Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Secrets et résistencesLa transmission filiale au prisme...

Secrets et résistences

La transmission filiale au prisme des secrets et des non-dits

Family Transmission Through the Perspective of Secrets and Things Unsaid
Marie-Laurence Bordeleau-Payer
p. 106-115

Résumés

Cet article présente des conclusions issues d’une recherche portant sur le thème « Mémoire filiale et héritage psychique » menée auprès d’un groupe de jeunes âgés entre 18 et 25 ans. L’étude s’appuie sur une démarche qualitative inspirée de la sociologie clinique et de l’approche « roman familial et trajectoire sociale ». L’interprétation des différents récits recueillis vient éclairer certains mécanismes engagés dans la reproduction des modèles parentaux et dans la transmission filiale, de façon à mettre en évidence le rôle qu’occupent la mémoire et le rapport d’identification dans la répétition de la souffrance. La recherche a également permis de saisir certaines stratégies développées par les jeunes afin de conjuguer avec leur histoire familiale et leur héritage identitaire. Le secret, à travers le jeu de voilement/dévoilement qu’il déploie, s’est présenté comme une de ces stratégies, de même que comme une forme sociale permettant de concilier certaines ambivalences et contradictions intrinsèques à la psyché individuelle.

Haut de page

Texte intégral

1La vie psychique et émotive de chacun s’enracine bien au-delà, ou en deçà, du vécu individuel. Elle est intimement attachée à l’ensemble des liens filiaux et symboliques qui unissent l’individu au monde passé et présent, de sorte qu’elle se révèle toujours dépositaire d’une transmission, d’une mémoire familiale et d’un héritage inter et transgénérationnel tapis dans les profondeurs de sa configuration.

2La transmission filiale inscrite dans le registre trans-subjectif, soit le rapport aux enjeux de reproduction entre les générations, se présente sous diverses formes et suppose différentes médiations ; elle peut par exemple être véhiculée par des récits, des images, des manières d’être et de faire, des non-dits, des secrets, voire par une post-mémoire (Hirsch 2012). Cette dernière témoigne de la transmission transgénérationnelle d’événements traumatiques, et se caractérise par une distance de génération. Certains individus portent effectivement en eux les traces de blessures attachées à certains événements qu’ils n’ont pas directement vécus et dont l’histoire leur est parfois méconnue, entre autres parce qu’elle leur a été passée sous silence. Bien que ce mode de transmission opère à distance et qu’il soit difficilement saisissable par ses héritiers, il n’en demeure pas moins agissant et constitutif de l’identité individuelle. En revanche, lorsque la transmission est d’ordre intergénérationnel, elle peut également intervenir à travers des non-dits, des secrets et une absence d’élaboration symbolique, mais elle suppose une transmission entre deux générations par le biais de contacts physiques (Tisseron 2019 : 11) ; elle se rapproche ainsi davantage d’un processus de contagion sociale (Tarde 1907). Cette forme de transmission de la vie psychique implique, contrairement au transgénérationnel, un rapport entre l’intrapsychique et l’interpersonnel dans la réalité. Cela dit, dans les deux cas, l’existence de secrets et de non-dits dans l’histoire familiale engage des influences psychiques entre générations et des rapports d’identification à des ascendants qui échappent communément à la conscience (Abraham, Torok 1978).

  • 1 Les multiples formes de mémoire sont communément regroupées sous deux grandes catégories. La premiè (...)

3Par ailleurs, en dépit des différents mécanismes et médiations que peut emprunter la transmission filiale, sa réception suppose toujours une négociation avec le présent et implique une appropriation et un réaménagement identitaire personnel (Séraphin 2011, Muxel 1993). L’héritage psychique se présente dès lors par le biais d’une (ré)conciliation avec le vécu du sujet en faisant intervenir divers procédés, tels l’intériorisation, l’incorporation, la projection, l’idéalisation, le refoulement, la répétition, etc. Entre les souvenirs, les interdits de symbolisation, les fantômes aux contours insaisissables et les différentes formes de mémoire (instituées ou privées)1 abritant l’héritage filial, se dessine tout un horizon de négociations identitaires dont l’impression psychique et corporelle apparaît unique à chacun (Dechaux 1997). En ce sens, si les membres d’une lignée sont liés par une culture réciproque, des prédispositions symboliques et génétiques partagées, une mémoire commune parfois porteuse de conflits irrésolus, non symbolisés, les individus se distinguent inévitablement par la façon dont ces legs les déterminent – singulièrement (Lemieux, Gagnon 2007). C’est donc parce que le travail de réception s’effectue couramment par-delà la volonté apparente et consciente des individus, qu’il emprunte des voies et mécanismes « détournés » et qu’il implique l’aménagement d’une mémoire personnelle que son étude se révèle non seulement fascinante, mais porteuse sur le plan de la compréhension de la dialectique individu/structure. La recherche présentée dans le cadre de cet article s’inscrit par conséquent dans le désir de participer à l’exploration des zones d’ombre et de lumière propres à l’inscription généalogique de chacun en examinant l’héritage filial symbolisé, négocié, incorporé, opposé et caché.

4C’est au carrefour de la sociologie et de la psychologie que l’analyse qui suit propose d’ancrer son apport en abordant le rôle structurant qu’occupent la mise en récit d’une histoire familiale, les expériences indicibles et les secrets non-résolus au sein de la dialectique individu/structure. C’est plus précisément dans le sillon tracé par la sociologie clinique (Gaulejac et al. 2012) que cette démarche exploratoire se fonde et se présente comme une voie féconde pour investiguer les legs familiaux (conscients et inconscients) agissants en soi et au-delà de soi dans une perspective psychosociologique.

  • 2 Je précise que l’étude a répondu à toutes les exigences éthiques normalement imposées aux recherche (...)

5Afin d’explorer les mécanismes à l’œuvre dans la transmission filiale et l’héritage psychique, que ceux-ci soient teintés par une post-mémoire, une contagion affective (de l’ordre de la souffrance ou de la résilience), des souvenirs ouvertement partagés ou tus, une enquête mobilisant la méthode du récit de vie a été réalisée à l’automne 2019. En prenant appui sur le thème « Mémoire filiale et héritage psychique », la parole a été donnée à un petit groupe de jeunes, âgés entre 18 et 25 ans et d’origines ethniques diverses, dans l’intention de recueillir leurs propos sur des images, souvenirs, sensations, événements et émotions associés à leur histoire familiale2. Les données recueillies lors de ces discussions ont été analysées à l’aide d’un découpage thématique en portant une attention particulière aux secrets et aux non-dits, tels qu’ils se sont donnés à entendre et à percevoir dans le récit de chacun, de même que dans la dynamique groupale. Bien que la discussion en groupe ne se présente pas comme allant de soi pour l’exploration des profondeurs de l’être, elle recèle pourtant un potentiel d’interactions sociales pouvant favoriser un travail d’introspection et de narration de soi fort riche. La confrontation de son histoire avec celle d’autrui et la possibilité de se voir reconnu dans le regard de l’autre peuvent effectivement contribuer à susciter le partage de révélations personnelles à travers un sentiment d’appartenance à une humanité commune. L’approche « roman familial et trajectoire sociale », développée par la sociologie clinique (Gaulejac 1999) propose à cet effet l’usage du dispositif groupal pour l’investigation du vécu individuel en fonction de son enracinement familial et sociétal.

  • 3 La violence attachée à l’injonction thérapeutique de se révéler n’est reconnue que depuis récemment (...)

6Suivant cette approche, l’analyse proposée ici s’applique à mettre en lumière, à l’échelle microsociologique, comment, à la frontière du voilement et du dévoilement de soi, certains liens (diachroniques et synchroniques) entre la souffrance individuelle et l’histoire familiale se laissent deviner. De plus, dans un contexte sociétal où la transparence est hautement valorisée, c’est-à-dire où les individus sont de plus en plus enjoints à se dire et où la majorité des approches psychothérapeutiques encouragent le dévoilement de soi3, les discussions en groupe ont, par ricochet, mis en évidence la pertinence d’élargir l’examen des secrets et des non-dits, afin d’observer comment ceux-ci interviennent dans le rapport à l’autre au sein de la dynamique groupale. C’est donc à l’aune de cette double perspective que les expressions du cacher et du montrer ont été interrogées et qu’elles sont présentées.

Méthode

  • 4 Un prénom fictif a été attribué à chaque participant·e.
  • 5 ACCESS Esprits ouverts est un programme de recherche et d’intervention pancanadien ayant pour objec (...)

7La réalisation de l’enquête de terrain s’est appuyée sur la constitution d’un groupe de parole composé de six jeunes, dont cinq assidus. Ali, Yasmine, Isabelle, Malika, Leila et Samuel4 ont été recrutés sur une base volontaire en réponse à la présentation du projet auprès des usagers de la clinique « Drop-in » du réseau ACCESS Esprits ouverts du CLSC de Parc Extension à Montréal5. Cette clinique a été implantée afin de répondre aux besoins des jeunes en termes de socialisation, mais aussi de soutien psychothérapeutique. Cet espace accueillant, ouvert à raison de deux fois par semaine, offre l’accès à des intervenants psychosociaux ; des activités informelles y sont aussi proposées, tels des jeux de société, des ateliers d’art et de cuisine, des discussions en groupe, etc. Le projet de recherche leur a été présenté dans ce contexte sous la forme d’une invitation à partager des fragments de leur histoire familiale au sein d’un espace de narration collectif se voulant bienveillant et sécuritaire. Les rencontres se sont déroulées sans que les participants ne soient poussés au dévoilement, c’est-à-dire dans le respect de leur intimité et de leurs silences. Malgré des compétences cognitives hétérogènes et des fragilités psychologiques variées, l’enquête n’a pas tenu compte des différents diagnostics psychopathologiques des participants, afin d’éviter que ceux-ci n’influencent la réception et l’interprétation de leur récit. Cependant, afin de répondre à d’éventuels besoins en termes de support psychologique, une travailleuse sociale était disponible à des fins de consultation à l’extérieur du local tout au long des rencontres. Durant les cinq rencontres en groupe (à raison d’une séance toutes les deux semaines), différents thèmes relatifs à la mémoire, à la vie quotidienne et aux dynamiques domestiques ont été abordés dans l’intention d’esquisser les grands traits de la trajectoire familiale de chacun. Aucune question n’a toutefois porté directement sur des expériences ou événements traumatiques et le thème des secrets de famille n’a pas été approché de front, afin d’éviter de brusquer les jeunes.

  • 6 Les citations présentées demeurent au plus près de la parole des sujets ; elles ont été retouchées (...)

8Il convient de préciser que l’enquête n’avait aucune visée thérapeutique, bien qu’elle puisse avoir contribué à un cheminement psychologique positif chez certains membres du groupe, en raison de la proximité qu’entretient l’approche mobilisée avec le processus psychothérapeutique groupal. Le travail narratif, le travail du cadre et le travail du groupe ont effectivement pu participer à faire de cette recherche une expérience enrichissante pour quelques participants. La signification accordée par les participants à l’endroit de leur histoire familiale a été appréhendée sans chercher à évaluer la nature ou la véracité des événements (intersubjectif ou intrapsychique), c’est-à-dire sans interroger la valeur d’objectivité de leur parole. Les refus de dévoilement, les points aveugles et les hésitations ont fait partie intégrante des résultats de la recherche, en raison de leur nature constitutive des différents récits. En somme, les échanges avec les jeunes avant et après les rencontres en groupe, l’enregistrement audio des séances, subséquemment retranscrit, de même que les expressions non verbales des participants ont composé l’ensemble du matériel de l’étude6.

9Les orientations thématiques prédominantes qui ont émergé à la suite de l’examen des propos des jeunes et sur lesquels l’analyse a pris appui sont les suivantes : 1) Dévoilement et silence ; 2) Expérience de rupture et secret ; 3) Vécu émotif et contagion affective. Ce premier découpage a mené à l’identification de trois sous-thèmes : A) Mémoires sensibles et mise en intrigue ; B) Oublis, dissimulation et idéalisation ; C) Mécanismes de défense et suintement du secret. Cette division des principaux noyaux significatifs ne fera pas l’objet d’une présentation systématique, mais sera perceptible en filigrane de l’interprétation qui suit.

10En outre, les deux registres par le biais desquels les non-dits et les secrets sont intervenus lors de des rencontres feront l’objet d’une analyse à la lumière d’extraits des récits de l’histoire familiale des enquêtés, de même que sous l’éclairage des dissimulations, voilements et déguisements enchevêtrés dans leur narration. Les craintes associées à la confidence, dont celle principalement que les autres participants jugent ou ébruitent leur parole, ont manifestement influencé la disposition des jeunes à se raconter. L’examen de la place du secret chez une participante en particulier sera à cet effet évocateur, puisque le rapport entre « le montrer » et « le cacher » s’est révélé au cœur même de la contribution de cette dernière. On verra comment, chez Isabelle, le secret transpire malgré elle, agissant à la fois comme objet protecteur et comme objet d’angoisse. Cet exemple permettra d’approcher la fonction du secret en termes de cohésion sociale, de stratégie pour échapper au jugement d’autrui et de modalité de préservation identitaire. Ces différents aspects de la fonction du secret illustreront, de surcroît, le fait que le caché ne peut être conçu en opposition à la vérité (Tisseron 2003).

Mémoire filiale et mise en récit

11Le récit des jeunes qui ont accepté de s’engager dans un travail de reconstruction d’un passé familial a été ponctué tantôt par la soif de se raconter, tantôt par l’angoisse de se révéler. À travers leur parole respective, les participants se sont situés à la frontière du dedans (de l’éprouvé) et du dehors (du dicible) et leur vécu subjectif s’est exprimé au sein d’une dynamique groupale bienveillante, malgré la manifestation, à quelques reprises, d’une concurrence pour l’espace de parole.

12Le travail de narration a certainement introduit des distorsions, des reviviscences, produit des nouvelles figurations de soi et participé à la mise en scène d’une dramaturgie personnelle, situant les narrateurs parfois comme héros, parfois comme victimes, mais avant tout comme sujets vulnérables en quête de reconnaissance par les pairs. La parole incertaine des premières « confessions » est ainsi apparue infléchie par le désir de se situer au sein du groupe, mais aussi de répondre aux « attentes » de la chercheure en offrant la « bonne » réponse et en tentant de générer un effet d’attendrissement. Malika, jeune étudiante en sciences humaines de 18 ans originaire du Bangladesh faisant montre d’une forte personnalité, s’est jointe à la rencontre inaugurale avec un léger retard. Elle note rapidement un décalage avec ses pairs et exprime son malaise à laisser libre cours à sa parole dans ce contexte : « Tout le monde parle de leurs parents comme émerveillés, je ne sais pas comment dire… Moi je me sens quand même off. Je n’ai rien d’autre à dire. » Alors que les autres participants poursuivent en partageant certains aspects positifs à propos de leurs parents, Malika n’hésite pas à se poser de nouveau en rupture avec le groupe. Questionnée sur la possibilité de s’identifier à un modèle parental, elle répond : « Moi je n’en ai pas vraiment de modèle à suivre dans la famille. Plus des erreurs à ne pas répéter, apprendre de ça. Je suis un peu perdue dans tout ça. » La mise en mots de cette posture personnelle témoigne non seulement d’un désir d’affirmation de soi, mais ouvre également la voie à une parole vraie, laquelle teintera positivement la suite des échanges.

13Invités à partager les expériences du cadre sensoriel de la maison, l’ambiance et les mises en scène de la vie quotidienne, les jeunes semblent renouer avec les traces d’une mémoire familiale par le biais de l’identification d’odeurs et de couleurs associés à la vie ordinaire.

14Isabelle, jeune femme de 18 ans en quête d’orientation professionnelle et ayant récemment quitté son foyer d’accueil, se souvient notamment de l’odeur de la cigarette et du parfum : « Ma mère fumait beaucoup. Ma mère elle sentait beaucoup le parfum et elle se maquillait beaucoup, alors je pense à ça, j’ai comme une image de ça… La couleur… chez nous, ça n’a pas toujours été rose, il y a eu beaucoup de rouge, comme de négatif, il y a eu beaucoup de rouge, même ça a été rouge foncé, il y a eu vraiment beaucoup de rouge. Il y a quelques journées où c’était rose, mais il y avait beaucoup de rouge. Rouge et rose. Comme la Saint-Valentin. »

15Malika évoque, quant à elle, spontanément la couleur grise : « Le gris comme la léthargie. Gris pour moi et rouge pour mes parents. They’re angry and I don’t know why. Les odeurs : les épices. […] Et aussi la moisissure. Ils achètent toujours trop de nourriture, ils ne sont pas capables de se contrôler quand ils vont à l’épicerie et après ils cuisinent trop et après il y a trop de choses dans le frigo et après il y a des trucs qui sont pourris et il faut les jeter parce qu’on ne peut pas les manger de toute façon. Mais on ne peut pas les jeter jusqu’à ce qu’ils soient bien moisis et ils ne veulent pas y toucher, alors c’est toujours à moi de tout vider le frigo et faire le ménage et aaah… La pourriture c’est normal de vouloir s’en éloigner. »

16Sur un ton posé et dans la suite du portrait aimant, voire idéalisé, qu’il dépeint de sa mère avec qui il partage son quotidien, Ali, jeune homme de 23 ans ayant récemment commencé des études en vue d’une technique de pharmacie, affirme : « La couleur que je vois c’est surtout le bleu. Ma mère et ma sœur, bleues comme le ciel, je les aime. Sinon, l’odeur qui me rappelle la maison c’est quand ma mère cuisine et aussi l’odeur de parfum que ma mère porte ou que mes sœurs portent. Le spray, des fois il y a un genre de spray que ma sœur utilise pour mettre du volume dans ses cheveux et des fois quand je passe devant sa chambre ça sent ça. Alors c’est ça qui me rappelle un peu la maison. Et quand c’est animé à la maison, c’est là que je me sens vraiment dans mon élément. Quand c’est terne avec personne, c’est déprimant. Quand il y a ma mère et ma sœur, il y a de l’ambiance. »

17Malgré l’atmosphère chaleureuse qu’il décrit, Ali mentionne qu’il ne partage pas de repas avec sa famille, qu’il préfère manger seul dans sa chambre : « Je m’isole souvent pour manger, pas parce qu’il y a une mauvaise ambiance à la table, c’est juste que j’ai toujours été habitué à manger seul. Quand j’étais petit, je mangeais à la table, mais naturellement je mange toujours seul dans ma chambre. »

18À l’instar d’Ali et des autres participants, Samuel, jeune homme de 24 ans d’origine vietnamienne résidant avec son père biologique, sa belle-mère et ses deux demi-sœurs et ayant l’ambition de faire de sa passion pour le dessin un gagne-pain, souligne qu’il n’a pas l’habitude de manger en famille : « Le seul temps où on mange en famille, c’est à la fête de ma grand-mère ou quelque chose comme ça. La plupart du temps, moi je vais dans la cuisine, je prends mon dîner ou mon souper et je rentre dans ma chambre. » L’absence de ce moment structurant de la vie familiale, propice au dialogue et au partage, se manifeste-t-elle comme le symptôme d’une rencontre manquée ou évitée ? Quoi qu’il en soit, si les tablées quotidiennes étaient traditionnellement révélatrices des dynamiques familiales, des normes et des pratiques ritualisées, les repas avalés devant l’écran des jeunes enquêtés semblent désormais suppléer à cette rencontre et témoigner du fait qu’« aujourd’hui, la nourriture et la télévision ont parties liées » (Muxel 1993 : 81). Le face-à-face familial laisse ainsi place à un modèle communicationnel sur le mode émetteur/récepteur à l’abri de la confrontation, mais aussi du plaisir associé au partage de la nourriture (Kaufmann 2005). Le déclin du rituel des repas en famille (Fischler 1979, Poulain 2002) n’est certainement pas étranger aux transformations des normes familiales et des cultures alimentaires (Sobal, Nelson 2003), lesquelles participent de la déstructuration d’un espace de socialisation des membres de la famille (Larose 2005, Lhuissier 2006).

19Alors que cette discussion à saveur « impressionniste » se déroule de manière relativement détendue, Isabelle tente de joindre sa voix à celle des autres, mais un blocage de la souvenance s’impose : « Moi dans le fond, mes meilleurs souvenirs… Euh, c’est quoi déjà la question ? » Je lui réitère la question, mais elle l’esquive de nouveau en évoquant la chance qu’elle avait de vivre à côté d’un restaurant de la chaîne McDonald.

20Le contact avec des sensations, des traces et des souvenirs d’enfance, que ces derniers se laissent saisir dans le proche ou le lointain, suscite la rencontre entre une mémoire de la raison, une mémoire des sens et une mémoire affective. Cette rencontre impose une conjugaison entre le présent et le passé, mais plus particulièrement la négociation avec des images qui émergent spontanément et que les narrateurs peuvent choisir de taire ou d’intégrer dans leur récit. La mémoire, suivant sa sélection, ses arrangements et son expression donne à voir « une dynamique existentielle propre, car elle met en scène l’individu dans ses choix et dans ses arbitrages personnels » (Muxel 1993 : 9). De plus, les affects que la mémoire fait surgir sont rarement univoques, ils s’enchevêtrent dans une fusion, voire une confusion d’amertume, de douceur, de nostalgie, de frustration, de lucidité, de reconnaissance, etc. et la cohabitation complexe de ces états du cœur fait en sorte que la parole se heurte parfois à l’incapacité de dire, d’articuler ses propres contradictions à travers une mise en récit d’une apparente incohérence.

21Forcément, certains individus ont une histoire établie davantage sur des liens familiaux sécurisants et satisfaisants, laissant place à une mémoire heureuse, alors que d’autres jonglent continuellement avec les legs du manque et des blessures, lesquels contribuent à une mémoire souffrante. Mais nonobstant la charge émotive associée à la mémoire familiale, celle-ci inscrit toujours le sujet dans une filiation, dans la chaîne des générations et « à travers elle, c’est l’identité d’un sujet social qui se construit » (Muxel 1993 : 15). La mise en récit d’une identité narrative suppose entre autres l’articulation du poids de l’histoire, des attaches familiales, du désir d’autonomie et c’est suivant cette grammaire que se façonne une identité singulière en constante redéfinition. Entre continuité et rupture, le sujet cherche à se construire un « soi » à l’aune d’une négociation identitaire située au carrefour de besoins d’appartenance et de différenciation. Les constructions du soi et ses différentes mises en intrigue ne sont dès lors ni fixes ni immuables, elles sont situées dans le temps et sujettes à d’incessants remaniements (Michel 2012). Entre l’héritage filial, les métamorphoses de la façon dont le sujet incorpore ce patrimoine et l’impulsion qui pousse l’individu à se réinventer se dessine une dialectique dont chacun des pôles est empreint d’une grande plasticité. C’est notamment pourquoi le sens d’un héritage mémoriel s’altère avec le temps. Cette perspective suggère d’ailleurs, par ricochet, que l’importance d’une transmission est en partie corrélative du temps où elle demeure gravée dans le corps et l’esprit de son héritier.

Histoire familiale et héritage psychique

22Interrogés sur l’histoire de leurs parents et les événements biographiques non vécus (Michel 2012), c’est-à-dire les événements ayant marqué la trame biographique de leur famille et susceptibles d’avoir affecté le sens de leur existence sans qu’ils en soient les acteurs, les jeunes se montrent plus ou moins enclins à se livrer. La question semble visiblement les prendre de court ou du moins, les confronter en les plaçant devant des souvenirs auxquels ils n’ont pas accès, des tabous, des impasses symboliques ou encore face à une mémoire sensible qu’ils ne souhaitent pas échafauder dans un contexte groupal.

23Ali n’hésite pas à affirmer : « Moi j’ai un événement marquant, mais je ne le dirai pas devant le micro. C’est très, très, très personnel. Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en vous, mais c’est que c’est trop personnel. » Le non-dit affirmé et assumé se présente ici sans tentative de déguisement.

24De son côté, Isabelle semble se trouver devant une page blanche de son histoire familiale, peut-être parce que le refoulement a participé à l’effacer ou parce qu’il s’agit d’une élaboration qu’elle cherche à éviter : « Je ne sais pas quoi dire à cette question-là [le passé de mes parents] alors je pense que je vais passer mon tour. C’est vide dans ma tête, cette question-là, je ne sais pas… » Isabelle montre des signes de fébrilité laissant suggérer que des événements qui se sont produits dans le passé se prolongent dans le présent. Placé également devant un vide généalogique, Samuel affirme : « Moi, je ne connais rien. […] Ils ne me parlent pas de ce qui s’est passé dans le passé. »

25Leila, jeune marocaine de 18 ans de nature discrète ayant récemment immigré seule à Montréal, émerge de sa réserve habituelle pour exprimer les limites de ses connaissances : « Je ne connais pas trop l’histoire de mes parents, mais ce que ma mère m’a dit c’est qu’ils s’étaient rencontrés dans leur travail et c’est tout ce qu’elle m’a dit. Et mon père il a grandi avec sa mère, son oncle, et son frère, mon grand-père était en France. Et quand les frères et les sœurs de mon père sont arrivés, ils ont émigré avec mon grand-père en France, mais mon père est resté au Maroc avec mon oncle. Et c’est tout ce que je sais. »

26Si « les enfants sont habités par l’histoire de leurs parents dans une chaîne de transmissions inconscientes » tel que le soutient de Gaulejac (1999 : 188), l’inconscient des jeunes rencontrés semble se dérober aux traces de cette histoire en exprimant les indices d’un vide généalogique. La mémoire transmise s’est-elle dissipée avec le temps ou est-elle restée emprisonnée dans des secrets et non-dits ? Dans tous les cas, l’appartenance filiale se manifeste à travers un présent coupé d’une antériorité, dissocié du lien avec les générations passées et contraint à ancrer une construction identitaire singulière, sans repères transgénérationnels clairement élaborés. Mais d’où viennent ces jeunes qui, à aucun moment, ne font mention de grands-parents ? Le silence sur leur origine témoigne d’une absence, d’une mise en oubli, d’un récit rendu opaque tel un livre dont les premières pages auraient été arrachées et qui inviterait à l’imagination d’un nouveau prologue. L’écran protecteur qu’est l’effacement ou l’oblitération d’un passé, de la voix des aïeux leur offre-t-il l’occasion d’échapper à la transmission des empreintes somatiques et psychiques d’une mémoire filiale ? L’angoisse dont chacun des participants est en apparence affecté porte à croire que cette transmission est aujourd’hui enfermée dans des lieux difficiles d’accès, échappant à la possibilité d’une élaboration symbolique, mais opérant possiblement à leur insu.

27Se démarquant une fois de plus du groupe par son assurance et sa capacité réflexive, Malika affirme connaître l’histoire de ses parents, mais cette représentation verbale partagée par sa mère est présentée comme porteuse d’une souffrance dont elle cherche à se dégager : « Moi malheureusement je le sais [le passé de mes parents] parce qu’à minuit ou quand il faut que j’aille dormir ou que j’aille à l’école ou whatever, elle [ma mère] va commencer à me raconter, surtout quand je ne suis pas disponible. Va voir une thérapeute ou quelque chose ! Je ne sais pas, elle veut tout de moi, elle veut tout puiser mon sang. Je la connais trop bien, mais ce n’est pas mon histoire à raconter. Et aussi je suis écœurée de l’entendre. »

28À travers plusieurs bribes du récit de Malika, le conflit de filiation est audible : la mémoire des événements dont elle a hérité l’attache à sa famille dans une histoire commune, une histoire qui fait « lien », mais cette même histoire, dont elle est l’héritière malgré elle, semble lourde à porter, puisqu’elle prolonge les effets du passé dans le présent. La transmission qu’évoque Malika n’est pas, ou du moins pas essentiellement, celle d’une post-mémoire, soit une mémoire transgénérationnelle inscrite en elle dépassant les limites du symbolisable, il s’agit plutôt d’une transmission intergénérationnelle en grande partie consciente et laissant place à une vulnérabilité consciemment partagée. Il n’est pas aisé de savoir précisément si Malika a acquis la souffrance de sa mère au contact de son récit, par identification à sa douleur, par un mécanisme de contagion affective ou encore par un marquage héréditaire épigénétique. Mais au-delà des différents facteurs qui ont contribué à rendre la souffrance entre ces deux êtres perméable, force est de reconnaître que le processus de répétition est à l’œuvre : « Je suis dépressive. Tu grandis et tu apprends, ce n’est pas juste que tu as les mêmes gènes que tes parents, tu apprends les mêmes comportements inconsciemment ; elle ne mangeait pas, alors moi non plus je ne mange pas. Là je me force parce que je me dis O.K. là je prends soin de moi, mais ce que je veux dire c’est que ce soit génétiquement ou à cause de ce que j’ai vécu ou en apprenant ou en la regardant. Mais en même temps, ce n’est pas juste en apprenant comment elle fait, même si elle n’était pas dépressive, en la regardant, tout ce qu’elle fait, il y a de quoi rendre quelqu’un dépressif. Alors ce n’est pas juste, je fais une déprime ou je suis triste quand je suis à la maison, c’est rendu que je suis plus sensible au stress et n’importe quoi peut faire que je vais penser à des choses pas très jolies. »

29Manifestement, Malika est au fait de certains mécanismes actifs dans la puissante chaîne de la transmission et cela entre autres parce qu’elle a amorcé un travail d’introspection dans le cadre d’une psychothérapie individuelle et qu’elle a pris une distance physique avec le foyer familial depuis déjà quelques mois. Ce recul l’amène d’ailleurs à souhaiter interrompre la répétition d’une suite d’impasses généalogiques non résolues : « Je ne veux pas faire subir, je ne veux pas possiblement faire subir ce que j’ai vécu à mes peut-être enfants, donc je préférerais ne pas en avoir. » L’évitement du caractère a priori inexorable de la transmission peut certes emprunter la voie de l’interruption de la lignée par le refus d’avoir des enfants, mais le travail réflexif de la mémoire et une prise de conscience approfondie des processus d’identification peuvent également constituer une voie d’affranchissement à l’égard d’une transmission redoutée. Lorsque la reproduction mène à une forme d’imitation régressive (Bordeleau-Payer 2017), c’est-à-dire à la répétition des traits considérés comme souffrants chez l’objet d’identification, en l’occurrence ici la mère, le sujet peut emprunter la voie d’un travail réflexif – idéalement à l’aide d’un accompagnement adéquat, afin d’esquisser de nouvelles configurations identificatoires en regard des figures parentales. Il s’agit d’une démarche certes laborieuse, mais pouvant mener à la déconstruction de l’identification réactionnelle qui avait à l’origine l’avantage de préserver le sujet à l’abri d’un clivage intérieur, notamment à travers un procès d’idéalisation. En observant comment l’imitation des comportements parentaux est indissociable de l’identification à ces modèles et comment cette identification primaire, qui avait autrefois une fonction protectrice, sert désormais une fonction reproductrice, il est possible de mieux envisager le poids de certains déterminismes familiaux (De Neuter 2014). C’est en ce sens que l’héritage psychique peut faire l’objet d’une réappropriation positive permettant d’échapper à une répétition négative. Cela dit, la transmission emprunte souvent des voies difficilement accessibles à la conscience et la tension psychique produite par la répétition articule des mécanismes complexes situés au carrefour du plaisir et du déplaisir (Freud 1920). Non seulement le caractère ambivalent de ces mécanismes les rend difficiles à appréhender, mais il contribue à faire en sorte, tel que le souligne Malika, que « l’histoire se répète » malgré la volonté du sujet.

30Parmi les formes privées de la mémoire, Anne Muxel distingue la mémoire réactive, dans laquelle le sujet cherche à se préserver des traces d’une histoire souffrante de la mémoire négociée, dans laquelle la transmission est réfléchie et réorganisée en faveur d’un aménagement identitaire (1993). Sous sa forme réactive, la mémoire cherche à se protéger sous le couvert du détachement plutôt que de l’attachement. Malika sait que le mal-être de sa mère est imprégné dans son âme et sa chair, c’est pourquoi elle souhaite se réinventer dans un ailleurs, prendre une distance libératrice. Cependant, elle sait aussi que cette ressemblance les unit, qu’elle la « comprend comme personne d’autre ». C’est en raison de l’incarnation de cet enchevêtrement dans une posture ambivalente que la saisie des rouages de son histoire familiale et de sa construction identitaire peut favoriser une meilleure compréhension de comment le sujet est fabriqué par un héritage filial, de façon à mieux orienter ce qu’il souhaite faire de ce leg (Gaulejac et al. 2012).

31Visiblement dérangée par certaines confidences des membres du groupe, Isabelle montre des signes d’agacement. Dès l’instant où l’espace de parole s’ouvre, elle s’empresse d’affirmer qu’elle est impatiente de boucler cette discussion. Accompagnés de gestes nerveux, ses propos suggèrent qu’elle souhaite laisser au passé ce qui lui revient et se tourner vers l’avenir : « C’est quoi ta dernière question ? Je suis un peu fatiguée. Je veux juste être sûre qu’on termine ce chapitre-là comme on dit. […] J’ai hâte qu’on tourne la page, je ne veux pas qu’on soit encore là-dessus l’autre semaine. C’est quand même des questions qui ouvrent des grosses portes et des grosses discussions. C’est correct aussi. C’est juste qu’il faut qu’on avance aussi. C’est ça. »

Secrets et non-dits au prisme du lien social

32Préalablement au début du cycle des rencontres en groupe, soit au moment du recrutement des participants, Isabelle se montre très enthousiaste à l’idée de se joindre à la recherche ; elle me fait part d’un grand intérêt à s’engager dans le projet. Toutefois, au moment de la signature du formulaire de consentement, elle s’agite lorsque je l’informe que les discussions feront l’objet d’un enregistrement audio. Elle me dit alors qu’elle n’est plus certaine de vouloir participer à l’étude et qu’elle doit prendre un moment pour réfléchir. Quelques jours plus tard, elle me confirme qu’elle est encline à s’aventurer, mais soutient sur un ton impératif que si un membre du groupe ébruite les confidences, il faudra l’expulser. Ce à quoi je réponds en affirmant que c’est moi qui jugerai des conséquences. Elle reviendra néanmoins régulièrement sur l’importance de la confidentialité au sein du groupe. De toute évidence, Isabelle cherche d’ores et déjà à contrôler les paramètres de la discussion et sa peur « d’être révélée » à son insu agit comme objet d’angoisse. À ce sujet, Serge Tisseron souligne dans son ouvrage Les secrets de familles que la mise en place d’un secret « ce n’est pas seulement décider qu’un savoir est interdit de transmission. C’est aussi mettre en place des règles destinées à obliger les autres à respecter cet interdit. » (2019 : 63.) Cette conception révèle d’ailleurs la distance qu’entretient le secret avec le simple non-dit : bien qu’il se présente généralement sous le couvert de ce dernier, le secret s’en distingue par sa teneur spécifique, à savoir son interdiction d’énonciation abritant généralement une faute. L’injonction au silence apparaît ainsi comme un moyen de protection de la honte associée à la faute commise (Ackerman 1958).

33Ainsi, avant même l’amorce de la mise en récit de son histoire familiale, Isabelle cherche à ériger les règles de protection de son dévoilement. Ce préambule m’invite forcément à présumer qu’elle héberge un secret dont elle souhaite sécuriser le contenu. En fait, Isabelle me donne l’impression qu’elle a déjà fait l’expérience d’un dévoilement qui a été lourd de conséquences et qu’elle cherche à éviter de retomber dans le piège de la révélation compromettante, voire fautive. Ses différentes interventions au sein du groupe me conduisent ensuite à poursuivre dans cette veine interprétative, puisque les manifestations de sa peur ne ressemblent en rien à celles qui se présentent chez un individu cherchant à contenir l’émergence d’affects pouvant mener à un débordement ou à un effondrement. La peur d’Isabelle semble davantage héberger la crainte de trop dire, soit de ne pas arriver à (se) contenir. En effet, à maintes reprises, Isabelle choisit de se laisser aller à la confidence plutôt que de maintenir la discrétion ; elle décrit des scènes familiales difficiles où sa mère est sous l’effet d’une consommation abusive de drogues, elle mentionne le tempérament colérique de son père, elle raconte des anecdotes de vie quotidienne où sa mère n’est clairement pas en état de prendre soin d’elle, elle relate des nuits teintées par la présence de vendeurs de drogues chez elle et enfin, elle partage la chute fatidique de sa mère : « Ma mère elle prenait beaucoup de médicaments alors des fois elle appelait à la pharmacie et là elle inventait une histoire genre là je m’en vais en camping, là je m’en vais en voyage, mais non c’était juste pour avoir sa médication… Et en plus, le médecin lui avait dit : “Madame, si vous prenez trop de médicament vous risquez de mourir” et ma mère elle me l’avait dit et c’est ce qui est arrivé. Ça je vais toujours m’en rappeler, écoute… Ça a été un événement marquant. Je voyais ma mère consommer et j’étais comme Oh my god, maman ! » Au moment du décès de sa mère, Isabelle a déjà quitté le foyer familial. Sur les circonstances de son placement en foyer d’accueil, nous ne saurons rien ; Isabelle ne s'autorise pas à raconter. Les raisons de ce récit empêché ne peuvent être ici que spéculées. Mais certaines allusions portent à croire que des révélations passées l’ont arrachée à sa mère et que la culpabilité d’avoir (trop) parlé la taraude toujours.

34À partir de la quatrième séance en groupe et ce, malgré une confirmation de sa présence la veille, Isabelle m’annonce qu’elle se retire des discussions. Elle me confie que ce travail de mise en mots est trop difficile pour elle. Son retrait impromptu se manifeste comme le surgissement d’un mécanisme de résistance devant la peur que le secret transpire et qu’il ne s’échappe. Je déduis, peut-être à tort, que la peur constante de trop se révéler, ainsi que les répercussions potentielles de ses confessions, notamment en termes de reviviscence d’une culpabilité, auront eu raison de sa participation à cette recherche.

35Si le secret se définit tel que le soutient Petitat en termes de « soustraction d’information dans l’interaction » (1998 : 9) et que « ce qui n’est pas dit avec des mots l’est toujours autrement, à travers des gestes, des attitudes, des mimiques » (Tisseron 2019 : 4), le récit d’Isabelle tant dans son prélude à la recherche, sa mise en intrigue que dans sa conclusion escamotée apparaît comme une stratégie de négociation avec son passé lui permettant de préserver un vécu familial à l’abri du jugement d’autrui et d’une auto-condamnation culpabilisante. Par ce jeu de voilement/dévoilement, elle préserve une représentation de son histoire comme elle préserve une représentation du lien viscéral qui l’unit à sa mère à tout jamais : « Moi, mon modèle à suivre c’est ma mère […] c’est mon coup de cœur, c’est mon trésor, c’est ma pierre précieuse, c’est mon porte-bonheur, c’est ma chance. »

36Dans son essai sur le secret, Simmel (1999) définit le secret comme une « limitation de la connaissance réciproque » et montre comment celui-ci est nécessaire à la vie en société. Si la forme du secret n’intervenait pas dans la vie sociale, les interactions interpersonnelles seraient privées de leur dialectique constitutive, puisque ces dernières sont indissociables de la capacité à s’ouvrir et à se fermer à autrui. Autant il est fondamental d’échapper à une forme d’isolement intérieur en se livrant aux autres, autant il est essentiel de préserver une part d’intimité, notamment à des fins protectrices. Le secret agit ainsi comme un espace de liberté : une forme sociale permettant de cultiver une relation sincère à soi, à l’abri du regard de l’autre et d’un potentiel jugement intrusif.

37Dans le cas d’Isabelle, le secret apparaît comme une modalité de contrôle de la représentation par manque de confiance en la réalité, de sorte qu’il fait office de protection contre une menace d’anéantissement identitaire. En enterrant le secret avec le passé, la réalité s’offre de manière plus viable. Le voilement de fragments de son histoire se présente en outre comme une voie de préservation d’une image de soi avec laquelle Isabelle arrive à bien conjuguer, notamment au sein du groupe. Cela lui permet d’éviter de faire usage du mensonge, en s’engageant dans une reconnaissance mutuelle au moyen d’un dialogue vrai, mais soucieux de ses propres limites – à s’exposer.

38En ce qui a trait aux secrets de famille en particulier, leur transmission involontaire a quelquefois des effets délétères sur les héritiers, mais le silence qui les accompagne a généralement comme dessein de protéger les proches et l’équilibre familial. L’intention manque parfois sa cible et il y a des secrets de famille que les descendants gagneraient à connaître afin de dénouer leur suintement. Car bien que le secret se présente sous la forme d’un non-dit faisant l’objet d’un voilement volontaire, il s’articule néanmoins dans un rapport dialectique avec le montrer, en ce sens qu’il révèle à son corps défendant des indices de ce qu’il s’attache à dissimuler. En d’autres termes, le secret montre généralement une part de ce qu’il cache. Cela dit, être assujetti au secret et choisir volontairement de soustraire certaines informations ne supposent pas les mêmes dispositions : les non-dits subis (la parole interdite) peuvent générer des conflits intérieurs que les non-dits choisis (le sujet ne veut pas dire) peuvent parfois permettre d’éviter !

39Quant aux secrets qui parsèment nos interactions quotidiennes, tant dans la sphère intime que publique, leur disparition serait une réelle menace aux identités individuelles, à l’harmonie et à l’ordre social. À l’ère de la confidence et de la révélation de soi frôlant l’exhibitionnisme, sans doute serait-il judicieux de repenser la pertinence du secret et des non-dits comme facteur de cohésion sociale, afin de réinscrire les limites du dicible dans l’ordre des interactions sociales respectueuses et discrètes. De fait, si le secret et les non-dits ne s’opposent pas à la vérité, force est d’admettre, comme l’affirme le proverbe, que toute vérité n’est pas bonne à dire. Au-delà des interdits et des tabous, la dissimulation est un refuge nécessaire et constitue en ce sens une voie de préservation de soi, de même que de l’autre.

Conclusion

40La dialectique du secret éclaire comment la contradiction est intrinsèque au lien social, c’est-à-dire comment pour s’ouvrir authentiquement à autrui, il faut savoir préserver une part de soi voilée. Ce paradoxe se présente de manière similaire dans la construction identitaire, puisque pour se construire dans sa différence, il faut s’appuyer sur une recherche de ressemblance. Cette dialectique se révèle également dans le lien filial souffrant et ambivalent à l’aune d’une recherche d’attachement et de détachement : dans ces deux pôles, le lien semble investi d’un même désir, celui d’une reconnaissance sociale. Malika expose clairement cette contradiction intérieure lorsqu’elle mentionne sa culpabilité d’abandonner ses parents, son désir de leur demeurer loyale, mais aussi sa soif de se libérer de ces liens souffrants : « Je prenais soin d’eux et là, à chaque fois que je retourne à la maison, comme là ce soir, le frigo va être rempli de pourriture ou il va n’y avoir absolument rien de cuisiné. Ça va être le bordel et I feel mentally tired. Et en même temps justement, je suis partie de la maison donc je n’ai pas besoin de faire le ménage, mais on dirait que dans ma tête c’est coincé, que je dois le faire. Et aussi dans un sens de loyauté comme si oui maintenant je n’ai pas nécessairement beaucoup d’argent, je n’ai pas les moyens, mais si plus tard j’ai un meilleur income, je vais acheter des trucs plus chers pour montrer à ma mère que je suis là. […] Je ne veux pas couper les liens. J’ai peur sinon qu’ils pensent que je ne les aime plus, que je ne veux plus les voir ou peut-être qu’eux ils m’abandonnent. En même temps, oui move on, je ne suis plus là, mais aussi oubliez-moi pas complètement. I want them to be well and happy, but also a little bit sad. »

41Bien que le récit de tout un chacun ne soit jamais le miroir de la réalité, puisqu’il suppose une sélection de faits et d’événements, des dissimulations et des remaniements de sens, il demeure néanmoins une manière d’accéder à une forme de cohérence identitaire permettant d’articuler ses propres paradoxes, ses zones d’ombre et de lumière. Parfois le sujet n’a d’autre choix que de transformer la réalité en se créant des secrets et des non-dits à lui-même (refoulement, dénégation), car sans ces déguisements et altérations, la réalité lui paraît insoutenable (Petitat 1998). D’autres fois, c’est au regard de l’autre que le sujet doit se dérober, tantôt pour préserver la cohésion sociale, tantôt pour échapper à la honte.

42Le récit des jeunes rencontrés ne permet certes pas d’élucider le vecteur sur lequel fonctionne la transmission filiale des secrets et non-dits, mais la parole élaborée par les enquêtés a permis d’aller à leur rencontre et d’entendre leur souffrance dans le jeu de voilement/dévoilement à l’œuvre dans leur construction narrative. Certaines pistes interprétatives ont été suggérées et elles ont permis de mettre en lumière comment les jeunes cherchent avant tout à développer des stratégies visant à se préserver sur le plan identitaire à travers une quête de négociation avec leur héritage filial. La suite de cette entreprise d’appréhension de la complexité de la configuration psychique à l’aune de son enracinement inter et transgénérationnelle réside assurément dans l’approfondissement d’un dialogue pluridisciplinaire permettant au récit de soi de trouver l’espace d’une écoute attentive dans le respect de ses dissimulations. Explorer « la part de social en nous » et parvenir à une meilleure compréhension du phénomène de la transmission filiale suppose ainsi d’aller à la rencontre de l’autre en écoutant autant les narrations empêchées et refusées que les différents arbitrages personnels exprimés dans une quête de sens. La « limitation de la connaissance réciproque » ne doit pas être abordée comme un silence à percer, mais plutôt comme l’expression de la tension entre le dedans et le dehors constitutive de l’identité individuelle.

Haut de page

Bibliographie

Abraham N., Torok, M. (1978), L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion.

Ackerman N. (1958), The psychodynamics of family life, New York, Basic Books.

Bordeleau-Payer M.-L. (2017), Le concept d’imitation en sociologie : de la reproduction à la création du sujet social, thèse de doctorat en sociologie, Université du Québec à Montréal.

Dechaux J.-H. (1997), Le souvenir des morts, Paris, Presses universitaires de France.

De Neuter P. (2014), « La transmission transgénérationnelle », Cahiers de psychologie clinique, 43, p. 43-58.

Fischler C. (1979), « Gastro-nomie et gastro-anomie. Sagesse du corps et crise bioculturelle de l’alimentation moderne », Communications, 31, p. 189-210.

Freud S. ([1920] 2014), Au-delà du principe de plaisir, Paris, Points.

Gaulejac V. de. (1999), L’histoire en héritage. Roman familial et trajectoire sociale, Paris, Desclée de Brouwer.

Gaulejac V. de, Hanique F., Roche P. (dir.) (2012), La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Toulouse, Érès.

Hirsch M. (2012), The Generation of Postmemory. Writing and Visual Culture After the Holocaust, New York, Columbia University Press.

Kaufmann J.-C. (2005), Casseroles, amour et crises. Ce que cuisiner veut dire, Paris, Armand Colin.

Larose M. (2005), « Quand l’alimentation fait le grand écart », Bioclips, 8, 4, p. 1-11.

Lemieux D. (1995), Souvenirs d’enfance, mémoires familiales et identité, in Langlois S. et Martin Y. (dir.), L’horizon de la culture. Hommage à Fernand Dumont, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 239-252.

Lemieux D., Gagnon É. (2007), « Introduction. La famille pour mémoire », Enfances, familles, générations, 7, p. i-xiv, <https://www.erudit.org/en/journals/efg/2007-n7-efg2110/017782ar/>.

Lhuissier A. (2006), « Pauvreté, monoparentalité et alimentation », Cahiers de nutrition et de diététique, 41, 2, p. 104-110.

Michel J. (2012), Sociologie du soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Muxel A. (1993), Individu et mémoire familiale, Paris, Hachette.

Petitat A. (1998), Secret et formes sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Poulain J.-P. (2002), Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques, Paris, Privat.

Rousseau C., Measham T. (2007), Posttraumatic suffering as a source of transformation, in Kirmayer L. J., Lemelson R. et Barad A. (dir.), Understanding trauma: Integrating biological, clinical and cultural perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, p. 275-295.

Séraphin G. (2011), « Introduction. Lien intergénérationnel et transmissions », Recherches familiales, 8, 1, p. 3-6.

Simmel G. ([1908] 1999), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

Sobal J., Nelson M. (2003), “Commensal Eating Patterns: A Community Study”, Appetite, 41, p. 181-190.

Tarde G. ([1890] 1907), Les lois de l’imitation, Paris, Félix Alcan Éditeur.

Tisseron S. (2002), « La mémoire familiale et sa transmission à l’épreuve des traumatismes », Champ psychosomatique, 1, 25, p. 13-24.

Tisseron S. (2003), La transmission à l’épreuve des secrets et des images, in Ain J. (dir.), Transmission. Liens et filiations, secrets et répétitions, Toulouse, Éditions Érès, p. 123-139.

Tisseron S. (2019), Les secrets de famille, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Les multiples formes de mémoire sont communément regroupées sous deux grandes catégories. La première, transmise par le groupe, est socialement constituée et porteuse de codes et normes, alors que la seconde est personnelle et tournée vers l’intériorité du sujet (Muxel 1993, Lemieux 1995, Tisseron 2002).

2 Je précise que l’étude a répondu à toutes les exigences éthiques normalement imposées aux recherches portant sur des sujets humains. Je remercie sincèrement Cécile Rousseau et Emmanuelle Bolduc d’avoir favorisé la réalisation de cette recherche.

3 La violence attachée à l’injonction thérapeutique de se révéler n’est reconnue que depuis récemment. Des études ont montré que la réminiscence attachée à la mise en récit de blessures psychiques importantes comporte des risques, tel que l’accentuation des symptômes psychiques (Rousseau, Measham 2007).

4 Un prénom fictif a été attribué à chaque participant·e.

5 ACCESS Esprits ouverts est un programme de recherche et d’intervention pancanadien ayant pour objectif d’améliorer les soins en santé mentale pour les jeunes. Pour plus d’information sur cette initiative, voir le site <https://accessopenminds.ca/fr/>.

6 Les citations présentées demeurent au plus près de la parole des sujets ; elles ont été retouchées uniquement lorsqu’une erreur syntaxique ou grammaticale nuisait à la bonne compréhension du propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laurence Bordeleau-Payer, « La transmission filiale au prisme des secrets et des non-dits »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 106-115.

Référence électronique

Marie-Laurence Bordeleau-Payer, « La transmission filiale au prisme des secrets et des non-dits »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7497 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7497

Haut de page

Auteur

Marie-Laurence Bordeleau-Payer

Institut universitaire Sherpa (Montréal, Québec)
marie.bordeleau[at]videotron.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search