Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65Introduction(Dé)socialiser violence et conflit

Introduction

(Dé)socialiser violence et conflit

Nicolas Amadio et Jérôme Ferret
p. 8-15

Texte intégral

La violence n’est certainement pas le produit du vide social. Elle est plutôt la conséquence d’un trop-plein. Aussi, la sortie de la violence suppose une rupture profonde et radicale avec l’ordre des langages dominants […], avec le monde de l’intégration sociale. Il ne peut y avoir formation d’un acteur individuel sans « désocialisation » préalable. (Lapeyronnie 1999 : 54).

1Cherchant à comprendre les violences commises par la « jeunesse de banlieue » dont les émeutes urbaines de 2005 ont constitué un tournant majeur, Didier Lapeyronnie fut l’un des premiers sociologues français à avoir mis en perspective l’importance de saisir la violence au regard de ses dimensions conflictuelles, subjectives et collectives. Sans dénier le poids des inégalités économiques et sociales et les rapports de pouvoir qui les sous-tendent, son approche de la violence a permis de l’appréhender non plus comme une catégorie négative de la vie sociale relevant de l’anomie ou de l’irrationnel, mais comme une forme d’action dont les acteurs peuvent se servir comme instrument de socialisation ou de désocialisation. L’un des apports les plus originaux de cette perspective a été de montrer que la « désocialisation » est d’autant plus nécessaire dans les processus de sortie de la violence qu’elle permet aux acteurs d’user de la conflictualité comme une forme de relation sociale.

2Pourtant, selon Corradi (2009 : 1),

pendant de nombreuses années, la violence a représenté un phénomène en grande partie ignoré par la sociologie. Elle a été traitée de manière résiduelle, considérée comme un degré élevé de conflit, ou bien comme un instrument auquel on recourt plus ou moins rationnellement, ou encore comme l’héritage d’un monde historiquement révolu.

Les sciences humaines et sociales françaises ont en effet longtemps cantonné l’analyse de la violence soit à des approches macrosociologiques et socio-anthropologiques, comme illustration des processus de civilisation et de la modernité sociale (Elias 1973), soit à des approches où elle constitue moins un objet d’étude qu’un concept critique permettant l’analyse des formes de domination. Qu’il s’agisse de la violence au sens figuré, de la « violence symbolique » (Bourdieu 1998), ou de la violence physique légitime ou illégitime (Weber 1963), caractérisée par les catégories juridico-administratives, leur utilité ressort de leur potentialité critique vis-à-vis du politique, du Leviathan à qui, depuis Hobbes, l’Occident a laissé « le soin de gérer la violence, d’en dessaisir les individus » (Wieviorka 2015 : 223). Le dénominateur commun de ces approches de la violence est l’analyse du pouvoir, particulièrement dans sa dimension politique.

  • 1 Louise Weiss fut avec G. Bouthoul co-directrice de l'Institut Français de Polémologie (1945) et de (...)
  • 2 Si la polémologie reste mal reçue en France, elle est régulièrement employée dans les publications (...)

3On retrouve la même articulation au pouvoir dans les recherches françaises portant sur le conflit. Le projet polémologique initié par Bouthoul (1970) et Weiss1 d’inscrire un champ d’études dédié à l’étude des conflits dans les sciences sociales n’a pas réussi à se développer, contrairement à l’irénologie2. La polémologie a d’abord souffert de son objet, d’aucuns estimant que le fait de ne pas se positionner dans l’irénologie se confondrait avec une attirance personnelle pour la guerre et la violence. Cette réputation sulfureuse a été redoublée par celle du fondateur de l’Institut de Polémologie de Strasbourg, J. Freund, qui s’est notamment appuyé sur les thèses de Carl Schmitt et qui a participé à des échanges intellectuels avec la Nouvelle Droite. Comme le souligne Chateauraynaud (2010 : 91) :

si le « conflit social » a été construit très tôt comme un objet central de la sociologie, au point de saturer l’espace conceptuel de la discipline jusqu’à la fin des années 1970, les nouveaux sociologues ont renvoyé la notion de conflit aux appareils critiques hérités du marxisme.

Le conflit fut considéré essentiellement avec une connotation négative, traduisant l’échec du pouvoir politique, des formes de résistance au changement. Les recherches ont ainsi porté majoritairement sur les mouvements sociaux et les luttes sociales, sur les inégalités sociales et les transformations du travail, sur les conséquences de la déliaison entre progrès social et croissance économique. Ce faisant, jusque dans les années 1990, les recherches sociologiques sur le conflit et la violence se sont concentrées sur l’étude des déterminismes sociaux et des inégalités comme facteurs explicatifs des formes de domination en articulant chacune de ces notions à la question du pouvoir. L’importance de cette approche, tant en termes d’intérêt que de productions scientifiques, aura contribué à faire du conflit et de la violence des objets secondaires, recevant une acception respectivement soit négative, soit irrationnelle.

  • 3 Nous faisons ici référence aux travaux réalisés au sein du Centre d’Analyse et d’Intervention Socio (...)

4Les émeutes urbaines de 2005 en France ont, de ce point de vue, marqué une étape dans l’appréhension de la violence, de ses significations sociales et de ses usages dans les mobilisations collectives (Lapeyronnie 2006, Groenmeyer 2006, Cefaï 2007, Cicchelli et al. 2007). Les grilles d’analyse héritées de la société industrielle, structurant les analyses dans le schéma marxiste d’une polarisation dominants/dominés, ne répondait plus que partiellement à la compréhension des violences commises lors des émeutes urbaines. Dans la continuité de travaux amorcés au courant des années dix-neuf cent quatre-vingt et dix-neuf cent quatre-vingt-dix marquant le retour de l’acteur et du sujet33, les chercheurs en sciences sociales se sont alors tournés vers des approches plus « situées » des violences liées aux émeutes urbaines, mais aussi de la violence en général qui se voit « adjectivée » : la violence devient sociale, psychologique, institutionnelle, familiale, conjugale, sexuelle, sexiste, raciste, ethnique, policière, extrême. La violence (re)devient un objet d’analyse légitime et complexe, qu’il s’agit de caractériser dans ses formes d’expression et ses usages, ses motifs et ses conséquences, et ce en fonction des contextes d’apparition. Les approches « situées » de la violence montrent la nécessité de la contextualiser et, par conséquent, de la réarticuler à une forme de relation sociale qui, si elle ne s’y confond pas, y est fréquemment ou fortement convoquée : le conflit (Wieviorka 2012).

5Les recherches françaises portant sur le conflit et la violence ont alors renoué avec les approches anglo-saxonnes, particulièrement nord-américaines (Coser 1956, Gurr 1970, Tilly 2003, Kalyvas 2006, Collins 2008), où la réception des travaux – entre autres – de Simmel et Weber avaient donné lieu à une tradition d’analyse nettement plus marquée par l’empirisme, par une lecture du conflit compris comme forme de relation sociale avec des dimensions créatrices et destructrices et une approche plus instrumentale de la violence. En effet, à l’échelle internationale, les recherches sur le conflit et la violence ont été en grande partie intégrées aux domaines de la criminologie (Sharkey 2018, Nassauer 2019), des études stratégiques et de relations internationales (Avant et al. 2019, Chenoweth et al. 2019) où elle a trouvé, à partir de la crise de Cuba, un terrain propice à son développement et aux approches socio-critiques du droit (McGlynn, Westmarland 2019). L’inscription de ces objets d’étude dans des champs d’investigation pluriels et bénéficiant d’acceptions plus souples aura permis de développer des domaines d’étude devenus autonomes que sont la criminology et la critical criminology, les conflict studies et les socio-legal studies. Ainsi, l’étude des processus de régulation des conflits et de sortie de la violence ne cesse de se renouveler et de s’approfondir en sciences humaines et sociales, au point d’en constituer un domaine à part entière (ce dont témoigne la création de la revue Violence).

6Ce numéro se situe résolument dans ce mouvement. Il entend contribuer à produire des analyses renouvelées sur les processus de régulation des conflits et de sortie de la violence, non seulement dans leurs dimensions agonistiques et polémogènes, mais aussi en tenant compte de leurs dynamiques temporelles, émotionnelles et de leurs potentialités socialisatrices. Les articles réunis dans ce numéro reposent tous sur des approches empiriques et explorent deux grandes dimensions. La première cherche à analyser plus avant les dynamiques propres aux confrontations violentes et les processus d’escalade et de désescalade à l’œuvre dans les situations conflictuelles, notamment à partir d’approches microsociologiques. Il s’agit de comprendre comment des processus, dispositifs et techniques de sortie de la violence participent à la régulation sociale des conflits. La seconde dimension renvoie à l’analyse des nouvelles formes de régulation et de la question du tiers à travers les pratiques et les espaces de médiation et de prévention. Elle interroge l’implication de différentes figures de tiers dans les pratiques permettant de prévenir la violence, d’empêcher sa réitération ou d’en sortir.

7Ces deux dimensions permettent d’interroger à nouveaux frais les articulations entre régulation des conflits et sortie de la violence et notamment l’idée de plus en plus répandue selon laquelle la sortie de la violence passerait par des formes de réhabilitation du conflit susceptibles d’impliquer ses protagonistes dans des processus de régulation sur lesquels ils auraient prise, plutôt que de s’en remettre à un acteur institutionnel extérieur à la relation conflictuelle qui viendrait y mettre fin. De ce point de vue, la distinction entre processus de régulation des conflits et processus de sortie de la violence permet aussi d’interroger la place des institutions qui en sont traditionnellement chargées face à de nouveaux acteurs. Les contributions permettent de préciser les rôles que ces processus jouent dans de nouvelles formes d’institutionnalisation et de ritualisation des conflits.

8Le premier objectif de ce numéro est de rassembler des contributions cherchant à conceptualiser des connaissances empiriques scrutant les processus de régulation des conflits et de sortie de la violence dans une perspective interdisciplinaire. En effet, si les sciences humaines et sociales étudient depuis longtemps les notions de conflit et de violence et ont produit des savoirs théoriques à cet effet, les connaissances dans les domaines des processus de régulation et de sortie relèvent souvent de données produites par des acteurs de terrain qui demandent à être conceptualisées et confrontées à des analyses scientifiques. Il s’agit notamment de rendre intelligibles des stratégies d’engagement, d’évitement ou de défection en situations conflictuelles et leurs impacts en termes de polarisation et de montées aux extrêmes ou, au contraire, de désescalade.

9Dans cette veine, l’enquête de Guibet-Lafaye proposée dans ce numéro se distingue de travaux classiques ciblant prioritairement les processus de démobilisation et de reconversion d’acteurs engagés dans la violence armée illégale. Dans son article consacré au Pays Basque espagnol, elle ne se concentre pas uniquement sur les trajectoires post-conflit des acteurs engagés dans la violence séparatiste, ni sur leur réintégration dans la société basque, les acteurs rencontrés ayant tourné la page de la clandestinité depuis plusieurs années déjà. Cette enquête a plutôt pour objectif de se focaliser sur les représentations et jugements que ces acteurs portent sur la fin d’un cycle de violence politique et sur l’avenir de leur territoire. La lecture de ces résultats permet ainsi de saisir le processus d’adaptation cognitive et le recadrage effectués par les acteurs clandestins. Ces derniers n’appréhendent pas la fin de l’organisation armée et sa dissolution comme un échec mais bel et bien comme une évolution stratégique, en particulier dans les outils convoqués pour parvenir à un objectif qui demeure identique, à savoir précisément le droit à l’auto-détermination et, de façon maximale, l’indépendance. Comme nous l’explique Guibet-Lafaye, cet objectif garde d’autant plus de réalité et de prégnance qu’aux yeux de nombre de militants abertzales (patriotes en langue basque), la situation sociopolitique du Pays basque n’a pas foncièrement muée. À la lecture de Guibet-Lafaye, on peut donc parler non pas d’une éradication des sources du conflit ni d’une renonciation aux objectifs initiaux, mais plutôt d’un changement de référentiel, de la part de ces militants, quant aux moyens pour y parvenir.

10À partir d’une ethnographie et d’une observation directe, l’article de Romain Huët propose une approche très novatrice en tentant de saisir dans la guerre en Syrie ce qu’il nomme l’expérience révolutionnaire, pacifique puis armée, cette expérience ouvrant de nouveaux territoires existentiels. À son commencement, l’individu engagé découvre une existence politique marquée par une ouverture (horizons, désir, sociabilités et place à occuper dans le monde). Mais selon Huët, cette séquence n’est que provisoire car la guerre confronte chacun à une extrême violence et à une expérience quotidienne de l’effondrement du monde dont les effets subjectifs sont considérables. La guerre confronte donc les combattants à une succession continue d’expériences chaotiques si bien que, progressivement, ils tenteront de les domestiquer au moyen de ce que l’auteur nomme de nouvelles quotidianisations du monde. Cette domestication est tout à fait problématique bien que nécessaire, selon l’auteur, mais dans le même temps, elle se manifeste par une rigidification et une pétrification du rapport au réel et incline chacun à ce qu’il est convenu d’appeler des « processus de radicalisation ». L’auteur montre bien que l’entrée en guerre a généré une transformation existentielle irréversible. Dans cette expérience limite du monde, un homme ordinaire est capable de se placer dans des dispositions où sa vie est mise en péril. Le sentiment de fin de monde, créé par la guerre, est compensé par le sentiment bouleversant d’une rédemption, d’un recommencement de la vie, d’une ouverture de tous les possibles. Mais cette compensation s’épuise à mesure que la guerre dure. La subjectivité est alors travaillée par un aller-retour entre le sens des possibles et la vacuité de l’être au monde. Elle se constitue dans cette oscillation. La guerre provoque le sentiment qu’autre chose est possible si bien qu’elle ouvre à une richesse d’expérimentation ontologique. Mais dans le même mouvement, elle suppose une rigidification du rapport au réel à mesure que la guerre s’enlise.

11Le texte de Randall Collins, issu d'une conférence donnée à l’Université de Strasbourg en mai 2018, tente d’appréhender l’articulation entre conflit et violence d’un point de vue original : l’évitement de la violence physique dans des situations d’agression sexiste et sexuelle. Collins part du postulat que dans la grande majorité des situations conflictuelles la violence constitue un échec et/ou échoue dans sa mise en œuvre. Ce faisant, il cherche à élucider les conditions micro-sociologiques de cet échec en s’intéressant au contexte de l’agression et aux compétences de l’auteur et de la victime des violences. Quelles sont, en situation, les ressources et les compétences sur lesquelles l’auteur va chercher à s’appuyer pour commettre son infraction sans avoir à utiliser la violence ou en l’utilisant de façon performante ? Quelles sont celles sur lesquelles la victime pourra compter pour éviter ces violences ou y échapper ? L’analyse de récits, de témoignages et de vidéos de caméra de surveillance permet à Collins de montrer que la focale ne doit pas être mise sur l’auteur ou la victime, mais sur l’articulation entre les ressources dont ils disposent et leurs capacités à les exploiter en situation. En convoquant les concepts de tension confrontationnelle et de domination émotionnelle caractérisés dans son ouvrage Violence: A Micro-Sociological Theory (2008), Collins entend montrer que l’analyse microsociologique de la violence peut permettre de comprendre quand et comment certaines agressions sexuelles échouent. Reprenant la thèse développée dans son ouvrage pour l’appliquer aux situations d’agressions sexuelles (à savoir qu’un usage efficace de la violence est conditionné par une forme de domination émotionnelle sur la victime permettant à l’auteur de maîtriser son état de tension et sa peur), il met en perspective qu’il existe des techniques interactionnelles permettant d’éviter ou d’échapper à la violence. Collins nous invite à faire un pas de côté par rapport à des approches plus classiques des situations d’agressions sexuelles, notamment lorsqu’elles sont principalement envisagées du point de vue des déterminations structurelles liées à la culture patriarcale ou de l’intensité de la violence du passage à l’acte. Il propose de prendre en compte l’existence de micro-tactiques qui permettent de prévenir les formes de domination émotionnelle et d’éviter des agressions sexuelles graves.

12Le travail de Jocelyn A. Hollander propose une hypothèse forte : en plus d’aider les femmes et les jeunes filles à résister à la violence, un programme de formation à l’autodéfense peut entraîner de profondes transformations dans la vie quotidienne des élèves. En s’appuyant sur des données d’enquêtes, d’entretiens approfondis et de l’observation participante, elle montre que la formation à l’« Empowerement self-defense » (ESD) modifie trois types d’attentes liées au genre : les attentes concernant ce que les femmes et les hommes sont et devraient être, ce qu’ils devraient ressentir et comment ils devraient se comporter. Elle démontre en outre que les changements décrits ne sont pas uniquement individuels : ils découlent également des interactions sociales dans la classe d’ESD, et ils affectent les attentes des élèves non seulement pour eux-mêmes et pour certaines autres personnes, mais aussi pour les femmes et les hommes en tant que catégories sociales. Et peut-être plus important encore, ils se répercutent sur les personnes avec lesquelles les élèves interagissent, même si ces personnes n’ont pas de contact direct avec la classe d’ESD. Et parce que les gens sont connectés par le biais de réseaux sociaux et de ce que Schwalbe (2000) a pu qualifier de « filets de responsabilité », ce type de changements interactionnels peut se répercuter plus largement. Finalement, raconter des expériences d’évitement d’agressions dans lesquelles des femmes victimes ont eu un rôle actif peut changer la compréhension des personnes qui les entendent : les amis et la famille de la femme, la police et les autres prestataires de services sociaux, et le grand public si l’agression est rapportée dans les médias. Ces petits changements dans les attentes et les pratiques en matière d’interaction ont le potentiel de créer des changements beaucoup plus importants dans le système du genre. L’apprentissage de l’autodéfense peut donc être transformationnel non seulement pour les individus et les interactions dans lesquelles ils s’engagent, mais aussi pour les communautés dans lesquelles ils vivent.

13Le second objectif poursuivi dans ce numéro est d’étudier les nouvelles formes de régulation des conflits et la question du tiers, notamment à travers les pratiques et les espaces de médiation et de prévention. Dans quels espaces et situations sociales émergent des processus de négociation, de médiation ou de prévention ? Qui sont les acteurs individuels et collectifs de ces pratiques et quelles temporalités mettent-ils en œuvre ? Quelles logiques les traversent et quelles sont les questions éthiques et déontologiques que soulèvent ces pratiques ? Sur quelles ressources et compétences s’appuient-ils ? Quelles sont les dynamiques qui caractérisent ces pratiques en matière de processus de régulation et/ou de sortie de la violence ? Les contributions présentes interrogent les places et postures de tiers au sein des dispositifs de régulation sociale des conflits, leur caractère novateur, leur diffusion et leur intégration au regard des acteurs de l’institution judiciaire et de la chaîne pénale qui en ont traditionnellement la charge. A contrario, ces contributions questionnent aussi les effets de l’absence de tiers ou d’impossibilité de négociation sur les processus de régulation et de sortie de la violence, ainsi que la façon dont ces absences et ces impossibilités caractérisent certaines situations conflictuelles. Elles mettent en perspective des évolutions sociétales et professionnelles quant aux modes d’appréhension et aux significations sociales des situations conflictuelles, ainsi que vis-à-vis des représentations des figures de l’auteur et de la victime, de l’adversaire et de l’ennemi, que les différentes figures du tiers étudiées drainent avec elles.

14L’article de Stassin et Lechenaut interroge un dispositif de régulation original, en l’occurrence l’expérience des « Ambassadeurs » dans une structure scolaire française, engagés dans la lutte contre le cyberharcèlement. Pour les auteures, ces Ambassadeurs semblent avoir pris conscience de leurs droits à une scolarité sans harcèlement, de leurs devoirs et de leurs responsabilités et s’engagent avec beaucoup de convictions dans leur mission. Le dispositif semble constituer un levier efficace pour renforcer leur confiance en eux-mêmes que l’expérience du harcèlement peut détruire ou altérer, développer des compétences telles que prendre la parole en public, communiquer efficacement, être habile dans les relations interpersonnelles ou encore avoir une pensée critique. En outre, l’engagement au sein d’un dispositif comme les Ambassadeurs, ou de toute autre instance, participe d’une éducation à la citoyenneté, vise à responsabiliser les élèves et à les rendre actifs dans la transmission des valeurs et des principes de la République souvent mis à mal voire bafoués dans les phénomènes de harcèlement et de cyber-harcèlement. Les auteures interrogent cependant les limites du discours et des moyens d’action quand ces structures académiques se heurtent en même temps aux contraintes ministérielles. Ces élèves sont très sollicités, tout en étant soumis aux contraintes calendaire et institutionnelle, limitant une réalisation totale et autonome de cet engagement. En outre, cette étude produit de premiers résultats ouvrant la voie à des recherches sur les motivations qui poussent des élèves à s’engager dans la prévention du harcèlement au regard du nombre élevé de victimes (65 %) et de témoins (73 %) parmi ces mêmes « Ambassadeurs » : faut-il avoir été victime ou témoin pour se sentir réellement concerné ? Enfin les auteures posent la question de la réception de ces actions de prévention au sein des élèves non-« Ambassadeurs » et de la réelle visibilité de leurs campagnes de sensibilisation ? Quel impact ont-elles sur ceux qui sont censés en être les destinataires ? Une seule exposition d’affiches sans médiation et réinvestissement pédagogique n’a-t-elle pas un intérêt limité ?

15Dans son article, Philippe Charrier analyse la diffusion des pratiques de médiation judiciaire en France. Si ce dispositif reste relativement discret – comparativement à d’autres pratiques comme la justice restaurative ou la justice transitionnelle dont les médias nationaux se font régulièrement les relais – son inscription dans le système judiciaire français n’en est pas moins importante. À l’instar d’autres formes de médiation (pénale, restaurative, de proximité, par exemple), elle contribue à un changement d’ethos professionnel des acteurs de la chaîne pénale, mais aussi, plus largement, du rapport au droit des acteurs sociaux.Philippe Charrier étudie la diffusion de la médiation judiciaire comme une forme de « soft-power » (Faget 2008) modifiant, progressivement mais significativement, le travail et les missions des magistrats. Son analyse met au jour deux types de magistrat prescripteur de ce dispositif qui aspirent tous au passage d’une justice renvoyant à un ordre imposé à une justice s’appuyant sur un ordre négocié. Les magistrats « pragmatiques » prescrivent la médiation judiciaire non par conviction mais parce que, non rétifs à son égard, ils souhaitent utiliser la palette des mesures et dispositifs susceptible d’être mise en œuvre. S’ils sont rarement à l’origine des dispositifs locaux de médiation judiciaire, ils participent à son développement tout en s’assurant que leurs caractéristiques respectent les principes d’indépendance et de neutralité du traitement judiciaire et qu’elles n’impactent que modérément leurs propres pratiques. Pour les magistrats « prescripteurs », les postures de tiers ne se mélangent pas. Ils préfèrent se tenir à distance de la mise en œuvre des médiations, préférant déléguer aux associations spécialisées et n’envisagent pas l’intérêt de se former à ce type de pratique. Il en va autrement des magistrats médiateurs. Pour ces derniers, les postures de tiers, si elles ne se confondent pas, ne sont pas incompatibles. Au point, souligne Philippe Charrier, que leur investissement dans la médiation judiciaire peut devenir un élément de leur réputation. Fréquemment à l’origine d’expérimentations locales de médiation judiciaire, ils assument une proximité avec les médiateurs et les pratiques de médiation, notamment par leur propre formation. Leur position à l’égard de ce dispositif les amène à interroger leur place et leurs rôles dans le processus judiciaire, mais aussi celui des professions connexes, comme les avocats. L’analyse des pratiques de prescription de la médiation judiciaire par les magistrats vient ainsi confirmer qu’elle médiation s’institutionnalise progressivement au sein du système judiciaire français mais que, pour autant, cette progression ne garantit pas la pérennité de la diffusion de ses principes. Bien qu’institutionnalisée sous diverses formes (législatives et administratives), la médiation reste fortement dépendante des contextes locaux et d’acteurs désireux d’orienter le système judiciaire vers un « ordre négocié », convaincus qu’un rapport différent à la régulation des conflits profiterait à la qualité la décision et du traitement judiciaires.

London Calling. Steve Jobs à Calais. Calais, octobre 2016.

© Photo de Lorenzo Navone.

16L’article de Nicolas Amadio et Rachel Sarg s’inscrit également dans l’analyse de la diffusion de pratiques relevant d’une « justice négociée » mais en se concentrant sur l’étude des formes de tiers qui y sont convoquées, ainsi que sur les représentations partagées des acteurs de la chaîne pénale quant à la justice restaurative. Au regard d’autres formes de médiation déjà ancrées dans le système pénal (comme celle judiciaire qui fait l’objet de l’article Philippe Charrier, celle pénale ou familiale), l’originalité de la justice restaurative est de reposer sur le triptyque auteur-victime-communauté. Elle draine ainsi avec elle non seulement un ensemble de valeurs et de compétences nouvelles en matière de régulation des conflits, mais aussi la possibilité de nouvelles modalités de participation de la société au traitement judiciaire. En effet, les pratiques de justice restaurative ne se cantonnent pas à des rencontres entre auteurs et victimes directes ou indirectes animées par des professionnels et des bénévoles formés, mais en une participation accrue de membres de la communauté et, par extension en France, de la société civile, à la réparation et à la régulation des litiges. La justice est donc dite restaurative parce qu’elle ne vise pas seulement la réparation financière du préjudice, mais aussi une réparation psychologique et sociale des acteurs individuels et collectifs qui ont été lésés par l’infraction commise et, plus largement, par une réparation du lien social qui a été impacté. Ce faisant, les auteurs interrogent la capacité du système judiciaire à se renouveler et à faire place à de nouvelles formes de régulation des conflits. Ils montrent ainsi que si la notion de communauté est majoritairement mal reçue par les acteurs, celle de société civile qui lui est substituée en France demeure floue et rencontre des réticences. Nicolas Amadio et Rachel Sarg émettent ainsi l’hypothèse que, dérogeant aux principes du pacte républicain et à la notion d’universalisme propre à la tradition française, l’insertion de la communauté dans les affaires juridiques semble mettre en danger, pour certains acteurs, le caractère équitable des décisions de justice et leur professionnalisme. Le faible nombre de personnes bénéficiant de mesures restauratives et le recours majoritaire à des pratiques dyadiques de médiation entre auteur et victime expliquent pour partie que la justice restaurative demeure subordonnée à la justice punitive. Cela n’empêche pas pour autant sa diffusion et, avec elle, un ensemble de pratiques et de représentations nouvelles quant aux modalités usuelles de résolution des conflits et à la participation de la société civile comme acteur tierce au sein du système judiciaire. Les auteurs montrent ainsi que la justice restaurative répond en partie aux attentes de la société civile et à certaines catégories d’acteurs du monde judiciaire qui souhaitent une plus forte participation dans une justice de « proximité », sans pour autant intervenir directement dans la restauration des liens sociaux, et notamment des liens d’appartenance communautaire.

17L’article de Dany Rondeau porte sur des pratiques de régulation des conflits relevant de la justice transitionnelle et qui, s’adressant à l’ensemble des membres d’une collectivité, ont la réconciliation pour finalité première. Partant du constat que les victimes de leur propre gouvernement sont presque cinq fois plus nombreuses que les victimes de guerre (160 millions contre 35 millions), l’auteure interroge les dynamiques de réconciliation nationale s’inscrivant dans la continuité de la sortie de la violence entre victimes et bourreaux et de réaffirmation de la confiance entre gouvernés et gouvernants. Comment sortir du cycle des violences liées à la perpétuation des représailles et de la vengeance ? Comment favoriser la réconciliation de l’ensemble des membres d’une société confrontée à des violences structurelles ? Parmi les dispositifs de reconstruction d’une paix durable, les « commissions de vérité et réconciliation » regroupent sous un même intitulé un ensemble de commissions diverses, d’enquêtes de personnes disparues, de commissions juridique, sociale ou historique, de commissions de vérité. Derrière ces commissions, l’objectif de contribuer à un effort collectif de réconciliation faisant suite à des crimes de guerre, des crimes de masses, des crimes contre l’humanité et des violations des droits de l’homme. L’auteure souligne que les commissions de vérité et réconciliation peuvent poursuivre des finalités différentes en fonction des contextes. Elles peuvent être de nature politique (instaurer un régime démocratique), juridique (établir des responsabilités pénales) ou éthique (participer à la reconstruction des victimes et des liens sociaux et favoriser la réconciliation). C’est plus particulièrement à cette dernière que s’intéresse l’auteure. L’analyse montre que les commissions de vérité et réconciliation qui poursuivent une finalité éthique, s’appuient sur une démarche de justice réparatrice et que cette démarche les amène à mettre en œuvre des pratiques relevant d’une éthique reconstructive. Pour l’auteure, contrairement à des approches plus procédurales reposant sur des modélisations de résolutions de conflit et de sortie de la violence, l’éthique reconstructive s’appuie sur les expériences singulières des acteurs du conflit, le sens et les significations différenciées que leurs récits personnels mettent au jour et permettent de travailler. Cette approche cherche à permettre de sortir de violences structurelles qui caractérisent un conflit collectif (ici au niveau national) en veillant à l’implication de chacun des acteurs, qu’il s’agisse des victimes, des agresseurs et du gouvernement, mais aussi des tiers. Les tiers font ainsi partie intégrante du processus de réparation et de reconstruction des liens sociaux affectés durablement par les violences individuelles et collectives. Dany Rondeau montre bien comment l’implication de l’ensemble des membres de la société, y compris des tiers, constitue un enjeu majeur de la réconciliation. En s’appuyant sur deux exemples de commissions de vérité et réconciliation en Afrique du Sud et au Canada, l’analyse de Dany Rondeau contribue à une meilleure compréhension des rôles du tiers dans la régulation des conflits et la sortie de la violence, mais aussi de la dimension éthique des commissions de vérité et réconciliation qui reste encore peu étudiée au regard de leur dimension politique et juridique.

18Ce numéro cherche ainsi à cerner les dynamiques propres aux processus de régulation des conflits et de sortie de la violence et leurs articulations. Sur quoi peut-on fonder cette distinction ? La violence, communément appréhendée comme un élément du conflit, peut-elle être utilisée comme un outil de régulation ? Ou, à l’instar des travaux de Michel Wieviorka, faut-il considérer que c’est l’absence de conditions d’expression ou de prise en compte du conflit qui laisse la place à la violence ? Ne devrait-on pas concevoir une graduation voire une modélisation des relations entre violence et conflit selon la configuration analysée sans tracer de frontière hermétique entre les deux ?

Haut de page

Bibliographie

Arendt H. (1969), On Violence, San Diego-New York, Harcourt Brace & Company.

Avant D., Berry M., Chenoweth E., Epstein R., Hendrix C., Kaplan O, Sisk T. (eds.) (2019), Civil Action and the Dynamics of Violence, Oxford, Oxford University Press.

Bourdieu P. (1998), La domination masculine, Paris, Seuil.

Bouthoul G. (1970), Traité de polémologie, Paris, Payot.

Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Chateauraynaud F. (2010), Des disputes ordinaires à la violence politique. L’analyse des controverses et la sociologie des conflits, in Hamon P., Bourquin L. (éds), La politisation : Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 91-108.

Chenoweth E., English R., Gofas A., Stathis K. (eds) (2019), The Oxford Handbook of Terrorism, Oxford, Oxford University Press.

Cicchelli V., Galland O., de Maillard J., Misset S. (2007), « Retour sur les violences urbaines de l’automne 2005 : Émeutes et émeutiers à Aulnay-sous-Bois », Horizons stratégiques, 1, p. 98-119.

Collins R. (2008), Violence: A Micro-Sociological Theory, Princeton, Princeton University Press.

Corradi C. (2009), « Violence, identité et pouvoir », Socio-logos, 4, <https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.4000/socio-logos.2296>.

Coser L. (1956), The Functions of Social Conflict, Glencoe, The Free Press.

Dahrendorf R. (1972), Classes et conflit de classes dans la société industrielle, Paris, Éditions La Haye/Mouton.

Elias N. (1973), La civilisation des moeurs, Paris, Calmann-Lévy.

Faget J. (2008), « L’impensé de la médiation : contre-culture ou soft power ? », Empan, 4, p. 74-80.

Girard R. (1980), La violenza e il sacro, Milano, Adelphi.

Groenemeyer A. (2006), « Formes, sens et significations sociales de la violence : Quelques impressions sur la situation allemande », Déviance et Société, 4, p. 477-489.

Gurr T. R. (1970), Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press.

Kalyvas S. (2006), The Logic of Violence in Civil War, Cambridge, Cambridge University Press.

Lapeyronnie D. (1999), « Violence et intégration sociale », Hommes & Migrations, 1217, p. 43-54.

Lapeyronnie D. (2006), « Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005 », Déviance et Société, 30, p. 431-448.

McGlynn C., Westmarland N. (2019), “Kaleidoscopic Justice: Sexual Violence and Victim-Survivors’ Perceptions of Justice”, Social & Legal Studies, 28, p. 179–201.

Nassauer A. (2019), Situational Breakdowns. Understanding Protest Violence and other Surprising Outcomes, Oxford University Press.

Ramsbotham O., Woodhouse T., Miall H. (2011), Contemporary Conflict Resolution, Cambridge, Polity.

Schwalbe M. (2000), “The Elements of Inequality,” Contemporary Sociology, 29, 6, p. 775-781.

Sharkey P. (2018), Uneasy Peace: The Great Crime Decline, the Renewal of City Life, and the Next War on Violence, New York, W.W. Norton.

Simmel G. (1995), Le conflit, Paris, Circé.

Tilly C. (2003), The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press.

Weber M. (1963), Le savant et le politique, Paris, Plon.

Wieviorka M. (2012), La violence, Paris, Pluriel.

Wieviorka M. (2015), « Sortir de la violence », Socio, 5, p. 221-240.

Haut de page

Notes

1 Louise Weiss fut avec G. Bouthoul co-directrice de l'Institut Français de Polémologie (1945) et de la revue Guerre et Paix (1965-1970).

2 Si la polémologie reste mal reçue en France, elle est régulièrement employée dans les publications internationales pour désigner les prérequis relevant d’une approche positive (au sens de non appliquée ou non normative) des conflict studies (Ramsbotham, Woodhouse, Miall 2011 : 94).

3 Nous faisons ici référence aux travaux réalisés au sein du Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologique (CADIS) parmi lesquels ceux d’Alain Touraine, François Dubet, Fahrad Khosrokhavar, Didier Lapeyronnie et Michel Wieviorka, ainsi qu’aux recherches s’inscrivant dans le courant de la sociologie clinique telles que celles proposées par Vincent De Gaulejac, Eugène Enriquez ou Marie-Anne Dujarier et de la psychopathologie du travail avec Christophe Dejours. Il faut ici souligner l’importance d’un troisième courant théorique qui contribue également à renouveler les approches du conflit et de la violence, celui d’une sociologie pragmatique proposée par Luc Boltanski, Laurent Thévenot et Eve Chiapello, qui appréhende les régulations sociales de la conflictualité sous l’angle des conventions.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/6272/img-1.png
Fichier image/png, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Amadio et Jérôme Ferret, « (Dé)socialiser violence et conflit »Revue des sciences sociales, 65 | 2021, 8-15.

Référence électronique

Nicolas Amadio et Jérôme Ferret, « (Dé)socialiser violence et conflit »Revue des sciences sociales [En ligne], 65 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/6272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.6272

Haut de page

Auteurs

Nicolas Amadio

Dynamiques européennes
CNRS/ Université de Strasbourg
nicolas.amadio[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Jérôme Ferret

Université Toulouse 1 Capitole
Institut du Droit de l’Espace, des Territoires
et de la Communication (IDETCOM)
jerome.ferret[at]ut-capitole.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search