Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Les transformations d’une revueUne quête des traces, un chemin p...

Les transformations d’une revue

Une quête des traces, un chemin pour les rôdeurs de frontières

A Search for Traces, a Path to Roam the Borders
Freddy Raphaël
p. 16-19

Résumés

L’article rappelle le contexte historique, scientifique et social de la fondation par Julien Freund de la Revue des sciences sociales en 1972 et son objectif de mener une étude rigoureuse de la spécificité, et en même temps de l’universalité, d’une culture des marges. La contribution détaille comment ont émergé des thèmes récurrents de la revue, tels la critique d’une identité perçue comme mythe refuge, le concept de frontière comme ce qui, suivant Georg Simmel, sépare et unit, la construction de l’étranger. L’auteur oppose enfin la « crise du langage », expression tour à tour d’une société déshumanisante et brutale, de pouvoirs totalitaires ou de volontés manipulatrices, à l’hospitalité de la langue et au détour par l’ailleurs que la traduction représente et concrètement met en œuvre.

Haut de page

Texte intégral

1C’est en toute subjectivité, je le reconnais, que je livre ces quelques réflexions qui, pour moi, participent avec alacrité au jubilé de la belle aventure de la Revue des sciences sociales. C’est en 1972 que Julien Freund a eu l’audace de fonder une publication qui, face à l’idéologie régionalitaire exaltant une image fantasmée de l’Alsace, se proposait de mener une étude rigoureuse de la spécificité, et en même temps de l’universalité, d’une culture des marges.

2Si notre publication, dirigée de 1972 à 1979 par Julien Freund, par moi-même de 1980 à 2017, et depuis lors par Nicoletta Diasio, a tenu bon contre vents et marées, c’est parce que nous avons bénéficié de l’engagement soutenu, passionné des membres des équipes scientifiques et des équipes de rédaction. Rien n’aurait pu se faire sans eux. Je tiens à leur exprimer ma profonde gratitude, ainsi qu’aux rédacteurs en chef qui se sont succédé et ont accompli un très bon travail. J’éprouve aussi une grande reconnaissance envers l’Université de Strasbourg qui, avec une réelle ouverture d’esprit, nous a toujours apporté son plein soutien.

3La remise en cause d’une image par trop complaisante et emblématique élaborée par diverses fractions de la population alsacienne, a valu à certains auteurs de la Revue une sournoise hostilité : ils ont été accusés d’être des Nestbeschmutzer, de « souiller leur nid ». Personnellement, pour avoir rapporté qu’il y avait eu également, en très petit nombre certes, des volontaires alsaciens parmi les S.S, nous avons eu des appels téléphoniques en pleine nuit. On nous informait, charitablement, que les fours qui avaient servi à brûler les Juifs « étaient encore chauds ». Dans tel village du vignoble haut-rhinois, nous nous sommes heurtés à une hostilité certaine uniquement parce que nous avons rapporté que des ouvriers de la carrière avaient défié les propriétaires des vignes en défilant devant l’église, le 1er mai, le drapeau rouge en tête. Ailleurs, on nous a accusé d’avoir nui à la bonne réputation d’une bourgade industrielle parce que nous avons évoqué la coutume du « lundi bleu ». Ce jour-là, certains ouvriers qui avaient touché leur paie désertaient la filature et s’adonnaient à la dive bouteille. On les hissait sur leur carriole et le cheval les ramenait fidèlement dans leur foyer.

4Il nous a fallu aussi faire face, à certains moments, à des menaces qui, par intérêt bien compris, ne furent pas mises à exécution. Il en fut ainsi après que nous ayons publié les études courageuses d’historiens de notre Université tels Léon Strauss, Dominique Lerch, Jean-Claude Richez, qui avaient analysé l’engagement fasciste et raciste de Joseph Bilger. Chef de la Ligue paysanne (Bauernbund) du Sundgau dans l’entre-deux-guerres, il fut ensuite le conseiller du Gauleiter nazi de la Moselle annexée. L’un de ses fils, professeur à la Faculté de droit, s’emporta violemment contre ce travail novateur, et nous menaça de poursuites en justice. Bien que l’accès aux archives du procès qui avait condamné Joseph Bilger nous fut refusé, nous avons persévérer, nous avons instruit le dossier, et la menace n’eut pas de suite.

5La Revue des sciences sociales s’est efforcée de rester fidèle à l’esprit de son fondateur. L’un des traits marquants de la personnalité attachante de Julien Freund (1921-1993), ce fut son profond respect pour l’indépendance de réflexion de chacun de ses collaborateurs. Il n’a pas voulu s’entourer de « disciples », préférant la compagnie de ceux qui, refusant la servilité, « ferraillaient » avec lui dans un échange exigeant. Il a témoigné d’une générosité, faite de confiance maintenue, d’écoute attentive, de la capacité de comprendre les problèmes de chacun. Derrière son rire libérateur et décapant s’affirmaient le sens de l’inachèvement, le refus des certitudes verrouillées, la volonté de saper tous les dogmatismes.

6Pour ce faire, il importait de mettre en œuvre une démarche rigoureuse, ayant recours à des concepts opératoires clairement définis, situés dans un cadre théorique cohérent. Cette méthodologie devait nécessairement être mise à l’épreuve du terrain, d’où la valorisation des enquêtes fouillées.

7Nombre d’auteurs de la Revue des sciences sociales ont répondu aux exigences qu’Ivan Jablonka a proposées aux historiens : « l’engagement du moi, les défis de l’enquête, les incertitudes du savoir, les potentialités de la forme, l’émotion » (2014 : 96). Ce faisant, ils ont suivi l’injonction de Max Weber pour qui les actions des hommes doivent être appréhendées à partir du sens qu’ils leur confèrent. Il importe de saisir la conception globale de l’existence qui anime et que vivent les acteurs.

8Pour rendre compte de la complexité et du caractère évolutif d’une société à un moment de son histoire, bien des tenants des sciences sociales ont eu recours, à la suite de Raymond Aron et de Julien Freund, à la méthode « idéaltypique » de Max Weber. Pour ce père fondateur, toute analyse d’un fait social est une construction intellectuelle qui repose sur un découpage fragmentaire de la réalité. La diversité et la dynamique de cette dernière échappent à une saisie forcément partielle. Qui plus est, toute analyse relève d’un a priori arbitraire, d’un rapport aux valeurs, qui privilégient une perspective donnée. D’où la nécessité d’élaborer un « idéaltype » en « accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes isolés, diffus et discrets, que l’on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre, par endroits pas du tout, qu’on ordonne selon les précédents points de vue choisis unilatéralement pour former un tableau de pensée homogène » (Weber 1982 :181).

9Une interrogation sur la « frontière » n’a cessé de tarauder cette terre des marges qu’est l’Alsace, disputée entre différentes nations. Sa structure linéaire est certes une invention française de la fin du xviiie siècle, qui s’est affirmée avec la Révolution, mais son tracé n’est pas intangible. Il participe d’une construction symbolique, qui convoque nombre de représentations, et soumet les éléments « naturels » aux aléas d’enjeux politiques et culturels. La perception de la frontière, le regard que nous portons sur elle, sont travaillés par la dynamique de l’histoire. Avec l’exacerbation des nationalismes aux xixe et au xxe siècles, les guerres « fracturent les territoires, les paysages, les mémoires… Dans la fissure se creuse un fossé qui est transformé en muraille » (Richez 1991 : 43). Quant au sentiment d’appartenance, qui se caractérise par sa dimension subjective et émotionnelle, il porte l’empreinte de l’évolution de la réalité politique, sociale et culturelle.

10La frontière peut, comme le souligne Georg Simmel (1908), constituer un « pont » qui relie les hommes ou, au contraire, s’ériger en un « seuil » qui s’oppose à leur rencontre. Elle participe à la construction de l’autre, de l’étranger, et elle alimente des fictions qu’instrumentalisent des identités souvent fantasmées.

11Alors que les conditions économiques et politiques incitent une population grandissante à quitter son pays d’origine, une partie importante de l’Europe se recroqueville sur elle-même, et se comporte comme une forteresse assiégée. Il importe de ne pas minimiser le défi que constitue la construction d’une culture nationale, qui assure la coexistence de l’histoire et de la mémoire singulières du pays d’accueil avec la diversité des populations immigrées. Celles-ci peuvent toutefois bénéficier de l’aide d’une communauté qui s’est établie et structurée dans ce nouveau havre, mais qui peut aussi être une barrière pour une intégration plus poussée. En atteste une étude que nous avons réalisée avec Geneviève Herberich-Marx auprès de trois générations de mineurs polonais du bassin potassique de l’Alsace. Il nous est apparu que la communauté polonaise était engagée dans un combat par trop inégal entre les forces assimilatrices, qui encouragent le mimétisme et le conformisme social, et l’exercice d’une mémoire familiale à la fois spécifique et collective qui assure la survie du groupe. Mais il arrive que des événements extérieurs empoignent ceux qui se croyaient « délivrés » du pays antérieur et brisent leur carapace d’indifférence. Des jeunes de la troisième génération, qui se voulaient parfaitement intégrés dans la société française, pour qui l’évocation du pays d’autrefois était de l’histoire ressassée, voire mythifiée, ont mesuré à leur émotion face à des événements comme l’élection pontificale de 1978 ou les seize mois du syndicat Solidarność à quel point ils tenaient encore au pays de leurs pères. Comme le souligne Juan Matas, « l’immigré et l’étranger ne sont – somme toute – que l’une des formes que peut revêtir l’altérité. Les vieux démons qui ressurgissent aujourd’hui, ici et ailleurs, ne prennent pas toujours pour cible l’immigré, mais la haine à son égard est un signal d’alerte auquel nous devons demeurer attentifs » (1993 :129).

12Dans notre réflexion sur la dynamique de l’accueil de l’étranger, nous avons accordé une place privilégiée à l’étude de l’hospitalité de la langue, la traduction.

13Les langues différentes, comme le souligne Barbara Cassin, dessinent des mondes différents, « qui sont en résonance les uns avec les autres, mais jamais tout à fait superposables » (2012 : 9). Chacune d’entre elles esquisse le monde d’une façon singulière : la traduction, qui signifie littéralement « la traversée », nous ouvre à ces univers qu’elle met en contact en laissant entendre leur signification, leur tonalité et leur rythme.

14Des écrivains qui furent contraints à l’exil, ou qui s’y résignèrent, participèrent à la construction d’une « culture de l’entre-deux ». Celle-ci résulte des interactions créatrices entre plusieurs langues. Elle bénéficie de l’enrichissement réciproque de la langue d’accueil, qui se trouve bousculée, soumise à des sonorités et des rythmes neufs, et de la langue de l’errant, qui est arrachée à l’évidence d’une existence partagée. Parfois l’exilé acquiert une connaissance intime et profonde de la langue-hôte, en même temps qu’il la transforme et lui confère une dimension singulière.

15La traduction participe d’un « détour par l’ailleurs » qui, par la confrontation avec « une pensée du dehors » (Jullien 2012), déstabilise les systèmes cloisonnés et clos. Tout en révélant « d’autres modes d’intelligibilité », elle crée de l’inconfort dans le système des représentations et forge un regard déshabitué. Par un mouvement de va-et-vient entre deux sphères culturelles, repérant les contrastes mais aussi les liaisons, le traducteur s’éloigne du « seuil » pour arpenter le « pont ». Alors qu’il nous fait entendre l’accent de l’autre il nous révèle le nôtre. Il « met l’écoute en éveil et déconstruit l’évidence du sens ». Il arrive que les cultures, celle des migrants et celle du pays d’accueil, ainsi que la tension entre les correspondances et les ruptures, soient à l’origine d’une langue flamboyante. Celle-ci, comme le souligne Nicole Lapierre (2006 : 233), « oralise l’écriture, trouble le français de créole, et fait surgir du sens dans la collision des mots ».

16On peut parler d’une « crise du langage » lorsque les détenteurs du pouvoir, ou ceux qui s’emploient à l’accaparer, ainsi que les idéologues convaincus de posséder « la vérité », l’instrumentalisent. Cette perversion manipulatrice rend impossible la construction d’une société pleinement humaine. L’effondrement du mot et de la parole signifie la mort d’une signification du langage. Tous les totalitarismes, fascistes, national-socialistes, staliniens, maoïstes… dans la mesure où ils revendiquent une emprise totale sur la personne, redéfinissent « la » langue correcte. Que celle-ci ait pu servir dans les camps d’extermination, « sans que se paralysât la bouche humaine » (Steiner 2010 : 73) a ouvert une blessure qui ne s’est jamais cicatrisée.

17Dans un monde où se mettent en scène avec complaisance la rapacité et la brutalité de la meute, il importe de privilégier dans notre « Revue » l’étude de l’humour en faisant preuve d’une exigeante lucidité. Face aux régimes qui se vantent d’avoir mené l’histoire vers son accomplissement, l’humour met en question les certitudes sans cesse proclamées. Il encourage un regard déshabitué, afin que l’homme dégrisé perçoive la vanité du pouvoir, de la richesse, de l’arrogance et de la hiérarchie sociale. Il nous révèle combien notre société est factice, et nous aide à en démystifier la fausse sécurité. La dimension politique de l’humour résulte de sa volonté de miner le réel et de promouvoir une présence décalée au monde. Elle s’exprime dans la dénonciation de l’absurdité de la guerre et de sa folie meurtrière, tout comme dans la critique de la violence ordinaire. L’humour va au-delà de l’ordre apparent des choses et en révèle la face cachée. Quand le système de répression ne peut être renversé, il en dénonce, par la transgression verbale, l’arbitraire et l’iniquité. L’humour a également un rôle social dans la mesure où il crève d’un coup d’épingle la boursouflure du paraître et se gausse du parvenu. Il nous ramène au réel en démontant l’emphase ; il fait éclater la bulle d’une prétendue supériorité. Il se rebiffe contre l’arbitraire des préjugés et contre l’humiliation infligée dans un rapport de force inégal.

18Pour l’avenir mettons le cap, avec une lucidité obstinée, vers un monde qui accueille la vie, et démasquons la brutalité de notre temps. Reprenons la route avec Don Quichotte qui oppose son admirable folie « à la médiocrité des gens raisonnables, des tenants de l’ordre établi, défenseurs d’une tradition creuse et mensongère » (Canavaggio 2005).

19Je me permets, par une captation quelque peu abusive, de souhaiter que notre « Revue » se place résolument dans le sillage de l’humour new-yorkais tel que le définit l’ami Tomi Ungerer : c’est souvent un humour juif, parce que cette métropole a accueilli ceux qui fuyaient les guerres et les persécutions. C’est une ville d’apatrides, et « les réfugiés, par essence, tiennent des propos déplacés ».

Haut de page

Bibliographie

Canavaggio J. (2005), Don Quichotte du livre au mythe. Quatre siècles d’errance, Paris, Fayard.

Cassin B. (2012), Plus d’une langue, Montrouge, Bayard.

Jablonka I. (2014), L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le Seuil.

Jullien F. (2012), Entrer dans une pensée, suivi de L’écart et l’entre, Paris, Folio Gallimard.

Lapierre N. (2006), Pensons ailleurs, Paris, Folio Gallimard.

Matas J. (1993), « Processus d’intégration. Des populations d’origine immigrée et multiculturalisme », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 20, p. 124-129, <https://doi.org/10.3406/revss.1993.3582>.

Raphaël F., Herberich-Marx G. (1985), « Mémoires d’Exil. Mémoires de la « colonie » chez les mineurs polonais du Bassin Potassique d’Alsace », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 14, p. 39-60, <https://doi.org/10.3406/revss.1985.2831>.

Richez J.-C. (1991), « Guides touristiques de Strasbourg et la frontière », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 19, p. 31-44, <https://doi.org/10.3406/revss.1991.2987>.

Simmel G. ([1908] 1999), Sociologie, Paris, PUF.

Steiner G. (2010), Langage et silence, Paris, Belles Lettres.

Weber M. ([1904-1917] 1982), Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Freddy Raphaël, « Une quête des traces, un chemin pour les rôdeurs de frontières »Revue des sciences sociales, 68 | 2022, 16-19.

Référence électronique

Freddy Raphaël, « Une quête des traces, un chemin pour les rôdeurs de frontières »Revue des sciences sociales [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/8417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.8417

Haut de page

Auteur

Freddy Raphaël

Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles (LinCS), UMR 7069
CNRS/Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search