Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Arno Gisinger : le silence des lieux

Arno Gisinger : le silence des lieux

Robert Dulau
p. 2-5

Texte intégral

1Le travail d’Arno Gisinger, artiste-historien s’apparente à une traque obstinée et exigeante. À partir de documents d’archives qu’il associe à une réflexion sur la mémoire des lieux, le plus souvent traversés par la banalité tragique de l’histoire, l’artiste débusque, en les faisant advenir, les traces, les paroles d’évènements passés. Traces encore lisibles, en cours d’enfouissement, parfois même déjà fantômes ou pleinement disparues. Et dans cette filature inlassable, dans cette vision contemporaine et radicale, les temps, les lieux à la fois se condensent et se brouillent. Pour le regardeur, des interrogations surgissent, tant il y a dans les images exhumées un trop plein de mémoire à affronter, des mémoires fragmentaires à recomposer, de longs silences à combler avec leurs chuchotements à peine audibles.

Oradour/Konstellation Benjamin

2Deux constellations, deux captations apparemment opposées ici s’affrontent et se complètent. Deux lieux, l’un saturé de violence, l’autre ancré dans la banalité de l’oubli, chacun instruisant sur l’immensité du silence.

3Oradour, théâtre emblématique d’un crime de guerre SS. Un village et ses rues brûlés avec ses habitants disparus. Images de ruines, images pleines, vision d’un lieu hautement mémoriel, préservé, maintes fois restauré pour conserver la mémoire de la destruction dans le meilleur état possible, jusqu’aux pylônes, jusqu’à la présence irréelle des très minces fils électriques reposés – pour faire plus vrai – et que la scène n’en soit que plus troublante encore, plus saisissante.

4À l’inverse, dans Konstellation Benjamin, Arno Gisinger fait surgir des bâtiments ordinaires, d’absolus non-lieux que personne a priori jamais ne regarderait ni ne relierait à un quelconque événement. C’est à partir des dernières lettres de Walter Benjamin qu’Arno Gisinger a recomposé l’itinéraire des lieux des dernières années d’exil de l’écrivain philosophe et que les lieux prennent sens.

5À Oradour l’itinéraire est circonscrit, analysé, tracé et l’artiste tire de la scénographie dramatique des rues, un constat distancié et brutal donnant ainsi sa propre réponse à la surcharge d’émotion. L’image s’ancre dans le présent, fige le temps d’un lieu tant de fois transformé que l’on ne sait plus ce qui appartient en propre au tragique de la scène originelle de juin 1944. L’énergie et l’âpreté d’approche de l’artiste à travers les longs temps de pause, l’éclatante et aveuglante couleur des images permet juste au regardeur de remonter le temps et d’envisager la possibilité d’un récit.

6Dans Konstellation Benjamin, Arno Gisinger restitue l’intimité d’un lieu, une porte close, une volée d’escalier de la maison du camp d’internement de Vernuche, une des ultimes haltes avant que Benjamin ne disparaisse. L’artiste y a incrusté des phrases de l’écrivain. Parmi elles : « Il va sans dire que l’attente comporte des heures sombres. » Les phrases ne viennent pas simplement à l’appui de l’image à l’instar d’une légende ou d’une illustration. Elles émergent et insufflent à la terrible insignifiance de l’image une soudaine plasticité et dans cet absolu silence d’un lieu, les paroles, pour le regardeur, surgissent comme des revenantes, venues raviver une présence disparue et à peine audible.

Betrachterbilder — 1998, Série de douze photographies couleur, tirages Lambda, contrecollés sur Dibond, 120x160 cm. Photographie : © Arno Gisinger.

Invent arisiert

7Entre le haut lieu mémoriel d’Oradour et l’insignifiance d’un lieu banal de rétention, devenu antichambre de la mort de Benjamin, l’exposition Invent arisiert convoque d’autres fantômes. Le travail vient rappeler la spoliation par les nazis des biens personnels juifs de Vienne en 1938 et que l’Autriche cinquante ans plus tard, consent parmi les rares objets restants, à restituer.

8Ici l’intention d’Arno Gisinger est d’exploiter l’obsession nazie à tout répertorier à tout inscrire. En contrepoint, de manière tout aussi obsessionnelle et obsédante, l’artiste présente 648 images d’objets disparus ou confisqués aux familles juives.

9Dans une scénographie minimaliste, deux images opposées présentent leur suite d’espaces vides et pleins. Ils suivent rigoureusement la progression arithmétique des numéros d’inventaire. Les objets disparus sont nommés et accompagnés de diverses mentions : a été redonné à leurs propriétaires, / vendu à une personne privée / loué à un particulier après 1939, détruit par les événements de la guerre, rayé de l’inventaire en 1946/1947. Les objets en absence fonctionnent comme des apparitions de portraits fantômes dont il ne resterait plus que les cadres réduits à un simple numéro d’inventaire.

10Les espaces pleins déploient leurs objets rescapés encore présents, en attente d’être restitués : collection de chaises, lit métallique, lampes, tables, tapis usé… Suprême banalité d’objets dérisoires que nul ne voudrait acquérir, hormis leurs propriétaires ou leurs éventuels descendants.

11Parmi eux, une machine à écrire, une Underwood, modèle 1922, porte la mention : stockée au Mobilier national depuis 1938. Le médium photographique propose l’image originale de l’objet, ayant appartenu à un inconnu, une inconnue. Pour le regardeur, l’Underwood, modèle 1922 questionne, devient pièce à conviction : celle d’un drame d’une intense violence est ici rappelé et les touches luisantes de la machine disent tout ce qui aurait pu encore être dit, écrit, imaginé et qui à jamais restera dans l’inachevé. La vision de l’objet confiné tant d’années, place le regard dans une intimité déplacée et dans l’immensité de l’oubli.

Maisons-palais du sud de l’Inde

12D’autres latitudes, d’autres temps et des lieux oubliés que même les touristes ne sillonnent guère. Luxuriantes maisons-palais du sud de l’Inde, tombées en extrême déshérence et suffocant dans la moiteur et le silence.

13Leurs propriétaires, une caste de banquiers et de négociants : les Chettiars, au service du Raj et de l’Empire britannique, ont dû fuir leur pays après l’indépendance du Chettinad. Ils y reviennent depuis occasionnellement pour célébrer les rites religieux hindouistes. Radicalité de la prise de vue, l’artiste a capté l’entièreté du vide d’un de ces palais nu et délabré, gardant encore un grand péristyle à arcades. Nul effet d’exotisme, nul paysage pittoresque. Lumière crue : de la poussière et le chaos ordinaire. Terre-plein, défoncé par les moussons et puis une statue sur son socle, une femme, jupe courte et plissée, image venue d’Occident, rappelant le plaisir et la légèreté des femmes des années 1920. Collusion pour le regardeur entre cette femme souriante qui pose, un bras désignant un improbable au-delà, et le luxe perdu de ces demeures dont ne reste plus sur le socle que le nom à demi effacé de leur ancien propriétaire.

Oradour — 1994, Série de vingt-quatre photographies couleur, tirages RA-4, contrecollés sur aluminium, 60 x 60 cm. Photographie : © Arno Gisinger.

Nuremberg Hiroshimaplatz

14Le voyage à Nuremberg, haut lieu de célébration de la puissance nazie et de son écroulement, peut conduire à une impasse et à de puissantes ambiguïtés. Dans l’image de la place Hiroshima aucun signe explicite n’indique son funeste passé et la vision des immenses bâtiments de briques roses ne dit pas qu’ils furent jadis des casernes réservées aux SS. Réhabilitées à l’instar d’un monument historique et dédiées cinquante ans plus tard à l’accueil des immigrés, le passé sombre est d’ores et déjà voilé, expulsé et la transformation des lieux témoignent de l’ambiguïté des liens qui se nouent parfois entre patrimoine et histoire. Le nom de la place : Hiroshima, brouille davantage encore les pistes, ajoute de l’oubli à l’oubli, substitue un désastre à un autre. Le travail d’archives et le regard photographique d’Arno Gisinger s’apparente à une exhumation de l’invisible. L’image, sans jamais en apparence ne rien montrer, est là pour révéler la lente mise en œuvre d’une stratégie de l’effacement et de l’enfouissement des lieux ; et à l’insu peut-être du regardeur, la présence devenue incongrue d’une cabine téléphonique, au design moderniste de la décennie 1970, vient participer dans la froideur de l’image à la révocation définitive du passé.

Zone de passage, champ et contrechamp

15Futaie, arbres épars ouvrant sur la petite île au milieu du vieux Rhin. Rien de remarquable, si ce n’est la vision d’une stèle fichée dans le paysage. Seuls vrais indices marqueurs de sens, l’inscription d’initiales sur la stèle, S de Schweiz, (Suisse) inscrit sur un des côtés, à l’opposé OE, premières lettres d’Oesterreich, (Autriche), traces probables d’une ligne de démarcation entre la Suisse et l’Autriche.

16La vision prend pleine résonance avec le dispositif d’Arno Gisinger quand se déploient quatre panoramas, en mode négatifs, livrant au regard, en champ et contre-champ, la vision crépusculaire d’un même paysage. Et dans ce clair-obscur, la vision fantomatique d’un lieu, la borne, stèle frontière, vient rappeler que la présence désigne parfois l’absence. Deviennent alors plus audibles les paroles des innombrables récits, évoquant cette zone de passage. Tant de réfugiés juifs allemands, au prix de leur vie, tentèrent dès 1938 de franchir cette limite pour rejoindre la Suisse. Tant de tentatives avortées qui, dans une singulière actualité, font aujourd’hui écho à d’autres franchissements, à d’autres exclus anonymes qui tentent obstinément de fuir l’obscurité, le malheur de l’exil.

17Ces lignes nécessairement incomplètes ne rendent pas compte des nouvelles explorations ni des dispositifs scénographiques de l’artiste qui progressivement a fait sortir de son cadre naturel le tableau photographique en le spatialisant. L’architecture, bâtiments, murs, façades de verre sont désormais entièrement investis. Ils deviennent de nouveaux espaces qui prolongent et animent l’exposition. Ils accueillent les images projetées, l’artiste jouant, selon le propos, sur les transparences, guidant le regard vers d’infinies transpositions. Cette spatialisation des images demeure cependant toujours au service d’une même quête qui dans un mouvement lancinant et toujours inachevé, ne laisse de tarauder l’artiste : autoriser l’apparition de l’invisible. Dans cet art d’expression qui mobilise tous les sens du regardeur, surgissent par intermittence, des signes voilés, devenus inaudibles et cet incroyable silence qui se pose discrètement sur les lieux évoqués et toujours en attente, toujours à explorer.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Betrachterbilder — 1998, Série de douze photographies couleur, tirages Lambda, contrecollés sur Dibond, 120x160 cm. Photographie : © Arno Gisinger.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/7144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Oradour — 1994, Série de vingt-quatre photographies couleur, tirages RA-4, contrecollés sur aluminium, 60 x 60 cm. Photographie : © Arno Gisinger.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/7144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Dulau, « Arno Gisinger : le silence des lieux »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 2-5.

Référence électronique

Robert Dulau, « Arno Gisinger : le silence des lieux »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7144

Haut de page

Auteur

Robert Dulau

Conservateur en chef du patrimoine
ministère de la Culture
membre de l’Académie d’Architecture
robert.dulau[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search