Navigation – Plan du site
Esthétiques outrageuses

Corps meurtri, corps parlant

Le discours de Servilius au peuple en 167 av. n.è.
Bruised Body, Speaking Body. The Servilius’ Speech to his People in 167 B.C.
Philippe Akar
p. 54-61

Résumés

En 167 av. n.è, l’ancien consul M. Servilius prit la parole devant le peuple afin de le persuader de ne pas s’opposer au triomphe de Paul-Émile. À la fin de son discours, il découvrit et expliqua une à une les cicatrices acquises au cours des guerres menées à la tête de ses soldats. La toge de Servilius finit par glisser, et par découvrir une tumeur qu’il avait à l’aine. Alors le public se mit à rire. Servilius parvint pourtant à ses fins et le peuple vota unanimement en faveur du triomphe de Paul-Émile. Cette étude propose de réfléchir aux interactions entre le corps scarifié et difforme du général orateur, comme support d’un discours qui déterminait le sens du dévoilement de ce corps, et l’opinion du corps civique à qui il s’adressait, interactions qui permettent de comprendre non seulement que Servilius a convaincu le peuple, mais également le caractère exemplaire de cet épisode.

Haut de page

Texte intégral

1En 167 av. n.è., le général romain Paul-Émile revint à Rome après avoir remporté à Pydna une éclatante victoire sur Persée, le roi de Macédoine. Rome devenait ainsi la puissance dominante du monde hellénistique, dictant leur politique aux rois et aux cités de la Méditerranée orientale. De plus, cette victoire avait rapporté un immense butin, prélude de l’extraordinaire enrichissement qu’allait connaître Rome grâce à son empire (Gruen 1984 : 423-436, 514-519, 569-578 ; Sherwin-White 1984 : 30-51, Ferrary 1988 : 179-186). La présentation de ce butin devait constituer l’éclatante parure du triomphe de Paul-Émile, de ce défilé du général et de toute son armée à travers la ville au cours duquel s’exprimait le consensus enthousiaste de toute la cité autour de son commandant victorieux (Flaig 2004 : 32-48, Beard 2007 : 225-256, Bastien 2007 : 127-129, 251-265, 316-322).

  • 1 Ser. Sulpicius Galba, sans doute fils du préteur homonyme de 187, avait servi comme tribun militair (...)
  • 2 Liv., XLV, 35, 4-36, 8 ; Plut., P. Em., 31, 1-3. Aulu-Gelle (NA, I, 23, 1) au IIe s. ap. J.C., pouv (...)
  • 3 Liv., XLV, 37-39. Rien ne permet de déterminer avec certitude si le discours de Servilius se trouva (...)
  • 4 Marcus Servilius Pulex Geminus avait été consul en 202 (Stein 1923).
  • 5 Les autres cas de dénudation réelle en public, et non simplement évoquée dans un discours, sont trè (...)

2Le Sénat, face à l’ampleur de cette victoire, vota le triomphe à Paul-Émile, puis demanda à l’assemblée du peuple de voter une loi lui conférant l’imperium consulaire, nécessaire pour que le général entre dans la ville à la tête de son armée (Flaig 2000 : 131‑146, Bastien 2007 : 201-202). Or dans les jours précédant ce vote, des voix s’élevèrent, celles des soldats de Paul-Émile, affirmant que ce dernier avait fait régner une discipline inhumaine et que la distribution du butin ne leur avait pas suffisamment rapporté. Un tribun militaire ayant servi sous les ordres de Paul-Émile, Ser. Sulpicius Galba, stimula ce mécontentement. Membre d’une famille prétorienne, Galba tentait probablement, par cette action, d’augmenter sa réputation avant d’entamer la carrière des honneurs1. Le jour du vote, les premières tribus appelées à voter se prononcèrent contre le triomphe. Des sénateurs firent alors interrompre la procédure, et certains d’entre eux s’adressèrent au peuple, notamment Caton l’ancien2. Pourtant, la tradition annalistique que nous connaissons grâce à Tite-Live retint l’intervention de Servilius3, le plus vieux des consulaires du Sénat4. Ce discours resta dans la tradition, d’une part parce qu’il aboutit au retournement complet de l’opinion du peuple, qui vota finalement et unanimement en faveur du triomphe (Diodore, 31, 8, 10-12 ; Florus, I, 28, 12-13 ; Vel. Pat., I, 9, 6 ; Plut., P. Em., 32, 1), d’autre part parce que Servilius usa d’une technique oratoire qui n’avait pas d’équivalent, et qui n’eut aucune postérité, malgré son efficacité lors de cet épisode (Briscoe 2012 : 746, Flaig 2004 : 123-136, Connoly 2007 : 61-62)5 :

« Insigne corpus honestis cicatricibus, omnibus aduerso corpore exceptis, habeo ». Nudasse deinde se dicitur et, quo quaeque bello uolnera accepta essent, rettulisse. Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant, tumor inguinum proximis risum mouit. Tum « hoc quoque, quod ridetis », inquit « in equo dies noctesque persedendo habeo, nec magis me eius quam cicatricum harum pudet paenitetque, quando numquam mihi impedimento ad rem publicam bene gerendam domi militiaeque fuit. Ego hoc ferro saepe uexatum corpus uetus miles adulescentibus militibus ostendi : Galba nitens et integrum denudet »

« On voit nettement sur mon corps des cicatrices honorables, toutes provenant de blessures reçues de face ». On dit qu’ensuite il se déshabilla et rappela dans quelle guerre il avait reçu chacune de ces blessures. Comme il avait, en les montrant, découvert par inadvertance une partie de son corps que l’on doit cacher, la vue d’une tumeur inguinale excita le rire de ses plus proches voisins. Alors il s’écria : « Le mal aussi, qui vous fait rire, je l’ai pour être resté des jours et des nuits à cheval et je n’en ai pas plus de honte ni de regret que de ces cicatrices, puisqu’il ne m’a jamais empêché de bien servir l’État en temps de paix et en temps de guerre. Moi, vieux soldat, j’ai montré à de jeunes soldats ce corps souvent meurtri par le fer ; que Galba mette à nu le sien qui est éclatant de santé et indemne ! » (Liv., XLV, 39, 16-19 (trad. Jal 1979)).

3D’après la tradition annalistique, Servilius triompha donc en ouvrant sa toge et en dévoilant ses cicatrices et même son sexe, déformé par une tumor inguinale. Ce succès s’expliquait par la manière dont il avait fait de ce dévoilement un élément de son discours au peuple, c’est-à-dire dont il avait investi son corps scarifié et déformé de significations qui, dans ce contexte particulier, lui avaient permis de renverser l’opposition initiale de son auditoire. Pour comprendre, dans cette mise en scène particulière que nous présente Tite-Live, le rôle de cette mise à nu des cicatrices et de la tumeur inguinale, il faut tout d’abord déterminer en quoi elle constituait une violation des normes de comportement de l’aristocratie romaine. Quelle pouvait donc être la valeur exemplaire, pour la tradition annalistique, d’un épisode fondé sur une violation de ce type et resté unique dans l’histoire politique de Rome ? Quelle était la nature de l’interaction que Servilius avait su construire entre son corps scarifié et déformé et le peuple qui était le destinataire de son discours ?

Un renversement de la tradition ?

4Sous la République, la prise de parole en public, c’est-à-dire aussi bien le discours verbal que les gestes accomplis lors de cette performance, était soumise à des contraintes qui n’étaient pas fixées par la loi, mais par les traditions, donc par l’existence de précédents (David 1992, Gunderson 2000, Petrone 2010). Or nous allons voir que le geste accompli par Servilius constituait une infraction vis-à-vis de deux normes traditionnelles du comportement civique : ne montrer en public aucune partie de son corps devant être couverte par la toge, ne pas montrer ses cicatrices de guerre dans un contexte civil.

  • 6 Cicéron n’avait pas le monopole de ce genre d’accusation (Pro Dej., 26, Cordier 2005 : 356-363).
  • 7 Liv., XLV, 39, 17 : Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant (« Comme il avait, en le (...)

5D’après Tite Live, on raconte que Servilius, arrivé à la péroraison de son discours, se déshabilla : nudasse deinde se dicitur (Liv., XLV, 39, 17). Nudus ne signifiait pas forcément que l’individu se mettait entièrement nu. Chez Cicéron, plus d’un siècle après cet épisode, mais à l’époque où écrivirent les annalistes dont les œuvres constituèrent les sources de Tite-Live, était nudus celui qui était habillé de manière impropre par rapport à son statut et aux circonstances dans lesquelles il se trouvait. Ainsi, Cicéron reprocha à Verrès ou à Antoine d’avoir été nudus, c’est-à-dire de s’être vêtu de manière inappropriée à leur fonction de magistrat du peuple romain. Nudare, chez Cicéron, impliquait la critique d’un comportement moralement répréhensible parce qu’il était adopté par des membres de la classe dirigeante (Cic., Verr, II, 2, 154 ; 3, 23 ; 4, 143 ; 5, 32 ; Phil., II, 111 ; III, 12; XIII, 31 ; De off., I, 126‑127)6. En revanche, il n’y avait pas, dans les sources latines de la fin de la République et du début de l’Empire, de condamnation généralisée de la nudité, d’aucune partie du corps(Heskel 2001, Cordier 2005 : 84-110, Benoist 2012, Baroin 2015). C’est pourquoi dans le récit livien, le dévoilement de son sexe par Servilius ne constituait que le prolongement de la mise à nu du torse7. La nudité était jugée en tant que comportement social, en fonction du contexte dans lequel elle intervenait.

  • 8 Quand Servilius se met « nu », il montre en fait son torse, puisque son sexe apparaît après le réci (...)

6Ici, le verbe nudasse utilisé par Tite-Live impliquait que Servilius avait ouvert sa toge, qui constituait depuis le iie s. av. J.-C. le costume du citoyen romain dans ses activités publiques8. Cette large pièce d’étoffe n’avait en soi rien de particulier, et c’était par sa manière de la porter et de bouger avec elle qu’un individu affirmait son statut de citoyen. La manière de porter la toge montrait publiquement son honestas, et même sa dignitas s’il appartenait aux classes supérieures de la société romaine. Elle constituait un marqueur social puisqu’elle produisait des signifiés en fonction des normes avec lesquelles elle entrait en rapport dans un contexte particulier (Vout 1996, Stone 2001, Fögen 2009, Baroin 2012, Galinier 2012). Puisque la toge n’était pas constituée seulement d’un morceau de tissu, mais surtout d’une manière de s’en couvrir le corps, on peut donc dire que Servilius, en ouvrant sa toge, l’avait quittée, et qu’il était, dans ce sens, nu. Or la notion de nudité renvoyait à l’idée d’une indignité de l’individu, puisque dans l’espace public, seuls étaient nus les esclaves au moment de leur vente, les prisonniers, les condamnés à mort déshabillés avant leur supplice, c’est-à-dire des individus pour qui la nudité constituait un comportement subi, signe de leur abaissement social (Cordier 2005 : 148-176). En ouvrant sa toge, instrument exprimant sa dignitas, Servilius prenait le risque que cette nudité métaphorique fut interprétée sur le modèle de la nudité réelle d’une de ces catégories d’individus, et que ses pairs et les citoyens qui assistaient à sa performance jugeassent qu’il avait adopté dans ces circonstances une tenue dont ils pouvaient considérer qu’elle ne convenait pas à un consulaire en public (Id. : 120-169). La mise à nu pouvait apparaître comme une violation d’une des vertus cardinales du citoyen, le pudor, à la fois la retenue et le sentiment de honte en tant que conscience morale du convenable (Thomas 2012). Elle équivalait donc à une rupture d’une de ces normes sociales qui constituaient le ciment de la communauté civique. Or, dans le cadre d’un conflit entre la masse des citoyens et sa classe dirigeante, c’est justement ce moyen de la mise à nu que choisit Servilius.

  • 9 Voir n. 5.
  • 10 Les sources de la fin de la République et du début de l’Empire montrent qu’il était admis, dans cer (...)

7Si ce dernier prit ce risque de la nudité, c’est qu’il voulait montrer les cicatrices sur son torse. Pourtant, cette exhibition des cicatrices au Capitole, devant l’assemblée du peuple, constituait une autre violation des normes du comportement civique. Des recherches récentes ont montré le caractère ambigu de la perception des cicatrices à la fin de la République romaine (Evans 1999, Flaig 2004 : 126‑129, Cordier 2005 : 110-119). Celles acquises à la guerre étaient honorables pour le soldat, et il était admis qu’il les montre, mais seulement dans des circonstances exceptionnelles : dans un procès par exemple, lorsqu’il fallait convaincre un jury ou une assemblée de ses qualités morales9. Pourtant, ordinairement, le citoyen qui portait ce genre de cicatrices ne devait, dans un contexte civil, ni s’en glorifier trop ouvertement, ni les montrer. Ainsi, les cicatrices visibles ou un handicap consécutif à une blessure de guerre, sans conduire à une interdiction formelle de toute activité civique, pouvait provoquer la gêne, des plaisanteries et même la réprobation. L’infirmité physique était souvent perçue comme la conséquence d’une défaillance morale (Garland 1995 : 73-86, Vlahogiannis 1998, Libero 2002, Cordier 2005 : 113-115, Cuny-Le Callet 2005 : 12-119, Baroin 2002, 2010, 2015, Ducos 2010). Ainsi, dans le cas du discours de Servilius, les rires du public ne furent pas provoqués par l’apparition de son sexe, qui n’est même pas notée en tant que telle par Tite-Live, mais par celle de cette protubérance presque monstrueuse qu’il avait à l’aine (Liv., XLV, 39, 17)10.

8On comprend ainsi la logique du récit de Tite-Live : un consulaire se présente devant l’assemblée du peuple et prononce un discours. Sa toge recouvre intégralement son corps, ce qui correspond au comportement attendu de la part d’un membre de la classe dirigeante s’exprimant en public, et ni ses mains ni son visage ne portent de cicatrices. Puis, à la fin de son discours, Servilius ouvre sa toge, révélant ce qui était caché, ce qui, selon les normes sociales du comportement civique, aurait dû rester caché, ses cicatrices, jusqu’à cette tumeur au niveau du sexe. Le discours de Servilius, tel qu’il est raconté par Tite-Live, met en scène à la fois son respect des normes du comportement civique, puisque lorsqu’il se présente devant l’assemblée, ses cicatrices disparaissent entièrement sous sa toge, puis la violation de ces normes à l’acmé de son discours. Dans cette mise en scène, le dévoilement de la tumor constituait donc le point paroxystique de celui des cicatrices.

9Peut-on tenter de reconstituer le regard de la foule sur ce sexe déformé ? Des représentations figurées tendent à montrer que certains, dans le monde romain à cette époque, ressentaient une forme d’intérêt pour les déformations de l’appareil génital, et plus particulièrement pour les tumeurs inguinales (Besques 1972 : 172-176, fig. 1203-1209, 1215, 1224, 1242, Jacobelli 1995 : 58-59, Sambroia 1995, Clarke 1998 : 119-142, 174-177, 199-201, Clarke 2007 : 213-215, Mitchell 2013). La plupart de ces représentations sont des ex-voto, offerts au dieu qui était intervenu pour la guérison (Regnault 1908, Gourevitch 1963, Giuliani 1987). Mais d’autres représentations d’une tumeur inguinale ne sont pas des ex-voto. Ainsi, une fresque des thermes suburbains de Pompéi représente un poète en train de lire, dont l’entrecuisse est affecté d’une telle tumeur (Fresque n° 8, ill. 1 ; Jacobelli 1995 : 57-60, fig. 48 ; Clarke 1998 : 237-9, pl. 16). Cette fresque est la dernière d’une série de représentations pornographiques sur les murs du vestiaire de cet établissement thermal. D’autre part, une statue en terre cuite découverte à Smyrne, datant de la période hellénistique (c’est-à-dire entre le iiie et le ier s. av. J.-C.), représente un danseur, dont le corps idéal est déformé par une énorme protubérance au niveau des testicules (Besques 1972 : 172, D 1203 ; Gourevitch 1963, Giuliani 1987 : fig. 8, Jacobelli 1995 : 58, fig. 49). Il est bien sûr toujours difficile de tirer des conclusions lorsque les sources sont si rares. Mais il est quand même remarquable que ces deux représentations jouent sur le même registre : le poète lit parce qu’il ne peut plus participer, en raison de son infirmité, aux ébats sexuels représentés sur les autres fresques. Le danseur, quant à lui, exécute un mouvement qui se voudrait gracieux, mais qui ne peut plus l’être en raison de son infirmité, qui vient contredire la perfection du corps. La tumeur inguinale, dans ces deux cas, est ce qui entre en contradiction avec le mouvement du corps, le coït ou la danse.

Ill 1 : Fresques n° 8 (à gauche) et n° 7 (à droite). Terme Suburbane di Pompei.

© Ministère du Patrimoine et des activités culturelles et touristiques – Parc archéologique de Pompéi. Toute reproduction ou duplication est interdite.

  • 11 On remarquera d’ailleurs que le récit de Tite-Live ne décrit jamais précisément les réactions de la (...)

10Mais plus remarquable encore, ces mises en images de tumeurs inguinales relèvent de ce que décrit Tite-Live à propos du discours de Servilius. Cette tumor entrait en contradiction avec le discours verbal, soit qu’elle semblât démontrer l’impossibilité des actions militaires dont Servilius se gargarisait pourtant, soit qu’elle ait eu la réputation d’être la conséquence d’une activité sexuelle débridée, incompatible avec l’idéal aristocratique de domination de soi (Vlahogiannis 1998, Cordier 2005 : 116-7). Ainsi, dans cet épisode tel que la tradition annalistique le racontait, l’apparition de la tumor comme élément du discours menait à son terme la mise en scène d’une possible contradiction entre les signes du corps, signes d’un comportement peut-être déviant par rapport aux traditions et aux normes sociales de cette époque, et la parole de l’orateur, contradiction pouvant conduire à vider le discours de sa force persuasive. Dans la mise en scène du discours telle que la relatait la tradition annalistique, l’apparition des cicatrices puis celle de la tumeur devenaient la cause, pour les citoyens qui assistaient à cette performance, d’une incertitude sur le sens de ce qu’ils voyaient. Mais là où l’exhibition des cicatrices introduisait simplement un trouble sur le comportement de Servilius, celle de la tumor, en étant désignée comme la cause du rire, menaçait de rendre le corps inefficace à ce que ce dernier voulait en faire, un argument décisif au service de son autorité (Cordier 2005 : 110-112, Flaig 2004 : 125, Connoly 2007 : 61-62). Le récit annalistique de cet épisode s’intéressait en définitive peu à la question du regard des citoyens sur les cicatrices de Servilius. Il investissait au contraire d’une valeur capitale la construction de l’autorité par leur dévoilement11.

De l’impuissance du corps au triomphe du discours

11Ainsi, selon Tite-Live, Servilius exhibait son corps meurtri, son corps difforme jusqu’à l’obscénité, et c’est pourtant avec ce corps-là, qui aurait pu conduire à l’impuissance de sa parole, qu’il emporta l’adhésion unanime de son auditoire (Flaig 2004 : 134-136).

12D’après le texte de Tite-Live, Servilius fit de cette exhibition des cicatrices un argument positif en insistant sur le fait que toutes étaient honorables, puisqu’elles avaient été reçues de face, plus précisément au cours de 23 combats singuliers victorieux, dont il fit méthodiquement le récit (Liv., XLV, 16-17). Ces cicatrices se différenciaient ainsi de celles reçues sur le dos par le fuyard sur le champ de bataille ou par l’esclave puni par le fouet (Liv., XLV, 39, 17-18, Evans 1999, Baroin 2002, Cordier 2005 : 110-119). Même le tumor que Servilius dévoila, par inadvertance d’après Tite-Live, était la conséquence des jours passés à cheval à la tête de ses armées. Ainsi l’énorme gonflement au niveau de son sexe constituait-il, comme les cicatrices, une trace visible sur son corps de sa uirtus mise au service de la patrie (Liv., XLV, 39, 18).

  • 12 Voir introduction et n. 5.
  • 13 Sur la beauté du corps, voir Baroin (2015).

13Le sens de ce dévoilement et du récit qui l’accompagnait, le discours de Servilius le livra explicitement : Ego hoc ferro saepe uexatum corpus uetus miles adulescentibus militibus ostendi, « Moi, vieux soldat, j’ai montré à de jeunes soldats ce corps souvent meurtri par le fer » (Liv., XLV, 39, 19 [trad. Jal 1979]). Servilius ne faisait-il alors référence qu’à la dénudation qu’il venait d’accomplir ? Le terme d’adulescentes désignait des jeunes hommes, âgés de 15 à 30 ans. Or il n’y a pas de raison de penser que la foule qui assistait à ce discours était composée uniquement de soldats, ni que les simples citoyens ou les soldats présents dans cette foule aient été spécialement jeunes. Par cette mention du dévoilement de son corps devant de jeunes soldats, Servilius ne faisait donc pas référence uniquement à ce qui venait de se produire. Il ôtait à sa mise à nu son caractère exceptionnel, pour en faire un geste habituel d’apprentissage du vieux soldat à destination des plus jeunes. Ainsi, ce que nous prenions, en partant de l’historiographie antique et des études contemporaines, comme un geste totalement isolé dans la tradition12 se révèle, dans le discours de Servilius, comme un geste normal. Ce dernier construisait cette mise à nu des cicatrices comme un moyen normal, pour les jeunes recrues de l’armée romaine, d’apprendre ce qu’était, dans l’ethos aristocratique, le beau corps13 : non pas le corps jeune, frais et sans blessures, de Galba (Liv., XLV, 39, 19), le tribun militaire auquel Servilius répondait alors, mais le vieux corps du vétéran, uetus corpus miles, marqué par le fer, difforme à force de chevaucher. Servilius incarnait ainsi, devant l’ensemble du peuple, l’exemplarité du comportement aristocratique qu’il construisait, dans ce cas précis, comme le comportement civique exemplaire (Flaig 1995).

  • 14 Servilius avait probablement reçu ses blessures lors de la seconde guerre punique (Stein 1923).

14L’exhibition des cicatrices ne se résolvait pas, dans le discours de Servilius, à cette seule fonction d’un rite d’apprentissage. Elle devint le support d’un récit historique de la part de l’orateur. Celui-ci se mit à raconter dans quelle guerre il avait reçu chacune de ses blessures : Et, quo quaeque bello uolnera accepta essent, rettulisse (Liv., XLV, 39, 17, Flaig 2004 : 130-131). Servilius éduquait le peuple, comme il avait éduqué de jeunes soldats, par l’apprentissage de l’histoire. Tite-Live fait ici le récit de Servilius racontant l’histoire de ses cicatrices, faisant lire dans ses cicatrices l’histoire de toutes les guerres auxquelles il avait participé14. L’annaliste, par le geste de l’écriture, racontait une autre écriture, celle que les armes ennemies avaient tracée sur le corps de Servilius. Devant ces soldats qui, de manière effective ou par généralisation, avaient vaincu avec lui, et à qui il s’adressait prioritairement au sein de l’assemblée puisque dans l’épisode tel que le raconte la tradition annalistique suivie par Tite-Live, ces soldats s’opposaient au triomphe de Paul-Émile (Liv., XLV, 39, 20 : fin du discours de Servilius : ego ad uos, milites…), Servilius faisait de ce vieux corps scarifié et difforme le signe physique, tangible, de leur histoire. Le geste d’autorité ici, de la part de Servilius, consistait à réciter l’histoire des guerres dans lesquelles ils avaient combattu avec lui, comme le geste d’écriture de Tite-Live prétendait à ce statut de geste d’autorité vis-à-vis de ses lecteurs citoyens, à qui il racontait leur propre histoire. Le récit de Tite-Live conçoit ainsi le corps de Servilius selon une identité des signes entre ces écritures de l’histoire.

  • 15 (Liv., XLV, 39, 17-18) : Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant, tumor inguinum pro (...)

15Le corps ne devenait donc signifiant que par le discours. C’était le discours verbal qui construisait les cicatrices comme signes des événements passés (Cordier 2005, p. 117). Et c’était cette capacité de la parole à construire un sens particulier à partir d’une réalité physique soumise au risque de l’ambiguïté du sens, qu’exprimait par excellence le cas de la tumeur inguinale. Après le discours de Servilius, le peuple vota finalement et unanimement en faveur du triomphe de Paul-Émile. Cette capacité du discours à convaincre une opinion auparavant hostile constituait l’une des dimensions exemplaires de la tradition annalistique suivie par Tite-Live. Or cette force persuasive découlait, d’une part, du fait que ce dévoilement de la tumeur était présenté par cette tradition comme un accident, c’est-à-dire comme la conséquence d’un manque apparent de maîtrise de la part de Servilius, d’autre part, de la manière dont elle mettait en scène la réaction de Servilius aux rires provoqués par la vue de sa tumeur15. Le ridicule qui avait menacé de ruiner l’autorité du discours (Cordier 2005 : 111-112), et la réponse de Servilius qui en avait triomphé, illustraient dans une formule succincte et radicalisée le sens même de tout l’épisode, le retournement de l’opinion des citoyens, de l’opposition au triomphe de Paul-Émile à son vote à l’unanimité, du rire à la vue du corps de Servilius à l’adhésion totale à son point de vue.

16Mais Tite-Live ne dit pas que toute l’assistance a ri. Il affirme que ceux qui rirent étaient à côté de lui, proximis (Id.). Pourtant, profitant du rire de quelques-uns, Servilius apostropha toute l’assemblée (Liv., XLV, 39, 18). Il y a donc une contradiction apparente entre cette indication des rires seulement de la part de ceux qui se tenaient à côté de lui et la réponse générale de Servilius, tendant à faire de la mise à l’épreuve du discours par le ridicule un risque encouru vis-à-vis de toute l’assemblée. Pour rendre compte de cette étrangeté du récit, peut-être faut-il lire cette proximité autrement. Cette mention de Tite-Live à propos de personnes se tenant à côté de Servilius devait, pour le lectorat de son époque, avoir une signification particulière, puisqu’il ne fournit pas d’autre précision sur ces personnes. Les Romains qui lisaient ce passage devaient donc pouvoir, à l’évocation de ces personnes « à proximité » de l’orateur, comprendre de qui il s’agissait. Selon Tite-Live, Servilius était arrivé au Capitole avec les « principaux citoyens », principes ciuitatis (Liv., XLV, 36, 7). Les personnes à proximité de Servilius pouvaient donc être ses pairs venus avec lui soutenir le triomphe de Paul-Émile. Mais parmi ces principes ciuitatis, il pouvait également y avoir des jeunes issus des grandes familles et qui se destinaient à la carrière sénatoriale. Ces jeunes apprenaient l’art oratoire, c’est-à-dire leur futur métier d’homme politique, en assistant aux performances de leurs aînés. Ils venaient écouter les discours, mais également observer les gestes et les comportements des grands orateurs de leur époque, de manière à pouvoir les imiter. Or ces jeunes, dont beaucoup entretenaient une relation de clientèle avec l’orateur qui s’exprimait, se plaçaient à proximité de ce dernier pour pouvoir l’observer (David 1992, Aldrete 1999 : 3-7, Richlin 2003). De plus, la mention du rire de certaines personnes à proximité de Servilius prend place à un moment où celui-ci racontait l’histoire des combats au cours desquels il avait acquis ses cicatrices, et juste avant qu’il n’explique s’être dénudé pour éduquer les jeunes soldats. Tout ce passage du discours est donc traversé par ce thème de l’apprentissage par le vieux général à destination des plus jeunes : apprentissage de l’histoire aux citoyens, apprentissage de la uirtus militaire aux jeunes soldats. Le rire de ces personnes à proximité, ce sont donc probablement les ricanements de ces jeunes de bonnes familles venus le regarder pour apprendre la performance du discours, face à ce qu’ils perçurent comme une faute de la part de Servilius, dévoilant accidentellement sa tumeur et risquant de voir sombrer l’ensemble de son discours dans le ridicule. C’est en cela que la mention de ces personnes « à proximité » était signifiante pour Tite-Live et ses lecteurs : le rire provenait de ceux-là même qui devaient à Servilius le plus grand respect, ces jeunes aristocrates engagés dans une relation de clientèle et d’apprentissage vis-à-vis de lui. Le récit annalistique mettait ainsi en scène le rire de ces personnes en particulier comme signe du ridicule qui menaçait l’autorité de la parole de Servilius, puis la manière dont il en avait triomphé.

17Car juste après l’apparition de la tumeur, Servilius en expliqua l’origine, et fit de cette infirmité une conséquence de son dévouement à la République (Liv., XLV, 39, 18). Le récit de Tite Live sous-entend que cette réponse fit cesser les rires. Là se trouvait sans doute une des leçons de rhétorique administrées par Servilius : sa parole avait donné un sens déterminé à l’exhibition de ce corps, vieux, scarifié et déformé (Cordier 2005 : 117), et ce corps devenu le support visible et indiscutable de ce sens-là avait fait cesser les rires. Dans ce passage, le récit annalistique met en scène, dans le cadre d’une interaction présentée comme accidentelle entre l’assemblée et Servilius, la maîtrise, par ce dernier, du corps de ceux qui assistaient à sa performance. La force de cette parole se réalisait totalement dans cette interdiction de rire que Servilius avait imposée par l’explication de l’origine de la tumeur.

18Servilius prit ainsi un ascendant décisif sur l’assemblée. Pourtant, en se déshabillant jusqu’à exhiber sa tumeur inguinale, comme nous l’avons dit, il avait violé certaines normes du comportement de l’orateur. Il y avait donc des normes que l’orateur devait connaître et maîtriser, et ce d’autant plus que, dans certaines circonstances, et il s’agissait de l’autre leçon de rhétorique que Servilius administra ce jour-là, l’orateur devait savoir les transgresser. Il devait connaître ces normes afin de savoir faire de la mise en scène de leur transgression un argument politique. L’orateur devait montrer sa connaissance pratique de cette culture commune à tous les citoyens pour affirmer sa capacité à s’en affranchir dans un cas particulier. En faisant le récit des guerres au cours desquelles il avait acquis ses cicatrices, Servilius réinterpréta la mise à nu du corps scarifié et déformé, pour en faire le signe de la uirtus du soldat au service de la patrie (Liv., XLV, 39, 18). La parole de Servilius opéra ainsi un déplacement d’une grille de normes à une autre, changeant le sens des gestes qu’il accomplit. La valeur exemplaire de ce discours se mesurait à l’ampleur de ce déplacement, qui impliquait la mise en évidence de la force persuasive exceptionnelle de sa parole. L’autorité de l’orateur, c’est-à-dire sa capacité à susciter l’adhésion de son auditoire, était d’autant plus grande qu’il démontrait sa capacité à faire passer une assemblée de l’hostilité à l’adhésion par l’utilisation d’un moyen par lequel, devant cette assemblée, il risquait une délégitimation absolue de sa parole.

Conclusion

  • 16 (Liv., XLV, 39, 16) : Ille nihil praeterquam loqui, et <id> ipsum maledice ac maligne, didicit (« C (...)

19Après avoir énoncé ses arguments en faveur du triomphe de Paul-Émile (Liv., XLV, 37-39, 15), Servilius, parvenu à la fin de son discours, recourut à un type d’argumentation dont le but était de fonder l’autorité de sa performance sur la qualité de l’orateur (Rhet. Her., II, 47-50, Cic., De Inv., I, 34-36, 98-101, II, 48-49, De orat., II, 185-216, 332, Leeman 1963 : 27-29, 49, Kennedy 1972 : 121-123, 141-142). Dans ce moment décisif, il choisit de se déshabiller, mettant à l’épreuve la capacité de son discours à faire de ce corps vieux, scarifié et déformé l’incarnation de la uirtus du citoyen romain. Ainsi, la parole effaçait l’incertitude du sens, et la tumeur devenait de manière assurée le signe de son dévouement à la patrie. Par cette exhibition, le discours devenait réellement une performance, et plus encore, un corps à corps. En effet, après s’être lui-même déshabillé, Servilius mit au défi son adversaire Galba de se dénuder à son tour, lui reprochant son corps « éclatant de santé et indemne » (Liv., XLV, 39, 19 : nitens et integrum). Servilius fit ainsi de cette joute oratoire un conflit entre deux corps, l’un réellement nu devant l’assemblée, l’autre, celui de Galba, nu également, mais parce qu’il fut invoqué par le discours de son adversaire. Ce conflit devant l’assemblée, à l’endroit même où la norme sociale du vêtement s’imposait avec le plus de force, devint une lutte, par l’intermédiaire du discours de l’un des protagonistes, entre deux corps mis à nu. L’assemblée vota à l’unanimité en faveur du triomphe de Paul-Émile. Servilius avait une fois de plus vaincu en combat singulier, mais cette fois dans Rome même. Son corps scarifié, déformé mais signifiant, avait pris le dessus sur celui de Galba, intègre mais muet. Car si Galba était vaincu, c’est, comme le dit Servilius, qu’il n’avait appris que l’art de la parole16. L’intégrité physique devenait ici le signe que Galba n’avait pas appris à utiliser son corps, à le mettre en danger, que ce soit sur le champ de bataille ou dans la lutte oratoire. Au contraire, le discours de Servilius illustrait, et là résidait sa dimension exemplaire, la nécessité de l’investissement de tout le corps dans le combat politique (David 1992, Gunderson 2000 : 59-73, Cavarzere 2002, Petrone 2010). Servilius, en faisant cesser les rires et en mettant en accusation le corps de son adversaire, avait ainsi construit son discours comme une démonstration de sa capacité à maîtriser le corps de ceux qui assistaient à sa performance.

Haut de page

Bibliographie

Aldrete G. S. (1999), Gestures and Acclamations in Ancient Rome, Baltimore, Londres, The J. Hopkins University Press.

Baroin C. (2002), Les cicatrices ou la mémoire du corps, in Moreau P. (éd.), Corps romains, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, p. 27-46.

Baroin C. (2010), Intégrité du corps, maladie, mutilation et exclusion chez les magistrats et les sénateurs romains, in Collard F., Samama E. (dir.), Handicaps et sociétés dans l’histoire, Paris, L’Harmattan, p. 49-68.

Baroin C. (2012), « Genre et codes vestimentaires à Rome », Clio, 36, p. 43-66.

Baroin C. (2015), « La beauté du corps masculin dans le monde romain », DHA Suppl. 14, p. 31-51.

Bastien J. L. (2007), Le triomphe romain et son utilisation politique, Rome, École française de Rome.

Beard M. (2007), The Roman Triumph, Cambridge MA, Londres, Harvard University Press.

Benoist S. (2012), Le prince nu, in Huet V., Gherchanoc F. (dir.), Vêtements antiques. S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Arles, Errance, p. 261-277.

Besques S. (1972), Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre-cuite grecs, étrusques et romains, III : époques hellénistique et romaine, Paris, Réunion des Musées Nationaux.

Briscoe J. (2012), A Commentary on Livy, Books 41-45, Oxford, Oxford University Press.

Cavarzere A. (2002), L’oratio come rappresentazione : Cicerone e la eloquentia corporis, in Narducci E. (dir.), Interpretare Cicerone, Atti del II Symposium Ciceronianum Arpinas, Florence, Felice le Monnier, p. 24-52.

Clarke J. C. (1998), Looking at Lovemaking: Constructions of Sexuality in Roman Art, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Clarke J. C. (2007), Looking at Laughter, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Connoly J. (2007), The State of Speech. Rhetoric and Political Thought in Ancient Rome, Princeton, Oxford, Princeton University Press.

Cordier P. (2005), Nudités romaines, Paris, Les Belles Lettres.

Cuny-Le Callet B. (2005), Rome et ses monstres, I, Grenoble, Éditions Jerôme Millon.

David J.-M. (1992), Compétence sociale et compétence oratoire à la fin de la République : apprendre à rassembler, in Frézouls E. (éd.), La mobilité sociale dans le monde romain. Actes du colloque organisé à Strasbourg (nov. 1988), Strasbourg, AECR, p. 7-19.

Ducos M. (2010), Penser et surmonter le handicap : les écrits des juristes romains, in Collard F., Samama E. (dir.), Handicaps et sociétés dans l’histoire, Paris, L’Harmattan, p. 85-100.

Evans R. J. (1999), « Displaying Honourable Scars, a Roman Gimmick », Acta Classica, n° 42, p. 77-94.

Ferrary J.-L. (1988), Philhellénisme et impérialisme, Rome, École française de Rome.

Flaig E. (1995), Entscheidung und Konsens. Zu den Feldern der politischen Kommunikation zwischen Aristokratie und Plebs, in Jehne M. (dir.), Demokratie in Rom, Stuttgart, F. Steiner, p. 77-127.

Flaig E. (2000), Lucius Aemilius Paullus, in Hölkeskamp K.-J., Stein-Hölkeskamp E. (éd.), Von Romulus zu Augustus, Munich, C. H. Beck, p. 131-146.

Flaig E. (2004), Ritualisierte Politik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Fögen T. (2009), Sermo corporis : Ancient Reflexions on gestus, vultus and vox, in Fögen T., Lee M. M. (éd.), Bodies and Boundaries in Graeco-Roman Antiquity, Berlin, De Gruyter, p. 15-45.

Galinier M. (2012), Domi forisque : les vêtements romains de la vertu, in Huet V., Gherchanoc F. (dir.), Vêtements antiques. S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Arles, Errance, p. 189-208.

Garland R. (1995), The Eye of the Beholder. Deformity and Disability in the Graeco-Roman World, Londres, Duckworth.

Giuliani L. (1987), « Die seligen Krüppel », Archäologischer Anzeiger,  102, p. 701-721.

Gourevitch D. et M. (1963), « Cultes hellénistiques d’inspiration médicale au musée du Louvre », La presse médicale, n° 55, déc., p. 2751-2752.

Gruen E. S. (1968), Roman Politics and the Criminal Courts, 149-78 B.C., Cambridge MA, Harvard University Press.

Gruen E. S. (1984), The Hellenistic World and the Coming of Rome, II, Berkeley – Los Angeles – Londres, University of California Press.

Gunderson E. (2000), Staging Masculinity, Ann Arbor, The University of Michigan Press, p. 59-73.

Heskel J. (2001), Cicero as Evidence for Attitudes to Dress in the Late Republic, in Sebesta J. L., Bonfante L. (éd.), The World of Roman Costume, Madison, University of Wisconsin Press, p. 133-145.

Jacobelli L. (1995), Le pitture erotiche delle Terme Suburbane di Pompei, Rome, « L’Erma » di Bretschneider.

Jal P. (1979), Tite-Live, Histoire romaine, t. 33, Paris, Les Belles Lettres.

Kennedy G. ( 1972), The Art of Rhetoric in the Roman World, Princeton, Princeton University Press.

Leeman A. D. (1963), Orationis ratio, Amsterdam, Adolf M. Hakkert.

Libero L. de (2002), Mit eiserner Hand ins Amt ? Kriegsversehrte römische Aristokraten zwischen Recht und Religion, Ausgrenzung und Integration, in Spielvogel J. (dir.), Res publica reperta. Zur Verfassung und Gesellschaft der römischen Republik und des frühen Prinzipats, Stuttgart, Steiner, p. 172-191. 

Mitchell A. G. (2013), Disparate Bodies in Ancient Artefacts : the Function of Caricature and Pathological Grotesques among Roman Terracotta Figurines, in Laes C., Goodey C. F., Lynn Rose M. (éd.), Disabilities in Roman Antiquity, Leiden, Boston, Brill, p. 275-297.

Münzer F. (1931), Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, IV A, 1, Stuttgart, J. B. Metzlersche, col. 759-767.

Petrone G. (2010), L’orateur et le corps dans la Rome antique, in Garelli M. H.,Visa-Ondarçuhu V. (dir.), Corps en jeu de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 31-39.

Regnault F. (1908), « Maladies urinaires dans l’iconographie antique », Annales des maladies des organes génito-urinaires, vol. I, n° 13, p. 1848-1859.

Richlin A. (2003), Gender and Rhetoric : Producing Manhood in the Schools, in Golden M.,Toohey P. (éd.), Sex and Difference in Ancient Greece and Rome, Edinburgh, Edinburgh  University Press, p. 202-220.

Sambroia P. (1995), Appendice III: Note sulla diagnosi e l'individuazione dell'idrocele dall'età antica all'età moderna, in Jacobelli L., Le pitture erotiche delle Terme Suburbane di Pompei, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, p. 118-119.

Sherwin-White A. N. (1984), Roman Foreign Policy in the East, 168 B.C. to A.D. 1, Norman, University of Oklahoma Press.

Stein (1923), Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, II A, 2, Munich, Alfred Druckenmüller Verlag, n° 78, col. 1805-1807.

Stone S. (2001), The Toga : From National to Ceremonial Costume, in Sebesta J. L., Bonfante L. (éd.), The World of Roman Costume, Madison, University of Wisconsin Press, p. 13-45.

Thomas J.-F. (2012), Sur la lexicalisation de l’idée de honte en latin, in Alexandre R., Guérin C., Jacotot M. (éd.), Rubor et pudor. Vivre et penser la honte dans la Rome ancienne, Études de littérature ancienne n° 19, Paris, Éditions Rue d’Ulm, p. 13-31.

Vlahogiannis N. (1998), Disabling Bodies, in Montserrat D. (éd.), Changing Bodies, Changing Meanings. Studies on the human body in antiquity, Londres, NY, Routledge, p. 13-36.

Vout C. (1996), « The Myth of the Toga : Understanding the History of Roman Dress », Greece and Rome,  43, p. 204-220.

Haut de page

Notes

1 Ser. Sulpicius Galba, sans doute fils du préteur homonyme de 187, avait servi comme tribun militaire sous les ordres de Paul-Émile en Macédoine (Liv., XLV, 35, 8). Sa carrière fut poussive : après sa préture en 151, il mit 7 ans pour accéder au consulat en 144, à l’âge d’environ 50 ans (Münzer 1931).

2 Liv., XLV, 35, 4-36, 8 ; Plut., P. Em., 31, 1-3. Aulu-Gelle (NA, I, 23, 1) au IIe s. ap. J.C., pouvait encore lire le discours que Caton prononça à cette occasion.

3 Liv., XLV, 37-39. Rien ne permet de déterminer avec certitude si le discours de Servilius se trouvait dans la ou les sources de Tite-Live ou si ce dernier en est l’auteur (Jal 1979 : XX-XXIV, CXIII-CXIV, Briscoe 2012 : 730). Mais le fait que Tite-Live interrompt le discours au style direct de Servilius pour raconter sa mise à nu, introduite par un « on dit (dicitur) » au moment de la péroraison de ce discours (XLV, 39, 17), semble s’expliquer par la réticence de Tite-Live vis-à-vis du comportement de Servilius (Briscoe 2012 : 746). Il semble donc probable que cette anecdote se trouvait dans sa ou ses sources annalistiques, peut-être Valerius Antias (mentionné en XLV, 40, 1). Plutarque (P. Em., 31), qui est la seule autre source à notre disposition sur cet épisode, dépend en fait de Tite-Live ou de la source de ce dernier (Briscoe 2012 : 730).

4 Marcus Servilius Pulex Geminus avait été consul en 202 (Stein 1923).

5 Les autres cas de dénudation réelle en public, et non simplement évoquée dans un discours, sont très rares (Evans 1999) et ils appartiennent tous au registre de la supplication (Cordier 2005 : 110-119), ce qui n’est absolument par le cas de Servilius. Un seul cas se rapproche de celui qui nous occupe. En 97, dans un procès de repetundis, M. Antonius (consul en 99) défendit M’. Aquillius (consul en 101), et à un moment de son discours, il arracha le vêtement de son client pour dévoiler les cicatrices qu’Aquillius avait reçues au combat (Cic.,Verr, II, 5, 3, De orat., II, 124, Liv., Per 70, Quint., IO, II, 15, 7, Gruen 1968 : 194-195). Même s’il s’agissait également, comme pour Servilius, de persuader un auditoire, les circonstances étaient tout à fait différentes, puisque celui qui prit la décision de montrer les cicatrices n’était pas celui qui les portait. La manière dont Cicéron rapporte ce cas montre bien le caractère tout à fait exceptionnel et problématique, à la fin de la République, de ce genre de comportement.

6 Cicéron n’avait pas le monopole de ce genre d’accusation (Pro Dej., 26, Cordier 2005 : 356-363).

7 Liv., XLV, 39, 17 : Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant (« Comme il avait, en les montrant, découvert par inadvertance une partie de son corps que l’on doit cacher », trad. Jal 1979) ; (Cordier 2009 : 116-117).

8 Quand Servilius se met « nu », il montre en fait son torse, puisque son sexe apparaît après le récit sur les cicatrices, par accident : Nudasse deinde se dicitur et, quo quaeque bello uolnera accepta essent, rettulisse. Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant… (Liv., XLV, 39, 17) (« On dit qu’ensuite il se déshabilla et rappela dans quelle guerre il avait reçu chacune de ces blessures. Comme il avait, en les montrant, découvert par inadvertance une partie de son corps que l’on doit cacher… », trad. Jal 1979).

9 Voir n. 5.

10 Les sources de la fin de la République et du début de l’Empire montrent qu’il était admis, dans certains contextes, de rire des handicapés (Baroin 2010).

11 On remarquera d’ailleurs que le récit de Tite-Live ne décrit jamais précisément les réactions de la foule, en dehors de celles du petit groupe qui entoure Servilius (voir infra).

12 Voir introduction et n. 5.

13 Sur la beauté du corps, voir Baroin (2015).

14 Servilius avait probablement reçu ses blessures lors de la seconde guerre punique (Stein 1923).

15 (Liv., XLV, 39, 17-18) : Quae dum ostentat, adapertis forte, quae uelanda erant, tumor inguinum proximis risum mouit. Tum « hoc quoque, quod ridetis », inquit… (« Comme il avait, en les montrant, découvert par inadvertance une partie de son corps que l’on doit cacher, la vue d’une tumeur inguinale excita le rire de ses plus proches voisins. Alors il s’écria : “Le mal aussi, qui vous fait rire…” », trad. Jal 1979).

16 (Liv., XLV, 39, 16) : Ille nihil praeterquam loqui, et <id> ipsum maledice ac maligne, didicit (« Cet homme-là n’a rien appris, sinon à parler, et cela même, de façon calomnieuse et malveillante. », trad. Jal 1979) ; (Flaig 2004 : 132).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Akar, « Corps meurtri, corps parlant », Revue des sciences sociales, 59 | 2018, 54-61.

Référence électronique

Philippe Akar, « Corps meurtri, corps parlant », Revue des sciences sociales [En ligne], 59 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/revss/861 ; DOI : 10.4000/revss.861

Haut de page

Auteur

Philippe Akar

Laboratoire Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques (UMR 8210 CNRS/Unistra)

<p.akar@free.fr>

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des sciences sociales

Haut de page
  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals