement contradictoires avec le bien-être et l’« intérêt supérieur » des enfants, ces notions étant elles-mêmes situées socialement et historiquement.

L’enfant devient un sujet de droit dans des dispositifs normalisés

16Les institutions internationales (Unicef, ONU, Conseil de l’Europe…) font des enfants – définis comme des personnes de moins de 18 ans – des êtres disposant de droits sociaux, économiques, politiques et civiques. La Convention internationale des droits de l’enfant leur accorde les droits à la non-discrimination, à la protection, à un niveau de vie suffisant, au développement et à l’expression (CIDE 1989).

  • 4 Une synthèse des travaux historiques français de la fin du XXe sur l’enfance a été réalisée par Let (...)

17Cette reconnaissance procède d’une longue histoire liée à l’émergence de l’individu en Occident (Dumont 1983, Stone 1977) et particulièrement de l’enfant comme être individualisé (Montgomery 2009). À ce propos, les controverses ont animé les études historiques à la suite de la publication fondatrice de Philippe Ariès (1969). Des historiens se sont insurgés contre l’idée d’une absence de sentiment de l’enfance avant le xviie siècle (Flandrin 1964, Renaut 2002, Lett et al. 2015). Ils ont étudié autant les transformations des représentations de l’enfance, les conditions de vie, les activités que les pratiques de soins et éducatives à destination des enfants à différentes époques en Europe (Alexandre-Bidon, Lett 1997, De Mause 1975, Loux 1978, Rollet 2001, Becchi, Julia 1998)4. L’enfant baptisé dans la chrétienté est à la fois considéré comme innocent, sacralisé, et marqué de la souillure du péché originel ; il est aussi perçu comme malléable et pouvant recevoir une éducation (Alexandre-Bidon, Lett 1997). Les différences de rangs, de conditions socio-économiques et le genre affectent étroitement les pratiques. Les fils des strates supérieures recevaient une éducation parfois érudite, apprenaient le maniement des armes, l’art de gouverner (Alexandre-Bidon ibid.). Les enfants des classes populaires, paysans, artisans, journaliers, quant à eux, entraient vite dans la vie laborieuse et participaient à la vie adulte (Farge 2005). Garçons comme filles effectuaient des travaux en famille et partaient en apprentissage ou travailler dès 10-11 ans, encore au xixe siècle (Rollet 2001). On n’hésitait pas à les mettre en prison pour vagabondage, vol, mendicité (Farge ibid., Perrot 2019), mais les historiens dénient l’absence d’amour des parents envers les enfants (Morel 1997, Rollet ibid., Lett et al., 2015).

18Les thèses foucaldiennes ont influencé une partie de l’histoire de l’enfance, et la diffusion de la scolarité, puis son obligation, la multiplication des discours pédagogiques et médicaux sont considérés comme marquant à partir des xviiie et xixe siècles, un tournant dans le traitement de l’enfance (Foucault 1999, Becchi, Julia 1998). Les normes et l’encadrement de l’enfance deviennent professionnels tandis que les enfants sont plus massivement et plus longtemps intégrés à des dispositifs préscolaires ou scolaires (Becchi, Julia ibid., Thiercé 1999). La législation a protégé de plus en plus les enfants de la puissance paternelle, des conditions et horaires de travail délétères, des corrections et contraintes physiques abusives (Rollet 2001), au point que la législation européenne la plus récente insiste sur la responsabilité parentale et la poursuite de l’intérêt supérieur de l’enfant (Boele-Woelki 2005, Pocar, Ronfani 2004).

19La question de la violence infligée aux enfants jusqu’au xixe siècle est un point de réflexion des historiens (Lett et al. 2015) : au regard des normes des institutions internationales contemporaines, les châtiments appliqués aux enfants sont abusifs, mais le traitement des enfants est relatif aux interactions brutales des sociétés anciennes (Elias 2003). Le contrôle des enfants, comme des adultes, s’est fait plus insidieux par la surveillance des conduites les plus intimes (Foucault 1999). Les savoirs psychologiques et médicaux, les stades de développement régularisent et standardisent les phases physiques et psychologiques de l’enfance qui s’appliquent dans les scansions scolaires, les dispositifs de loisirs, d’éducation ou médicaux, organisés selon les âges (Turmel 2013).

20Cette standardisation conforte les thèses d’Ariès et de Foucault d’une plus grande normativité appliquée aux enfants au service du dressage des corps, via la famille (Foucault 1999). Mais ces thèses trouvent un contrepoint dans un autre regard porté sur l’histoire de l’enfance, celle d’une libération des enfants de l’autorité traditionnelle (Renaut 2002). Des mouvements pédagogiques préconisent une éducation épanouissante dès le xviiie siècle, cherchent à les émanciper, revendiquent que non seulement ils soient détenteurs de droits, mais fabriquent leurs propres lois dans les institutions qui les concernent, dans le cadre d’établissements d’inspiration fouriériste (Bremand 2012) ou des républiques d’enfants (Korczak 2006).

21La coexistence de ces thèses se reflète également dans l’évolution des relations familiales et des tâches parentales, résultat du processus croissant d’individualisation qui a affecté les sociétés occidentales contemporaines (Giddens 1992, Beck, Beck-Gernsheim 1996, Bauman 2001). Ce processus a produit des résultats différents selon les contextes nationaux, mais des tendances communes de changements sont avérées. La plus grande fragilité de la relation de couple, moins fondée sur l’institution matrimoniale (Blöss 1997) que sur la négociation entre les partenaires et l’autonomie de chacun (Giddens 1992, Beck, Beck-Gernsheim ibid.), s’est accompagnée d’un renforcement progressif de la relation parentale. La parentalité est devenue un choix, un projet, dans lequel les parents sont appelés à faire émerger l’enfant comme un sujet ayant des compétences et un potentiel (De Singly, 2001). L’enfant représente aujourd’hui le noyau fondateur des liens familiaux, aussi diversifiés soient-ils (Bastard, 2006), comme le numéro 41 de la Revue des Sciences sociales « Désirs de famille, désirs d’enfant » l’a exploré (Diasio 2009).

22Les savoirs experts (psychologie, médecine, pédagogie) ont étayé l’émergence de la parentalité comme choix. Ils ont produit des standards par lesquels contrôler et définir les contenus des tâches de soins, de la « bonne parentalité » (Martin 2014, Faircloth 2014) et du bon déroulement des parcours de croissance des enfants (Foucault 1999, Turmel 2013), tout en favorisant d’une représentation des enfants comme sujets (Gavarini 2006).

23L’histoire de l’enfance en Occident est donc traversée par des mouvements contrastés. Le regard que l’on porte sur cette histoire, davantage sur les dispositifs inventés pour rationaliser l’éducation enfantine ou sur les droits individuels acquis, joue un rôle dans l’interprétation proposée par les chercheurs.

24On peut retenir que les sociétés occidentales, et le modèle mondialisé par les institutions internationales, se caractérisent par un allongement de la période pendant laquelle les enfants sont considérés comme des êtres à part, pris en charge par des institutions spécialisées, des professionnels attitrés s’étendant, parfois, au-delà de la majorité légale (Becchi, Julia 1998).

25L’affirmation démocratique des sociétés au cours des xixe et xxe siècles a touché les enfants (Renaut 2002). Tout comme les femmes et les populations subalternes jusqu’alors muettes tant dans les sociétés que dans la recherche (Ardener 2005, Spivak 2009), l’enfant a acquis une voix, une capacité d’agir, un statut de personne et de sujet, et s’est vu reconnaître des droits individuels (James, Prout 1997). Ce mouvement s’est produit corollairement avec la reproduction de structures sociales d’âge et de génération qui perpétuent un statut de l’enfance et des enfants comme des mineurs. Les inégalités sociales, de genre, entre le Nord et le Sud, entre les classes sociales, entre les groupes racialisés fabriquent des enfances et des enfants différenciés et inégaux. Si dans les pays du Nord, la majorité des enfants sont des consommateurs plus que des producteurs (Zelizer 1994), les enfants précaires et les nombreux enfants des pays du Sud travaillent. Les enfants placés à l’école n’ont pas toujours une valeur économique, mais les dispositifs éducatifs se sont mis au service du capitalisme en favorisant la concurrence, la performance dès l’enfance et participent à la reproduction des inégalités sociales tout en promouvant des idées d’émancipation, d’épanouissement, de personnalisation des parcours (Bourdieu, Passeron 2018 ; Dubet 2010).

26La complexité du statut des enfants, à la fois minorisés, inscrits dans des dispositifs qui les dépassent et les contraignent, et reconnus – plus ou moins selon les contextes de vie – comme des sujets rend particulièrement aiguë la nécessité d’une recherche qui tienne compte des sédimentations des modèles d’enfances dans un cadre donné. Ainsi, Quaretta, dans ce numéro, rend compte avec intensité du chevauchement des modèles d’enfances locaux et importés en République démocratique du Congo et de son effet sur le parcours des enfants. La confrontation entre une représentation de la personne chrétienne et celle de « l’enfant du lignage » soumis aux aînés, conduit à des accusations de sorcellerie. En effet, les enfants qui contreviennent aux normes de subordination en fuyant les maltraitances et les conflits parentaux sont accusés d’être des « sorciers-acteurs » responsables des malheurs de leurs aînés. Leur discours sur leurs actes est recueilli en tant que parole individuelle et interprétée par l’Église du réveil dans un registre de délivrance. Mais l’action des pasteurs vise davantage à assujettir les enfants à l’ordre hiérarchique adultes/enfants, qu’à les soutenir pour sortir de l’instabilité de leur existence.

27C’est toute la tension entre reconnaître aux enfants une parole, un statut à cette parole, et leur apporter les supports pour l’exprimer dans un objectif d’émancipation qui est en jeu. Et cette tension touche à des problématiques de sociologie générale que les childhood studies ont discutées depuis les années 1980.

Les tensions dans les études sur l’enfance

28Les new childhood studies, tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, ont œuvré à la déconstruction des représentations et théories majoritaires du xxe siècle sur l’enfance et les enfants. La séparation ontologique entre l’enfant et l’adulte, qui s’était installée dans les théories savantes, a été questionnée. L’étroite analogie entre les théories évolutionnistes et les représentations de l’enfance, l’assimilation des « autres » – les non-occidentaux, les non-adultes – aux « sauvages », l’avancée en âge comme processus civilisationnel ont été mis en lumière (Jenks 1996). Cette déconstruction a amené les sociologues de ce mouvement à privilégier une approche des pratiques des enfants en tant qu’êtres en présence, plutôt qu’en devenir. Ils ont montré combien le biais du regard sur les enfants comme êtres à socialiser oblitère la participation des enfants à la société (Qvortrup 2011 ; James, Prout 1997 ; Sirota, Bluebond-Langner 2013). Les approches en termes de socialisation, par exemple, oublient que les adultes acquièrent l’un de leurs statuts – celui de parents – par la naissance de leurs enfants (Corsaro 2018). De même, les enfants travaillent, mais leur travail est invisible ou disqualifié autant dans la sphère domestique lorsqu’ils prennent soin des autres que dans la sphère sociale (Hockey, James 1993 ; Solberg 1997). Les activités scolaires et périscolaires peuvent être vues comme du travail en soi, un « métier d’élève » (Sirota 1993) et non pas uniquement comme un processus pour façonner les enfants à travailler dans le futur (Louv 1990, Friedman 2013). L’industrie fabrique des biens à destination des enfants, participant à créer une culture enfantine, préadolescente, adolescente avec des segmentations de plus en plus fines par âge et par genre (Cook 2004, De Iulio 2014, Brougère, Dauphragne 2017).

29Dans la lignée de la déconstruction de l’ordre du genre, des « races », des classes, l’ordre générationnel comme construction sociale a été discuté (Alanen 2001) : la hiérarchisation des strates de la structure d’âge et du rapport adulte/enfant ne relève pas de la nature mais d’une production sociale qui ordonne et hiérarchise les individus et les générations (Bourdieu 1980, Alanen ibid.). Cette perspective permet de faire émerger d’une part, que l’ordre générationnel se transforme dans le temps, notamment en s’appuyant sur une négociation des places dans les sociétés démocratiques (De Singly 2001). D’autre part, l’ordre générationnel se performe dans les interactions quotidiennes (Esser 2016), ce qui le rend malléable, enfants et adultes se situant parfois à égalité dans les soins (Solberg 1997, Wihstutz 2016) ou lorsqu’ils jouent ensemble (Long 2019). Les enfants deviennent aussi des agents de socialisation des adultes, dans l’usage des nouvelles technologies numériques, des pratiques alimentaires, des normes du pays d’accueil (Lobet, Cavalcante 2014), renversant provisoirement l’ordre générationnel. De plus, les enfants agissent sur l’univers adulte par la consommation (Buckingham 2011) et le monde de l’enfance s’instille dans celui des adultes via les médias, les objets, les couleurs, la pop culture, l’alimentation (Brougère 2003).

  • 5 Les travaux que nous menons visent à articuler les changements des enfants et adolescents, les assi (...)

30La déconstruction de l’ordre générationnel se confronte, d’un autre côté, à une donnée anthropologique que les enfants naissent après leurs parents et que les générations se succèdent (Héritier 1996). Défendre que l’enfance est une construction, voire une convention sociale (Jenks 1996), ne doit pas conduire à dénier que le nouveau-né doit être pris en soin puis accompagné – pendant un temps variable selon les sociétés – dans l’acquisition des habiletés propres à son environnement. À ce propos, James et Prout (1997) soutiennent la nécessité d’intégrer la reconnaissance de l’immaturité des enfants comme un fait biologique dans l’analyse de la façon dont chaque contexte social et culturel comprend et explique cette immaturité, en transformant ce fait biologique en un fait socioculturel. L’enfance se trouve à l’intersection du biologique, du cognitif et du social car l’humain est aussi un corps et si le social façonne les corps, il ne part pas de rien (Diasio 2015). Woodhead invite ainsi à reconsidérer la critique systématique des théories du développement, adhérant à l’impératif de dépasser les stades rigides de ces théories, mais aussi à mettre à l’agenda des childhood studies « the change and transitions in children’s growth, learning and well-being (including children’s perspectives on these themes) » (2011 : 57)5.

31Cette perspective pourrait trouver un écho favorable dans les études françaises où l’opposition entre les tenants de l’incorporation des dispositions par la socialisation et ceux de l’enfant acteur de son monde présent est exacerbée (Leroy 2020). Lorsque les recherches mettent au jour l’expérience des enfants, leur quotidien à l’échelle de leurs actions, les cultures enfantines, elles peuvent se voir reprocher d’ignorer les rapports de pouvoir des adultes, les hiérarchies que les enfants sont amenés à reproduire. Lorsqu’elles visent à prouver les schèmes de reproduction des structures sociales inégalitaires, les dispositifs méthodologiques ne permettent pas de révéler le point de vue des enfants comme c’est le cas dans l’enquête de Lignier et Pagis (2017). Une confusion sur la notion d’enfant acteur s’est fait sentir dans des travaux français qui ont interprété le concept comme si les enfants construisaient leurs actions et le sens de leurs actions à partir de rien. Or, de nombreux travaux anglophones, francophones et européens se rangent dans une troisième voie, qui tient compte à la fois des normes et structures imposées aux enfants, et de leur capacité à se les réapproprier, d’agir en maintenant l’ordre social (Sirota, Bluebond-Langner 2013), plus rarement à le subvertir (Corsaro 2018). Parmi les précurseurs, l’ethnographie de Corsaro dans les écoles italiennes et américaines, et sa notion « d’interprétation reproductive » (Corsaro 1993), sa synthèse sur les études des cultures des pairs, mettent en évidence les productions enfantines dans les jeux et les interactions, autant que les conflits et les catégorisations de genre, « race » et ethnicité (Corsaro 2018). Ces formes de séparations, regroupements sont l’objet même des travaux de Barrie Thorne (1993) qui décrit finement comment les enfants d’une école primaire performent les différenciations et inégalités d’âge, de genre et « ethniques » de façon variable selon la situation : cour de récréation, cantine, classe. Les pratiques alimentaires des enfants et adolescents ont été étudiées au prisme des normes familiales, des politiques publiques (via le Programme national nutrition santé) souvent très intégrées par les adolescents, qui pour autant savent les adapter à la situation (Julien 2013) ou les détourner (Diasio 2002). De même, les pratiques corporelles – vêtements et parures, maquillage, coiffure, toilette – s’avèrent définies par les modes, les marketeurs, les médias, les normes de genre, les conditions socio-économiques mais sont aussi interprétées singulièrement par les adolescents (Mennesson, Neyrand 2010, Julien 2014, Vinel 2017, Diasio, Vinel 2017b). Alors que les activités culturelles sont statistiquement genrées, des pratiques silencieuses de lectures et de visionnage transgressent ces stéréotypes de genre (Octobre 2010), les amitiés suivent la structuration d’âge et de genre à l’école, mais trouvent des alternatives dans le quartier ou à la maison (Mathiot 2017). Les biens familiaux (jouets, meubles, vêtements…) sont la propriété des adultes, mais les enfants se les approprient et les accordent à leurs usages propres voire leurs fantaisies (Roucous, Dauphragne 2017, Long 2014).

32Ainsi, l’article de Camponovo, dans ce numéro, décrit comment les trajets entre le domicile et l’école, en Suisse, sont déterminés par les infrastructures existantes, les normes de sécurité définies par les adultes, les horaires familiaux. Les enfants, dans ces cadres prescrits, s’arrangent pour agir selon leurs affects, détournant un chemin pour suivre un camarade ou passer en un lieu cher. Ils et elles font passer leurs plaisirs avant les règles pour faire leur des espaces interdits. De même, l’enrôlement des enfants comme prescripteurs des normes alimentaires depuis les années 1990 se confronte aux résistances et réinventions des enfants, comme l’explique Berthoud dans cette contribution. L’auteure détaille tout d’abord les outils pédagogiques – vidéos, jeux, livrets – pour socialiser les enfants au « bon comportement alimentaire » avant de dépeindre combien les enfants détournent les dispositifs en jeux, refusent d’écouter des animations présentant des aliments qu’ils ne voient jamais dans leur propre quotidien. Cet article soulève bien l’ambiguïté de la notion d’enfant acteur lorsqu’elle est employée par les agents des politiques publiques qui font de l’enfant un responsable de ses choix et même de ceux de ses parents.

33Un retour sur la notion d’agency des enfants telles que les études anglophones ont participé à la construire nous permet, ici, de mettre à distance des approches schématiques qui ont pu en être faites.

L’agency : réflexions sur un concept controversé

34L’agency est l’un des concepts clés des childhood studies, diffusé et revisité au niveau européen et international. Grâce à ce concept, la reconnaissance des enfants en tant qu’acteurs sociaux, c’est-à-dire en tant que sujets actifs et compétents capables de comprendre et de participer aux mondes sociaux dans lesquels ils vivent, s’est progressivement accrue. Sa pertinence s’est consolidée au fil du temps, et la double réflexivité entre société et sciences sociales (Giddens 1984) a renforcé, d’un côté comme de l’autre, l’enfant comme catégorie sociale et comme sujet.

35L’importance du concept n’est pas seulement liée à la sociologie de l’enfance, mais concerne de manière plus large un thème classique de la sociologie générale, à savoir la relation entre l’individu et la société et la manière dont peut être interprétée la tension entre la capacité d’action de l’individu, les effets produits par les structures sociales sur l’action et le changement social qui en découle (Giddens ibid.).

36Dans ce champ disciplinaire, la définition de l’agency n’est pas univoque. Ses significations et usages différents montrent les influences provenant d’autres savoirs (Prout 2005, Valentine 2011). Dans l’examen du concept, Valentine et Garnier (2015) mettent en évidence les perspectives théoriques qui ont influencé les différentes déclinaisons de l’agency dans les études sur l’enfance.

37En particulier, Valentine souligne comment certaines définitions de l’agency se situent dans la tradition de la philosophie politique classique qui, tout en ne reconnaissant pas les enfants comme sujets politiques ou juridiques, pose les bases pour la légitimité du sujet-souverain et l’articulation de la relation entre les individus et l’État dans un sens contractuel, dans lequel les sujets sont légitimés et, en même temps, deviennent responsables de leur capacité d’agir. Cette approche philosophique nous parle d’un sujet adulte, rationnel et conscient, doté d’une agentivité morale, loin d’une représentation de l’enfant considéré, au contraire, comme immature, vulnérable, en devenir et, à ce titre, non doté d’une agency permettant la prise de conscience du sens et des conséquences morales de ses actes.

38Cette tradition philosophique a été une source importante pour la construction de la reconnaissance de l’agency des enfants et pour légitimer leur représentation en tant qu’individus, détenteurs de droits, y compris le droit d’influencer leurs propres contextes de vie.

39Dans l’examen de Valentine et Garnier, le concept d’agency dans les études sur l’enfance s’inspire également d’autres perspectives théoriques. Parmi elles, la théorie de la structuration de Giddens est particulièrement pertinente. Dans la vision de l’influence réciproque entre action et structure, elle permet de définir autrement la position des enfants au sein des structures sociales : non seulement déterminés par elles, mais capables de contribuer à leur constitution et à leur transformation. De la même manière, les études sur les minorités et les groupes subordonnés permettent d’inverser la notion de passivité ou d’incompétence de l’enfance. Il s’agit plutôt d’une capacité d’agir et des compétences qui ne trouvent pas de légitimité d’expression dans des contextes structurellement et culturellement défavorables à leur reconnaissance, car ils sont caractérisés par des espaces, des institutions et des conventions adulto-centriques (Uprichard 2008).

40À travers l’analyse des influences de ces différentes approches disciplinaires et perspectives théoriques, Garnier (2015) identifie quatre significations différentes de l’agency des enfants, parfois transversales aux mêmes auteurs, en mettant toujours en évidence une tension controversée entre sujet et communauté, et entre l’agency en tant qu’attribut possédé et construction contextuelle. Une première signification se réfère à l’agency comme une capacité à agir que les enfants possèdent et qui les rend aptes à faire des choix (James 2009), renversant ainsi l’idée de leur action déterminée par des structures. Une deuxième signification se réfère à l’idée de participation, soulignant ses aspects transformateurs. Une participation qui, au sens de Mayall (2002), permet de considérer l’enfant non plus comme un acteur mais comme un agent, c’est-à-dire non plus comme un sujet qui a le pouvoir d’agir sur les autres mais qui, en interagissant avec d’autres individus, est capable de participer à une transformation plus large de son contexte social. Un troisième sens se réfère à l’agency dans un sens collectif dont découle à la fois la caractérisation des enfants en tant que groupe social minoritaire et, en étroite relation avec cette position sociale, la revendication de droits. Enfin, le quatrième sens souligne la façon dont l’agency s’exprime dans les contraintes et les limites par rapport au différentiel de pouvoir qui caractérise les relations avec les adultes.

41Si le concept d’agency, dans ses différentes acceptions, a contribué à proposer des modèles d’interprétation qui ont permis de prendre en compte et de reconnaître autrement les capacités et le sens de l’action enfantine, il reste cependant un concept qui n’est pas totalement défini et, à certains égards, controversé dans ses déclinaisons théoriques. De plus, comme l’a déjà souligné Prout (2005), il est parfois utilisé comme un prémisse fondateur de la recherche – les enfants ont une agency qu’il appartient au chercheur de faire ressortir – plutôt que comme un élément à soumettre à l’analyse.

Quelques éléments critiques sur la définition d’agency

42En partant des définitions proposées ci-dessus, nous présentons quelques observations critiques, en particulier, deux axes qui nous semblent pertinents, tant par leur spécificité que par leurs références mutuelles.

43Le premier, se référant à une définition de l’agency comme action autonome et comme expression de la capacité de choix, renvoie à une certaine vision individualisée des enfants en tant que sujets autonomes et responsables (Valentine 2011, Diasio 2019). Cette idée de l’enfance s’enracine dans le modèle plus général d’un individu rationnel, conscient et responsable, typique d’une vision néo-libérale répandue dans nos sociétés contemporaines (Gavarini 2006, Rose, Lentzos 2016).

44Les éléments critiques qui sous-tendent cette définition de l’agency sont de nature à la fois théorique et méthodologique. Tout d’abord, si d’une manière générale ce modèle tend à brouiller les contraintes contextuelles (genre, classe sociale, origine, contexte culturel, socio-économique) qui guident et diversifient les possibilités de choix et d’action autonome des individus, il est d’autant moins pertinent que les enfants, sont soumis à des contraintes générationnelles dans la construction de leurs choix du fait de leur dépendance, y compris sur le plan juridique, vis-à-vis des adultes. Deuxièmement, et par rapport à ce qui vient d’être dit, c’est un modèle qui tend à universaliser l’agency enfantine, faisant des enfants une catégorie homogène caractérisée par la capacité de choix et d’action autonome. D’une part, cela occulte les différences entre les enfants que nous avons soulignées précédemment (Valentine 2011) et les contraintes qui limitent l’expression de l’agency (Punch 2016) ; d’autre part, cela essentialise le concept même d’agency, en lui donnant la caractéristique de propriété possédée par tous les enfants et surévalue la capacité d’action des adultes, qui sont eux-mêmes insérés dans des relations de pouvoirs.

  • 6 Des travaux français montrent de longue date, les différentiations sociales d’acquisition du langag (...)

45Comme l’ont souligné certains auteurs (Prout 2005, Diasio 2019) et dans le cadre des réflexions proposées par Witeska dans cette contribution, l’idée de l’agency en tant que propriété, une sorte de qualité ontologique des individus, a des implications importantes de nature théorico-méthodologique. En fait, elle met le chercheur dans la position de considérer la présence de l’agency comme acquise et de s’équiper pour comprendre comment la collecter. Au contraire, le chercheur pourrait s’interroger sur sa définition, sa construction, ses possibilités d’expression ; il peut questionner les modalités d’étudier l’agency par rapport aux différences entre enfants, aux variations des contextes de vie et à la relation enfants-chercheurs. D’un point de vue méthodologique, se distancier de l’idée de l’agency comme qualité ontologique des enfants permet de s’interroger de manière critique et réfléchie sur le concept de « donner la voix aux enfants » dans la recherche (Meloni et al. 2015, Spyrou 2011, 2015). Comme le développe Spyrou (2011), plutôt que de considérer « la voix » comme une expression authentique de l’agency, nous devrions nous interroger sur sa signification en essayant d’adopter des définitions plus fluides qui prêtent attention à la façon dont elle est construite et performée par la parole ou par d’autres moyens. Si cela implique, d’un point de vue théorique, de considérer l’agency comme le résultat d’une co-construction relationnelle impliquant des enfants, des adultes, des artefacts (Prout 2005, Spyrou 2011), d’un point de vue méthodologique, cela oblige le chercheur à prêter attention aux différentes façons dont la « voix » des enfants peut s’exprimer, y compris par le corps6. À cet égard, Spyrou (2015) parle de l’importance du silence comme une expression de l’agency, évitant ainsi de tomber dans la simplification selon laquelle elle correspond à l’expression verbale du point de vue de l’enfant et le silence comme une expression de son manque. De la même manière, La Mendola et Righetto, dans ce dossier, mettent en exergue les différents « styles » de l’agency enfantine, observés et collectés dans un contexte hospitalier pédiatrique. Dans leur analyse de trois situations de soins, les auteurs montrent la nature dialogique et co-construite de l’agency qui s’exprime à travers les mots, le langage corporel, la manipulation des objets et les silences. Les différents « styles » d’expression montrent non seulement les compétences variées des enfants, mais aussi leur nature contextuelle et contingente par rapport aux « styles » relationnels des adultes, y compris ceux du chercheur. Ces réflexions suggèrent d’adopter une méthodologie réflexive (Granahm et al. 2015) qui permet de saisir et d’expliciter les asymétries de pouvoir qui caractérisent la rencontre entre enfants et chercheur.

46Le second axe, fortement lié au précédent, concerne un certain ethnocentrisme que sous-tend l’idée de l’agency comme capacité de choix, autonomie, droit à la participation. C’est un point critique mis en lumière surtout par la recherche anthropologique (Punch, Tisdall 2012). Celle-ci vise, d’une part, à questionner les notions de choix et d’autonomie, d’autre part, insiste sur la nécessaire contextualisation des possibilités d’agir, des ressources inégalement distribuées entre enfants à pouvoir parler et agir en leur nom (Valentine 2011, Abebe 2019), comme nous l’avons relevé précédemment.

47Certains auteurs (Lancy 2012, Punch, Tisdall 2012, Punch 2016, Abebe 2019) ont souligné l’importance d’étendre les études sur l’enfance à des contextes non occidentaux. Un plus grand dialogue entre les pays du Sud et du Nord donnerait à l’agency un caractère plus nuancé, capable de saisir les ambiguïtés qui la caractérisent (Punch, Tisdall 2012) par rapport aux différentes manières dont les relations générationnelles et intra-générationnelles se dessinent dans des contextes géographiques et socioculturels différents.

48Il s’agit dans ce cas de mettre en évidence le manque de neutralité des concepts et les biais qui sous-tendent la transposition d’un modèle occidental de définition de l’enfance, de l’agency, des relations avec le monde adulte. À cet égard, un cas emblématique est le thème des droits de l’enfant et des chartes internationales promulguées en faveur des droits de l’enfant. Comme l’ont souligné de nombreux auteurs (Montgomery 2009, Gran 2010, Reynaert et al. 2009), le thème des droits de l’enfant met en tension le droit à la participation et le droit à la protection, ce qui renvoie inévitablement à la variabilité sociale et culturelle comme nous l’avons déjà précisé. Dans ce numéro, la contribution de Bosisio et Ronfani illustre bien les pièges possibles de l’ethnocentrisme entre le droit à la participation et la protection de l’enfant. Les auteurs rappellent la variabilité de la signification du concept de protection, en particulier dans les contextes où, en raison des conditions socio-économiques et culturelles, la protection n’est pas celle de l’individu, mais celle des relations, notamment familiales/parentales, dans lesquelles il est placé. Les principes de la participation et protection se confrontent, aussi, à des politiques publiques soit inexistantes dans les pays du Sud, soit se désengageant dans les pays occidentaux en prônant la responsabilité individuelle (Greco 1993, Clarke 2005, Strandell 2010, Gabe et al. 2015, Rose, Lentzos 2016). Or reconnaître l’agency des enfants ne correspond pas à prôner un enfant responsable en dehors de structures qui le soutiennent, comme nous l’enseignent des recherches sur la santé.

L’agency : contextuelle et relationnelle

49Ce résumé des critiques du concept d’agency et d’enfant en tant qu’acteur social a mis en évidence la nécessité d’arriver à une conceptualisation de l’agency qui s’éloigne de l’idée d’une qualité ontologique, une sorte de propriété du sujet, et d’une représentation de l’enfant, acteur social, caractérisée par l’autonomie, la rationalité, la capacité de choix, conformément à un modèle néolibéral répandu dans nos contextes occidentaux.

50Les auteurs et les approches qui ont proposé d’atténuer ces critiques ne se sont pas placés en opposition flagrante avec ces définitions, mais ont plutôt cherché un moyen de modérer le risque d’essentialiser le concept, en donnant à l’agency un caractère plus fluide, nuancé et contextuel. Un examen exhaustif de ces approches théoriques ne peut être développé ici, mais nous pouvons mettre en évidence certains aspects qui semblent fructueux pour surmonter ces questions critiques.

51Trois éléments nous semblent pertinents, décrits séparément pour des raisons analytiques, bien qu’ils soient fortement interconnectés : une déclinaison du sujet comme « human becoming » (Lee 2001) qui cherche à surmonter la dichotomie adulte/enfant ; une articulation de l’agency comme produit des interactions (Esser 2016, Oswell 2016, Prout 2005, Lee 2001) ; une définition de l’agency comme concept multidimensionnel et contextuel (Valentine 2011).

52En référence au premier aspect, Lee nous invite à considérer les trajectoires de vie des individus dans nos sociétés contemporaines comme « inachevées », soumises à des changements et à des apprentissages constants, flexibles et incertains, de sorte que l’idée d’une progression de l’inachèvement de l’enfance à l’âge adulte n’a plus de sens. Il s’agit d’une proposition qui appelle à dépasser le concept de « human being » et celui de « human becoming » plutôt qu’à les opposer. Il souligne comment les adultes et les enfants devraient être considérés comme des sujets impliqués dans différentes formes de « devenir » relatifs à leurs propres contextes de vie, suivant ainsi Deleuze et Guattari (1988). Adultes et enfants sont également similaires en tant que sujets incomplets et dépendants. Le concept d’incomplétude et de dépendance permet de penser l’agency d’une manière plus nuancée, dynamique et contextuelle. Lee déplace l’hypothèse de l’agency comme propriété individuelle à la question de savoir comment elle est construite ou comment elle peut ou ne peut pas être construite, en tant que résultat d’un réseau dense et complexe d’interactions dans lequel les adultes et les enfants sont impliqués dans leur « devenir » (Lee 2001).

53Sur la base de ces réflexions, le deuxième aspect est l’articulation de l’agency en tant que produit des inter­actions et interdépendances entre les sujets. Certains auteurs soulignent comment elle peut être conçue comme une disposition à l’action, une performance réalisée à travers la connexion entre des ressources externes (technologies, objets, textes) et des ressources internes (compétences, habitudes) au sein d’un réseau dense d’interactions impliquant des sujets, des artefacts, des technologies (Prout 2005, Lee 2001). D’autres auteurs, tout en adhérant à ce modèle explicatif, insistent sur les interdépendances relationnelles qui façonnent l’agency (Plows 2012, Esser 2016, Oswell 2016). Le concept d’interdépendance, qui rappelle le concept de dépendance proposé par Tronto (2009), d’une part, permet de penser l’agency non pas comme une caractéristique individuelle mais comme le résultat de relations sociales, d’autre part, il amène à considérer différemment les interactions adultes/enfants comme interdépendantes plutôt que comme opposées. L’attention portée aux interdépendances conduit également à ne pas tenir pour acquises les catégories adulte et enfant, mais à les observer et les interroger dans les contextes relationnels dans lesquels elles prennent forme.

  • 7 La participation est l’un des principes clés de la Convention internationale des droits de l’enfant (...)

54L’importance d’éviter les visions trop dichotomiques entre adultes et enfants est centrale dans la contribution de Favretto et Crocetta dans ce numéro. En analysant la mise en œuvre du droit à la santé des enfants hospitalisés, les deux auteurs mettent en évidence à la fois le manque d’une définition précise de la notion de participation7 des enfants à leur propre parcours de soins et la mise en place d’un équilibre difficile entre protection et participation auquel sont appelés les adultes. Ils proposent comme voie pour surmonter la dichotomie protection/participation − qui renvoie aussi à la dichotomie entre le devoir des adultes appelés à protéger les enfants, et les enfants qui se voient accorder le droit d’influencer leur parcours de soin − d’adopter une vision relationnelle du droit (Ronfani 2001, Bath 2013), c’est-à-dire d’accorder plus d’attention à l’interdépendance entre adultes et enfants plutôt qu’à leur opposition.

55Dans le cadre de ces approches, l’agency acquiert une nature plus dynamique, contingente et contextuelle. Sur la nécessité de contextualiser le concept, la réflexion de Valentine (2011) est particulièrement intéressante. En effet, la contextualisation de l’agency permet, encore une fois, de ne pas la considérer comme une propriété du sujet, mais comme une possibilité d’action, modulée par le pouvoir, constituée et qui, à son tour, constitue le social. L’attention portée au différentiel de pouvoir et aux asymétries présentes dans les différents contextes sociaux confère à l’agency une multidimensionnalité, car elle est sensible aux dimensions de la classe sociale, du sexe, de l’ethnicité et aux différentes façons dont elles varient en fonction des contextes. L’attention portée à la multidimensionnalité de l’agency et à sa nature contextuelle permet de sortir d’une vision essentialiste de la capacité d’agir et même de la catégorie d’enfants dont les différences ainsi que les similitudes doivent être mises sous observation.

56L’importance de la dimension contextuelle de l’agency − et la manière dont elle permet de rendre la catégorisation des enfants plus complexe et plus fluide − est bien présente dans les trois contributions de ce numéro d’Akiko, Fucci et Vaucher sur les expériences de maladie des enfants. Trois domaines différents sont examinés, distincts non seulement en raison des contextes sociaux dans lesquels ils sont placés, mais aussi parce qu’ils permettent de percevoir la manière complexe et diverse dont l’agency peut prendre forme. Dans la contribution d’Akiko, qui traite des expériences des enfants atteints de cancer dans des établissements de santé africains, il est souligné comment l’expression de l’agency peut être fortement modulée par le différentiel de pouvoir dans les interactions sociales. La résistance à la douleur à laquelle ces enfants hospitalisés sont soumis n’est pas l’expression d’un manque « apparent » d’agency, ni de l’adhésion à un modèle culturel de résistance à la douleur, mais plutôt l’expression d’un contexte dans lequel prévalent la rareté des politiques publiques en matière de santé et la domination des connaissances expertes et celle des adultes sur les connaissances des profanes et des plus faibles. Les enfants décrits par Akiko évoluent avec la conscience que leur possibilité d’action prend forme dans des contextes relationnels qui leur sont défavorables. De la même manière, bien que dans des contextes relationnels moins défavorables et de souffrances moins exacerbées, Fucci examine la double asymétrie qui caractérise les relations thérapeutiques dans le domaine pédiatrique : les enfants sont construits dans le cadre de ces relations de soins triadique (enfant, médecin, parent) à la fois comme vulnérables et incompétents en qualité d’enfants, et comme des sujets à protéger. L’attention portée à la reconnaissance différente des compétences et de l’agency dans le cas des relations thérapeutiques des enfants malades chroniques, invite à réfléchir aussi sur la nécessité de rendre les définitions de l’enfant et de l’adulte contingentes et contextuelles. Enfin, la contribution de Vaucher propose une analyse des expériences de soins chez les enfants dans un contexte de médecine humanitaire. Sa riche ethnographie des relations entre pairs montre la façon dont l’agency se développe et façonne à son tour le social. Son analyse décrit le cadre adulte qui organise et régule les temps, les espaces et les interactions entre les enfants mais, en même temps, comment les résultats de l’agency enfantine ne peuvent être considérés comme acquis. Se référant au concept de « reproduction interprétative » de Corsaro (1993), elle souligne comment la définition de l’agency se forme à travers les interactions entre le monde adulte et le monde de l’enfant.

57En conclusion, ces différentes conceptualisations de l’agency nous semblent pouvoir offrir des contributions importantes de nature méthodologique. À cet égard, comme le suggère Prout (2005), l’agency devrait devenir un objet d’investigation réfléchi, orienté pour comprendre la manière dont elle est produite ou non et les effets qu’elle génère dans les interactions dont elle fait partie.

58Ce dossier entend répondre à ce défi en publiant des articles qui rendent compte à la fois des pouvoirs et des structures sociales dans lesquels les enfants sont intégrés, amenés à reproduire, mais aussi qui les habilitent à réfléchir et à s’exprimer dans des interactions qui les concernent de près, tels que leurs soins, leur corps, leur intégrité. L’agency n’est pas synonyme de choix, de liberté, d’autonomie − on est loin de l’individualisme méthodologique qui est parfois reproché aux études sur l’enfance − mais il s’agit de reconnaître que les enfants − comme les adultes − ont une capacité d’agir, de réfléchir produite dans un contexte donné, de s’approprier des normes, de les répéter mais aussi de les transformer (Corsaro 1993, Diasio 2006). Cette capacité d’agir n’est pas ontologique, elle n’est pas non plus seulement une capacité de parler et de se faire entendre. Elle peut être produite différentiellement dans des contextes sociaux inégaux de genre, de classe, d’âge, d’ethnicisation, mais notre approche sous-tend que tous les enfants, y compris ceux des classes défavorisées, peuvent être dotés de capacité d’agir et de penser, à partir du moment où les situations d’interactions le leur reconnaissent. Les contributions montrent combien l’attention au point de vue des enfants et adolescents nécessite des dispositifs de recherche non hégémoniques, et une vigilance constante à l’égard des biais adulto-centriques. Les études sur l’enfance suivent le même chemin fait par les women’s studies ou les post-colonial studies à l’égard de l’androcentrisme ou de l’ethnocentrisme.

59Ainsi, dans une première section, les articles posent les difficultés de prendre en compte le point de vue de l’enfant dans le droit (Bosisio, Ronfani) et dans la recherche socio-anthropologique (Witeska). Lorsque les adultes − défenseurs des droits ou chercheurs − décident de donner voix aux enfants, le piège de parler à leur place ou de leur prêter une parole qu’ils n’ont pas est réel. L’enjeu est de proposer des outils qui favorisent la réflexivité des plus jeunes, des dispositifs à la fois bienveillants et distanciés pour recueillir leurs pensées, sans tomber dans l’illusion que leurs idées émergent en dehors des structures sociales qui les produisent. L’observation minutieuse, ethnographique, contextualisée et symétrique, est une voie possible empruntée par plusieurs auteurs de ce numéro. Quaretta, La Mendola et Righetto font émerger ainsi des modalités d’expression des enfants peu reconnus par les adultes par le corps, le silence, la fuite, les cris. Lorsque les enfants s’affirment face aux adultes, leurs actions sont interprétées dans les registres sociaux et langagiers dominants qui laissent peu de place au sens qu’en donnent les enfants eux-mêmes. Si les enfants se confirment comme des acteurs lorsqu’ils fuient leur famille (­Quaretta), tournent le dos aux soignants (La Mendola, Righetto), les adultes interprètent leurs actes avant tout comme une opposition à leur propre mode de fonctionnement.

60Une écoute attentive des points de vue des enfants s’avère complexe dans les domaines de la santé dans lesquels les auteures de la section suivante du numéro ont mené leurs recherches, comme évoqué ci-dessus. Si les textes de loi et les chartes demandent aux professionnels de tenir compte des façons de penser des enfants et adolescents en Europe (Favretto, Crocetta), les habitudes des parents et professionnels laissent peu le point de vue de l’enfant émerger (Fucci). Dans un contexte de précarité des soins et de hiérarchies d’âges strictes, les enfants et adolescents sont amenés, avant tout, à résister à la douleur pendant leur hospitalisation en Afrique subsaharienne (Akiko).

61Dans le dernier volet de ce dossier, les auteures dépeignent des enfants qui développent leur attention aux autres enfants en leur prodiguant des soins, en étant à l’écoute de leur langage non verbal (Vaucher). Dans ces contextes d’entre-soi cadré par les adultes, ils font preuve de créativité dans des trajets quotidiens qu’ils s’approprient et auxquels ils donnent sens (­Camponovo). Ils résistent aussi aux injonctions de devenir prescripteurs des normes alimentaires des adultes bien-pensants (Berthoud) : ils rêvent, dessinent, et leur résistance reste silencieuse et invisible, mais n’est-elle pas aussi le signe de leur capacité d’agir ?

62Les articles proposés dans ce dossier apporteront ainsi plusieurs entrées pour réfléchir à ce « que font les enfants de ce que l’on en fait ». Ils contribuent à montrer comment les sciences sociales, en adoptant des outils conceptuels et méthodologiques orientés pour dépasser les dichotomies action/structure, production/reproduction, adulte/enfant peuvent comprendre les enfants et les adolescents dans les rapports sociaux articulés et complexes auxquels ils participent.

Haut de page

Bibliographie

Abebe T. (2019), « Reconceptualising Children’s Agency as Continuum and Interdependence », Social Sciences, 8, 81, p. 1-16.

Achin C., Ouardi S. et Rennes J. (2009), « Âge, intersectionnalité, rapports de pouvoir », Mouvements, 3, p. 91-101.

Alanen L. (2001), Explorations in Generational Analysis in Alanen L. et Mayall B. (eds.), Conceptualizing Child-Adult Relations, London, Routledge, p. 11‑22.

Alanen L., (2011), Generationnal Order in Qvortrup J., Corsaro W.A., Honig M.S. (eds.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Palgrave MacMillan, London p. 159-174.

Alexandre-Bidon D., Lett D. (1997), Les enfants au Moyen Âge, ve-xve siècle, Paris, Hachette.

Ardener S. (2005), « Muted group theory excerpts », Women and Language, 22, p. 50-54.

Ariès P. ([1969] 2014), L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Point.

Bastard B. (2006), « Une nouvelle police de la parentalité ? », Enfances, Famille, Générations, 5, p. 11-21.

Bateson G. et M. Mead (1942) The Balinese Character, New-York, New-York Academy of Science.

Bath C. (2013), « Conceptualising Listening to Young Children as an Ethic of Care in Early Childhood Education and Care », Children & Society, 27, p. 361-371.

Bauman Z. (2001), The individualized Society, Cambridge, Polity Press.

Becchi E., Julia D. (1998), Histoire de l’enfance, histoire sans paroles ? in Becchi E., Julia D., Histoire de l’enfance en Occident, Paris, Seuil, p. 7-41.

Beck U., Beck-Gernsheim E. ([1990] 1996), Il normale caos dell’amore, Torino, Bollati e Boringhieri.

Blöss T. (1997), Les liens de famille. Sociologie des rapports entre générations, Paris, Presses universitaires de France.

Bluebond-Langner M. (1978), The Private Worlds of Dying Children, Princeton, Princeton University Press.

Boele-Woelki K. (2005), « The principles of European family law: its aims and prospects », Utrecht Law Review, 1(2), p. 160-168.

Bonnet D. (1994), « L’éternel retour ou le destin singulier de l’enfant », L’Homme, 131, p. 93-110.

Bonnet D. (2010), « La construction sociale de l’enfance : une variété de normes et de contextes », Informations sociales, 4, p. 12-18.

Bonnet D., Pourchez L. (dir.) (2007), Du soin au rite dans l’enfance, Toulouse, Erès.

Bonnet D., Rollet C., de Suremain C.-É. (dir) (2012), Modèles d’enfances. Successions, transformations, croisements, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Bonnet M., Schlemmer B. (2009), « Aperçus sur le travail des enfants », Mondes en développement, 146, p. 11-25.

Bonnemère P. (1996), Le pandanus rouge. Corps, différence des sexes et parenté chez les Ankave-Anga (Papouasie-Nouvelle-Guinée), Paris, Éditions MSH.

Bourdieu P. (1980), « La jeunesse n’est qu’un mot », Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, p. 143-154.

Bourdieu P. (1982), « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, p. 58-63.

Bourdieu P., Passeron J.-C. ([1970] 2018), La reproduction : éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit.

Bremand N. (2012), L’apport des premiers socialistes à l’évolution du statut de l’enfant comme personnes au xixe siècle, in Bonnet D., Rollet C., de Suremain C.-É. (dir.), Modèles d’enfances. Successions, transformations, croisements, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 91-104.

Brougère G. (2003), Jouets et compagnie, Paris, Stock.

Brougère G., Dauphragne A. (dir.) (2017), Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial, Paris, Nouveau Monde éditions.

Buckingham D. (2011), The Material Child: Growing Up in Consumer Culture, Cambridge, Polity Press.

Chamboredon C. (1991), « Classes scolaires, classes d’âge, classes sociales. Les fonctions de scansion temporelle du système de formation », Enquête, 6, p. 121-143.

Clarke J. (2005), « New Labour’s Citizens: Activated, Empowered, Responsibilized, Abandoned? », Critical Social Policy, 25, p. 447-463.

Cook D.T. (2004), The Commodification of Childhood: The Children’s Clothing Industry and the Rise of the Child Consumer, Duke University Press.

Corsaro W. A. (1993), « Interpretive Reproduction in Children’s Role Play », Childhood, 1, p. 64-74.

Corsaro W. A. (2018), The Sociology of Childhood, London, Los Angeles, Sage.

Dauphin-Tinturier A.-M. (2003), « Cisungu à nouveau », L’Homme, 167-168, p. 187-207, <https://journals.openedition.org/lhomme/21517>.

Delalande J. (2001), La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

De Iulio S. (2014), « Entre catégorisation et indétermination : l’imagerie des frontières de l’enfance dans la presse féminine et dans la presse “jeune” », Revue des sciences sociales, 51, p. 26-33.

Deleuze G., Guattari F. (1988), Mille plateaux : capitalisme et schizophrènie, Paris, Les Éditions de Minuit.

De Mause L. (1975), The history of childhood, New York Harper Torchbooks.

De Singly F. (2001), La cause des enfants in de Singly F. (dir), Enfants adultes. Vers une égalité de statuts ? Paris, Universalis.

Diasio N. (2002), L’enfant gourmand entre dextérité et infortune, in Diasio N. (dir.), Au palais de Dame Tartine, Paris, L’Harmattan, p. 81-111.

Diasio N. (2006), Adultes et enfants. Entre pouvoir et soumission, in Sirota (dir.) Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 245-254.

Diasio N. (dir.) (2009), Revue des sciences sociales, 41, « Désirs de famille, désir d’enfant ».

Diasio N. (2015), « Introduction. Penser le corps qui change », Ethnologie française, 4, p. 597-606.

Diasio N. (2019), « Chronic illness and the ideology of the individual: towards a critique of the concept of agency », Salute e Società, 3, p. 35-48.

Diasio N., Vinel V. (2014), « La préadolescence : un nouvel âge de la vie ? », Revue des sciences sociales, 51, p. 8-13.

Diasio N., Vinel V. (dir.) (2017a), Corps et préadolescence. Intimes, privés, publics, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Diasio N., Vinel V. (2017b), Gouverner un corps en transformation : regards croisés d’enfants français et italiens in Diasio N., Vinel V. (dir.), Corps et préadolescence. Intimes, privés, publics, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 113-135.

Dubet, F. (2010), « Déclin de l’institution et/ou néolibéralisme ? », Éducation et sociétés, 25, p. 17-34.

Dumont L. (1983), Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique de l’idéologie moderne, Paris, Seuil.

Eideliman J S. (2012), La jeunesse éternelle. Le difficile passage à l’âge adulte des personnes dites handicapées mentales in Chamahian A., Lefrançois C. (dir.), Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, L’Harmattan, p. 209-230.

Elias N. ([1939] 2003), La civilisation des mœurs, Paris Pocket.

Esser F. (2016), Neither « think » nor « thin ». Reconceptualising agency and childhood relationally in Esser F., Baader M.S. et al., Reconceptualising Agency and Childhood, New York, Routledge, p. 48-60.

Faircloth C. (2014), Intensive Parenting and the Expansion of Parenting in Lee E., Bristow J., Faircloth C., Macvarish J. (dir), Parenting culture studies, New York, Palgrave Macmillan, p. 25-50.

Farge A. (2005), L’enfant dans la ville, Paris, Bayard.

Favretto A. R., Zaltron F., Fucci S.(2017), Con gli occhi dei bambini. Come l’infanzia affronta la malattia, Bologna, Il Mulino.

Favretto A. R., Zaltron F. (2013), Mamma, non mi sento tanto bene: la salute e la malattia nei saperi e nelle pratiche infantili, Roma, Donzelli.

Fiéloux M. (2000), Biwanté. Récit autobiographique d’un Lobi du Burkina Faso, Paris, Karthala.

Flandrin J.-L. (1964), « Enfance et société », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 2, p. 322-329.

Fondation Scelles, Rapport mondial sur l’exploitation sexuelle, juin 2019.

Foucault M. (1999), Les anormaux. Cours au collège de France, Paris, Gallimard.

Friedman H. L. (2013), Playing to Win: Raising Children in a Competitive Culture, Berkeley, University of California Press.

Gabe J., Harley K., Calnan M. (2015), « Healthcare choice: Discourses, perceptions, experiences and practices », Current Sociology, 63(5), p. 623-635.

Garnier P. (2015), « L’“agency” des enfants. Projet scientifique et politique des “Childhood Studies” », Éducation et sociétés, 2, p. 159-173.

Gavarini L. (2006), L’enfant et les déterminismes aujourd’hui : peut-on penser un sujet ? in Sirota (dir.), Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 93-102.

Giddens A. (1984), The Constitution of Society, Berkeley, Los Angeles, University of California Press.

Giddens A. (1990), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Giddens A. (1992), The Transformation of Intimacy. Sexuality, Love and Eroticism in Modern Societies, Cambridge, Polity Press.

Godelier M. (2010), Les métamorphoses de la parenté, Paris, Flammarion.

Gottlieb A. (2004), The Afterlife is where we come from. The culture of Infancy in West Africa, Chicago, University Press of Chicago.

Gran B. (2010), « Comparing Children’s Rights: Introducing the Children’s Rights Index », The International Journal of Children’s Rights, 18, p. 1-17.

Graham A., Powell M. A., Taylor N. (2015), « Ethical Research Involving Children : Encouraging Reflexive Engagement in Research with Children and Young People », Children & Society, 29(5), p. 331-343.

Greco M. (1993), « Psychosomatic Subjects and the “Duty to Be Well”: Personal Agency within Medical Rationality », Economy and Society, 22 (3), p. 357-372.

Héritier F. (1996), Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Hockey J., James A. (1993), Growing Up and Growing Old. Ageing and Dependency in the Life Course, London, Sage Publication.

Houseman M. (2012), Le rouge est le noir. Essais sur le rituel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Jacquemin M. (2012), « Petites bonnes » d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique, Paris, L’Harmattan.

James A. (2009), Agency in Qvortrup J., Corsaro W. A., Honig M.-S. (eds.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, New York, Palgrave MacMillan, p. 34-35.

James A., Prout A. (1997), Constructing and Reconstructing Childhood, London, Farmer Press.

Jenks C. (1996), Childhood, London, Routledge.

Jones A. (2004), Involving Children and Young People as researchers in Fraser S., Lewis V., Ding S., Kellett M., Robinson C. (eds.), Doing Research with Children and Young People, London, Sage, p. 113-130.

Julien M.-P. (2013), Des situations commensales adolescentes : entre pluralité normative, conflits et construction de soi in Depecker T., Lhuissier A., Maurice A. (dir.), Mesures et Réformes des pratiques alimentaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Julien M.-P. (2014), « Choisir ses vêtements et questionner l’incorporation des habitus », Revue des sciences sociales, 51, p. 134-143.

Korczak J. ([1919] 2006), Comment aimer un enfant, Paris, Laffont.

Lahire B. (1991), « Les pratiques langagières orales en situation scolaire des enfants de milieux populaires », International Review of Education, 37, p. 401-413.

Lahire B. (1992), « L’inégalité devant la culture écrite scolaire : le cas de l’“expression écrite” à l’école primaire », Sociétés contemporaines, 11-12, p. 167-187.

Lancy D. F. (2012), « Unmasking Children’s Agency », Sociology, Social Work and Anthropology Faculty Publications, Paper 277, available at: <https://digitalcommons.edu/sswa_facpubs/277>.

Lallemand S., (1997), Enfances d’ailleurs, approche anthropologique in Guidetti M., Lallemand S., Morel M.-F., Enfances d’ailleurs, d’ici et d’aujourd’hui, Paris, A. Colin, p. 7-57.

Le Bras H. (2003), « Les politiques de l’âge », L’Homme, 167-168, p. 25-48, <https://journals.openedition.org/lhomme/21483>.

Lee N. (2001), Childhood and Society. Growing up in an age of uncertainty, Maindenhead, Open University Press.

Lett D., Robin I., Rollet C. (2015), « Faire l’histoire des enfants au début du xxie siècle : de l’enfance aux enfants », Annales de démographie historique, 129, p. 231-276.

Leroy G. (2020), « Les sociologies de l’enfance face à la parole enfantine », Recherches en Éducation, 39, p. 7-16.

Lévi-Strauss C. (1958), Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Lignier W., Pagis J. (2017), L’enfance de l’ordre, Paris, Seuil.

Lobet D., Cavalcante L. E. (2014), « Transmission à rebours, filiation inversée, socialisation ascendante : regards renversés sur les rapports de générations », Enfances, Familles, Générations, 20, <https://journals.openedition.org/efg/455>.

Long S. (2014), « Chambre d’enfant avec salon : appropriation des espaces domestiques entre adultes et enfants », Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance, 7, <https://journals.openedition.org/strenae/1168>.

Long S. (2019), La production générationnelle de l’espace domestique : vie quotidienne et apprentissages. Le cas de parents et leurs enfants âgés de 6 à 8 ans, thèse de doctorat, Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité.

Louv R. (1990), Childhood’s Future, New York, Anchor.

Loux F. (1978), Traditions et soins d’aujourd’hui. Anthropologie du corps et professions de santé, Paris, InterÉditions.

Martin C. (2014), « Mais que font les parents ? » Construction d’un problème public in ­Martin C. (dir.), « Être un bon parent ». Une injonction contemporaine, Rennes, Presse de l’EHESP, p. 9-28.

Mathiot L. (2017), Les relations entre filles et garçons : de l’espace public à la sphère domestique in Diasio N., Vinel V. (dir.), Corps et préadolescence. Intimes, privés, publics, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 99-113.

Mauger G. (1995), « Jeunesse : l’âge des classements [Essai de définition sociologique d’un âge de la vie », Recherches et prévisions, 40, p. 19-36.

Mayall B. (1994), Children’s Childhoods: Observed and Experienced, London, Falmer Press.

Mayall B. (2002), Towards a Sociology of Childhood. Thinking from Children’s Lives, Buckingham, Open University Press.

Mead M., ([1928] 2016), Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Pocket.

Meloni F., Vanthuyne K., Rousseau C., (2015), « Towards a relational ethics: rethinking ethics, agency and dependency in research with children and youth », Anthropological Theory, 15, p. 106-123.

Mennesson C., Neyrand G. (2010), La socialisation des filles et des garçons dans les pratiques culturelles et sportives, Enfance & culture. Transmission, appropriation et représentation, Ministère de la Culture et de la Communication (DEPS), coll. « Questions de culture », p. 147-166, <https://www.cairn.info/revue-reseaux-2011-4-page-87.htm>.

Montgomery H. (2009), An Introduction to Childhood. Anthropological Perspective of Children’s Lives, Wiley, Blackwell.

Montreuil M., Carnevale F.A. (2015), « A concept analysis of children’s agency within the health literature », Journal of Child Health Care, 20, p. 503-511.

Morel F. (1997), Enfances d’hier, approche historique, in Guidetti, Lallemand, Morel, Enfances d’ailleurs, d’ici et d’aujourd’hui, Paris, A. Colin, p. 58-112.

Morrow V. (2013), « What’s in a number? Unsettling the boundaries of age », Childhood, 20, p. 151-155.

Octobre S. (2010), « La socialisation culturelle sexuée des enfants au sein de la famille », Cahiers du Genre, 49, p. 55-76.

Oswell D. (2016), Re-aligning children’s agency and re-socialising in Childhood Studies in Esser F., Baader M.S. et al., Reconceptualising Agency and Childhood, New York, Routledge, p. 19-33.

Peatrick A.-M. (2003), « L’océan des âges », L’Homme, 167-168, p. 7-23.

Perrot M. (2019), Les enfants de la Petite-Roquette in Perrot M., Le chemin des femmes, Paris, Laffont, p. 438-450.

Plows V. (2012), « Conflict and coexistence: challenging interactions, expressions of agency and ways of relating in work with young people in the minority world », Children’s Geographies, 10, p. 279-291.

Pocar V., Ronfani P. (2004), Il giudice e i diritti dei minori, Roma-Bari, Laterza.

Prout A. (2005), The Future of Childhood, London, New York, Routledge.

Punch S. (2016), Exploring children’s agency across majority and minority world context, in Esser F., Baader M.S. et al., Reconceptualising agency and childhood, New York, Routledge, p. 183-196.

Punch S., Tisdall K.M. (2012), « Exploring children’s and young people’s relationship across majority and minority worlds », Children’s Geographies, 10 (3), p. 241-248.

Qvortrup J. (2011), Childhood as a Structural Form in Qvortrup J., Corsaro W.A., Honig M.-S. (eds.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, New-York, Palgrave MacMillan, p. 21-33.

Rabain J. (1979), L’enfant du lignage. Du sevrage à la classe d’âge, Paris, Payot.

Razy E. (2012), La pratique des sentiments. Des corps dans les constellations de la petite enfance (Mali) in Bonnet D., Rollet C., de Suremain C.-E. (dir.), Modèles d’enfances. Successions, transformations, croisements, Paris, Édition des archives contemporaines, p. 105-125.

Renaut A. (2002), La libération des enfants, Paris, Calmann-Lévy.

Reynaert D., Bouverne-De Bie M., Vandevelde S. (2009), « A Review of Children’s Rights Literature since the Adoption of the United Nations Convention on the Rights of the Child », Childhood, 16, 4, p. 518-534.

Roberge M. (2014) Les rites de passage au xxie siècle, entre nouveaux rites et rites recyclés, Québec, Presses de l’Université de Laval, Paris, Diffusion Hermann.

Robin P., Mackiewicz M.-P., Goussault, B. et al. (2015), « La transition à l’âge adulte au prisme d’une recherche par les pairs », Vie sociale, 4, p. 71-88.

Rollet C. (2001), Les enfants au xixe siècle, Paris, Hachette.

Ronfani P. (2001), I diritti del minore. Cultura giuridica e rappresentazioni sociali, Milano, Guerini Scientifica.

Rose N. R., Lentzos F. (2016), Making US Resilient: Responsible Citizens for Uncertain Times in Trinka C., Trundle C. (dir), Competing Responsibilities, Duke University Press: Durham and London.

Roucous N., Dauphragne A. (2017), L’enfant propriétaire : possession, transmission et circulation des biens de l’enfant dans l’espace familial in Brougère G., Dauphragne A., Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial, Paris, Nouveau Monde éditions, p. 233-279.

Saladin d’Anglure B. (1986), « Du fœtus au chamane : la construction d’un “troisième sexe” inuit », Études/Inuit/Studies, p. 25-113.

Sirota R. (1993), « Le métier d’élève. Note de synthèse », Revue française de pédagogie, 104, p. 85-108.

Sirota R. (2006), Petit objet insolite ou champ constitué in Sirota (dir.) Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 13-34.

Sirota R., Bluebond-Langner M. (2013), « L’enfant en tant qu’acteur. Présentation et traduction », Corps, 11, p. 287-296.

Solberg A. (1997), Negotiating Childhood: Changing Constructions of Age for Norwegian Children in James A., Prout A. (eds.) Constructing and Reconstructing Childhood, London, Farmer Press, p. 126-144.

Spyrou S. (2011), « The Limits of Children’s Voices: from Authenticity to Critical, Reflexive Representation », Childhood, 18, p. 151-165.

Spyrou S. (2015), « Researching Children’s Silences: Exploring the Fullness of Voice in Childhood Research », Childhood, 23, p. 7-21.

Spivak G. C. ([1988] 2009), Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam.

Stone L. (1977), The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, London, Weidenfeld and Nicolson.

Strandell H. (2010), « From Structure-Action to Politics of Childhood. Sociological Childhood Research in Finland », Current Sociology, 58, p. 165-185.

Théry I. (1992), « Nouveaux droits de l’enfants, la potion magique ? », Esprit, 3-4, p. 5-30.

Thiercé A. (1999), Histoire de l’adolescence :1850-1914, Paris, Belin.

Thorne B. (1993), Gender Play, Girls and Boys in School, Rutgers University Press.

Tronto J., ([1993] 2009), Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, Édition La Découverte.

Turmel A. (2013), Une sociologie historique de l’enfance : Pensée du développement, catégorisation et visualisation graphique, Québec, Presses universitaires de Laval.

Uprichard E. (2008), « Children as “being and becoming”: children, childhood and temporality », Children & Society, 22, p. 303-313.

Van Gennep A. ([1909] 2011), Les rites de passage, Paris, Picard.

Valentine K. (2011), « Accounting for Agency », Children & Society, 25, p. 347-358.

Vinel V. (2017), Se coiffer et se maquiller à la préadolescence. Enquête en Alsace et Lorraine in Jacquemin M., Bonnet D. et al. (dir.), Enfance et genre aux Nord et aux Sud, Paris, INED, p. 133-146.

Vinel V., Kushtanina V. (2019), « Agency or disempowerment: Children with learning disorders in France », Salute E Società, 3, p. 107-118.

Wihstutz A. (2016), Contributions from Feminist and Ethic of Care Theories to Sociology of Childhood in Esser F., Baader M.S. et al., Reconceptualising Agency and Childhood, New York, Routledge.

Woodhead M. (2011), Child Development and the Development of Childhood, in Qvortrup J., Corsaro W.A., Honig M.-S. (eds.), The Palgrave Handbook of Childhood Studies, Palgrave MacMillan, New-York, p. 46-61.

Zelizer V. A. (1994), Pricing the Priceless Child: The Changing Social Value of Children. Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Nous avons décidé d’utiliser le terme anglais « agency », car c’est le terme le plus utilisé dans les différentes sociologies de l’enfance au niveau européen et international.

2 La catégorie « enfant » est à dimensions variables selon les locuteurs et les situations : certaines personnes restent parfois assignées à cette catégorie parce qu’elles ont un handicap (Eideliman 2012) et d’autres sont pensées comme en sortant plus vite parce qu’elles travaillent (Solberg 1997) ou commettent des actes violents (Jenks 1996).

3 Il est impossible de lister les travaux sur l’enfance en anthropologie et sociologie tant ils sont nombreux. Pour une synthèse des travaux anglophones, voir Corsaro (2018) et Mongotmery (2009). La synthèse de toutes les recherches françaises reste à faire.

4 Une synthèse des travaux historiques français de la fin du XXe sur l’enfance a été réalisée par Lett, Robin, Rollet (2015).

5 Les travaux que nous menons visent à articuler les changements des enfants et adolescents, les assignations sociales qu’ils subissent, qu’ils reproduisent ou détournent, à leur capacité à produire des savoirs et pratiques (cf. Diasio, Vinel 2014 ; 2017a, 2017b ; Diasio 2015 ; Vinel 2017, Vinel, Kushtanina 2019).

6 Des travaux français montrent de longue date, les différentiations sociales d’acquisition du langage écrit et oral et leurs conséquences sur la scolarité des enfants de classe populaire (Lahire 1991, 1992). Ces travaux renforcent la nécessité dans la recherche de tenir compte des modalités plurielles d’expressions des enfants, par le corps, le silence, les cris.

7 La participation est l’un des principes clés de la Convention internationale des droits de l’enfant, avec ceux de protection et de provision. Comme l’ont souligné certains auteurs (Théry 1992, Reynaert et al. 2009, Ronfani 2001, Favretto et al. 2017), il s’agit d’un principe qui présente une forte ambiguïté de définition. Au sein de la CIDE, il peut être compris à la fois comme le droit d’exprimer son opinion, d’être entendu ou encore, de participer aux activités culturelles de son propre contexte de vie. Dans le domaine des soins de santé, voir le travail de Montreuil et Carnavale (2015) pour un examen des ambiguïtés conceptuelles du principe de la participation des enfants à leurs propres soins

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Vinel et Francesca Zaltron, « Enfants acteurs, enfants agis »Revue des sciences sociales, 63 | 2020, 12-25.

Référence électronique

Virginie Vinel et Francesca Zaltron, « Enfants acteurs, enfants agis »Revue des sciences sociales [En ligne], 63 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/4752 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.4752

Haut de page

Auteurs

Virginie Vinel

Université de Franche-Comté
Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA UBFC)
virginie.vinel[at]univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Francesca Zaltron

Università del Piemonte Orientale
Dipartimento di Giurisprudenza e Scienze Politiche, Economiche e Sociali
francesca.zaltron[at]uniupo.it

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals