Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Erny et Chamboredon. Deux regards...Métier de sociologue, métier d’en...

Erny et Chamboredon. Deux regards précurseurs sur l’âge

Métier de sociologue, métier d’enfant

Hommage à Jean-Claude Chamboredon (1938-2020)
Régine Sirota
p. 150-153

Texte intégral

  • 1 Jean Prévot, maître assistant à l’EHESS au centre de mathématiques sociales.

1Pour écrire cet hommage à Jean-Claude Chamboredon, décédé le 31 mars 2020, dans le cadre d’un numéro d’une revue de sociologie consacré à l’enfance, j’ai choisi de centrer ces quelques lignes autour d’un de ses articles publié en 1973 dans la Revue française de sociologie et co-écrit avec Jean Prévot1, « Le métier d’enfant, définition sociale de la petite enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle » (Chamboredon, Prévot 1973).

2Dans ce choix, on reconnaitra la dette très personnelle, d’une sociologue de l’éducation devenue une sociologue de l’enfance, dont il fut une source d’inspiration très importante. Ce, dès ma thèse sur L’école primaire au quotidien, dont il fut un relecteur attentif et l’élégant membre du jury de thèse dont j’avais pu apprécier au fil de ses remarques la connaissance discrète, mais aussi rare que réelle au sein de la sociologie de l’éducation, de la sociologie anglo-saxonne et de l’interactionnisme symbolique. Et qui par la suite m’avait généreusement permis de faire la connaissance d’Howard Becker, dont la thèse portait aussi sur les institutrices des écoles primaires, non de Paris mais de Chicago, sous la direction d’Everett Hugues(Becker 1952), soutenue elle en 1951, l’année de ma naissance. L’un et l’autre partageant un « humour érudit » selon l’expression de Florence Weber (2015), quelque peu déconcertant et bien intimidant pour une toute jeune sociologue.

3Car ce texte est devenu non seulement un classique, mais un texte princeps pour la sociologie de l’éducation et pour la sociologie de l’enfance francophone, ouvrant un champ de recherches et semant des petits cailloux blancs que Petits Poucets nous avons lu, relu et fait lire à des générations d’étudiants. Un certain nombre d’hommages sont déjà parus, qui soulignent dans différents champs de la sociologie, sociologie urbaine, sociologie de la déviance, sociologie de la culture, combien ses contributions sous forme d’articles séminaux ont représenté des apports décisifs. Tous – certains furent ses collègues, d’autres ses élèves – soulignent en retraçant l’itinéraire de sociologue et d’enseignant de cette figure très attachante, à la fois sa profonde érudition, sa générosité dans le partage des connaissances, l’originalité de ses apports et l’aspect fondateur de nombre de ses articles. On peut retrouver certains de ces textes dans les recueils rassemblés et publiés récemment par Paul Pasquali et Gilles Laferté intitulés Jeunesse et classes sociales en 2015 (Chamboredon 2015) et Territoires, culture et classes sociales en 2019 (Chamboredon 2019), précédé de très belles préface et introductions, dont celle très personnelle de Florence Weber, aux éditions de la rue d’Ulm.

4D’où le titre de cet hommage : métier de sociologue, métier d’enfant. Comment, celui qui fut avec Pierre Bourdieu et Jean Claude Passeron un des coauteurs de ce qui est devenu le célèbre manuel de méthodologie Le Métier de sociologue (Bourdieu, Chamboredon et Passeron 1968), a-t-il donné ses lettres de noblesse en sociologie au métier d’enfant, c’est-à-dire à cet âge de la vie jusque-là largement oublié, si ce n’est méprisé ?

5L’analyse des processus de socialisation et de la définition sociale des âges de la vie fut un des axes majeurs de son œuvre, ce que certains, comme Paul Pasquali (2015), considèrent comme un véritable « fil rouge » qu’il aborda non seulement dans ce texte mais aussi dans plusieurs articles autour de l’enfance, l’adolescence et la jeunesse. Citons entre autres, pour situer le propos, « La société française et sa jeunesse », paru en 1966, « La délinquance juvénile essai de construction d’objet » en 1971, puis avec Jean Louis Fabiani, « Les albums pour enfants : le champ de l’édition et la définition sociale de l’enfance » en 1977, « Une sociologie de la petite enfance ? » republié en 1985, « Adolescence et post-adolescence : la ‘juvénisation’. Remarques sur les transformations récentes des limites et de la définition sociale de la jeunesse » en 1985 et « Classes scolaires, classes d’âge, classes sociales » en 1991.

  • 2 Enfance entendue au sens de la Convention internationale des droits de l’enfant, c’est-à-dire de (...)
  • 3 On peut noter qu’à la même époque paraissent les travaux, issus du Centre de sociologie européenn (...)

6Ce n’est plus simplement cette nouvelle étape du parcours de vie qu’est la jeunesse et les conditions différentielles de son étirement qui devient l’objet légitime de la sociologie, mais l’enfance2. Car la socialisation est ici analysée de manière précoce, dès la petite enfance3, tant dans ses aspects institutionnels que dans les supports matériels les plus triviaux et les plus quotidiens d’une culture enfantine, qu’ils s’agissent des jouets ou de la littérature pour enfants. Fin connaisseur de la sociologie, tant américaine qu’anglo-saxonne, Jean-Claude Chamboredon, qui par ailleurs a introduit et traduit les travaux de Basil Bernstein (1975) en français, se situe ici dans une perspective sociohistorique et sociolinguistique pour analyser les modes de socialisation dans leur articulation avec le système scolaire dès la prime éducation familiale. Il conjugue différents modes d’approche, en prenant appui sur des éléments très concrets, donnant à ce que l’on nomme maintenant la sociologie de la reproduction, non seulement des bases théoriques mais aussi empiriques dans l’analyse de la construction de l’habitus et des dispositions de classe. Car, pour lui, l’école maternelle est le premier lieu de confrontation des habitus, habitus familial et habitus scolaire et des différentes figures de l’enfance.

En même temps qu’elle accédait largement à l’école, la petite enfance auparavant objet exclusif des psychologues pouvait devenir objet d’investigation sociologique,

dira-t-il plus tard dans ce manifeste peu connu que représente le texte « Une sociologie de la petite enfance ? » (Chamboredon 1985 : 88). L’interrogation soulignant bien la nouveauté de l’objet.

  • 4 Les deux notions « agency » et « métier » n’ont pas de stricts équivalents et sont difficilement (...)

7Le titre même de son article reprend la célèbre formule de la grande inspectrice des écoles maternelles Pauline Kergomard, « le métier d’enfant ». Jouant sur l’oxymore, il analyse les conditions d’invention sociale de cet âge de la vie, en analysant l’évolution des normativités et l’évolution des conditions de l’institutionnalisation de cet âge. Pauline Kergomard utilisait cette expression pour expliciter ce qui pour elle devait être la spécificité d’une scolarisation respectueuse de cet âge de la vie. Si la petite enfance devient un objet pédagogique, ce doit être dans le respect de la dignité de ces petits individus et de la spécificité de cet âge de la vie. En reconnaissant ce que l’on nommerait maintenant l’agency4 de l’enfant. C’est pourquoi la notion de métier est utilisée, car il s’agit de permettre à l’enfant de donner cours à l’activité spécifique de cet âge, à son pouvoir d’agir, au travers du jeu par exemple pour se produire lui-même socialement, dans une vision anthroponomique, au travers des apprentissages proposés par le cadre scolaire. L’expression a été largement reprise par les sociologues de l’éducation pour prendre en compte non seulement l’élève, mais l’enfant comme acteur social et partenaire des interactions sociales et éducatives, à part entière. Métier d’élève, métier d’étudiant (Sirota 1993, Coulon 1997), seront des qualifications qui vont s’installer dans la recherche sociologique et devenir des expressions courantes aussi chez les professionnels. D’autant que d’autres courants théoriques vont concourir à cet usage. Jens Qvortrup (1993) d’une part, en insistant sur la place de l’enfant dans la division du travail, considère que pendant cette période de la vie, l’enfant gagne sa vie en allant à l’école, son métier étant de se produire en tant que citoyen. Philippe Perrenoud (1994) lui, insistera sur les manières dont les enfants font face à la situation scolaire, en analysant les manières de devenir un membre compétent de l’institution scolaire, au travers de l’exercice du métier d’élève.

8En posant de manière générique les conditions de la découverte de cet âge de la vie qu’est l’enfance, les principes de l’analyse proposée permettent de comprendre comment se construit différentiellement le rapport à l’école maternelle des enfants et des familles de différentes classes sociales. La démonstration procède tout d’abord par une analyse des conditions de la généralisation de la scolarisation, c’est-à-dire de la fréquentation de l’école maternelle (segment du système scolaire non soumis à l’obligation scolaire à cette époque) en fonction de l’évolution du travail féminin dans les différentes classes sociales. Si les données datent, le travail féminin s’étant largement étendu, la question posée et le mode de démonstration basé sur une analyse démographique pose bien la question de la fonction de garde, opposée à la fonction d’éducation, en s’interrogeant sur l’évolution des modes de légitimation de la prise en charge de la petite enfance et de sa réinvention en âge pédagogique. Est analysée avec une grande finesse, la multiplicité des facteurs qui concourent à la redéfinition du travail pédagogique de la mère en parallèle au changement de regard sur l’enfance et la petite enfance, qui devient elle-même un objet pédagogique. Même si la répartition du travail de prise en charge de l’enfance au sein des charges domestiques du foyer ne se poserait peut être plus exactement en ces termes et serait questionnée plus directement actuellement :

Les catégories de perception et de traitement de l’enfance propres à chaque classe sociale ne résultent pas seulement de la diffusion de définitions de l’enfance nées de l’évolution autonome de disciplines scientifiques et artistiques, elles sont le produit de l’ensemble des conditions sociales et culturelles qui définissent la condition d’une classe (Chamboredon 1973 : 334).

Les différentes conceptions des usages de l’école maternelle, suivant les classes ou fractions de classes sociales qui vont aboutir à la généralisation de sa fréquentation et son inscription actuelle dans le cursus de l’obligation scolaire sont remarquablement bien mises en évidence. Leurs ressorts semblent toujours d’actualité derrière un consensus de façade sur la fréquentation de ce segment de la scolarité, qui a abouti à sa généralisation sans même la mise en place d’une obligation scolaire, qui ne viendra qu’entériner cette très large fréquentation.

9Puis suit une analyse, dans la tradition durkheimienne de l’évolution du curriculum de l’école maternelle, de la salle d’asile à l’école maternelle moderne, mettant en évidence l’évolution des figures de l’enfance qui structurent celui-ci. Cette analyse a permis non seulement à une véritable sociologie de l’école maternelle de se développer, prenant en compte l’évolution de la spécificité de son corps enseignant et des pratiques pédagogiques qui s’y sont développés en les ancrant dans une perspective historique, mais a aussi fortement contribué à l’élaboration d’une sociologie des pratiques pédagogiques dans leur rapport aux différentes classes sociales, tout au long de la scolarité.

10Car il s’agit bien, comme il le dit lui-même, « d’éviter une naturalisation des dispositions formées au cours de la socialisation » (Chamboredon 1985 : 86), mais d’analyser comment, dans la relation entre la socialisation scolaire et la socialisation familiale, se constituent les dispositions de classes. Pédagogie visible et pédagogie invisible(Bernstein 1975) sont ainsi convoquées pour saisir comment se construisent les inégalités au quotidien dans le système scolaire, c’est-à-dire ce qu’ils nomment les fonctions différentielles de l’école maternelle. On peut ainsi y lire comment les interactions entre métier de mère (Gojard 2010), métier d’enfant et métier d’enseignant se trouvent en jeu ici.

  • 5 On peut retrouver le style de la discussion scientifique telle que la pratiquait Jean Claude Cham (...)

11En décomposant les prérequis d’un bon usage de l’école maternelle, le texte déconstruit les modalités de la socialisation au quotidien5 et ouvre la voie à une sociologie de l’enfance, au sens générique. Car il démontre la nécessité de prendre en compte les conditions d’évolution des processus de socialisation au sens large, pour saisir l’interaction des processus éducatifs entre instances de socialisation. Il permet de comprendre comment se construisent au quotidien les inégalités au temps de l’enfance au travers du maillage des temps sociaux. Il permet d’appréhender les différentes figures de l’enfance qui se construisent dans les pratiques culturelles au travers des cultures matérielles et symboliques des plus quotidiennes aux plus lettrées, amenant à des usages très différenciés par exemple des jeux, du dessin ou de la littérature enfantine. Il permet de comprendre comment ces pratiques évoluent et se reconfigurent aux différentes étapes de cet âge de la vie, qu’il s’agisse de la petite enfance, de l’enfance, la préadolescence, l’adolescence, la jeunesse.

12« Where have all the babies gone ? » s’interrogeait Alma Gottlieb (2000) en pointant la nécessité de réintroduire la catégorie des bébés dans l’anthropologie de l’enfance, et bien voilà les enfants de retour et installés, grâce à Jean-Claude Chamboredon, au sein du métier de sociologue.

Haut de page

Bibliographie

Becker H.S. (1952), « The Career of the Chicago Public School Teacher », American Journal of Sociology, 57, p. 470-477

Bernstein B. (1975), Classe et pédagogies : visibles et invisibles, réédité par Deauvieau J. & Terrail J.-P. (2007), Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs, Paris, La Dispute

Bernstein B. (1975), Langage et classes sociales, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski L. (1977), Prime éducation et morale de classe, Cahiers du CSE, La Haye-Paris, Mouton

Bourdieu P., Chamboredon, J.-C., Passeron J.-C. (1968), Le Métier de sociologue, La Haye-Paris, Mouton /Bordas.

Cassin B. (2004), Le vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris Le Seuil/Le Robert.

Chamboredon J.-C. (1966), « La société française et sa jeunesse » in Darras, P. Le partage des bénéfices. Expansion et inégalités en France. Paris, Minuit, p. 155-175.

Chamboredon J.-C. (1971), « La délinquance juvénile essai de construction d’objet », Revue française de Sociologie XII, 3, p. 335-377.

Chamboredon J.-C., Prévot, J. (1973), « Le « métier d’enfant » définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », Revue française de sociologie, XIV, 3, p. 295-335.

Chamboredon J.-C., Fabiani, J.-L. (1977), « Les albums pour enfants : le champ de l’édition et la définition sociale de l’enfance, Actes de la recherche en sciences sociales, 13, p. 60-79 et 14, p. 55-74.

Chamboredon J.-C. (1983), « Adolescence et post-adolescence : la ‘juvénisation’. Remarques sur les transformations récentes des limites et de la définition sociale de la jeunesse » in Alléon A.-M., Morvan, O. et Lebovici S. (dir.), Adolescence terminée, adolescence interminable, Paris, PUF, p. 13-28.

Chamboredon J.-C. (1985), « Une sociologie de la petite enfance ? ». Espaces Temps, 31-32, p. 85-90.

Chamboredon J.-C. (1988), « La socialisation : famille, école, agents d’encadrement et situations d’apprentissage, le cas de la petite enfance », Revue française de pédagogie, 83, p. 83-96.

Chamboredon J.-C. (1991), « Classes scolaires, classes d’âge, classes sociales. Les fonctions de scansion temporelle du système de formation », Enquêtes, 6, <https://doi.org/10.4000/enquete.144>.

Chamboredon J.-C. (2015), Jeunesse et classes sociales, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Chamboredon J.-C. (2019), « Territoires, culture et classes sociales », Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Coulon, A., (1997), Le métier d’étudiant, l’entrée dans la vie universitaire, Paris, P.U.F.

Dannepond C. (1979), « Pratiques pédagogiques et classes sociales, Études comparées de trois écoles maternelles », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, p. 47-64.

Gojard S. (2010), Le métier de mère, Paris, La dispute

Gottlieb, A. (2000), « Where have all the babies gone? Toward an anthropology of infants (and their caretakers) », Anthropological Quarterly, 73, 3, p. 121-132.

Pasquali P. (2015), Introduction, in Chamboredon, J.-C., Jeunesse et classes sociales, Paris, Éditions Rue d’Ulm, p. 17-42.

Perrenoud P. (1994), Le métier d’élève, le sens du travail scolaire, Paris, E.S.F.

Qvortrup J. (1993), Nine theses about “Childhood” as a social Phenomenom, in Qvortrup J. (ed), Childhood as a social Phenomenom.: Lessons from an International Project, Eurosocial report 47, Vienna, European center for Social Welfare Policy and Research, p. 11-18.

Sirota R. (1988), L’école primaire au quotidien, Paris, P.U.F.

Sirota R. (1993), « Le métier d’élève », Revue française de pédagogie, 104, p. 85-108.

Sirota R. (2010), De l’indifférence sociologique à la difficile reconnaissance de l’effervescence culturelle d’une classe d’âge in Octobre S., (éd.) Enfance et culture, transmission, appropriation et représentation, Paris, La documentation française /Ministère de la culture et de la communication, p. 19-38

Sirota R. (2019), Positions et dispositions de la sociologie de l›enfance, retour sur le processus de socialisation in Depoilly S., Kakpo S. (éd.), La construction des dispositions sociales durant l’enfance, Paris, Presses de l’université de Vincennes, p. 29-52.

Weber F. (2015), Préface, in Chamboredon J.-C., Jeunesse et classes sociales, Paris, Éditions Rue d’Ulm,p. 5-15.

Haut de page

Notes

1 Jean Prévot, maître assistant à l’EHESS au centre de mathématiques sociales.

2 Enfance entendue au sens de la Convention internationale des droits de l’enfant, c’est-à-dire de 0 à 18 ans.

3 On peut noter qu’à la même époque paraissent les travaux, issus du Centre de sociologie européenne, auquel appartenait Jean Claude Chamboredon lui-même, de Luc Boltanski, 1977, Prime éducation et morale de classe, Cahiers du CSE, La Haye-Paris, Mouton, et celui de Claudine Dannepond aussi sur l’école maternelle, 1979, « Pratiques pédagogiques et classes sociales. Études comparées de trois écoles maternelles », Actes de la recherche en sciences sociales, 30.

4 Les deux notions « agency » et « métier » n’ont pas de stricts équivalents et sont difficilement traduisibles respectivement en français et en anglais. Comme le souligne Barbara Cassin (2004) dans Le vocabulaire européen des philosophies au sous-titre explicite, Dictionnaire des intraduisibles. Mais leur usage veut mettre en évidence, dans les deux cas, non pas simplement l’action, mais à la fois la capacité d’action de l’enfant, le cadre institutionnel qui la cadre et les effets qu’elle produit sur la situation. Le choix des termes reflète des traditions sociologiques différentes, qui ne viennent se conjuguer que très récemment (Sirota 2010).

5 On peut retrouver le style de la discussion scientifique telle que la pratiquait Jean Claude Chamboredon et son profond intérêt pour la socialisation dans la longue note critique intitulée « La socialisation : famille, école, agents d’encadrement et situations d’apprentissage, le cas de la petite enfance » parue dans la Revue française de pédagogie en 1988, 83, p. 83-96, qu’il consacre à deux ouvrages : celui du sociologue Éric Plaisance (1986) L’enfant, la maternelle, la société, Paris, PUF, et celui du psychologue Jacques Lautrey (1980) Classe sociale, milieu familial et intelligence, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Sirota, « Métier de sociologue, métier d’enfant »Revue des sciences sociales, 64 | 2020, 150-153.

Référence électronique

Régine Sirota, « Métier de sociologue, métier d’enfant »Revue des sciences sociales [En ligne], 64 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/6012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.6012

Haut de page

Auteur

Régine Sirota

Centre de recherche sur les liens sociaux
Université Paris Descartes/Université de Paris
regine.sirota[@]parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search