Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5Compte renduDominique Cardon, Culture numérique

Compte rendu

Dominique Cardon, Culture numérique

Paris, Presses de Sciences Po, 2019
Michaël Bourgatte
Référence(s) :

Dominique Cardon, 2019. Culture numérique. Paris : Presses de Sciences Po. 430 p.

Texte intégral

1Paru en 2019, le livre Culture numérique prend la suite de cours assurés par Dominique Cardon à Sciences Po Paris, ainsi que d’un MOOC qu’il a animé dans le courant des années 2010. Professeur de sociologie au Médialab, l’auteur est reconnu comme l’un des intellectuels français les plus éminents sur la question du numérique et d’Internet. Sa vision englobante lui vaut d’ailleurs d’être très souvent sollicité par les médias dès lors qu’il faut traiter de sujets d’actualité – la surveillance, la censure, les fausses nouvelles (fake news), l’expression des émotions en ligne… On recense ainsi plus d’une cinquantaine d’articles – individuels ou collectifs – de l’auteur sur Cairn à ce jour (dans des revues majeures comme Communications, Pouvoirs ou Réseaux), tandis que ses interventions sur les antennes de radios comme France Inter ou France Culture se comptent par dizaines.

2Culture numérique est un ouvrage qui synthétise les travaux de l’auteur sur les fondamentaux du numérique. L’écriture conserve beaucoup de la spontanéité du discours oral, ce qui rend le texte très accessible pour une grande diversité de publics (étudiants en licence, master ou doctorat et enseignants). Par ailleurs, son caractère hautement didactique est renforcé par la présence d’encarts à la fin de chaque section pointant une somme de ressources complémentaires à consulter pour prolonger sa lecture : livres, articles ou vidéos en ligne. Enfin, si le côté massif de l’ouvrage – environ 400 pages – peut rebuter, il faut lui reconnaître d’emblée une vertu : l’ensemble des fondamentaux utiles à l’acquisition d’une culture numérique y sont compilés.

3Culture numérique est divisé en six chapitres, chacun d’entre eux marchant par paire : histoire et idéaux (chapitre 1, « Généalogie d’Internet », et chapitre 2, « Le Web, un bien commun ») ; vie sociale et vie politique en ligne (chapitre 3, « Culture participative et réseaux sociaux », et chapitre 4, « L’espace public numérique ») ; nouvelle économie et nouvelle gouvernance algorithmique (chapitre 5, « L’économie des plateformes », et chapitre 6, « Big data et algorithmes »). Ces thématiques nous éclairent sur les atouts et les limites d’une société désormais intégralement façonnée par le numérique. Il faut les maîtriser si on veut être désormais un acteur social éclairé.

4Je voudrais ci-après dire quelques mots de ce livre sans le commenter ni linéairement, ni point à point, mais plutôt en opérant des réagencements thématiques pour inciter lecteurs et lectrices à l’explorer plus en profondeur et à en extraire les éléments qui leur semblent les plus pertinents pour leurs propres recherches ou leurs propres enseignements. Car il est incontestable que quiconque anime aujourd’hui un cours sur le numérique ne peut pas faire l’impasse sur sa lecture. Ce livre ne répondra cependant pas directement aux attentes des enseignants-chercheurs et des étudiants en humanités numériques, car il ne traite pas des usages du numérique en sciences humaines et sociales. Mais il leur sera utile pour acquérir une bonne culture générale autour du numérique.

Naissance et idéologie du numérique et d’Internet

5Dans Culture numérique, Dominique Cardon revient sur un ensemble d’événements marquants : l’histoire des machines à calculer, de l’informatique et bientôt du numérique, depuis le xviie siècle jusqu’à nos jours. On voit très tôt se dessiner la binarité d’un langage informatique (le codage repose sur des suites de 0 et de 1, tandis que le modèle essai-erreur est au cœur du fonctionnement même de la machine) faisant entrer l’humanité dans un nouveau moment de son histoire. D’un effort scientifique visant à énoncer des théories et proposer des lois universelles – tel que cela a été fait par Darwin ou Newton –, on bascule dans un modèle probabiliste et statistique de la connaissance. Ce modèle repose sur un principe de conversion des modes d’apprentissage chez l’humain – celui du sachant vers l’apprenant, celui de l’adulte vers l’enfant – vers la machine, tel que cela a été énoncé par Turing ou Wiener.

6L’auteur s’attache ensuite à nous raconter l’histoire d’Internet dans une perspective qui est plus proche du constructivisme social que du déterminisme technique. Il nous rappelle que plusieurs projets de mise en réseau des machines ont cohabité dans la courte histoire du Web, partant des recherches militaires et géostratégiques en contexte de guerre froide pour pénétrer ensuite la société civile (de l’Arpanet à Internet). Différents modèles technologiques ont ainsi cohabité pendant un temps, donnant plus ou moins de pouvoir aux acteurs marchands ou aux utilisateurs selon les cas. Mais à la fin, c’est Internet (le World Wide Web et son protocole HTTP) qui s’est imposé, au moins pour deux raisons : c’est d’abord une forme suffisamment résiliente d’un point de vue infrastructurel ; Internet permet ensuite de collecter et d’exploiter les données des utilisateurs du réseau à des fins commerciales.

7Cette deuxième observation – Dominique Cardon nous le rappelle – va conduire à l’émergence d’un débat d’envergure autour du respect de la vie privée des internautes. Dès lors que l’utilisateur accepte de révéler des choses le concernant ou qu’il abandonne des traces d’activité sur la toile (éléments d’identité, expression du goût ou des envies…), il entre dans une logique de donnant-donnant : il accroît sa capacité d’action (Amazon ou Netflix pouvant lui faire des recommandations toujours plus précises), mais il accroît aussi la puissance du Web – Google ou Facebook connaissent toujours plus de choses sur lui. À l’inverse, en refusant de partager des données le concernant, l’utilisateur maîtrise davantage sa vie numérique, mais au prix d’un effort souvent coûteux que peu de personnes sont capables de produire parce que c’est une situation qui est difficile à comprendre et, plus simplement, parce qu’elles n’ont pas les compétences techniques requises (couper sa géolocalisation, utiliser des moteurs de recherche ne collectant pas de traces, n’utiliser que des logiciels libres…).

Économie et politique du numérique et d’Internet

8Dominique Cardon explore ensuite les arcanes du marché du numérique et d’Internet. De la fin des années 1960 au début des années 1980, les milieux de l’informatique sont peuplés de gens remplis d’idéaux humanistes qui voient dans l’ordinateur et les réseaux un formidable moyen de mise en circulation de la connaissance. Pensons à des figures comme Steve Jobs et Steve Wozniak, qui imaginent le premier ordinateur personnel, Richard Stallmann, qui initie le mouvement du logiciel libre, Ted Nelson, qui porte le projet avorté d’un Internet ouvert et éthique, ou encore Kevin Kelly, fondateur de la revue Wired tournée vers la démocratisation et la vulgarisation des cultures technologiques. Certains ont des intérêts industriels, d’autres sont des chercheurs ou des universitaires, plusieurs ont un statut d’ingénieur, voire sont des hackers ou des hippies, mais ils sont tous d’accord pour reconnaître que la technologie a une valeur émancipatrice. C’est ce qui explique leur engagement dans des projets souvent périlleux et parfois utopistes, mais qui vont changer la face du monde.

9Dans ce contexte, une nouvelle économie voit le jour. Dans les garages de villas californiennes bientôt réaménagées en incubateurs de fortune, de jeunes entrepreneurs font fleurir des projets qui donnent le plus souvent naissance à de petites start-up sans lendemain. Quelquefois, certaines d’entre elles connaissent le succès et croissent au point de devenir des icônes culturelles. Amazon, Apple, Facebook ou Google sont les têtes de proue de cet eldorado qui s’étend du sud de San Francisco jusqu’à San José et qu’on nomme Silicon Valley – en référence au silicium, le matériau utilisé dans la conception des composants électroniques. On le voit : les États-Unis sont au cœur de cette révolution culturelle et technologique. Mais ses effets se font ressentir partout, notamment en France, qui est un pays avec une longue tradition d’innovation, en particulier autour de l’invention de son Minitel (1980-2012). On y a créé également le label « French Tech » en 2014 pour soutenir nationalement et internationalement les initiatives françaises parmi les plus audacieuses.

10Si les services propriétaires – c’est-à-dire entre les mains de puissants groupes industriels – dominent le monde du numérique (Apple, Microsoft), ainsi que le monde du Web (Amazon, Google), une culture alternative des communs parvient à prospérer, car elle est dépourvue d’intérêts économiques, tournée vers la mise à disposition et la circulation de technologies et de ressources à la fois libres et open source. Des programmeurs, souvent indépendants, parfois réunis en corporations, donnent de leur temps et de leur énergie pour déployer des projets et en maintenir d’autres à flot. Certains ont des financements, d’autres non ; certaines initiatives aboutissent à la création de mastodontes comme le système d’exploitation Linux ou la suite bureautique OpenOffice. D’autres non : c’est ainsi qu’une myriade de petits projets cohabite de manière harmonieuse et non prédatrice.

Sociabilités et prises de parole avec le numérique et Internet

11Dominique Cardon nous rappelle enfin qu’au tournant des années 2010, Internet échappe peu à peu aux experts pour s’ouvrir au grand public. Ainsi, tout le monde ou presque peut désormais se lancer dans la création de sites, de plateformes ou de services, tandis que la parole d’autorité des médias ou des spécialistes est battue en brèche par celle des internautes. Ce moment a longtemps été nommé le « Web 2.0 ». Une appellation qui permettait de distinguer le Web d’avant – dans lequel les services et l’information étaient unilatéralement descendants – d’avec un Web émergent organisé autour des réseaux sociaux, des blogs, de Wikipédia ou de GitHub. En quelques années à peine, l’appellation a disparu : Internet a muté, et il est devenu intrinsèquement et organiquement social.

12Aujourd’hui, le Web est devenu une vaste arène sociopolitique dans laquelle chaque prise de parole ou réalisation peut faire l’objet de régulations ou de sanctions par les pouvoirs publics et les acteurs du Web eux-mêmes, en particulier sur les réseaux sociaux où circulent fausses nouvelles et autres propos offensants. Des prises de paroles ou des réalisations en ligne qui peuvent aussi faire l’objet de commentaires par les médias. L’auteur pose ainsi la question de la régulation du Web à cinq endroits : le contrôle d’une circulation excessive de données sur les utilisateurs ou, pour le dire autrement, la lutte contre le principe de gouvernance algorithmique ; la protection sociale des travailleurs prolétaires du Web ; l’abolition des modèles de surveillance ; la libération des données publiques à des fins de transparence et d’analyse ; la création d’une législation encadrant les intelligences artificielles. Ce sont autant de principes d’une culture numérique qu’il convient de mettre au cœur des enseignements et de la recherche sur le numérique et, a fortiori, en humanités numériques.

Quel intérêt pour la recherche et l’enseignement en humanités numériques ?

13En conclusion, que pouvons-nous dire de l’intérêt de ce livre pour la communauté des chercheurs et des étudiants en humanités numériques ? Comme indiqué brièvement dans l’introduction de ce compte rendu de lecture, Dominique Cardon ne parle jamais dans son livre d’humanités numériques, du mouvement ou des recherches qui y sont associées. Il ne se préoccupe pas plus de la question des usages de la technologie à des fins de production scientifique. Culture numérique reste un ouvrage généraliste et non destiné spécifiquement à des chercheurs et des étudiants appartenant à ce mouvement.

14Il apparaît toutefois que ce livre sera utile pour la communauté, car il permet d’acquérir une culture de base sur l’histoire des technologies, depuis les premières machines à calculer jusqu’aux intelligences artificielles d’aujourd’hui. Ce livre viendra également alimenter les réflexions de son lectorat issu du champ des humanités numériques sur les conditions de développement des technologies : est-il préférable de travailler en autonomie ou en collaboration ? Quelles sont les différences entre des technologies dont le code est ouvert et des technologies propriétaires ? Doit-on favoriser ou non la participation de différents groupes d’usagers dans l’enrichissement d’une base de données ?

15En résumé, Culture numérique trouvera parfaitement sa place dans les bibliographies de cours de licence sur le numérique et pourra servir d’introduction en master et au-delà, car il permet de saisir une somme d’enjeux (sociaux, politiques, économiques…) qui sont rattachés aux usages des technologies. Une dernière vertu de ce livre est notamment de ne pas s’inscrire exclusivement dans une seule perspective disciplinaire, même si la double approche en sociologie et en sciences politiques – discipline à laquelle l’auteur reste attaché – teinte légèrement le propos sans jamais le rendre inaccessible à un lectorat de non-initiés – spécialisés en littérature, en langue ou en histoire, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Bourgatte, « Dominique Cardon, Culture numérique »Humanités numériques [En ligne], 5 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/revuehn/3028 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revuehn.3028

Haut de page

Auteur

Michaël Bourgatte

EA 7403, Institut catholique de Paris, Paris, France
Michael Bourgatte est maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur les usages éducatifs et militants des vidéos numériques.
ORCID 0000-0002-5244-1604
m.bourgatte@icp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search