Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68Repenser les conventionsAnthropen

Repenser les conventions

Anthropen

Le chemin complexe du savoir au temps du néolibéralisme et des oligarques
Anthropen: The Complex Path to Knowledge in Times of Neoliberalism and Oligarchies
Francine Saillant et Mondher Kilani
p. 158-171

Résumés

Cette proposition présente une analyse de l’impact de la concentration de l’édition scientifique majoritairement anglophone sur l’édition scientifique dans d’autres langues, en particulier en français. Les effets en termes de visibilité et de reconnaissance sont abordés. L’expérience du dictionnaire en ligne Anthropen est exposée en tant que format original d’édition et de diffusion en libre accès, détachée de plusieurs des contraintes qu’imposent les grands éditeurs anglo-américains. Cette expérience est décrite depuis le moment de la fondation d’Anthropen à aujourd’hui. L’article comprend aussi une analyse des difficultés et des avantages d’une telle expérience, toujours en développement, sous trois aspects : ce que suppose de travailler un dictionnaire en ligne, les contraintes financières et les bénéfices du travail en réseau.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier les membres du comité éditorial d’Anthropen pour leurs judicieuses remarques ainsi que le professeur Vincent Larivière (Université de Montréal) qui a généreusement accepté de relire cet article et d’aider à une mise à jour des données bibliométriques.

  • 1 Pour donner une idée de l’impact d’une telle idéologie sur la production scientifique, mentionnons (...)

1Le monde de l’édition scientifique s’est profondément transformé depuis vingt-cinq ans. Les collections numériques se sont imposées, notamment dans le cas des périodiques, et le format papier se perd. Les livres rédigés sur plusieurs années de labeur ont moins de valeur que les articles publiés dans les revues jugées prestigieuses, américaines surtout mais aussi britanniques, allemandes, néerlandaises pour ce qui est des dix les plus citées dans le monde. L’Internet rend possible la multiplication de contenus scientifiques audio ou vidéo, qu’il s’agisse de conférences, d’évènements, de documentaires. Les cotes des publications sous forme de mesures d’impact servent à juger de la qualité du travail des chercheurs. La pression de l’économie néolibérale sur les universités les a globalement rendues plus tièdes envers les sciences humaines et sociales (SHS) qu’elles ne le furent jadis, et ceci aussi bien sur le plan des engagements que du financement de la recherche. La production des sciences humaines n’est pas considérée aussi utile que celle effectuée dans le cadre des sciences naturelles et médicales. Des résultats directement transposables dans la vie pratique, dans l’esprit du « problem solving », sont privilégiés en comparaison de savoirs jugés trop spéculatifs et moins transposables dans le monde réel (Larose 2019). Le contexte néolibéral est aussi venu avec son lot de concentrations parmi les grands acteurs des sciences et des technologies qui rivalisent dans la production d’innovations et de moyens de recherche tout comme dans la diffusion de la science, notamment parmi les éditeurs. Plus que jamais la science se transforme en un marché lucratif, délaissant les anciens modèles davantage basés sur le non-profit et une certaine idée du bien collectif ou de « la science pour la science ». Ce nouveau modèle de l’université néolibérale1 n’est pas sans offrir de résistance de la part des acteurs et actrices concernés, puisque sont en cause la moralité des chercheurs et de leurs environnements, la direction empruntée par la production et la diffusion des savoirs, enfin la place du bien public dans une telle configuration.

2Dans l’article proposé ici, nous exposons en trois temps les conditions de production et de diffusion d’un outil atypique, Anthropen. Ce dictionnaire francophone d’anthropologie en libre accès s’élabore en dehors des centres habituels de production des savoirs et échappe au giron des grands éditeurs qui concentrent actuellement entre 50 et 60 % du marché des articles scientifiques dans le monde. On exposera d’abord ce qu’il en est de ce phénomène de concentration dans le monde de l’édition scientifique en tant que participant de l’économie néolibérale du savoir, en insistant sur le cas de Québec particulièrement instructif sur ce point sans oublier la situation en Europe en général, en France et en Suisse en particulier. Nous présenterons ensuite l’outil Anthropen en tant que format atypique de publication participant des alternatives à une telle concentration. Enfin, seront mis en avant les facteurs favorables ou non à cette initiative à travers trois thèmes : l’argent, la langue et le réseau.

Science néolibérale et concentration des groupes économiques

Le cas de l’édition scientifique

  • 2 Le travail de Larivière conduit avec différents collaborateurs est basé sur une exploration du Thom (...)
  • 3 Voir le site d’Anthropologica : <https://www.cas-sca.ca/fr/anthropologicafr>.
  • 4 Anthropologica est publiée par l’University of Victoria Libraries et est diffusée par Érudit et Ope (...)
  • 5 Plus précisément, Anthropologie et Sociétés est diffusée via la plateforme Érudit, un agrégateur de (...)
  • 6 Pour ce qui est de la France, les revues dépendent systématiquement d’institutions publiques : soit (...)

3Plusieurs observateurs de la scène scientifique ont décrit et analysé le contexte unique et contraignant dans lequel le monde de l’édition savante évolue depuis maintenant une vingtaine d’années. Nous reprendrons ici certains des constats qui ont pu être faits par de nombreux spécialistes. Comme l’ont noté Larivière dans plusieurs de ses articles extrêmement fouillés (Larivière 2014, 2018 ; Larivière, Haustein, Mongeon 2015a-b)2 et Fyfe et ses collaborateurs (2017), les publications scientifiques ont été jusqu’à la Seconde Guerre mondiale aux mains des sociétés savantes et des universités, incluant les Presses universitaires qui leur sont associées, et fonctionnant selon un modèle d’organisation sans but lucratif. Cela permettait aux chercheurs d’avoir un certain contrôle et une autorité sur le processus de production scientifique et d’œuvrer de manière relativement collaborative et collégiale au sein de la chaîne production/diffusion/réception qui caractérise l’élaboration du cycle des connaissances. Cela était vrai dans les sciences naturelles et médicales, dans les sciences humaines et sociales et dans les arts et humanités. Au Canada, la Société canadienne d’anthropologie qui naît à l’Université Laval en 1974 (Saillant 2017) emprunta ce modèle qui perdure aujourd’hui et qui permit à cette société savante de contrôler la revue nationale bilingue de l’anthropologie canadienne, Anthropologica3, malgré les nombreux changements que cette société et sa revue ont connus depuis leurs débuts respectifs4. Une revue comme Anthropologie et Sociétés5 est pour sa part publiée par le Département d’anthropologie de l’Université Laval et demeure sous le contrôle facultaire et départemental et aussi de son comité scientifique. Le même modèle est grosso modo en vigueur sur le continent européen, notamment en France et en Suisse6.

  • 7 À propos du processus qui a conduit au contrôle économique actuel, voir l’excellent article de Bura (...)

4Depuis la Seconde Guerre, le monde de la science a explosé et s’est vu enrichi de nombreuses disciplines, spécialisations et écoles de pensée. Cette explosion a donné lieu à la fragmentation du savoir mais aussi à la multiplication des périodiques et autres formats de diffusion de la science, sans compter la pression sur les bibliothèques et sur les coûts d’abonnement. À partir des années 1990, de grands éditeurs privés, dont plusieurs étaient déjà sur le marché au xixe siècle, en harmonie avec le contexte néolibéral en pleine expansion, ont amorcé une guerre économique qui fit passer le monde de l’édition savante du modèle de l’organisation sans but lucratif (ou à très faibles profits réinvestis dans les activités de diffusion) – modèle auquel souscrivent toujours les revues canadiennes, françaises ou suisses précédemment mentionnées – à celui du marché libre et lucratif. Les articles produits par les scientifiques allaient plus que jamais se transformer en produits et marchandises que les éditeurs les plus « futés » pourraient s’approprier à des fins de profits majeurs, en s’appuyant sur un processus qui s’apparente à ce qui se passe maintenant dans les industries culturelles et médiatiques : progressivement, de gros éditeurs privés ont racheté de plus petits, menant une bataille pour se hisser au rang des Big Five7 et influençant du coup les grandes plateformes de diffusion. Ils ont mis sur pied ce qui apparaît concrètement comme des plateformes d’agrégation de contenus, soit de revues scientifiques réunies dans un « bouquet de revues », soit de groupes de publications proposées ensuite aux bibliothèques à des coûts extrêmement élevés, parfois exorbitants. Les revues, financées par des fonds publics ou associatifs, incluant leurs coûts de production, allaient se trouver dans le giron des gros éditeurs privés qui eux-mêmes, sans qu’il ne leur en coûte, allaient les revendre aux bibliothèques universitaires. Les économies promises n’allaient pas être au rendez-vous pour les bibliothèques qui ont vu leurs budgets stagner ou décroître et leur modèle économique traditionnel étouffer car entre autres soumises à la stratégie des gros éditeurs privés. S’ajoute à cela le fait que le néolibéralisme a été à la source de nombreuses politiques de restrictions budgétaires extrêmement nocives qui elles aussi ont pesé sur les budgets des bibliothèques, notamment en Europe et en Amérique du Nord. L’Internet, et le format du bouquet de services/revues, est devenu le véhicule qui semblait a priori ouvrir sur des économies pour tous (les fameuses « économies » d’échelle) sans perdre les précieux contenus. Les revues ont été incitées à rejoindre le mouvement, elles-mêmes subissant des pressions similaires à celles des éditeurs universitaires et des bibliothèques. Selon les localisations (Europe, États-Unis ou Canada), les résultats tant pour les revues que pour les bibliothèques n’ont pas été tout à fait les mêmes. Il y a d’un côté la concentration et ses effets, et de l’autre des résistances qui s’installent.

  • 8 À titre d’illustration, voici le nombre de revues en SHS distribuées par quelques grands groupes : (...)

5Toujours selon Larivière, Haustein et Mongeon (2015a et b), en 1973, le nombre d’articles scientifiques publiés par les plus grands éditeurs se situait autour de 20 %, pour passer à 30 % en 1996 puis à 50 % en 2006. En 2013 ce pourcentage grimpait à 53 %. Trois éditeurs en particulier se partageaient la plus grande part, rassemblant à eux seuls 47 % du marché : Reed-Elsevier (24,1 %), Springer (11,9 %) et Wiley-Blackwell (11,3 %). Deux autres éditeurs, American Chemical Society et Taylor & Francis comptaient respectivement pour 3,4 % et 2,9 %, donc pour un plus petit pourcentage d’articles publiés. Dans le contexte plus spécifique des SHS, cette concentration a encore été plus importante : entre 1973 et 1990, ces éditeurs publiaient moins de 10 % des contributions, alors que ce chiffre passait à 15 % dans les années 1990, à 51 % en 2013, puis à plus de 60 % aujourd’hui8. Cela signifie que la majorité des productions en SHS sont publiées par cinq grands éditeurs commerciaux. La différence entre les sciences naturelles et biomédicales, qui résistent mieux à la pression des grands éditeurs, s’expliquerait par la petitesse des sociétés savantes des SHS et leur très grande fragmentation, ce qui les rend plus vulnérables et plus dépendantes et entraîne au final une moindre capacité de défense face à ce phénomène de phagocytage/concentration. Une différence supplémentaire existe entre les SHS et les arts et humanités, les auteurs au sein de ces dernières publiant plus dans de petites revues locales, de même que des livres, ce qui les rend moins intéressants pour les gros éditeurs. Ce ne sont que 10 % des articles dans les arts et humanités qui sont publiés dans les revues des cinq grands éditeurs commerciaux. Elles échappent donc davantage au giron des gros éditeurs, pour le meilleur ou pour le pire.

6Ainsi, ce sont donc cinq grands éditeurs commerciaux qui influent globalement sur la diffusion, même si certaines différences existent selon les secteurs. On note aussi que les articles des revues publiées par les gros éditeurs ne reçoivent pas obligatoirement un plus grand nombre de citations que les autres (Warren, Larivière 2018). Leurs articles sont également moins téléchargés que ceux des éditeurs non commerciaux (Mongeon et al. 2021). Toutefois, les revues diffusées par ces gros éditeurs se trouvant en très grand nombre sur le web jouissent d’une certaine visibilité, ce qui influe en quelque sorte sur leur notoriété et leur prestige. Aussi, comme la langue de publication dominante dans le champ scientifique est le plus souvent l’anglais, une revue publiée en anglais a de bien meilleures chances de se retrouver dans le peloton de ces mêmes grands éditeurs commerciaux, de se classer parmi celles jugées les plus prestigieuses et de se retrouver sur les plateformes de diffusion qui agrègent les contenus.

  • 9 À titre d’exemple, et en tenant compte de l’inflation des tarifs d’abonnements des revues auprès de (...)

7Le revenu faramineux de 9,4 billions de dollars US générés par les cinq grands éditeurs privés en 2011, soit les revenus combinés de Elsevier, Springer, Taylor & Francis, Wiley-Blackwell et Wolters Kluwer (Larivière, Haustein, Mongeon 2015a-b), illustrent à quel point, hors de la volonté des chercheurs, ceux-ci sont entrés à l’ère du « business of academic publishing » (Fyfe et al. 2017), situation qui, combinée à leur position oligopolistique et à leurs pratiques économiques questionnables, a entraîné les bibliothèques universitaires dans une situation intenable : elles ont dû se plier au modèle offert, acheté les bouquets de services/revues et vu une part de leur budget englouti par ces éditeurs privés9.

La concentration des éditeurs commerciaux et ses effets sur les univers scientifiques nationaux et plus particulièrement francophones

  • 10 Curry et Lillis (2018) notent : « Cette affirmation est généralement étayée par des preuves provena (...)

8Parmi les revues diffusées par les cinq grands groupes d’édition, on trouve surtout des revues anglophones. Plus largement, les revues qui se trouvent dans le WoS (Web of sciences) et dans le Science citation index, qui ne se limitent pas aux grands groupes d’édition, sont aussi pour la plupart anglophones10.

9L’attraction pour la publication « internationale » et en anglais (devenu lingua franca de la science) est immense puisque c’est là que se trouve le prestige dont ont besoin les auteurs pour que soient reconnus leurs travaux. L’anglicisation de la science est déjà chose faite en sciences naturelles et biomédicales, et elle suit sa lente progression dans les SHS. Les chercheurs s’y prêtent bon gré mal gré. Ce phénomène de globalisation économique et d’homogénéisation des formats de diffusion de la recherche imposant l’anglicisation affecte les SHS encore plus depuis une quinzaine d’années, à mesure qu’augmente la pression exercée sur les chercheurs pour publier dans des revues internationales considérées à haut facteur d’impact (Cameron-Pesant 2018 : 366). Pour les grands groupes commerciaux, la science est internationale. Publier dans une autre langue que l’anglais est vu par conséquent comme insuffisamment international, de peu de valeur et de peu d’impact. Des publications originales de grande qualité passent inaperçues en raison de ce phénomène d’injustice épistémique et linguistique et de cette indécente oligarchie. Au Canada, et en particulier au Québec, les bibliothèques ont connu les mêmes pressions et les contraintes économiques se sont multipliées. Dans plusieurs pays européens, des universités se sont mises à proposer des cours en anglais au premier cycle, afin de familiariser les étudiants à ce qui les attend ; des milieux de recherche, par exemple le célèbre Institut Pasteur à Paris, se sont mis à éditer les contenus de leurs séries en anglais et plus que jamais les congrès internationaux se tiennent en anglais.

10Bien sûr les francophones peuvent avoir accès à la traduction de leurs articles. Cette option reste valide mais comprend des limites. Des études récentes ont montré que la traduction d’un article ou d’un ouvrage, sortie de son contexte de production, reste limitative puisque la visibilité d’une publication tient non seulement à la langue mais aussi au contexte de réception. Les champs scientifiques et leurs réseaux ont leurs propres dynamiques, leurs célébrités. Le programme canadien d’aide à l’édition savante (PAES) a été et reste modeste et son évaluation a montré le peu d’impact des traductions en termes de citations (Warren 2018 : 307). Le capital social et symbolique est ce qui influence le plus la réception des œuvres. La traduction, même en anglais, ne fait pas tout. Le réseau de réception et le contexte de diffusion y sont pour beaucoup. Nous reviendrons plus loin sur les débats et les conséquences des choix liés à la traduction.

Formes de résistance à la concentration dans le monde et au Québec

11Mais revenons à la pression exercée par les grands groupes commerciaux et à la multiplication des voix pour dénoncer cette réalité. Le cas du Canada et plus particulièrement du Québec est particulièrement intéressant de ce point de vue. Le Québec s’est effectivement vu offrir, revue par revue, dans les années 1990, d’intégrer l’une ou l’autre des plateformes commerciales des grands éditeurs. Sa réponse, et celle des milieux scientifiques et universitaires, a été singulière. Dans la mesure où cette province canadienne lutte depuis des décennies pour la survie de sa langue minoritaire au Canada – le français et cela malgré le bilinguisme officiel qui ne l’assure que partiellement –, les institutions étatiques et académiques québécoises demeurent vigilantes vis-à-vis de cette question, et des formes de résistance aux grands éditeurs commerciaux se sont mises en place. Comme on le verra plus loin, la publication « nationale » pourtant « de portée internationale » se trouve grâce à cette résistance en partie protégée.

12Voyons pour l’instant ce qu’il en est ailleurs de la résistance aux éditeurs commerciaux oligarques. Aux États-Unis, la présence des éditeurs commerciaux et la concentration économique qu’ils représentent ne passent pas comme une simple lettre à la poste. La communauté scientifique offre une certaine résistance et des publications en rendent compte. Une conscientisation de plus en plus étendue des scientifiques monte face à ce phénomène. Elle se manifeste notamment par les critiques acerbes et publiques portées contre l’éditeur le plus féroce, Elsevier, sur le thème du coût du savoir. Des scientifiques prestigieux appellent à une campagne de boycott du modèle et de ces éditeurs11, tout comme des universités et des bibliothèques commencent à refuser de négocier avec eux comme l’ont fait l’University of Harvard et l’University of California12. Il faut dire que les coûts d’abonnement avaient augmenté de 30 % dans les cinq dernières années pour ces institutions. Ce mouvement reste cependant difficile à tenir puisque les jeunes scientifiques ont besoin de voir leurs publications reconnues pour leur avancement tandis que les seniors doivent pour leur part s’y plier pour garder leur financement (Larivière, Haustein, Mongeon 2015). Par ailleurs, en plus de ce mouvement de contestation de la concentration économique des grands éditeurs et de leurs effets sur la diffusion du savoir, une contestation des pratiques associées au classement de la performance de la recherche et des chercheurs sur la base du facteur d’impact (Sauder, Espeland 2019) est également apparue à travers la Déclaration de San Francisco13. Ses signataires en appellent à d’autres critères que celui du nombre de citations d’articles. Les solutions souvent préconisées par ceux/celles qui résistent à la concentration – parmi eux les promoteurs du dictionnaire en ligne Anthropen – se situent du côté de la science ouverte et du libre accès. Ces solutions qui se trouvent regroupées sous la Déclaration de Budapest14 sont également préconisées par l’UNESCO qui consacrait récemment un temps de réflexion à la science ouverte lors de sa « Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement »15.

13Ces initiatives et réflexions, qu’il s’agisse de celle de la Commission européenne, de celles de l’UNESCO ou d’autres instances, ne permettent pas de transformer le modèle économique dans son entier, mais de rendre crédibles des propositions alternatives au modèle dominant : offrir un accès gratuit pour tous aux résultats de la recherche ; démocratiser la science, en la rendant accessible aux citoyens ; rendre celle-ci plus efficace et innovante ; permettre de la mesurer autrement ; créer une infrastructure plus ouverte pour tous les scientifiques.

14Au Canada et plus particulièrement au Québec, tout comme aux États-Unis et en Europe, des bibliothèques ont été amenées à refuser ou à résilier les abonnements à certains des grands groupes d’édition en raison des coupes budgétaires et des coûts exigés16. D’autres, comme l’Université Laval, ont proposé la formule des dépôts institutionnels, permettant aux auteurs d’articles de se protéger minimalement en offrant un plus grand accès à leurs articles qui pourraient être moins visibles en raison des coûts d’abonnement de certaines revues. Cette stratégie, couplée à celle, plus large, de la création de plateformes alternatives de plus grande envergure, offre un soutien aux revues québécoises/canadiennes pour éviter qu’elles se retrouvent sous le giron des grands éditeurs. Au niveau national, les bibliothèques canadiennes s’orientent dans un sens similaire et ont récemment publié un Livre blanc de même que des directives17 qui rassemblent les orientations en cours ou à venir face au numérique et au phénomène de concentration. Ces mesures vont dans le sens d’une stratégie pancanadienne concertée allant vers le libre accès et la science ouverte (Pali De Silva, Vance 2017), de même que vers la réduction des obstacles économiques qui les prétéritent. Ceci se rapproche de la position tenue par les groupes de réflexion européens, internationaux et autres cités plus haut. En Europe justement, la Commission européenne et Science Europe ont annoncé qu’à partir de 2020, « les chercheurs qui bénéficient de fonds d’un organisme public de financement de la recherche devront publier en gold open access » (Spring 2018 : 4). Pour sa part, la Suisse a également décidé qu’à partir de 2020, les publications financées directement ou indirectement par le Fonds national suisse (FNS) devront être librement accessibles (Spring 2018 : 4). Rappelons que les organismes publics, tel que le FNS, financent déjà en amont les éditeurs des revues au titre de l’APC (Article Processing Charges), correspondant aux frais de diffusion en open access des articles scientifiques.

  • 18 Voir le site : <https://www.acfas.ca>.
  • 19 Voir le site : <https://www.erudit.org/fr. Ces données furent présentées par Tanja Niemann, dire (...)

15Le Québec dispose pour sa part d’une infrastructure unique et d’un réseau d’organisations extrêmement intéressant qui nous amène vers un autre modèle que celui des éditeurs privés. D’abord, des organismes comme l’Association canadienne pour l’avancement des sciences au Québec et dans la francophonie canadienne (ACFAS)18, qui regroupe de nombreuses sociétés savantes, et le Fonds de recherche québécois société culture (FRQSC), bailleur de fonds, ont cherché depuis longtemps à mettre en place des politiques publiques québécoises visant à encourager et à valoriser la poursuite d’activités de recherche en français et leur diffusion dans cette même langue. L’initiative la plus importante demeure toutefois celle du consortium Érudit19 qui a mis sur pied une plateforme regroupant une grande part des revues québécoises de SHS. Érudit, qui est un organisme financé par le Canada et le Québec, fait frontalement face au modèle monopolistique de l’industrie privée de la science « en valorisant les publications d’un intérêt plus local et celles dans une langue autre que l’anglais » (Cameron-Pesant 2018 : 404, Larivière 2018).

  • 20 La méthodologie de recherche de Cameron-Pesant est très rigoureuse et permet d’avancer les chiff (...)

16Cette plateforme est au centre de la production et de la diffusion des connaissances sous forme d’articles. Il s’agit d’une initiative majeure reconnue au Canada et considérée de calibre mondial. Selon Cameron-Pesant (2018), qui en a fait l’étude approfondie20, la plateforme Érudit rassemble plus de 200 000 documents, dont ceux publiés par près de 170 revues savantes et culturelles, ainsi que des livres, des actes de conférences, des mémoires et thèses, des rapports et notes de recherche. Le contenu est diffusé dans sa plus grande partie (95 %) en libre accès. De nombreuses revues conservent toutefois un embargo sur la diffusion de 12 ou 24 mois selon les cas. Le libre accès total augmente les données de téléchargement et bien sûr son impact sur les citations par la suite. La tendance est pour cette raison à lever les embargos (Cameron-Pesant 2018 : 367). Fait extrêmement intéressant, comme l’auteure le rappelle, « une autre étude a montré que pour l’Université de Montréal, le nombre moyen de téléchargements par revue d’Érudit est plus de cinq fois plus élevé que celui d’Elsevier, douze fois celui de Wiley et trente-deux fois celui de Springer », ce qui démontre que « les revues nationales sont tout aussi utilisées par la communauté de cette institution que le sont les « grandes » revues internationales, et le sont bien plus que les revues publiées par la majorité « des grands éditeurs ». Le rayonnement d’Érudit dépasse largement le Québec, les téléchargements se faisant ailleurs dans le monde par des francophones (Warren, Larivière 2018 : 331 ; Larivière 2018).

Anthropen : un dictionnaire francophone d’anthropologie ancré dans le contemporain

Aux origines : s’inquiéter d’une discipline et s’engager. Le Manifeste de Lausanne

  • 21 Voir <https://www.waunet.org/wcaa>.

17Dans cette section sera présenté le dictionnaire en ligne Anthropen, une initiative issue d’un mouvement de réflexion autour d’une discipline, l’anthropologie, et du croisement de différentes écoles de pensée associées au mouvement des anthropologies du monde (notamment du WCAA, World Council of Anthropological Associations21), de la décolonisation des savoirs et enfin du savoir comme bien public.

18En amont de l’initiative Anthropen se trouvait un colloque international d’anthropologie organisé en 2007 à l’Université Laval à l’occasion des trente ans de la revue Anthropologie et Sociétés. Intitulé Anthropologie des cultures globalisées : terrains complexes, enjeux disciplinaires (Saillant 2008), il accueillit plus de cinq cents anthropologues de trois continents. Ce colloque se fit en français puisque cette revue est la revue canadienne francophone d’anthropologie en Amérique du Nord et que l’Université Laval fut la première université francophone des Amériques. Cela allait de soi. Le désir était de faire le point autour du phénomène multiforme des globalisations et des enjeux qui en ressortaient pour la discipline. Un petit groupe d’anthropologues présents trouva opportun de tenter la fondation d’une association internationale d’anthropologie, avec l’idée que la communication polycentrée et francophone viendrait alimenter des débats qui pouvaient à la fois sortir de l’hégémonisme scientifique anglo-saxon et des habitudes franco-françaises, souvent fermées aux autres anthropologies du monde, ce qu’appréciaient aussi les anthropologues français impliqués dans le projet.

19Ce projet ne vit pas le jour, remplacé rapidement par la rédaction d’un manifeste qui réunit ces mêmes personnes. Le Manifeste de Lausanne. Pour une anthropologie non hégémonique (Saillant, Kilani, Graezer-Bideau 2011) rassembla un certain nombre des réflexions que se posaient ces anthropologues autour de la discipline et du contexte de la globalisation (néolibérale) des savoirs et de ses effets sur la production scientifique. L’inquiétude était présente : devions-nous voir la disparition de la discipline avalisée par des universités qui la délaissaient (c’était le début des menaces de fermeture de plusieurs départements d’anthropologie, Rial 2018), par des conditions de travail souvent peu compatibles avec les préceptes de la discipline (terrain approfondi, multilinguisme, méthodes qualitatives, approches collaboratives), ou encore par des pressions sociales, économiques, culturelles que subissent les sociétés contemporaines qui amènent certains à se demander : mais à quoi peut « servir » encore une discipline comme l’anthropologie ? Nous étions donc de Suisse, du Gabon, de France, de Belgique, des États-Unis, d’Italie, du Québec, du Brésil et d’ailleurs pour penser ce manifeste et réfléchir à un lexique pertinent qui s’y rattacherait. Le Manifeste se structura en fonction de certaines idées clefs dont celle de la nécessité de la réaffirmation de la discipline malgré les globalisations néolibérales ; celle du renforcement et du développement d’un savoir résolument ancré dans le contemporain ; celle du réexamen critique du référentiel universaliste et de sa refondation en relation avec les anthropologies du monde ; et enfin, celle, corollaire, d’une pratique fondée sur une vision non hégémonique de la discipline.

20Nous avons rapporté l’anthropologie non hégémonique à cinq préceptes soit : celui de la présence engagée des chercheurs ; celui de la langue comme choix éthique en sus d’être un outil de communication ; celui de la diversité contre les nouveaux hégémonismes ; celui de l’universalisme comme risque et projet toujours pertinent et inachevé ; enfin, celui de l’usage de la discipline dans le contexte d’un engagement social qui ne serait pas un simple utilitarisme. Le Manifeste parut simultanément en français et en anglais chez un petit éditeur montréalais très prisé des SHS. Traduit en italien et en chinois, il connut un succès d’estime sans se transformer pour autant en un succès de librairie. Notre vision se rapprochait de celles de membres du WCAA (World Council of Anthropological Associations) tout en étant différente : notre désir de décentrer l’anthropologie de ses lieux conventionnels et hégémoniques de pouvoir (États-Unis, Grande-Bretagne, France) nous a réunis sous la même bannière que celle du WCAA, mais à l’inverse de celle-ci nous n’étions pas une association (les membres du WCAA sont des associations) et n’usions pas l’anglais comme lingua franca. Notre mouvement émanant de pays ou de personnes majoritairement issues de la francophonie ne pouvait s’y retrouver bien que notre posture fut aussi polycentrique et postcoloniale que la leur. Quant aux associations françaises d’anthropologie (Association française d’ethnologie et anthropologie, AFEA ; Association française des anthropologues, AFA), elles ne pouvaient pas bien représenter notre mouvement, centrées qu’elles étaient sur les dynamiques nationales françaises, pas plus que d’autres associations nationales francophones (la CASCA, l’Association canadienne d’anthropologie au Canada subissant l’influence majoritaire anglophone, ou la SSE, la Société suisse d’ethnologie en Suisse subissant hier l’influence majoritaire germanophone et aujourd’hui l’influence exclusive anglophone). De plus, notre intérêt pour les fondements de la discipline dépassait quelque peu les intérêts habituels des associations traditionnelles d’anthropologues.

21En fin de compte le Manifeste était, sans que nous l’ayons affirmé clairement au moment de sa parution, une sorte de geste de résistance émanant de chercheurs provenant de pays francophones face aux aspects cannibales de la globalisation (Kilani 2018) en même temps qu’un acte épistémologique nécessaire à la refondation de la discipline (Saillant 2008). L’opportunité qu’offrit Virginia Dominguez, l’ancienne présidente de l’American Anthropological Association, de publier un historique de ce mouvement dans American Anthropologist (section des World Anthropologies) fut importante (Saillant 2015). Il y avait là une sorte d’urgence politique et disciplinaire. C’est tout ce mouvement de rencontres, d’idées et d’affinités qui donna lieu au dictionnaire Anthropen : une fois le Manifeste rédigé et commenté, et alors que nous avions délaissé le projet d’association, la question s’est posée de savoir quelle serait la prochaine étape ? Ce fut Anthropen, un dictionnaire en libre accès.

Publier en français : mission impossible ?

  • 22 Pour la recherche anthropologique sur la question du commun, voir le numéro d’Anthropologie et Soci (...)
  • 23 On la retrouve à cette adresse : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/book/10.1002/9781118924396.
  • 24 Toutefois, des initiatives récentes sont nées en France et sous format web, notamment l’Encyclopédi (...)
  • 25 Parmi les 180 entrées publiées, on peut consulter à titre d’exemple des entrées telles que artivism (...)

22L’idée de développer un dictionnaire francophone d’anthropologie ancré dans le contemporain était aussi basée sur le constat d’une absence relative de dictionnaire de ce type en langue française. Un dictionnaire en français soit, mais un dictionnaire qui participerait de la décolonisation des savoirs, de la refondation de l’universalisme (Kilani 2014) et conçu comme bien commun, cela est tout autre chose. Outre un moyen de s’affirmer face au néolibéralisme qui se manifeste par de nouveaux projets de colonisation incluant ce qui se produit dans le champ du savoir, ainsi que nous l’avons vu, le dictionnaire devait permettre de s’approprier l’Internet en tant qu’espace de production du commun22. Certes, un projet d’envergure semblable commençait à voir le jour en langue anglaise. Il s’agit de l’International Encyclopedia of Anthropology (2018)23 à laquelle collabore entre autres Gustavo Ribeiro, anthropologue également fondateur du WCAA. Pour cette encyclopédie, la voie de l’éditeur privé (Wiley) et de l’abonnement payant fut choisie par les responsables. Rappelons que Wiley est l’un des cinq grands éditeurs commerciaux. Du côté français, par contre, rien de semblable n’existait. Le seul dictionnaire disponible en 2011 était le très classique Dictionnaire d’anthropologie et d’ethnologie, dont l’utilité n’est pas à contester, mais qui a paru pour la première fois voici il y a presque trente ans (Bonte, Izard 1991)24. Le but d’Anthropen était à la fois de s’inscrire hors des centres hégémoniques de production, y compris français, et d’ancrer le savoir dans le contemporain, sans bien sûr ignorer l’histoire de la discipline et ses réflexions et débats. Il fallait également élargir le réseau international des contributeurs et proposer aux chercheurs et autres usagers du savoir anthropologique un instrument de connaissance actualisé et en accès libre25.

23Comme on peut le lire sur le site d’Anthropen (anthropen.org) :

Le projet du dictionnaire en ligne Anthropen veut rendre compte des transformations que l’anthropologie a connues ces dernières décennies autour des questionnements portant aussi bien sur ses formulations théoriques, ses terrains de recherche que ses choix méthodologiques. Son ambition est de fournir aux chercheurs, aux enseignants et aux étudiants en anthropologie et plus largement un outil en libre accès permettant de saisir les nouvelles configurations de la discipline dans toute leur étendue, actualité et diversité.

Ceci est la partie certes la plus conventionnelle de l’outil proposé, du moins celle qui s’aligne sur d’autres projets de dictionnaire existant sur le marché, en ligne ou non. Son ancrage dans le contemporain constitue toutefois un choix éditorial affirmé, notamment en ce qui concerne le lexique ou le traitement des entrées. On peut encore lire sur le site d’Anthropen :

L’anthropologie à laquelle se réfère le dictionnaire Anthropen s’inscrit aussi bien dans la lignée des principes organisateurs classiques de la discipline (pratique de terrain, connaissance des langues, souci monographique, etc.), que dans les perspectives résultant des nouvelles conditions d’exercice de la discipline (globalisation multiforme, demandes sociales et institutionnelles, production des connaissances par les acteurs, formes d’hégémonisme, exigences éthiques, etc.). La finalité du dictionnaire est de participer à l’élaboration critique du savoir sur les sociétés et les cultures. Le dictionnaire Anthropen est ancré dans la discipline anthropologique tout en étant ouvert sur les sciences de la culture. Il est aussi en dialogue avec les diverses anthropologies en élaboration dans différentes langues et depuis des horizons intellectuels, scientifiques et culturels diversifiés.

Cet autre aspect du dictionnaire le rend moins compatible avec plusieurs des outils existants en langue française dans la mesure où il se situe dans la perspective de décolonisation des savoirs, de leur décentrement des lieux de production habituels, d’un dialogue interdisciplinaire. De plus, le fait que les entrées soient publiées au fur et à mesure de leur rédaction, et que le dictionnaire soit en libre accès et gratuit, le place dans une situation tout à fait inédite. Il ne s’agit pas de transporter en ligne un contenu existant en papier mais de produire directement en ligne avec les avantages que cela comporte.

Idéation Anthropen, 2022, © Bourdager Duclot Sarah.

24D’autres choix ont aussi été à la base du dictionnaire, entre autres celui de s’inscrire comme outil respectant les normes de qualité scientifique dans les publications numériques (DOI, format bibliographique, évaluation, etc.). Et, s’inscrire dans le libre accès, il faut le dire, n’équivaut pas à une simple accessibilité des contenus sur le web. Il faut aussi pour cela donner plus de liberté à l’utilisateur des contenus (ce que font les licences Creative Commons auquel Anthropen a adhéré). Enfin nous avons convenu de restreindre les contenus proposés à environ 1 500-2 000 mots, incluant plus ou moins une dizaine de références centrales. Ajoutons à cela que les entrées sont sollicitées auprès des auteurs ou soumises spontanément par eux, et sont ensuite évaluées selon les normes connues pour ce type d’outil.

Anthropen, outil atypique : facilitateurs et obstacles au sein de l’économie néolibérale du savoir

L’argent contre le bien commun ?

25Il faut d’abord reconnaître que l’entièreté des conditions de concentration de l’édition scientifique décrites dans la première partie de cet article n’étaient pas connues par les directeurs du projet au moment où il fut lancé. Les institutions universitaires de rattachement n’en étaient qu’au début de leur incursion dans les politiques associées au numérique dans les SHS. Un projet de dictionnaire paraissait hors normes et difficile à réaliser. Quoique nous ne soyons pas une publication en série comme le sont les revues, des soutiens sont venus au fur et mesure de l’avancement du projet mais aussi des écueils. À l’époque, en 2012, il était téméraire de mettre sur pied un tel projet. Nous n’avions, en effet ni éditeur, ni financement. Malgré le flou et les difficultés qui entourèrent le démarrage d’Anthropen, et malgré son côté atypique, nous persistâmes dans notre volonté de le faire aboutir. Nous devions d’abord convaincre nos institutions respectives de soutenir un outil favorisant une audience francophone et défendant une science sociale en français. Ce qu’elles firent modestement au début. Penser la science en termes de bien commun voulait dire constituer ce dictionnaire avec les moyens les plus simples possible et les plus directement à portée des usagers, notamment en créant un site Internet en libre accès. Nous étions convaincus des mérites et de l’utilité d’un tel outil. Après tout, les dictionnaires ont été dans l’histoire des outils coûteux, très longs à produire et à consulter dans des bibliothèques, et que les étudiants ne se procuraient que tardivement dans leur cursus, quand ils se le procuraient. Notre souhait allait encore plus loin : que le dictionnaire soit de plus très visuel avec des documents de terrain, y compris des images ; très interactif avec des entrées à discuter entre auteurs et entre auteurs et lecteurs ; et dans la mesure du possible multilingue. Ces idées étaient formidables et nous portaient dans notre projet idéal mais la réalisation de chacune d’elles exigeait plusieurs compétences : un soutien technique de qualité, des moyens financiers conséquents et un fort investissement de l’équipe de rédaction.

  • 26 Voir la publication des actes du colloque : Hébert, Saillant (dir.) (à paraître).

26Toutes ces idées étaient en quelque sorte un horizon possible en même temps que nous jugions devoir amorcer le tout avec réalisme et dans un contexte misant sur les plus hauts standards de qualité. Nous nous sommes ainsi concentrés sur l’essentiel, soit la production du dictionnaire comme tel avec l’objectif de cumuler trois cents entrées et de voir notre modèle évoluer en fonction de divers paramètres et opportunités, quitte à prolonger le projet au-delà de ce nombre et à le perfectionner, une possibilité que le web offre plus que tout autre moyen. Avec cette façon de faire, nous étions en train de contribuer à construire une connaissance anthropologique non hégémonique, en marge des espaces habituels de production et de publication. La plateforme qui soutient Anthropen est en évolution constante. Un « Hub Anthropen » s’est tenu à l’Université Laval en 2019 soutenu par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Il a été précédé par divers séminaires tenus à Lausanne, Louvain-la-Neuve, Lyon, Paris, et plusieurs présentations furent effectuées lors de congrès internationaux. Un séminaire virtuel puis un colloque mi-virtuel mi-présentiel sur le « savoir comme bien commun » ont été organisés en 2021-2022 en collaboration avec l’Université Laval, l’Université de Lausanne et l’Université d’Ottawa26. Le dictionnaire atteint aujourd’hui plus de 180 entrées publiées sur les 300 prévues, alors que le réseau de collaborateurs et de partenaires, nationaux et internationaux mis en place n’arrête pas de s’élargir, réalisant ainsi en bonne partie les objectifs fixés depuis la parution du Manifeste.

27Des obstacles associés à notre initiative et à notre développement étaient cependant au rendez-vous. En effet, les besoins financiers accrus se sont vite fait sentir puisque nous ne pouvions agir en négligeant l’environnement technologique en constante évolution dans lequel s’est inscrite la plateforme Anthropen. De même que nous devions tenir compte de certaines caractéristiques cruciales des publications scientifiques en libre accès. L’Université Laval, notamment le vice-rectorat à la recherche et à la création, et la Faculté des sciences sociales furent les premières à s’impliquer et à développer le prototype du site web qui allait donner lieu à la plateforme. D’autres organisations de l’Université Laval ont emboîté le pas, avec un soutien financier ou logistique, notamment le Centre de recherches Cultures arts et sociétés, la Bibliothèque, la fondation des Presses de l’Université Laval ainsi que la revue Anthropologie et Sociétés. L’Université de Lausanne, à travers le vice-rectorat de la recherche et le Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale de la Faculté des sciences sociales et politiques, a accordé au dictionnaire une subvention de fonctionnement pour le soutien à la rédaction et à l’informatique, et ce pour une période de trois années. Mentionnons enfin la collaboration avec les Éditions des archives contemporaines, un éditeur français engagé dans le numérique qui s’est dès le départ proposé à fournir les DOI des entrées et une certaine visibilité au dictionnaire. Depuis, il offre d’autres formes de soutien, notamment la publication numérique et papier de certains de nos contenus. Ces soutiens sont importants puisqu’ils engagent les institutions publiques respectives dans la production et la diffusion du savoir en tant que bien commun plutôt qu’en tant que marchandise tout en favorisant la diffusion du savoir à partir des lieux de leur production et dans la langue d’enseignement et de recherche. Tous ces éléments correspondent aux objectifs lancés par les groupes de travail européens et canadiens qui réfléchissent sur ces questions, notamment sur celle qui se rapporte aux publics avec lesquels les enseignants et les chercheurs sont en contact. Les soutiens consentis à Anthropen sont ponctuels et reliés à chaque fois à des tâches spécifiques exigeant des animateurs du dictionnaire une attention constante afin que la continuité de la publication soit assurée. Les besoins économiques actuels d’Anthropen ne sont plus de faire naître le projet, ou encore d’accéder à certaines normes de l’édition numérique scientifique, tâches effectivement réalisées, mais de rendre l’outil pérenne et permettre la visibilité qu’il mérite. Or, les soutiens des organismes publics sont faibles, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un dictionnaire qui n’est pas considéré comme relevant de la recherche ; en édition numérique les revues sont les supports qui sont habituellement financés. Un dictionnaire tombe dans une sorte de vide, un entre-deux que les programmes de financement ne couvrent que difficilement. Dans un contexte de standardisation des formats à des fins d’évaluation, le choix d’une écriture plus libre ouvre selon nous des voies inédites à la production des connaissances.

28Un exemple évident des conséquences de cette situation est celui de l’indexation. En effet, plus une publication est citée, plus elle est jugée positivement. Mais pour pouvoir être citée, encore faut-il qu’elle soit repérable par ceux qui pourraient la citer. Dans ce contexte, la repérabilité des contenus scientifiques en ligne est donc cruciale. Or, celle-ci dépend en grande partie de leur indexation dans les outils de repérage utilisés par les chercheurs d’information. L’inscription dans des bases de données qui permettent l’indexation se trouve grandement facilitée quand on « appartient » à des éditeurs visibles et repérables et quand on s’inscrit dans une série telle un périodique ou encore dans un projet alternatif aux grands consortiums américains comme Érudit au Québec, Persée ou OpenEdition en France (https://www.openedition.org/​), Open Journal System (OJS) au Canada, dont certains sont financés par les pouvoirs publics. L’indexation est donc centrale au modèle dominant de l’économie néolibérale du savoir puisqu’elle permet le classement des revues et des publications et ultimement des institutions et des chercheurs. Dans la mesure où les plateformes en question ne couvrent pas les publications qui ne sont pas des revues – un organisme comme Érudit par exemple n’effectue l’indexation que si la publication est un article de revue – le modèle idéal reste donc à trouver pour Anthropen en ce qui concerne sa diffusion et sa visibilité car sa seule présence sur le web ne suffit pas. Le combat pour faire face aux géants de l’édition n’est pas uniquement celui des revues, mais également celui d’une pensée libre, de projets atypiques et créatifs, de lieux de production et de diffusion adaptés, de collaborations qui dépassent les barrières et les obstacles posés par l’université fonctionnant sur le mode néolibéral.

  • 27 Les organismes canadiens PKP et québécois Érudit sont actuellement dans un processus de collaborati (...)

29C’est dans le contexte de tels débats que le dictionnaire fut accueilli en 2021 par la bibliothèque de l’Université Laval pour son projet de regroupement des revues institutionnelles et qu’elle accepta, à titre expérimental, d’inclure Anthropen dans ce projet. Anthropen dut alors s’adapter et transformer son système de DOI, trouver le modèle de production de contenu adapté à la plateforme OJS et finalement passer de la diffusion via un simple site web à celle qui nous lie désormais à OJS, et cela sans coûts de notre part27.

La langue : lingua franca ou francophonie ?

30De 2011, date de la publication du Manifeste de Lausanne, à aujourd’hui, Anthropen n’a pas développé de répertoire multilingue. Il s’agit d’un outil publié en français – une langue considérée pour diverses raisons comme non hégémonique. Dans le cadre de l’évolution globale du colonialisme et du rôle prééminent qu’y joua le français, celui-ci était une langue dominante et un outil de pouvoir. Ce n’est plus tout à fait le cas. Le français est de plus en plus marginalisé en tant que langue de communication scientifique, sauf à l’UNESCO, dont le siège se trouve à Paris. Les revues scientifiques françaises de qualité en anthropologie sont rarement bien classées. La plupart des revues bien classées sont en anglais, ce qui signifie que de nombreuses publications en français passent sous le radar des publications les plus reconnues. Nous étions conscients de ces faits concernant le facteur d’impact. Et nous allions risquer davantage, en ne nous constituant pas selon le modèle d’une revue scientifique, ce qu’un dictionnaire n’est pas, quoique notre outil inclue des articles de longueur moyenne, fasse appel à des auteurs qui peuvent remettre leur texte sur invitation ou spontanément, que les articles soient évalués, etc. Le processus est au final très similaire à celui d’une revue. C’est pourquoi le passage à OJS fut un moment important de notre développement.

  • 28 <http://www.wcaanet.org/publications/proprios_terminos.shtml>.
  • 29 <https://www.wcaanet.org/dejalu/index.shtml>.

31Anthropen participe aux efforts globaux pour une anthropologie mondiale et s’inscrit dans une perspective non hégémonique ouverte aux contributions de chercheurs de partout dans le monde. On pourrait dans ces conditions nous demander pourquoi le multilinguisme n’est pas favorisé, pourquoi privilégions-nous le partage des connaissances dans une langue spécifique : le français. Nous croyons aux avantages pour les chercheurs et les participants de communiquer et d’échanger dans leur langue maternelle. Le WCAA qui a pour mandat de créer la base de connaissances des anthropologies mondiales et de veiller à ce qu’elles soient reconnues, le fait cependant en anglais, dans la langue qui a historiquement exclu les non-anglophones en contexte colonial. Au sein du WCAA, la possibilité de publier dans une autre langue que l’anglais existe grâce à un simple outil multilingue (En sus proprios terminos28). Le WCAA est capable de partager des connaissances dans différentes langues, mais que pouvons-nous lire ? Dans Déjà lu29, un des instruments de diffusion des anthropologies du monde, les publications depuis le début des parutions en 2013 sont principalement en anglais ; un certain nombre sont en espagnol, portugais, japonais, allemand, polonais, tagalog, danois. 

32Pour l’année 2020, un seul article rédigé à l’origine en français est mis sur la plateforme du WCAA pour une lecture en anglais. Il est remarquable que pour que les membres de la communauté scientifique puissent être lus et communiquer avec d’autres membres ou avec la communauté internationale des scientifiques, ils doivent travailler dans la lingua franca qu’est l’anglais. Sinon, leur précieux travail reste complètement ignoré. Il ne s’agit pas de juger le WCAA pour ces initiatives de diversification linguistique, mais de constater combien les questions de traduction sont complexes et mettent à rude épreuve la bonne volonté des plus résolus.

33Tout en participant, au même titre que le WCAA, à la promotion des anthropologies mondiales et à une forme de résistance anti-hégémonique, Anthropen vise également le multilinguisme au sein de notre discipline, l’un des principes énoncé dans le Manifeste de Lausanne publié, rappelons-le, en quatre langues : français, anglais, italien et chinois. Anthropen affirme le droit de penser et de publier en français, et dans d’autres langues que l’anglais. Nous pouvons donc en principe recevoir des articles dans des langues autres que le français. Mais dans cette phase cruciale de mise en place et de consolidation de l’outil, et dans le souci de résister d’urgence à l’envahissement de l’anglais dans la production scientifique, nous avons privilégié les publications dans la langue française. Un projet expérimental de publication multilingue est toutefois en cours. Certains de ses résultats sont attendus en 2022-2023.

34Cette question de multilinguisme mérite quelques développements supplémentaires. Mondher Kilani et Francine Saillant viennent de pays multiculturels (respectivement la Suisse romande et le Québec au Canada). Ils sont parfaitement capables de gérer le contexte du multilinguisme et ses principes, et sont d’accord sur l’importance de la pluralité. Ils ont tous deux effectué des travaux de terrain dans d’autres langues que le français, publié dans d’autres langues que le français (tant au niveau local qu’international) et partagé l’expérience de la publication ou de la réalisation d’activités dans les langues des personnes fréquentées sur le terrain. Ils n’ont pas besoin d’être convaincus de l’« exogamie linguistique ». Leurs carrières ont presque été construites sur cette base. Si la traduction des articles ne se trouve pas dans Anthropen, il s’agit plutôt d’une question de moyens financiers d’une part et de priorités relevant du contexte actuel d’autre part.

35Cette question de la traduction prend aussi une dimension épistémologique. Les obstacles financiers ne disent pas tout. Il y a comme on le sait l’obligation à peine implicite de savoir écrire en anglais. Toutefois, écrire dans cette langue signifie en adopter les cadres de pensée en favorisant cette posture hégémonique que nous dénonçons tout au long de cet article. Cette norme anglo-centrée implique souvent une simplification de la syntaxe, une perte de nuances, une réduction du vocabulaire qui ne vont pas dans le sens de la complexité, ce qui finit implicitement par aligner l’écriture en SHS à celle des sciences expérimentales, là où les effets de standardisation sont parfois bien visibles dans la rédaction de certains articles. Les SHS ont à jongler avec plusieurs langages, celui de la technique, celui de la conceptualisation profondément ancrée dans une histoire, celui des idiolectes ou des langues propres aux interlocuteurs/interlocutrices rencontrés sur le terrain. La traduction doit permettre de rendre compte de cette stratification et de ce polycentrisme, or les contextes de diffusion ne favorisent pas ce polycentrisme épistémologique. Nous pouvons affirmer que dans les pays multilingues comme le Canada ou la Suisse, où l’anglais est la langue de préférence pour les publications et la communication scientifique, l’exposition des étudiants à des langues autres que celle qu’ils parlent en premier lieu est une évidence. Ce qui n’est plus acquis, c’est le privilège d’être lu dans sa propre langue et d’accéder à une multitude d’outils dans cette même langue, ou le privilège de lire des ressources dans cette même langue. Nous vivons dans ces deux pays une sorte d’expérience bimodale. Nous parlons une vieille langue de domination coloniale, le français, mais une langue qui perd beaucoup de ce pouvoir à cause de la suprématie de l’anglais. Nous ne voulons pas revenir à une quelconque hégémonie linguistique, mais force est de constater que les francophones sont des minorités dans nos pays pluralistes, chacune d’entre elles se trouvant dans l’obligation de pratiquer une sorte d’exogamie linguistique − mais une exogamie orientée vers l’anglais. Une grande question se cache derrière cette barrière linguistique : s’agit-il d’un débat sur les avantages du multilinguisme (les traductions étant ou non la question principale) ou est-il lié à la logique néolibérale des machines éditoriales, comme nous l’observons dans les communications et les médias ? Faut-il s’y adapter ou résister ? Anthropen est de ce point de vue un acte intellectuel de résistance dans nos pays respectifs et en dehors de ceux-ci.

Le réseau : l’Internet obstacle ou possibilité ?

  • 30 Le wiki permet la co-écriture en différé et ne favorise pas, pour les auteurs, le contrôle de leur (...)

36On présente souvent l’Internet comme une opportunité extraordinaire de réseautage et de développement pour le monde scientifique. On ne peut le nier. Internet a rendu énormément de services aux milieux scientifiques en offrant des options inédites pour la collecte, l’analyse, le stockage des données et aussi pour la communication et la diffusion. Il est à la fois véhicule et milieu d’explorations inédites, il rend possible des terrains autrefois impensables, il favorise, couplé à des technologies de pointe, un essor sans précédent à l’évolution des connaissances. Prolongement du corps et de la mémoire, concentration exponentielle de données, ouverture sur l’intelligence artificielle, tout explose en ce domaine. On ne peut aussi que saluer le rapprochement facilité entre les équipes de chercheurs et les possibilités de constitution de réseaux ; il y a encore 30 ans, des initiatives comme Anthropen, aussi simple soit-elle sur le plan technologique, était presque inimaginable car les chercheurs n’auraient pas été au rendez-vous. Aujourd’hui, l’Internet permet une sorte de conversation internationale et la constitution de groupes de travail souples autour de thèmes d’intérêt commun. On doit donc considérer que pour Anthropen, l’avènement d’Internet est une avancée majeure pour créer un dictionnaire de qualité fonctionnant autrement qu’en wiki30.

Idéation Anthropen, 2022, © Bourdager Duclot Sarah.

37Mais l’Internet est aussi souvent blâmé pour avoir augmenté certaines charges de travail pour les chercheurs en les rendant à tous moments accessibles à quiconque, en favorisant la surveillance institutionnelle, en formatant les modalités d’enseignement et de recherche, en orientant le calibrage de la productivité selon des normes très précises, entre autres choses. Il est aussi ce qui favorise des phénomènes de concentration économique propres au néolibéralisme, comme on l’a vu dans l’édition. L’Internet est un doux poison puisqu’il donne autant qu’il prend. Les données bibliométriques, importantes pour suivre dans le détail l’impact des activités scientifiques, ont aussi leurs limites car elles ne reflètent pas toujours l’effort des chercheurs. Enchâssées dans des contraintes économiques, géographiques et normatives, elles mettent de côté la question des langues de publication, des régions du monde, des séries non qualifiées ou jugées non qualifiables, des formats non acceptables de diffusion. Anthropen, outil atypique, échappe pour l’instant à une certaine forme de normalisation en même temps qu’il doit, pour profiter des avantages de l’Internet, trouver le modèle le plus adapté à ce qu’il est et veut devenir.

38Au-delà de tous ses effets de normativisation, Internet demeure un allié pour Anthropen dans la mesure où ce dernier se développe exactement sur le même terrain que les éditeurs oligarques, un peu comme des pauvres et des riches marchant dans une même rue et ne s’ignorant pas complètement. Le réseau que le dictionnaire met en place, inspiré par d’autres initiatives solidaires « pour une autre science », et parfois en collaboration avec de telles initiatives, n’a pas d’équivalent en tant que tel dans le monde francophone. Certes, l’Internet peut créer l’illusion de la proximité des uns et des autres, qui n’est somme toute que théorique, mais il permet aussi la circulation des idées et des contenus qui n’attendent pas l’ouverture des normes d’édition ou encore la générosité des oligarques.

Conclusion

39Anthropen, suit depuis sa naissance le chemin ouvert par le Manifeste de Lausanne : il participe d’une science engagée et sensible à son contexte de production ; choisit une langue en tant que format éthique de diffusion et de communication tout en souscrivant au pluralisme linguistique ; s’inscrit contre les hégémonismes notamment celui des monopoles des grands groupes d’édition ; est ouvert à une nouvelle forme d’universalisme ; et, enfin, souhaite être d’une utilité sociale en se situant du côté de la science comme du bien commun.

40Anthropen est un outil atypique soutenu par des acteurs universitaires solidaires pour une science différente tant dans ses formats que dans ses contenus. Bien qu’il ait un coût, il n’est pas d’abord une marchandise. Il est principalement basé sur la générosité des initiateurs du projet, des auteurs qui y écrivent et des différents collaborateurs qui l’accompagnent (bibliothécaires, informaticiens, institutions académiques, rédacteurs de revues scientifiques, responsables de bases de données et autres réseaux de stockage et de circulation de données, éditeurs engagés sur la voie de l’open access, etc.). Bref, il participe, bien que cela ne soit pas là sa seule raison d’être, de la résistance d’une science de plus en plus étouffée par des normes qui lui furent longtemps étrangères et menacée par une inclusion dans un marché néolibéral féroce qui risque de la dénaturer.

41Certes, Anthropen n’est pas seul dans le peloton des résistants. D’autres initiatives se développent dans ce sens. On ne peut que rappeler l’importance des actions que conduisent depuis un certain temps l’association brésilienne d’anthropologie à travers la revue Vibrant, la revue American Anthropologist à travers sa section World Anthropologies, pour ne citer que ces dernières. Mais ces initiatives tiennent souvent à quelques personnes qui à elles seules ne peuvent former le mouvement nécessaire pour une transformation profonde des pratiques éditoriales allant vers le bien commun. Il nous semble que ces efforts doivent persister mais aussi continuer d’être soutenus par des gestes institutionnels forts, comme ceux que font certains groupes de diffusion hors des sentiers hégémoniques. Ne faut-il pas aussi réfléchir à la trop forte normalisation des contenus exigée par les plateformes numériques et aux conséquences que cela produit sur le contenu des publications en SHS ainsi qu’aux enjeux de la traduction ? Des réflexions d’ordre épistémologique et allant au-delà des considérations bibliothéconomiques s’imposent. L’avenir nous dira comment la résistance continuera de s’organiser et si la science comme bien commun saura s’imposer.

Haut de page

Bibliographie

Anthropen, Dictionnaire en ligne, <https://www.anthropen.org>.

Bérose, l’Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, <http://www.berose.fr/?lan>.

International Encyclopedia of Anthropology, <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/book/10.1002/9781118924396>.

Bonte P., Izard M. (dir.) (1991), Dictionnaire d’anthropologie et d’ethnologie, Paris, PUF.

Buranyi S. (2017), « Is the staggeringly profitable business of scientific publishing bad for science ? », The Gardian, 27 juin, <https://www.theguardian.com/science/2017/jun/27/profitable-business-scientific-publishing-bad-for-science>.

Cameron-Pesant S. (2018), « Usage et diffusion des revues savantes québécoises en sciences sociales et humaines : analyse des téléchargements de la plateforme Érudit », Recherches sociographiques, 59, 3, p. 365-384, <https://doi.org/10.7202/1058719ar>.

Clément C., Bonvin M. (2000), Les périodiques électroniques en sciences humaines et sociales, mémoire sous la direction de F. Khenoune, Lausanne, Bibliothèque cantonale et universitaire, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne-Dorigny.

Curry M.J., Lillis T. (2018), « The Dangers of English as Lingua Franca of Journals », Inside higher Ed, March, <https://www.insidehighered.com/views/2018/03/13/domination-english-language-journal-publishing-hurting-scholarship-many-countries>.

Fyfe A., Coate K., Curry S., Lawson S., Moxham N., Rostvik C.M. (2017), « Untangling academic publishing : a history of the relationship between commercial interests, academic prestige and the circulation of research », St Andrews Research Repository, Discussion paper, Zenodo, <https://doi.org/10.5281/zenodo.546100>.

Hébert M., Saillant F. (dir.) (à paraître), Savoirs, utopies et production du commun, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Kilani M. (2018), Du goût de l’autre. Fragments d’un discours cannibale, Paris, Seuil.

Kilani M. (2014), Pour un universalisme critique. Essai d’anthropologie du contemporain, Paris, La Découverte.

Larivière V. (2018), « Le français, langue seconde ? De l’évolution des lieux et langues de publication des chercheurs au Québec, en France et en Allemagne », Recherches sociographiques, 59 : 3, p. 339-363, <https://doi.org/10.7202/1058718ar>.

Larivière V. (2014), « De l'importance des revues de recherche nationales », ACFAS Magazine, Les mesures de la recherche, <https://www.acfas.ca/publications/magazine/2014/09/l-importance-revues-recherche-nationales>.

Larivière V., Haustein S., Mongeon P. (2015a), «The Oligopoly of Academic Publishers in the Digital Era », PLoS ONE, June, p. 1-15, <https://doi.org/10.1371/journal.pone.0127502>.

Larivière V., Haustein S., Mongeon P. (2015b), « Big Publishers, Bigger Profits : How the Scholarly Community lost the control of its journals », MediaTropes eJournal, 5, 2, p. 102-110, <https://www.google.com/search?client=opera&q=Big+Publishers %2C+Bigger+Profits %3A+How+the+Scholarly+Community+lost+the+control+of+its+journals&sourceid=opera&ie=UTF-8&oe=UTF-8>.

Larose F. (2019), « Néolibéralisme et productivité scientifique de la recherche universitaire en éducation au Québec. Trajectoires et perspectives », Les Dossiers des Sciences de l’Éducation, 41, p. 137-154, <https://journals.openedition.org/dse/3737>.

Mongeon P., Siler K., Archambault A., Sugimoto C.R., Larivière V. (2021), « Collection Development in the Era of Big Deals », College and Research Libraries, 82, 2, p. 219-236, <https://doi.org/10.5860/crl.82.2.219>.

Pali De Silva U.K., Vance Candace K. (2017), Scientific Scholarly Communication. The Changing landscape, New York, Springer.

Rial C. (2018), « Miroirs transnationaux pour l’anthropologie », Journal des anthropologues, 152-153, p. 247-261, <https://doi.org/10.4000/jda.6944>.

Saillant F. (2017), « Canadian Anthropology Society/Société Canadienne d’Anthropologie (CASCA) », International Encyclopedia of Anthropology, New York, Wiley, <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/9781118924396.wbiea2039>.

Saillant F. (2015), « World Anthropologies and Anthropology in the Francophone World : The Lausanne Manifesto and Related Initiatives », American Anthropologist, 117, 1, p. 1-5, <https://anthrosource.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/aman.12178>.

Saillant F. (dir.), (2008), Réinventer l’anthropologie, Montréal, Liber.

Saillant F., Kilani M. et Greazer-Bideau F. (2011), Le Manifeste de Lausanne. Pour une anthropologie non hégémonique, Montréal, Liber.

Sauder M., Espeland W.N. (2019), « The Discipline of Rankings : Tight Coupling and Organizational Change », American Sociological Association, 74, 1, p. 63-82 <https://www.jstor.org/stable/27736048>.

Spring D. (2018), « Les clés de l’open access », L’Uniscope, 637, p. 4-5, <https://www.unil.ch/unicom/files/live/sites/unicom/files/shared/uniscope/2018-2019/637.pdf>.

Wang Y., Hu R., Liu M. (2017), « The geotemporal demographics of academic journals from 1950 to 2013 according to Ulrich’s database », Journal of Informetrics, 11, 3, p. 655-671, <https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1751157716302358>.

Warren J.-P. (2018), « La traduction en sciences humaines et sociales au Canada. Dynamiques générales et impacts du PAES », Recherches sociographiques, 59, 3, p. 385-409, <https://doi.org/10.7202/1058720ar>.

Warren, J.-P., Larivière V. (2018), « La diffusion des connaissances en langue française en sciences humaines et sociales. Les défis du nouvel environnement international », Recherches sociographiques, 59, 3, p. 327-337, <https://doi.org/10.7202/1058717ar>.

Haut de page

Notes

1 Pour donner une idée de l’impact d’une telle idéologie sur la production scientifique, mentionnons la déclaration d’Antoine Petit, directeur du CNRS français, à propos de la « recherche du futur » dans une tribune parue dans Les Échos le 26 novembre 2019 : « Le Premier ministre s’est engagé, à l’occasion du lancement de la célébration des 80 ans du CNRS, à faire adopter en 2020 une loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Les attentes de la communauté de la recherche sont grandes. Cette loi doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire − oui, inégalitaire −, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. », <https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/la-recherche-une-arme-pour-les-combats-du-futur-1150759>. Voir également la « Lettre à MM. Petit et Macron, et à tous les tenants de la compétition comme mode de fonctionnement des sociétés humaines » par un collectif de chercheur·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s, <https://www.petitions.fr/recherche__non_a_une_loi_inegalitaire>.

2 Le travail de Larivière conduit avec différents collaborateurs est basé sur une exploration du Thomson Reuters’ Web of science (WoS) qui inclut le Science citation index expanded, le Social sciences citation index et le Arts and humanities citation index. Larivière et ses collègues ont au total rassemblé et analysé 44 483 425 documents couvrant une longue période de publication (1973-2013). Les documents incluaient toutes les formes de périodiques renvoyant aux auteurs, à leur localisation et à leurs références citées, de même qu’aux villes et pays des éditeurs des périodiques en question et bien sûr à leurs noms. C’est de cette manière qu’au cours de la période étudiée, les titres des périodiques et leurs propriétaires ainsi que leur évolution dans le temps ont pu être recensés. Dans le WoS on ne trouve que les journaux les plus cités et dont le système de revue par les pairs est appliqué rigoureusement. Ceci exclut, bien sûr, les périodiques non cités, mais aussi les publications qui paraissent dans des livres ou toute autre forme de diffusion comme les plateformes ou les sites web.

3 Voir le site d’Anthropologica : <https://www.cas-sca.ca/fr/anthropologicafr>.

4 Anthropologica est publiée par l’University of Victoria Libraries et est diffusée par Érudit et Open Journal System (OJS), deux organismes sans but lucratif qui sont des agrégateurs de contenus scientifiques en accès libre auxquels les bibliothèques doivent s’abonner à un coût très bas ou sous forme de bouquet de services. Les contenus sont ensuite disponibles aux lecteurs, sans frais, en format PDF ou html.

5 Plus précisément, Anthropologie et Sociétés est diffusée via la plateforme Érudit, un agrégateur de contenus en libre accès au modèle économique hybride (en libre accès avec barrière), <https://www.anthropologie-societes.ant.ulaval.ca>.

6 Pour ce qui est de la France, les revues dépendent systématiquement d’institutions publiques : soit d’institutions universitaires, comme le Collège de France pour L’Homme, le pôle éditorial de la Maison Archéologie & Ethnologie – René Ginouvès de l’Université Paris Nanterre pour Ethnologie française, le laboratoire Canthel de l’Université Paris Descartes pour cArgo, ou la Société d’Ethnographie de Paris et la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord pour L’ethnographie ; soit de départements ministériels comme celui du patrimoine au sein du ministère de la Culture pour la revue Terrain jusqu’à encore récemment (depuis quelques années celle-ci est abritée par plusieurs universités dont l’Université Paris Nanterre), ou du Musée du Quai Branly pour la revue Gradhiva ; soit encore d’une association scientifique comme l’AFA (l’Association française des anthropologues) pour le Journal des anthropologues. Ces soutiens sont souvent complétés par des subventions provenant du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). À plus petite échelle, en Suisse, la revue Tsantsa est l’émanation de la Société suisse d’ethnologie (SSE) qui fait partie de l’Académie suisse des sciences sociales et humaines (ASSHS) active au plan fédéral et première source de financement.

7 À propos du processus qui a conduit au contrôle économique actuel, voir l’excellent article de Buranyi (2017) publié dans le quotidien The Guardian.

8 À titre d’illustration, voici le nombre de revues en SHS distribuées par quelques grands groupes : Blackwell Publishers : 215 (au 14.01.2000) ; Elsevier : 219 (au 16.12.1999) ; Taylor and Francis : 306 (au 06.01.2000) (Clément, Bonvin 2000).
Cette tendance est restée la même aujourd’hui selon le chercheur Vincent Larivière (communication personnelle, août 2022).

9 À titre d’exemple, et en tenant compte de l’inflation des tarifs d’abonnements des revues auprès des grands éditeurs, la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne « a dépensé 2 678 000 francs suisses pour ses accès 2018 aux revues électroniques » (Spring 2018 : 4).

10 Curry et Lillis (2018) notent : « Cette affirmation est généralement étayée par des preuves provenant d’un univers limité d’environ 27 000 revues incluses dans les index du Web of science (WoS) − le plus important, le Science citation index − dont la plupart sont publiées en anglais. Pourtant, plus de 9 000 revues savantes évaluées par les pairs sont publiées dans d’autres langues, dont le français (3 500), l’allemand (2 700), l’espagnol et le chinois (1 400) sont les plus nombreux. La plupart de ces revues sont exclues des prestigieux index de revues, perpétuant ainsi l’idéologie selon laquelle l’anglais est la lingua franca universitaire mondiale » (traduction libre). Un autre outil que le Web of science est celui du Ulrichs Web qui répertorie un plus large éventail de revues à travers le monde. Il répertorie 132 381 revues universitaires actives dans toutes les langues. De ce nombre, 43 752 sont dans une autre langue que l’anglais et, bien entendu, beaucoup plus que les revues publiées par les cinq grands éditeurs. Ces chiffres très élevés amènent cependant à croire que la définition de revue y est très large (information fournie par Maude Laplante-Dubé, Bibliothèque de l’Université Laval à Québec). Selon Wang, Hu, Liu (2017) la majorité des revues scientifiques sont publiées aux États-Unis et au Royaume-Uni suivi par la Chine, l’Allemagne, l’Inde, la Russie, et le Japon. « La langue anglaise détient l’avantage absolu sur les autres langues en ce qui concerne la publication de revues universitaires. Les revues anglaises représentaient 56,35 % du total, soit beaucoup plus que les revues des autres langues, ce qui est conforme au monopole obtenu par les États-Unis et le Royaume-Uni en termes de publication de revues universitaires. Parmi les autres groupes, les revues espagnoles (6,13 %) et chinoises (6,33 %) ne pouvaient être ignorées, occupant les deuxième et troisième places. À l’exception des langues susmentionnées, les revues allemandes (5,00 %), russes (4,67 %), françaises (4,47 %), portugaises (2,68 %), italiennes (2,10 %), japonaises (1,84 %) et ukrainiennes (1,30 %) figurent parmi les dix premières langues. » À cela s’ajoute le fait que la plupart des revues académiques non anglophones ont diminué au cours du xxie siècle, tandis que les revues académiques anglophones continuent d’augmenter.

11 Voir pour plus de détails sur cette campagne le site suivant : <http://thecostofknowledge.com>.

12 Pour le cas de l’Université de Californie voir : <https://osc.universityofcalifornia.edu/open-access-at-uc/publisher-negotiations/uc-and-elsevier>.

13 Voir la Déclaration : <https://sfdora.org/read>.

14 Voir le rapport : <https://www.coalition-s.org/why-plan-s/>. On peut retrouver l’histoire de la Déclaration de Budapest autour du libre accès sur les deux sites suivants : 1. Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert/Budapest Open Access Initiative, <https://openaccess.inist.fr/initiative-de-budapest-pour-lacces-ouvert> ; 2. L’Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert : 10 ans après, <https://www.budapestopenaccessinitiative.org/boai10/french-translation>.

15 Voir le site de la Commission française de l’UNESCO : <https://fr.unesco.org/commemorations/worldscienceday>.

16 Voir le mouvement de va-et-vient de l’Université de Montréal au sujet des abonnements aux consortiums américains : d’abord le désabonnement : <https://bib.umontreal.ca/communications/nouvelles/nouvelle/annulation-dabonnements-a-la-majorite-des-periodiques-de-la-collection-wiley-online-library> ; ensuite, après des négociations plus satisfaisantes, elle s’est réabonnée en 2018 : <https://bib.umontreal.ca/communications/nouvelles/nouvelle/20180226-dc-renouvellement-entente-wiley-vf> ; enfin, en 2019, elle s’est désabonnée de Springer : <https://bib.umontreal.ca/communications/nouvelles/nouvelle/annulations-dabonnements-de-periodiques-springer-2019>. Il faut mentionner, qu’à la base, l’Université de Montréal a fait face à des coupes de budget d’acquisition. L’Université Laval a également revu récemment ses abonnements, mais n’a pas fait de coupes drastiques. En effet, contrairement à la première université, l’Université Laval n’a pas subi de réduction de budget, mais elle a « démantelé » un grand ensemble, celui de Springer, pour ne s’abonner qu’aux revues qui étaient vraiment utilisées.

17 Le Livre blanc : <http://www.carl-abrc.ca/wp-content/uploads/2016/04/Univ_can_editions_perennes_2016.pdf> ; les directives :<http://www.carl-abrc.ca/wp-content/uploads/2018/03/CARL_ScholComm_Roadmap_FR.pdf>.

18 Voir le site : <https://www.acfas.ca>.

19 Voir le site : <https://www.erudit.org/fr>. Ces données furent présentées par Tanja Niemann, directrice générale d’Érudit, lors de l’atelier CRSH Hub Anthropen tenu à l’Université Laval à l’automne 2019, <https://www.fss.ulaval.ca/evenements/Hub-Anthropen>. La communication portait le titre : « erudit.org − diffuser la recherche en SHS ».

20 La méthodologie de recherche de Cameron-Pesant est très rigoureuse et permet d’avancer les chiffres que nous exposons ici : en rassemblant les données de téléchargement fournies par l’organisme et systématiquement enregistrées, elle a pu dresser un portrait de la réception des articles québécois proposés sur la plateforme en SHS. Une attention particulière a été portée aux disciplines et aux régions de téléchargement. Elle s’est aussi centrée sur les effets des politiques de libre accès sur les périodiques québécois. Son analyse est basée sur 39 437 659 téléchargements d’articles de revues savantes, extraits de 999 367 190 requêtes HTTP enregistrées dans les logs du serveur d’Érudit du 1er avril 2010 au 31 décembre 2015. La classification des disciplines du National Science Foundation (NSF) a été utilisée pour regrouper ces revues, une classification reconnue internationalement. Sur les 106 revues savantes diffusées par Érudit et objets de l’étude, 12,99 appartiennent aux SHS, contre 7 seulement aux SNG (Sciences naturelles et génie) au sens le plus large.

21 Voir <https://www.waunet.org/wcaa>.

22 Pour la recherche anthropologique sur la question du commun, voir le numéro d’Anthropologie et Sociétés (2019, 43, 2) : « Services publics : l’État face au commun ».

23 On la retrouve à cette adresse : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/book/10.1002/9781118924396.

24 Toutefois, des initiatives récentes sont nées en France et sous format web, notamment l’Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie (Bérose) : <http://www.berose.fr/?lan>.

25 Parmi les 180 entrées publiées, on peut consulter à titre d’exemple des entrées telles que artivisme, care, capacitisme, féminicide, décolonialisme méthodologique, espace-frontière, intersectionnalité, ontologies, plurivers, urbain anthopocène, etc.

26 Voir la publication des actes du colloque : Hébert, Saillant (dir.) (à paraître).

27 Les organismes canadiens PKP et québécois Érudit sont actuellement dans un processus de collaboration à travers la Coalition Publica et elles le font à condition que les revues soient diffusées via OJS, <https://www.coalition-publi.ca/services-bibliotheques>. On peut lire sur ce site : « En collaborant avec Coalition Publica, les bibliothèques réalisent une prise de position forte dans le cadre du mouvement international qui redéfinit les dynamiques de pouvoirs dans le milieu de l’édition scientifique, en faveur de la libre circulation des connaissances. Grâce à nos services d’édition à coût réduit et aux contributions financières du Partenariat pour le libre accès, toutes les revues de Coalition Publica sont diffusées en libre accès immédiat ou différé (barrière mobile de 12 mois). Depuis 2014, Érudit collabore avec différentes parties prenantes dans l’objectif de définir et de mettre en œuvre un modèle financier durable pour les revues en libre accès. Coalition Publica poursuit le développement de ce modèle et travaille activement à ce que toutes les revues sur erudit.org soient publiées en libre accès immédiat. »

28 <http://www.wcaanet.org/publications/proprios_terminos.shtml>.

29 <https://www.wcaanet.org/dejalu/index.shtml>.

30 Le wiki permet la co-écriture en différé et ne favorise pas, pour les auteurs, le contrôle de leur contenu. Il offre certes de nombreuses opportunités mais pas celle de la fiabilité scientifique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Idéation Anthropen, 2022, © Bourdager Duclot Sarah.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/9418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Idéation Anthropen, 2022, © Bourdager Duclot Sarah.
URL http://journals.openedition.org/revss/docannexe/image/9418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Saillant et Mondher Kilani, « Anthropen »Revue des sciences sociales, 68 | 2022, 158-171.

Référence électronique

Francine Saillant et Mondher Kilani, « Anthropen »Revue des sciences sociales [En ligne], 68 | 2022, mis en ligne le 30 novembre 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/revss/9418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revss.9418

Haut de page

Auteurs

Francine Saillant

Université Laval
francine.saillant[at]ant.ulaval.ca

Mondher Kilani

Université de Lausanne
mondher.kilani[at]unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search