Navigation – Plan du site
Hommages

Hommage à Michèle Therrien (1945-2017)

Eric Navet
p. 124-125

Texte intégral

1Cette note ne s’inscrit pas dans une quelconque et froide « rubrique nécrologique » puisqu’avant d’être une collègue, Michèle Therrien était une amie. Nous nous sommes rencontrés au début des années 1970 dans les locaux du Centre d’Études Arctiques à Paris, où nous étions étudiants. Elle venait du Québec, dont elle avait toujours un peu gardé l’accent et d’où elle tenait aussi le surnom de Kateri (une « sainte » iroquoise), que lui avait affectueusement donné son mari Jean-Pierre Farrell qui nous a quittés, lui aussi, voici quelques années et que j’associe naturellement aux souvenirs que j’évoque ici. Nous avons partagé, plus que des savoirs, des émotions multiples, de celles qui laissent plus de traces que n’en peuvent produire de furtives rencontres. Plus tard, nos chemins professionnels se sont croisés par notre appartenance commune au GDR (CNRS) « Recherches Arctiques », haut lieu de partage des savoirs et de convivialité.

2Michèle Therrien était professeure de langue et de culture inuit à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) à Paris, un enseignement qui a ouvert cette vénérable institution à des langues souvent ignorées. Elle a su allier au plus haut point les qualités de chercheuse, de pédagogue et de femme d’action. Sa très grande maîtrise de l’Inuktitut, la langue des Inuit, et sa profonde connaissance de ce qui constitue l’une des plus vastes civilisations de cette planète, en ont fait sans doute l’une des meilleures « spécialistes » (un terme qu’elle aurait sans doute renié) du monde arctique au plan international.

3Dans une carrière universitaire hélas trop brève, elle a apporté une contribution essentielle à la connaissance de ces sociétés inuit dans leur philosophie et dans une histoire qui, sous l’impact de la colonisation récente des espaces nordiques, s’est accélérée au cours de ces dernières décennies. Aux travaux scientifiques sur la langue et la culture inuit, elle a ajouté plusieurs ouvrages qui sont une réflexion sur le combat des Inuit pour préserver une identité et un territoire propres. Michèle Therrien a suivi de près les événements, les processus juridiques qui ont abouti, en 1999, à la création d’une province inuit dans le Nord canadien : le Nunavut, ce qui constitue l’un des aboutissements les plus positifs des revendications des peuples autochtones (« Peuples premiers », dit-on au Canada) telles qu’elles s’expriment depuis les années 1960. Elle en a rendu compte dans plusieurs ouvrages, où elle laisse largement la parole aux principaux concernés : les Inuit eux-mêmes.

4Il est significatif qu’en plus d’être responsable, à l’Inalco, du cursus Langues et cultures inuit, Michèle Therrien dirigeait, dans la même institution, un programme intitulé : Paroles, et était membre du bureau du Centre d’étude et de recherche sur les littératures et les oralités du monde (CERLOM).

5Les ouvrages et les nombreux articles scientifiques, communications à congrès, etc., qu’a publiés Michèle Therrien, mettent toujours en avant la parole autochtone et particulièrement celle des aînés (Elders) dont le rôle dans la transmission de la sagesse et des savoir-faire est crucial. Malgré toutes les actions et les politiques (évangélisation, politiques de sédentarisation, etc.) qui, depuis deux cents ans au moins, ont tendu et tendent encore, à l’assimilation des Inuit, comme des autres « peuples premiers », au mode d’être et de penser occidental ; malgré les bouleversements climatiques et les pollutions de toutes natures qui menacent leurs environnements, les 140 000 Inuit qui vivent de l’extrémité orientale de la Sibérie à la côte orientale du Groenland, en passant par l’Alaska et le Grand Nord canadien, ne cessent de défendre un droit à la différence.

6L’œuvre de Michèle Therrien, rigoureuse sans froideur, sérieuse sans austérité, témoigne éloquemment de la force intérieure de peuples qui ont su avec une grande intelligence s’adapter à des milieux non « extrêmes » mais exigeants, comme elle aimait à le rappeler. Des peuples qui maîtrisent et tirent le meilleur parti des technologies modernes, parvenant à préserver une voie et une voix autochtones à côté d’une autre destructrice et suicidaire. Au travers d’un art aujourd’hui mondialement connu par exemple, les Inuit savent faire passer le souffle chamanique qui les tient en vie et jaillit de la pierre des terres arides (le wilderness des anglo-saxons) et de la glace des banquises :

chez les Inuit […] la pensée, attentive au thème de l’harmonie universelle, fondait ses pratiques sur un ensemble de relations et d’échanges au quotidien entre toutes les composantes de la nature. Le chamanisme inuit […] se présentait sans doctrine rigide, sans tradition écrite, sans histoire autre qu’orale… (1999 : 55).

7Tous ceux qui, comme moi, ont eu l’occasion d’écouter Michèle Therrien dans des cours, des séminaires ou des colloques (certains auxquels j’ai moi-même participé), ont pu apprécier son éloquence, sa diction impeccable et sa capacité à faire partager les convictions qui l’animaient. Elle joignait à l’élégance de sa mise, celle, plus rare, du cœur. Sans renier les meilleurs aspects de sa culture, elle pensait, elle aussi, que les « petits peuples du Nord » avaient peut-être, sûrement même, une leçon de survie à nous donner.

  • 1 La question n’est-elle pas plutôt : l’ethnologie peut-elle être autrement qu’« engagée » ?
  • 2 Ici le double sens du mot « hôte » est pleinement pertinent ; si Michèle Therrien fut une femme de (...)

8Elle connaissait l’importance de la transmission, et elle laisse elle-même un riche héritage : celui des étudiantes et des étudiants qu’elle a, suivant une anthropologie solide et sans concession à la facilité, et une grande humanité, formés à la langue et la culture des Inuit. Avec l’œuvre de Michèle Therrien, l’expression d’« ethnologie engagée » prend son meilleur sens1. Impliquée dans de multiples actions pour défendre ceux qui la faisaient vivre, s’effaçant souvent derrière la parole de ses hôtes2, Michèle Therrien témoigne que l’ethnologie ne peut se faire qu’avec et non sur les populations qui vous accueillent.

9Une si brève évocation ne rend bien sûr pas compte de l’immensité des talents de Michèle Therrien ; elle ne rend pas non plus justice à ses qualités humaines, à sa joie de vivre et à son plaisir à partager de bons moments, notamment dans le cadre des réunions du GDR « Recherches arctiques », dont je fus moi-même membre. Puisqu’il faut conclure, je lui laisse la parole :

Les Inuit, après avoir affronté tous les aspects négatifs liés aux changements sociaux montrent que certaines blessures peuvent être pansées. Des minorités qui ont perdu confiance en elles-mêmes et confiance dans les institutions, risquent de tendre l’oreille, d’autant que le gouvernement du Nunavut s’évaluera d’abord en termes de qualité de la relation à l’univers, en termes de mieux-vivre. (1999 : 140).

Haut de page

Bibliographie

Charrin A.-V., Lacroix J.-P., Therrien M. (1995), Peuples des Grands Nords, traditions et transitions, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle/Inalco.

Therrien M. (1987), Le corps inuit (Québec Arctique), Paris, SELAF/PUB.

Therrien M. (1999), Printemps inuit, Naissance du Nunavut, Montpellier, Indigènes éditions.

Therrien M. et Tersis N. (dir.) (1996), Dynamique dans la langue et la culture inuit, Paris, Peeters.

Therrien M. et Théveny S. (2000), Pour mieux comprendre le Nunavut, Actes de la Journée Nunavut 30 janvier 1999, Paris, Inalco.

Therrien M. et Théveny S. (dir.) (2001), Langues eskaléoutes : Sibérie, Alaska, Canada, Groenland, Paris, CNRS Éditions.

Therrien M. (2008), Paroles interdites, Paris, Éditions Karthala/Langues’O-Inalco.

Therrien M. et Robert J.-N. (2012), Les Inuit, Paris, Guide Belles Lettres des Civilisations.

Haut de page

Notes

1 La question n’est-elle pas plutôt : l’ethnologie peut-elle être autrement qu’« engagée » ?

2 Ici le double sens du mot « hôte » est pleinement pertinent ; si Michèle Therrien fut une femme de terrain, elle ne cessa aussi de faire participer les Inuit aux événement scientifiques qu’elle organisait ou auxquels elle participait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Navet, « Hommage à Michèle Therrien (1945-2017) », Revue des sciences sociales, 59 | 2018, 124-125.

Référence électronique

Eric Navet, « Hommage à Michèle Therrien (1945-2017) », Revue des sciences sociales [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/551 ; DOI : 10.4000/revss.551

Haut de page

Auteur

Eric Navet

Université de Strasbourg

Laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (UMR 7363 CNRS/Unistra)

<eric.navet47@gmail.com>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals