Navigation – Plan du site
Lieux de Savoir

Façonner un numéro… au-delà d’un assemblage d’articles

Nicoletta Diasio et Virginie Wolff
p. 154-163

Texte intégral

1Lieux de savoirs est une rubrique consacrée à la présentation réflexive et critique d’institutions qui produisent des connaissances dans les sciences sociales. Elle relève de la conviction que les savoirs sont situés et que comprendre leur généalogie, les contraintes institutionnelles auxquelles elles sont soumises, les attentes et les enjeux de la société où les chercheurs et les chercheuses baignent, permet de mieux interpréter leurs objectifs et leurs découvertes. Dans ce numéro, nous souhaitons rappeler l’importance des revues scientifiques dans la production des savoirs. Les pages blanches qui vont suivre rappellent les risques de leur disparition, ou d’un fonctionnement à bas régime, suite aux transformations annoncées du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

2Ces risques sont déjà là. Les revues se développent dans un système public de plus en plus fragilisé, leur fonctionnement se base sur la bonne volonté du personnel de l’enseignement et de la recherche et sur la précarisation de jeunes chercheur·e·s ou de personnel recruté de manière temporaire. L’esprit d’émulation se traduit dans une logique de compétition aiguisée par des évaluations bibliométriques à fondement quantitatif qui ne sont pas applicables aux SHS. La finesse, la solidité et la complexité de la pensée sont les premières victimes d’un publish or perish qui ne tient compte ni des longues périodes de terrain, des moments de maturation des hypothèses, de vérification des résultats (longuement débattus au sein de la communauté scientifique), ni des temps et modalités de l’écriture qui, dans nos disciplines, constituent également une phase de la recherche. Les revues contribuent à ces différentes étapes, elles permettent de mettre à l’épreuve les connaissances par l’échange avec les pairs et elles produisent des savoirs par la circulation des idées et des recherches.

3Pour toutes ces raisons, la Revue des Sciences Sociales est, comme d’autres revues de SHS, en lutte et souhaite rendre visible le travail des chercheur·e·s engagé·e·s dans le façonnage d’un numéro. Une activité passionnante, mais avant tout un engagement bénévole qui implique un dévouement sur le temps long. Valoriser la recherche et rendre accessibles les travaux menés par nos collègues demandent un effort soutenu. Des périodes intenses avec des cadences accélérées s’enchaînent et rythment le processus d’élaboration d’un numéro. Si une parution a lieu tous les six mois, l’ensemble des étapes de fabrication se déroule sur plus de dix-huit mois. Quand un numéro est envoyé à l’impression, les trois suivants sont déjà en préparation. De nombreuses rencontres, des moments de créativité et surtout de longues heures d’accompagnement précèdent la transmission du corpus de textes à l’imprimeur.

4Se rencontrer
L’équipe éditoriale est composée de personnes aux statuts et contraintes variées. Des réunions, rendez-vous téléphoniques et échanges par courriels s’intercalent dans les agendas des un·e·s et des autres. La première difficulté est alors la synchronisation. Le comité de rédaction, constitué de chercheur·e·s rattaché·e·s à différents laboratoires, se réunit tous les trois mois, afin de délibérer des propositions réceptionnées, de faire le point sur l’avancement des numéros, de soulever les préoccupations administratives, d’aborder des projets, d’envisager des formes de valorisation. Entre ces réunions, les responsables de la revue, les coordinateurs et coordinatrices des dossiers, les rédacteurs et rédactrices se retrouvent – parfois plusieurs fois par semaine – pour avancer sur chaque numéro et se répartir les tâches : soumettre des demandes de référencement et de financement, répondre aux auteur·e·s, contacter les expert·e·s, relire les articles, vérifier les bibliographies, et plus largement, concevoir les numéros.

5Imaginer
Un numéro est d’abord un projet qui se façonne, doucement, à force de discussions et d’imagination. La thématique choisie doit permettre de faire émerger des réflexions nouvelles et originales. Il s’agit alors d’identifier des thèmes porteurs, sur lesquels peu de textes ont été publiés, et d’affiner, avec les coordinateurs et coordinatrices, l’appel à communication, avant de le diffuser. Une fois les articles aboutis, là aussi, les différents éléments sont assemblés, la succession des textes est mûrement réfléchie, la table des matières, les titres et sous-titres sont longuement discutés avec les coordinateurs et coordinatrices. Un numéro se construit au-delà du dossier thématique et des varias. L’architecture du numéro intègre des rubriques diverses.

6Solliciter des expert·e·s 
Identifier des expert·e·s suppose déjà de mobiliser ses propres lectures et connaissances sur le sujet et en acquérir des nouvelles : dépouiller des biobibliographies sur Internet, se tenir au courant des dernières parutions et des recherches récentes. Il faut ensuite dénicher les adresses mails en espérant que la personne en question soit compétente sur la thématique et surtout, qu’elle soit disposée à donner un peu de son temps. Car les relecteurs et relectrices sont aussi des « consultant·e·s » bénévoles. Une fois la demande de relecture envoyée, l’attente est longue, la relance est parfois nécessaire et quelquefois le mail qui revient ne stipule que le nom d’un·e collègue qui serait un peu plus spécialiste de la question. Le regard des expert·e·s est complété par plusieurs relectures de l’équipe de rédaction : donner des conseils, et encore plus de conseils pour mieux expliciter le terrain, pour affiner l’ancrage théorique, pour fluidifier la lecture.

7Accompagner
Tâche essentielle du comité éditorial (la direction scientifique et la rédaction en chef) : l’accompagnement. Les coordinateurs et coordinatrices, les auteur·e·s sont soutenu·e·s dans leur projet rédactionnel. Très rares sont les textes publiés en l’état. Les lectures et relectures sont nombreuses avant de parvenir à la version finale. Les premières versions réceptionnées ne répondent pas toujours à tous les critères de la revue. L’objectif de l’expertise en double aveugle est aussi de faire mûrir l’article. Les navettes anonymisées entre les expert·e·s et les auteur·e·s permettent aux textes de prendre lentement forme. Selon nos estimations, ce travail de lecture, d’accompagnement à la réécriture et de vérification requiert plus de 70 heures de travail par article. Par ailleurs, défendre l’ouverture à l’international et faire circuler des idées, signifie aussi publier des auteur·e·s non francophones et donc relire, voire traduire, des recherches, ce qui nécessite un travail suivi et coordonné avec des traducteurs et traductrices et, en amont, la recherche de financements pour les payer.

8Mettre en page
La transformation d’un texte en article ne saurait se concevoir sans ce moment qui n’est pas qu’une simple transformation de format. Il implique un travail sur la lisibilité du texte, sur les titres et intertitres de manière à rendre le contenu plus explicite et plus proche des intentions de l’auteur·e. On traque les dernières coquilles, les formulations pas claires, qui tout d’un coup acquièrent une évidence inattendue. La bibliographie est homogénéisée, mise aux normes, vérifiée. Cela implique encore des navettes avec les auteur·e·s et avec la rédaction, beaucoup de dévouement, de précision et de patience aussi de la part de la secrétaire d’édition/maquettiste. Et le volume prend forme, avec la table des matières (elle aussi vérifiée plusieurs fois) et l’agencement des différentes parties. Les échanges des typons publicitaires avec d’autres revues permettent d’annoncer la parution de leurs numéros. Car oui, on résiste à la compétition à tout prix ! Et publier est toujours un travail collaboratif.

9Mettre en images
La sensibilité iconographique fait partie intégrante de la ligne rédactionnelle, dans la conviction que le regard d’artiste permet de voir autrement les phénomènes sociaux. Un projet iconographique complète ainsi la partie écrite, pour décaler le regard et enrichir le texte par l’insolite des images. La couverture et les intercalaires, obtenus grâce à des partenariats avec des artistes, des musées ou des archives, font l’objet d’une longue quête et ce, jusqu’à l’obtention de l’autorisation de reproduction. En plus d’un objet scientifique, stimulant intellectuellement, le numéro aspire à devenir un bel objet, pour attirer le regard des collègues et les amener à lire les articles sur lesquels les auteur·e·s ont passé d’innombrables heures. Une personne chargée de la conception graphique de la couverture s’attelle alors à identifier les meilleurs cadrages ; compose avec les différents éléments, comme le logo et le titre ; choisit subtilement les couleurs qui vont avec ; teste l’impression et opère les dernières retouches.

10Editer
La revue, les Presses universitaires de Strasbourg (notre éditeur) et les auteur·e·s sont liés par des contrats, qui protègent les un·e·s et les autres au moment de la diffusion des connaissances. Contacter les auteur·e·s, préparer les contrats, vérifier les droits d’utilisation des données et des images, faire circuler l’information sur le site de l’éditeur et auprès des diffuseurs et des libraires constituent des étapes centrales. Un éditeur universitaire engage du personnel et du temps dans ce travail, tout en opérant lui-même dans un secteur qui est de plus en plus fragile, surtout s’il est engagé dans des opérations d’accès ouvert à la connaissance (plus connu sous Open Access). Et enfin le numéro est imprimé et mis en ligne sur https://journals.openedition.org/​, un service de diffusion envoie des exemplaires aux auteur·e·s et aux responsables du numéro. La numérisation, l’archivage, la promotion suivent encore d’autres parcours, jalonnés d’étapes et d’activités.

11Derrière chacune de ces opérations (et nous nous en sommes tenues qu’aux principales), il y a des personnes qui travaillent ensemble, qui donnent de leur temps, souvent bénévolement, qui ne démissionnent pas quand une information est difficile à trouver ou quand il est nécessaire de s’atteler à une ultime vérification. C’est, pour nous, cet esprit de service public que nous tenons à sauvegarder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio et Virginie Wolff, « Façonner un numéro… au-delà d’un assemblage d’articles »Revue des sciences sociales, 63 | 2020, 154-163.

Référence électronique

Nicoletta Diasio et Virginie Wolff, « Façonner un numéro… au-delà d’un assemblage d’articles »Revue des sciences sociales [En ligne], 63 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/5399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.5399

Haut de page

Auteurs

Nicoletta Diasio

Institut Universitaire de France
Université de Strasbourg
UMR 7367 Dynamiques européennes
nicoletta.diasio[at]misha.fr

Articles du même auteur

Virginie Wolff

UMR 7367 Dynamiques européennes
CNRS/Université de Strasbourg
vi.wolff[at]live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals