Navigation – Plan du site
Lu-à-lire

Philippe Hamman, Stéphane Vuilleumier (eds.), Sustainability Research in the Upper Rhine Region. Concepts and Case Studies

Maurice Blanc
p. 169-170
Référence(s) :

Philippe Hamman, Stéphane Vuilleumier(eds.), Sustainability Research in the Upper Rhine Region. Concepts and Case Studies, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019, 345 pages.

Texte intégral

1Depuis l’introduction de la notion de sustainable development dans le rapport Brundtland (1987), sa traduction en français fait débat. Développement durable a fini par l’emporter, mais c’est une traduction ambiguë : ce qui est durable au sens courant ne l’est pas forcément au sens de sustainable – les déchets nucléaires par exemple. Cet adjectif a donné naissance à la sustainability, qui est devenue un carrefour interdisciplinaire de confrontation entre les sciences de la nature et celles de l’homme et de la société.

2En Europe, la région tri-nationale du Rhin Supérieur a été en pointe dans ce dialogue scientifique, à la fois interdisciplinaire et sociétal. Le réseau Upper Rhine Cluster for Sustainability Research réunit de nombreux chercheurs des universités et établissements de recherche partenaires. Il a été fondé en 2016 avec le soutien du programme européen INTERREG de coopération transfrontalière. Ce livre est issu d’une rencontre en 2018 à l’Université de Strasbourg. Il réunit en anglais des textes présentés en allemand, anglais ou français, évitant les ambiguïtés de la « durabilité ».

3La première partie réunit des contributions sur les formes de gouvernance de l’environnement et les différences culturelles. Vincent Baudoin (juriste, Strasbourg), présente une fresque historique sur « sustainability, frugalité et démocratie » de l’Antiquité à nos jours, en passant par Montesquieu. La frugalité revient aujourd’hui en force dans le droit français pour lutter contre le gaspillage alimentaire, favoriser la réutilisation d’objets usagés, etc. De son côté, Sihem Dekhili (EM Strasbourg Business School) a enquêté dans les agences de voyage françaises titulaires du label « éco-tourisme ». Le volet environnemental passe avant le volet culturel, mais ces agences déclarent s’engager dans une difficile relation de « co-création » avec les participants-clients. Pour Carmen Schiel, Simon Glösser-Shaoud et Franck Schultmann (Institut pour la production industrielle, Karlsruhe), les entreprises investissent dans l’environnement pour respecter la réglementation. « L’analyse des options réelles », issue de la théorie financière des investissements, serait selon eux moins « punitive » et plus incitative. Emiliano Scanu (Université Laval, Québec) appelle « climatisation » la lutte contre le changement climatique. En Amérique du Nord, ces politiques s’inscrivent dans des logiques opposées : le néo-libéralisme qui « verdit » la politique locale, ou la défense de l’intégrité environnementale et de l’équité sociale. Malgré les oppositions radicales, des hybridations sont possibles. Sophie Liziard, Rémi Barbier et Sara Fernandez (ENGEES, Strasbourg) analysent les schémas d’aménagement et de gestion des eaux en France à partir des principes de gestion des biens communs d’Elinor Ostrom (Prix Nobel). Malgré un cadre juridique contraignant, les auteurs observent d’importantes marges de manœuvre selon les contextes locaux.

4La seconde partie regroupe de façon cohérente des disciplines a priori éloignées, mais qui traitent du management des ressources dans la transition environnementale et sociale. Julia Blanc (Centre pour la Religion, l’Économie et la Politique, Universität Basel) montre avec humour le lien entre les religions et la sustainaibility : Les religions réactivent d’anciennes traditions qui sacralisent la nature et la relient à la lutte contre la pauvreté. Le langage religieux est nécessaire car il touche le cœur et pas seulement la raison. Aïda Boudhaouia et Patrice Wira (Université de Haute-Alsace) ont inventé un dispositif qui mesure en temps réel les consommations d’eau et d’énergie dans un immeuble, pour permettre aux usagers de les optimiser et les réduire. Valérie Tschamber, Gontrand Leyssens et Gwenaëlle Trouvé (Université de Haute-Alsace) soulignent que, si le bois est une énergie renouvelable, son usage pour le chauffage améliore la qualité de l’air uniquement si les conditions strictes de son utilisation sont respectées. Très ignorant en informatique et en biologie végétale, je témoigne que ces deux dernières contributions sont accessibles aux non-spécialistes !

5La troisième partie présente quatre projets combinant l’innovation technique et environnementale avec l’innovation sociale. Ines Gavrilut, Kristina Izailova et Barbara Koch (Centre pour les énergies renouvelables et Chaire sur les systèmes d’information sur le paysage, Universität Freiburg) déplorent que, dans le Rhin supérieur et ailleurs, la planification nationale entrave le développement coopératif entre les régions périphériques et leurs voisins frontaliers. Rodolfo Orjuela, Jonathan Ledy et Michel Basset (Institut de recherche en informatique et mathématique, Université de Haute-Alsace) présentent le projet SIMPHA (solutions innovantes pour la mobilité individualisée et durable des seniors et personnes présentant un handicap). Il repose sur un véhicule autonome, soulevant bien des problèmes sur les plans technique, éthique et juridique. Un collectif de vingt chercheurs, coordonné par Laurent Schmitt (Université de Strasbourg), fait le bilan de recherches récentes sur le management intégré du Rhin, notamment sur les essais de renaturation après sa pollution chimique en 1986 par le laboratoire Sandoz. Le Rhin est à la fois un bon et un mauvais exemple en matière de gestion écologique. Jon Marco Church, Olivier Aimont, Emmanuel Guillon, Rémi Helder, Grichka Lévy, Pierre Taborelli et Jean Grosbellet (Université de Reims Champagne-Ardennes et Argonne Pôle naturel régional) forment un collectif de chercheurs et d’acteurs locaux qui militent pour que leur projet de développement durable de l’Argonne devienne une zone atelier du CNRS. Dans ces quatre contributions, le succès du projet dépend de son acceptation par la population. De nouvelles formes de relations entre acteurs et chercheurs s’inventent ici.

6La dernière partie souligne le risque du lancement de projets innovants, en espérant des effets positifs mais en ignorant leurs conséquences à long terme sur l’environnement et la société ; ceci rend le débat public indispensable. Niko Lehmann, Nathalie Lanzrath et Armin Ardone (Institut de la production industrielle, Karlsruhe) examinent le coût élevé du transport du charbon nécessaire à la production d’électricité en Allemagne, en particulier lorsque le faible niveau d’eau du Rhin limite la circulation des barges. Mais ils ne traitent pas du passage aux énergies renouvelables. Arian Mahzouni (KTH Royal Institut of Technology in Stockholm et university college Freiburg, University of Freiburg) a enquêté sur la réhabilitation écologique des logements, une innovation à la fois technique et sociale, dans le quartier d’habitat social de Weingarten à Freiburg. Il déplore la faible participation des habitants. Philippe Hamman (Institut d’urbanisme, Université de Strasbourg) confronte le savoir expert à celui des habitants sur les économies d’énergie dans l’habitat. Les décalages entre le savoir et la pratique sont nombreux : on sait que la ventilation double flux est meilleure, mais on la rejette. Les solutions sont élaborées par les concepteurs et les promoteurs, en dehors des habitants. Florence Rudolf (INSA, Strasbourg), Julie Gobert (École des Ponts ParisTech) et Paul Averbeck (Universität Koblenz-Landau) étudient l’avenir des forêts des Vosges du Nord et du Palatinat. Le souci écologique ne suffit pas pour donner la bonne réponse : les effets à long terme sont inconnus. Il faut convoquer tout le monde pour en débattre. Dans ces quatre contributions, comme dans l’ensemble de l’ouvrage, l’ignorance scientifique impose la prudence. Pour décider dans l’incertain, la confrontation des points de vue de toutes les parties prenantes est une nécessité incontournable.

7Pour conclure brièvement, la collectivité territoriale d’Alsace (on ne peut plus dire « la Région », depuis sa fusion dans la Région Grand-Est !) est connue en France pour être en pointe en matière d’environnement et de climat. Cet ouvrage montre que cette réputation est justifiée et qu’elle doit beaucoup à la coopération transfrontalière entre chercheurs et acteurs dans la Région tri-nationale du Rhin supérieur. Les objets de recherche et les disciplines sont nombreux, mais cet ouvrage évite les écueils habituels : il ne fait pas une juxtaposition des points de vue (appelée : « pluridisciplinarité »), il les fait dialoguer pour qu’elles s’enrichissent mutuellement (« interdisciplinarité »). Il met aussi en tension les différentes cultures nationales (sustainability n’est pas exactement « durabilité »), ce qui oblige à un questionnement et un élargissement.

8Le lecteur peut bien sûr faire une lecture « opportuniste » de l’ouvrage, en sélectionnant les chapitres qui l’intéressent le plus directement. Mais le lire dans sa totalité est très enrichissant : (i) Tous les auteurs ont le souci de s’adresser au grand public, en évitant le jargon de leur discipline (ou en l’expliquant, lorsqu’il est indispensable). (ii) Si les objets de recherche sont différents, chacun ayant ses spécificités, ils sont en même temps placés dans une perspective commune qui apporte de nouveaux éclairages. (iii) Enfin et surtout, cet ouvrage illustre la thèse défendue par Anthony Giddens (1990) et Ulrich Beck (1987) : nous sommes sortis du paradigme des Lumières, qui croyaient naïvement que le développement des sciences apporterait des connaissances nouvelles indiscutables, permettant aux décideurs de prendre la bonne décision. Le progrès des sciences, on le voit bien ici, crée des incertitudes nouvelles. Pour « agir dans l’incertain » (Callon et al., 2001), le débat public, c’est-à-dire la confrontation des points de vue de toutes les parties prenantes (élus, experts, habitants concernés, etc.) est indispensable. Paradoxalement, les limites de la science redonnent sa grandeur au politique qui doit arbitrer sans caution scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Beck U. [1986] (2001), La société du risque, Paris, Aubier.

Brundtland G. H. (1987), Notre avenir à tous (Our common future), ONU, Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, <https://www.diplomatie.gouv.fr/sites/odyssee-developpement-durable/files/5/rapport_brundtland.pdf>.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Giddens A. [1990] (1994). Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc, « Philippe Hamman, Stéphane Vuilleumier (eds.), Sustainability Research in the Upper Rhine Region. Concepts and Case Studies »Revue des sciences sociales, 63 | 2020, 169-170.

Référence électronique

Maurice Blanc, « Philippe Hamman, Stéphane Vuilleumier (eds.), Sustainability Research in the Upper Rhine Region. Concepts and Case Studies »Revue des sciences sociales [En ligne], 63 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/revss/5521

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe
UMR 7363 CNRS/Université de Strasbourg
maurice.blanc[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals