Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Lu-à-lirePhilippe Hamman (ed.), Sustainabi...

Lu-à-lire

Philippe Hamman (ed.), Sustainability Governance and Hierarchy

Maurice Blanc
p. 144-146
Référence(s) :

Philippe Hamman (ed.), Sustainability Governance and Hierarchy, London, Routledge, 2020, 262 pages.

Texte intégral

1Sustainability, Governance and Hierarchy est un ouvrage collectif coordonné par Philippe Hamman, sociologue et titulaire de la Chaire européenne Jean Monnet à l’université de Strasbourg : Governance of Integrated Urban Sustainability in Europe. Sustainability vient de sustainable, mal traduit en français par « durable ». Si on utilise « durabilité », il faut garder à l’esprit les deux autres sens : « viabilité et pérennité ». Cet ouvrage est issu des travaux d’un groupe transdisciplinaire de chercheurs de trois universités de la région transfrontalière du Rhin supérieur : Bâle (Suisse), Freiburg im Brisgau (Allemagne) et Strasbourg (France). Quand des Allemands, des Français et des Suisses travaillent ensemble, ils publient en anglais !

2Le chapitre introductif du coordinateur – « Repenser la hiérarchie dans la gouvernance de la durabilité » – souligne que ces trois concepts sont souvent traités séparément et leur triangulation est nouvelle. L’ouvrage pratique le va-et-vient entre la théorie et la pratique et trois couples de tension sont présents dans les cas étudiés. Le premier – Politics-Policy-Polity – est difficile à traduire : politics est la politique au sens « politicien » ; polity renvoie à l’essence du politique, souvent traduit par le politique ; policy est une politique concrète, localisée et/ou sectorielle. Des combinaisons, éphémères ou durables, émergent dans les cas étudiés. Le second – Gouvernement-Gouvernance-Gouvernementalité – concerne l’art et la manière de décider dans les organisations. Le gouvernement est tenu par des règles formelles strictes, mais tous les dirigeants ont des « conseillers de l’ombre ». La combinaison du formel et de l’informel relève de la gouvernance et de la gouvernementalité, qui désigne chez Foucault (1988) « les tactiques de gouvernement ». Le dernier couple – Global-Local-Individuel – renvoie aux niveaux de la décision, mais ils se chevauchent, ce qui est source de conflits sur qui peut et/ou doit intervenir pour résoudre un problème. C’est très visible aujourd’hui dans la gouvernance de la lutte contre la Covid-19. Dans les cas étudiés ici, ces couples sont porteurs d’exigences opposées qu’il faut concilier. L’ouvrage analyse les compromis transactionnels auxquels on aboutit, à la fois entre les couples et au sein de chacun d’eux, montrant la fécondité de l’approche par la transaction sociale.

3La gouvernance et la durabilité incluent des réalités diverses : du local au global, du technique au politique, etc. La gouvernance de la durabilité est prise dans la tension entre l’ouverture large et la relative fermeture, ce qui implique de trouver à chaque fois le compromis transactionnel acceptable. Pour analyser la gouvernance de la durabilité, des chercheurs du Groupe de Recherche sur la Durabilité de l’université de Bâle ont écrit les chapitres II et V, avec Basil Bornemann comme co-auteur des deux.

4Le chapitre II – « Pour une compréhension systématique de la gouvernance de la durabilité » – propose un « méta-cadre conceptuel », ou un guide méthodologique en cinq étapes : (i) Le concept de gouvernance explicite ou implicite dans le cas étudié. (ii) L’écart entre les objectifs de la gouvernance et de la durabilité. (iii) Le contexte empirique et son enracinement dans le contexte politique. (iv) L’insertion du cas dans la théorie des systèmes socio-écologiques et/ou sociotechniques. (v) Le dispositif pratique et la stratégie déployée. L’objectif est d’abord de guider l’analyse de ce qui est construit, en termes d’adéquation de la structure aux objectifs (référent substantiel) ; ensuite, d’évaluer la rationalité de ce qui est prescrit (réflexion procédurale). Mais il manque des exemples concrets.

5Le chapitre V – « Rendre durable la machine gouvernementale ? » – présente les conclusions de l’enquête des auteurs sur la gouvernance interne de la durabilité dans les gouvernements de quatre cantons suisses, en distinguant quatre modes désignés par une métaphore : (i) Une gouvernance orientée vers la résolution des problèmes, malgré des services cloisonnés et une chaîne hiérarchique rigide. C’est la métaphore « réparer la machine pour qu’elle fonctionne ». (ii) Transformer la gouvernance interne pour introduire la durabilité dans la pratique, c’est « mettre de l’huile dans les rouages ». (iii) Concevoir une stratégie de la durabilité, ce qui implique d’être haut placé dans la hiérarchie, c’est « reconstruire la machine ». (iv) Organiser une gouvernance de la durabilité qui mette en réseau les services de l’administration et les partenaires extérieurs. Cette métaphore mériterait éclaircissement, au moins en français où elle prend une connotation de sabotage : « jeter du sable dans les rouages » (p. 128). Les résultats empiriques collectés dans les gouvernements cantonaux sont vaguement évoqués et ces deux chapitres ont la même ambition et le même défaut : ils proposent des conceptualisations bien construites, mais sans présenter les données empiriques qui les fondent.

6En économie de l’environnement, les partisans de la durabilité écologique se divisent entre partisans de la « croissance verte » (produire autant en détruisant moins de ressources naturelles) et les partisans de la « décroissance ». Économistes à l’université de Fribourg, Bianca Blum, Bernhard Neumärker et Anja Simoneit mobilisent l’optimum de Vilfredo Pareto pour écarter la décroissance et trancher en faveur de la croissance verte (chapitre III). Cet optimum est atteint si la stratégie adoptée ne lèse personne (même si certains sont moins lésés que les autres). L’argumentation est solide mais elle appelle la discussion : elle repose sur l’hypothèse que l’on peut produire autant avec moins de ressources naturelles et elle néglige la limite de l’optimum de Pareto : il apporte un petit mieux à tous, mais maintient en l’état les inégalités économiques et sociales.

7Le droit joue un grand rôle dans la gouvernance de la durabilité et de nombreux conflits se terminent devant les tribunaux. Vincent Tissot et Marie-Pierre Camproux-Duffrène sont juristes à l’université de Strasbourg et ils analysent sa place dans « Planification urbaine et adaptation au changement climatique » (chapitre IV). La réduction des gaz à effet de serre est le levier essentiel de la lutte contre le changement climatique. En France, le changement climatique relève du droit de l’urbanisme. Au niveau local, les outils sont le Plan local d’urbanisme (PLU) et le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), ce qui suppose : (i) une coordination entre les communes d’un même établissement public de coopération intercommunale ; (ii) une concertation approfondie avec la population et une mise en cohérence avec le SCOT (Schéma directeur de cohérence territoriale) à l’échelon supérieur. La lutte contre le changement climatique exige une gouvernance participative rarement mise en œuvre. Les instruments juridiques sont utiles quand la volonté politique de les utiliser est forte.

8Jens Koehrsen est professeur de religion et d’économie du développement à l’université de Bâle. Cet assemblage inhabituel est pertinent pour traiter des relations entre l’humanité et la nature dans « (L’auto-)gouvernement des transitions énergétiques urbaines » (chapitre 6). Dans le sous-titre – « De la révolution à l’évolution ? » –, la révolution est le changement organisationnel planifié et venu d’en haut (top down) et l’évolution l’ensemble des changements spontanés venant des individus et/ou des petits groupes (bottom up). La ville de Bottrop dans la Ruhr a choisi une gouvernance « révolutionnaire » de la transition énergétique : c’est une décision du conseil municipal, il a obtenu le label allemand « Innovation City » et il a créé une société d’économie mixte (privée-publique) pour piloter cette transition. À l’inverse, la ville portuaire d’Emden voit la transition énergétique comme une accumulation d’initiatives locales indépendantes. C’est une construction idéal-typique et les deux se combinent, dans des proportions variables. Il peut y avoir des glissements progressifs d’un modèle à l’autre avec le temps.

9La durabilité impose de réduire la consommation d’énergie, ce qui concerne les producteurs et les consommateurs d’énergies carbonées. Paul Burger, Annika Sohre et Iljana Schubert (Groupe de Recherche sur la Durabilité, université de Bâle) s’intéressent uniquement aux consommateurs dans « Gouvernance de la suffisance » (chapitre VII). En s’inspirant de la théorie des capabilités d’Amartya Sen, ils définissent la suffisance énergétique comme « l’acceptation des limites imposées par le système actuel humain-nature » (p. 167). La gouvernance de la suffisance énergétique répond à cinq enjeux : (i) Aller au-delà de la protection de l’environnement, l’enjeu est le bien-être. (ii) Créer les instruments facilitant de nouvelles pratiques (pistes cyclables, etc.). (iii) Aller au-delà du changement technologique : la voiture électrique n’est pas vertueuse en soi. (iv) Se méfier du « paternalisme d’État », il n’a pas à s’immiscer dans la vie privée des citoyens, même pour la bonne cause. (v) Concevoir une gouvernance globale, associant l’État et la société civile. L’État est le coordinateur et le facilitateur du changement.

10Le métabolisme territorial repose sur les flux énergétiques et matériels entre les territoires. Sociologue à l’université de Strasbourg, Maurice Wintz montre au chapitreVIII – « Gouvernance du métabolisme urbain » – que ce métabolisme passe par trois étapes : des sociétés de chasseurs-cueilleurs aux sociétés agraires, puis aux sociétés industrielles. Dans ces dernières, ces flux sont devenus massifs et atteignent un seuil critique. Les villes semblent être la bonne échelle pour les réduire et innover, mais elles sont prisonnières des règlements nationaux et internationaux qui avantagent le « moins disant » sur le « mieux disant ». Les villes volontaires disposent de petites marges de manœuvre pour favoriser la qualité environnementale et le rapprochement des producteurs et des consommateurs.

11Les théorisations de la gouvernance du développement durable, puis de la durabilité, restent souvent abstraites car elles se placent au niveau global. Au chapitre VIII – « Gouvernance de la durabilité urbaine et transactions sociales en France » – Philippe Hamman se place au niveau des villes pour examiner le concret. Première constatation, la conciliation de l’économie et de l’écologie est prioritaire, le social étant souvent négligé. Deuxième constatation, la conflictualité est grande et la gouvernance de la durabilité doit faire des arbitrages difficiles. Ils passent par des transactions sociales qui « ne font pas disparaître les sources du conflit […], mais sont des arrangements pratiques dans un contexte de tensions » (p. 202). Il en donne des exemples très éclairants dans les villes françaises étudiées.

12Strasbourg se bat pour rester l’une des capitales de l’Europe et elle aspire à devenir une véritable métropole, attractive et transfrontalière. Cet objectif est consensuel et trans-partisan, mais les stratégies pour y parvenir sont divergentes. Géographe à l’université de Strasbourg, Patricia Zander analyse comment un vague projet d’urbanisation des friches portuaires de la municipalité conservatrice est devenu en 2008 un projet phare de la nouvelle municipalité (Socialistes et Verts) : l’éco-district « Danube ». Les objectifs de départ sont ambitieux : mise en valeur des espaces verts ; pistes cyclables, tramway et réduction du trafic automobile ; mixité de l’habitat et des activités économiques ; mixité sociale avec logement social et privé ; participation citoyenne. Après un début euphorique, le projet a perdu son caractère innovant : les contraintes administratives, juridiques et financières limitent les ambitions ; les élus et les professionnels reprennent le pouvoir. Pour l’auteure, il ne faut pas parler trop vite d’échec : si on l’analyse bien et si on en tire les leçons, l’échec d’aujourd’hui peut déboucher sur une réussite demain.

13Cristina Garzillo et Matthew Bach sont membres d’ICLEI (acronyme anglais de Conseil international pour des initiatives écologiques, association basée à Fribourg en Allemagne et parrainée par le Programme des Nations unies pour l’environnement). La durabilité de l’environnement exige une gouvernance multi-niveaux : de l’UNESCO et l’Union européenne aux villes, en passant par les États et les acteurs privés. Les auteurs présentent ce paysage institutionnel complexe en privilégiant la base. Ils montrent que les réseaux de villes doivent résoudre une équation complexe : répondre aux problèmes spécifiques à chaque ville tout en conservant une cohérence globale permettant la transférabilité. Ils s’intéressent particulièrement aux URIP (acronyme anglais de Partenariat urbain et régional pour l’innovation), qui visent à réintroduire la nature dans la ville, et à la conservation du patrimoine naturel et culturel, qui fait intervenir les autorités locales et l’UNESCO. Les médiateurs (dont l’ICLEI) ont un rôle important dans la coordination. Cette contribution est très utile pour s’orienter dans le maquis des programmes internationaux, notamment européens.

14Espérons que ce livre aura des suites : il montre que la protection de l’environnement et la durabilité ignorent les frontières nationales et appellent une gouvernance innovante. Ce livre pourrait préparer l’émergence d’une communauté scientifique interdisciplinaire et transfrontalière dans les domaines de l’urbanisme, l’environnement et la durabilité. Mais il y aura un long chemin à parcourir. Philippe Hamman a montré que la conflictualité est présente dans la gouvernance de la durabilité, qui repose sur des transactions sociales entre des exigences opposées. Il en va de même dans la coopération scientifique : la science est une, mais les interprétations sont multiples. Il y a à la fois des clivages théoriques transnationaux et des cultures scientifiques propres à chaque pays. Des transactions sociales permettent des rapprochements et des enrichissements mutuels, mais une fusion complète serait un appauvrissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Blanc, « Philippe Hamman (ed.), Sustainability Governance and Hierarchy »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 144-146.

Référence électronique

Maurice Blanc, « Philippe Hamman (ed.), Sustainability Governance and Hierarchy »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7629

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

UMR 7363 Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe
CNRS/Université de Strasbourg
maurice.blanc[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search