Navigation – Plan du site
Georg Simmel (1858-1918)

La performance des objets chez Simmel

Architecture, artefacts et interaction
The Performance of the Objects in Simmel. Architecture, Artefacts and Interaction
Claudia Portioli
p. 110-115

Résumés

Est-il possible de parler d’une performance des objets chez Simmel à partir de ses réflexions sur la façon dont les choses, les éléments matériaux et plus en général les produits humains, se montrent et agissent par le moyen de leurs caractéristiques formelles, matérielles et esthétiques ? La notion de performance se réfère dans cet article à l’action que les objets exercent entre eux et sur les êtres humains à plusieurs niveaux, notamment grâce à leur apparence sensorielle, à leur configuration extérieure et à leur disposition réciproque. Dans ce contexte, l’article explore d’abord la possibilité de lire, dans les observations de Simmel, une conception de l’espace qui anticipe quelques-uns des aspects de la théorie proxémique de Edward T. Hall (1971, 1984). L’auteur envisage aussi les possibles liens entre les considérations simmeliennes sur le rapport beauté/utilité/style dans les objets d’usage, la notion d’affordance et la dimension comportementale du design analysée par Donald Norman. L’article aborde, enfin, la question des possibles implications de la réflexion simmelienne dédiée aux objets en relation à la notion élargie d’interaction en termes d’interobjectivité, élaborée par Bruno Latour dans sa sociologie des objets.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article je souhaite aborder la possibilité de parler d’une performance des objets à partir des réflexions de Simmel sur la façon dont les choses, les éléments matériaux et plus en général les produits humains, se montrent et agissent par le moyen de leurs caractéristiques formelles, matérielles, structurelles et esthétiques ainsi que par la manière dont ils entrent en relations entre eux et avec les êtres humains. La notion de performance est utilisée ici dans le sens de l’action que les objets exercent entre eux et sur les êtres humains à plusieurs niveaux, notamment grâce à leur apparence sensorielle, à leur configuration extérieure et à leur disposition réciproque. Dans ce contexte, j’explorerai d’abord la possibilité de lire, dans les observations de Simmel, une conception de l’espace qui anticipe quelques-uns des aspects de la théorie proxémique de Edward T. Hall (1971, 1984). J’envisagerai aussi les possibles liens entre les considérations simmeliennes sur le rapport beauté/utilité/style dans les objets d’usage, la notion d’affordance et la dimension comportementale et fonctionnelle du design analysée par Donald Norman. J’aborderai, enfin, la question des possibles implications de la réflexion simmelienne dédiée aux objets en relation à la notion élargie d’interaction, ou bien d’action réciproque, élaborée par Bruno Latour dans sa sociologie des objets.

La matière transformée en chose

  • 1 La relation entre culture objective, culture subjective, Bildung et développement de l’individualit (...)

2Lorsqu’on parle de la dialectique du maître et de l’esclave de Hegel (2006 : 201-212) on pense tout de suite aux transformations que les deux protagonistes traversent dans les trois phases de la dialectique thèse, antithèse et synthèse. Ce procès amène au renversement du rapport de subordination initial de l’esclave au maître, grâce à la conscience de son indépendance et de la possibilité de liberté, que l’esclave acquiert par le moyen de son travail. Mais ce qui est particulièrement intéressant, dans cette dialectique, par rapport au thème des objets et de leur rôle dans les relations humaines chez Simmel, est à mon avis le changement que la matière brute subit dans le processus du travail. Ce dernier transforme la matière brute (comme, par exemple, un morceau de marbre) en un objet (un vase) qui porte de l’empreinte de la main de l’esclave, ainsi que de sa personnalité. Toutefois, cet objet obtient, à son tour, une indépendance aussi bien par rapport à la matière brute, dont il dérive, que par rapport au sujet qui l’a produit. Le produit final devient donc quelque chose de nouveau et d’autre par rapport aux éléments et aux forces qui l’ont créé et qui ont conflué en lui. En plus, il faut souligner que c’est justement grâce au produit que le sujet peut voir le reflet de son travail et devenir conscient de ses capacités et de son indépendance par rapport au maître. Dans ce processus – que la littérature secondaire a mis en relation avec le thème de l’aliénation (par exemple, Negri 1981 : 417-418, 591-594) – on peut entrevoir aussi bien l’émergence du thème du pouvoir d’action des objets, que la question, développée par Simmel, du rapport entre culture objective et culture subjective (Simmel 1987 : 570-603)1.

Les artefacts architecturaux en dialogue avec les êtres humains

  • 2 Sur le thème, qui est très vaste, cf. Lazarus 1862, Meschiari 1997 ; la notion d’esprit objectif ch (...)
  • 3 Pour la célèbre formule selon laquelle la forme doit suivre la fonction, cf. Sullivan 2011 ; plus g (...)
  • 4 Sur le thème du pichet, du vase ou bien du broc chez Simmel, Benjamin, Heidegger et Adorno, cf. Pin (...)

3Je vais considérer quelques-uns des objets analysés par Simmel, dont ressort le pouvoir d’action. Il s’agit, par exemple, de l’essai « Pont et porte » (Simmel 1988a) qui semble contenir les germes d’une théorie proxémique telle qu’elle sera développée par Edward T. Hall (1971). Ici, Simmel se penche sur des constructions et des artefacts humains tels que la rue, le pont, la porte, la fenêtre et le mur. Chacun parmi eux se caractérise, d’une manière différente, par les aspects suivants. Premièrement, ils soulignent, avant tout, l’une des deux activités, entrelacées entre elles, de l’homme, à savoir l’unification ou bien la séparation. Deuxièmement, ils représentent la cristallisation matérielle d’intentions, d’exigences et, en même temps, la création d’une modalité par laquelle les hommes entrent en relation avec l’espace. Troisièmement, leur forme ainsi que leur structure exercent des conditionnements spécifiques par rapport aux possibilités d’action des hommes dans les espaces façonnés par ces artefacts architecturels. Notamment, ils permettent certains mouvements et interactions et ils en excluent d’autres. En outre, une fois créés, ces objets, ainsi que l’idée qui en est à la base, feront partie de ce que Simmel appelle « le patrimoine de l’esprit objectif » (Simmel 1987 : 570-603). Par cette notion, Simmel reprend, dans une version sécularisée, l’expression hégélienne transformée par l’interprétation, tout à fait différente du concept hégélien d’esprit objectif, élaborée par Moritz Lazarus, l’un des professeurs de Simmel2. Enfin, la forme de ces artefacts serait d’autant plus réussie lorsqu’elle rend immédiatement visibles, et donc compréhensibles aux êtres humains sa finalité pratique, sa fonction, en se différenciant ainsi de l’œuvre d’art. Par rapport à ce dernier aspect, on trouve, dans les observations de Simmel, une anticipation de la notion d’affordance, chère aux designers industriels (Chiapponi 2005, Norman 2004 : 69-82), qui pourrait être décrite comme la capacité d’un objet de rendre immédiatement intelligible sa fonction grâce à sa forme et à sa configuration. En même temps, dans les réflexions simmeliennes sur les objets quotidiens, on peut entrevoir aussi la référence implicite à un principe qui sera développé en détail par le Bauhaus (Gropius 1919, Richard 2009), et qui deviendra aussi un critère esthétique, selon lequel la réussite de la forme d’un artefact ou bien d’une structure architectonique réside dans l’expression visible et efficace de sa fonction3. Une considération analogue apparaît en relation à l’anse du pichet lorsque Simmel affirme que l’expression de l’utilité devient la mesure de la beauté d’un objet (Simmel 1988b)4. Notamment, l’anse aurait pour rôle de servir d’intermédiaire, par sa forme, entre deux exigences : une exigence pratique qui vient du monde extérieur et une exigence spécifique propre au monde de l’art pour laquelle, selon une conception influencée par l’esthétique kantienne, les formes pures sont indifférentes à leur but pratique (Kant 2008). D’ailleurs, déjà dans l’article « Soziologische Ästhetik » de 1896, Simmel avançait l’hypothèse d’un lien entre beauté et utilité, en observant que, peut-être, ce qui nous apparaît comme beau serait, en effet, ce que l’espèce humaine avait expérimenté comme utile. C’est ça qui nous procurerait du plaisir sans que nous profitions encore individuellement de l’utilité réelle de ces objets ou éléments (Simmel 1992).

L’espace bâti se présente aux sujets

  • 5 Sur les différentes dimensions de l’analyse de l’espace chez Simmel, cf., parmi d’autres, Borden 19 (...)

4En retournant aux éléments architecturaux considérés par Simmel dans l’essai « Pont et porte », il observe que, dès qu’une rue est tracée, la direction d’un mouvement qui a été parcouru entre deux lieux se matérialise dans une création solide. Dans le cas du pont, par contre, ce qui se concrétise sont le dépassement d’un obstacle et la possibilité d’étendre notre volonté sur l’espace par l’union de ce qui est séparé5. À son tour, la porte montre comment relier/unir et séparer, sont les deux faces de la même monnaie. Notamment, pour Simmel, elle délimite un espace humain en le soustrayant à la nature. La porte crée, et dépasse en même temps, une distinction entre espace interne et externe, tout en maintenant ouverte la possibilité d’un échange continu et réciproque entre ce qui est limité, l’intérieur, et ce qui est illimité et qui se trouve au-delà de la porte. En plus, par rapport au mur, qui à son avis est indifférencié et muet, la porte parle. En outre, diversement du pont, elle semble plus liée aux activités spécifiquement humaines car la direction du mouvement, d’entrer et de sortir est qualitativement différente vis-à-vis des directions, entre elles indifférentes, du pont. C’est ici qu’on trouve une anticipation assez claire – comme l’ont d’ailleurs déjà mis en lumière Stéphan Jonas et Francis Weideman (2006) – de la découverte du « langage silencieux », dont parle l’anthropologue Edward Hall, qui peut s’établir entre les êtres humains par le moyen de l’espace (Hall 1984). En faisant référence aux réflexions de Bruno Latour (1994), j’ajouterais que ce langage silencieux s’étend aussi aux rapports entre les êtres humains et les objets/artefacts mêmes.

  • 6 Par rapport à d’autres possibles connexions entre des notions élaborées par Hall, comme les « bulle (...)

5Au contraire, observe Simmel, la fenêtre admet seulement la direction qui va de l’intérieur vers l’extérieur, pour regarder dehors. Dans ce sens le lien qu’elle produit entre les deux est beaucoup plus limité par rapport aux possibilités de la porte qui, d’ailleurs, grâce à l’insertion de colonnes et d’autres éléments architecturaux, donne lieu à des variations en mesure de suggérer une direction plutôt qu’une autre. La succession même des colonnes vers l’autel agirait de cette manière. Dans cette série de considérations de Simmel on trouve non seulement une anticipation de la notion de « langage silencieux », mais aussi de la distinction, concernant l’espace bâti, que, une cinquantaine d’années plus tard, Hall introduit, au niveau microculturel, entre « espace fixe » et espace « semi-fixe » (Hall 1971 : 129-142)6. La rue, le pont, le mur, ainsi que la structure délimitée par la fenêtre ou par la porte, feraient alors partie de l’espace fixe car ils ne peuvent pas être modifiés par les êtres humains. Dans ces cas, leur possibilité d’action doit tenir compte de ces éléments car ils conditionnent physiquement les mouvements des individus. Par contre, la porte en elle-même, ainsi que les volets de la fenêtre rentrent dans l’espace semi-fixe car ils peuvent communément être modifiés par l’intervention du sujet, dans certaines limites, à savoir ils peuvent être fermés, ouverts ou bien laissés semi-ouverts.

Les meubles, les objets d’usage et le pouvoir du style

6De l’espace semi-fixe feraient partie aussi les meubles dont Simmel parle occasionnellement en critiquant la tendance moderne, à son avis, excessive à vouloir les individualiser. Cela contrasterait, en effet, avec le fait que, en tant qu’objets d’usage quotidien, ils devraient, en principe, pouvoir être utilisés par un grand nombre de personnes (Simmel 2008). La production des meubles devrait alors tendre, selon Simmel, vers la réalisation d’un type ou bien d’un style car, de cette manière, les meubles exprimeraient des caractéristiques plus générales et plus « objectives », à savoir moins différenciées, qui pourraient mieux s’adapter à une variété très vaste d’individus. Ces considérations de Simmel, ainsi que celles qu’il développe dans l’essai sur le style (Simmel 1993), semblent pouvoir être mises en relation avec la polémique sur l’idée de typification qui atteignit son sommet en 1914, au congrès qui eut lieu à l’occasion de l’exposition, à Cologne, de la Deutsche Werkbund, l’association qui avait pour but d’améliorer la qualité de la production des objets industriels et de l’artisanat. Les positions principales se partageaient entre deux groupes. D’un côté, il y avait ceux qui, comme Henry van de Velde, étaient partisans de la liberté de la création artistique, de l’invention et des idées personnelles et qui s’opposaient à toute sorte de recherche de type ou de canon dans la production architectonique ainsi que des produits industriels pour satisfaire les nécessités du marché. De l’autre côté, il y avait, par contre, ceux qui, comme l’architecte Muthesius (1902) ou l’architecte-designer Behrens, soutenaient l’opportunité de développer un projet des types susceptibles d’être modifiés selon les différentes situations, besoins et conditions du marché (Dellapiana-Montanari 2015 : 212-213, 216-219). D’ailleurs, Muthesius soutenait que la typification cherche ce qui est commun, tandis qu’elle refuse ce qui est insolite (ibid. : 218). On trouve dans ces mots une certaine convergence avec les réflexions élaborées par Simmel dans son écrit de 1908 sur le problème du style (Simmel 1993), lorsqu’il aborde la question de la différence entre les objets destinés à l’usage quotidien, produits par les arts décoratifs et appliqués, et les œuvres d’art. Notamment, à son avis, toute une série d’aspects de ce type d’objets indique qu’ils doivent se conformer au principe de la généralité qui caractérise le style. Parmi les objets produits sur la base d’un modèle, Simmel mentionne les tissus, les bijoux, les chaises, les reliures des livres, les lustres et les verres (Simmel 1993 : 376). L’opportunité que leur forme exprime un principe de généralité par le moyen d’un style se lie, selon Simmel, au fait que ces objets d’usage répondent à des besoins et à des buts qui concernent beaucoup de personnes, ainsi qu’au fait qu’ils doivent pouvoir être reproduits dans un nombre indéfini de copies. Mais il y a d’autres raisons qui peuvent aider à comprendre le succès et le pouvoir du style et du principe de la généralité, exprimé par la forme de ces objets, sur les usagers à partir des dernières décennies du xixe siècle. Notamment, la stylisation des meubles, observe Simmel, transmettrait à l’homme moderne un sens de sécurité et d’imperturbabilité lié au fait que, grâce à l’objectivité de la forme stylisée, il peut prendre distance par rapport au subjectivisme exagéré de son époque. Il atteint ainsi un sentiment de tranquillité, auquel contribuerait l’adoption de styles du passé dans la décoration de pièces car, à son avis, ils créeraient dans l’habitation un espace d’apaisement par rapport aux sollicitations et aux excitations quotidiennes (Simmel 1993 : 382). Dans ces pages consacrées au problème du style et de la forme, ainsi que sur la multiplication de styles qui eût lieu à partir de dernières décennies du xixe siècle, Simmel semble voir précisément dans le style une possible réponse à l’exigence d’antidotes contre l’augmentation excessive de la stimulation nerveuse engendrée par la grande ville dans les lieux quotidiens (Simmel 2013b).

7En outre, le caractère d’objectivité que les artefacts stylisés semblent posséder, ainsi que leur valeur reconnue et déjà établie, permettraient à l’individu de se soustraire à la responsabilité personnelle (Simmel 1993 : 380) et aux possibles risques de choix individuels dont la valeur n’a pas été encore évaluée et approuvée par les autres membres de la société. Dans ce sens les effets des objets sur l’individu comportent aussi une épargne en termes d’énergie psychique, ce qui ferait comprendre encore plus pourquoi la majorité des personnes s’orienterait à acheter ce type de produits. Enfin, le fait d’endosser un objet stylisé tel qu’un vêtement nouveau, qui ne montre pas encore les modifications induites par les mouvements et la forme de notre corps, n’est pas qu’un simple geste de vanité, selon Simmel, mais plutôt une manière d’occulter et ainsi de protéger ce qui est personnel (Simmel 1993). Même le choix d’un vêtement à la mode, en termes simmeliens, pourrait donc être interprété, entre autres, comme l’adoption d’une représentation du soi dans la vie quotidienne (Goffman 1971), en quelque sorte protégée, qui réduit les risques d’un manque d’acceptation ou d’admiration sociale. Cette « protection », accompagnée par un soulagement en termes de responsabilité individuelle, représenterait donc une garantie, bien que d’une façon temporaire, jusqu’à la prochaine vague de la mode (Simmel 2013a). Il s’agit d’un effet lié à la forme stylisée de l’objet, à savoir pourvue d’une validité générale grâce au fait qu’elle ait déjà été, en quelque sorte, testée, approuvée et « légalisée » par le système de la mode. Elle garantirait donc à la moyenne des personnes qui l’adoptent, dans la phase dans laquelle l’objet à la mode se répand et ne concerne plus seulement le groupe étroit des « pionniers » de la dernière vague, d’accéder à une acceptation et à une reconnaissance sociale qui passe par une forme qui n’est pas trop lourde à porter. En effet, le fait que la garantie de son objectivité vient de l’extérieur, permet aux individus de déléguer la responsabilité de leur choix tout en jouissant de l’image de personnalité que le vêtement ou bien les accessoires à la mode leur confèrent (Simmel 1993, 2013a, 1998a). Ces considérations aident à comprendre pourquoi, selon Simmel, les individus portent des accessoires et des vêtements à la mode ou bien des bijoux : ils ne le font pas pour eux-mêmes, mais pour les autres (Simmel 1998a). Cela signifie que, en l’absence de réaction ou bien de reconnaissance des autres, ce type de comportement serait dépourvu de sens.

8En outre, dans le cas de la parure, que ce soit un bijou ou bien un autre accessoire, l’action mise en place par cet objet s’étend non seulement au sujet qui le porte en rayonnant sur lui les effets de ses qualités, mais aussi à ceux qui sont autour de lui. La performance de cet objet s’exerce donc grâce à sa forme, à sa couleur et aux caractéristiques des matériaux qui le constituent, mais il faut remarquer aussi qu’elle n’aurait pas lieu en dehors de l’action réciproque avec d’abord le sujet qui le porte et, deuxièmement, avec les « spectateurs » qui assistent au spectacle et qui interagissent avec lui par le moyen de leur réaction.

Les objets et l’action réciproque

9Le cas de la parure, ainsi que celui des éléments analysés dans « Pont et porte », permettent de mettre en lumière, d’une façon efficace, plusieurs aspects qui vont s’intégrer dans une approche à l’étude des objets qui relève aussi de la coprésence des dimensions sociologique, psychologique et philosophique dans les essais sur les objets de Simmel. En particulier, je souhaite avancer l’hypothèse interprétative selon laquelle Simmel aurait anticipé quelques-unes des intuitions qui, en des temps récents, ont été élaborées par les analyses des objets développés, d’un côté, par la socio-sémiologie (cf. parmi d’autres, Landowski-Marrone 2002, Semprini 2003) et, de l’autre, par la sociologie des objets de Bruno Latour (1994). Je me réfère ici surtout aux notions d’interobjectivité, de presque-sujets et presque-objets qui amènent à une redéfinition de la notion d’interaction. Par contre, je n’envisage pas ici les possibles liens entre les réflexions de Simmel et la notion de presque-choses qui tourne autour de la notion d’atmosphère dans le cadre d’une esthétique conçue comme théorie générale de la perception développée par Gernot Böhme (2001).

  • 7 Sur la question des objets en tant qu’agents impliqués dans les relations et interactions sociales, (...)

10Je vais donc essayer d’illustrer les concepts évoqués en utilisant les analyses effectuées par Simmel. Dans le cas de la parure, par exemple, le fait que le bijou ou bien le vêtement irradie sur l’individu qui le porte une objectivité sur-individuelle et de qualités (comme la brillance d’un métal ou d’une pierre précieuse) qui vont former partie intégrante de l’impression d’ensemble de personnalité du sujet vis-à-vis des autres, comme si ces caractéristiques sortaient du sujet, montre à quel point cet objet ne peut pas être considéré comme une simple matière neutre. Au contraire, il exerce une action qui en quelque sorte transforme le sujet, lequel à son tour, réagit, non pas dans une succession temporelle, mais dans le sens qu’il n’est pas le même sans ou avec cet objet, tout comme la réaction des autres ne va pas être la même dans les deux cas7.

11Encore, les exemples de la rue, du pont, du mur et de la porte montrent bien comme les objets sont, en effet, des presque-sujets dans le sens que leur présence a un pouvoir performatif, qui amène les individus à interagir avec eux non seulement en termes de comportements, ou de manipulations, mais aussi en termes affectifs et émotionnels. En plus, si, en suivant Latour (1994), on considère ces éléments d’un point de vue temporel, on remarque que l’extension de leur action est beaucoup plus large par rapport à celle exercée par les êtres humains. Il envisage à ce propos aussi bien des éléments d’espace semi-fixe que fixe, comme le guichet postal ou une palissade pour des chèvres. Il montre que leur action s’exerce dans plusieurs dimensions temporelles, à travers lesquelles ces artefacts mettent en relation, – et donc interagissent avec – des individus qui appartiennent à différentes générations. D’abord, l’artefact agit dans le passé, lorsqu’il a été conçu et construit par une ou plusieurs personnes, ensuite, il agit dans le présent en conditionnant, par exemple, les marges de possibilités de comportements des personnes qui interagissent par le moyen d’un guichet postal ou qui se trouvent séparées par un mur. Enfin, ces artefacts agiront dans le futur dès que d’autres individus entreront en relation avec eux. À ce propos, Simmel (1988a), en suivant son maître Lazarus (1862), soulignait que ce type d’objets – qui rentrent dans les catégories de Hall d’espace fixe ou semi-fixe – représentent une acquisition en termes de cristallisation matérielle d’une idée dans l’histoire. Ils deviennent ainsi partie du patrimoine de l’esprit objectif, à savoir de la culture et qui se transmet à travers les générations. Dans ce sens, il parait donc que le pouvoir d’action des objets, ainsi que leur degré d’autonomie par rapport aux individus qui les ont pensés et créés et qui interagissent avec eux, soit beaucoup plus vaste par rapport aux possibilités d’interaction exercées par les êtres humains.

12Dans ces dernières réflexions de Simmel, on trouve, peut-être, l’une des raisons qui alimente la frustration, relevée par cet auteur, face à la croissance quantitative de la culture objective qui représente aussi une augmentation du pouvoir des objets vis-à-vis des sujets. La possibilité d’une interaction avec les objets qui soit en mesure de promouvoir une parallèle croissance de la culture subjective échapperait donc de plus en plus aux individus (Simmel 1987 : 573 sq.).

13En revenant à l’interaction qui a lieu entre les objets, je me limite ici à rappeler trois exemples analysés par Simmel. Le premier se réfère à l’anse du pichet ou bien d’un vase (Simmel 1988b), le deuxième regarde le phénomène des expositions d’art (Simmel 2004b), tandis que le troisième concerne la disposition de la marchandise dans les vitrines des magasins (Simmel 2004a). Dans le cas de l’anse du pichet, Simmel souligne que l’une des configurations les meilleures de cet objet est atteinte lorsque la ligne qui part de l’anse se poursuit idéalement jusqu’au bec qui se trouve, en correspondance, à l’autre extrémité du diamètre. La réussite de cette forme ne réside pas simplement, comme on dirait aujourd’hui, dans l’ergonomie de l’objet ou dans son degré d’affordance, mais plutôt dans le fait que cette configuration permet d’exprimer au mieux la possibilité du sujet d’entrer en contact avec le monde matériel. Et cela s’avère précisément grâce à l’interaction représentée par cet objet qui, à son tour, interagit avec d’autres objets (Simmel 1988b).

  • 8 Sur quelques-unes des principales questions engendrées, d’un point de vue anthropologique, par les (...)

14Ensuite, dans le cas des expositions d’art, Simmel se penche sur les effets exercés par la proximité spatiale d’œuvres d’art de provenances les plus hétérogènes8. La réaction que ces œuvres susciteraient si elles étaient assez distanciées afin de ne pas créer des interférences dans le champ visuel du spectateur, serait complètement différente. Toutefois, c’est précisément cette hétérogénéité, mise en lumière par l’interaction entre les objets exposés, qui provoque des effets inattendus sur le spectateur. On assiste notamment à une certaine modification de l’approche perceptive du sujet qui, par exemple, grâce aux multiples oppositions auxquelles il est confronté, développe une sensibilité majeure dans la distinction de styles différents ainsi qu’il s’expose à la possibilité d’élargir ses critères d’évaluation des objets d’art (Simmel 2004b, Portioli 2008 : 56). Enfin, dans le troisième cas, Simmel met en lumière comment l’augmentation de l’attractivité des produits dans les vitrines des magasins est le résultat de la disposition des objets qui se réalise par l’interaction entre eux, entre eux et la structure d’espace fixe et semi-fixe dans lesquels ils sont placés, ainsi qu’entre leurs caractéristiques formelles et matérielles et le type d’illumination utilisée (Simmel 2004a).

15L’ensemble des phénomènes et des aspects analysés par Simmel concernant les objets montre la complexité et la richesse de sa conception de l’interaction ou bien de l’action réciproque. Si Latour avance explicitement la nécessité de mettre en question la notion traditionnelle d’interaction et propose de l’étendre aux objets qui, en tant que presque-sujets, donnent lieu à une interobjectivité, en accord avec ce que soutiennent les socio-sémiologues (Latour 2002b, Landovski-Marrone 2002a), la réflexion de Simmel semble aller néanmoins dans cette direction. En effet, sa conception d’action réciproque ne se borne pas aux individus. Elle implique aussi les objets d’usage quotidien, les artefacts architectoniques, la parure, les œuvres d’art et, on pourrait ajouter, les éléments de la nature, ou encore une catégorie de choses comme les ruines (Simmel 1998b) qu’on ne peut cataloguer ni comme exclusivement bâties par l’homme, ni comme complètement créées par la nature (Simmel 1988c). Dans cette notion élargie, l’interaction serait donc constituée non seulement par l’interobjectivité et par l’interobjectivité concernant les êtres humains et les artefacts, mais, plus en général, elle serait représentée par le tissu enchevêtré des objets, de l’espace bâti et de l’espace naturel, des êtres vivants et des éléments naturels.

Haut de page

Bibliographie

Böhme G. (2001), Aisthetik. Vorlesungen über Ästhetik als allgemeine Wahrnehmungslehre, München, Wilhelm Fink Verlag.

Borden I. (1997), « Space Beyond: Space and the City in the Writings of Georg Simmel », The Journal of Architecture, Winter, p. 313-335.

Chiapponi M. (2005), « Le forme degli oggetti », Il Verri, n° 27, p. 17-34.

Dellapiana E. & Montanari G. (2015), Una storia dell’architettura contemporanea, Novara, UTET.

Fiorillo C. (2014), « L’oggetto controfunzionale e il progetto del gesto », Metábasis.it, Rivista semestrale di filosofia e comunicazione, novembre, n° 18, p. 208-227.

Formaggio D. (1990), L’arte come idea e come esperienza, Milano, Mondadori.

Forni S. (2010), Oggetti, in Pennaccini C. (dir.), La ricerca sul campo in antropologia, Roma, Carocci, p. 93-124.

Gell A. (1998), Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press.

Goffman E. (1971), La Présentation de soi. La Mise en scène de la vie quotidienne I, Paris, Éditions de Minuit.

Gropius W. (1919), Manifeste du Bauhaus, Weimar, avril, <https://eliepse.fr/w/bauhaus/>, consulté le 7 mai 2018.

Hall E. T. (1971), La dimension cachée, Paris, Seuil.

Hall E. T. (1984), Le langage silencieux, Paris, Seuil.

Hegel G.W.F. (2006), Phénoménologie de l’esprit, Paris, J. Vrin.

Jonas S. & Weidmann F. (2006), Simmel et l’espace : de la ville d’art à la métropole, Paris, L’Harmattan.

Julien M.-P., Rosselin C. (dir.) (2009), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CHTS.

Kant I. (2008), Critique de la faculté de juger. Première section : Analytique de la faculté de juger esthétique, Paris, Flammarion.

Klautke E. (2010), « The Mind of the Nation: The Debate about Völkerpsychologie, 1851-1900 », Central Europe, 8.1, May, p. 1-19.

Köhnke K. C. (1996), Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und sozialen Bewegungen, Frankfurt a. M., Suhrkamp, p. 337-355.

Landowski E. & Marrone G. (dir.) (2002), La società degli oggetti, Roma, Meltemi.

Latour B. (1994), « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du Travail, vol. 36, n° 4 (Travail et cognition), décembre, p. 587-607.

Lazarus M. (1862), « Verdichtung des Denkens in der Geschichte », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, n° 2, Berlin, p. 54-62.

Maldonado T. (dir.) (1987), Tecnica e cultura: il dibattito tedesco tra Bismark et Weimar, Milano, Feltrinelli.

Meschiari A. (1997), « Lazarus and Georg Simmel », Simmel-Newsletter, Heft 2, 1997, p. 11-16.

Miller D. (dir.) (1997), Material Cultures: Why Some Things Matter?, London, University College Press.

Muthesius H. (1902), Stilarchitektur und Baukunst, Mülheim-Ruhr, K. Schimmelpfeng.

Negri A. (1981), Filosofia del lavoro. Storia antologica, Milano, Marzorati.

Norman D. A. (2004), Emotional design, Milano, Apogeo.

Pinotti A. (dir.) (2006), La questione della brocca, Milano, Mimesis.

Portioli C. (2008), « La fascination des sens par la marchandise entre anesthésie et hyperesthésie. Sur l’une des acceptions de l’esthétique chez Simmel », Revue des Sciences Sociales (Strasbourg, carrefour des sociologies), n° 40, p. 50-59.

Richard L. (2009), Comprendre le Bauhaus, Gollion/Paris, Infolio.

Semprini A. (dir.) (2003), Il senso delle cose. I significati sociali e culturali degli oggetti quotidiani, Milano, Franco Angeli.

Simmel G. (1987), Philosophie de l’argent, Paris, PUF.

Simmel G. (1988a), Pont et porte, in La tragédie de la culture et autres essais, Paris, Rivages, p. 159-166.

Simmel G. (1988b), L’anse, in La tragédie de la culture, Paris, Rivages, p. 217-228.

Simmel G. (1988c), Philosophie du paysage, 1913, in La tragédie de la culture, Paris, Rivages, p. 243-245.

Simmel G. (1992), Soziologische Ästhetik, in Georg Simmel Gesamtausgabe (ci-après GSG), vol. 5, Frankfurt a. M., Suhrkamp, p. 197-214.

Simmel G. (1993), Das Problem des Stiles, GSG 8, p. 374-384.

Simmel G. (1998a), Psychologie de la parure, in La parure et autres essais, Paris, Éditions de la MSH.

Simmel G. (1998b), Les ruines : un essai esthétique, in La parure et autres essais, Paris, Editions de la MSH, p. 111-118.

Simmel G. (2004a), Berliener Gewerbe Ausstellung, in GSG 17, p. 33-38.

Simmel G. (2004b), Über Kunstausstellungen, in GSG, 17, p. 242-250.

Simmel G. (2008), Tendencies in German Life and Thought since 1870, in GSG 18, p. 167-202.

Simmel G. (2013a), Philosophie de la mode, Paris, Allia.

Simmel G. (2013b) Les grandes villes et la vie de l’esprit. Suivi de « Sociologie des sens », Paris, Payot.

Sullivan L. H. (2011), Autobiographie d’une idée, Paris, Allia.

Tilley C. et al. (dir.) (2006), Handbook of Material Culture, Thousand Oaks (CA), Sage.

Haut de page

Notes

1 La relation entre culture objective, culture subjective, Bildung et développement de l’individualité a été, entre autres, l’un des thèmes sur lequel se sont penchés plusieurs spécialistes de la pensée de Simmel à l’occasion du colloque international « Georg Simmel’s living heritage » qui s’est tenu à l’Université Cattolica de Milan, du 30 novembre au 1er décembre 2017. Parmi les conférences qui ont abordé ces thèmes, en considérant aussi bien la dimension philosophique que sociologique de la pensée de Simmel, cf. Watier P., « Philosophy, philosophical culture and sociology », Müller H.-P., « How is Individuality possible? Georg Simmel’s philosophy and sociology of Individualism ».

2 Sur le thème, qui est très vaste, cf. Lazarus 1862, Meschiari 1997 ; la notion d’esprit objectif chez Lazarus et chez Simmel ne doit pas être confondue avec celle de Hegel qui se bornerait à l’esprit pratique (Köhnke 1996 : 349-355 et note 26, p. 349). Pour Lazarus et pour Simmel elle n’est pas non plus une idée métaphysique (Klautke 2010), elle comprend œuvres d’art, outils, formes de pensée, monnaie d’échange, institutions de toute sorte (Köhnke 1996 : 349). Chez Simmel, elle se lie, en outre, aux concepts de culture objective et culture subjective. En général, il s’agit d’une notion, dont la complexité ne peut pas être abordée ici, toutefois il serait intéressant de mettre en lumière les éléments de continuité ainsi que les différences entre l’usage de cette notion chez Simmel, Lazarus et Hegel.

3 Pour la célèbre formule selon laquelle la forme doit suivre la fonction, cf. Sullivan 2011 ; plus généralement, sur le débat et sur le conflit entre art et industrie qui eut lieu au tournant des dernières décennies du xixe siècle et premières décennies du xxe siècle, cf. Maldonado 1987.

4 Sur le thème du pichet, du vase ou bien du broc chez Simmel, Benjamin, Heidegger et Adorno, cf. Pinotti 2006. La question de l’anse en tant que point de départ pour une réflexion sur le rapport entre fonctionnalité des objets, gestes et corps a été développée, en outre, par le philosophe Dino Formaggio (1990) – élève de Antonio Banfi qui avait étudié chez Simmel à Berlin en 1910. Sur la relation entre les analyses de l’anse élaborées par Simmel et par Formaggio et les problèmes liés au design d’objets anti-fonctionnels, cf. Fiorillo 2014.

5 Sur les différentes dimensions de l’analyse de l’espace chez Simmel, cf., parmi d’autres, Borden 1997.

6 Par rapport à d’autres possibles connexions entre des notions élaborées par Hall, comme les « bulles » invisibles d’espace personnel réclamées par la plupart des individus issus des cultures occidentales et, chez Simmel, l’idée « du vêtement comme une deuxième peau qui exprime la dialectique d’isolement ou de connexion de l’être et de son Umwelt », cf. Jonas-Weidmann 2006 : 27, 33, 35.

7 Sur la question des objets en tant qu’agents impliqués dans les relations et interactions sociales, cf., d’un point de vue anthropologique, parmi d’autres, Julien et Rosselin 2009, Gell 1998. Sur l’étude de la culture matérielle et sur les rapports entre techniques et culture, cf., entre autres, les travaux du groupe de recherche de l’University College London qui ont développé des approches très différentes au caractère interdisciplinaire (parmi d’autres, Miller 1997, Tilley et al. 2006).

8 Sur quelques-unes des principales questions engendrées, d’un point de vue anthropologique, par les collections d’objets et d’artefacts d’intérêt ethnographique dans les musées, cf. parmi d’autres, Forni 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Portioli, « La performance des objets chez Simmel », Revue des sciences sociales, 59 | 2018, 110-115.

Référence électronique

Claudia Portioli, « La performance des objets chez Simmel », Revue des sciences sociales [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/566 ; DOI : 10.4000/revss.566

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals