Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Erny et Chamboredon. Deux regards...Pierre Erny (1933-2020)

Erny et Chamboredon. Deux regards précurseurs sur l’âge

Pierre Erny (1933-2020)

In memoriam
Suzie Guth
p. 134-139

Texte intégral

1Mundele ya dessin, l’homme Blanc au dessin, nous a quittés à l’âge de 87 ans laissant derrière lui une ample moisson d’ouvrages portant d’une part sur les études africaines, et d’autre part sur la culture populaire européenne, et alsacienne en particulier. Si nous l’avons appelé Mundele ya dessin, comme on le désignait à Brazzaville en 1964, c’est que Pierre Erny était l’un des rares Français à pouvoir mener de front des études d’ethnologie ainsi que des études de psychologie. Il voulait lors de sa première initiation à la recherche africaniste à Brazzaville travailler dans le registre de l’école de pensée : « Culture et Personnalité », un groupe surtout connu par les travaux de Margaret Mead, Ruth Benedict, Mikel Dufrenne et quelques autres. Motivé par son séjour professionnel en Haute Volta, il va poursuivre sa quête surtout en Afrique Centrale, d’abord au Congo-Brazzaville, ensuite au Zaïre, et enfin au Rwanda. Ses premiers travaux de nature ethnologique, voire anthropologique traitent de l’enfance, de la première enfance d’abord, puis, de l’enfance en rapport avec la société, surtout en milieu matrilinéaire, quoique ses exemples cherchent souvent à embrasser toute l’Afrique Noire comme on le faisait à cette époque (Guth 2013a, 2013b).

2Le sujet de l’enfance et de la jeunesse ne semblait guère convenir aux ethnologues coloniaux de retour d’Afrique : les masques, la religion, la mythologie étaient à l’époque des sujets de prédilection lors de ces années qui précédèrent l’indépendance en 1960. Ils voulaient surtout, comme le firent Marcel Griaule, Dominique Zahan et Viviana Pâques, embrasser la symbolique du groupe qu’ils étudiaient, revenir aux mythes d’origine de ces peuples, concevoir la culture comme une entité globale, sans apports étrangers, comme si ces peuples avaient été seuls, sans contacts avec d’autres groupes, sans institutions étrangères à proximité, sans que la case du commandant ou la mosquée ne soit perçue par la caméra de Jean Rouch ; c’était une erreur de perspective que Pierre Erny n’a jamais commise. Il a intégré dans ses travaux d’ethnologie, les institutions d’origine étrangère pour comprendre comment la jeunesse pouvait se situer dans cet ensemble. Quelle différence entre la description de Bandiagara par Marcel Griaule, et celle de Hampaté Bâ, on dirait que ce n’est pas le même village, que ce ne sont pas les mêmes hommes ! Le premier se concentrait sur les Dogons et leur culture, il ne voulait pas traiter de la pluralité des peuples sur ces falaises, le second était Hal Pular et scolarisé (Bâ 1991).

3Mundele ya dessin faisait usage du dessin pour tenter de comprendre l’expression du soi par des tests simples, celui de l’arbre, ou celui de la famille. Si ces dessins ont été faits avec plaisir par ceux qui les exécutaient, ils soulèvent cependant de grands problèmes d’interprétation, car ils ne se réfèrent pas aux mêmes arbres et au même symbolisme : l’environnement végétal est bien différent en Afrique centrale de celui de l’Europe. Que penser de ces arbres avec de très grandes racines extérieures, si ce n’est qu’elles reflètent la réalité du fromager alors que l’interprétation classique voudrait que ces racines aériennes gigantesques reflètent chez l’enfant la matérialité et l’inconscient ! En d’autres termes, même avec un testing simple, celui du papier – crayon, il soulève des problèmes d’interprétation qui sont extrêmement difficiles, et nécessiteraient des équipes de psychologues et d’ethnologues pour élaborer un étalonnage. Il faut donc s’émanciper des méthodologies antérieures et procéder autrement pour comprendre la psyché des jeunes Congolais et aborder la psychologie des profondeurs.

  • 1 Les documents sonores du professeur Ombredane se trouvent à l’Université Libre de Bruxelles.

4Dans un premier temps, Pierre Erny va se pencher sur les âges de la vie, et procéder avec méthode, en commençant par la prime enfance. Celle-ci est plus facilement observable et plus facilement compréhensible, plusieurs de ses ouvrages traitent du premier âge de la vie de l’enfant africain (Erny 1990 [1968]). L’adolescent scolarisé sera étudié selon d’autres méthodes, la première, la plus courante consiste à comparer un même phénomène social culturel dans différentes sociétés, et pratiquer une forme de comparatisme culturel, c’était la méthode la plus usuelle en ethnologie à l’époque, mais elle néglige les conditions de recueil des données qui, dans le passé, étaient totalement passées sous silence ; ce n’est qu’avec Ombredane que nous avons les données et même des films sur la passation du Congo TAT1. La deuxième méthode porte sur le récit biographique de ces adolescents arrivés à l’université qui sont sollicités pour raconter l’histoire de leur vie (Erny 1977b). La moisson qu’en fît Pierre Erny fut non seulement abondante, mais certains récits nous émeuvent encore, et nous transmettent les sentiments qui animaient ces jeunes gens, ils expriment ce que Margaret Mead avait appelé : Coming of age (Mead 1928). Car c’est bien du chemin de l’école dont il est question, mais il s’agit aussi, pour certains d’entre eux, d’entrer dans la communauté des hommes adultes, de quitter à partir d’un certain âge, l’appartenance dévalorisante au groupe des non-circoncis. L’auteur montre dans plusieurs ouvrages les processus d’intégration de la personnalité, les processus d’intégration sociaux envers les siblings, ceux de l’intégration dans la lignée, ou ceux de la classe d’âge. Ce sont à partir des travaux portant sur le Zaïre (RDC), et surtout sur le Rwanda que l’auteur entre véritablement dans l’institution scolaire, et cherche non seulement à en montrer la genèse, mais aussi à évoquer les impasses, les difficultés, l’inadaptation de l’institution, et à indiquer qu’elle ne saurait répondre aux attentes de la société.

Réformes et développement

5La réforme des institutions scolaires et les problèmes de développement deviennent à partir de 1977 une nouvelle priorité exprimée dans un ouvrage qui a connu un grand succès : L’enseignement dans les pays pauvres, modèles et propositions (Erny 1977a). Cet ouvrage devint pour bien des collègues qui travaillaient dans le « tiers-monde » un ouvrage de base pour comprendre les vicissitudes de l’enseignement, et pour voir comment y remédier. Le titre reflète déjà la personnalité de l’auteur, il pensait que dans les pays où les ressources étaient limitées, l’enseignement ne devait pas apparaître comme un luxe et qu’il fallait accepter des conditions d’exercice quelquefois spartiates, qui ailleurs paraîtraient totalement hors de propos. Dans l’esprit de Pierre Erny, il faut aussi se contenter de ce que l’on peut trouver dans l’environnement. Je suis sûre que la cloche d’appel à l’école faite avec une jante de pneu lui paraissait certainement suffisante et adaptée à la situation. S’il prônait une forme d’ascèse, il a fait ses études pendant la guerre, et il a été en exercice à Strasbourg alors que l’Institut d’ethnologie occupait la cuisine d’un appartement de la rue Goethe de Strasbourg, il pensait que l’enseignement devait refléter le niveau économique du pays. Pierre Erny résume la nationalisation de l’université zaïroise de la manière suivante :

Ayant connu les universités zaïroises avant et après la nationalisation, il me semble qu’il s’est agit là d’une opération non sans faiblesse, mais largement bénéfique (Erny 1977a : 147).

Plus loin il ajoute :

La réforme de 1971 dans l’université zaïroise a laissé dans l’esprit de beaucoup de personnes l’image d’une dégradation. Dans une certaine mesure cette image est exacte. Elle coïncidait. Était-ce un hasard ? – avec le passage d’une université élitiste où les étudiants étaient choyés comme des coqs en pâte, à une université de masse : l’enseignement alors nécessairement s’altère. À la seule Faculté des Sciences de l’Éducation de Kisangani, certains cours étaient donnés à 800 étudiants en premier graduat et ceux-ci touchaient à leur inscription, en 1972, un morceau de contre-plaqué pour pouvoir écrire sur leurs genoux, tout heureux s’ils trouvaient une chaise dans un auditorium ou un hangar en tenant lieu. Situation honteuse, je ne le pense aucunement. Situation plutôt héroïque d’une institution qui a fait face à la demande de la nation avec les moyens qu’elle avait, des moyens qui même au Zaïre sont pauvres, et qui courageusement a refusé tel financement qui aurait été pour elle source d’aliénation ou d’équivoque.

Il ajoute plus loin :

Dans un pays pauvre, il n’y a rien de honteux à ce que l’université soit pauvre ; au contraire, elle doit l’être, et c’est une manifestation de réalisme que de la maintenir telle (Erny 1977a : 148).

6En d’autres termes, l’enseignement supérieur doit correspondre au niveau économique du pays, et doit devenir l’institution gérée par les diplômés du pays. Pierre Erny s’est élevé dans cet ouvrage contre des établissements luxueux où les étudiants étaient de véritables privilégiés ; leur situation risquait à tout moment d’engendrer du mécontentement auprès de leurs camarades, la nationalisation a, nous dit-on, effacé cet aspect. Pourtant, si la privatisation de l’enseignement est possible et encouragée par les instances internationales, d’autres types d’écoles vont engendrer une forte demande, les établissements français à l’étranger appartiennent à ce corridor de la tentation, et sont à l’origine d’établissements de même type, mais légèrement moins chers comme l’Institution Jeanne D’Arc de Dakar qui cherche à être l’équivalent du Lycée Mermoz (Guth 2004). Dans un autre ouvrage plus tardif, Pierre Erny résume ce que serait son projet pour le Rwanda en s’inspirant de son ouvrage de 1977a. Les propositions seraient les suivantes :

1. Relier l’école à un projet réaliste de société. Généraliser l’éducation de base
2. En confier la responsabilité aux collectivités locales
3. Doter l’État des moyens nécessaire à une formation planifiée et professionnalisée des cadres
4. Instaurer les modes de formation échelonnés
5. Miser à tous les niveaux sur la formation permanente
Favoriser le pluralisme des voies de formation et dynamiser l’initiative privée
(Erny 2003a : 266)

7Le programme semble raisonnable tel qu’il est détaillé dans les pages qui suivent, mais le sociologue ne peut s’empêcher d’émettre des doutes sur les projets de sociétés. Une société dont les limites sont déjà floues — et toute société a des limites qui dépassent les frontières nationales, se laisse-t-elle enfermer dans un projet ? La rationalisation des sociétés que nous avons longtemps recherchée, est-elle seulement possible ? Est-elle même souhaitable ? En d’autres termes, ce que l’on nomme projet de société correspond souvent, de fait, à un projet pour une seule institution, seul élément capable de transformation dans une société, mais gare aux effets pervers ! Cela étant, l’adéquation d’une politique scolaire, en relation avec l’institution scolaire est certes nécessaire et souhaitable, mais elle ne saurait empêcher les distorsions, les dissonances, le fait que l’institution soit en porte à faux avec nombre d’autres outils de formation, la création par l’initiative privée d’établissements d’enseignements ayant des résultats, et disposant d’un capital culturel introduirait de facto l’existence d’établissements élitistes. Il est certain que tout enseignant d’Afrique souhaiterait pouvoir enseigner sa matière en rapport avec les motivations des étudiants, et rendre compte de la réalité sociale telle qu’elle est perçue, et telle qu’elle a été analysée dans de nombreux ouvrages. C’est le vœu souvent énoncé par les enseignants, mais nombreux sont ceux qui ignorent totalement ce qui a été fait avant qu’ils n’enseignent. Tel n’était pas le cas de Pierre Erny, qui avait retracé un historique de l’école au Rwanda (Erny 2001b), il savait mieux que personne que l’origine de l’institution était étrangère, l’institution scolaire conserve une partie de cette altérité, dans nombre de pays d’Afrique, elle laisse de côté les peuples qui se refusent à l’école, ou des populations qui nécessiteraient un traitement particulier, comme celui des hommes de la forêt : les peuples pygmoïdes. Il semblerait que l’harmonie ou l’homogénéité entre les institutions appartienne plus à la croyance ou à une forme de Weltanschauung individuelle qu’à une vision réaliste de la société. Toute société comporte nombre d’éléments étrangers et nombre d’institutions venues d’ailleurs, le hiatus en Afrique Noire paraît plus grand qu’ailleurs en raison de l’origine coloniale ou missionnaire de l’école, mais ce hiatus a existé partout ailleurs, il a été résorbé progressivement avec l’accroissement du nombre de scolarisés, peu à peu la société se transforme, le nombre de « lettrés » progresse, et ce qui était une impossibilité à un moment, devient soudain possible sous la pression du nombre (Erny 2001a).

8De retour du Rwanda, Pierre Erny a enseigné en sociologie et en sciences de l’éducation à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, quelques années plus tard, il prendra la tête de l’Institut d’ethnologie de Strasbourg pour une dizaine d’années.

Pierre Erny, l’enseignant

  • 2 Notamment la Revue de Psychologie des Peuples, L’enfant en milieu tropical, Genève-Afrique et la (...)

9Ses préoccupations ne sont pas restées dans le cercle étroit de l’ethnologie comme on peut le noter dans ses ouvrages, on trouve bien des pages sur le développement et la pédagogie, tout coopérant fait l’expérience de cette interrogation et essaie de trouver une réponse aux dissonances qu’il perçoit. Il a été correspondant de nombreuses revues pendant de longues années2, en envoyant très régulièrement des articles quelquefois très conséquents. Mais c’est dans le domaine de l’exercice de ses fonctions de professeur que Pierre Erny s’est senti le plus utile, comme il le relate lui-même, il préférait l’enseignement à la recherche, tout en participant très largement à cette dernière. On voyait que le professeur Erny aimait son métier, il avait trouvé le moyen d’enseigner les matières les plus rébarbatives avec facilité et pédagogie. Non seulement il se plaisait à enseigner et les étudiants le ressentaient, mais il préparait des cours nouveaux pratiquement chaque année ; c’est ce qui l’a incité à aborder tant de sujets nouveaux qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Il poussait les étudiants à choisir ce qui les motivait, mais aussi à se lancer des défis en choisissant des sujets neufs, ou en prenant un sujet avec une autre manière de l’appréhender. Il recherchait la nouveauté qu’il s’agisse d’une posture dite postmoderne, ou qu’il s’agisse d’un sujet micro-social. On peut presque dire qu’il n’avait peur de rien, il balayait les difficultés, comme si elles avaient été légères, de peu d’importance, et de fait, elles étaient souvent liées à notre manière de penser ou de comprendre le réel. Cela renforçait la confiance en eux des doctorants. Pierre Erny a poussé nombre de collègues et d’étudiants vers des sujets de leur choix, en les encourageant, sans tenir compte des frontières entre les disciplines. Pour lui, Erwing Goffman aurait été ethnologue, ce qu’il avait d’ailleurs été lors de la rédaction de sa thèse dans les îles Shetland. Le domaine de l’ethnologie était pour Pierre Erny un domaine en voie d’expansion, il souhaitait que chaque étudiant puisse trouver sa voie et qu’il puisse trouver dans son sujet un épanouissement intellectuel. Sa porte était toujours ouverte, qu’il s’agisse de son bureau ou de son domicile à Colmar, où la table était mise. Le dialogue professeur-étudiant permettait à chacun d’enrichir sa connaissance d’un domaine laissé en friche. Certains étudiants sont même venus habiter sa maison pour pouvoir finir leur thèse. Comme il le rappelle dans certains ouvrages, il se lançait aussi des défis en Afrique Noire, ainsi il emmenait les étudiants de Kisangani visiter un asile psychiatrique pour le cours de psychopathologie, alors que c’est un domaine où l’on ne dispose que d’un petit nombre d’ouvrages. Il a fait aussi un cours sur la sorcellerie, sans doute pour s’éprouver, exercice redoutable en Afrique Centrale, tant les manifestations peuvent être diverses dans un grand pays comme le Zaïre. Il affirme que les cas de sorcellerie étaient fort nombreux sur le campus universitaire. Certains étudiants étaient persuadés qu’ils allaient mourir, et, l’un ou l’autre est effectivement décédé.

  • 3 Alexis Tobangui, enseignant-chercheur en sociologie, Université Marien Ngouabi, Brazzaville.
  • 4 On nomme « bébés noirs » une partie des jeunes délinquants de Brazzaville, et shégués ceux de Kin (...)

10En raison de ses compétences dans trois champs de recherches : les sciences religieuses, l’ethnologie-sociologie et la psychologie, l’enseignant n’hésite pas à créer de nouvelles disciplines : la païdologie, soit l’étude de l’enfance. L’expression n’a pas été retenue par la postérité, mais la discipline est restée, et elle se décline dans différents domaines en Afrique : en démographie et en sociologie en insistant plus sur l’institution, ainsi qu’en ethnologie et timidement en psychologie de l’enfant et de l’adolescent. Travailler sur la jeunesse aujourd’hui en Afrique Noire n’est plus le fait d’un seul, tel avait pourtant été le cas de Pierre Erny, qui fut le premier à faire une thèse sur l’enfance en 1965 ; l’enfance et l’adolescence sont devenues un champ disciplinaire de recherches à part entière à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). La jeunesse est aussi devenue un sujet de travaux pour les enseignants brazzavillois, l’un d’entre eux, Alexis Tobangui, a créé un petit groupe de recherches sur cette classe d’âge3. Ce sont les anciens miliciens qui ont fait l’objet des travaux les plus récents, ou les nouveaux groupes de délinquants tels que les bébés noirs ou encore les shégués du Congo Démocratique4. Ainsi, la païdologie prend de nouvelles dimensions en s’interrogeant sur l’embrigadement des jeunes, la déviance, et les bandes armées des anciennes milices. La famille Erny fut déjà en butte à cet embrigadement de la jeunesse en 1965 lors de la création de la Jeunesse du Mouvement National de la Révolution (JMNR) et de la Défense civile, sous la présidence de Massemba Débat.

11Nous pourrions qualifier Pierre Erny de « passeur de cultures » comme l’avait écrit Isabelle Bianquis (2013) dans l’hommage offert à Pierre Erny. Elle interprète son appétit pour de nouveaux sujets par le fait qu’il s’est toujours senti à l’étroit dans une discipline, et en raison de sa pluridisciplinarité, il a cherché et réussi à nouer des relations avec la médecine, l’astronomie, la théologie, la psychanalyse. L’ethnologie devait selon lui, se mettre au service du public, pour d’une part, trouver de nouveaux publics, et d’autre part, faire œuvre utile dans la mesure où l’on peut dans bien des domaines avoir une approche d’anthropologie- culturelle. Devenue une discipline synthèse, Pierre Erny voit l’anthropologie comme une science capable d’aller au plus profond de l’homme, et surtout, au plus profond des cultures. N’avait-il pas souhaité que le livre d’hommage qui lui soit consacré porte sur l’intimité des cultures, en d’autres termes sur le cœur des institutions, ou sur le cœur de l’humain. Disciple de Jung, il voyait l’humanité traversée par des archétypes, par la recherche dans le visible de l’invisible, par la structuration de notre pensée, de notre imaginaire, de nos peurs et de nos fantasmes par des récits fondateurs, souvent entendus dans notre enfance, et qui structurent encore aujourd’hui notre inconscient.

Du conte au religieux : sur les traces du petit Chaperon Rouge

  • 5 Qui signifie « le loup ».

12L’auteur aborde en trois ouvrages dans la Collection « Culture et Cosmologie » qu’il dirige aux éditions L’Harmattan, le rapport entre la culture populaire et le religieux. L’ouvrage le plus touchant et le plus formateur, traite le sujet du conte et porte Sur les traces du petit Chaperon Rouge. Un itinéraire dans la forêt des contes (Erny 2003b). Il indique qu’il s’agit d’un cours à l’origine, fait pour les étudiants, afin qu’ils puissent se rendre compte de la richesse des travaux menés sur la tradition orale européenne. Il évoque les travaux philologiques, psychanalytiques et religieux portant sur cette rencontre de la jeune fille avec le bzou5. Le lecteur se prend à rêver et à penser qu’il aurait aimé suivre ce cours pour pouvoir assimiler facilement les nombreuses références aux auteurs allemands, français et anglais. La préférence va à l’interprétation d’Yvonne Verdier avec laquelle l’auteur a travaillé, qui voit dans ce conte l’expression de l’initiation de la jeune fille, le passage de l’enfance à l’âge adulte, et les choix qu’il s’agit d’exprimer dans les versions orales du conte : choisir entre le chemin des aiguillettes et le chemin des épinglettes ; le chemin des aiguilles est le chemin du travail, de la couture, alors que le chemin des épinglettes porte plus sur sa propre tenue vestimentaire qu’il s’agit de rafistoler, de raccommoder, de changer. Le repas cannibale de la grand-mère auquel la jeune fille est conviée par le loup, porte aussi sur les instruments de la procréation, l’incorporation des mamelles, du sang. La jeune fille doit incorporer ces fonctions qui rendent possible la maternité : en tuant l’aïeule pour que de nouvelles générations puissent lui succéder. Le loup quant à lui, est le représentant de la masculinité avec lequel elle va coucher, c’est donc une scène de sexualité qui est suggérée par le conte, et comme le note l’auteur : « le lien entre manducation et sexualité est un grand classique de l’ethnologie » (Erny 2003a : 155). Le destin de la jeune fille se noue par rapport au loup, lorsque qu’elle choisit le chemin des épingles, lorsqu’elle accomplit son repas cannibale, lorsqu’elle va se coucher avec lui ; pour Yvonne Verdier, le loup serait un miroir de soi, et c’est face à lui que le destin des femmes s’accomplit.

13En conclusion, l’histoire du Petit Chaperon Rouge qui va chez sa Mère-Grand dans une maison perdue dans la forêt, est de fait une histoire d’initiation d’une jeune fille à la féminité. Le récit d’initiation et les rites qui l’accompagnent évoquent tous une mort, la mort de l’initié qui meurt à l’enfance, à son village, à sa famille, pour devenir autre : une nouvelle personne, un homme ou une femme.

14Enfants du ciel et enfants de la terre, un ouvrage plus composite où l’auteur relate ses expériences, ses points de vue sur le religieux, il cherche aussi à appréhender le contact interreligieux tel qu’il s’est manifesté dans le christianisme de l’origine jusqu’à nos jours, et principalement en Afrique Noire (Erny 2000). Il prend à bras-le-corps la question de l’inculturation, et évoque avec affection l’expérience du Père Placide Tempels qui fonda au Katanga sa communauté en l’intitulant Enfants du ciel et enfants de la terre. Le Père Placide Tempels connu pour son ouvrage La philosophie bantoue, a créé une paroisse, celle du Chemin de fer à Lumumbashi qui s’est constituée en une Jemaa, elle représente en swahili, la famille, alors qu’en arabe la Jama’a est plus une organisation, une assemblée dans le monde berbère du Moyen Atlas, elle est l’assemblée du village qui délibère et décide (Tempels 1945). La Jemaa du Père Placide Tempels composée de chrétiens de tous les horizons, venus travailler dans cette ville industrielle et extra-coutumière, retrouvait sous une forme nouvelle la communauté émotionnelle qui leur manquait. Le père Tempels voulait que cette communauté chrétienne puisse agir et surtout penser comme elle l’aurait fait dans un cadre coutumier, ainsi, comme le note Pierre Erny, elle faisait usage, entre autres, du rêve comme moyen de compréhension de soi et des autres, et comme moyen religieux. La personnalité africaine telle qu’elle a été décrite par Dominique Zahan est composée d’un double qui peut voyager la nuit, quitter le corps, et accomplir des actions sorcières par la manducation symbolique (Zahan 1970). Ainsi, la prise en compte du rêve est aussi nécessaire que la prise en compte du domaine conscient. L’individu se sent responsable de ses actions nocturnes, il doit les reconnaître publiquement, et s’il y a une palabre, il doit régler le contentieux, ainsi le monde des rêves a autant d’importance que le monde diurne. Pierre Erny trouvait que la Jemaa était une expérience très enrichissante car elle s’appuyait sur ce qui compte pour un Africain, l’aspect relationnel et j’ajouterai l’aspect familial. Si le Père Tempels a été mentionné dans le passé dans nombre de bibliographies, sa tentative d’inculturation n’a plus la préférence actuellement dans l’Église catholique, car la Jemaa n’a pas évolué comme on le souhaitait, mais Pierre Erny avait trouvé à la paroisse du Chemin de Fer un catholicisme fervent et bantou. Il avait été frappé par les résultats moraux et comportementaux de cette pratique, les couples étaient plus égalitaires, les femmes s’exprimaient autant que les hommes, et les couples semblaient être plus stables. Hommes et femmes s’occupaient beaucoup plus de leurs enfants.

15Le visible et l’invisible ont toujours constitué pour Pierre Erny, une des clefs de la compréhension des phénomènes sociaux, sans l’invisible il n’y a pas d’interprétation du cœur des cultures. En ce sens, on peut dire que Pierre Erny s’est lui aussi acculturé, mais il était sans doute prédisposé dès l’origine par ses études de théologie, de psychologie et d’ethnologie à chercher la rencontre du ciel et de la terre. Il a mené ces trois types d’études à leur terme en les entrecroisant souvent, là où on ne l’attendait pas. C’est parce qu’il s’est posé des questions fondamentales jusqu’à la fin de sa vie, et qu’il a toujours cherché le sens caché, tant en anthropologie que dans d’autres domaines religieux ou culturels, qu’il semblerait avoir trouvé sa voie. Pour Mundele ya dessin, le spirituel n’était jamais loin, on le rencontre dans la vie quotidienne, au coin de la rue, dans le voisinage et aussi à l’équateur et sous le tropique. En dessinant un fromager avec ses très grandes racines, le jeune africain montre l’alliance du ciel et de la terre, la réunion de deux mondes qui n’apparaissent qu’à ceux qui en ont déjà acquis cette connaissance.

16Au fil du temps Pierre Erny s’est dépouillé d’un certain nombre de ses anciennes croyances, tant celles concernant l’ethnologie, que celles plus dogmatiques concernant l’Église catholique romaine, et c’est sa vérité longuement cherchée, quelquefois trouvée, qu’il voulait transmettre tant aux étudiants qu’à certains établissements de formation en Europe et en Asie. Le souci de transmettre, fut présent chez lui, comme il le reconnaît lui-même dans sa biographie, plusieurs ouvrages sont destinés aux étudiants ou sont issus de cours ou de conférences, il va même jusqu’à traduire en français l’ouvrage d’un collègue allemand Stefan Seitz sur les Ba-Twa du Rwanda afin que les étudiants puissent avoir connaissance de ces travaux allemands qui ont été fort nombreux dans le passé. Nous avons déjà commenté cet ouvrage dans la Revue sciences sociales en 2013 (Guth 2013).

17Pour être plus proche de la vérité sur soi et sur les autres, et à l’instigation des étudiants, l’auteur a entrepris de rédiger plusieurs biographies : l’une traitant de l’enfance avec La maison du Sculpteur. Ethnographie d’une enfance alsacienne (Erny 1999), et l’autre expliquant son parcours africaniste. Il s’est ensuite empressé de rédiger le récit de vie d’Antoinette Erny, sa femme, Une enfance à Ammerschwihr ou comment devenir femme dans le vignoble de Haute — Alsace » (Erny et Erny 2008). Ses mémoires et ses récits autobiographiques dont les comptes rendus sont déjà parus dans cette revue achèvent en quelque sorte ce parcours d’un écrivain, d’un universitaire, d’un chercheur et d’un vulgarisateur de la culture scientifique. L’Alsace, l’Europe et l’Afrique Centrale ont fait partie de ses itinéraires, de ses passions et de ses interrogations. Pierre Erny a su illustrer avec brio cette expression munukotuba, bongo bantu : la richesse, ce sont les hommes, en permettant à quantité de jeunes gens de trouver leur voie et leur destin.

Haut de page

Bibliographie

Bâ A.H. (1991), Amkoullel, L’enfant Peul, Mémoires (I), Arles, Actes Sud.

Bâ A.H. (1994), Oui, mon commandant ! Mémoires (II), Arles, Actes Sud.

Bianquis I. (2013), Dans l’intimité d’un passeur de culture(s), in S. Guth (dir.), Dans l’intimité des cultures. Hommage à Pierre Erny, Paris, L’Harmattan, p. 41-48.

Erny P. (1977a), L’enseignement dans les pays pauvres. Modèles et propositions, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (1977b), Sur les sentiers de l’Université.Autobiographies d’étudiants zaïrois, Paris, La pensée universelle.

Erny P. (1988), Les premiers pas dans la vie de l’enfant d’Afrique Noire. Naissance et première enfance, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (1990 [1968]), L’enfant dans la pensée traditionnelle en Afrique Noire, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (1999a), Écoliers d’hier en Afrique Centrale. Matériaux pour une psychologie, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (1999b), La maison du sculpteur. Ethnographie d’une enfance alsacienne, Katzenthal, Edira.

Erny P. (2000), Enfants du ciel et enfants de la terre. Essai d’anthropologie religieuse, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (2001a), Essais sur l’éducation en Afrique Noire, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (2001b), L’école coloniale au Rwanda (1900-1962), Paris, L’Harmattan.

Erny P. (2003a), L’enseignement au Rwanda après l’indépendance, Paris, L’Harmattan.

Erny P. (2003b), Sur les traces du petit chaperon Rouge. Un itinéraire dans la forêt des contes, Paris, L’Harmattan.

Erny P. et Erny A. (2008), Une enfance à Ammerschwihr, ou comment devenir femme dans le vignoble de Haute-Alsace, Colmar, Jérôme Do Bentzinger.

Guth S. (2004), « L’enseignement privé français au Sénégal et l’effet établissement », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 3, p. 55-74.

Guth S. (2013a) (dir.), Dans l’intimité des cultures. Hommage à Pierre Erny, Paris, L’ Harmattan.

Guth S. (2013b), « Un itinéraire anthropologique. Pierre Erny : De l’Afrique Centrale à Ammerschwihr », Revue des Sciences Sociales, 49, p. 132-138.

Lutz-Fuchs D., Erny P. (1994), Psychothérapies de femmes africaines (Mali), Paris, L’Harmattan.

Mead M. (1928), Coming of age in Samoa. A psychological study of primitive youth for Western Civilization, New York, William Morrow.

Tempels P. (1945), La philosophie bantoue, Lovania, Elisabethville, Congo Belge.

Zahan D. (1970), Religion, Spiritualité et Pensée Africaines, Paris, Payot.

Haut de page

Notes

1 Les documents sonores du professeur Ombredane se trouvent à l’Université Libre de Bruxelles.

2 Notamment la Revue de Psychologie des Peuples, L’enfant en milieu tropical, Genève-Afrique et la Revue des Sciences Sociales.

3 Alexis Tobangui, enseignant-chercheur en sociologie, Université Marien Ngouabi, Brazzaville.

4 On nomme « bébés noirs » une partie des jeunes délinquants de Brazzaville, et shégués ceux de Kinshasa (RDC).

5 Qui signifie « le loup ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzie Guth, « Pierre Erny (1933-2020) »Revue des sciences sociales, 64 | 2020, 134-139.

Référence électronique

Suzie Guth, « Pierre Erny (1933-2020) »Revue des sciences sociales [En ligne], 64 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/5996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.5996

Haut de page

Auteur

Suzie Guth

UMR 7367 Dynamiques Européennes
CNRS/ Université de Strasbourg
suzie.guth[@]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search