Skip to navigation – Site map

HomeIssues63Lu-à-lireLukasz Czarnecki (coord.), Textos...

Lu-à-lire

Lukasz Czarnecki (coord.), Textos de Ágnes Heller ¿Revoluciones en la vida cotidiana ? 50 Años Después
Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme

Roland Pfefferkorn
p. 168-169

Full text

1Ces deux ouvrages rendent hommage à la grande figure de l’École de Budapest, Ágnes Heller, née le 12 mai 1929 et morte le 19 juillet 2019. La philosophe hongroise a été très liée dans ses années de formation à Georg Lukacs. Elle a entrepris un doctorat sous sa direction en 1953, avant de devenir son assistante et de commencer à enseigner en 1955. En 1956, elle a rallié le camp des insurgés de Budapest, en soutien au chef du gouvernement hongrois Imre Nagy, un communiste réformateur : « Pour moi, 1956 était un moment de grâce comme jamais. La plus grande expérience politique de ma vie, c’était la révolution de 1956 ». Deux ans plus tard elle sera exclue du Parti communiste, puis de l’université, et ne reprendra ses recherches qu’en 1963, à l’Institut de sociologie de l’Académie des sciences. Elle croisera dans ses travaux anthropologie philosophique, théorie du langage, phénoménologie, sociologie et esthétique. Elle devient au cours des années 1960-1970 une des figures majeures du courant marxiste humaniste réformateur qui se déploie en Europe de l’Est. Elle enseignera après 1977 en Australie et à New York où elle sera professeur à la New School for Social Research. Rentrée en Hongrie dans les années 2000, elle était devenue une figure de l’opposition intellectuelle au pouvoir du national-conservateur Viktor Orban.

  • 1 Heller A., Sociologia de la vida cotidiana, (traduction espagnole), Barcelona, Peninsula, 1987 [1re(...)

2L’ouvrage en espagnol coordonné par Lukasz Czarnecki est un hommage rendu à Ágnes Heller par l’Université nationale autonome de Mexico suite aux trois jours de conférences et de table-rondes qui s’y sont tenues à l’automne 2015. Le titre renvoie au livre qu’elle a publié en 1970 : Sociologie de la vie quotidienne1. Rappelons ici que la philosophe souligne l’importance du quotidien comme sphère de la socialité concrète, c’est pourquoi la vie quotidienne ne doit pas être dévalorisée, car elle peut aussi permettre une véritable réalisation de soi. Dans le quotidien un être authentique peut tout à fait s’affirmer, la pratique et l’expérience vécue alimentant la pensée. Le présent volume publié par Siglo XXI editores contient neuf textes inédits de la philosophe, des textes à forte composante éthique et politique traitant de sujets variés. Les deux premiers textes s’intitulent : « Vivons-nous dans un monde en décadence morale ? » et « Les deux piliers de l’éthique moderne ». Suivent quatre textes de philosophie politique : « Existe-il des obligations sans droits ? » ; « La vérité en politique » ; « La libération ou la constitution des libertés » ; « Est-ce que toutes les révolutions sont trahies ? ». Les deux contributions consacrées à Marx et à Lukács sont particulièrement originales même si elles détonnent un peu par rapport à l’unité de l’ensemble : « Karl Marx comme philosophe judéo-allemand » ; « Lukács et Tolstoï ». Les textes d’Ágnes Heller sont suivis de quelques contributions de chercheurs mexicains et d’un entretien sur l’art et l’esthétique.

3Ágnès Heller a livré la première analyse d’ensemble de la théorie des besoins chez Marx quelques années après la publication de sa Sociologie de la vie quotidienne. Elle propose notamment de faire une distinction fondamentale entre les besoins sociaux et les besoins nécessaires. Tous les besoins, explique-t-elle, même les besoins apparemment les plus naturels, sont des besoins sociaux : ils sont socialisés par la façon de les satisfaire ou parce qu’ils sont produits socialement. Elle distingue en outre parmi les besoins sociaux les besoins existentiels (besoin de nourriture, de contact social et de coopération, besoin d’activité, etc.). Ces derniers ne peuvent cependant être définis comme « naturels » puisqu’ils sont toujours marqués par les conventions et les habitudes ; parmi eux certains sont des besoins proprement humains. Heller distingue parmi ceux-ci deux types de besoins : 1) les besoins qu’elle qualifie de radicaux qui ont un caractère avant tout qualitatif (besoins d’activité culturelle, d’amitié, d’amour, de liberté, de justice, d’égalité, de connaissance, etc.). Ils ne sont apparemment pas liés aux besoins immédiats du corps et ils peuvent, dans certains cas, coïncider avec les besoins existentiels ; 2) les besoins aliénés qui ont surtout un caractère quantitatif. Le besoin d’argent, de pouvoir, de possessions, est emblématique de ces besoins aliénés. L’accumulation est pratiquement infinie pour chacun d’entre eux. Avec le développement du capitalisme, les besoins aliénés ont pris le dessus sur le reste des besoins proprement humains.

4La notion de besoins nécessaires fait quant à elle référence au travail nécessaire, c’est-à-dire à cette partie de la journée de travail qui est nécessaire, suivant l’analyse de Marx, pour reproduire la force de travail elle-même, le reste étant le surtravail accaparé par les capitalistes. Le travail nécessaire fournit au travailleur un salaire qui doit lui permettre de reproduire sa force de travail et de satisfaire ses besoins nécessaires. Il s’agit de besoins qui doivent être satisfaits pour qu’il continue à travailler. Ces besoins sont socialement déterminés, que ce soient les besoins de subsistance telle la nourriture ou les vêtements, mais aussi les loisirs, etc. Ils sont déterminés historiquement et varient d’une période à l’autre, selon le rapport de force entre travailleurs et capitalistes. Le problème essentiel que soulève la théorie marxiste des besoins est de savoir comment s’effectue le passage de la lutte pour la satisfaction des besoins nécessaires à la lutte pour la satisfaction des besoins radicaux.

5Au cours des années 1970 Ágnes Heller a exercé une influence certaine sur la gauche critique à l’ouest du continent européen, en particulier en Italie et en France. Parmi ses œuvres majeures traduites en français, il faut citer La Théorie des besoins chez Marx, UGE, 10/18, 1978 ; Pour une philosophie radicale, Le Sycomore, 1979 ; Marxisme et Démocratie, en collaboration avec Ferenc Fehér, Paris, F. Maspero, 1981. Puis elle est tombée dans un oubli relatif, notamment en France. À l’heure de la crise environnementale généralisée, Razmig Keucheyan questionne la logique productiviste du capitalisme du point de vue de la consommation, ce qui l’amène à revisiter dans le premier chapitre de son ouvrage les analyses d’Ágnes Heller et celles très proches d’André Gorz. Ainsi dans sa critique du consumérisme il retrouve, avec certes d’autres mots, les besoins radicaux d’Ágnes Heller ou les besoins qualitatifs d’André Gorz qui s’opposent aux besoins aliénés. Tous les besoins authentiques, explique-il reprenant les analyses de la philosophe hongroise, ne sont pas d’ordre biologique. Aimer et être aimé, se cultiver, faire preuve d’autonomie et de créativité manuelle et intellectuelle, prendre part à la vie de la cité, contempler la nature sont des besoins consubstantiels à la définition d’une vie humaine digne d’être vécue. La définition des besoins authentiques, explique encore Keucheyan, ne peut être que collective et dialogique. En historicisant le besoin on peut montrer que l’objet consommé modifie toujours le besoin sous-jacent, dévoilant ainsi le caractère « absolu et historique » du besoin.

  • 2 Floréal M. Romero propose dans, Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchi (...)

6L’auteur suggère une nouvelle politique des besoins. Son objectif est de construire une société à la fois démocratique et écologique, c’est pourquoi il souhaite renouveler les débats et les délibérations collectives sur les besoins, impulsées dès les années 1970 par Ágnes Heller : il s’agit plus particulièrement de travailler la distinction entre besoins authentiques et besoins superflus. De nouvelles formes d’existence et d’expression politiques sont donc nécessaires à l’instar de ce que propose par exemple le municipalisme libertaire du penseur anarchiste Murray Bookchin afin d’assurer l’avènement, à terme, d’une société post-capitaliste2.

Top of page

Notes

1 Heller A., Sociologia de la vida cotidiana, (traduction espagnole), Barcelona, Peninsula, 1987 [1re éd. Budapest, 1970].

2 Floréal M. Romero propose dans, Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin (éditions du Commun, 2019) des conseils pratiques pour faire germer un nouvel imaginaire social et écologique en s’appuyant sur la pensée du fondateur de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. L’auteur retrace le cheminement critique et politique d’un penseur qui vise à recréer des environnements locaux accessibles à la prise en main démocratique, contre la privatisation des ressources naturelles et humaines.

Top of page

References

Bibliographical reference

Roland Pfefferkorn, « Lukasz Czarnecki (coord.), Textos de Ágnes Heller ¿Revoluciones en la vida cotidiana ? 50 Años Después
Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme »
Revue des sciences sociales, 63 | 2020, 168-169.

Electronic reference

Roland Pfefferkorn, « Lukasz Czarnecki (coord.), Textos de Ágnes Heller ¿Revoluciones en la vida cotidiana ? 50 Años Después
Razmig Keucheyan, Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme »
Revue des sciences sociales [Online], 63 | 2020, Online since 15 June 2020, connection on 27 September 2020. URL: http://journals.openedition.org/revss/5467 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.5467

Top of page

About the author

Roland Pfefferkorn

Université de Strasbourg
DynamE (UMR 7367)

Top of page

Copyright

Revue des sciences sociales

Top of page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search