Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Écritures sensibles et approches ...La possibilité d’une sociologie n...

Écritures sensibles et approches dialogiques

La possibilité d’une sociologie narrative

The Possibility of a Narrative Sociology
Sophie Hellégouarch, Jean-François Laé, Annick Madec, Numa Murard et Émilie Potin
p. 89-105

Résumés

Nous voilà attablés à dix mains sur clavier pour écrire ce que rend possible notre écart à la discipline sociologique, une même envie de bouger quelque chose dans l’étau des spécialités académiques, un « vouloir savoir » autrement que nous partageons sur notre site web avec un accent grave pour entrer dans la matière du social, de la vie quotidienne, de la vie ordinaire. D’abord le récit tiré d’une longue enquête suivi d’une courte observation pour illustrer deux modalités de cet « Écouter – Voir » qui nous autorise à passer du « nous » au « je » sans mal dire, le « je » de l’observation directe dans la narration, et le « nous » dans l’action où l’échelle est plus éloignée. Viendra ensuite dans une seconde partie une discussion sur le rapport entre la littérature et la sociologie lorsqu’il s’agit d’ouvrir les yeux sur la pauvreté et le chômage. Pour élargir « les vues », nous avons besoin d’accroître les mots et le langage. Il s’agira enfin dans une troisième partie de pointer les textes qui interrogent les sciences sociales en se tenant à la périphérie de la littérature sans céder à la sanctification de l’œuvre.

Haut de page

Texte intégral

1Et si l’on se donnait la licence de diversifier les normes de rédaction des articles en sciences sociales ? Serait-ce manquer à l’esprit de sérieux, à la gravité qui doit inspirer celles et ceux qui prétendent à entrer dans la matière du social, du quotidien, de la vie ordinaire ? Ou permettre, au contraire d’expérimenter des formes dont la tonalité s’accorde aux formes diversifiées du social ? Serait-ce céder à la frénésie de la nouveauté pour la nouveauté ? Ou bien admettre qu’il est impossible de reconnaître le nouveau qui surgit dans la politique sans insuffler du nouveau dans les méthodes de l’investigation et de la restitution des résultats (Arendt 1953) ? Ne risque-t-on pas également de détourner l’attention des enquêtés et de l’enquête vers l’auteur du texte, l’écrivant ou même l’écrivain ? C’était déjà la crainte de Stendhal : « Je me suis dit : je devrais écrire ma vie […] Oui, mais cette effroyable quantité de “je” et de “moi” ! […] On pourrait écrire, il est vrai, en se servant de la troisième personne, il fit, il dit. Mais comment rendre compte des mouvements intérieurs de l’âme ? » (Stendhal 1955 : 6). Notre choix fut de privilégier le « je » de l’action, de conserver le « je » de l’enquêteur et de privilégier le « nous » du collectif que constitue lAtelier de sociologie narrative, chacun pouvant s’exprimer en son nom propre et au nom du collectif. Il s’agit en effet pour nous d’expérimenter des modalités nouvelles de restitution mais également de production de la connaissance.

  • 1 L’atelier de sociologie narrative est un collectif de chercheur·e·s, sociologues et non sociologues (...)

2Dans cette licence, les valeurs sont interrogées et parfois renversées : l’enquête n’est plus le moyen d’une démonstration, c’est la découverte qui devient le moyen de l’enquête. Au lieu d’une introduction, on expose une situation. Au lieu d’une conclusion, une invitation à participer. Dans l’exposé, les transitions sont effacées par les ruptures d’une voix à la suivante, les articulations désarticulées d’un point de vue au suivant. Inversement rien n’empêche le lecteur de commencer par le milieu ou par la fin. Comme dans la vie sociale, dont on accuse ainsi le caractère sériel, à une première scène succède une seconde, qui embraye sur une troisième, sans que la troisième soit informée de ce qui se passe dans la première. Comme sur le site Internet de l’Atelier de la sociologie narrative1 où nous accueillons les écrits profanes et savants qui cherchent à se joindre, à refléter la mosaïque du social.

Écouter-Voir

3Au premier jour, il y a l’enquête. Un préalable élémentaire. Un socle d’une longue exploration précédant toute écriture, exploration des points d’écoute et des points de vue sur des rôles sociaux troublés, mal tenus ou accusés d’indignité. À la recherche de ces événements de faible intensité (Veyne 1971) mais qui laissent suffisamment inquiets pour susciter un dialogue sur « ce qui se passe ». Alors les individus crient leur renversement par l’événement, engagent une réflexion sur ce qu’ils vivent.

4L’événement est prééminent. Son percept avant son concept. Parce que la stupeur initiale soulève un « je », elle permet une véritable machine réflexive. L’enquêteur est là dans une attention assidue. Il écoute les histoires qui déboulent en assauts successifs : celle de l’enfance ou des tracasseries administratives, du mari qui abuse ou de la maladie qui harcèle, du travail harassant ou d’une économie à la dérive. Ces histoires lâchées touchent essentiellement à ces noyaux d’angoisse suffisamment mobiles pour produire des gains interprétatifs.

5L’enquêteur marche sur ces lieux frontières : ces flaques du privé où les paroles passent par des silences sur des actes mal acceptés, tolérés, supportés, d’autant plus que le milieu les accepte. Cette liaison trouble entre l’insupportable et le normal est accentuée encore par l’incertitude d’une quelconque maîtrise de l’événement. Le silence est coextensif à cette prise impossible sur l’événement. Ou bien, à l’inverse, la parole explose sur une apostrophe : « Et vous, là, avez-vous une solution ? »

6Il n’y a pas de prise de parole sans un imperceptible réagencement de l’existence, une puissance à fleur de l’événement qui permet de basculer vers un nouveau « régime de confiance ». Combien de personnes rencontrées par le sociologue sont restées dans le silence ou dans une langue de l’évitement ? Aucune enquête ne le dira. Mais on devine qu’elles ont été nombreuses. Pudeur, dira-t-on. Sans aucun doute l’intimité exige-t-elle cette protection des zones aux sources du « quant à soi ». Mais il s’agit tout autant de la pudeur du chercheur : éviter d’exposer ces choses-là, cette part corporelle et négative, ces émotions bien embarrassantes qui nous font « marcher sur des œufs ».

Ferme ta caisse (Présentation)

  • 2 Rappelons que c’est une loi de 1806 qui institue le tribunal des prud’hommes, avec des caractéristi (...)

7Durant quatre années − une journée par semaine − j’ai enquêté dans un tribunal prud’homal2. Parmi les multiples manières de s’intéresser aux pratiques du droit du travail et à la justice qui s’exercent, il en est une qui consiste à prendre au sérieux les récits qui s’y tiennent.

8Comment penser, classer les multiples récits qui nous sont donnés de façon à en dégager la dimension sensible comme le fit Perec dans son recueil posthume Penser/Classer (Perec 1985) ? Comment faire sentir − par les sens et l’intelligence − les petites dramaturgies qui se déroulent sous nos yeux ? Peut-on trouver une manière autre de communiquer ce savoir, de l’articuler à une écriture de manière à le faire passer autrement que par des « concepts durs » qui font écran ? Si un savoir sensible exige une écriture autre, celle-ci doit néanmoins être rigoureuse pour viser à un partage direct avec des non-spécialistes. C’est bien ce que suggère Michel de Certeau lorsqu’il met l’accent sur la multiplicité des récits dans lesquels « le processus explicatif intervient comme érosion, déplacement, modification dans le champ du récit social » (Certeau 1984 : 24). Opérateur de compréhension inestimable, l’attention au récit ouvre des univers de pratiques jusque-là mal perçues.

9Ce fut mon parti pris.

  • 3 Dans la présentation du numéro spécial des Annales, Yan Thomas (2002) développe ce grand écart entr (...)

10Car il y en a des récits : dans les bureaux des greffières, auprès des syndicalistes élus, dans les salles d’audience, lors des bureaux de conciliation, à la sortie des audiences où se raconte le « dessous des cartes ». Chaque scène sociale lève des prises de paroles, des logiques professionnelles, des strates hétérogènes de raisons, des mots qui ingèrent ou repoussent les règles de droit3.

11C’est un lieu de bataille en somme. Différents regards s’opposent violemment.

12D’où une question préalable : comment choisissons-nous le lieu d’entrée de notre regard ? Quel type d’attention voulons-nous poser dans cette mêlée d’histoires ? Quelle figure cherchons-nous à majorer afin de souligner un trait interprétatif, une préhension singulière, une posture ?

13Dans ces modalités narratives très variées, nous avons écarté le récit du conflit, sur la scène du prétoire, avocats contre syndicalistes, pour préférer le bouche-à-oreille du dessous de cartes : des émotions au travail, des bruits et des échos sur « les chefs », des histoires et parfois des racontars qui offrent un climat, une ambiance, des flashs sur les relations d’assujettissement.

14Si au sein du tribunal, le récit élémentaire donné par le requérant (le salarié licencié) est écrasé « naturellement » par la procédure ou par le raisonnement juridique, il en va autrement dès que l’on se tient à la sortie de l’institution.

15Une fois dehors, c’est comme une sortie de prison ! La bulle éclate ! Les pulsions se déchaînent, une étrange libération active d’autres histoires qui s’opposent aux exposés d’audience. Une parole vraie ? Je ne dirais pas ça. Je dirais plutôt un volcan d’émotions et de sentiments qui pointent vers une figure de bord, tout contre la porte de la scène centrale, afin de compenser la violence des assauts juridiques.

  • 4 Depuis 2009, je mène un cours d’observation au tribunal de Bobigny avec des étudiants de l’Universi (...)

16À la sortie du tribunal, je tiens depuis plusieurs années une chronique de ces volcans qui crachent le feu sur les « âneries » des patrons et des avocats, les humiliations subies, les jeux du vrai et du faux, les petits mensonges qui longent les plaidoiries4. Un licenciement, c’est non seulement une cérémonie de « dégradation de statut » (Garfinkel 1956), au sens fort du terme, mais aussi une défaite intime et publique qui met à terre les individus. Figure de bord ? Tant il est vrai que cette expérience éprouvée secoue et impose un remaniement de « sa place », une réévaluation de l’univers du travail, des appréciations et des valeurs sociales en recomposition.

17Dans le récit qui suit, je me suis attaché à cette scène de bord. Il ne sera pas question de l’affaire : des bons d’achat volés par la caissière et motivant le licenciement. Il ne sera pas plus question des « attendus » des avocats des parties ni même des propos tenus en conciliation. Il sera question de l’expérience de trois jeunes caissières stagiaires dans le monde du supermarché. Ce sera ma manière de rentrer dans le tableau. Une manière de raconter la vie de stagiaire, les relations de subordination, les bons gestes requis. Nous reconstituons des morceaux d’événements et d’actions, des trébuchements et des emportées, des sentiments et des émotions qui transportent un sens partagé.

18Cindy, Linda et Elsa me raconteront à plusieurs reprises leurs cheminements dans les allées lumineuses d’Auchan. Qu’est-ce qu’elles voient ? Comment elles réagissent ? Comment elles pensent à leurs parents comme si elles étaient par eux accompagnées ? Qu’est-ce qu’elles éprouvent ? S’éprouver est une activité à mi-voix. C’est une enquête, en somme, à la manière suggérée par Dewey qui fait de l’acteur un enquêteur simple et modeste (Dewey 1967). Là où les émotions répondent aux forces d’hostilité, aux ordres jetés à la figure, à la moquerie d’une cheffe de service, à l’épuisement des autres caissières, au mauvais geste qui mène à la sanction. Elles rient et pleurent à pleine voix ! Des paquets d’émotions surgissent envers l’autorité. Elles s’attristent de l’affaire des bons prétendument volés !

19J’ai rassemblé quelques extraits de récits qui m’ont été donnés et qui m’ont hanté plus que de raison. Puis je les ai notés dans un journal comme si j’étais « de l’intérieur ». D’où l’usage du « je », une façon de faire sentir de près les univers parcourus. Ces lieux, ces objets, ces transactions, ces gestes, je les raconte tels que je les ai perçus et pensés. Si je suis responsable de cette mise en scène, elle est fabriquée afin que l’on sente au plus près ce quotidien qui déraille, qui revient sans cesse, comme un bruit de fond assourdi par les lumières des néons. Le sociologue lui-même se fait illusion lorsqu’il croit se débarrasser de cette étrangeté des récits en les casant quelque part, hors de lui, loin de nous, si loin du lecteur !

20Parions que cette nouvelle forme d’expression permet de partager cette expérience avec des non-sociologues. Car tel est l’objectif de la narration sociologique, faire passer un univers d’émotions auprès d’un public « non averti », offrir un savoir sensible pour élargir une démocratie d’attention. Une façon de penser en même temps l’émotion comme un sédiment, un extérieur qui circule à la surface des actions, des attentions et des interactions. Dessiner plusieurs univers de sens, là où « toute émotion sort de vous, élargit un milieu ; ou sur vous fond et l’incorpore » (Mallarmé, cité par Blanchot 1959 : 326). Car le quotidien n’est pas caché comme le prétendent les sciences sociales. Ce sont les concepts qui font écran, rangent par tiroirs la vie à loisir contre les expériences éprouvées. Guère besoin de théories labellisées pour sentir un regard de travers, une action ratée, un ordre irrespirable. Éprouver, n’est-ce pas le sens premier de l’enquête et ce qui fonde la narration sociologique ? Et finalement, lorsque le sociologue est pris dans une narration à la sortie d’un tribunal, n’est-ce pas pour qu’elle soit racontée (Benjamin 1983) ?

21La narration est un exercice par lequel le sujet se met par la pensée dans une certaine situation, souligne M. Foucault, où il s’éprouve lui-même, remanie son dehors pour le prolonger dans une réflexivité afin de choisir entre de multiples propositions de sens. C’est par le récit que la pensée s’éprouve et agit. Une sociologie publique est à ce prix. Faire entendre les variations de sens dans un futur-passé. Nous faire parvenir ce qui est « hors du cadre », les voix éraillées, le soulèvement des émotions pour mieux souligner le liseré du cadre par le dehors.

Toi, tu fermes ta caisse ! (Le récit)

22Elles sont arrivées toutes les trois. Les deux sœurs et Hélène. Elles disaient qu’à Creil elles ne trouveraient pas de travail. L’une redoublait son Bac STG, l’autre l’avait obtenu, Hélène deux années à ne rien faire. Qu’auraient-elles pu faire avec ça ? Un stage avant embauche, annonce Auchan. Elles râlent, encore un stage ! Quitter Creil minable pour Saint-Denis désolante ? Ne pas contrarier les parents qui répètent, faut pas rater les opportunités ? Y a moins de chômage dans le 93 qu’ils disent dans le journal 20 minutes. Du moins c’est ce qu’on racontait. Mieux valait le croire.

23La cheffe de service les a reçues, caisses vides sous le bras, − Ah, c’est vous les lycéennes en rade ! Puis d’égrener les cinq commandements d’Auchan : pas une minute de retard ; pas de bavardage avec vos voisines ; pas plus de 5 erreurs de caisse en fin de journée ; pas de tenue excentrique sous votre blouse ; et vous-venez-me-voir-si-il-y-a-un-problème. Voici votre chapeau de paille mexicain et votre foulard rouge, c’est la semaine du Mexique vous savez ? Hélène se demande où elle arrive, parmi la marmaille et les caddies, en plein mercredi après-midi, l’heure de la promenade dans les plats cuisinés, des Tacos de Alambre et des Ceviche.

24Tournée des rayons avec la cheffe Sylvie. Vous voyez les TG, vous vous occupez de ça. C’est en pleine visibilité. Tout doit partir ce soir. − TG c’est quoi, ose Hélène ? − Ces étagères-là, aux deux extrémités, c’est les têtes de gondole. Regardez bien la taille des produits, les étagères, le plan d’installation. On vend deux fois plus avec ça. N’oubliez de regarder l’état des rayons ! Bien caler les produits pour qu’ils ne se cassent pas la gueule ! Vu ? − Oui, on a vu. Et on va chercher les produits où ? − À la réserve y en a trois tonnes : le café, les fruits, les plats préparés, les graines de sésame, les fines herbes, le miel et le cacao. Vous êtes marketing ? − Si, si en terminale on a eu un cours marketing, c’est intéressant, faut savoir vendre, balbutie l’une d’elles.

25Vous, Florence, commencez par chasser le périmé, compris, trop d’erreurs en ce moment ! − Oui et comment ? − Vous regardez les étiquettes, là, ça, là : numéro du lot, du jour, du mois et de l’année du traitement. Et là, ça, là au réfrigérateur, les étiquettes des produits congelés : numéro du lot et date, et vous vérifiez bien les frigos, -22°. Faites gaffe, y a parfois des erreurs, tous les envois de poisson et de produits de la mer exportés du Mexique doivent être accompagnés d’un certificat de l’ACIA.

26Vous, Chantal, j’ai vu votre CV, vous avez fait de l’espagnol, donc vous faites la promotion aujourd’hui devant les produits Bio Mexicain : vous apprenez ça par cœur et vous le déclamez fort avec l’accent s’il vous plaît : − Goûtez le climat mexicain, l’agriculture biologique ! Venez goûter la qualité du café cultivé sans additifs chimiques ! Ça vient du Chiapas et d’Oaxaca. Que des petits agriculteurs, des petits exploitants ! Pas plus de 3 hectares ! Produits directs des coopératives de Michoacán, de Colima et de Veracruz.

27− Oui, mais je voulais être caissière. − C’est après, la caisse, c’est à tour de rôle. Chantal s’éloigne de la TG, se cache derrière de grandes pancartes qui tombent du plafond, − Prix exceptionnel : 19,99 seulement ! − et relit l’annonce publicitaire, le cours d’espagnol en tête. Et si on lui pose une question sur le Mexique ? Elle se souvient vaguement du nom des États de Chihuahua, de Sinaloa, et de Baja California. − Et vous gardez toujours la mangue à la main, cela fait terroir. Vous aimez les piments ? − Non pas vraiment. − Tant pis, en bouche c’est attrayant. Vous mettrez alors plus de rouge à lèvres. Y en a dans la salle de repos.

28Sur son portable, Hélène prend des photos des gondoles. Flip flop, expédiées à sa mère. SMS : tuvoisonestaumexique. Sa mère dira : tu vois, pas connes les filles, elles ont décroché un stage au Mexique à Auchan. Avec partout ce chômage, elles en veulent quand même. Elle ira chez la voisine − ça y’est, elle est à Auchan. Comme si c’était la tour Eiffel. Quand je rentrerai avec le chapeau mexicain, elle dira regardez-la, ma belle, elle en fait des tours du monde ! Elle me demandera de ramener quatre parts de Mole Verde pour dimanche, et surtout des bons d’achat qui traînent sur les caisses. Dans sa boîte à chaussures, elle les rangera au côté de sa réserve, des bons d’achat Barbie et de Fisher Price, − c’est pour mes petits enfants qui vont naître − des chèques cadeaux et des échantillons gratuits. À chaque rentrée scolaire, chaque opération cadeaux, elle se précipite à l’entrée des magasins, dès 8 heures. − On est quelques-unes seulement à attendre l’ouverture, les économes, les épargnantes, il n’y a pas de raison de se priver des points privilège ! On est les gagnantes !

29Qu’est-ce que vous faites ? − Un SMS, c’est tout, pour prévenir ma mère. − Bon on y va, direction la caisse, suivez-moi. Vous serez la caissière 69, les deux queues à l’envers, ah ah ah ! Je vous montre, là le clavier, le scanner, le téléphone, le repose-pieds, le déflecteur, l’afficheur de prix caissière on-dit-pinpad. Je vous préviens, avec les clients tout-ce-qui-se-passe-dans-le-magasin-c’est-la-faute-de-la-caissière ! Alors sourire !

30Hélène rigole d’être assise quand les autres sont debout, tourne sur son siège, assez confortable, à regarder la file d’attente… Les têtes qui attendent, en file, à prendre son temps alors qu’ils n’ont pas le temps… Hélène change son rouleau en observant sa caisse enregistreuse, le tapis roulant, le désactiveur d’antivols, les bacs de rangement. − Ça sert à quoi ? − Y a des voleurs partout, surtout les pauvres. On le voit à leurs chaussures et à leur coup d’œil qui surveille. V’la la liste des chèques impayés. Faut avoir l’œil sur les chèques et sur la liste. Ici on les connaît. − On est la bonne poire quoi − Oui c’est ça, vous êtes une poire mexicaine. − Et vous refusez la vente de l’alcool aux mineurs, même si vous vous faites insulter. L’autre jour, une mère est venue hurler pour avoir refusé une vente à son fils. − Il travaille mon fils, c’est un courageux pas comme les feignasses à vos caisses.

31Sylvie est contente de ses recrues et note sur son carnet : « trois lycéennes de l’Oise. Bon début. Vont tenir une semaine ou le mois. Déjà pas mal. Au moins leurs familles ne passeront pas aux caisses. Voir DRH indemnité stage 250 euros. Déduire les boissons salle de repos ».

32Une seule heure de formation avant d’être lancée dans sa caisse pour Hélène comme pour les autres. C’est le tarif. Ma voisine et ma tutrice, Paule, six ans de carrière de sourire. Je l’observe sur son tabouret pivotant pendant quelques minutes. Elle va trop vite pour moi, 12 clients déjà. − Panique pas, me dit-elle, tu n’as pas eu ton bac, mais là tu vas y arriver… Faut pas être très malin pour faire ce métier. Première heure, je m’accroche à mon tiroir-caisse. Forcément, les clients s’agglutinent. Ne pas faire d’erreur en rendant la monnaie. Soustraire les avoirs. Un pépé dépose son chou cuit, « il n’est pas à 2,85. Regardez dans le catalogue : la barquette est inscrite à 2,20 ». À croire qu’il révise les deux cents pages de la Bible. En quatre heures, trois mille euros − chèques, cartes bancaires, espèces − me passent entre les mains. De quoi m’acheter un scooter. À la fin du mois, 70 scooters ? Ce compte m’engourdit. Enregistrer les Cartes bleues. Vérifier les pièces d’identité à chaque chèque. Un jeune crie sur les prix qui ne correspondent pas à ce qui était affiché en rayon. Pas de ma faute ! Et les promos − Regardez dans le catalogue, c’est pas 3,59 c’est noté 2,99 les chips. Faut que j’apprenne le catalogue par cœur ?

33Sylvie passe dans le dos d’Hélène : n’oubliez pas le SBAM. Chaque client y a droit. Sourire. Bonjour. Au revoir. Merci. Faut que ça rentre !

349 minutes de pause. Au sous-sol du magasin, derrière les entrepôts, la salle de repos avec, à l’entrée, sur un grand tableau, 46 noms, ceux des caissières. Je vois Paule − numéro 11 − qui figure régulièrement en tête du classement des caissières les plus rapides. Elle exécute toujours les mêmes gestes, cadence-élevée-trois-secondes-par-produit m’a-t-elle dit. C’est le chrono qui sépare les Reines du tiroir-caisse des escargots. Au tableau d’honneur, il y a des prix : des réductions d’achat, un ressemelage de chaussures gratuit, des parfums pas périmés. Vite de l’eau fraîche. Blouse tombée. De l’air sans file d’attente.

35J’en profite pour envoyer un SMS : − j’aigagnéunscooteren4h. Sa mère ne va pas comprendre. Normalement on ne gagne que des coupons de réduction. Et encore c’est pour les clients. − c’estrentrédansmacaisse. Clap pose 9 minutes. Son père allait rentrer et interroger : −Alors ? Des nouvelles ? Oui elle a gagné un scooter dans sa caisse. − Ça va vite les nouvelles avec son portable. On a eu raison de lui prendre sans abonnement, au moins avec une carte d’une heure, on a des nouvelles. Elle se débrouille bien la pt’iote ! Sacrée caboche. En colonie c’était la seule à écrire. Gamine courageuse. C’est mieux que la SNCF de maintenant ! Je ne lui raconterai pas les pauvres voleurs, elle se sentirait visée. Un couple de fonctionnaires SNCF a été interpellé en flagrant délit de vol samedi, vers 11 heures, au Carrefour Market de Creil. C’est le patron du supermarché qui les a surpris à faire main basse sur de la nourriture et des bouteilles d’alcool. Lors de leur audition, ils ont reconnu les faits, qu’ils ont mis sur le compte de la crise…

36À côté du distributeur de café, un autre tableau recense chaque jour le palmarès de celles qui savent le mieux compter. Un gros chiffre au feutre rouge indique le montant des erreurs de caisse. − Moins de 2, hier, ça va, murmure Paule. Au-delà, c’est la honte. On dit que Sylvie consulte toujours les résultats de la veille et, après une interrogation de calcul mental, elle distribue les bons points et quelques mauvaises notes. − Vous êtes les « garantes » du rendement du Magasin ! En une semaine, 83 % des ménages français fréquentent une grande surface ! Et n’oubliez pas SBAM. Les filles rient. C’est comme au lycée. On se cache les lèvres pour se moquer. Les anciennes ne pipent pas un mot. Elles s’étirent les jambes, se décourbent le dos. Ça sent l’antidépresseur.

37Retour à la caisse. Hélène sent le froid arrivant des portes coulissantes qui s’ouvrent et se ferment toutes les secondes. Pour le Mexique, on repassera. Les caddies chargés comme des semi-remorques déboulent : − Coca et croquettes de chat, nouilles et encore des nouilles, sauces tomate et couches-culottes. Les mômes rajoutent des ballons au dernier moment, − Non, pas de ballon, remet-ça-où-c’était. − Qu’est-ce qu’il se passe, Mademoiselle ? Ça n’avance pas ! C’est une caisse moins de dix articles ! Alors la mère de famille remplit ses sacs au ralenti, coup d’œil revêche, cherche sa monnaie pendant cinq minutes avant de finir par brandir trois billets de 20. Elle laisse ses bons d’achat volontairement. Je les prends. Ma mère sera contente. Le jeune qui suit avec ses 9 produits, pas un de plus, c’est du sérieux. Il a pesé ses fruits au gramme près, lit la composition de ses gâteaux secs, pose son lait de soja avec la précision d’un géomètre, puis se cache pour faire son code de Carte bleue. − C’est une caisse qui ne devrait pas bouchonner, n’est-ce pas ? − Oui, c’est un accident. Merci, bonne journée. Zut, SBAM, j’ai oublié Bonjour.

38Sonnerie. 17 heures. La cheffe de caisse passe : − Toi, tu fermes ta caisse ; que je compte. L’équipe des caissières tourne. Hélène, en tendant sa caisse, sûre d’elle, se dit qu’elle doit en être à 5-secondes-par-produit-et-deux-trois-erreurs. La chef de caisse compte, recompte. Il manque 3,70, mais ça ira pour un premier jour. Elle fait l’aller et retour en rayon : C’est le soja et le Coca-Cola. Ça finira par rentrer dans votre tête.

39Retour à la salle repos où les trois filles se retrouvent, exténuées. Le grand jeu du supermarché est terminé ! dit l’une d’elles. Du dos à la nuque, quelques douleurs. Il n’y a pas grand-chose à faire !

40Sylvie arrive en claironnant, n’oubliez pas la fouille des vigiles, à chaque fois que vous quittez le magasin. Car il y a un problème, tous les tickets de réduction des shampooings colorants ont été arrachés ! Et la caméra a vu certaines d’entre vous prendre des bons de réduction clients. Ces bons sont la propriété d’Auchan et à disposition des clients. Sinon, c’est du vol !

41Déjà de retour votre fille ? − Bah oui, dira sa mère, la semaine mexicaine est finie et le supermarché n’a plus besoin d’elle. C’était un stage d’apprentissage ! Faut bien apprendre un jour ! Son père rentrera : − Alors des nouvelles de notre gamine ? − Elle est rentrée, torsion du cou a dit le médecin. − Si c’est pas un métier pour elle, faut qu’elle fasse le concours « jeunes au développement durable, citoyenneté et sécurité SNCF ». Là au moins, on ne fait pas de torticolis. Je connais le chef, je vais l’inscrire au concours.

42Chaque jour, sa mère s’inquiète en feuilletant L’Oise hebdo, langue-de-vipère-qui-raconte-n’importe-quoi-sur-le-quartier. Le mal est fait : il y a environ 2 semaines, Hélène caissière stagiaire dans un supermarché d’Auchan, habitant dans le quartier de la Sablière, a récupéré sur son tapis de caisse un ticket oublié par un client. Au dos de celui-ci figurait une réduction pour 50 centimes de réduction sur le liquide vaisselle parfum pomme, 2 boîtes de petits pois extrafins achetées, la troisième offerte. La marque a décidé de porter plainte pour vol.

Fin de partie et changement de cap

43On peut saisir un autre point de vue par une attention descriptive plus sobre, plus synthétique. Les éléments recensés suffisent à « entrer dans la place ». Ce sont d’autres traces qui sont relevées. Cette fois, nous entrons dans un journal de bord, une page par jour, puis une page pour cinq jours.

44Deux petits extraits en parfaite opposition.

Politiques de l’enfance : les uns et les autres

La Caserne

45À 10 minutes à pied du cœur de la métropole et depuis 2018, l’ancienne caserne de gendarmerie est un lieu d’accueil pour « mineurs étrangers non accompagnés ». L’imposante bâtisse (inhabitée) donnant sur la rue est accessible par un porche dont le portail ouvert (fermeture des portes à 22 heures en semaine) permet l’accès à une cour qui fait également office de parking. En face, un premier bâtiment héberge les services collectifs du lieu d’accueil. Les portes anciennement vitrées sont couvertes par des planches de contreplaqué. Un « accès de colère d’un des jeunes », nous racontera la cheffe de service. Nous rentrons dans le bâtiment, en ce jour de soleil, mais les couloirs sont sombres car le contreplaqué ne laisse pas entrer la lumière.

46Direction la cuisine. Moins d’une dizaine de tables et une vingtaine de chaises ornent cette cuisine sommaire : deux réfrigérateurs, un micro-ondes, un plan de travail en inox. Ici, pas de gazinière, pas de casserole, pas d’assiette, pas de couvert… Où se trouve le matériel de cuisine ? Rangé. Cette salle sert pour le petit déjeuner et accueille chaque matin 100 mineurs étrangers non accompagnés, encadrés avant 8 heures par l’équipe de nuit (entreprise de sécurité) et après par l’équipe de jour (travailleurs sociaux). Quelques plaques de cuisson électrique mobiles sont présentes dans un chariot. Elles appartiennent aux mineurs. Ils doivent apporter leur plaque pour se faire à manger.

47Le mur porte les traces de l’activité de la cuisine : huile et sauce forment par touches une crédence improvisée. Difficile de connaître l’état du lieu avant qu’il ne devienne une cuisine collective. Quelques écritures et une affiche décrivant la vie au Mali font office de décoration d’un lieu qui n’a pas eu le temps de se rénover avant l’accueil de ses hôtes. En face de la cuisine, un bureau pour la permanence sauf le jeudi après-midi où l’équipe se réunit. Il n’y a personne de ce côté : aucun jeune, aucun professionnel cet après-midi.

48Le couloir opposé semble plus animé. On y trouve notamment la salle TV. Une trentaine de jeunes, uniquement des garçons, y sont assis. Ils visionnent ensemble des clips musicaux sur l’écran commun et chacun a également à la main son petit écran de smartphone. Le WiFi est distribué dans ce bâtiment qui devient par ce fait le poumon de la vie collective.

49Nous continuons la visite par l’arrière de ce bâtiment : un grand garage de 400 m2 qui devait abriter auparavant les véhicules de service a été reconverti en salle de jeux couverte. Un sac de boxe, trois tables de ping-pong. Une annexe héberge la lingerie : machine à laver et sèche-linge. Chaque mineur est responsable de son linge. La visite se termine devant le bâtiment le plus imposant qui compte 92 lits pour garçons. Il ne dispose pas d’une distribution en WiFi. Nous ne sommes pas invités à le visiter. Sur la pelouse, quelques chaussures et vêtements abandonnés. Ont-ils glissé des garde-corps sur lesquels ils séchaient ?

Photographie de Jean-François Laé, collection personnelle.

50Nous rentrons dans le dernier bâtiment qui accueille le bureau de la psychologue, l’infirmerie, la salle de réunion et une chambre pour filles.

51Cette « caserne » n’a pas eu l’occasion d’être rebaptisée au vu de l’urgence de trouver des solutions d’hébergement. En 2018, elle a accueilli 160 mineurs de 15 à 18 ans avec une durée moyenne d’accueil de neuf mois. Le prix de journée est de 75 euros.

Les Lilas

52À 30 kilomètres de la métropole, dans une commune rurale de près de 7 500 habitants, la maison d’enfants à caractère social « Les lilas », auparavant un foyer pour jeunes filles (1979), se situe à proximité du centre bourg dans un bâtiment de deux étages, rénové depuis moins de dix ans.

53Le bâtiment est agrémenté d’un petit jardin arboré en façade et d’une cour à l’arrière. L’entrée du bâtiment donne accès à un couloir : du côté droit, un service de suite (pour l’accompagnement au-delà de la majorité dans de l’hébergement diffus), du côté gauche, le lieu de vie de la Maison d’enfants à caractère social (MECS).

54Le couloir donne accès aussi à deux bureaux : l’un pour le secrétariat et l’autre pour l’équipe de direction.

55En traversant le couloir, en face des bureaux : une grande salle de réunion où se déroulent les temps collectifs pour les deux équipes éducatives.

56À l’extrémité gauche du couloir, se trouvent les espaces collectifs du lieu de vie : cuisine, salle à manger, espace multimédia, bureau des éducateurs. La cuisine ouverte sur la salle à manger est moderne et la décoration est soignée. Trois tables rondes sont disposées et au mur, des photos donnent à voir des séjours d’été en camping. La cuisine ouverte d’une vingtaine de mètres carrés dispose de tous les éléments électroménagers (four, micro-onde, plaque de cuisson, lave-vaisselle) et de vaisselle pour cuisiner en collectif. Lors de la visite, le repas du soir est en cours de préparation : deux poulets à rôtir sont disposés sur la plaque du four. Les courses et la préparation ont été réalisées par une éducatrice et deux jeunes. La salle à manger est composée d’ouvertures qui offrent une vue sur le jardin.

57À l’étage se trouvent les chambres : celles des jeunes accueillis avec une salle de bains privative et une chambre est dédiée à l’éducateur de nuit. Un coin salon ouvert est également disposé en haut de l’escalier : quelques livres, des banquettes confortables et une table basse agrémentent l’espace.

58La MECS dispose de huit places et la durée moyenne de prise en charge est de 24 mois sur le foyer. Chaque année, 3 ou 4 jeunes poursuivent leur parcours en passant d’un accueil dans le collectif à une prise en charge en hébergement indépendant accompagnée par le service de suite, qui pour sa part dispose de 13 places. L’établissement accueille des jeunes de 15 à 21 ans. Le prix de journée de la MECS est de 200 euros.

Littérature et sociologie : note sur l’impureté

59Comme avait l’habitude de dire un collègue, « les politiques pour les pauvres sont de pauvres politiques ». On pourrait peut-être en dire autant pour la science, la connaissance. La connaissance de la pauvreté serait une pauvre connaissance. Mais ce ne serait pas juste. Dès le xixe siècle, la pauvreté, les conditions de vie de la classe ouvrière, des paysans, des gens ordinaires, furent au centre des attentions de très nombreux observateurs, talentueux, cultivés, engagés, écrivains, religieux, philanthropes, reporters, publicistes, politiciens et bien sûr romanciers. De Charles Dickens à Jack London, au moment même où des figures remarquables de la tradition sociologique, comme Auguste Comte ou Émile Durkheim, essayaient d’établir une science de la société, ces observateurs essayaient de comprendre ce qu’était la pauvreté, d’où elle venait et comment la combattre. Non seulement, comme l’a montré Wolf Lepenies (1990), les sciences sociales ont été construites contre cette littérature, mais aussi contre la connaissance profane de la société. À la fin du siècle les sciences sociales et le réformisme politique ont convergé, le concept durkheimien de solidarité a coïncidé avec le mouvement réformiste en faveur de la classe ouvrière et le fruit de cette rencontre a été l’invention du welfare state. L’expérience vécue fut dans une large mesure imprégnée de welfare, qu’il soit d’origine privée ou étatique. Cela apparaît clairement à la lecture de Dickens. Mais au xxe siècle, lorsque la sociologie fut installée dans l’Université, devenue une connaissance académique, les deux univers se séparèrent une fois de plus.

60Empruntons quelques exemples au premier xxe siècle pour montrer le trésor de connaissances incrusté dans ces travaux en dépit de leur caractère non-académique, de leur stigmate d’impureté, du fait que cette connaissance n’a pas été principalement produite dans un but ni selon des règles académiques.

61Commençons par le fameux Marienthal : the sociography of an unemployed community (Jahoda, Lazarsfeld, Zeisel 1932). Quand les auteurs commencèrent en 1930 leur étude du chômage à Marienthal, une petite ville autrichienne, fortement affectée par la crise économique, avec un haut niveau de chômage, leur but était d’aider les chômeurs aussi bien que de comprendre leur expérience et d’étudier les effets individuels et collectifs du chômage sur la vie sociale. Membres du parti social-démocrate, ils s’installèrent à Marienthal en ouvrant une sorte d’organisation charitable qui fournissait de la nourriture à bon marché, des vêtements et des chaussures gratuitement, toutes ressources collectées à Vienne avant la recherche à travers le réseau du parti social-démocrate. Mais le résultat scientifique de ce travail, l’apport de connaissance, comme l’a souligné Pierre Bourdieu dans sa préface à l’édition française, est d’une grande valeur. D’abord parce que la recherche montre, en utilisant la méthode des budgets-temps, comment le chômage dilate le temps, la vie sociale allant se rétrécissant parce que les ouvriers au chômage n’ont plus de relations sociales avec ceux qui ont eu la chance de conserver leur emploi. Au lieu de dire Time is money, on devrait, dans ce cas-là dire Money is time. Ensuite, la recherche réussit à montrer concrètement comment les privations économiques changent la vie, en notant que malgré les privations les chômeurs continuent à faire des choix, continuent par exemple à épargner de l’argent pour leurs obsèques ou à cotiser pour le cyclo club (qui permet d’emprunter un vélo pour se déplacer). On retrouve ainsi la démonstration de la dimension symbolique de l’argent mise en évidence cent ans plus tard par la sociologue Viviana Zelizer dans The social meaning of money (1994). Troisièmement on comprend, à travers la typologie des enquêtés, comment les chômeurs agissent, luttent, se débrouillent de leur situation. On saisit notamment la dimension du genre, la vie des femmes étant moins désorganisée par le chômage du fait qu’elles restent en charge, chargées, mobilisées par les tâches domestiques. Et l’on saisit aussi les différences suivant le niveau de revenu antérieur au chômage, donc suivant la trajectoire et l’expérience passée de chacun. Comme le montrent les auteurs, la situation de ceux qui déjà allaient mal empire. Parmi ceux qui allaient bien, la situation de la moitié d’entre eux se dégrade tandis que les autres réussissent à se maintenir plus longtemps que leurs camarades car ils ont des ressources que les autres n’ont pas. Ceux enfin qui se maintiennent le mieux sont ceux qui avaient déjà vécu depuis longtemps dans la pauvreté.

62Regardons maintenant de l’autre côté de l’océan atlantique, dans ces mêmes années 1930, avec le journaliste James Agee et le photographe Walker Evans (1939), qui font voir la vie des planteurs de coton dans leurs fermes, ne donnent pas seulement un aperçu extraordinaire de leur vie privée, domestique, pas seulement une analyse politique et philosophique des relations entre les riches et les pauvres, entre les chercheurs et les enquêtés, mais également une analyse en profondeur du racisme qui fait rage entre les planteurs blancs et les Noirs qui partagent pourtant les mêmes conditions de vie, la même pauvreté. Que trouve-t-on d’autre dans le fameux ouvrage de Norbert Elias et John Scotson, The established and the outsiders (1994) ?

63Et je ne peux oublier, pour donner un dernier exemple, le livre de Robert Roberts The Classic slum (1971), une recherche dans le taudis de Salford, dans cette même ville étudiée par Friedrich Engels pour sa Situation of the working class in England. Ayant été élevé et ayant grandi dans le slum au début du xxe siècle, fils des commerçants qui y tiennent épicerie, Robert Roberts, en faisant fond sur son autobiographie, en racontant sa propre vie, en cadrant sa propre expérience avec des données statistiques sur les revenus, la nourriture, les vêtements, la santé, les loisirs… montre comment les habitants du slum, malgré la pauvreté économique, inventent et consolident les règles de la vie sociale, les manières, les usages, les pratiques, montre aussi comment les toutes petites différences de revenus, quoiqu’inscrites dans une pauvreté généralisée, produisent et soutiennent un ordre social en vigueur au quotidien. Dans l’épicerie des parents, où la règle est qu’on ne sert pas une quantité de jambon, de beurre ou de fromage inférieure à une once, le plus pauvre, le plus démuni, qui ne peut débourser le prix d’une once, n’ose pas aller lui-même à l’épicerie mais envoie son fils, sa fille, pour acheter une demie-once, et les autres clients de l’épicerie, pendant que l’on sert le gamin, ne se font pas faute de rappeler la règle en échangeant des cancans à voix assez haute pour être entendus, comme une sorte de chanson qui sonne aux oreilles de l’enfant et qu’il ressortira à ses parents en rentrant à la maison. Quoi d’autre dans la rationalité en finalité de Max Weber ?

64Bien d’autres exemples seraient éclairants, y compris en France, comme le livre de Louis Calaferte Requiem des innocents (1956). Mais il n’y en a pas tant que ça. Pourquoi est-il utile de rappeler l’existence de ce trésor ? D’abord parce qu’il permet d’élargir la tradition sociologique, de lui donner un sens et une envergure plus larges, de l’inscrire dans son contexte politique et social. Ensuite, si nous acceptons l’idée qu’il serait nécessaire de développer la sociologie comme une « sociologie publique », selon les termes de Michael Burawoy dans son rapport de 2004 en tant que président de l’American sociological association (Burawoy 2004), parce que cela permet de soulever la question des formes et styles de la connaissance. Du style académique comparé au style des écrivains que j’ai cités. Ces écrivains sont des raconteurs d’histoires, la forme et le style de leurs écrits ressemblent à ce qui suit : j’ai décidé d’étudier ceci, je suis allé là, j’ai parlé avec celui-ci et celle-là, il m’est arrivé ceci et cela, j’ai vu ceci et entendu cela, il m’est arrivé ci et ça, je me suis senti comme ci et comme ça, j’ai compris ceci et cela, etc. Leur compte rendu est une narration, dans laquelle s’insèrent d’autres narrateurs ainsi que les relations entre différents narrateurs et différentes narrations. Ce ne sont pas seulement des biographies individuelles, − et ce point est important, car les biographies, comme le dit Gadamer (1976), font courir le risque d’une reprivatisation de l’histoire −, mais également des biographies collectives, l’histoire de ce qui est arrivé à une vie, à un groupe social, dans la pauvreté, dans le chômage, ou si vous préférez ce sont des biographies individuelles ré-enchâssées dans un contexte de transformation sociale, c’est-à-dire des biographies connectées les unes aux autres et aussi affectant les uns et les autres, transformant la manière dont les gens racontent leur propre expérience, leur propre histoire, permettant de voir quels événements ils mettent en avant en premier, lesquels ils sous-estiment, quelles idées ou valeurs morales ou politiques émergent. Comment le welfare, par exemple, contribue à déterminer la forme des trajectoires biographiques dans chaque pays.

65Sans aucun doute ces caractéristiques changent d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre. Disons quelques mots d’une petite ville en France où nous avons commencé à étudier le chômage et la pauvreté dans les 1980. À cette période, les usines fermaient et nous avons étudié la vie des chômeurs, qui étaient les moins qualifiés des ouvriers, pure force de travail, la première éliminée, c’est-à-dire le bas de la classe ouvrière, avec un long passé dans la pauvreté, et qui avaient été rassemblés par les autorités dans des immeubles du logement social à l’extérieur de la ville pour faciliter la rénovation urbaine du centre. Dans ces immeubles, où régnait la pauvreté, seuls un tiers des adultes avaient un emploi et si on analysait les revenus de l’ensemble du groupe, on voyait qu’environ 30 % de ces revenus venaient du travail, 60 % des prestations sociales et 10 % d’activités informelles et parfois illégales. Les inégalités de revenus à l’intérieur du groupe étaient également importantes, d’un à dix aux extrêmes. Ils appartenaient encore à la classe ouvrière, partageaient un ethos ouvrier et pratiquaient ce que nous avons appelé une « solidarité obligatoire », c’est-à-dire le fait que pour vivre dans ce milieu, pour être accepté, chacun était tenu de participer aux réseaux de relations, d’échanges économiques et symboliques à travers lesquels il trouverait sa place, son mode de vie, faute de quoi il serait forcé de partir, de quitter le groupe. Une force sociale centripète, acculant chacun à donner priorité au groupe, s’opposait à une force centrifuge, orientant chacun vers le monde extérieur, vers les institutions. Prise comme un tout, la cité était à la fois un refuge et une prison.

66Trente ans plus tard, nous reçûmes un courriel nous demandant pourquoi nous ne venions plus, ce qui nous était arrivé, et donnant aussi des nouvelles de familles que nous avions connues. Cela montre que la sociologie est aussi connectée sur le réseau et se trouve changée par le réseau. Les entretiens peuvent être anonymes mais le sociologue ne l’est pas et ses écrits peuvent facilement être trouvés sur le réseau. Quoi qu’il en soit, en 2010 il nous fallut retourner sur le terrain, comme les sociologues et ethnographes appellent ça pour constater que la valeur de la pure force de travail, de la sueur, du travail non qualifié, a encore diminué, est pratiquement réduite à zéro. Ce retour fut une l’occasion d’étudier les récits biographiques de ceux et celles dont avions connu la vie trente ans plus tôt. La plupart de ceux que nous rencontrons sont maintenant à la retraite. Beaucoup sont morts, beaucoup ont quitté la ville. Quand ils racontent leur histoire, de grandes différences apparaissent. Les hommes font des récits structurés par l’expérience du travail, les emplois occupés, même si en fait ils ont été la plupart du temps au chômage. Un homme, par exemple, raconte une vie de travail, énumère les emplois occupés, dénigre ses anciens voisins qui étaient des paresseux, ne voulaient pas travailler. Mais quand on lui demande le montant de sa pension de retraite, on découvre qu’elle n’atteint même pas le niveau du minimum vieillesse. Est-ce que cela indique qu’il triche, qu’il ment, qu’en fait il n’a pas travaillé si longtemps que ça ? Ou qu’il a été exploité par des employeurs sans scrupule qui ne déclaraient pas son travail pour ne pas payer les charges ? Peut-être un peu des deux. Mais nous en tirons un enseignement sur la valeur du travail, la place prééminente du devoir de travailler dans l’économie morale du groupe. Les femmes, à l’inverse, concentrent leurs récits sur la famille, les enfants, le mari, les séparations, les divorces, les maladies, les deuils, les placements d’enfants, les trajectoires éducatives des enfants.

67Un autre résultat de la recherche concerne la mémoire sociale. Comme vous le savez, Maurice Halbwachs, essayant de fonder une sociologie de la mémoire, a montré dans son premier ouvrage, Les cadres sociaux de la mémoire (1925), que le passé informe le présent, mais montré aussi dans son second ouvrage, La mémoire collective (1950), qu’au contraire, ou simultanément, le présent informe le passé. Quand nous parlons avec nos enquêtés du passé industriel, nous pouvons voir les deux processus en œuvre dans la mémoire. Tous font état d’une forte expérience collective, l’expérience vécue de la désindustrialisation, la perte d’un monde, d’une culture ouvrière, avec ses espaces dans la ville, son ethos, ses pratiques de loisir… Le passé informe le présent, la manière dont ils analysent le changement social. Mais ils ne mobilisent pas la mémoire du temps passé de la même manière. Ceux qui sont restés en permanence dans le chômage et la pauvreté expriment une grande nostalgie du passé, déplorent la disparition d’une communauté (largement) imaginée, alors que ceux qui ont réussi à se maintenir dans l’emploi, qui vivent finalement mieux qu’avant, qui ont eu assez de chances (ou assez de ressources) pour retrouver un emploi après le licenciement, dont les enfants ont bien marché à l’école, préfèrent ne pas s’attarder au rappel du passé, montrent clairement qu’ils sont passés à autre chose, à une vie différente, qu’ils ont pris un nouveau départ. Le présent informe le passé, chacun reconstruit le passé en fonction de sa propre situation.

Le récit du social

68Si nous disposions de l’espace et du temps nécessaires pour regarder à l’intérieur des récits eux-mêmes, on pourrait aussi montrer que les questions soulevées et les réponses proposées sont similaires bien que leurs auteurs aient des trajectoires et des formations différentes, et s’expriment sur différents registres d’écriture, tels que la sociologie, la littérature, le journalisme, etc. Ainsi que l’a montré Richard Brown (1977), en effet, tous les scripteurs usent de métaphores mais ceux qui veulent parler de la société ou des comportements sociaux ne disposent que de cinq métaphores : 1/ La société comme un organisme, un corps. 2/ La société comme une machine. 3/ La conduite humaine comme langage. 4/ Le comportement humain comme drame. 5/ La conduite humaine comme un rôle, un jeu. Toutes les formes d’écriture dépendent et se fondent sur une seule et même poétique de la société, des faits sociaux, des discours, actions et pensées. Au lieu de couper cette poétique en morceaux, l’une au service de la science, l’autre dans un but de loisir, la troisième dédiée à l’information, la quatrième orientée vers la politique, et ainsi de suite, la fabrique de la connaissance pourrait inclure ces différents aspects dans une connaissance générale de la société dont l’expression serait d’essence narrative parce que la narration est déjà son langage commun (Brown 1990).

69La nécessaire promotion d’une sociologie post-occidentale ne peut être seulement fondée sur le projet négatif de rejeter le vieux modèle masculin, stato-national, et raciste de l’occidentalo-centrisme. Elle appelle une perspective positive basée sur la tradition mais capable de se renouveler pour répondre à de nouvelles questions, telle celle posée par les progrès gigantesques de la literacy et le développement des nouveaux moyens de communication. De tels changements ont déjà été opérés dans l’histoire des sciences sociales, tels le tournant linguistique des années 1960 ou encore, à une échelle moindre, le tournant biographique des années 1980. C’est une sorte de tournant narratif que Clifford Geertz (1980) anticipe quand il déclare que l’usage d’un style mixte, métissé (a blurred genre) est appelé devenir la principale caractéristique du changement et de la reconfiguration des sciences sociales.

70L’anthropologue rejoint ainsi la tentative, dans la même période des années 1980, pour développer une anthropologie narrative, tentative supportée principalement par la revue Anthropology and humanism. À partir du moment où les êtres humains peuvent être désignés comme des créateurs et des raconteurs d’histoires, explique Gregory Reck (1983), le but des sciences sociales doit être de rechercher et de faire connaître les intrigues qui donnent leur sens à ces histoires. Et il suggère que les personnages inventés, s’ils ont été créés sur la base d’un solide travail de terrain, peuvent être aussi réalistes que les types ou les modèles créés dans un but scientifique. Dans une perspective différente, Nancy Schmidt (1984) dresse la liste des nombreux anthropologues qui ont écrit des romans et se demande pourquoi la plupart d’entre eux ont emprunté un pseudonyme et soigneusement séparé leur activité littéraire de leur activité scientifique. Elle se demande aussi pourquoi les revues scientifiques ont si rarement pris ces ouvrages en compte alors que certains d’entre eux ont connu un grand succès et ont été appropriés par les membres des groupes sociaux qui étaient mis en scène dans ces textes. Selon elle, il est possible de démontrer que la fiction, ce style littéraire caché, a fortement affecté les théories et méthodes de l’anthropologie.

71Trente ans après, le développement de cette anthropologie narrative reste cependant très limité. L’anthropologue Eugenia Tsao (2011) plaide pour les vertus épistémologiques de l’ethnographie littéraire et défend l’idée que nul n’est obligé de développer en détail son cadre épistémologique car c’est la narration qui y pourvoit en acte. La théorie peut informer le texte sans être en son centre. Elle donne des exemples concrets de récits produits par des ethnographes et compris par les enquêtés sans perdre pour autant leur valeur scientifique. Elle cite par exemple Laura Bohannan (1954) qui déclare : « Ici, j’ai simplement écrit comme un être humain ». Ceci montre clairement qu’habituellement un scientifique n’écrit pas comme un être humain. Comment écrit-il s’il n’est pas un être humain ? Sans doute comme le membre d’une société secrète, d’une secte, tenu de se conformer, sinon à un dogme, du moins − en citant Lila Abu-Lughod (2006) − « au conformisme de la forme ».

72Il faut en conclure que le principal problème sur la voie d’une sociologie narrative n’est pas de nature scientifique mais institutionnelle, un obstacle créé par les sociologues eux-mêmes. Mais cette conclusion a de lourdes conséquences dans différents domaines de la connaissance.

Fin de partie et changement de cap

73Du très large au très petit, de la grande littérature au souffle qui perturbe le micro de l’enquêteur. De la théorie sociologique au bruit de la cuillère dans la tasse de l’enquêté. Questions sur le recyclage des déchets de l’enquête ? Sur tout ce qui manque à l’enquête ? Sur tout ce qui manque à l’enquêteur.

Saisir et dire les manques

Toujours un détail nous échappe

74Des fragments et les questions qui nous taraudent. Nous ne faisons qu’à partir de fragments. Nous n’avons pas la responsabilité de compléter les vies, nous avons la responsabilité d’écouter les fragments qu’on nous livre, parfois avec pudeur, parfois sans aucune, souvent avec beaucoup de confiance, confiance qui m’étonne encore aujourd’hui après plusieurs années de formation en sociologie. Nous avons la responsabilité, peut-être, ou pas, de faire quelque chose avec ces fragments, de les transformer, et même quelque part les sublimer. Ne pas avoir peur de prendre la plume et de retranscrire pour dire, pour raconter, pour montrer, d’être un passeur de récits, un conteur, une narratrice. Faire quelque chose de ces histoires à la fois singulières et collectives.

75L’envie de braquer ma lanterne sur une histoire en train de se faire, user de ma capacité à écrire, à inventer, à imaginer pour transmettre de main en main, de voix en voix, de lecteur en lectrice. C’est ce qui m’anime, je fabrique, je bricole, j’invente, presque jusqu’au crash test s’il le faut, prendre le risque d’expérimenter quitte à se planter. Prendre le risque de prendre la parole et de raconter. Je suis entrée en sociologie avant même de m’y former. Je suis entrée en sociologie par les histoires, par les romans-fleuves, par la poésie, par les sensations et les émotions. Je suis entrée en sociologie en m’attachant à des personnages, réels ou fictifs, peu importe, ils existent quelque part, dans une certaine réalité, sur terre ou sur papier. À la fois fictifs et réels, ce que nous sommes tou·te·s, selon les points de vue, selon ce que nous livrons, selon ce que nous disons de nous. Des fragments, d’une minute à l’autre, de multiples rôles comme des fragments de ce que nous sommes. L’entièreté n’existe pas.

76Toujours un détail nous échappe, glisse sur le papier, insaisissable.

77Je suis entrée en sociologie par les mots, par le style, par les tournures de phrase, celles qui accrochent, qui frappent, qui touchent en plein cœur. Une forme pour transmettre un fond. Faulkner et Woolf m’ont particulièrement appris sur les fragments, les points de vue et la prise de risque. Les deux écrivent des fragments, à partir des regards et d’une certaine position physique, géographique, sociale, etc. et ne semblent pas se poser la question de la cohérence parce que ces différents points de vue à la fois s’assemblent, se complètent, s’opposent et se confrontent. Il n’y a pas une réalité, il y a des réalités, il y a toujours les histoires qu’on se raconte et celles qu’on raconte aux autres. Mrs Dalloway n’a pas la prétention de voir plus loin que ce qui se passe en face de chez elle à travers le cadre de sa fenêtre, en restant confortablement installée dans son fauteuil. Se concentrant comme elle peut dans le brouhaha de sa réception, captant des bribes de conversation, ici et là. Toutes ces vies dans un espace restreint, toutes ces histoires, anecdotes, rumeurs, commentaires.

Captation auditive, on et off, de vies de joueurs

78Cela fait sept mois que j’ai rencontré plusieurs personnes et que j’écoute des vies fragmentées, entrecoupées de divers sons, bruits. Je les écoute puisque je ne les connais que par le son de leurs voix. Nous communiquons par groupe vocal par le biais d’un jeu vidéo. Et voilà plusieurs mois que ces nouvelles relations m’intriguent, me questionnent, me donnent envie d’écrire, mais je ne sais pas comment faire, je ne sais pas ce que je peux me permettre, ce que je peux transmettre. La question qui me taraude le plus, c’est comment retranscrire ces bribes entendues pendant les pauses, les attentes, les moments creux, mais aussi les parties. Comment parler des respirations, des soufflements de nez trahissant l’exaspération, des bruits de la cuillère qui cogne les rebords d’une tasse, des shkroumpf shkroumpf quand il mange, des cris des enfants, et des motos qui passent dans la rue. Il dit : « Désolé pour la moto ». J’imagine alors une fenêtre ouverte dans un appartement, et mon regard qui balaierait ce lieu, à la fois réel et fictif, puisqu’il existe bien quelque part en France, mais je n’ai que mon imagination pour le décrire. Pourquoi j’imagine un appartement d’ailleurs ? Parce que son propriétaire a 30 ans, voire moins et qu’il semble vivre seul ? D’un coup, un souffle continu dans le micro, je demande : « Tu as mis un ventilateur ? » Et parfois une porte qui grince. D’autres personnes dans cette maison, un frère (parfois ?) et un père, souvent. « On n’arrête pas de me déranger dans cette maison, c’est grave ça ! ». Cette maison, incomplète dans mon imagination, deux chambres à l’étage, un escalier, une cuisine, les pièces qu’il évoque. Un jardin et des voisins. Une forêt, pas loin. À la campagne ou à la ville. Près ou loin de Toulouse, Brest, Metz, Perpignan, Grenoble, Paris, etc. Ils ont froid quand pour moi il fait doux. Ils ont tous chaud quand moi j’ai froid.

79À travers un casque, un micro, des échantillons de leur vie, par les bruits qu’ils ne font pas, les bruits en off, dans leur rue, dans leur appartement ou maison, par leurs parents, leur compagne, leurs enfants, leurs animaux. Par les bruits qu’ils ne contrôlent pas, un portable reposé brusquement sur la table, une main qui frappe le canapé, les boutons de la manette spammés, un briquet puis la fumée expirée. Trahissent les tensions. Les voix qu’on n’entend pas assez, celles qu’on n’entend plus, celles qui sont coupées, celles qui ont bugué, celles qu’on entend tout le temps, celles qui crient, celles qui s’énervent, celles qui exultent. Celles qui parlent et qui disent des choses, autour du jeu, autour du quotidien, parfois de l’actualité, très rarement de la politique.

80Il y a celui qui se tait, celui qui n’arrête pas de parler, celui qui se renferme, celui qui gueule, celui qui fait des blagues, celui qui ne comprend pas le second degré, les blagues qu’il faut expliquer, celui qui est fantasque et celui qui est terre à terre, celui qu’il faut calmer, celui qui danse « Attendez ! moi je suis le roi de la piste, je suis un très bon danseur en boîte ! ». Faute de pouvoir se déchaîner sur les pistes de danse, Covid oblige, il le fait virtuellement devant nous, avec nous. Il y a celui qui n’a fait que passer, celui qui a dû déménager et qu’on n’a plus revu, celles qui ne sont pas restées.

81Des mecs, que des mecs, et moi la seule fille. Pour eux, je ne suis pas comme toutes les autres, comme celles qu’ils fréquentent. Ils disent à mon compagnon en ma présence « T’as trouvé la solution, tu lui as acheté une console ». Je leur réponds, mais ils ne comprennent pas ce qui, tour à tour, m’exaspère ou me met en colère. Mais se trouver des complices et faire avec leur complexité.

82Des vies qui s’entrecroisent, parfois très différentes, et des rythmes, selon les configurations familiales, sociales, les statuts. Lycéen qui ne sait plus pourquoi, intérimaire fatigué, employé dans la routine, cadre en déplacement, tous, travaillant de jour, de nuit, la semaine, le week-end, des horaires changeants, décalés, mais réussir à nous retrouver quelques heures. Il lui dit : « T’es le fils de Macron », parce qu’il parle bien, qu’il manie les mots avec facilité, on lui a donné le surnom d’El Professor, c’est lui qui explique les mécaniques et les stratégies aux nouveaux. La majorité n’a pas le bac, qu’il soit passé ou en train de se faire, de l’inutilité à l’abandon. Ont arrêté tôt l’école, sont partis travailler.

83Il me dit : « Tiens j’ai pensé à toi, j’ai vu un sociologue à Quotidien, j’ai rien compris – les gens qui sont dans les complots ne savent pas eux-mêmes qu’ils sont dans un complot, ça veut rien dire, je me suis dit qu’il devait pas être très compétent ». Être un chercheur compétent, ce serait donc réussir à se faire comprendre ? « Je sais que parfois je suis un peu con, mais quand même, là je me suis dit que ça ne venait pas de moi ». Ce n’est pas parce qu’on nous donne la parole qu’on dit des choses intelligentes.

84Et les fragments, toujours ces fragments, livrés au détour d’une conversation. Des détails personnels, des bouts de leur vie, sur les vocations familiales délaissées, sur les élèves entassés dans les lycées pendant le Covid, sur un emploi qui assure la sécurité mais qui ne plaît pas, les CDI de 2 heures/semaine proposés. On fait aller, demain c’est vendredi, c’est bientôt le week-end, je pars en vrille, je pensais qu’on ne remarquerait pas mon absence, tu t’inquiètes vraiment ? Je passe juste une petite heure, aujourd’hui c’est mercredi, je m’occupe des enfants. Je ne suis pas un intellectuel. Les réductions de temps de travail à cause du Covid, plus de client·e·s dans les hôtels, plus de linges dans les blanchisseries. Les cours en présentiel, puis en distanciel, le bac en présentiel. L’achat d’une nouvelle voiture, une bonne affaire. D’un nouveau lit, on s’est mis bien avec ma femme. Un projet professionnel qui tient à cœur. Une envie d’évoluer. Tu vas continuer tes études ? « Toi-même qui sais » il aurait pu leur répondre.

  • 5 Les emotes sont des actions préenregistrées utilisées pour faire interagir les avatars entre eux (s (...)

85Les fragments captés à l’oral par le biais des micros et des casques, et puis les conversations qui se prolongent à l’écrit, par le chat, puis par SMS. Des modes de communication qui trahissent les affinités. Les discussions on, et celles en off. Les confidences qui permettent d’assembler plusieurs fragments. Approfondir les relations. Accumuler les moments de légèreté, les éclats de rire, les marques d’affection. Moi tout me va, tant que je joue avec vous. Communiquer avec des emotes5, choisir avec qui on les fait, à quel moment, pour quelles raisons. Pour rigoler, pour rassembler, pour réconforter, souvent pour dire quelque chose. Du virtuel au réel ? Est-ce que faire la différence a encore un sens ? Même les pseudos sont leur identité que je ne peux dévoiler, ils sont ce qu’ils veulent bien me montrer comme ils le feraient dans d’autres circonstances. Et parfois les silences, les blancs, les hésitations, les manques, les détails qui nous échapperont toujours.

Faire avec ces manques

86Ce sont ces rencontres inattendues qui m’ont donné envie d’écrire. Raconter ces joueurs, ces individus et tout ce que j’imagine d’eux, ces pièces où ils jouent, ces personnes avec qui ils cohabitent et leur vie en off, quand ils ne sont pas connectés, quand ils coupent leur micro. C’est aussi le dispositif et le fait de n’entendre que leurs voix et des bruits, de mettre en avant ce sens privilégié et contraint de cette observation, l’ouïe. Et de dire, malgré les manques. Les manques de contenu, d’information, d’indices, de légitimité, d’intérêt. S’intéresser à eux et les prendre au sérieux. Prendre le temps de laisser la trace de ces conversations vécues, de ces moments partagés, avec des inconnus, ceux que je commence à mieux cerner, et ceux auxquels je suis attachée. Laisser parler les émotions, les sensations et frapper en plein cœur.

À qui appartient la réalité ?

87Qui, de l’écrivain ou du sociologue, occupe une position centrale pour rendre intelligible le social décliné dans ses multiples dimensions ? Cette question en était une, et des plus sérieuses, en France, au moment de la naissance de la sociologie, au xixe siècle. Puis durant plusieurs décennies, elle n’a guère intéressé cette discipline mais elle se pose, à nouveaux frais, au début du xxie siècle. Nous examinerons ici les différentes étapes qui scandent ces déplacements entre sociologie et littérature en nous interrogeant sur la centralité de la question sociale.

Quid du centre de l’intelligibilité du social ?

88Le sous-titre de l’ouvrage de Wolf Lepenies (1990 : 4), Les trois cultures est particulièrement explicite : Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie. Après avoir expliqué que Balzac veut faire pour la société ce que Buffon a fait pour la zoologie, Lepenies nous apprend que Balzac (1799-1850) se qualifiait, non sans ironie, de docteur ès sciences sociales. Il avait pensé donner pour titre à son œuvre Études sociales avant de retenir La comédie humaine. Œuvre dans laquelle il s’applique à construire un système social, en même temps, mais d’une tout autre manière qu’Auguste Comte (1798-1857), le fondateur du positivisme.

89Ce sera ensuite Émile Durkheim (1858-1917) − dont tous les étudiants en sociologie, de nos jours, doivent connaître au moins le nom – qui entrera en concurrence avec Flaubert (1821-1880). Comme Zola (1840-1902) qui parlait de la sociologie pratique de ses romans, Flaubert estimait que la littérature devait devenir plus scientifique, les auteurs impassibles. Cette littérature qui examinerait les choses en elles-mêmes expliquerait mieux les évolutions sociales que les théories sociologiques, considérées comme des élucubrations. Ces auteurs, tous reconnus comme centraux, étaient de fait, des polygraphes. Tous s’intéressaient, chacun avec ses procédés, à la question sociale. Ils examinaient le monde sous toutes ses facettes en étant imprégnés les uns comme les autres par ce qu’ils n’appelaient pas l’unité des sciences sociales (Lahire 2012) mais qu’ils portaient en eux : leur concurrence les contraignait à prendre connaissance des écrits de leurs rivaux.

Classe ouvrière, classe centrale ?

90Avant la fin de la Première Guerre mondiale, Durkheim disparaît, la sociologie perd un maître. Elle perd son centre et perd aussi de son influence sur la scène intellectuelle. Halbwachs (1877-1945), successeur de Durkheim, s’intéresse aux niveaux de vie et aux habitudes de consommation de la classe ouvrière sans engager la discussion avec la littérature sur les transformations d’une société devenue industrielle. Dans l’entre-deux-guerres, les premiers intéressés par ces transformations, des ouvriers, des paysans, ou leurs enfants qui ont gravi un barreau de l’échelle sociale, écrivent sur leurs conditions d’existence et publient. Ils se retrouvent dans le Groupe des écrivains prolétariens, fondé en 1932. La lutte pour occuper une position centrale dans l’intelligibilité du social se déplace sur la scène politique.

91Le principal animateur de ce courant littéraire, Henry Poulaille (1896-1980), devra également faire accepter l’existence de la littérature prolétarienne par la littérature (Chambert-Loir 1975) : « Il publie en 1930 Nouvel âge littéraire, à la fois pamphlet et manuel d’une littérature pour ainsi dire inconnue. Balayant la culture bourgeoise, l’art du bien dire et le roman distractif, il met en avant les hommes du monde entier, particulièrement les ouvriers, écrivant pour porter témoignage. Le ton polémique accuse l’impression d’un clivage fondamental en littérature ». Jadis, le peuple n’était pas même convié à lire. Or, il a appris la lecture. On ne le convie qu’à écouter, mais il veut aujourd’hui s’exprimer. Alors les gens de l’élite interviennent : « Chasse gardée ». « Écrire est un métier », disent-ils… C’est une barrière qu’on veut rééchaffauder. Elle est vermoulue. La vie se fout des squelettes fleuris. Les élites doivent disparaître… » (Poulaille 1935, cité par Chambert-Loir 1975 : 11).

92Les écrivains de métier qui entendent, eux, écrire sur le peuple se regroupent ou se trouvent regroupés sous la bannière de la littérature populiste animée par André Thérive et Léon Lemonnier. Poulaille refuse avec la même vigueur l’engagement du côté des écrivains dits populistes que du côté des écrivains dits communistes, réunis dans l’AEAR (Association des écrivains et artistes révolutionnaires) : « Nous ne voulons à aucun prix de Front littéraire commun. Et si nous le refusons avec l’AEAR où idéologiquement nous avons des points communs, ce n’est pas pour accepter avec nous les dilettantes, les hommes de lettres de l’École populiste. Nous sommes dans le Prolétariat et y restons et y voulons rester. Leurs salons, leurs hommes de lettres, leurs prix nous dégoûtent. » (Poulaille 1935, cité par Chambert-Loir 1975 : 11)

93Ces refus et dégoûts maintiendront la littérature prolétarienne en périphérie de la littérature.

94Henri Barbusse (1873-1935), avant de fonder l’AEAR en 1932, était directeur littéraire de L’Humanité depuis 1927, il avait créé la revue Monde en 1928, il occupait des positions qui permettent de créer des frontières ou au contraire d’établir des ponts. Or, « pour lui écrire s’apprend » Bernard (1967 : 526) et il affirmait : « Il n’est pas bien fondé à mon sens de chercher à constituer la nouvelle littérature en faisant appel aux correspondants ouvriers. Ces correspondants ouvriers peuvent incorporer dans le mouvement une forte « garantie » de bon sens prolétarien et une activité intéressante, mais ils n’ont pas les ressources suffisantes pour donner de dignes bases à la littérature prolétarienne révolutionnaire. (Barbusse 1930, cité par Bernard 1967 : 526)

95Jean-Pierre Bernard, dans ce même article, estime que pour l’auteur du Feu : « Pour rencontrer des œuvres, il fallait se risquer hors de l’orbite du parti en direction du groupe Poulaille ou des populistes. Mais ceux-ci étaient sévèrement jugés par les communistes en raison justement de leur indifférence à l’égard du débat théorique » (Ibid. : 527).

Distinguer le centre de la sociologie

96En ce début de xxisiècle, à lire et à écouter les lettrés, le sociologue qui occupe une place centrale dès lors qu’il est question de culture et de littérature est le fondateur, en 1968, du Centre de Sociologie de l’éducation et de la culture, le théoricien des inégalités sociales et de la légitimité, l’auteur, en 1979, de La Distinction : Pierre Bourdieu (1930-2002). Lequel bataillera avec sa propre formation initiale en philosophie pour imposer la sociologie comme la science capable de rendre intelligible le social en dévoilant la doxa, les formes de domination masquées par l’école. Se méfiant de L’illusion biographique (1986 : 69-72), de la littérature de témoignage, voire la récusant, Bourdieu se saisit de la littérature légitimée par l’école pour faire œuvre de sociologue. Comme ses collègues, il convoque uniquement les écrivains centraux en littérature et fait le même usage des œuvres littéraires (Ellena 1988). Si pour Barbusse écrire s’apprend, pour Bourdieu, comprendre et écrire sur la société dans laquelle on vit s’apprend par la lecture et la maîtrise de ses théories sociologiques.

97La notoriété de Bourdieu éclipse passablement les travaux de ses confrères, et notamment ceux de Jean-Claude Passeron, co-auteur avec Bourdieu Des héritiers, en 1964, et de La reproduction, en 1970. Aux théories développées dans La Distinction, Jean-Claude Passeron et Claude Grignon, opposent, en 1989, dans Le savant et le populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, l’insoumission culturelle des classes populaires, leur ambivalence à l’égard de la culture légitime. Ils questionnent le dominocentrisme et le dominomorphisme des scientifiques et font la part belle aux littératures périphériques, dont la littérature prolétarienne.

  • 6 Publiés une première fois en 1935 par La Librairie du travail, ces textes ont été republiés par Fra (...)

98En 1988, Michel Verret, fondateur d’un laboratoire de recherches sur la classe ouvrière, parvient à publier La culture ouvrière, troisième volet d’une série consacrée à L’ouvrier français aujourd’hui. Les deux premiers L’espace ouvrier et Le travail ouvrier ont été publiés en 1979 et en 1982 par les éditions Armand Colin. Mais cet éditeur a refusé de publier le troisième volume sous le titre La culture ouvrière. Verret entendait conserver ce titre qui marquait une ferme prise de position dans les débats internes à la sociologie. Curieusement, Verret n’a accordé que quelques lignes à la littérature prolétarienne et au théoricien de Culture prolétarienne6. Marcel Martinet (1877-1944), élève de l’École normale supérieure, a renoncé à passer l’agrégation, défendant « le refus de parvenir ». Directeur littéraire de L’Humanité, avant Barbusse, il a publié les premiers textes de Poulaille. En 2005, Verret, longtemps communiste et toujours érudit, dans un entretien publié par la revue Mouvements, dit ses regrets : « J’ai lu Martinet, je lui rends un hommage, court et condescendant. Je n’ai pas trouvé tous mes amis. Tout le courant Poulaille, ce qui est littérature prolétarienne m’a échappé. […] Parce qu’ils étaient anarchistes, anticommunistes quelquefois ? Bien vite, ça n’a plus été la question pour moi. Parce que Poulaille parlait plus de littérature prolétarienne ? Mais Martinet, c’était et si tôt, culture. Tout simplement parce que je n’avais pas lu les grandes autobiographies ouvrières publiées par Poulaille (Bessin, Madec 2005 : 123-133). »

99On peut faire ici l’hypothèse que cette littérature a été tenue à l’écart par la sociologie car ces récits d’expérience n’illustraient pas parfaitement les théories des auteurs centraux de la discipline qui se disputaient l’intelligibilité du social en le découpant selon leurs différents positionnements épistémologiques. Verret a craint de ne pas retrouver la classe ouvrière qu’il étudiait dans le vaste ensemble des classes populaires réunies sous le qualificatif « prolétarienne ». Bourdieu posait comme postulat que l’analyse du social était un domaine réservé aux savants et même aux seuls sociologues. De plus ces analyses devaient être livrées en employant une écriture de spécialistes, chargée de montrer par sa complexité la complexité de la question traitée. Par conséquent, à l’exception de Grignon et Passeron, aucun sociologue renommé ne reconnaîtra devoir quoi que ce soit à la littérature prolétarienne.

100La littérature a, au contraire, étudié ce courant et continue à poser des questions que la sociologie ne pose pas. Il s’agit de questionner le statut social des auteurs, leurs origines géographiques, la validité du témoignage, la valeur de l’écriture, les connaissances sur les transformations sociales (Mathieu 2011). Les sciences politiques intègrent également ce courant littéraire dans leurs objets de recherche. Jean-Claude Ambroise (2001 : 49) écrit à propos de l’auteur du Voyage au bout de la nuit, publié en 1932 : « Céline reconnaîtra d’ailleurs avoir été influencé par les prolétariens ». Ambroise examine les résistances d’auteurs d’origine populaire, comme Louis Guilloux, qui réfutent cette étiquette : « La crainte de l’enfermement dans une classe traduit ici le refus d’être cantonné à une catégorie littéraire vouée, par ses promoteurs eux-mêmes, à la seule évocation d’un particularisme » (Ibid. : 47). Il fait la démonstration que pour exister, la littérature prolétarienne a fortifié elle-même sa position périphérique. Pour Ambroise, « marquée par cette tension entre populisme et misérabilisme (Grignon, Passeron 1989), la littérature prolétarienne peut se comprendre comme un effort pour mettre en ordre et rationaliser ces deux tendances à la fois concurrentes et intimement liées ». À la croisée de la littérature et du politique, cette littérature a une « fonction socioanalytique […] qui fonctionne sur le mode de l’exorcisme » (Ibid. : 51).

101Dans la courte histoire de la sociologie comme discipline universitaire, tout semble s’être ligué contre la littérature prolétarienne pour qu’elle reste ignorée par la plupart des sociologues, notamment à la fin du xxe siècle. Désengagement du champ politique, débat sur l’existence d’une écrasante classe moyenne, nette diminution de l’intérêt sur les conditions de travail dans le secteur industriel se sont conjugués avec deux autres phénomènes : l’abandon d’une sociologie de la vie quotidienne et une montée en puissance d’une hyper-spécialisation qui découpe la vie ordinaire en autant d’objets. Dans leur note de présentation des Annales d’histoire économique et sociale, le 15 janvier 1929, Marc Bloch et Lucien Febvre déploraient déjà « la hauteur des murs » construits par « une spécialisation légitime » mais « qui bouchent la vue » (1929 : 29). Plusieurs courants de la sociologie invitent maintenant à tenter d’inverser ce mouvement qui a effectivement érigé des murs conséquents et participé à cloisonner les savoirs.

Monsieur le Président du Tribunal, Photographie de Jean-François Laé, collection personnelle.

L’analyse sociologique : une chasse gardée ?

  • 7 Contrairement aux Lettres, cf. le colloque « La littérature prolétarienne aux xixe et xxe siècles » (...)

102La sociologie française contemporaine ne s’intéresse guère à la littérature et encore moins à celle des polygraphes contemporains7. L’absence du roman dans la sociologie et plus encore l’absence des romans contemporains a été examinée par Anne Barrère et Danilo Martuccelli (2009) qui notent tout de même un intérêt pour le roman policier mais ne s’attardent pas sur ce point dans la mesure où ils considèrent que cette littérature proche du roman social n’apprend rien à la sociologie. Or Annie Collovald et Erik Neveu (2013), les politistes qui ont enquêté sur les lecteurs du noir affirment que cette littérature répond à une demande sociale de lecteurs qui ont des connaissances en sciences sociales et s’intéressent aux efforts d’objectivation et à la collecte de témoignages. De leur côté, Martyne Perrot et Martin de la Soudière (1994 : 9) affirment : « L’opposition classique entre esthétique et connaissance d’une part, rhétorique et analyse d’autre part, a pour fonction essentielle de tracer des limites entre science et non-science. Ce que fonde institutionnellement cette opposition, c’est aussi, par voie de conséquence, l’autorité sociale de celui qui l’énonce ».

103Autrement dit quelle position sociale occupent ceux qui sont en mesure de délimiter les centres et les périphéries ? Il est en effet curieux d’affirmer à la fois que « les emprunts sont désormais divers et hétérogènes entre la littérature et les sciences humaines et sociales. Désormais, la capacité de la première à tenir compte des secondes est remarquable » (Barrère, Martucelli 2009 : 34) et de dire qu’il ne faut pas « nier la différence fondamentale entre la connaissance théorique et la connaissance romanesque » (Ibid. : 51). Ne serions-nous pas là devant une nouvelle défense de la « chasse gardée » dont parlait Poulaille ? Cette position défensive ne s’interroge pas sur une évolution « vers une sociologisation du roman contemporain » (Viart 2011) étudiée par les Lettres. Elle pose une barrière à l’entrée de l’analyse sociologique, estimant que les écrivains n’ont pas le niveau requis. Les sociologues, qui font des descriptions, des narrations, sont accusés de faire de la mauvaise littérature. Mais tiennent-ils vraiment à « parvenir » au rang de bons écrivains ? Leur objectif est-il d’être du bon côté de l’esthétique ? Les écrivains qui se saisissent de la diversité des connaissances accumulées par les sciences sociales et humaines pour mettre en scène le social contemporain, souhaitent-ils « parvenir » au Collège de France ?

104Quand la sociologie dite générale – celle qui établit les manuels à l’intention des étudiants (par exemple Glaymann 2012) – s’appuie sur des textes littéraires, l’auteure la plus citée est Annie Ernaux, agrégée de lettres, qui entretient depuis plusieurs années un dialogue avec la discipline en analysant sa position de transfuge de classe. Comme la journaliste Florence Aubenas, également citée dans les manuels scolaires, Ernaux ne prétend pas décrire les modes de vie des classes populaires contemporaines, ni même les transformations qui ont affecté ces classes depuis la fin du xxsiècle. L’une a fait une incursion dans le travail précaire (Aubenas 2010), non qualifié, l’autre fait des retours sur le passé. L’une comme l’autre décrivent des réalités vécues par les classes populaires mais ni l’une ni l’autre appartiennent, au moment où elles écrivent, à ces classes. Elles exercent des professions intellectuelles, et sont donc, a priori, dans la distance exigée par la sociologie hégémonique.

  • 8 Jean-Pierre Levaray, ouvrier libertaire, auteur prolixe, est reconnu par les Lettres, ignoré par la (...)
  • 9 Mabrouki (2004). La collaboration avec Thomas Lebègue, journaliste à Libération, est discrètement s (...)
  • 10 « La sociologie peut donc, à mon sens, tirer deux grands types de bénéfice de la lecture des œuvres (...)
  • 11 « …apprendre à être le narrateur (l’organisateur discursif) de sa propre expérience, le législateur (...)

105Si un ouvrier8, un employé chez McDonald’s9 publient un ouvrage sans le soutien explicite d’un sociologue renommé, sous la forme d’une préface par exemple, il rencontrera le silence de la discipline. Faut-il pour autant penser que ces textes sont complètement ignorés ? Sont-ils pillés (Lahire 2005 : 175) 10? Comment savoir ce que lisent vraiment les sociologues ? Une certitude : si le recueil de la parole orale reste au centre de l’activité de recherche de la sociologie qualitative, la parole écrite, celle où l’auteur est le législateur de sa pensée (Lahire 2000 : 293)11, celle qui menace de bousculer les interprétations du monde de la sociologie, est tenue à la plus grande distance.

  • 12 Dans Je vais bien, ne t’en fais pas (2010 : 21), il présente une collègue de son héroïne, caissière (...)

106La sociologie accepte l’interprétation littéraire à condition qu’elle applique des théories sociologiques. Elle accepte également la forme littéraire de l’autobiographie si celle-ci est rédigée par un pair qui raconte son ascension sociale et son intégration à la société des intellectuels (Hoggart 1991, Eribon 2009). Mais les autobiographies des littéraires qui racontent également des histoires de mobilités sociale et/ou géographique sont ignorées si la mise en perspective n’est pas formellement sociologique (Rohou 2005, Ledda 1977). De son côté, la littérature, quand elle mobilise la sociologie, cite uniquement les auteurs centraux de la sociologie, ceux qui ont conquis une notoriété suffisante pour que leurs travaux soient connus par des profanes, auteurs et lecteurs. Auteurs et travaux considérés comme appartenant à une culture commune. Olivier Adam auteur contemporain reconnu, né en 1974, qui déclare être non seulement en admiration pour Annie Ernaux… mais aussi en filiation (Adam 2012a : 92) fait référence à Bourdieu dans ses romans (Adam 2010 : 21)12.

107Comme Annie Ernaux, il a dit à plusieurs reprises tout ce qu’il doit à la sociologie de Pierre Bourdieu. Et comme Ernaux, il dit partir de l’intimité pour aller vers le collectif, vers l’universel. Il dit aussi s’être servi de cette sociologie pour comprendre sa propre trajectoire sociale et pour apprendre à connaître le champ littéraire auquel il n’appartient pas de naissance. Champ qui a accueilli ce transfuge de classe où certes il est accusé de misérabilisme par quelques critiques mais sa littérature répond probablement à une certaine demande sociale, comme le roman noir, puisqu’il est parvenu à faire de son talent à écrire sur le monde ordinaire une profession qui lui permet de vivre. Ses romans sont adaptés au cinéma, ce qui témoigne d’une reconnaissance de sa capacité à entrer dans la culture commune.

  • 13 Clivages connus pourtant depuis la publication de Lahire (2004).
  • 14 Entretien dans Lire, p. 92.

108Mais Olivier Adam ne figure pas (encore ?) dans les manuels pour étudiants en sociologie. Auteur dérangeant pour la discipline, Adam écrit sur le présent et non sur le passé des classes populaires. De plus, il brouille les repères des sociologues en établissant des passerelles entre des groupes sociaux proches les uns des autres dans leurs modes de vie, dans leurs conditions de vie. Il met en scène des clivages qui traversent les biographies individuelles13. Il énonce des préoccupations communes à des strates sociales que la sociologie considère souvent comme des entités indépendantes les unes des autres : « Il y a un problème dans ce pays. La majeure partie est composée de classes populaires, de classes moyennes, de gens qui vivent dans les zones périurbaines, dans les banlieues, ce que j’appelle les lisières. Ils vivent à l’écart des centres : des grands centres-villes bourgeois mais aussi des grands centres de décision politiques et médiatiques »14. Adam s’autorise à faire la sociologie des champs littéraire et médiatique et rappelle que ces milieux sociaux ne sont pas représentés dans ces champs, ce qui explique, selon lui, la condescendance avec laquelle ils sont traités. La remarque vaut aussi pour la sociologie. Rares sont les sociologues qui affirment vouloir être fraternels quand ils regardent le monde. Adam bouscule les catégories de pensée des sociologues en rappelant avec force la porosité entre classes populaires et classes moyennes, de plus il refuse de choisir entre le psychologique et le sociologique car « la sphère collective et la sphère personnelle interagissent en permanence ». Il pille la sociologie, son dogmatisme bourdieusien lui sera reproché par un éditeur. Il ne cherche aucunement à parvenir au statut de sociologue. Il est écrivain, polygraphe. Louis Guilloux refusait de s’enfermer dans son particularisme d’écrivain issu des classes populaires. Olivier Adam refuse aujourd’hui que les classes populaires soient enfermées dans des particularismes. Il rappelle que les classes populaires forment la majorité de la population, le cœur de la société. Les particularismes sont, pour lui, à rechercher dans les minorités qui prennent la parole dans l’espace public (Adam 2012b : 13-19).

109Polygraphe, Jeff Sourdin (2010, 2012) l’est également sans être écrivain de métier. Il ne souhaite pas parvenir au statut de sociologue mais il nous donne à comprendre des mondes sociaux dont peu de sociologues professionnels sont familiers. Sourdin vit d’abord son expérience de jeune rural sportif débarquant en fac à Rennes, ripeur pendant les vacances, met plusieurs années à les réfléchir, exerce ensuite son métier de professeur d’éducation physique. Puis il écrit sur ces expériences passées en mobilisant ses connaissances en sciences sociales. Il ne part pas faire du terrain avec quelques hypothèses en tête. Il ne choisit pas parmi ses proches un cas exemplaire dont il va décrire la trajectoire. Il réunit en un personnage fictif des tranches de vie et des pensées qu’il a observées chez plusieurs de ses contemporains.

Sociologie hégémonique ou sociologie périphérique

110Des sociologues, de plus en plus nombreux, voient bien que leur discipline a besoin de se renouveler. Elle doit vivre avec son époque et non se barricader dans ses prérogatives universitaires désuètes. Elle doit repenser la question de la publication, de l’écriture. Nombreux sont ceux qui constatent que le nombre d’ouvrages en sciences sociales ne cesse d’augmenter tandis que le nombre de lecteurs ne cesse de diminuer. Alain Caillé et Philippe Chanial, particulièrement sévères, décrivent « l’organisation désormais dominante de la production du savoir scientifique, ou supposé tel, hyper-spécialisée et hyper-normée, engendre sans doute des gains de précision analytique formelle, mais rendant de plus en plus improbable toute vision d’ensemble, elle entraîne également une sorte de cécité et d’idiotie collective » (2011 : 15).

111Daniel Cefaï et Dominique Pasquier, dans Les sens du public (2003 : 14), nous rappellent le sens classique du mot publier, refroidi depuis le xviie siècle : œuvrer pour le bien public. Ce qui suppose d’entendre la demande sociale de reconnaissance du fait, par exemple, que les « banlieues sont devenues, en effet, à la fois la masse et la marge, le centre et la périphérie » comme le souligne Olivier Adam. Ce qui suppose d’accepter d’écrire pour des profanes qui ne disposent ni du temps, ni de l’envie d’absorber les élucubrations théoriques des sociologues mais qui sont prêts à lire des textes construits à partir de théories sociologiques qui peuvent en former l’armature mais qui n’imposent pas leur écriture, leurs esthétiques.

112Pour œuvrer pour le bien public, il peut être utile de se souvenir des conseils de Marc Bloch qui plaidait pour que les historiens s’autorisent la poésie : « Car je n’imagine pas, pour un écrivain, de plus belle louange que de savoir parler, du même ton, aux doctes et aux écoliers », écrivait-il (Bloch 2006). Certes, nous sommes maintenant dans une autre époque. Progression de la démocratisation scolaire, multiplicité des médias, diffusion d’Internet participent à construire une société réflexive, armée d’une culture composite, hybride, dans laquelle sont fondues les connaissances de différentes sciences et disciplines. Les polygraphes sont de plus en plus nombreux, formés par les sciences sociales et humaines, ils trouvent de nombreux lecteurs optent pour différentes écritures, sur différents supports. La société française connaît des transformations mais l’affirmation de Marc Bloch n’est aucunement datée : « Il n’est point niable, pourtant, qu’une science nous paraîtra toujours avoir quelque chose d’incomplet si elle ne doit pas, tôt ou tard, nous aider à mieux vivre » (2006 : 855-856).

  • 15 Michel Verret écrit en 1989 un article intitulé « Où va la culture ouvrière française ? » (republié (...)
  • 16 Le Monde du 7 mai 2013.

113Écrire à la périphérie de la littérature et des sciences sociales en orientant ces efforts intellectuels vers celles et ceux qui sont à la périphérie des positions sociales centrales aide auteurs et lecteurs à mieux vivre. Ce mieux peut être évalué à la reconnaissance que témoignent les lecteurs aux auteurs dans des courriers ou lors de rencontres. Il peut aussi être évalué par la force du bouche-à-oreille, la hauteur des recommandations, des conseils de lecture, l’implication de bibliothécaires ou de libraires, qui permettent à ces ouvrages d’être connus, aux auteurs d’être reconnus comme tels, aux lecteurs de se reconnaître. Rebelles à l’ordre scolaire, à l’ordre académique, ou simplement indifférents aux impositions de la culture légitime, ces auteurs s’autorisent à dépasser le témoignage factuel pour interroger le sens de l’existence. Ces auteurs qui puisent leur inspiration dans leurs connaissances personnelles dans la vaste et hétérogène classe des petits-moyens15, répondent aux propositions de Jacques Rancière16 : « Des vies non racontées sont sans dignité. Il y a toute une action sociale qui peut être menée pour produire une autre représentation, toute une vie sociale autonome que l’on peut organiser pour réanimer la délibération, la discussion politique et démocratique. »

114Leurs lecteurs, en préférant, comme Bartleby, ne pas lire la production scientifique spécialisée, évitent la cécité et l’idiotie collective qui risquent de gagner les savants. La vision d’ensemble souhaitée par Caillé et Chanial est sans doute à rechercher dans la polygraphie, dans la diversité des usages de l’écriture. La sociologie ne peut rester la potion amère et la littérature le doux sirop. Regarder en face les réalités sociales vécues par le plus grand nombre peut être un plaisir de lecteur quand ce dernier se reconnaît et reconnaît les siens, toutes celles et tous ceux pour qui la lecture n’est pas un exercice professionnel mais un acte émancipateur.

115L’écriture du banal quotidien doit sans doute, comme « l’étude empirique de la réalité sociale […] se frayer son chemin entre les méditations philosophiques et les recherches parcellaires et spécialisées » (Lefevre 1961 : 11). Pour œuvrer pour le bien public, pour garder la question sociale au cœur du champ politique, la sociologie du quotidien peut-elle éviter d’emprunter des voies littéraires ou de prendre des voies littéraires ?

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod L. (2006), Writing against culture, in Moore H.L., Sanders T., Anthropology in theory: issues in epistemology, Blackwell, p. 386-399.

Adam O. (2012a), « Entretien avec François Busnel », Lire, sept.-oct.

Adam O. (2012b), « Regards », Décapage, 45 p. 13-19.

Adam O. (2010), Je vais bien, ne t’en fais pas, Paris, Le Diletttante/Pocket.

Agee J., Evans W. ([1939] 1988), Let us praise now famous men: three tenant families, Boston, H. Mifflin.

Ambroise J.-C. (2001), « Écrivain prolétarien : une identité paradoxale », Sociétés contemporaines, 44, p. 41-51.

Arendt H. ([1953] 1980), « Compréhension et politique », Esprit, 42, p. 66-79.

Aubenas F. (2010), Le quai de Ouistreham, Paris, Éditions de l’Olivier.

Barbusse H. (1931), message à la conférence de Kharkov, nov. 1930, Littérature de la révolution mondiale, organe de l’Union internationale des écrivains révolutionnaires (U.I.E.R), nov.-déc. 1931.

Barrère A., Martuccelli D. (2009), Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Benjamin W. (2000), Le conteur, in Œuvres III, Paris, Gallimard, p. 114-151.

Benjamin W. (1983), Essais, tome II : 1935-1940, Paris, Denoël.

Bernard J.-P. (1967), « Le Parti communiste français et les problèmes littéraires (1920-1939), Revue française de science politique, 17e année, 3, p. 520-544.

Bessin M., Madec A. (2005), « Paysages d’un sociologue de la culture ouvrière. Entretien avec Michel Verret », Mouvements, 38, mars-avril, p. 123-133.

Blanchot G. (1959), Le livre à venir, Paris, Gallimard.

Bloch M. (2006), L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Quarto/Gallimard.

Bloch M., Febvre L. (1929), Annales d’histoire économique et sociale.

Bohannan L. (1954), Return to laughter: an anthropoligical novel, New York, Doubleday.

Bourdieu P. (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, p. 69-72.

Bourdieu P. (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de minuit.

Bourdieu P., Passeron J.-C. (1964), Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de minuit.

Brown R. (1990), « Narrative in scientific knowledge and civic discourse », Current perspectives in social theory, 11, p. 313-329.

Brown R. (1977), A poetic of sociology: toward a logic discovery for the human sciences, New York, Cambridge University Press.

Burawoy M. ([2004] 2006), « Pour la sociologie publique », Socio-logos, <http://socio-logos.revues.org/11>.

Caillé A., Chanial P. (2011), Éloge de la gratuité, Paris, La Découverte.

Calaferte L. (1956), Requiem des innocents, Paris, Julliard.

Cefaï D., Pasquier D. (2003), Les sens du public, Paris, PUF.

Certeau M. de (1984), « Débat autour du livre de Paul Ricoeur : Temps et récit », Confrontations.

Chambert-Loir H. (1975), Entretiens. Henry Poulaille et la littérature prolétarienne, Subervie Éditeur, Rodez.

Collovald A., Neveu E. (2013), Lire le noir, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dewey J. (1967), Logique : la théorie de l’enquête, Paris, PUF.

Elias N., Scotson J.L. (1994), The established and the outsiders: a sociological inquiry into community problems, London, Sage.

Ellena L. (1998), Sociologie et littérature, La référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan.

Eribon D.(2009), Retour à Reims, Paris, Fayard.

Gadamer H. G. (1976), Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil.

Garfinkel H. (1956), « Conditions of successful degradation ceremonies », American journal of sociology, 61, p. 420-424.

Geertz C. (1980), « Blurred genre, the reconfiguration of social thought », American scholar, 49, p. 165-179.

Glaymann D. (2012), L’essentiel pour comprendre la sociologie, Paris, Ellipses/Optimum.

Grignon C., Passeron J.-C. (1989), Le savant et le populaire, Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Hautes Études/Gallimard/Seuil.

Halbwachs M. ([1950] 1997), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Halbwachs M. (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Hoggart R. (1991), 33 Newport Street, Paris, Hautes Études/Gallimard/ Seuil.

Jahoda M., Lazarsfeld P.F., Zeisel H. ([1932] 1971), Marienthal: the sociography of an unemployed community, New York, Routledge.

Lahire B. (2012), Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil.

Lahire B. (2005), L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Lahire B. (2004), La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

Lahire B. (2000), Culture écrite et inégalités scolaires, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Ledda G. (1977), Padre Padrone, Paris, Gallimard.

Lefebvre R. (1961), La critique de la vie quotidienne, Paris, L’Arche.

Lepenies W. (1990), Les trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la MSH.

Mabrouki A. (2004), Génération précaire, Paris, Le Cherche-Midi.

Mathieu A. (2011), « Renouveau de la littérature prolétarienne », <http:/blog.mondediplo.net/2011-05-11>.

Perec G. (1985), Penser/Classer, Paris, Seuil.

Perrot M., de la Soudière M. (1994), « L’écriture des sciences de l’homme : enjeux », Communications, 58, p. 5-21.

Poulaille H. (1935), « Front littéraire commun ? Non ! », À Contre-Courant, 3, septembre.

Poulaille H. (1934), « Les écrivains du peuple », Le Petit Bara, 12 octobre.

Reck G. (1983), « Narrative anthropology », Anthropology and humanism, 8, p. 8-12.

Roberts R. ([1971] 1990), The classic slum: Salford life in the first quarter of the century, London, Penguin books.

Rohou J. (2005), Fils de ploucs, Rennes, Éditions Ouest-France.

Schmidt N. (1984), « Anthropology’s hidden literary style », Anthropology and humanism, 9, 4, p. 11-14.

Sourdin J. (2012), Le clan des poissards, Rennes, La Part Commune.

Sourdin J. (2010), Ripeur, Rennes, La Part Commune.

Stendhal ([1835] 1955), Écrits intimes, Paris, Gallimard.

Thomas Y. (2002), « Présentations », Annales. Histoire, sciences sociales, 57, p. 1425-1428.

Tsao E. (2011), « Walking the walk: on the epistemological merits of literary ethnography », Anthropology and humanism, 36, p. 178-192.

Verret M. (1979), L’ouvrier français. L’espace ouvrier, avec la collaboration de Joseph Creusen, Paris, A. Colin.

Veyne P. ([1971] 1996), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

Viart D. (2011), « Écrire le travail : vers une sociologisation du roman contemporain ? », Raison publique, 15.

Zelizer V. A. (1994), The social meanings of money, New York, Basic books.

Haut de page

Notes

1 L’atelier de sociologie narrative est un collectif de chercheur·e·s, sociologues et non sociologues, qui se propose d’explorer le rapport entre les formes du social (groupes, classes, races, sexes, équipes, clans, tribus, cliques, gangs, familles, institutions et individus eux-mêmes, etc.) et les formes d’expression de la connaissance du social. Soit d’une part une forte critique des modalités actuelles de restitution mais également de production de cette connaissance. Et d’autre part une invitation à rechercher, recueillir, produire soi-même par l’enquête et analyser les récits qui expriment ce rapport en tant qu’ils racontent le social dans toutes ses formes. Rejoignez-nous sur <sociologienarrative.com>.

2 Rappelons que c’est une loi de 1806 qui institue le tribunal des prud’hommes, avec des caractéristiques très particulières : il n’y a pas de juge professionnel mais des « conseillers » qui sont élus à partir de listes syndicales ouvrières et patronales. Tribunal très original, employeurs et salariés rendent ensemble les décisions. Aussi la procédure est gratuite et orale. La majorité des affaires prud’homales émanent des salariés. C’est le licenciement qui est le premier motif de recours. En cela, les prud’hommes s’apparentent donc à une instance de la réparation. Le conseil est divisé en cinq sections autonomes : encadrement, industrie, commerce, agriculture et activités diverses.

3 Dans la présentation du numéro spécial des Annales, Yan Thomas (2002) développe ce grand écart entre les événements nus, les agents qui racontent leurs histoires et les normes du droit, comme l’objet même de l’histoire du droit.

4 Depuis 2009, je mène un cours d’observation au tribunal de Bobigny avec des étudiants de l’Université de Paris 8 Saint-Denis. Voir aussi « Aller ou non aux Prud’hommes (format RealMedia) », émission « Sur les Docks », France Culture, 5 décembre 2008.

5 Les emotes sont des actions préenregistrées utilisées pour faire interagir les avatars entre eux (saluer, danser, exprimer une émotion, etc.)

6 Publiés une première fois en 1935 par La Librairie du travail, ces textes ont été republiés par François Maspéro en 1976, puis à Marseille par Agone/Mémoires sociales en 2004.

7 Contrairement aux Lettres, cf. le colloque « La littérature prolétarienne aux xixe et xxe siècles », 22 et 23/09/2012, à Sens, qui se proposait de « dépasser les cadres temporels » pour envisager les « transformations et l’état actuel de nos jours ».

8 Jean-Pierre Levaray, ouvrier libertaire, auteur prolixe, est reconnu par les Lettres, ignoré par la sociologie.

9 Mabrouki (2004). La collaboration avec Thomas Lebègue, journaliste à Libération, est discrètement signalée sur la couverture. Mais le statut d’auteur est donné à celui qui témoigne.

10 « La sociologie peut donc, à mon sens, tirer deux grands types de bénéfice de la lecture des œuvres littéraires : le premier relève du pillage des textes en vue d’imaginer de nouvelles enquêtes sociologiques et le second de l’exercice pédagogique et de l’entraînement scientifique […]. »

11 « …apprendre à être le narrateur (l’organisateur discursif) de sa propre expérience, le législateur de ses “pensées”, c’est se constituer les dispositions mentales qui vont pouvoir agir à l’intérieur de formes de relations sociales spécifiques (dominantes historiquement) comme une disposition à exercer le pouvoir. »

12 Dans Je vais bien, ne t’en fais pas (2010 : 21), il présente une collègue de son héroïne, caissière dans un Shopi : « En septembre, elle prépare un DEA Sociologie ou quelque chose dans le genre. » Nous retrouvons l’étudiante p. 120 : « Et tu fais quoi dans la vie ? J’étudie la socio. Ah ouais, bourdieusienne je suppose. Euh ben euh c’est-à-dire ouais, plutôt bourdieusienne. Et pof, ça s’engage sur des terrains minés pour Claire, qui n’y connaît rien, qui ne s’y intéresse pas trop, qui lorsqu’il s’agit de livres, est larguée dès qu’on sort du roman ».

13 Clivages connus pourtant depuis la publication de Lahire (2004).

14 Entretien dans Lire, p. 92.

15 Michel Verret écrit en 1989 un article intitulé « Où va la culture ouvrière française ? » (republié in Michel Verret, Chevilles ouvrières, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 1995, p. 190) dans lequel il avance : « À cette dilution de la culture ouvrière qualifiée dans la culture du salariat “petit-moyen” répond, au pôle non qualifié de la classe, un processus de délitement plus grave encore. Car ici ce n’est plus seulement l’autonomie culturelle de la classe qui se trouve mise en question, mais son existence même ».

16 Le Monde du 7 mai 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photographie de Jean-François Laé, collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/9272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Monsieur le Président du Tribunal, Photographie de Jean-François Laé, collection personnelle.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/9272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Hellégouarch, Jean-François Laé, Annick Madec, Numa Murard et Émilie Potin, « La possibilité d’une sociologie narrative »Revue des sciences sociales, 68 | 2022, 89-105.

Référence électronique

Sophie Hellégouarch, Jean-François Laé, Annick Madec, Numa Murard et Émilie Potin, « La possibilité d’une sociologie narrative »Revue des sciences sociales [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/revss/9272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.9272

Haut de page

Auteurs

Sophie Hellégouarch

Labers-Université de Bretagne occidentale et Atelier de sociologie narrative
sophie.hellegouarch[at]live.fr

Jean-François Laé

Cresspa-Université Paris 8 et Atelier de sociologie narrative
j-f.lae[at]orange.fr

Annick Madec

Labers-Université de Bretagne occidentale et Atelier de sociologie narrative
madec.annick[at]wanadoo.fr

Numa Murard

LCSP-Université Paris Cité et Atelier de sociologie narrative
numamu[at]wanadoo.fr

Émilie Potin

LiRIS-Université Rennes 2 et Atelier de sociologie narrative
emilie.potin[at]univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search