Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Lu-à-lireGregor Fitzi (ed.), The Routledge...

Lu-à-lire

Gregor Fitzi (ed.), The Routledge International Handbook of Simmel Studies

Laure de Verdalle
p. 146-147
Référence(s) :

Gregor Fitzi (ed.), The Routledge International Handbook of Simmel Studies, New York, Routledge, 2021, 420 p.

Texte intégral

1Publié sous la direction de Gregor Fitzi, The Routledge International Handbook of Simmel Studies propose une incursion passionnante dans l’œuvre de Georg Simmel, en associant des points de vue disciplinaires et des entrées thématiques variées. Il offre un panorama très complet de la pensée simmelienne et des travaux qui lui sont aujourd’hui consacrés. G. Fitzi, dans son introduction générale, rappelle qu’il existe « une tendance forte à redécouvrir le rôle de Simmel et son importance » (p. 1). L’ouvrage vise donc à la fois à présenter ces lignes de recherche innovantes, à témoigner de la pertinence de l’approche simmelienne pour explorer les situations les plus actuelles et à ouvrir de nouvelles perspectives sur une œuvre foisonnante et sur les clefs d’interprétation qu’elle peut nous apporter pour analyser le monde contemporain.

2L’organisation du Handbook, qui rassemble vingt-six contributions, s’explique par un parti pris éditorial consistant à valoriser le caractère multidisciplinaire de la réception du travail de Simmel et à faire dialoguer des spécialistes dont les études se trouvent trop rarement associées, comme c’est le cas ici, au sein d’un même volume. Ainsi, après un chapitre inaugural (partie I) que G. Fitzi consacre à la biographie de Simmel et dans lequel il pointe la persistance d’angles aveugles (certaines périodes de la vie de l’auteur restant, faute d’archives, encore inexplorées), le Handbook convoque tour à tour différents champs disciplinaires : la sociologie, la philosophie, l’art et l’esthétique, la littérature et le théâtre.

3La partie II consacrée à la sociologie s’ouvre sur une contribution
d’Olli Pyyhtinen qui identifie différents espaces d’actualité de l’œuvre de Simmel, en sociologie économique et dans le domaine des recherches sur la spatialité et le monde urbain. Il met également en avant un aspect saillant de l’héritage sociologique de Simmel, autour des aspects relationnels de son approche, qui sont plus longuement développés et discutés dans le chapitre rédigé par Davide Ruggieri, tandis que Natalia Cantó-Milà s’intéresse pour sa part à la notion de « frontière », dont elle rappelle qu’elle constitue à la fois un objet et une manière de penser, emblématique de l’approche relationnelle développée par Simmel. G. Fitzi conclut cette partie en évoquant l’apport de Simmel pour traiter des problèmes auxquels se heurtent les sociétés modernes : leur pluralisme normatif, leur différenciation qualitative et leur structuration discontinue.

4C’est ensuite la philosophie qui est convoquée (partie III). Matthieu Amat interroge la conception simmelienne du relativisme et retrace les étapes qui ont permis à Simmel de mettre en œuvre une nouvelle manière de penser les valeurs tout en cherchant à réconcilier relativité et objectivité, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle culture philosophique. Denis Thouard cherche, lui, à saisir l’originalité de l’approche simmelienne autour de sa capacité à prendre en compte le surgissement des possibles et de son refus à raisonner uniquement par opposition, ce qui explique la place centrale qu’occupent, dans son œuvre, les variations imaginaires et les modélisations esthétiques. Andrea Borsari explore quant à lui l’importance qu’Hans Blumenberg a accordé à la pensée de Simmel dans sa définition d’une anthropologie politique. Le dernier chapitre de cette partie, rédigé par G. Fitzi, aborde les conditions de possibilité d’une philosophie confrontée à la modernité, aux transformations de la société et à leurs conséquences pour la condition humaine.

5Comme l’indique G. Fitzi dans son introduction, « la pensée de Simmel a souvent été critiquée pour sa supposée esthétisation et son manque de méthode systématique » (p. 7). Il n’est donc pas surprenant que le Handbook réunisse aussi des spécialistes de l’art et de l’esthétique afin de combattre les malentendus auxquels l’œuvre de Simmel a pu se trouver exposée (partie IV). Claudia Portioli évoque ainsi la place jouée par l’art chez Simmel, à la fois comme possible source méthodologique et comme modèle permettant de saisir des processus également présents dans d’autres espaces sociaux. Mais pour Simmel, l’art apparaissait également, et peut-être même avant tout, comme une forme de connaissance, à rebours des tendances de son temps, qui consistaient plutôt à prendre exemple sur les sciences de la nature. Le chapitre de C. Portioli explore finement les enjeux stylistiques et linguistiques de cette approche, qui se développe dans des textes de nature très différente, essais, fragments et mêmes textes poétiques. Barbara Carnevali et Andrea Pinotti s’intéressent pour leur part à la capacité que manifeste Simmel de « saisir la complicité intime qu’entretient l’esthétique avec la vie sociale » (p. 181). Ils rappellent combien sa démarche a contribué, de façon magistrale et toujours très actuelle, à l’étude des dimensions esthétiques de la société et des formes de la vie sociale. Dans une perspective plus critique, Ingo Meyer consacre son chapitre à la philosophie de l’art de Simmel, auquel ce dernier attribue une autorisation à « spéculer librement » (p. 192) et qu’il a abordé à travers une très grande variété de sujets, ce qui a rendu sa réception délicate et parfois controversée. Enfin, Thomas Kemple relit le Rembrandt de Simmel en montrant que l’auteur n’a pas cherché à dresser un portrait de l’artiste et de son temps, ni à livrer une analyse esthétique de son œuvre, mais plutôt à explorer, à travers le travail du peintre, une nouvelle expérience de l’individualité. Rembrandt en effet produit « quelque chose de nouveau à partir des sources les plus profondes de son existence personnelle » (p. 200).

6La littérature et le théâtre viennent ensuite nourrir la partie V, dans laquelle Monika Tokarzewska aborde une facette moins connue de l’œuvre de Simmel, en analysant sa production littéraire, qui apparaît ici comme un véritable « laboratoire de pensée » (p. 222). Simmel déploie, notamment dans la revue Jugend, des manières d’écrire qui lui permettent d’atteindre, sans visée de réalisme, certains mécanismes de la réalité sociale, traités avec ironie, grâce à des procédés de réduction et d’exagération. Paola Giacomoni nous entraîne ensuite sur les traces de l’héritage de Goethe dans la pensée de Simmel, un aspect moins souvent mis en avant que celui des influences kantiennes sur son œuvre. Pour finir François Thomas évoque la centralité du thème du jeu d’acteur dans l’œuvre de Simmel et montre bien qu’au-delà d’une réflexion sur l’art, ce sont les enjeux des rôles sociaux et de la dramatisation de la vie sociale qui intéressent l’auteur.

7Après ce tour d’horizon disciplinaire, qui restitue toute la richesse des études simmeliennes contemporaines, les parties suivantes optent pour une autre perspective, complémentaire, en proposant une approche plus thématique. La partie VI s’intéresse d’abord à la dimension critique de l’œuvre de Simmel et plus particulièrement à sa contribution à une approche critique de la modernité. Celle-ci est explorée en deux temps puisque Barbara Thériault aborde l’influence exercée par l’auteur sur l’écriture journalistique des années 1920-1930, tandis que Vincenzo Mele reconstruit la réception de Simmel par différentes générations de théoriciens critiques, d’Adorno et Benjamin à Honneth et Jaeggi en passant par la réception « manquante » d’Habermas. La partie VII évoque ensuite différents objets ou concepts centraux dans la démarche simmelienne. Monica Martinelli s’intéresse au concept de liberté, en soulignant que chez Simmel, « la logique de la liberté est dynamique et non pas statique, relationnelle et non individualiste » (p. 293). Il ne s’agit donc pas seulement de comprendre de quoi les gens sont libres (freedom from) mais aussi de saisir ce pour quoi ils veulent utiliser leur liberté (freedom to). Volkhard Krech interroge pour sa part la théorie de la religion que mobilise Simmel en rappelant la distinction qu’il opère entre la religion comme processus social et la religion comme forme sociale établie. Les deux contributions qui suivent peuvent se lire en écho l’une de l’autre, celle de Patrick Watier traitant de l’attitude de Simmel pendant la Première Guerre mondiale et de son rapport à la nation et à l’Europe, tandis qu’Austin Harrington livre une analyse de Simmel comme penseur cosmopolite, ce qui le conduit également à clarifier sa position vis-à-vis de l’idée européenne, « signe d’une possible communauté cosmopolite de nations, de cultures nationales et d’États-nations, mais qui résiste aux perspectives d’assimilation fausse ou coercitive des différences régionales dans des types communs et invariables » (p. 327).

8L’ouvrage se clôt enfin (partie VIII) sur trois contributions très riches qui retracent l’héritage et les formes de réception dont Simmel a fait l’objet dans la sociologie américaine (abordée par Milos Brocic et Daniel Silver, ainsi que par Gary D. Jaworski) et dans les sociétés d’Amérique latine (Esteban Vernik), en appréhendant ces réceptions sur une longue durée courant des années 1920 à la période actuelle.

9L’apport principal de l’ouvrage est sans aucun doute d’avoir réussi à créer les conditions d’un dialogue interdisciplinaire autour de l’œuvre de Simmel. Car si cinq des huit parties fonctionnent selon une logique de découpage disciplinaire, les échos sont nombreux entre les textes, qui se répondent et se complètent bien au-delà de leur appartenance à une même discipline. Certes, on pourra noter que certaines contributions s’adressent parfois à un lectorat plus averti, suffisamment au fait des débats autour de l’œuvre de Simmel, mais la plupart des contributions font preuve d’un réel souci de pédagogie. Les chapitres qui évoquent des pans de la vie de l’auteur, comme celui qui ouvre le livre ou ceux qui, plus tard, traitent de sa période strasbourgeoise et de ses réactions face à la guerre, proposent aussi des éclairages très appréciables sur l’homme et sur son parcours, sur son ancrage dans les préoccupations de son temps et sur ses relations avec ses contemporains. L’ensemble de l’ouvrage remplit donc pleinement ses promesses. Cela tient sans doute également à la manière dont les différentes contributions se rejoignent pour envisager la singularité de la manière de pensée (« mode of thought ») qui caractérise Simmel. Il est d’ailleurs significatif que plusieurs des chercheurs et chercheuses rassemblées dans ce projet reviennent sur le « style » de Simmel, marqué bien sûr par sa conception profondément relationnelle de la vie sociale, mais aussi par son choix d’expérimenter des formes d’écritures très variées, qui ont pu brouiller sa réception et son héritage, mais qui témoignent aussi de la singularité de son parcours et de son œuvre. Au fil des contributions, se dessine ainsi une pensée complexe, profondément originale, parfois mal comprise ou simplifiée. Une pensée vivante aussi : comme le rappellent B. Carnevali et A. Pinotti, la force des idées de Simmel est qu’il est possible de les « mettre à jour (update) en suivant l’esprit dans lequel elles ont été formulées, plutôt qu’en cherchant à les appliquer à la lettre » (p. 181).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure de Verdalle, « Gregor Fitzi (ed.), The Routledge International Handbook of Simmel Studies »Revue des sciences sociales, 66 | 2021, 146-147.

Référence électronique

Laure de Verdalle, « Gregor Fitzi (ed.), The Routledge International Handbook of Simmel Studies »Revue des sciences sociales [En ligne], 66 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/revss/7642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.7642

Haut de page

Auteur

Laure de Verdalle

Université Paris-Saclay, UVSQ, CNRS, Professions, institutions, temporalités (Printemps)
laure.de-verdalle[at]uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search