Navigation – Plan du site

AccueilNuméros64Lu-à-lireHervé Marchal, Jean-Marc Stébé, L...

Lu-à-lire

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine

Philippe Hamman
p. 174-175
Référence(s) :

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? », 2018, 128 p.

Texte intégral

  • 1 Stébé J.-M., Marchal H. (2019), Introduction à la sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, « Curs (...)

1Avec La France périurbaine, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, tous deux professeurs de sociologie urbaine (le premier à l’Université de Bourgogne et le second à l’Université de Lorraine), proposent une synthèse à la fois accessible et efficace, dans l’esprit de la collection « Que sais-je ? » qui l’accueille. Rompus à la rédaction de manuels de référence – citons entre autres la réédition en 2019 de leur Introduction à la sociologie urbaine1 –, les deux auteurs abordent ici un sujet à la fois intriqué et piégeux des études urbaines, essentiel à la compréhension des évolutions conjointes des dynamiques urbaines contemporaines – ce que sont la ville et ses déploiements aujourd’hui – et de la société française – qui vit et qu’est-ce que vivre dans les espaces périurbains ?

2Point besoin d’insister sur la forte actualité de ces enjeux : il suffit de rappeler les correspondances couramment faites entre les habitants du périurbain, leurs profils (notamment des classes moyennes inférieures et moyennes-moyennes), leurs contraintes (dont les allers et retours journaliers domicile-travail en automobile et leur coût) et le mouvement des « gilets jaunes » qui a marqué la France depuis novembre 2018. Tout cela mérite une prise de recul, d’autant que l’on dispose désormais d’un corpus important de travaux scientifiques qui aident à déplier les problématiques périurbaines et à suivre les changements que ces territoires ont connus depuis les années 1960. C’est une force de cet ouvrage commode d’en dégager une mise en discussion.

  • 2 Floch J.-M., Levy D. (2011), « Le nouveau zonage en aires urbaines 2010. Poursuite de la périurba (...)
  • 3 Chalard L., Dumont G.-F. (2007), « Territoires français : le renforcement de la “para-urbanisatio (...)
  • 4 Voir également Marchal H., Stébé J.-M.(2017), La nature en tension entre l’urbain et le rural. L’ (...)

3Incarné dans les « couronnes des grands pôles urbains » en expansion (pour reprendre l’expression de l’INSEE en 20112), ce tiers-espace à la jonction de l’urbain et du rural résulte d’une dynamique de desserrement des villes. Le livre commence par pointer ce phénomène géographique, progressivement interrogé par des sociologues (chapitre I). Signe de la complexité des processus en jeu, le terme périurbain ne fait pas consensus pour qualifier une même réalité : les mises en mots sont immanquablement aussi des mises en catégories. C’est vrai en termes de productions statistiques – ainsi du zonage en aires urbaines (ZAU) de l’INSEE et ses évolutions – comme de débats scientifiques, d’aucuns suggérant le terme para-urbain3 ou encore pré-urbain (que les auteurs eux-mêmes introduisent4). Le chapitre II fournit à cet égard un point très utile.

  • 5 Au sens de Charmes É. (2011), La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Par (...)

4Le chapitre III entre ensuite dans l’objet via l’étalement urbain, rendu possible notamment par le développement de l’automobile pour les déplacements quotidiens. L’extension du tissu urbain en périphérie a alors pu être assimilée à un « sprawl » à l’américaine avec un paysage dominé par des centres commerciaux et de l’habitat individuel « pavillonnaire » associé au repli sur soi, voire à une « clubbisation »5 – appréhendée plus avant au chapitre V, en même temps que l’hypothèse d’une gentrification du périurbain.

  • 6 Girard V. (2014), « Des classes populaires (encore) mobilisées ? Sociabilité et engagements munic (...)
  • 7 Costes L. (dir.) (2016), Territoires du périurbain : Quelles nouvelles formes d’appropriation ?, (...)
  • 8 Cary P., Fol S. (2016), « Du périurbain stigmatisé au périurbain valorisé ? », Géographie, Économ (...)
  • 9 Poulot M., Aragau C. (2012), « Habiter en périurbain ou réinventer la qualité de la ville », Hist (...)

5Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé se gardent toutefois de conclure de façon figée. Ces territoires ont aussi largement évolué : les mobilités des populations, les transformations des zones d’emploi, des modes de vie, des revendications citoyennes, ont induit un double processus : à la fois une plus grande diversification sociale de la population – non réductible à une catégorie homogène de « classe moyenne » – et une diversité de pratiques des habitants, de leur mobilité, de leurs sociabilités associatives et municipales6, de leurs aspirations à un ancrage local7. Ceci a conduit certains chercheurs à évoquer une « maturité » du périurbain8, sinon même une capacité à « réinventer la qualité de la ville »9.

  • 10 Donzelot J., Mongin O. (2013), « Tous périurbains ! Tous urbains ! », Esprit, 3-4, p. 18-22.
  • 11 Authier J.-Y. (2015), Le périurbain, objet sociologique, in Bouffier S., Brelot C.-I., Menjot D. (...)

6Partie intégrante du « mouvement général d’urbanisation de toute la société »10 et de ses « dynamiques sociales et urbaines » qui peuvent être aussi bien de déclassement que de promotion sociale11, ces espaces sont le terrain d’une réelle pluralité d’expressions, qui se retrouve dans des résultats de recherche eux aussi variés. Il peut s’agir d’un désenchantement pour des habitants du périurbain éloigné (notamment des familles aux moyens limités et qui ont dû s’endetter), mais aussi de modes de vie plus « durables » qu’on ne le dit (avec par exemple, en matière de bilan carbone, moins de déplacements de week-end et à longue distance que certains groupes urbains), sans oublier les débats autour des dynamiques électorales et d’un « vote Front National » à considérer finement (voir les chapitres III, V et VI).

7En somme, les auteurs invitent à « penser au pluriel le périurbain » (p. 109) et exposent également une grille de lecture élargie à la périurbanisation en Europe et aux États-Unis (chapitre IV). Ces étapes démonstratives remettent in fine en perspective l’hypothèse de la relégation d’une France périurbaine, présentée et discutée au chapitre VI. Cette mise en abîme s’avère précieuse en regard de simplifications qui peuvent accompagner des moments de tension voire d’explosion comme ceux de l’hiver 2018-2019.

8Enfin, tout du long, dans le format d’un Que sais-je ?, l’appareil critique s’avère solide, informé et à jour, sachant ouvrir des pistes pour aller plus loin. L’ouvrage intéressera ainsi un large public académique en sciences sociales, et au-delà parmi les acteurs de l’urbain.

Haut de page

Notes

1 Stébé J.-M., Marchal H. (2019), Introduction à la sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, « Cursus », 2e édition.

2 Floch J.-M., Levy D. (2011), « Le nouveau zonage en aires urbaines 2010. Poursuite de la périurbanisation et des grandes aires urbaines », Insee Première, 1375, p. 1-4.

3 Chalard L., Dumont G.-F. (2007), « Territoires français : le renforcement de la “para-urbanisation” et de la “litturbanisation” », Population & Avenir, 682, p. 14-16.

4 Voir également Marchal H., Stébé J.-M.(2017), La nature en tension entre l’urbain et le rural. L’exemple d’un territoire émergent : le pré-urbain, in Hamman P. (dir.), Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires, Toulouse, Éditions Érès, p. 305-327.

5 Au sens de Charmes É. (2011), La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, Presses universitaires de France.

6 Girard V. (2014), « Des classes populaires (encore) mobilisées ? Sociabilité et engagements municipaux dans une commune périurbaine », Espaces et sociétés, 156-157, p. 109-124.

7 Costes L. (dir.) (2016), Territoires du périurbain : Quelles nouvelles formes d’appropriation ?, Paris, L’Harmattan.

8 Cary P., Fol S. (2016), « Du périurbain stigmatisé au périurbain valorisé ? », Géographie, Économie, Société, vol. 18, 1, p. 5-13.

9 Poulot M., Aragau C. (2012), « Habiter en périurbain ou réinventer la qualité de la ville », Historiens et géographes, 419, p. 119-126.

10 Donzelot J., Mongin O. (2013), « Tous périurbains ! Tous urbains ! », Esprit, 3-4, p. 18-22.

11 Authier J.-Y. (2015), Le périurbain, objet sociologique, in Bouffier S., Brelot C.-I., Menjot D. (dir.), Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations, Paris, L’Harmattan, p. 33-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hamman, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine »Revue des sciences sociales, 64 | 2020, 174-175.

Référence électronique

Philippe Hamman, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La France périurbaine »Revue des sciences sociales [En ligne], 64 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/revss/6082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.6082

Haut de page

Auteur

Philippe Hamman

UMR 7363 Sociétés, acteurs,
gouvernement en Europe
CNRS/Université de Strasbourg
phamman[@]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des sciences sociales sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search