Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Hommage à Martine SegalenLa notion d’avantage dans les soc...

Hommage à Martine Segalen

La notion d’avantage dans les sociétés égalitaires

Martine Segalen†
p. 134-141

Notes de la rédaction

Extrait de Les cadets, sous la direction de Georges Ravis-Giordani et Martine Segalen, 1994, Paris, © CNRS ÉDITIONS, p. 195-208. Nous remercions chaleureusement les éditions CNRS et la collection CNRS Ethnologie de nous avoir permis de reproduire ce chapitre à titre gracieux.

Texte intégral

La distinction aîné/cadet, matrice des relations sociales dans les sociétés paysannes

1Les modèles de dévolution des biens qui organisent les sociétés rurales sont autant de matrices des relations sociales. La famille est généralement un lieu de dissensions, de tensions entre générations et germains ; les forces de fission sont mises en œuvre dans le cadre le plus étroit du groupe domestique. Dans l’opposition classiquement construite entre sociétés préciputaires et sociétés égalitaires, on peut faire l’hypothèse que, dans les premières, les tensions au sein de la famille s’exerceront plutôt verticalement, entre parents et enfants, se cristallisant autour de la mort du père et du moment de la dévolution de la succession. Quand donc le père mourra-t-il pour laisser son fils accéder au rang de chef de ménage, au statut d’adulte ?

2Dans les sociétés égalitaires, les tensions familiales seraient plutôt de nature horizontale. Les frères et sœurs ont droit à leur part, c’est la norme. Et cependant, rien ne peut empêcher qu’il y ait des premiers- et des derniers-nés. L’ordre de naissance porte en germe l’inégalité de traitement, mais celle-ci peut être atténuée par le choix du moment de la dévolution des biens. Si le transfert du patrimoine entre générations intervient tôt dans le cycle de vie familiale, la compétition entre germains s’en trouvera exacerbée du fait que les aînés seuls ont pu s’installer dans la vie ; si, en revanche, cette dévolution intervient tard, post mortem, chacun des enfants aura pu poursuivre son cheminement propre.

3Plus généralement, le système dit égalitaire est caractérisé par sa souplesse car il laisse place à un grand nombre de stratégies. Les parents peuvent, dans certains cas, recréer une forme d’avantage. À la limite, l’héritage sautera même une génération. Dès lors, et même s’il n’y a pas de distinction entre aînés et cadets dans la norme ou la pratique, il n’y en a pas moins tension entre les germains, ou plutôt, comme les femmes héritent mais ne sont jamais chefs de ménage, entre frères et beaux-frères (Sabean 1984). La fratrie est à la fois juge et partie du respect de l’indistinction aîné/cadet.

4Que la nature matricielle des tensions soit verticale ou horizontale, celle-ci changera profondément selon la taille des fratries. La distinction aîné/cadet ne revêt pas le même sens selon que les fratries comportent huit ou deux enfants, surtout en régime égalitaire, par principe partageur. Le régime préciputaire par essence est protégé contre la division du patrimoine, et le nombre des enfants importe peu puisque celui des ayants droit est toujours réduit ; en revanche, on pourrait s’attendre à ce que les sociétés égalitaires soient des sociétés à fécondité limitée, pour prévenir le morcellement des biens qu’implique l’égalité. C’est là suggérer une logique tout ethnocentrique et bien des sociétés où règne un régime égalitaire n’ont connu que tardivement la limitation volontaire des naissances. À vrai dire, il conviendrait d’introduire une distinction supplémentaire entre sociétés égalitaires et propriétaires, d’une part, et sociétés égalitaires et fermières, d’autre part. Ainsi peut-on opposer la Normandie, égalitaire et contraceptrice, à la Bretagne égalitaire mais féconde. Dans le premier cas, les enfants sont égaux face à un héritage important, dans le second cas, ils le sont dans une pauvreté relative.

5Quel que soit le type de société considéré, et quelle qu’en soit la structure démographique, il faut examiner la place des enfants en relation avec le système de solidarité familial. Dans les sociétés paysannes qui ignorent le système de sécurité sociale pris en charge par l’État, les générations sont indissolublement solidaires. Les enfants attendent des parents un patrimoine, une place, un outil de production, bref, les moyens d’accéder au statut d’adulte. Les parents, pour leur part, attendent des enfants qu’ils prennent soin d’eux dans leur vieillesse et c’est par ce biais que se réintroduit un principe de distinction entre les enfants, en régime égalitaire.

6Dans les sociétés préciputaires, les parents conservent généralement leur patrimoine jusqu’à leur dernier souffle et le successeur, celui qui s’inscrit dans la famille-souche, est chargé de les entretenir dans leur vieillesse. En régime égalitaire, la pression exercée par les enfants pour s’installer incite souvent les parents à se démettre alors qu’ils n’ont pas encore atteint l’âge de caducité. Dès lors, la désignation du successeur sur l’exploitation, un des moments clés de la distinction entre tous les enfants, est intimement liée aux modalités concrètes présidant à l’entretien des parents âgés. Or, cette désignation n’est pas toujours claire, de sorte que certains des enfants se verront « avantagés » en fonction du rôle qu’ils auront à jouer auprès des vieux parents. Ce n’est donc pas la distinction aîné/cadet qui est pertinente en régime égalitaire, mais la notion d’enfant avantagé. Cependant, cet « avantage » peut devenir tout relatif si l’équilibre entre les ressources et les charges de l’exploitation est précaire. Dans certaines périodes où la conjoncture agraire et agricole est néfaste, le poids de deux bouches supplémentaires à nourrir et les éventuels soins médicaux peuvent présenter un désavantage considérable. Ainsi s’explique l’existence de « potions de retraite » (dans les pays scandinaves) ou de « maillets bénis » (en Bretagne) qui contribuent, métaphoriquement, à expédier dans l’au-delà, plus rapidement que la nature ne l’aurait fait, les vieux parents à charge.

7Ces considérations préliminaires sur la nature des tensions au sein de la fratrie, sur les composantes démographiques de la société, sur les relations entre les générations, montrent qu’à partir d’un thème relativement étroit, la distinction aîné/cadet, on est conduit à envisager dans sa totalité le fonctionnement du système social et sa reproduction. Elles montrent aussi que l’on doit aborder la problématique des aînés/cadets en régime égalitaire en des termes tout différents de ceux dans lesquels elle se pose en système préciputaire.

8Nous exposerons ici des cas contrastés, issus, d’une part, de matériaux bretons et, d’autre part, de matériaux portant sur une bourgade d’Ile-de-France au xixe siècle, Nanterre, sociétés appartenant au régime égalitaire de dévolution des biens. Ces cas font apparaître non seulement la diversité des pratiques, l’éventail des stratégies, mais aussi l’aspect problématique de la problématique du cadet dans ces sociétés égalitaires. C’est plutôt autour de la notion d’« avantage » que l’on peut articuler une démonstration. Le contexte de la production, le système agraire, la démographie sont autant de variables qui expliquent les différences dans le traitement des enfants en système égalitaire, porteur d’une grande flexibilité.

Les égalités bretonnes

9En système égalitaire, l’héritier et le successeur sont dissociés. Tous les enfants ont droit en principe à une part égale dans l’héritage, mais tous ne succéderont pas à la tête de l’exploitation gérée par le père. Il convient donc d’examiner si, par le biais du successeur, un des enfants ne se trouve pas avantagé par rapport aux autres. En second lieu, il faut connaître précisément la nature du patrimoine des familles paysannes. S’agit-il d’exploitations constituées de terres louées ou en faire-valoir direct, et dans quelles proportions ? Le cas de la Bretagne est intéressant en ce qu’il offre un large éventail de pratiques différentes, prenant généralement place dans un contexte de fermage.

10Les paysans bretons du Finistère n’ont pu, en effet, se porter acquéreurs de leurs exploitations à la Révolution : la situation changera dans le bassin de Châteaulin à partir de 1880, entre les deux guerres pour le pays bigouden, à partir des années 1950 pour le pays léonard. Ceux-ci sont avant tout fermiers au xixe siècle, sous des systèmes divers, d’ailleurs, de sorte que transmission et héritage ne portent que sur des biens meubles. Cela a une double conséquence : d’une part, la pratique de l’égalité est beaucoup plus aisée à mettre en œuvre puisqu’il s’agit de partager des biens évalués en sommes d’argent sur lesquelles il n’y a pas de discussion possible (le notaire est le confident et le garant) ; d’autre part, l’intégrité des exploitations n’est pas mise en danger par le principe égalitaire à chaque génération, puisque les fonciers restent intacts.

11La comparaison entre les systèmes bigouden et léonard fait apparaître cependant la grande variabilité ouverte par la pratique d’un système qui se qualifie d’égalitaire depuis la rédaction des Coutumiers, au milieu du xvisiècle.

L’égalité bigoudène

12Dans le pays bigouden sud (Finistère sud), la pratique du domaine congéable fait deux propriétaires. Le domanier est propriétaire de la maison et de ses bâtiments d’exploitation, ainsi que des « droits réparatoires » (appelés encore « édifices et superfices »), haies, arbustes, tandis que le foncier et les arbres d’une certaine taille seront la propriété d’une autre personne, au xixe siècle, généralement un bourgeois vivant en ville. Bailleur de fonds et domanier sont associés dans un bail courant d’une Saint-Michel à l’autre, conclu pour neuf ans. Pour être d’une certaine façon propriétaire, le domanier ne jouit pas pour autant d’une situation assurée, car le propriétaire foncier a le droit de le congédier à la fin de son bail, en lui rachetant ses « droits réparatoires ». Et au xixe siècle, les propriétaires ne s’en privèrent pas.

13Dans ces conditions, la « transmission » à un enfant relève de la transaction immobilière et foncière. Un fils devra racheter à son père les droits réparatoires pour entrer en possession du bail ; avec cette somme le père réglera leur part aux autres enfants. L’observation des héritages et des successions, telle que nous avons pu la conduire dans les communes du pays bigouden sud, fait apparaître l’essence profondément égalitaire du système. Aucun des enfants n’est jamais préférentiellement successeur, ce peut être l’aîné, le cadet ou un enfant au milieu de la fratrie. La dévolution de l’exploitation ayant lieu tard dans le cycle de la vie familiale, souvent après le décès du chef de famille, un enfant peut venir reprendre la suite de son père, mais tout dépendra des conditions d’installation des uns et des autres. Ce peut être le dernier-né, dernier à s’installer. Ce peut être un autre fils (ou gendre), lui-même à la recherche d’une ferme plus grande quand sa famille s’agrandit. Signe de cette profonde égalité, les filles, à condition qu’elles soient mariées, succèdent aussi. C’est ce que nous avons dénommé les « successions successives », toujours mouvantes, jamais arrêtées, même le temps d’une génération. Ainsi peut s’expliquer d’ailleurs la grande mobilité des ménages au sein de la microrégion.

14Dans le système bigouden, ni le rang de naissance ni le sexe ne semblent donc différencier les enfants. Égaux, ils sont aussi solidaires à l’égard des personnes âgées. La retraite des parents repose collectivement sur les épaules des enfants. On évoque souvent la pratique pas si ancienne, dénommée « faire tourner » la grand-mère, qui prévoyait l’hébergement d’un aïeul par chacun des enfants successivement. Une fois par an, frères et sœurs se réunissaient autour du fricot mamm gouz, le « goûter de la grand-mère » et procédaient à une sorte d’apurement des frais que chacun d’eux avait supportés pour soigner ladite parente.

15Un autre signe de l’égalité concerne l’accès au mariage. On pourrait presque évoquer un « droit au mariage » ; le célibat est inconnu dans le pays bigouden sud. L’âge au mariage est très bas (la moyenne calculée à partir de 106 mariages célébrés à Saint-Jean-Trolimon est de 25,3 ans pour les garçons et 22,6 ans pour les filles entre 1841 et 1850) ; la nuptialité est élevée : 18,7 % pour cette même période.

16Le système bigouden apparaît ainsi comme une des versions extrêmes du système égalitaire dans lequel les enfants sont traités de façon rigoureusement identique, sans distinction de sexe ou de rang de naissance. Bien entendu, il connaît des ratés, révélateurs des lignes de tension. Au sein de telle fratrie, on sait que tel père a « avantagé » un de ses enfants, en lui cédant les droits réparatoires à un prix inférieur à leur valeur estimée, diminuant d’autant la soulte qui est versée aux autres. L’inégalité s’immisce aussi entre les enfants issus de plusieurs mariages. Un père remarié fera en sorte que les enfants du deuxième lit prennent possession de biens (terres ou baux) provenant de sa première épouse. Le fait même que ceux qui s’estiment lésés puissent s’exprimer, laisser éclater leur rancœur au grand jour, et conserver la mémoire de cet événement souvent sur plusieurs générations, révèle la philosophie profondément égalitariste du système. Nous avons entendu certains parler avec amertume de leur « part ». Mais c’est moins au père, dont l’autorité est toute puissante, que l’on en veut qu’aux frères et beaux-frères, ainsi que nous le suggérions dans l’introduction. Les griefs de dissension se rapportent aussi à la manière dont tel ou tel frère n’a pas rempli ses devoirs à l’égard du parent âgé. L’esquisse d’un « avantage » comporte l’obligation de se charger des parents jusqu’à leur décès. Pour avoir failli à cette règle impérieuse et obligé tel autre frère ou sœur à garder le vieux parent, les germains se fâchent définitivement et la rancœur sera parfois assez forte pour refuser d’assister à l’enterrement dudit frère ou de ladite sœur. La communauté locale remarque cette absence car, en Bretagne, assister aux obsèques de parents proches ou lointains est un devoir social et y manquer est une insulte grave.

17Lorsque les paysans accédèrent à la propriété totale de leur exploitation, après la guerre de 1914-1918, ils continuèrent d’appliquer la règle égalitaire, ce qui conduisit en trois générations à un formidable émiettement des exploitations. Telle ferme de 25 hectares, exploitée dans son intégralité depuis le xvie siècle, se trouve morcelée en trois, puis cinq exploitations. La mutation foncière s’accomplit dès 1960, puis s’accéléra après 1975 ; il y avait toujours eu à Saint-Jean-Trolimon 150 exploitations agricoles ; après morcellement, puis abandon de l’activité agricole, ce ne sont pas 320 exploitations, mais 10 seulement qui subsistent aujourd’hui.

L’égalité léonarde

18Encore moins que dans le pays bigouden, la Révolution changea l’état de la propriété qui est restée, en pays léonard (Finistère nord), entre les mains d’une noblesse résidente jusqu’à une période très récente. Ici, le paysan met en valeur sa terre sous le système du fermage et le propriétaire souhaite rarement diviser son exploitation. On observe là une situation de blocage démographique rappelant celle de l’Ancien Régime et qui apparaît très contrastée avec celle du pays bigouden sud : faible taux de mariage, mariage à un âge élevé (en moyenne autour de 28 ans pour les garçons et de 25 ans pour les filles entre 1841 et 1850, pour 82 mariages célébrés dans la commune de Sibiril), taux de nuptialité de 13,3 %, forte proportion de célibataires dans chaque fratrie. Au sein de chaque unité familiale, un seul ou deux des enfants pourront se marier, à condition de constituer un groupe domestique protéiforme, au croisement de la famille-souche et de la frérèche, dans lequel cohabitent la génération aînée, les enfants mariés et leurs propres enfants, ainsi que les frères et sœurs célibataires.

19L’égalité est toutefois protégée par un système d’indivision, dénommé « société de ménage », contrat passé devant notaire et qui établit les droits de chacun des associés dans la ferme. Voici, par exemple, un couple de cultivateurs qui s’associe avec ses enfants ; le couple de parents est intéressé pour une moitié, leur fils et sa femme pour un quart, un autre fils corésidant avec sa femme et un troisième fils célibataire sont associés pour l’autre quart. Au fil du temps, lorsque les parents se retireront et que le couple du fils aîné viendra à prendre plus de responsabilité dans la ferme, la part des parents sera cédée aux enfants, de même que celle des frères et sœurs qui quitteront l’exploitation. Ici, contrairement au pays bigouden, parents et enfants mariés sont associés sur l’exploitation dès le mariage du successeur. Les générations chevauchent au lieu de se succéder. Et le problème de la retraite des parents âgés ne se pose pas dans la mesure où ceux-ci se retirent progressivement.

20Indivision et égalité sont les clefs de ce système qui repose, par ailleurs, sur la distinction entre aînés et cadets, mariés et célibataires. Il était coutume, et tant les archives que les entretiens l’attestent, que le fermage se transmette d’aîné mâle à aîné mâle. Nul doute ici que l’on observe une influence du système de dévolution noble qui accordait sous l’Ancien Régime un privilège à l’aîné et a été intégré par la pratique paysanne. Compte tenu de l’insuffisance du nombre des exploitations, les fermiers tenaient à ce que leurs fils leur succédassent ; les propriétaires, pour leur part, insistaient pour garder les mêmes lignées de fermiers. Certains expliquent qu’ils préféraient les fils aux gendres afin que le patronyme ne soit pas modifié sur les contrats qui se succédaient tous les neuf ans.

21Une telle pratique justifie le sentiment local selon lequel le droit d’aînesse était caractéristique de la région léonarde ; on voit cependant ce qu’il faut entendre par cette expression qui renvoie à un système et un esprit tout autre que celui qui prévaut dans les régions préciputaires. Le privilège du droit d’aînesse se rapporte uniquement au droit de succession et ne signifie pas la spoliation des cadets. De même, le célibat, malgré sa fréquence, désigne un ensemble de positions différentes de celles qu’analysait Pierre Bourdieu dans son article sur le Béarn (1962). Dans le Léon, les célibataires ne sont pas désavantagés, même si les pères pouvaient céder une partie un peu supérieure de la « société de ménage » aux enfants qui allaient la reprendre. Leurs droits sur les biens mobiliers, leur part dans le bail, font d’eux des exploitants à part entière et non des domestiques du chef de ménage. Ils sont responsables de tel ou tel secteur d’activité, et conservent leur autorité sur les neveux qui se rappellent tous le caractère acariâtre de tel tountoun, menaçant toujours de les déshériter s’il n’était pas obéi.

22Un paramètre culturel et spirituel est aussi à prendre en compte : c’est l’influence du clergé. Le pays de Léon est dit « terre des nobles et terre des prêtres » (Le Gallo 1980) ; la plupart des familles de paysans les plus aisées voyaient naître parmi leurs enfants une ou deux « vocations religieuses », parfois plus, soutenues par la très forte religiosité, le respect porté à la soutane et le niveau d’éducation, assez exceptionnel dans la Bretagne rurale d’alors. L’image du prêtre célibataire éduqué est valorisée, comme l’image du célibataire, plus généralement. On disait que les célibataires, hommes surtout, étaient plus libres de leurs mouvements, qu’ils jouissaient d’une vie plus agréable que leurs frères et sœurs mariés chargés d’enfants. Le célibataire léonard, généralement cadet parmi les enfants, n’est donc pas le parent pauvre du système d’héritage et sa situation n’est pas vécue comme inférieure ou injuste.

23Contrairement au pays bigouden qui semble avoir renoncé à sa vocation agricole en cette fin de siècle, la zone léonarde est aujourd’hui le siège d’une intense activité agricole, qui s’accommode de la pratique égalitaire. Plus tard que les bigoudens, dans les années 1930, les paysans ont acquis leur exploitation (mais il reste encore beaucoup de fermes appartenant à des familles de la noblesse) et le morcellement des exploitations n’a pas été aussi catastrophique, puisque les cultures légumières autorisent de hauts rendements sur de petites surfaces. Celles-ci sont en effet moins vulnérables à la division des exploitations que les cultures céréalières qui exigent de plus grandes surfaces d’exploitation.

Quelques exemples de la diversité bretonne

24Qu’ils portent sur le xviiie ou le xixe siècle, les travaux sur l’égalité bretonne montrent tous la souplesse de ce système égalitaire au sein duquel peuvent se lover des stratégies différentes. Voyons-en deux autres exemples.

25Dans une étude conduite sur la transmission des biens dans la paroisse de Saint-Rivoal au cœur des monts d’Arthée au xviiie siècle, Françoise Gestin (1987) souligne ainsi le rôle de l’indivision pour avantager un des enfants. Ce système est parfaitement cohérent avec la mortalité de ces époques qui, statistiquement, doit conduire à l’éparpillement du patrimoine de quelques branches en l’espace d’une ou deux générations, tandis que d’autres, plus chanceuses sur le plan démographique, durent assez longtemps pour réussir à maintenir l’intégrité d’une exploitation. Observant le destin de certaines exploitations, F. Gestin oppose les stratégies basées sur la désignation précoce du successeur à d’autres attitudes qui laissent agir le principe de parcellisation et de redistribution des terres. Dans ce cas, le sort des parents âgés reste à organiser, comme le montre cet acte de démission très peu courant en pays bigouden comme en pays léonard.

26Le 18.12.1747 Broustal et Labous sa femme sont infirmes et caduques par leur grand âge et ne peuvent plus travailler disposer ny manœuvrer leur ménage. Afin de vivre en paix et en repos le reste de leur vie [ils font à cette date] dellais, démission et abandon de tous leurs meubles et héritages [laissant leurs enfants et gendres les partager et diviser entre eux] comme ils le voiront.

27Nous observons donc à Saint-Rivoal au xviiie siècle le phénomène des « successions successives » comme en pays bigouden. De même, à Kergloff, dans le bassin de Châteaulin étudié par Tiphaine Barthélémy, les pratiques sont diverses, incarnant un croisement entre les comportements bigoudens et léonards. On y observe un système de successions successives qui ne privilégie pas l’aîné (si tant est qu’être aîné constitue un avantage), un âge relativement bas au mariage, combiné toutefois à un fort taux de célibat qui rappelle, lui, le pays léonard.

28Dans cette région, qui a connu une relative prospérité à la fin du xixe siècle, la propriété paysanne a été généralement plus précoce qu’en pays bigouden et léonard. Même si les exploitants mettent en œuvre des moyens divers pour conserver une taille suffisante à leur exploitation (indivision, célibat, système de soultes entre frères et sœurs), « l’idéal sous-jacent aux modes d’héritage et de succession est celui d’une redistribution, non celui du maintien et de la conservation du patrimoine » (Barthélémy 1987 : 137).

29Une mise en garde méthodologique s’impose à propos des travaux évoqués ici. Ils reposent tous peu ou prou sur la reconstitution des généalogies, orales et/ou écrites, qui sont croisées avec des données relatives au patrimoine et aux mouvements cadastraux, etc. Nos reconstructions, a posteriori, peuvent nous donner l’illusion de stratégies à long terme, de patientes constructions familiales visant des objectifs plurigénérationnels. Or, il ne faut pas oublier que nous, analystes, disposons de tous les éléments de l’histoire dont étaient évidemment privés les acteurs sociaux au moment où des décisions s’imposaient à eux et qui ignoraient, notamment, les aléas démographiques sur lesquels ils ne pouvaient avoir aucune prise.

Le cas de Nanterre : égalité entre enfants et démission précoce des parents

30Penchons-nous maintenant sur une autre société égalitaire, appuyée d’ailleurs, elle aussi, sur la reconstitution des généalogies et l’examen des actes de mariage et des actes notariés, donc encourant les mêmes critiques que celles qui viennent d’être énoncées.

31Une bourgade d’agriculteurs et de vignerons est prospère aux portes de Paris au xixe siècle. Là, le Code civil s’applique sans difficulté puisqu’il est directement inspiré du vieux droit égalitaire de l’Île-de-France. S’y joue encore une autre variante égalitaire dans un contexte agraire et agricole différent des exemples bretons précédents, Comme en pays léonard aujourd’hui, les paysans nanterriens sont propriétaires de leurs terres qui offrent un très fort rendement à l’hectare. Cette propriété remonte à la Révolution. Avons-nous cependant affaire à un système à « maison » ? Sûrement pas, car la structure des exploitations est fluide, faite de parcelles très éparpillées sur le territoire et dont la composition varie à chaque changement de mains. Les exploitations agricoles sont, en fait, des maisons vigneronnes groupées au centre du bourg et auxquelles ne sont pas attachées spécifiquement des parcelles familiales.

32La pratique successorale est caractérisée par la donation entre vifs et le partage anticipé, donc une transmission des biens relativement précoce dans le cycle de la vie familiale. Dans ces conditions, il n’y a pas de successeur désigné puisqu’il n’y a pas d’exploitation familiale à la physionomie structurée et relativement intangible (comme c’est par exemple le cas en pays léonard). On partage tout et, en conséquence, l’exploitation revêtira une physionomie différente à chaque génération.

Une population de cultivateurs et de vignerons aux côtés d’autres groupes sociaux

33Sise à l’ouest de Paris, au sein d’un vaste terroir, Nanterre compte au début du xixe siècle 2 000 âmes qui vivent au cœur du village dans un habitat concentré. Si, avant la Révolution, Nanterre travaillait pour la Cour, au début du xxe siècle elle produit pour Paris céréales, cultures maraîchères, vignes, animaux de boucherie. La croissance démographique de la ville, dans la première moitié du siècle, reste relativement lente, surtout si on la compare à celle des autres villes de la banlieue parisienne. De 1800 à 1856, la population passe de 2 000 à 2 919 habitants, ce qui est une véritable stagnation, rapportée au développement d’autres communes plus proches de la capitale, telle Ivry dont la population est multipliée par dix dans cette même période, ou encore Suresnes ou Puteaux.

34Aux côtés des vignerons et maraîchers, on trouve à Nanterre à la fois des ouvriers, des artisans, des commerçants et des bourgeois parisiens attirés par le bon air de la campagne. Ainsi, au recensement de 1841, seuls 34 % des chefs de ménage sont engagés dans l’agriculture, 11 % sont rentiers-propriétaires, les autres sont artisans, commerçants, boutiquiers, gendarmes et militaires. Une population très mêlée socialement, bien typique de ces banlieues du xixe siècle, encore vertes avant de devenir des banlieues grises (de fumée) et rouges (politiquement).

35Les problèmes de succession et d’héritage concernent donc ici uniquement le groupe autochtone cultivateur. Nous avons d’ailleurs affaire à une population rurale à la mentalité très particulière, sensibilisée à une agriculture destinée au marché et, de ce fait, prête à l’innovation pour en suivre les demandes. Cependant, paradoxalement, bien qu’il côtoie d’autres Nanterriens, ce groupe autochtone reste très replié sur lui-même.

36La nuptialité globale de la commune est relativement faible (en dessous de 10 %), alors que le taux moyen en France se situe aux alentours de 16 %, pour la première moitié du xixe siècle ; elle est, on le constate, inférieure à celle des communes bretonnes décrites ci-dessus. Cependant, si l’on s’intéresse au seul groupe paysan, elle est beaucoup plus forte. La comparaison des âges au mariage distingue aussi le groupe des agriculteurs-vignerons de l’ensemble de la population, puisque ceux-ci se marient de un à deux ans plus jeunes que la population en général (Segalen 1991), aux alentours de 26 ans pour les hommes et de 23 ans pour les femmes.

Une égalité parfaite articulée à un système de démission

37La jeunesse des époux cultivateurs-vignerons doit être mise en relation avec le mode de dévolution des biens. L’analyse des actes notariés fait apparaître un partage absolument strict entre les enfants, avec tirage au sort et soulte, si nécessaire. Dans cette région d’Île-de-France, les enfants sont non seulement traités sur un pied d’égalité, mais encore les parents se démettent relativement tôt. Ce système permet d’établir plusieurs enfants.

38Comment, dès lors, se pose ici le cas du cadet, sachant qu’à Nanterre, au xixe siècle, une pratique de limitation volontaire des naissances réduit les héritiers au nombre de quatre à six au plus ?

  • 1 Avec l’aide de Philippe Pigelet, ingénieur d’études au Centre d’ethnologie française.

39Pour élucider cette question, nous avons relevé et analysé1 les actes de mutation après décès (306 actes), ainsi que les actes de donation et partage anticipé (150 déclarations) qui sont pratique courante à Nanterre chez les cultivateurs au xixe siècle. À un âge relativement jeune – ce peut être autour de 60 ans –, le chef de ménage et sa femme énumèrent devant notaire tous leurs biens immeubles et meubles et en font donation collectivement à tous leurs enfants. Parfois, cette donation et démission interviennent après le décès d’un des deux parents. Ainsi, Marie-Madeleine Giroust décède en octobre 1839 et son époux Laurent Maréchal se démet le 12 novembre ; Marie-Marguerite Landois décède en juin 1833 et l’acte de donation et partage est établi par son époux Jean-Jacques Giroust le 24 décembre de la même année (partage d’immeubles en terres lui appartenant ainsi que de ceux provenant de la succession de sa femme, puis second acte de donation, le 1er mars 1840, portant cette fois-ci sur quatre maisons possédées au cœur de Nanterre, certaines avec granges et jardins).

40Deux traits caractérisent le système, le souci de la plus grande égalité et le souci qu’ont les parents d’assurer leur survie une fois qu’ils ont remis l’outil de travail entre les mains de leurs enfants.

  • 2 Le notaire emploie une formule très stéréotypée à la fin du xviiie siècle, l’acte mentionnant que l (...)

41Le souci de cette égalité conduit à établir des lots de taille et de valeur rigoureusement égales et à s’en remettre au sort pour départager les enfants. Dans les actes notariés détaillés, nous voyons que les parcelles réparties sur le vaste territoire nanterrien sont « à fendre de long » ou « à couper de travers », selon la topographie du terrain. Si un vigneron possédant quelques hectares répartis en 25 parcelles a quatre enfants, il fera constituer quatre lots en coupant chacune des 25 parcelles en deux ou en quatre, de façon à leur assurer une valeur strictement identique. C’est ensuite, par tirage au sort, que ces lots seront attribués2. Il ne semble pas ici y avoir de place pour une forme d’avantage, comme on a pu en trouver dans le pays bigouden lorsque le père vendait à son fils ses droits réparatoires à un prix sous-évalué. Mais à Nanterre, pas plus qu’en pays bigouden, il ne semble pas y avoir de distinction selon le rang de naissance ou le sexe des germains. En second lieu, et du fait que les parents démis ont devant eux la perspective de relativement longues années de retraite, ceux-ci se préoccupent de leur sort. Puisqu’il n’y a pas de successeur désigné, ce qui serait signe d’un avantage à un des enfants, la retraite est organisée comme une charge collective. En voici quelques exemples :

42Donation entre vifs de Marie-Geneviève Paris, veuve de Nicolas Carthery, le 9 juin 1819 à ses quatre enfants d’une maison à Nanterre et d’environ 2 hectares de terre et de vignes en plusieurs pièces sur le terroir de Nanterre, Suresnes et Rueil « à charge pour eux de nourrir, loger, blanchir, chauffer et éclairer ladite Veuve Carthery sa vie durant et de lui servir et payer 200 F de rente annuelle et viagère ».

43Donation entre vifs et partage par Jean-Baptiste Guerbois propriétaire le 25 novembre 1820 à ses deux filles d’une maison d’environ 2 hectares de vigne « à charge pour les enfants entre autres choses de prendre leur père en pension chez eux, de le nourrir, chausser, blanchir et éclairer, alternativement de semaine en semaine et de lui payer chacun par semaine 1,50 F ».

44Donation et partage de Jérôme-Bernard Castillon du 16 novembre 1851 à ses deux enfants, de maison et dépendances et d’environ 3 hectares de vignes, « la donation étant faite moyennant une rente et pension viagère de 800 F que les donataires paieront chacun par moitié. Les donataires s’engagent à blanchir et raccommoder les linges et hardes de M. Castillon, chacun pendant son mois et à le soigner à tour de rôle en cas de maladie ».

45Ces derniers exemples ne sont pas sans rappeler celui bigouden de la grand-mère « qui tourne ».

46Les recensements de Nanterre de la première moitié du xixe siècle font apparaître un nombre important de « rentiers », qui sont précisément ces parents âgés qui ont cédé leurs biens et peuvent jouir du repos dans leurs vieux jours (tout en prêtant la main à leurs enfants). Il n’en reste pas moins que les désignations très précises de ce dont les enfants seront redevables à leurs parents se multiplient dans les actes de démission et donation, à partir des années 1830. L’ingratitude des jeunes est toujours à craindre. Est-ce à dire que les vignerons de Nanterre oublieraient le contrat qui les lie à leurs vieux parents ? Les donateurs se protègent comme par avance et ce rappel est peut-être nécessaire en période de pression démographique, alors que la tentation se développe, pour ces agriculteurs, de céder leurs terres aux bourgeois de Paris qui viennent à Nanterre chercher le bon air de la campagne. Toujours est-il que des mentions qui étaient inconnues dans les années 1810-1820 deviennent monnaie courante à partir de 1835 dans les actes de démission et donation.

47Ainsi, par exemple :

48Donation et partage, le 11 février 1852, par Mme Madeleine Carthery, veuve de Jacques Delahaye à ses deux enfants d’une maison et de 5 hectares 80 ares répartis sur Nanterre, Rueil et Saint-Cloud, propriété d’une relative opulence. « Mme Delahaye donatrice se réserve la moitié de la pièce dite cuisine au rez-de-chaussée de la maison avec construction d’une cloison) et une portion du petit jardin derrière la maison. En outre la donation a lieu moyennant une pension viagère de 550 F de 300 litres de blé, de 272 litres de vin rouge, cru du pays. »

49Donation et partage, le 20 octobre 1837 par Mme Marie-Geneviève Schenidre, veuve d’Augustin Cuvillier à ses deux filles de tous ses biens. « Les donataires paieront à la donatrice chacune pour moitié annuellement 365 F en argent, 360 litres de vin rouge de Nanterre (deux feuillettes). Les donataires fourniront à la donatrice un logement dans la maison ci-après désignée, ou pour tenir lieu de ce logement si Mme Cuvillier le préfère, elles lui paieront une somme de 40 F par an. Elles la soigneront et lui fourniront tous les soins si elle venait à rester malade et s’arrangeront entre elles pour supporter cette charge par moitié ».

50Donation par M. Jacques Gambon, cultivateur, et Mme Marie Madeleine Juilliard, sa femme, demeurant à Nanterre, à leurs trois enfants de leurs biens partagés également « à charge de payer aux donateurs chacun par tiers : 2 hectolitres 34 litres de froment, 2 hectolitres 34 litres de seigle, 2 hectolitres 28 litres de vin rouge cru de Nanterre, 75 cotterets de bon bois, 50 F en argent pour indemnité de logement, une rente viagère de 366 F, leur blanchir le linge et faire donner les soins, leur fournir tous les médicaments ».

51Ces donations ont donc une double fonction : assurer, d’une part, un partage égal des biens entre les enfants, garçons et filles et, d’autre part, l’entretien des retraités dont la charge est répartie aussi strictement en égalité sur la tête de tous les enfants.

52Contrairement au pays bigouden où la parole était très vivante sur le passé agricole, dans les années où nous faisions notre enquête, et contrairement aussi au pays léonard où les problèmes de succession et de partage continuent d’être d’actualité du fait de la vitalité de l’activité légumière, à Nanterre, tout ceci relève d’une histoire à laquelle on n’accède plus qu’au travers des archives. Les documents sur lesquels nous avons travaillé, généalogies reconstituées, actes de l’enregistrement, actes notariés ne nous permettent pas de saisir les éventuels conflits au sein de la fratrie, mais il y a eu sans aucun doute des cas de contestation d’héritage, et certains qui se sont sentis « désavantagés ». Le contexte spécifique de Nanterre complique d’ailleurs l’analyse. Bien que la viticulture ait été très active jusque dans les années 1860, il existe d’autres emplois accessibles localement, dans les carrières, dans les ateliers industriels ; on peut aussi quitter Nanterre et s’employer comme artisan à Paris. Nous sommes dans une région très dynamique où l’emploi n’est pas indissolublement lié à la transmission familiale, comme c’est le cas en Bretagne. L’étude des professions des conjoints sur les actes de mariage montre que les filles de vignerons, beaucoup plus souvent que les fils, sortent de l’agriculture en épousant un artisan qui n’habite pas nécessairement Nanterre (Segalen 1990). Si ladite fille hérite d’une part absolument équivalente à celle de ses frères qui continuent dans l’agriculture, sans être avantagés à proprement parler, ceux-ci bénéficieront peut-être d’un rachat de soultes plus aisé. Reste à savoir si le calcul de demeurer à la terre en ces périodes de changement social et économique constitue un « avantage ».

53Au plan de la structure agraire, le système égalitaire a pour conséquence la parcellisation extrême des exploitations. Analysant le cadastre de 1820, Philippe Decourt (1977) a dénombré 1 714 propriétaires pour une superficie de 1 260 hectares ; parmi ceux-ci, 1437 possèdent moins d’un hectare, et 1 268 moins de 50 ares. Selon la classification établie par Marcel Lachiver (1982 : 390-391), les vignerons nanterriens seraient donc soit indigents, soit de petite aisance (s’ils possèdent de 1 à 2 hectares de vigne) ; une toute petite catégorie seulement appartiendrait à celle des « gros » vignerons. Les vignerons-cultivateurs mettent ici en pratique une politique intense de renchaînements d’alliance et de mariages dans la consanguinité proche pour lutter contre cette parcellisation (Segalen, Richard 1993). À vrai dire, il s’agit moins de remembrer des exploitations que de conserver dans la lignée les parcelles de tel ou tel héritage familial.

Conclusion : de la notion de juste/injuste à celle de personne

54Nos quelques exemples comparés montrent la souplesse du système égalitaire qui, en relation avec les modes d’appropriation, les modes de faire valoir, les types d’agriculture et généralement les opportunités d’emploi, peut couvrir tout une gamme allant de l’indistinction stricte entre les enfants, indépendamment du rang de naissance ou du sexe (cas bigouden, cas nanterrien), à la mise en œuvre d’un droit d’aînesse masculin, qui est à la fois droit à la succession et droit au mariage (cas léonard).

55Lorsque l’inégalité s’instaure, plus que la distinction aîné/cadet, c’est la notion d’avantage qui semble prévaloir, sans considération du rang de naissance. Celle-ci est associée à l’idée d’injustice. Le groupe familial a une idée de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas. Dans le cas bigouden, l’injustice, du point de vue des frères et sœurs, consiste à recevoir une aide du père et à ne pas assumer la charge de celui-ci dans ses vieux jours. Dans le cas des vignerons nanterriens, propriétaires de leur unité d’exploitation, l’injustice serait de ne pas laisser le sort désigner les parcelles de vigne dont on hérite ; l’injustice serait aussi d’avoir à attendre trop longtemps pour s’installer et accéder à l’état d’adulte.

56Est-ce une logique de l’individu qui prévaut dans l’évaluation de ce qui est juste ? Ni dans les cas bretons, ni dans le cas nanterrien ne règne le système de « maison » avec tout ce que cela implique de pérenne ; ce qui domine, c’est plutôt le souci d’obtenir un outil de travail, des moyens de production, L’important est de pouvoir se reproduire en tant que groupe familial et en tant que communauté locale.

57En se réclamant des notions de « juste » ou d’« injuste », la personne, dans son individualité propre, retrouverait pleinement ses droits. Du coup, la notion de hasard serait aussi à réhabiliter dans nos analyses. En effet, comment expliquer le destin de telle lignée qui, en l’espace de trois générations, se retrouve à la tête d’un capital important, alors que les autres lignées du même ancêtre ne sont pas sorties de leur condition initiale ? Il faut donc admettre l’importance des facteurs individuels – on est plus intelligent, plus opiniâtre que tel frère ou sœur – et redonner droit de cité au hasard, hasard démographique qui, par exemple, fait de vous l’héritier d’un oncle-parrain mort sans enfants.

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy T. (1987), Familles et patrimoines dans une commune de Basse-Bretagne, Kergloff, au xixe et au xxe siècle, Paris, Mission du patrimoine ethnologique, rapport ronéoté.

Bourdieu P. (1962), « Célibat et condition paysanne », Études rurales, 5-6, p. 32-135.

Decourt P. (1977), Nanterre de 1851 à 1886, mémoire pour la maîtrise d’histoire, ronéoté, 99 p.

Gestin F. (1987), Famille et parenté. Organisation et gestion de l’espace, Saint-Rivoal, Finistère, rapport ronéoté, Mission du patrimoine ethnologique, 68 p.

Lachiver M., (1982), Vin, vignes et vignerons en région parisienne du xviie au xixe siècle, Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, 957 p.

Le Gallo Y. (1980), Prêtres et prélats du diocèse de Quimper de la fin du xviiie siècle à 1830, Brest, CRBC, thèse de doctorat d’État, 2 vol.

Sabean D. (1984), « Young bees in an empty hive: relations between brothers-in-law in a South German village around 1800 », in Hans Medick, David Sabean (eds.), Interest and emotion. Essays on the study of Family and Kinsbip, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 171-186.

Segalen M. (1990), « Se reproduire ou non localement : le dilemme des Nanterriens dans la première moitié du xixe siècle », in Gérard Bouchard et Joseph Goy (dir.), Famille, économie et société rurale en contexte d’urbanisation (xviie-xxe siècle), Actes du col loque d’histoire comparée Québec-France, Chicoutimi-Paris, Centre interuniversitaire SOREP-EHESS, p. 165-181.

Segalen M. (1991), « Mean age at marriage and kinship networks in a town under the influence of the metropolis: Nanterre 1800-1850 », Journal of family History, 16, 1, p. 65-78.

Segalen M., Richard P. (1993), « Un isolat aux portes de Paris. Mariage et société à Nanterre entre 1750 et 1850 », in Mesurer et comprendre. Mélanges en l’honneur de Jacques Dupâquier, Paris, PUF, p. 497-514.

Haut de page

Notes

1 Avec l’aide de Philippe Pigelet, ingénieur d’études au Centre d’ethnologie française.

2 Le notaire emploie une formule très stéréotypée à la fin du xviiie siècle, l’acte mentionnant que le tirage au sort est effectué à l’aide de « petits morceaux de papier blanc d’égale longueur et largeur, ployés et roulés de la même façon et ensuite mis dans le chapeau d’un jeune garçon appelé à cet effet, non suspect auxdites parties, lequel après les avoir brouillés et remués par plusieurs et différentes fois en la manière ordinaire » proclame qui est le destinataire de chacun des lots.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Segalen†, « La notion d’avantage dans les sociétés égalitaires »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 134-141.

Référence électronique

Martine Segalen†, « La notion d’avantage dans les sociétés égalitaires »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7615

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search