Skip to navigation – Site map

HomeIssues66Lu-à-lireDavid Le Breton, Bernard Plossu. ...

Lu-à-lire

David Le Breton, Bernard Plossu. Marcher la photographie

Maxime Duviau
p. 148
Bibliographical reference

David Le Breton, Bernard Plossu. Marcher la photographie, Mulhouse, Médiapop éditions, 2019, 112 pages.

Full text

  • 1 Le Breton D., Marcher, éloge des chemins et de la lenteur, Éditions Métailié, Paris, 2012, p. 146.

1Bernard Plossu, photographe d’ombres et de lumières, de merveilles ordinaires du monde. David Le Breton, écrivain, anthropologue des sens et voyageur. Marcher la photographie propose une rencontre émouvante et originale. David Le Breton y présente une relecture attentive de l’œuvre de Plossu. Pour l’anthropologue, la photographie dépasse largement le champ visuel. Toujours sur le ton de la suggestion, l’auteur chemine autour des tirages de son vieil ami. Admiratif et respectueux, il livre au lecteur ses impressions sur l’itinérance du photographe. Le regard au viseur et sans s’imposer de cadre, Plossu témoigne de l’infinie complexité de l’existence. En cela, le photographe et l’anthropologue se rejoignent : tous deux se plaisent à explorer les recoins du monde. L’auteur nous raconte un peu de l’histoire de Plossu. Il expose quelques anecdotes et précise les influences de l’artiste. Particulièrement, la chanson et la route le touchent. Plossu s’imprègne de la mouvance hippie directement à la source et rend le lecteur presque nostalgique d’une époque que peu d’entre nous ont vécu. Le livre est un rappel à la liberté, à l’autonomie suggérée par la flânerie. La photographie apporte une précision subjective sur un monde ouvert et à portée de tous. Le Breton rend surtout hommage à la marche, chère à l’auteur et au photographe. Déjà, dans Éloge de la marche et Marcher, éloge des chemins et de la lenteur, il s’attarde sur « ce moment où la présence au monde devient une forme de spiritualité »1. Ici, l’alliance à la photographie intrigue le lecteur. La pratique est toujours un révélateur de créativité, une osmose avec l’environnement. Mais aujourd’hui, plus besoin d’appareils hors de prix, le touriste du quotidien dégaine son smartphone ou sa tablette pour garder en mémoire un lieu, un moment. Précisément, l’auteur aborde cette photographie sacralisée, mais pas calculée. En une fraction de seconde, le déclic fige une scène aux mille facettes. Au fond, la photographie soumet les sens à l’instant. Le shooter s’impose au lieu et au moment pour retranscrire un spectacle éphémère. Exactement à la manière de la marche, le photographe s’arrête, s’imprègne, puis repart. Il remarque les traces de ce qui vit et a vécu, s’imagine le passé et songe au futur. Plossu lui, regarde le monde avec bienveillance et tendresse. Il n’excelle pas dans la mise en scène, mais plutôt dans une anthropologie de l’aléa. Il n’est pas dans la capture des choses et préfère saisir l’accoutumé. Sa photographie est sensuelle, décente. Elle romance avec sincérité les contradictions de l’existence. Pour cette raison, il fait le choix d’un objectif 50mm : la focale caresse le réel, ne parle pas à la place des gens. Très similaire à l’anthropologie, la photo de Plossu sort des sentiers battus en quête du supposé et de l’inconnu.

2Ce travail est aussi un rappel de la fragile architecture du cosmos. Chaque détail modifie le monde à son insu et de manière parfois inconsciente. De ceci résulte la nature, la culture, la poésie de ce qui nous entoure. Tout cela à travers les merveilles insoupçonnées de l’image. L’ouvrage initie à l’observation du monde, à l’anthropologie. Il se destine aux hommes et aux femmes en recherche d’évasion, à l’étudiant en déconstruction de ses présupposés, ou simplement au curieux en détente. Il retourne à l’essence de l’anthropologie, à la nécessité des arts et du peu. Il précise le fond des choses et leurs significations résiduelles. Et l’histoire se conclut sur les routes américaines, où les mirages accouchent de la chaleur. Un paysage d’asphalte bordé de cactus, de poussière et de serpents à sonnettes. Cette Amérique que le cinéma et la musique proposent au reste du monde. Une odyssée sur fond de Jim Morrison, de sunsets, de canyons, évidemment au volant de grosses cylindrées. Une mythologie idéalisée sur un passé pourtant peu prestigieux.

3David Le Breton, dont l’analyse et l’écriture laissent toujours un peu à rêver, écrit ce détour vers les sources de la lenteur et de la précision. Un retour à l’indispensable, au paisible, à soi. L’anthropologue se promène, son écriture est une randonnée. Elle se soumet à la sinuosité des sensations, à la profondeur de la réflexivité. Dans cet opus, la plume fait union avec la pellicule. Les références littéraires, cinématographiques et artistiques rythment le regard du lecteur. L’auteur stimule l’imaginaire sur une photographie concrète. L’ouvrage inspire par sa rareté. Il entremêle art, véritable miroir social, et sciences humaines. Il précise les petits plaisirs de la solitude et l’importance de l’arrêt sur image. Il confirme que l’aventure est à portée de tous. L’on se plaît à penser, rêver et s’informer sur la manière de l’anthropologue à déceler le détail, à s’exprimer sur le monde. Les mots renseignent sur la passion de transmettre les ressentis, les analyses, le sens des choses propres au créatif. La lecture est fluide et introspective. Une petite philosophie de l’ordinaire, un écho à Barthes ou Sansot. Une plongée dans les origines du mythe et le symbole des éléments. Une balade à leur côté, dans le sublime silence que nous offre la marche. Une promenade à l’issue apaisée. Une soirée dans laquelle l’auteur livre son regard sur cet ami, sur la photographie, sur la marche, sur le retour à soi.

Top of page

Notes

1 Le Breton D., Marcher, éloge des chemins et de la lenteur, Éditions Métailié, Paris, 2012, p. 146.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maxime Duviau, “David Le Breton, Bernard Plossu. Marcher la photographieRevue des sciences sociales, 66 | 2021, 148.

Electronic reference

Maxime Duviau, “David Le Breton, Bernard Plossu. Marcher la photographieRevue des sciences sociales [Online], 66 | 2021, Online since 30 November 2021, connection on 25 September 2022. URL: http://journals.openedition.org/revss/7654; DOI: https://doi.org/10.4000/revss.7654

Top of page

About the author

Maxime Duviau

UMR 7367 Dynamiques Européennes
CNRS/Université de Strasbourg
maxime.duviau[at]etu.unistra.fr

Top of page

Copyright

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search