Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Erny et Chamboredon. Deux regards...La société française et sa jeunesse

Erny et Chamboredon. Deux regards précurseurs sur l’âge

La société française et sa jeunesse

Jean-Claude Chamboredon †
p. 154-161
Référence(s) :

Jean-Claude Chamboredon, 1966, La société française et sa jeunesse in Darras P. (dir.), Le partage des bénéfices. Expansion et inégalités en France, Paris, © Éditions de Minuit, p. 157-175.

Texte intégral

1Si les spéculations sur la montée des jeunes ont tant de succès, n’est-ce pas parce que, en promettant un changement profond des sujets sociaux, qui serait déjà perceptible chez les jeunes, et en assurant que ce changement s’opèrera de façon automatique, elles sont, comme le discours commun, victimes de deux illusions qui se renforcent mutuellement ? L’illusion de la nouveauté, par laquelle on exagère la portée et l’originalité de l’accroissement du groupe des jeunes de quatorze à dix-huit ans s’impose d’autant plus facilement que, faute d’analyser la définition sociale de l’adolescence et de ses privilèges et les conditions sociales de la transmission des modèles de comportement, on ne peut qu’attribuer à une nature (ici, la nature particulière d’un groupe d’âge) les changements que l’on croit constater ou que l’on espère.

2Contre ce discours illusoire, il faut se demander si la nouveauté est aussi importante qu’on le dit, si elle se situe là où on la situe, enfin si les causes en sont seulement d’ordre démographique. Les comportements des adolescents traduisent-ils l’avènement d’une nouvelle génération, pénétrée d’une mentalité différente, ou sont-ils seulement dictés par l’obéissance transitoire aux modèles de la classe d’âge adolescente ? Et s’il en est ainsi, la nouveauté tient-elle à la redéfinition des limites de cette classe d’âge (commençant plus tôt et finissant plus tard) ou à une extension aux adolescents d’autres groupes sociaux des privilèges traditionnels des adolescents des classes favorisées ? Dans l’une ou l’autre hypothèse, quelles sont les causes de ces modifications ? L’analyse sociologique doit répondre à ces questions en essayant de saisir comment, dans chaque classe sociale, sont définies les limites de la classe d’âge adolescente, sous peine de tomber dans l’illusion culturaliste. Il se pourrait en effet que le groupe des « jeunes » ne soit qu’une abstraction et que là où l’on voit un groupe indifférencié il n’y ait que le produit du chevauchement partiel de groupes définis différemment dans chaque classe sociale.

3D’autre part, puisqu’il ne faut pas se laisser abuser par la comparaison esquissée souvent entre le groupe des adolescents et une classe sociale, l’analyse des privilèges de la classe d’âge adolescente implique que l’on s’interroge sur les attitudes des adultes à l’égard des adolescents. Y a-t-il eu, du côté des adultes, une reconnaissance réelle de la jeunesse et un changement dans le système de valeurs dominant qui privilégie l’expérience et la maturité, ou faut-il parler seulement d’une extension des concessions faites à l’adolescence ? Peut-on parler d’un changement des modèles d’autorité et les adolescents nés dans un climat différent n’ont-ils pas été accueillis et élevés de manière différente ? Peut-on d’autre part saisir dans l’image que la société se fait de ses jeunes les signes d’un changement du système de valeurs ?

La diffusion des modèles sociaux de l’adolescence

4Même si les transformations que l’on se plaît à déceler chez les adolescents – liberté croissante, autonomie financière plus grande, consommation croissante de biens de loisir – ne sont pas aussi profondes, aussi générales et aussi indifférenciées qu’on le dit, des indices divers montrent certaines modifications dans le comportement des adolescents et suggèrent que la situation de ce groupe d’âge par rapport aux autres groupes d’âge s’est modifiée.

  • 1 Cf. A. Ferragu, « Résultat d’une enquête sur les dépenses d’habillement des Français en 1963 », É (...)

Par exemple, si l’on compare les dépenses moyennes annuelles d’habillement par personne en 1953 et 1963, on constate que la dépense moyenne de la tranche d’âge de quatorze à moins de vingt ans, inférieure à celle de la tranche d’âge de vingt à moins de trente ans en 1953 (34 560 anciens francs contre 36 160 anciens francs) lui est supérieure en 1963 (702,90 F contre 701,80 F) par suite d’une progression plus forte1.

5Pour distinguer parmi ces modifications celles qui sont l’indice d’un changement des mœurs et celles qui traduisent seulement la concession de privilèges nouveaux à la classe d’âge adolescente — des adolescents plus nombreux issus de milieux sociaux divers ayant accès aux privilèges auparavant réservés aux seuls adolescents des classes supérieures, on essaiera d’abord de décrire les transformations morphologiques qui les expliquent.

6L’arrivée à l’adolescence de classes d’âge nombreuses a pu sans doute, en multipliant les jeunes, faire admettre l’idée de comportements différenciés et préparer les adultes à concéder aux jeunes des comportements originaux.

  • 2 Cf. 2e Partie, chap. I.

Il faudrait, pour apprécier pleinement l’effet de l’accroissement du groupe des adolescents, pouvoir saisir comment les modèles d’autorité ont été affectés par les changements de la taille des familles : les modèles d’autorité familiale ont, par exemple, plus de chances d’être modifiés lorsque la famille passe de un à deux enfants que lorsqu’elle passe de trois à quatre ou quatre à cinq2.

7Mais on ne peut voir dans l’accroissement quantitatif qu’une condition permissive de la libération des comportements adolescents. Les effets en ont été à la fois déterminés et redoublés par l’augmentation du nombre de jeunes placés en position d’adolescents. Les progrès de l’urbanisation et l’exode agricole ont accru le nombre des jeunes soumis aux valeurs urbaines et, par là, le nombre des sujets en mesure d’adopter les conduites qui définissent l’adolescence. Par leur action indirecte sur la société rurale, ils ont augmenté le nombre de ceux qui aspirent à adopter ces modèles de comportement et s’essaient à les suivre partiellement. Parce que, à travers les départs et les projets de départ, ces jeunes perçoivent leur destin et celui de la société paysanne, promise à une conversion aux valeurs urbaines, le système de valeurs paysan s’impose avec moins de force : les jeunes lui sont moins forcément soumis parce qu’ils savent leur situation provisoire.

  • 3 Cf. J. Antoine, op. cit.

Il s’ensuit un sentiment de vacuité et d’inoccupation qui prépare à accepter les modes urbaines et que l’on peut saisir indirectement à travers les déclarations d’activité. Ainsi dans une enquête sur les jeunes, c’est parmi les fils d’agriculteurs que l’on compte la plus forte part d’inactifs : 8 % de l’ensemble et 24 % de ceux qui sont encore à la maison se déclarent inactifs et non pas aides familiaux, signifiant par là leur distance par rapport aux occupations de la terre3.

  • 4 Cf. P. Bourdieu et J.C. Passeron, Les Héritiers, Paris, Éd. de Minuit, 1964.

8En même temps que l’urbanisation et plus encore qu’elle, le prolongement général de la scolarité permet à un plus grand nombre de jeunes d’expérimenter une transition réglée entre la jeunesse et la maturité. Cette transition a d’autant plus de chances d’apparaître seulement comme telle (et non pas comme moment de formation ou d’acquisition de connaissances) que le prolongement de la scolarité dans la zone d’âge moyenne, entre quatorze et dix-huit ans, ne conduit pas dans des filières très précisément définies (comme c’est le cas par exemple dans l’enseignement supérieur) impliquant un plan d’études et une vision précise de l’avenir. On sait que les conduites futiles sont, parmi les étudiants, l’apanage de ceux qui, moins fortement soumis aux contraintes, peuvent avoir la vision la plus floue de leur avenir et se représenter, serait-ce sans y croire vraiment, leur condition comme durable4. Ne peut-on penser que dans une situation scolaire où l’avenir ne s’inscrit pas précisément dans les exigences d’une carrière scolaire nettement définie, il est plus facile de percevoir comme durable la transition que l’on vit, et, par là, plus facile d’adhérer aux modèles du comportement adolescent ?

9Il va de soi que cette expérience n’est pas également possible pour tous les jeunes gens de tous les milieux et qu’elle dépend du destin scolaire lié à l’origine sociale. Elle est, sans doute, interdite aux enfants issus de milieux populaires parce que le prolongement de la scolarité est pour eux plus exceptionnel et les exigences de la préparation au travail plus pressantes ; elle est limitée pour les jeunes issus des classes supérieures parce que la scolarité secondaire est le plus souvent une étape, saisie comme telle, vers l’enseignement supérieur ; elle doit être plus répandue chez les jeunes gens des classes moyennes qui accèdent en plus grand nombre à l’enseignement secondaire sans pour autant se sentir promis à un avenir dans l’enseignement supérieur.

10C’est donc pour les groupes ou les catégories dont l’avenir professionnel est le plus flou que la transition scolaire entre la fin de la scolarité obligatoire et l’entrée au travail peut le plus facilement apparaître comme une étape durable et peut donc permettre l’adhésion la plus complète aux modèles et aux modes de cette classe d’âge. Si les filles donnent des signes plus évidents d’une adhésion plus entière que les garçons, n’est-ce pas parce qu’elles peuvent plus facilement vivre la transition scolaire comme durable ou illimitée, soit qu’elles doivent moins fréquemment exercer un métier, soit que, même si elles sont plus souvent destinées à entrer dans la vie active que leurs aînées, elles ne perçoivent pas aussi clairement que les garçons leur avenir professionnel ?

  • 5 + 12,1 % pour les garçons, + 16,6 % pour les filles à quatorze ans ; + 9,5 % pour les garçons, + (...)
  • 6 Cf. 3e Part., chap. I.
  • 7 Cf. P. Idiart et R. Goldstein, L’Avenir professionnel des jeunes du milieu populaire, Paris, les (...)

On peut se demander en effet si le prolongement de la scolarité, pour les filles, est lié dans tous les cas à une modification du système de valeurs traditionnel et indique qu’elles se préparent en plus grand nombre à exercer un métier. On peut en douter, d’abord si l’on voit que les filles, moins fréquemment destinées à exercer un métier, sont plus fortement scolarisées que les garçons entre quatorze et dix-huit ans ; ensuite, il faut remarquer que, de 1954 à 1962, le taux de scolarisation des filles entre quatorze et dix-huit ans a augmenté plus fortement que celui des garçons5 alors que, pendant le même temps, le taux d’activité des femmes de quinze à dix-neuf ans diminuait moins que celui des garçons6 : il semble que la scolarisation des filles s’est faite non pas aux dépens du groupe de filles actives mais aux dépens de celui des non-actives, comme si l’école était venue souvent meubler une transition entre adolescence et mariage. De fait, même pour des jeunes filles de milieu populaire, la prolongation des études entre quatorze et dix-huit ans est loin de signifier le choix précis d’une activité professionnelle : c’est parmi les élèves de C. E. G. que l’incertitude quant à l’avenir professionnel est la plus forte, alors que, pour les garçons issus des mêmes milieux l’incertitude culmine parmi les élèves de lycées7.

11Bien évidemment, l’irréalisme des filles, qui, né de l’incertitude et de l’imprécision de leur avenir professionnel, les dispose à vivre plus complètement et plus exclusivement les conduites incertaines de l’âge de l’incertitude, doit perdre de son intensité lorsque les chances objectives d’accéder à un métier s’accroîtront et se préciseront.

À mesure qu’un avenir professionnel deviendra pour elles plus probable et qu’elles en auront du même coup une conscience plus claire, c’est par rapport à un avenir objectif plus précis et plus cohérent que se définiront des conduites et des aspirations dès lors plus réalistes. Il pourrait en résulter des modifications dans la définition des modèles que suivent les adolescentes. Du fait que la précision croissante de l’avenir professionnel ôtera au mariage l’importance exclusive qui est actuellement la sienne pour la définition de la position dans la hiérarchie sociale, les conduites qui, comme la coquetterie, se règlent par rapport à cet objectif, consciemment ou inconsciemment visé, et qui ont, du même coup, on l’oublie trop souvent, une fonction éminente, perdront de leur urgence et de leur généralité. Dans la définition des comportements statutaires de l’adolescente, les conduites traduisant une transition réglée entre vie scolaire et vie active peuvent se généraliser aux dépens des conduites traduisant l’expérience d’un passage incertain entre la « famille d’orientation » et la « famille de procréation ».

12Cette description doit toutefois se faire au futur, car divers indices laissent penser que les modèles auxquels obéissent les adolescentes restent plus marqués par le romanesque du futur matrimonial et l’imaginaire de l’avenir professionnel : en effet, c’est parce que ces expériences génériques – et non l’expérience diversifiée selon les classes sociales du rapport à des professions diverses – définissent presque totalement la condition des adolescentes, que se réalise chez elles une homogénéité dans les comportements plus grande que chez les adolescents ; parce que les exigences quant au choix d’une profession et au délai dans lequel doit s’effectuer ce choix pèsent moins fortement, dans toutes les classes sociales, sur les filles que sur les garçons et parce que, en raison de la diversité des attitudes des différentes classes sociales à l’égard du travail féminin, l’inégalité devant l’école est moins grande chez les filles que chez les garçons, le personnage social de l’adolescente est moins inégalement répandu que celui de l’adolescent.

  • 8 Cf. 2e Part., chap. IV.

13On peut décrire les changements déterminés par l’urbanisation et le prolongement de la scolarité de deux manières opposées. On peut y voir les conséquences anomiques qui résultent de la modification tant des conditions de vie de la jeunesse que des étapes qui la conduisent à la maturité : accédant à un âge de transition sans détenir les modèles changeants de cet âge et soumis à une expérience d’acculturation difficile à mener, les adolescents issus de certains milieux se livreraient à des déportements faute de connaître les règles auxquelles doit obéir le dérèglement statutaire de l’adolescence. Cette explication est doublement partielle, parce qu’elle ne peut expliquer que certains comportements et pour les adolescents issus de certains milieux seulement, ceux qui, par exemple, font l’expérience de l’émigration et sont soustraits brusquement aux normes de la société rurale8.

  • 9 Cf. P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Études rurales avril-septembre 1962, p. 32-13 (...)

14La description positive peut faire apparaître une généralisation des modèles qui régissent l’usage du temps libre chez les étudiants : mis en position de vivre selon les modèles étudiants, un plus grand nombre de jeunes accèderaient par là aux privilèges qui caractérisent la classe d’âge adolescente. Par exemple, en milieu rural, la fréquentation du C. E. G. suffit à donner un statut d’étudiantes aux jeunes filles, soustraites ainsi à la contrainte des valeurs de la société paysanne et autorisées à suivre, dans leurs aspirations, leur tenue et leur cosmétique, les canons de la société urbaine9.

15Privilégier et généraliser l’une ou l’autre description serait céder à l’une ou l’autre tentation du discours sur la montée des jeunes, soit à l’ethnocentrisme de classe qui aperçoit dans l’accession des adolescents issus de milieux moyens ou populaires à certains comportements une sorte de montée des barbares, soit à l’optimisme idéologique par lequel on promet et reconnaît à tous l’expérience d’un « bel âge » auparavant réservée à une minorité.

  • 10 Le double sens du mot « classe » est révélateur : division scolaire et classe d’âge sont très étr (...)

16On se contentera donc de retenir que les diverses causes envisagées ont contribué à délimiter un âge de transition et à définir ou redéfinir les privilèges de cet âge. Parmi toutes ces causes, l’école joue sans doute un rôle essentiel parce qu’elle a une fonction de catégorisation et a le pouvoir de définir des classes d’âge10. Par là les modèles étudiants pouvaient se généraliser, en s’altérant. En effet, des modèles de style aristocratique, impliquant un rapport de dilettante au travail et au loisir, ont dû être réinterprétés quand ils ont été adoptés par des jeunes issus principalement de la classe moyenne, et ils ont été réinterprétés selon la logique du chahut. Dans la culture des adolescents de classe moyenne, le rapport distant à l’école, lié à un rapport libre à la culture, devient ainsi refus mutin de l’école et adhésion enthousiaste à une sous-culture éloignée de la culture scolaire.

On pourrait étudier dans le détail les modes de la conciliation entre les modèles étudiants et les valeurs petites bourgeoises : ces modèles peuvent être d’autant plus facilement suivis que l’on se situe sur un plan plus ludique et onirique. Le caractère ludique de toutes les conduites adolescentes a ici une fonction particulière : pour des adolescents petits-bourgeois, il permet une adoption pas trop inconfortable des modèles étudiants marqués d’un esprit aristocratique. Les jeunes gens qui abordent ainsi l’adolescence sans trouver dans leur groupe social des traditions et des savoirs nécessaires pour bien la vivre recherchent donc les recettes d’un art de vivre l’adolescence : les magazines pour adolescents ne sont souvent pas autre chose que des manuels de savoir-vivre où l’on trouve tout à la fois des conseils sur la façon d’occuper ses loisirs, sur les chansons, livres ou habits à préférer et jusqu’à des leçons de maintien. L’obsession de la mode, la peur de se laisser dépasser par le goût du jour résultent moins, semble-t-il, d’une extension du pouvoir du groupe des pairs et des instances qui s’en réclament que de l’inquiétude de nouveaux venus à l’adolescence, incertains d’en détenir les manières et enclins à suivre avec le dernier zèle toutes les fantaisies qui leur sont proposées.

17S’il est vrai que s’est produite une redéfinition des limites de l’adolescence permettant à des jeunes de classe moyenne de vivre une adolescence, les changements où l’on aperçoit parfois des mutations des habitudes ou des mœurs peuvent être réduits à la superposition de deux sortes de phénomènes, la diffusion de certains modèles, qui entraîne leur altération, et la redéfinition des privilèges d’une classe d’âge plus nombreuse, qui entraîne la constitution d’une « culture adolescente », c’est-à-dire d’un ensemble assez systématique de comportements symboliques.

18On aime à voir dans les comportements économiques des jeunes gens une révolution et on lit dans leurs habitudes de consommation l’apparition d’un jeune consommateur de plus en plus autonome financièrement et de plus en plus conforme au type du consommateur vorace et irréfléchi, homme de désir, consommateur idéal de la société de consommation. Avant d’accepter cette représentation, il faut relativiser la portée de ces changements, qui risquent d’être seulement temporaires et symboliques. Sans doute les jeunes gens sont-ils essentiellement consommateurs de « babioles » et de biens de loisir. Mais ceci ne traduit pas forcément une conversion durable aux dépenses futiles et inutiles. Il y a toutes chances en effet pour que ces consommations laissent subsister la distinction traditionnelle entre l’utile et le superflu. En effet, les consommations des adolescents sont d’autant plus manifestement symboliques qu’elles concernent des produits moins nécessaires et obéissent moins, à la différence de la consommation des adultes, à des considérations économiques. Les modèles adultes subissent ainsi une stylisation particulière qui n’est pas l’indice d’un changement durable des attitudes, mais qui passe quand cesse l’adolescence.

  • 11 Cf. J. Antoine, op. cit.
  • 12 Cf. J. Antoine, op. cit.

Ainsi les adolescents fument plus de cigarettes non coutantes (brunes avec filtre et blondes) et suivent les modèles adultes en variant le type de cigarette consommé : la dispersion des goûts est beaucoup plus grande chez les jeunes que chez les adultes (34 % des jeunes gens fument des brunes avec filtres et des blondes, contre 15 % des adultes). Mais il ne faut pas voir là l’indice d’un changement durable dans les mœurs car, avec le mariage, les cigarettes ordinaires (gauloises et brunes sans filtre) se généralisent (83 % des fumeurs mariés de quinze à vingt-quatre ans, contre 61 % des célibataires du même âge)11. La consommation des adolescents se caractérise donc par son opposition à celle des adultes, le calcul économique distinguant les plus âgés et les sujets mariés, fumeurs sérieux, plus sensibles au coût des cigarettes12. La réalité consommée est une réalité édulcorée, « filtrée », affaiblie : les cigarettes blondes et les cigarettes avec filtre s’opposent aux cigarettes brunes comme l’adolescence à l’âge adulte, ou encore comme les jus de fruits à l’alcool.

19En outre, cette consommation a d’autant plus de chances d’actualiser des privilèges passagers et partiels qu’elle s’organise davantage selon des différences réglées.

  • 13 Cf. J. Antoine, op. cit.

Ainsi, l’électrophone, susceptible d’usages divers, est à peu près également répandu chez les garçons et les filles et les filles le possèdent aussi souvent en propre que les garçons. Au contraire, le poste à transistors, attribut obligé d’un style de vie et, par là, plus directement symbolique, fait apparaître des différences systématiques entre filles et garçons : les filles ont un taux de possession inférieur à celui des garçons (28 % contre 35 %) et, à la différence des garçons, le transistor est moins souvent leur propriété propre (28 %) que celle de leur famille (35 %) : chez les garçons, la part de chaque catégorie est de 35 % et de 34 % respectivement13.

20Autre témoignage du caractère transitoire de ces comportements économiques, les consommations les plus futiles cœxistent avec les attitudes les plus traditionnelles, sans que l’on puisse décrire un ensemble systématique de comportements traduisant les mêmes attitudes générales.

  • 14 Cf. J. Duquesne, Les 14-24 ans, Paris, Les Éditions du Centurion.

Ainsi les dépenses pour des biens de loisir ou des vacances, des sorties ou des distractions sont liées à une attitude traditionnelle de prévoyance, qui se traduit fréquemment par l’épargne faite sans but précis : 48 % des jeunes gens de seize à vingt-quatre ans déclarent mettre de l’argent de côté et, parmi eux, près de la moitié, soit 42 %, « par précaution »14.

21La définition sociale de l’adolescent qui assigne aux jeunes gens une nature définie par le caprice et le loisir explique seule cette incohérence : le sentiment d’insécurité et d’incertitude rend impossible la rationalité économique parce qu’il interdit d’avoir prise sur un avenir précis et, en même temps, incline aux conduites obéissant à la frivolité statutaire des adolescents.

22Est-ce parce que la frivolité définissant l’adolescence rapproche la nature de l’adolescent de celle de la femme, caractérisée aussi par une légèreté statutaire, que, dans l’image sociale de l’adolescent les différences entre filles et garçons se trouvent peu marquées ? Il faut du moins reconnaître cette indifférenciation, aussi bien dans les modes vestimentaires, où des accessoires passent des garçons aux filles ou leur sont communs, que dans les techniques de rapports interpersonnels ou les techniques de cour, qui relèvent de la camaraderie amoureuse.

  • 15 Source : Annuaire statistique de la France, INSEE, 1964, p. 46.

De ce fait, la concession de libertés plus grandes dans les rapports entre sexes n’a pas la portée qu’on lui prête parfois. Cette liberté est d’autant plus facilement accordée qu’elle présente des risques moindres et que le caprice a moins de chances, du fait du style de camaraderie, de s’exaspérer en passion amoureuse et de se prolonger en liaison. Le taux de naissances illégitimes, indicateur grossier sans doute, laisse voir cependant que la concession de libertés plus grandes ne va pas de pair avec une extension de la liberté sexuelle : le taux d’enfants illégitimes pour la tranche d’âge des moins de vingt ans est resté constant de 1953-55 (0,534) à 1962 (0,540) cependant qu’il augmentait pour la tranche d’âge de vingt-cinq à vingt-neuf ans (3,31 en 62 contre 3,08 en 53-55)15. On serait même tenté de conclure à une sorte d’infantilisation des adolescents, dont les techniques de rapports interpersonnels témoignent bien.

Culture adolescente et sous-cultures de classe

23Ne conclut-on pas trop rapidement de la diffusion des modèles qui réglaient jusque-là l’existence des adolescents de la bourgeoisie et qui ne peuvent être adoptés par les adolescents des autres milieux qu’après des réinterprétations plus ou moins complètes, à l’homogénéisation des goûts et des pratiques culturelles des adolescents et à une homogénéisation durable promettant l’uniformisation future des goûts des adultes ? Cette question en soulève d’autres. Y a-t-il chez tous les jeunes quel que soit le milieu auquel ils appartiennent, une adhésion égale à la culture adolescente ? En d’autres termes, la culture adolescente régit-elle, à l’exclusion d’autres modèles, toutes les pratiques culturelles ou bien existe-t-il des comportements et des goûts qui échappent aux modèles qu’elle propose et sont façonnés de façon différente dans chaque classe sociale ? L’influence de la culture adolescente n’est pas assez continue ni, surtout, assez exclusive pour qu’elle puisse façonner profondément et uniformément les comportements. Ainsi les adolescents ne se limitent jamais à lire les journaux qui leur sont spécialement destinés et ne leur font même pas toujours la part la plus importante.

  • 16 Cf. J. Antoine, op. cit.

Dans un échantillon de jeunes de quinze à vingt-quatre ans, 87 % de l’ensemble lisent au moins un quotidien ; si 57 % des garçons de 15 à 17 ans lisent Salut les copains, le périodique spécialisé le plus lu dans la liste qui était proposée, 43 % lisent Paris-Match (périodique dont pourtant le public est composé pour une large part de personnes âgées) et, pour la tranche d’âge de dix-huit à vingt et un ans la part des lecteurs de Paris-Match (45 %) est supérieure à celle des lecteurs de Salut les copains (38 %)16.

  • 17 Alors que les enquêtes sur les jeunes abondent, on ignore tout des différences entre les jeunes l (...)

24Parce que la culture adolescente ne constitue jamais le tout de la culture des adolescents, leurs pratiques et leurs préférences échappent, au moins partiellement, aux modèles qu’elle propose, de sorte qu’elles dépendent au moins autant de la « sous-culture » de classe à laquelle ils participent. On n’a l’impression d’une homogénéité des goûts des adolescents que parce que l’on ne veut pas apercevoir les divisions réelles17.

  • 18 Cf. 4e Part., chap I.

25Quelques indicateurs suffisent pourtant à montrer que les adolescents de milieux différents participent très inégalement à la culture savante. Comment pourrait-il en être autrement quand les différences dans les taux de scolarisation démontrent une inégalité devant l’école et donc devant les pratiques culturelles savantes auxquelles elle prépare, directement ou indirectement18 ?

  • 19 Cf. 4e Part., chap I.
  • 20 Cf. J. Antoine, op. cit.

Ainsi, sachant que écoliers et étudiants constituent 78 % des visiteurs de musées de quinze à vingt-quatre ans alors que, pour les classes d’âges correspondantes, la part des sujets scolarisés dans la population française n’est que de 24,5 %, on voit bien que l’inégalité entre adolescents de milieu populaire et adolescents de classe supérieure sous le rapport de la scolarisation détermine des différences radicales dans la consommation de la culture savante. De même, la possession d’un instrument de musique est liée très fortement à l’origine sociale : 18 % des étudiants possèdent un instrument, 13 % des employés et cadres moyens, 4 % des ouvriers19. Le goût obéit aux mêmes déterminations : 54 % des enfants de gros commerçants, industriels et membres des professions libérales se déclarent amateurs de théâtre contre 42 % des employés, 22 % des ouvriers20.

26Même l’utilisation des moyens de grande diffusion dont l’accessibilité est moins dépendante du niveau d’instruction, varie d’une classe sociale à l’autre. Par rapport aux adolescents de milieu petit-bourgeois ou de classe moyenne, les adolescents de classe supérieure se caractérisent par une écoute moins fréquente de la radio.

  • 21 Cf. Cf. J. Antoine, op. cit.

Si, afin de neutraliser l’inégalité d’écoute pour chacun des moments de la journée due à la différence des rythmes de vie et des habitudes de loisir, on additionne la fréquence d’écoute pour différents moments de la journée du dimanche, on voit que, pour cent adolescents, appartenant à la catégorie des cadres supérieurs et membres des professions libérales, l’écoute de la radio, à un moment ou à l’autre est mentionnée 158 fois, contre 176 et 194 fois dans la catégorie des petits artisans et commerçants et dans celle des cadres moyens. De même pour la télévision, le nombre de mentions est respectivement pour les trois catégories ci-dessus de 139, 167 et 15421.

  • 22 G. Tendas et Y. Thireau, La Jeunesse dans la famille et la société modernes, les Éditions Sociale (...)

27L’écoute des moyens de grande diffusion varie donc, chez les adolescents de chaque classe, comme chez les adultes. Même les pratiques dans lesquelles on attendrait le plus une similitude de comportements des adolescents obéissent aux normes de classe. On retrouve, dans la faible fréquence d’écoute des adolescents de classe supérieure la même attitude qui, chez les adultes de cette classe, inspire l’usage réduit et soigneusement sélectif de véhicules culturels jugés trop communs. L’usage didactique et sérieux de la radio, caractérisé par l’écoute des émissions historiques, des émissions d’information, des reportages, est principalement le fait des adolescents de classe moyenne, animés par la même « bonne volonté » culturelle qui fait des adultes de classe moyenne les utilisateurs empressés de tous les moyens modernes de communication ; au contraire, l’écoute des émissions de musique classique est la plus fréquente chez les adolescents de classe supérieure. De la même manière, la lecture de périodiques sentimentaux ou spécialisés dans la gauloiserie et la gaudriole (Confidences, Paris-Flirt, Le Hérisson, etc.) est pratiquée par 74 % des sujets de dix-sept ans dans un échantillon d’apprentis et par 26,6 % des sujets du même âge dans un échantillon de lycéens22. Tout, depuis les lectures jusqu’à l’écoute de la radio distingue donc les adolescents des milieux populaires des adolescents de classe moyenne et des adolescents de classe supérieure.

28On se persuadera de l’importance des différences culturelles entre adolescents issus de milieux sociaux différents si l’on sait que, même dans une population d’étudiants en lettres, soumis pourtant longuement à la même action formatrice de l’École, les différences liées à l’origine sociale déterminent des pratiques et des goûts différents. La part des sujets qui démontrent une familiarité assez grande, née d’une connaissance directe, avec des œuvres artistiques, varie significativement avec l’origine sociale.

  • 23 Cf. P. Bourdieu et J.C. Passeron, Les Étudiants et leurs études, Paris-La Haye, Mouton, 1964.

Elle est, pour le théâtre, de 18 % parmi les fils d’ouvriers contre 42 % parmi les fils de cadres moyens et 61 % parmi les fils de cadres supérieurs et membres des professions libérales ; pour la musique, de 17 % parmi les fils d’ouvriers contre 24 % parmi les fils d’artisans, commerçants et cadres moyens et 34 % parmi les fils de cadres supérieurs et membres de professions libérales ; pour la peinture, de 21 % parmi les fils d’ouvriers et de ruraux contre 34 % parmi les fils de cadres moyens et 39 % parmi les fils de cadres supérieurs et membres des professions libérales23.

29Si les modèles proposés par la culture adolescente n’ont pas une autorité exclusive sur les adolescents, c’est que l’adhésion à la culture adolescente ainsi que la modalité et la durée de cette adhésion dépendent des formes de culture que, par suite de leur origine sociale, les adolescents sont préparés et incités à pratiquer. Ainsi la culture adolescente rencontre chez les adolescents des classes populaires et moyennes des pratiquants empressés, parce que la culture savante ne la concurrence en rien, tandis que les adolescents de classe supérieure donnent tous les signes d’une adhésion moins fervente. On peut voir ainsi le taux de lecteurs d’un périodique pour adolescents décroître régulièrement lorsque l’on s’élève dans la hiérarchie sociale.

  • 24 Cf. J. Antoine, op. cit.

Dans un échantillon de jeunes gens faisant des études (donc rapprochés partiellement par la similitude de situation et par l’influence de l’école), le taux de lecteurs de Salut les copains est de 54 % chez les fils d’agriculteurs, 56 % chez les fils des salariés agricoles, 62 % chez les fils d’ouvriers, 59,5 % chez les fils d’artisans commerçants, 55 % chez les fils d’employés, 46 % chez les fils de cadres moyens et 34,5 % chez les fils de gros commerçants, cadres supérieurs et membres des professions libérales24.

30Les différences de pratique sont redoublées par des différences dans la forme de l’adhésion aux modèles de la culture adolescente. En effet, la reprise de comportements ou d’habitudes caractéristiques de la culture adolescente peut avoir des sens très différents selon le contexte dans lequel elle se situe et selon sa destinée temporelle. On saisirait mieux les différences réelles qui séparent les pratiques culturelles des adolescents si l’on étudiait la constellation des choix culturels plutôt que des variations ponctuelles dans la pratique d’un type particulier de loisir, qui peuvent entretenir facilement l’illusion de l’homogénéisation des goûts. Ainsi, chez les adolescents de classe supérieure, les distractions statutaires de l’adolescence, associées à d’autres, plus prestigieuses, sont suivies comme des modes, pour un temps, et traitées comme intermèdes ou préparation aux pratiques culturelles définies par la culture savante.

  • 25 Cf. P. Bourdieu et al., Un Art moyen, Paris, Éditions de Minuit, 1965.

On le voit bien dans le cas de la photographie. Les cadres supérieurs et membres des professions libérales, retenus par l’attraction des pratiques culturelles plus légitimes, méprisent une pratique qu’ils jugent vulgaire et la ramènent à ses fins traditionnelles, à la différence des cadres moyens chez qui culminent la fréquence de la pratique et l’inclination à lui conférer des fins esthétiques. Au contraire, au niveau des enfants, la relation s’inverse. Les enfants de cadres supérieurs et membres des professions libérales ont un taux de pratique supérieur à celui des enfants de cadres moyens, parce que l’exercice passager de la photographie est conçu comme une propédeutique artistique25.

31Le sens de l’adhésion à la culture adolescente varie beaucoup d’une classe à l’autre parce qu’elle est inégalement éloignée de la culture adulte. Pour les adolescents de classe populaire, les thèmes de la culture adolescente et les distractions de l’âge adolescent diffèrent surtout par leur intensité et leur rythme de ceux de l’âge adulte, la culture populaire étant, par certains côtés, plus enfantine et « enjouée » que la culture savante. Les différences dans les goûts des adolescents évoluent donc parce que, du fait que la signification de l’adolescence varie d’une classe sociale à l’autre, les comportements des adolescents sont inégalement éloignés des comportements des adultes.

  • 26 Cf. G. Tendas, Y. Thireau, op. cit.

C’est ainsi qu’avec l’âge s’accusent les différences entre adolescents de milieu populaire et adolescents de milieu bourgeois. Le goût déclaré pour la musique classique diminue entre quatorze et dix-sept ans dans un échantillon d’apprentis (passant de 32 % à 21 %) cependant qu’il se maintient à peu près constant dans un échantillon de lycéens (passant de 40 % à 41 %)26.

32Tout se passe comme si la similitude relative et momentanée, des goûts des adolescents s’estompait à mesure que l’influence de l’école se relâche et que se renforce l’attraction des cultures de classe.

  • 27 Cf. Antoine, op. cit.

33S’il n’est pas possible de parler d’une « culture adolescente » adoptée également par tous les adolescents de tous les milieux, il existe cependant un ensemble de comportements symboliques, de goûts, de pratiques qui sont proposés génériquement à l’ensemble des jeunes. Mais seules les fausses perceptions de la sociologie spontanée peuvent conclure de la multiplication des périodiques, des émissions et des produits spécifiquement destinés aux adolescents à la diffusion uniforme des modèles de comportement adolescents. La nouveauté n’est pas dans cette généralisation contestable, mais dans la prétention de la culture adolescente à se généraliser. Les différences radicales entre modes de vie rendaient sans doute impossible auparavant l’idée même qu’il pût exister quelque chose de commun à tous les adolescents. Au contraire, de nos jours, tout se passe comme si un terrain de confrontation était donné à l’ensemble des jeunes, qui sont mis en position de se distinguer et de percevoir leurs différences parce qu’ils cèdent inégalement à des modes qui les sollicitent tous, de sorte que, paradoxalement, la diffusion des modèles adolescents est l’occasion d’une mise en évidence des différences. Mais la perception que les adolescents ont de la société, de la hiérarchie sociale et de leur position dans la hiérarchie reste floue et incertaine, en sorte qu’elle s’en tient plus facilement aux stéréotypes psychologiques qu›aux divisions sociales. Le stéréotype (proposé aux rêves des lectrices de certains périodiques) du garçon brillant et cultivé, lisant les poètes et affranchi des passions exclusives et naïves pour tel chanteur ou telle actrice de cinéma, est-il autre chose que l’image de l’adolescent des hautes classes ? De la même manière, les distances sociales ou les différences culturelles ne s’expriment pas aussi brutalement que chez les adultes, sans pour autant disparaître. Le refus dédaigneux des pratiques vulgaires, le sentiment de l’exclusion se manifestent ainsi à travers les préférences pour certain style de loisirs, avec le type de sociabilité qu’ils impliquent. Alors que les adolescents de milieu populaire préfèrent les bals et les fêtes, les adolescents des classes supérieure et moyenne privilégient les réunions entre amis, qui ne permettent que des rapports choisis avec des personnes choisies27. Par là, l’homogamie de classe n’est pas menacée et les rapports sociaux des adolescents, de même que leurs pratiques culturelles, peuvent s’inscrire à l’intérieur des mêmes limites qui bornent les rapports sociaux des adultes.

34L’incertitude de cette perception sociale s’explique par la représentation enchantée de la hiérarchie sociale. Le culte des idoles, sportives ou artistiques, n’implique-t-il pas une attention émerveillée pour les voies miraculeuses d’ascension sociale ? Par tout un côté, la « culture » adolescente est la contemplation d’un monde de travail ludique et régi par la chance. L’intérêt essentiel, dans les magazines pour adolescents, est accordé, non pas au contenu des chansons, mais au succès qu’elles auront, à la réussite des chanteurs. De là l’importance des biographies, des résumés de carrière, des classements (« hit-parades ») qui font du spectacle des vedettes de la chanson une sorte de jeu de Fortune. Mais, même ces thèmes généraux sont repris très inégalement dans la culture vécue des adolescents des différents groupes sociaux. II est trop clair que le mode d’adhésion à cette vision fataliste et rêveuse varie beaucoup d’une classe sociale à l’autre. Si tous les adolescents éprouvent l’incertitude de l’avenir comme sentiment constitutif de l’adolescence, chez les adolescents de certains groupes ce sentiment est redoublé par l’incertitude sur leur condition future, liée au destin de leur groupe social.

  • 28 Cf. Antoine, op. cit.

Ainsi les fils et filles de petits artisans et commerçants peuvent adhérer plus totalement à cette vision fataliste parce que l’incertitude quant au destin de leur classe, accroît l’incertitude quant à leur position personnelle : assurés d’avoir à changer de condition, ils sont incertains quant à la réussite et aux voies de ce changement28.

35Si, malgré sa diversité, la culture adolescente est perçue comme un tout unifié, n’est-ce pas que se seraient généralisées, dans tous les groupes sociaux, des attitudes qui impliquent une reconnaissance de la jeunesse ? On peut sans doute citer des raisons qui expliqueraient cette reconnaissance. Ainsi, la novation et le progrès technique contribuent à mettre en question les privilèges de l’expérience : la valeur des jeunes travailleurs est ainsi accrue. D’autre part, l’abaissement de l’âge moyen de la population active modifie la position des jeunes dans l’éventail des âges : l’écart entre travailleurs d’expérience et travailleurs novices se réduit. Mais on peut difficilement justifier les nouveaux privilèges consentis à l’adolescence par des raisons qui valent peu pour cette tranche d’âge et plutôt pour la tranche d’âge postérieure, de vingt à vingt-cinq ou trente ans, par exemple, car l’indépendance concédée aux adolescents n’implique qu’une reconnaissance partielle et indulgente. On se gardera donc de voir dans les modifications de l’attitude à l’égard de l’adolescence la traduction, au niveau des rapports entre les générations, du triomphe de la novation sur l’expérience et du progrès sur l’immobilité. Il faut plutôt retenir ce qu’elles révèlent de l’attitude des adultes et de leur façon de vivre et de percevoir les modifications des conditions de vie.

  • 29 2e Part. chap. I.

36On peut voir dans l’indulgence à l’égard des jeunes une sorte de traduction du sentiment de sécurité suscité par l’évolution des conditions d’existence29. L’accroissement de la sécurité n’entraîne pas directement, dans les classes moyennes, un relâchement de l’ethos ascétique. Habitudes de consommation et style de loisirs ne changent pas d’emblée, de sorte que les parents n’ont pas tout à fait l’ethos de leur situation. Mais ils ont une représentation de ce que permet leur situation, c’est-à-dire de ce qu’ils peuvent permettre et concéder à leurs enfants. C’est cette représentation qui définit la marge de liberté concédée, l’extension des licences statutaires des adolescents n’étant peut-être que la traduction de l’accroissement du sentiment de sécurité. Ce phénomène est redoublé par la conviction, née de la conversion à la modernité, que des modifications profondes sont en cours qui préparent aux jeunes une vie très différente de celle qu’ont connue les parents. Si tout doit changer, le style de l’autorité parentale et les préceptes qu’elle transmet ne doivent-ils pas aussi être renouvelés et assouplis ? L’autonomie relative que certains groupes sociaux accordent aux adolescents résulterait ainsi de la conscience – vraie ou fausse – du changement, plutôt que du changement lui-même.

37Si ces analyses sont vraies, il faut, dans la prétendue montée des jeunes, reconnaître aussi un changement des attitudes des adultes. On comprendrait par là la fonction idéologique du discours sur la jeunesse. Parce que ce discours se prête au déguisement de la prophétie en prévision et autorise à prendre ses désirs d’aujourd’hui pour des réalités de demain en les prêtant aux nouvelles générations, l’image que la société française se forme de la jeunesse, à la façon d’un test projectif, trahit ce que cette société voudrait être. Peut-être aussi est-il une manière d›échapper à des exigences ou des défis nés de l’évolution en attribuant aux « générations montantes » la charge ou l’intention d’y répondre.

38Par là, le discours sur les jeunes traduit au moins la conscience de la novation et il est une manière d’en reconnaître les exigences : lorsqu’on énonce les dispositions nouvelles qui se rencontrent ou se rencontreront chez les jeunes, c’est moins une analyse des qualités réelles de la jeunesse qu’une reconnaissance des exigences du système nouveau en train de s’instaurer. S’il est vrai qu’il y a toujours un décalage entre les modèles auxquels on obéit et les comportements qu’exige objectivement la situation, la prévision des attitudes des jeunes apparaît comme une sorte de reconnaissance voilée de ce décalage. S’il en est ainsi, les fonctions de ce discours doivent varier selon l’attachement à la tradition des divers groupes sociaux. C’est sans doute chez les groupes les plus traditionalistes que l’on aperçoit le mieux la fonction apotropaïque de ce discours par lequel on attribue aux jeunes le goût et la capacité d’innover pour mieux s’en dispenser.

39Si telles sont les fonctions des spéculations sur la montée des jeunes, on voit qu’il faut se garder de reprendre les fausses évidences qu’il propose et même d’accepter telle quelle l’impression, sur laquelle il repose, d’une novation profonde : il se pourrait que l’impression d’une novation traduise moins l’étendue des transformations que le traditionalisme de ceux qui les perçoivent.

Haut de page

Notes

1 Cf. A. Ferragu, « Résultat d’une enquête sur les dépenses d’habillement des Français en 1963 », Études et conjoncture, mai 1965. Les données statistiques sur l’évolution des comportements des adolescents sont très rares. Outre les renseignements tirés de diverses enquêtes de l’INSEE comportant des tris par âge, nous utilisons les données fournies par une enquête statistique de M. Jacques Antoine (« 6 317 000 jeunes Français de 15 à 24 ans », 2 vol. ronéo., SOFRES, 1965) et des résultats de diverses enquêtes réalisées par le Centre de sociologie européenne.

2 Cf. 2e Partie, chap. I.

3 Cf. J. Antoine, op. cit.

4 Cf. P. Bourdieu et J.C. Passeron, Les Héritiers, Paris, Éd. de Minuit, 1964.

5 + 12,1 % pour les garçons, + 16,6 % pour les filles à quatorze ans ; + 9,5 % pour les garçons, + 14,6 % pour les filles à quinze ans ; + 10,8 % pour les garçons, + 13,9 % pour les filles à seize ans ; + 9,4% pour les garçons, + 12,3 % pour les filles à dix-sept ans ; + 9,2 % pour les garçons, + 10,7 % pour les filles à dix-huit ans. Source : Études statistiques, n° 3, juillet-septembre 1964, p. 195.

6 Cf. 3e Part., chap. I.

7 Cf. P. Idiart et R. Goldstein, L’Avenir professionnel des jeunes du milieu populaire, Paris, les Éditions Ouvrières, 1965.

8 Cf. 2e Part., chap. IV.

9 Cf. P. Bourdieu, « Célibat et condition paysanne », Études rurales avril-septembre 1962, p. 32-135.

10 Le double sens du mot « classe » est révélateur : division scolaire et classe d’âge sont très étroitement liées. Cf. Ph. Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960.

11 Cf. J. Antoine, op. cit.

12 Cf. J. Antoine, op. cit.

13 Cf. J. Antoine, op. cit.

14 Cf. J. Duquesne, Les 14-24 ans, Paris, Les Éditions du Centurion.

15 Source : Annuaire statistique de la France, INSEE, 1964, p. 46.

16 Cf. J. Antoine, op. cit.

17 Alors que les enquêtes sur les jeunes abondent, on ignore tout des différences entre les jeunes liées à la stratification sociale. Cette lacune n’est pas fortuite : on ne recherche pas de différences parce que l’on n’a pas idée qu’il puisse en exister. Par suite de cette lacune, l’analyse proposée ici ne peut s’appuyer que sur des preuves indirectes ou a fortiori et sur les déductions du bon sens. Elle ne peut être un tableau systématique des différences mais elle autorise largement à affirmer le fait des différences.

18 Cf. 4e Part., chap I.

19 Cf. 4e Part., chap I.

20 Cf. J. Antoine, op. cit.

21 Cf. Cf. J. Antoine, op. cit.

22 G. Tendas et Y. Thireau, La Jeunesse dans la famille et la société modernes, les Éditions Sociales Françaises, 1961.

23 Cf. P. Bourdieu et J.C. Passeron, Les Étudiants et leurs études, Paris-La Haye, Mouton, 1964.

24 Cf. J. Antoine, op. cit.

25 Cf. P. Bourdieu et al., Un Art moyen, Paris, Éditions de Minuit, 1965.

26 Cf. G. Tendas, Y. Thireau, op. cit.

27 Cf. Antoine, op. cit.

28 Cf. Antoine, op. cit.

29 2e Part. chap. I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chamboredon †, « La société française et sa jeunesse »Revue des sciences sociales, 64 | 2020, 154-161.

Référence électronique

Jean-Claude Chamboredon †, « La société française et sa jeunesse »Revue des sciences sociales [En ligne], 64 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/6021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.6021

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chamboredon †

Articles du même auteur

  • Les albums pour enfants [Texte intégral]
    Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance
    Publishers of Children’s Books and the Social Definitions of Early Childhood
    Paru dans Revue des sciences sociales, 64 | 2020
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search