Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Adieu à Jean Remy

(1928-2019)
Freddy Raphaël et Maurice Blanc
p. 166-167

Texte intégral

1Jean Remy nous a quittés en octobre 2019, il approchait 91 ans. Économiste de formation, il est devenu professeur de sociologie à l’université catholique de Louvain ; ses principaux centres d’intérêt étaient la sociologie des religions et celle des villes. Mais il a développé une approche originale, abordant les villes et les religions comme des faits culturels et montrant qu’il y a beaucoup de culture dans l’économie.

2En s’inspirant librement de Karl Marx, d’Émile Durkheim et de Max Weber, mais aussi de Pierre Bourdieu, d’Alain Touraine et de l’interactionnisme symbolique, Jean Remy a créé le paradigme de la transaction sociale, en association avec Liliane Voyé et Émile Servais. Plus souple qu’une théorie, ces trois auteurs définissent ainsi le paradigme :

Un paradigme est plus qu’une somme de concepts, c’est l’image de base à partir de laquelle s’imagine une interprétation de la réalité. Le paradigme est un principe organisateur et inducteur de la construction d’hypothèses et d’interprétations théoriques. Lorsqu’on change de paradigme, on est amené à réaménager l’ensemble de l’interprétation, même si on garde en gros les mêmes concepts (Remy et al., 1978, p. 87).

3Toute société est en permanence traversée par des tensions, en tout premier entre la tradition (qui débouche sur la reproduction) et la modernité (qui appelle l’innovation et la production d’une société nouvelle). Pour nos trois auteurs, la transaction sociale est le paradigme qui ne réconcilie pas tradition et modernité (elles restent irréductiblement opposées), mais qui les fait tenir ensemble, ou les « accommode ». D’où le choix du titre de leur ouvrage majeur : Produire ou reproduire? Une sociologie de la vie quotidienne ([1978] 1991).

4En plus de cet ouvrage, nous retenons quelques titres marquants :
– La ville phénomène économique (1966),
– Produire ou reproduire ? (1978, avec Liliane Voyé et Émile Servais),
– Ville ordre et violence (1981, avec Liliane Voyé) ,
– L’espace, un objet central de la sociologie (2015).

5Peu avant sa mort, il a relu le manuscrit d’un ouvrage paru en janvier 2020 : La Transaction sociale. Un outil pour penser et dénouer la complexité de la vie en société, dans lequel il a republié et présenté des textes épuisés et devenus introuvables (éditions Érès, Toulouse).

6Dans les années 1960, la querelle linguistique entre Flamands et Wallons a abouti à la création de l’université de Louvain-la-Neuve en Wallonie et toute une ville universitaire s’est développée à partir de 1971. Les équipes de recherche y sont impliquées et Jean Remy tient une place majeure dans la conception urbaine, jusqu’à assurer, à la fin de sa carrière, une responsabilité centrale dans l’orientation du développement de la ville ; il a ainsi mis en pratique sa grande compétence en urbanisme.

7Jean Remy a été un pionnier de l’analyse des usages des espaces et de l’urbanisme participatif ; il a cherché à répondre aux besoins exprimés par les habitants réels, tout en sachant que l’analyse va au-delà du recueil de leurs discours et de leurs réclamations. Il a aussi théorisé la ville, dans une perspective originale qui lui permettait de dialoguer aussi bien avec des architectes qu’avec des économistes ou des géographes, aussi bien avec des marxistes qu’avec des libéraux.

8Il a su maintenir une tension créatrice entre le souci d’élaboration d’une référence théorique et le travail de terrain. Il a associé la précision de l’enquête à un engagement soutenu dans les choix de société. Il a élaboré une approche non réductrice du fait religieux et il s’est efforcé d’en comprendre la complexité. Il a réussi à garder l’équilibre entre l’intérêt pour la subjectivité des acteurs et l’analyse plus objective du regard éloigné.

9Jean Remy était d’une grande urbanité, toujours à l’écoute et disponible. Comment ne pas lui être reconnaissant pour son exigence intellectuelle, rigoureuse mais toujours respectueuse des approches différentes. Il faisait preuve de modération, il refusait le fanatisme de ceux qui prétendent détenir la vérité.

10Jean Remy a été membre du Conseil scientifique de la Revue des sciences sociales depuis la création de ce comité, en 2003. Il a toujours été de bon conseil sur les orientations à donner à la revue. Il a aussi dirigé la revue Espaces et Sociétés de 1987 à 2003. Sa reconnaissance internationale est particulièrement forte au Québec, en Amérique latine et en Afrique. Membre de l’académie royale de Belgique et titulaire de nombreuses distinctions, c’était avant tout un homme libre qui n’était inféodé à aucune chapelle scientifique. Il nous manque déjà.

11Faire mémoire de Jean Remy, c’est évoquer ses qualités humaines qui, en ce siècle où la brutalité s’exhibe, passent pour désuètes. Au-delà de sa courtoisie, sa fidélité en amitié nous était d’une grande aide. Exigeante et forte dans sa retenue, elle nous a grandis.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/5409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Freddy Raphaël et Maurice Blanc, « Adieu à Jean Remy »Revue des sciences sociales, 63 | 2020, 166-167.

Référence électronique

Freddy Raphaël et Maurice Blanc, « Adieu à Jean Remy »Revue des sciences sociales [En ligne], 63 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/5409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.5409

Haut de page

Auteurs

Freddy Raphaël

UMR 7367 Dynamiques Européennes
CNRS / Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Maurice Blanc

UMR 7367 Dynamiques Européennes
CNRS / Université de Strasbourg
maurice.blanc[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals