Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Hommage à Martine SegalenEn mémoire de Martine Segalen

Hommage à Martine Segalen

En mémoire de Martine Segalen

Du bon usage de la parenté
Nicoletta Diasio
p. 130-133

Texte intégral

1Le 23 juin 2021, Martine Segalen nous a quittés et c’est avec profonde tristesse que nous rédigeons cet hommage à une grande figure de l’anthropologie française et européenne. Arrivée tardivement à l’ethnologie après une formation en sciences politiques, Martine Segalen s’engage dans une thèse de troisième cycle sous la direction d’Alain Girard à l’INED sur le choix du conjoint dans une commune de l’Eure en Normandie (1972). En 1968, elle rejoint le Musée des Arts et Traditions populaires grâce à Georges Henri Rivière : le terrain et le musée vont devenir les deux pôles de sa vie professionnelle, l’un enrichissant l’autre. Chercheure au CNRS de 1971 à 1996, directrice du Centre d’éthnologie française de 1986 à 1996, puis professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre, dont elle dirigera le département de sociologie, elle a participé non seulement au développement d’une ethnologie de la France (Cuisenier, Segalen 1986), mais aussi à un dialogue fécond entre disciplines, et notamment entre l’ethnologie, la sociologie et l’histoire.

Martine Segalen. Photographie de Barbara Moors. Nous remercions la revue Ethnologie française pour la mise à disposition de la photographie à titre grâcieux.

2Martine Segalen a travaillé sur les modèles de parenté en France à une époque où ce domaine était le champ par excellence de l’ethnologie de l’ailleurs. Elle en a exploré les transformations sur plusieurs générations, tant dans le monde rural, que dans les sociétés urbaines. Son livre Sociologie de la famille (1981), plusieurs fois édité, a formé d’entières générations d’étudiants à l’étude de la parenté contemporaine.

3Par la famille, elle a interrogé l’avènement de ce qu’on appelle la modernité historique et sociologique, en mettant en question l’image d’une « tradition » figée, tout en montrant à quel point « les sociétés européennes ont connu en trois générations des mutations fantastiques dont il faut tenir compte » (Lavanchy, Von Kaenel-Mounoud 2002 : 11). « On oublie trop souvent que l’organisation sociale et culturelle paysanne est très variée ; que tradition n’est pas synonyme d’immobilisme ; qu’il existe aussi des traditions ouvrières et bourgeoises » (Segalen 1981 : 15). Ainsi, dans Mari et femme dans la société paysanne, elle sape l’opposition qui a longtemps dominé entre l’image d’une famille urbaine, nucléaire et celle de la famille rurale ouverte et élargie. Documents d’archives, plans des maisons, aménagements de l’espace domestique, généalogies, reconstruction des cycles de vie du couple rendent compte de la variété des types et des structures des ménages et de leur transformation dans le temps. Elle pointe également la discontinuité entre l’accent porté sur l’autorité du mari et les conduites qui, en revanche, reconnaissent la fonction productrice de la femme en milieu rural et valorisent la complémentarité des conjoints « dont les rôles sont solidaires et étroitement imbriqués » (1980 : 167). Empreint de la civilisation bourgeoise du xixe siècle qui privilégie la hiérarchie masculin/féminin, le discours des folkloristes qui ont collecté les matériaux, confond le niveau des pratiques et celui des représentations en cherchant (et en trouvant) dans la culture paysanne cette subordination de l’épouse et la hiérarchisation de rôles et de statuts qui sont propres à leur monde social.

4Ses longs séjours en terrain bigouden, dans l’extrême ouest de la France, son ethnographie longue et minutieuse l’amènent à décrire, par la parenté, « le passage d’une société fondée exclusivement sur l’agriculture à une société qui se diversifie, joue les rapports nouveaux entre le rural et l’urbain » (1985 : 7). Quinze générations de Bas-Bretons, sa thèse d’État soutenue en 1984 sous la direction de Jean Cuisenier, est le résultat exemplaire d’une démarche où l’ethnologie, l’histoire et la démographie s’allient « pour habiller de leur chair sociale, les squelettes des généalogies » (1985 : 9). La parenté s’accommode des transformations des bourgs, du système agricole, elle évolue avec l’essor économique et l’augmentation du niveau de vie. Le renchaînement d’alliance se révèle comme la régularité matrimoniale propre au pays bigouden sud, en lien avec un système d’héritage égalitaire, une forte mobilité des groupes domestiques, l’existence de réseaux souples bilatéraux, mais aussi une « manifestation purement symbolique qui marque le goût de rester entre soi » (ibid. : 160). Cette approche est significative de toute une manière d’étudier la famille où la dimension économique et sociale n’est jamais dénouée du langage des affects, de leur puissance, de leur violence parfois, dont témoignent au fil du texte les échanges entre l’ethnologue et ses interlocuteurs et interlocutrices.

  • 2 Une autre de ses contributions a été l’exploration patiente des rites urbains et contemporains (199 (...)

5Le lien entre transformations de la famille et transformations économiques, politiques et sociales constitue aussi le fil rouge du travail sur les Nanterriens de 1990. Le titre montre déjà qu’il ne s’agit pas de lire un espace urbain, mais la manière dont il est construit, circonscrit, imaginé par les familles et les personnes qui y habitent. Les cycles de la vie familiale, les rites ouvriers et bourgeois (les pages sur le rite féminin et ouvrier de la rosière resteront comme parmi les plus belles écrites sur les rites urbains)2, les mémoires partagées, les mutations dans la segmentation sociale, les vagues migratoires qui reconfigurent les interactions et le rapport à l’espace sont saisis dans un temps long qui va du début du xixe à la fin du xxe siècle. Encore un « bon usage de la parenté » (Segalen 1985 : 329), qui permet de lire les articulations multiples entre espace et identité.

6Dans les Nanterriens elle dégage déjà la place centrale que prennent les enfants dans la société, question qu’elle examine de manière plus étendue vingt ans plus tard dans son analyse historique des rapports de l’enfant avec la famille et l’État (2010). Les différentes figures de l’enfant – l’enfant pour le lignage, l’enfant pour la nation, l’enfant pour papa et maman, l’enfant sujet de droits – sont analysées avec l’usuelle capacité de combiner précision historique et vision d’ensemble. À l’autre bout de la structure générationnelle, ce sera la place renouvelée des grands-parents et arrière-grands-parents dans la société française contemporaine qu’elle explore avec Claudine Attias-Donfut (1998). La co-longévité des générations, le système de protection sociale et des politiques publiques d’accompagnement de la vieillesse, l’instabilité des alliances renforcent les liens intergénérationnels, les colorent d’une trame affective particulière ourdie au travail de mémoire (Attias-Donfut, Lapierre et Segalen 2002).

7Il est difficile en quelques lignes de restituer la richesse de ces contributions, mais cette manière de tenir ensemble conditions structurelles et jeu des sentiments, histoire sociale et histoire des individus nous semble la tonalité propre de Martine Segalen dans l’étude de la parenté : un hommage diversement décliné à la densité des relations familiales et à leur capacité de faire face, en s’adaptant, aux mutations sociohistoriques.

8Une autre déclinaison de cette interrogation sur la modernité passe par l’étude des objets et de leurs usages. Ainsi, Amours et mariages de l’ancienne France (1981) analyse le cadre matériel et rituel des émotions et des sentiments amoureux. Contrairement aux idées reçues, dans la société paysanne le mariage n’est pas que contrainte et « l’amour, qui n’y est ni moins tendre, ni mois sensible, assure une fonction sociale très importante en amorçant le processus de constitution du couple » (p. 64). En témoignent « ces objets, humbles ou somptueux, décorés de cœurs et porteurs d’inscriptions amoureuses » (p. 11) dont sont emplies les vitrines des musées d’art populaire, les cartes postales, les chansons. Des rites de mariage s’organisent autour du soulier, de la jarretière, de la cuiller en bois, du pot de chambre, pour rappeler « ce que la communauté attend des époux et de l’institution matrimoniale » (p. 160).

9L’expérience muséographique, l’attention aux détails de la culture matérielle amènent Martine Segalen à réfléchir au statut des objets dans la recherche et dans les pratiques de consommation. Engagée dans la Mission du patrimoine, elle consacre un livre passionné (2005) à l’histoire du musée national des Arts et Traditions populaires, dont elle a contribué à enrichir les collections et pour lequel elle participe à constituer des galeries et des expositions. Mais le patrimoine n’est pas un monde clos, enfermé sur lui-même. Les objets parlent : ils racontent la constitution d’une intimité domestique et d’une identité sociale (Le Wita, Segalen 1993), tout comme la rencontre entre production sérielle et appropriation par les usages, explorée avec Christian Bromberg dans un numéro d’Ethnologie française « Culture marchande et modernité » de 1996, qui met finement en exergue la diversité des approches françaises et anglo-saxonnes.

10Une troisième dimension du parcours scientifique de Martine Segalen que nous souhaitons rappeler est son activité de valorisation du savoir anthropologique, et notamment d’une ethnologie de l’Europe (1997). Même si l’expression est galvaudée, elle a été passeuse de savoirs et, toujours curieuse de ce que font « les autres », ouverte à toute connaissance permettant d’accroître une culture scientifique déjà impressionnante, elle a multiplié les occasions de faire connaître les contextes institutionnels et scientifiques de différentes anthropologies. Directrice de la revue Ethnologie française de 2006 à 2017, elle a continué la pratique initiée avec Jean Cuisenier de dédier un numéro par an à l’ethnologie d’un pays européen : à ses thèmes, à ses terrains, à ses méthodes et à ses épistémologies propres. Face à la liste de ses travaux, le lecteur ou la lectrice est frappé par le nombre et la diversité de ses collaborations. Nous ne rappellerons pas ici tous les auteurs avec qui elle a publié, nous risquerions d’en oublier et certains d’entre eux sont présents en bibliographie. Seule exception, Marianne Gullestad avec qui elle a exploré la diversité des familles européennes à travers les formes de sociabilité, de soutien et de transmission (1995). Sa volonté de transmettre et faire circuler des connaissances était servie par une langue limpide, par le refus des jargons et des formules à la mode. Pour moi qui venais d’une autre tradition linguistique, l’écriture de Martine Segalen portait la trace de la « clarté française », de cette langue cristalline qui se prête si bien à être aimée et appropriée par des locuteurs étrangers.

11« C’est à chaque fois une question d’équilibre », affirmera-t-elle au sujet de la distance ethnographique lors d’un entretien qu’elle a donné pour la revue ethnographiques.org (Lavanchy, Von Kaenel-Mounoud 2002 : 6). Que ce soit dans l’agencement des données, dans la manière de combiner différentes approches, dans la passion qu’elle a mis dans ses sujets de recherche – pensons à la course à pied sur laquelle elle a écrit un ouvrage remarquable (1994) – dans le regard lucide et subtil qu’elle a porté sur des pans de l’expérience personnelle, comme la maladie de son conjoint (Segalen 2018), il y a toujours un sens des proportions, un « bon usage », un juste rapport entre les choses.

12Le texte reproduit dans les pages qui suivent nous semble emblématique de cet équilibre et des nombreux apports de Martine Segalen à l’ethnologie : un thème, celui de la relation entre aînés et cadets dans la fratrie, peu exploré dans la sociologie de la famille et dans l’ethnologie de l’Europe ; la diversité des approches convoquées ; la comparaison ; l’accent porté sur les mutations sociales ; « le dynamisme d’un personnage [le cadet] qui, surtout s’il est insoumis aux lois qui l’accablent, secoue le système au risque de le faire voler en éclats. Ce faisant il permet de réintroduire la part et le rôle de l’individu dans la dynamique des groupes sociaux » (Segalen, Ravis-Giordani 1994 : 19). L’ambiguïté et la complexité du thème du cadet, « riche révélateur des relations sociales […] qui fait voler en éclats nos paradigmes classificatoires (égalitaire/inégalitaire), comme les paradigmes géographiques (sociétés alpines/méditerranéennes) » (ibid.) requièrent à la fois précision historique, ancrage dans le terrain ethnographique et vision d’ensemble.

13Écrire cet hommage à Martine Segalen n’a pas été chose aisée, tiraillée comme je l’ai été entre le souvenir de son exigence et le bonheur de me replonger dans ses travaux. Elle nous avait fait l’honneur en 2018 d’intégrer le comité scientifique de la Revue des Sciences Sociales. Sa présence lucide, son énergie, sa posture d’anthropologue résolument ouverte aux autres disciplines, son écriture élégante, sa fidélité à soi-même et aux compagnons de travail, sa manière d’accompagner les auteurs où la générosité ne cède en rien à la rigueur nous manquent déjà.

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C., Segalen M. (1998), Grands-parents : la famille à travers les générations, Paris, Odile Jacob.

Attias-Donfut C., Lapierre N., Segalen M. (2002), Le nouvel esprit de famille, Paris, Odile Jacob.

Cuisenier J., Segalen M. (1986), Ethnologie de la France, Paris, PUF.

Gullestad M., Segalen M. (1995), La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, La Découverte.

Lavanchy A., Von Kaenel-Mounoud C. (2002), « Entretien avec Martine Segalen », ethnographiques.org 1, <https://www.ethnographiques.org/2002/Segalen-Lavanchy-Von-Kaenel-Mounoud>, consulté le 15/09/2021.

Le Wita B., Segalen M. (dir.) (1993), Chez soi : objets et décors, des créations familiales ?, Paris, Autrement.

Segalen M. (2018), « Privation de vieillesse », Ethnologie française, 48, 3, p. 527-530, <https://doi.org/10.3917/ethn.183.0527>.

Segalen M. (2010), À qui appartiennent les enfants ?, Paris, Tallendier.

Segalen M. (2005), Vie d’un musée. 1937-2005, Paris, Stock.

Segalen M. (1998), Rites et rituels contemporains, Paris, Nathan.

Segalen M. (1997) (dir.) Quelles ethnologies ? France Europe 1971-1997, Ethnologie française, 27, 3.

Segalen M. (1994), Les enfants d’Achille et de Nike. Éloge de la course à pied ordinaire, Paris, Métailié.

Segalen M. (avec l’assistance de Françoise Bekus) (1990), Nanterriens. Les familles dans la ville. Une ethnologie de l’identité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Segalen M. (1985), Quinze générations de Bas-Bretons, Paris, PUF.

Segalen M. (1981), (avec la collaboration de Josselyne Chamarat), Amours et mariages de l’ancienne France, Paris, Berger-Levrault.

Segalen M. (1981), Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin.

Segalen M. (1980), Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion.

Segalen M. (1972), Nuptialité et alliance. Le choix du conjoint dans une commune de l’Eure, Paris, Maisonneuve.

Segalen M., Bromberger Ch. (1996), « L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », Ethnologie française, 26, 1, p. 5-16.

Segalen M., Ravis-Giordani G. (dir.) (1994), Les cadets, Paris, CNRS éditions.

Haut de page

Notes

2 Une autre de ses contributions a été l’exploration patiente des rites urbains et contemporains (1998).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Martine Segalen. Photographie de Barbara Moors. Nous remercions la revue Ethnologie française pour la mise à disposition de la photographie à titre grâcieux.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/7610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicoletta Diasio, « En mémoire de Martine Segalen »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 130-133.

Référence électronique

Nicoletta Diasio, « En mémoire de Martine Segalen »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7610

Haut de page

Auteur

Nicoletta Diasio

Université de Strasbourg
UMR 7367 Dynamiques européennes
Institut Universitaire de France
nicoletta.diasio[at]misha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search