Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Terminologies, modèles de données...

Terminologies, modèles de données archéologiques et thésaurus documentaires : réflexions à partir d’une typologie de céramiques

Terminologies, Archaeological Data Models and Documentary Thesauri: Reflections Based on a Ceramic Typology
Sébastien Durost, Guillaume Reich et Jean-Pierre Girard

Résumés

Les projets HyperThesau et Bibracte numérique ont donné naissance à un travail collectif centré sur l’usage du vocabulaire comme axe de l’interopérabilité des données archéologiques tout au long de leur cycle de vie. Pour ce faire, l’utilisation de la forme normalisée du thésaurus – via la plateforme Opentheso – fournit un outil déjà adapté au « Web des données ». Néanmoins, son usage a rapidement soulevé la question des différents paradigmes présidant à l’élaboration d’un vocabulaire particulier à chaque (groupe de) scientifique(s). La norme ISO 25964, conçue pour la gestion et l’interopérabilité des langages documentaires, se révèle assez souple pour comparer et relier différents « points de vue » de recherche scientifique ou documentaire, mais la mise en cohérence de ces points de vue au moyen d’alignements permettant leur interopérabilité nécessite d’interfacer différentes granularités sémantiques : le signalement des recherches, les descriptions des données brutes, une passerelle ou un « pivot » entre les deux, en mettant en œuvre une méthodologie de coopération régulée. Les défis qui restent à relever sur cette voie n’empêchent pas l’outil thésaurus d’être, d’ores et déjà, un support adapté à une interopérabilité « humain-machine-humain » complète. Une preuve de concept a été mise au point dans le cadre du projet Bibracte ville ouverte à partir d’une recherche publiée sur la céramique de ce site archéologique.

Haut de page

Texte intégral

« Tout le problème vient en fin de compte du fait qu’on tente d’appliquer un procédé graphique simple, le tableau, à l’étude des “symboles” dans les cultures orales. Il est douteux que soumettre les mots et leurs significations à un tel réductionnisme puisse être de quelque profit, même si certains ensembles peuvent mieux que d’autres s’accommoder de ce genre de traitement. Car, par ces simplifications, on produit un ordre superficiel qui est évidemment bien plus le reflet de la structure matricielle utilisée que de la structure de l’esprit (ou d’un esprit) humain, ce qui donne ces analogies générales et grossières communes à toutes les constructions de ce style. »

Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, 1979, p. 132.

  • 1 « Findable, Accessible, Interoperable, Reusable », d’où l’acronyme FAIR recouvrant la notion des FA (...)

1Cet article s’inscrit dans une série de projets que mènent ensemble, depuis quatre ans, quelques acteurs et institutions de l’archéologie, visant à mettre en discussion la démarche pour trouver, accéder, interopérer et réutiliser des données archéologiques1.

  • 2 Le projet HyperThesau (2018-2020), financé par le Labex « Intelligences des mondes urbains », prévo (...)
  • 3 Depuis 2017, Bibracte EPCC (http://www.bibracte.fr/) s’est attaché à mettre en place un programme p (...)

2Les principes en ont été exprimés en 2018 dans l’argumentaire du projet HyperThesau2 : « Dans une démarche orientée “usages”, une chaîne d’outils méthodologique, sémantique et technologique sera appliquée aux données de sites [archéologiques] urbains anciens plus ou moins massivement numérisés. En centrant la réflexion sur le rapport de l’humain-utilisateur à des “objets de savoir” archéologiques en contexte numérique, on abordera [la question du] “cycle de vie” […] des données acquises, organisées, étudiées, archivées et partagées par des professionnels, le plus souvent “avec les moyens du bord”. “HyperThesau” concevra, prototypera et testera en conditions réelles un mini-système d’information : un flux collaboratif scientifique associant méthodologie interdisciplinaire et expertise métier pour l’enrichissement sémantique et la documentarisation de données archéologiques […] ; l’articulation d’un design de base de données, d’outils logiciels et d’une architecture système pour l’enregistrement, l’interrogation, l’enrichissement et la gestion évolutive de ces données, leur archivage pérenne sur les outils l’infrastructure de recherche Huma-Num et le respect de leur interopérabilité […]. » ; ils ont été mis en pratique dans le cadre, entre autres, du projet Bibracte numérique3.

3Le vocabulaire y est immédiatement apparu comme le pivot de l’intercompréhension des travaux et de leurs comptes rendus. En effet, les seules données archéologiques réellement « brutes » sont l’unité stratigraphique ou le vestige exhumé, tel l’objet physique que l’on peut directement observer. Dans la pratique, ne sont ensuite manipulées que des « traces primaires », descriptions graphiques (minute dessinée ou orthophotographie, par exemple) ou textuelles. Or, il n’existe pas de norme ISO4 pour la représentation de la donnée archéologique, ni de consensus en tenant lieu pour les logiciels d’acquisition et de gestion des données ainsi que pour le vocabulaire utilisé, alors que la perception (donc la description) d’un fait archéologique diffère selon l’usage, l’usager et l’état du savoir donné (Bruneau 1992 ; De Luca et al. 2016, 8-10) ; si la normalisation du dessin technique en archéologie (par exemple, Feugère, Foy et Vallauri 1982), en particulier en céramique (Arcelin et Rigoir 1979), est relativement consensuelle, rien d’équivalent n’existe, au moins à l’échelle nationale, pour les termes de vocabulaire. « Lire » des libellés revient donc à les interpréter, selon différents paradigmes : paradigme référentiel (associer un libellé à un objet ou un concept correspondant), paradigme psychologique (associer un libellé à une représentation ou une image mentale) ou paradigme différentiel (mettre en relation différents libellés définis par un jeu d’identités et de différences), dans un univers sémantique dès lors à définir (Bachimont [2000, 5] se référant à la définition des trois paradigmes de Rastier, Cavazza et Abeillé [1994]).

4Pour « faire avec » cette absence de consensus normatif sur les libellés archéologiques, on peut utiliser les thésaurus documentaires dont la construction est, elle, régie par une norme (ISO 25964-1). Celle-ci fixe des règles formelles : caractéristiques d’un concept ; structure et gestion du thésaurus ; données minimales à rassembler pour répondre à la norme. Cette norme, en tant que telle, définit des règles et une syntaxe mais, bien qu’appliquée au langage, est totalement dépourvue de sémantique (Searle 1980 ; 1987, 87-90).

  • 5 Le projet Bibracte ville ouverte (2021-2022) est financé par le GIS CollEx-Persée et piloté par la (...)

5Les thésaurus les plus complets disponibles aujourd’hui sont produits par des documentalistes. Ils auraient vocation à devenir des points de repère pour les chercheurs, mais cela pose la question de l’intentionnalité collective de la démarche (de Munck 1998, à propos de la pensée de Searle 1980 ; 1987 ; 1990 ; 1995). Un dispositif sociotechnique, quel qu’il soit, rend compte dans sa mise en œuvre de choix contraints par une adaptation et une négociation entre, d’une part, les possibilités et limites de la technologie mobilisée, d’autre part, les objectifs de service portés par ses opérateurs, et enfin, les besoins ou demandes d’usage des utilisateurs finaux : l’organologie du dispositif influe sur les capacités des acteurs (Stiegler 1994 ; 2014). Pour la création d’index bibliographiques structurés par la logique formelle de la norme ISO 25964-1, toute l’attention des opérateurs a été focalisée, dans leur mise en œuvre, sur la différenciation intralinguistique (Bachimont 2000, 9) des libellés, ainsi transmutés en concepts non ambigus dans un thésaurus arborescent (Maroye 2015, 76-78). Ce modèle organologique des thésaurus bibliographiques est-il mobilisable pour un vocabulaire « orienté recherche » et, si oui, comment ? Cette question est l’un des enjeux du projet Bibracte ville ouverte5.

Des besoins sémantiques spécifiques pour l’archéologue

6L’interopérabilité des vocabulaires archéologiques créés par et pour la recherche est complexe car ces derniers sont multiples et reflètent la diversité des problématiques de recherche, leur évolution et la variabilité des corpus sollicités. L’archéologue organise et rend compte des données matérielles brutes qu’il appréhende en mobilisant des connaissances accumulées au sein de la communauté scientifique. Selon la nature de sa problématique, il sélectionne et observe plus particulièrement tels ou tels paramètres intrinsèques de son objet d’étude, qui lui semblent pertinents pour son travail général de modélisation de la connaissance. Il utilise les plus petites unités descriptives congruentes pour rendre compte de ce qu’il observe sur le terrain ou sur le mobilier, puis les hiérarchise en fonction de la résolution ou granularité de sa problématique initiale. Son échelle d’observation – dépendante du corpus traité – oscille entre objectivité et subjectivité, avec le souci permanent d’être à l’épreuve des faits archéologiques. La concaténation et l’agglomération des différentes caractéristiques repérées (paradigme différentiel, cf. supra) lui permettent alors de comprendre et de construire un type, c’est-à-dire une unité taxinomique caractérisée par une définition univoque (textuelle et généralement associée à une ou des représentations iconographiques idoines). Toutes ces informations sont synthétisées par l’archéologue dans des typochronologies (inscription des types sur une échelle temporelle) lui servant d’appui pour produire un discours sur les sociétés humaines passées.

7Le soubassement scientifique de la recherche archéologique implique de ne jamais se départir du contexte observable. C’est tout le paradoxe de cette discipline, qui propose des modèles de représentation du monde s’appuyant sur des contextes d’étude toujours différents et des points de vue variés, c’est-à-dire des paradigmes variables selon le lieu et le moment de leur mobilisation. Cela renvoie à la question de la validité temporelle et spatiale de la définition d’un concept : l’augmentation du volume des découvertes archéologiques et l’évolution des raisonnements obligent la communauté scientifique à une sempiternelle réactualisation. À mesure que les corpus s’étoffent et que les connaissances progressent, les définitions changent. Certaines connaissances ou notions archéologiques se précisent en granularité, d’autres sont abandonnées et de nouvelles sont créées, suivies simultanément par l’actualisation du vocabulaire en vigueur. À des fins épistémologiques et historiographiques, il faut pouvoir rendre compte de l’état de la recherche ; c’est pour cette raison que les vocabulaires et typologies doivent impérativement être contextualisés, millésimés et rester durablement accessibles.

  • 6 Beaucoup d’études céramologiques récentes s’articulent autour de trois critères : technique (= caté (...)
  • 7 Dicocer, dictionnaire des céramiques antiques de Méditerranée occidentale (coordination : Michel Py (...)

8Par exemple, des céramologues à Bibracte (Barrier et Luginbühl 2021) parlant d’une céramique comme appartenant à la forme « assiette », au type « A15 » et à la catégorie « PGFINLF » mobilisent de facto des critères implicites. Pour eux, une catégorie céramique informe aussi bien sur la couleur de la pâte, la composition minéralogique de la terre, l’origine des matières premières entrant dans sa fabrication, le traitement thermochimique de l’argile ou le mode de façonnage de la poterie. Une forme et un type céramiques, quant à eux, les renseignent sur un contexte chronoculturel, les données métriques de l’artéfact, les différences morphologiques et la fonction de l’objet. Par le mot « assiette », ces céramologues désignent une « assiette/plat », c’est-à-dire dans leur cas une forme basse, ouverte, de hauteur généralement inférieure au quart du diamètre, permettant de servir et présenter des aliments. Par l’information « A15 », ils précisent qu’il s’agit d’un plat à paroi concave, à lèvre arrondie épaissie en bandeau, et qu’il s’agit d’une imitation de la forme « R-Pomp 16 » (plat à engobe interne italien, décrit dans Goudineau 1970, fairpl. 1, no 1 ; Beltrán Lloris 1990, no 926 ; et le Dicocer7). Ils indiquent que ses premières occurrences apparaissent vers 60 avant notre ère, deviennent plus fréquentes à partir de 50 avant notre ère et connaissent un floruit à partir de 30 avant notre ère jusqu’à la fin de l’époque augustéenne. La catégorie « PGFINLF », acronyme désignant une céramique à pâte grise fine et surface lissée fumigée, renseigne sur la surface – parois lissées, assez ou peu luisantes, de couleur gris foncé ou noire, présentant des types de décors variés (imprimés, imprimés à la molette, polis) –, sur la pâte – siliceuse, fine, dure, gris moyen –, sur le montage – tournage et tournassage –, sur un répertoire d’attribution – vaisselle de table et de stockage d’appoint –, sur l’origine locale et sur son contexte chronologique de production – dès avant 120 avant notre ère jusqu’au début du ier siècle de notre ère. Par ailleurs, toutes ces notions servant à caractériser la morphologie et la composition d’un artéfact céramique renvoient ici implicitement, par un jeu de mise en abîme, à d’autres notions convoquées par le spécialiste – « fumigée », « grise », « fine », « stockage d’appoint », etc. – dont le périmètre n’a pas été systématiquement circonscrit par des critères mesurables (quantification et reproductibilité) et clairement explicités.

Le thésaurus Pactols et le gestionnaire de thésaurus Opentheso

9Dans sa pratique, l’archéologue manipule en permanence un faisceau d’indices convergents formant des définitions restituées dans des publications spécialisées dont la bibliothèque de Bibracte détient un fonds important. Le projet Bibracte ville ouverte ambitionne de créer un portail Internet pour les ressources en ligne de Bibracte, valorisant le catalogue de sa bibliothèque et favorisant l’accès aux différentes formes de diffusion des résultats de son programme de recherche – données, rapports et publications. Dans une optique de mutualisation des moyens et des compétences, le Catalogue collectif indexé (CCI) du partenaire GDS Frantiq8 (Nouvel et Rousset 2015) s’est imposé. Seul index bibliographique national interétablissements réservé à l’archéologie, il a été mobilisé pour exposer le catalogue de la bibliothèque de Bibracte.

  • 9 Le thésaurus Pactols (https://pactols.frantiq.fr) est organisé en six domaines et une liste dont le (...)
  • 10 Créé en 2005 à la demande de Frantiq pour la gestion de Pactols et développé sous la direction de M (...)
  • 11 La norme internationale ISO 25964 est publiée en deux parties : ISO 25964-1 / Thésaurus pour la rec (...)

10L’indexation du CCI est organisée grâce au thésaurus Pactols9 (Nouvel 2019 ; Nouvel, Humbert et Sinigaglia 2019), administré avec le gestionnaire de thésaurus multilingue et multihiérarchique Opentheso10, diffusé en open source. Outil générique proposé dans la grille de services de l’infrastructure de recherche Huma-Num, ce gestionnaire offre une grande souplesse d’utilisation, facilite l’alignement entre thésaurus et permet l’interconnexion et l’alignement à tous les niveaux hiérarchiques de ses arborescences terminologiques. Opentheso comme Pactols se fondent sur la norme ISO 2596411 (Hudon 2012), dont le premier volet a été mobilisé par Bibracte pour rendre compte de son vocabulaire spécialisé.

L’application de la norme ISO 25964-1 pour l’archéologie

  • 12 Une autre tentative de structuration selon la norme ISO 25964 d’un vocabulaire de la recherche (mob (...)

11L’archéologue a besoin d’exposer la singularité et la richesse de son espace sémantique, mais aussi de pouvoir accéder aux raisonnements de ses pairs par le biais d’un vocabulaire allant du plus général au plus précis selon les cas12. Le documentaliste, quant à lui, doit rendre compte par l’indexation de l’enrichissement constant des connaissances, ce qui l’oblige à compléter régulièrement le vocabulaire servant à l’indexation, avec le souci permanent de sélectionner et d’organiser les termes de signalement les plus pertinents en évitant d’empiler des vocabulaires et des espaces sémantiques spécifiques, et en en produisant, au contraire, une synthèse. Ces deux approches sont essentielles et complémentaires, mais leur articulation a été peu envisagée jusqu’à présent.

12Pour participer à l’enrichissement du vocabulaire d’indexation de Pactols, un prototype d’arborescence explicitant les besoins sémantiques spécifiques de l’archéologue a été formalisé et décrit dans un thésaurus nommé Bibracte_Thesaurus13. Cette expérimentation a permis de comprendre que les deux approches – celle de l’archéologue et celle du documentaliste – sont irréductibles l’une à l’autre, en raison d’une intentionnalité d’usage différente de la norme ISO 25964-1 : pour rendre compte du vocabulaire de l’archéologue, il a fallu recourir à une lecture adaptée de la norme ISO 25964-1 où le concept placé au sein d’une arborescence est la somme d’un identifiant, d’une définition et d’un terme préféré :

  • L’identifiant (usuellement nommé URI, pour Uniform Resource Identifier14) est une courte chaîne de caractères permettant d’identifier une ressource de manière permanente sur un réseau physique ou abstrait, et dont la syntaxe respecte une norme d’Internet mise en place pour le World Wide Web. Dans Opentheso, l’URI est construit en partie sur l’IdArk (Archival Resource Key), un format facilitant l’identification de tous types de ressources (physiques, numériques ou même immatérielles) et dont le but est de fournir des identifiants uniques, pérennes et adaptés aux besoins des producteurs et diffuseurs de données sur le Web.

  • La définition est la concrétion d’indices convergents permettant à l’archéologue de préciser la notion qu’exprime le concept, à partir de plusieurs critères intrinsèques induits par son objet d’étude, son expérience, sa problématique et son contexte. Ces indices sont des données archéologiques (tableaux d’inventaire, analyses physicochimiques, mesures, relevés planimétriques, etc.), des connaissances mobilisées par les chercheurs ou encore des représentations ou modélisations (icono)graphiques (dessins, photographies, schémas, plans, etc.) de ce corpus. Ces données peuvent être synthétisées directement dans la définition ou être atteintes sous forme de ressources externes. La définition est essentielle et doit être sourcée (généralement par une référence bibliographique) pour être contextualisée.

  • Le terme préféré (en langage Skos15 : prefLabel) est utilisé pour se référer de manière non ambiguë à une définition. C’est le descripteur d’une indexation et le libellé qui apparaît à l’affichage. C’est lui qui permet l’alignement vers des thésaurus externes. Le synonyme (en langage Skos : altLabel) est une variante du terme préféré.

13Un exemple d’application est détaillé dans les pages qui suivent.

14Dans cette approche, c’est la définition associée au terme préféré qui permet de différencier et de hiérarchiser les concepts pour rendre compte du raisonnement par deux types de relations :

  • Les relations hiérarchiques se répartissent entre concept générique (niveau supérieur du concept consulté) et concept spécifique (niveau inférieur du concept consulté).

  • Les relations associatives permettent de réunir des concepts qui ne sont pas liés hiérarchiquement dans une arborescence, mais dont la mise en commun est pertinente. Pour associer deux concepts, la norme veut que l’un soit un élément nécessaire à la définition de l’autre. Les relations associatives sont réciproques.

15L’ensemble de ces relations forme un graphe répertoriant et contextualisant des ensembles de concepts, qu’ils soient publiés ou usuellement employés par les archéologues (référentiel archéologique), et traduisant un état du savoir, par nature situé dans le temps et millésimé, dans une branche du Bibracte_Thesaurus.

Formalisation du thésaurus : l’exemple de la céramique de Bibracte

16La publication de référence relative à l’étude de la céramique du site archéologique de Bibracte (Barrier et Luginbühl 2021) utilise un minimum de cinq concepts pour rendre compte dans la norme ISO 25964-1 des aspects mobilisés par les céramologues pour produire une description complète d’un artéfact, par exemple un tesson d’assiette A15 en pâte grise fine et surface lissée fumigée (PGFINLF). Quatre d’entre eux classent l’artéfact selon des critères spécifiques définis (forme, type, catégorie, chronologie) dont la concaténation forme la description chronomorphologique de l’objet. Le cinquième concept source les définitions de ces critères spécifiques en renvoyant à un référentiel millésimé (référence bibliographique ou numérique).

17Les cinq concepts mobilisés sont construits et contextualisés de la façon suivante :

Concept no 1 : forme (https://ark.mom.fr/​ark:/39676/​bib25gwqwnprh/​)

Assiette (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr)
Définition
Forme basse, ouverte, de hauteur inférieure au quart du diamètre. Diamètre compris entre 15 et 25 cm. Pied annulaire.
Catégories : importations, céramiques de tradition méditerranéenne et céramiques fines régionales.
Origine culturelle : méditerranéenne.
Fonctions présumées : servir et présenter les aliments.
(Source : Barrier, Luginbühl 2021)

Concept no 2 : type (https://ark.mom.fr/​ark:/39676/​bibfw9cn2fg4r, voir figure 1)

Assiette A15 (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr)
Définition
Plat à paroi concave, lèvre arrondie épaissie en bandeau. Imitation de R-Pomp 1 (plat à engobe interne italien).
(Source : Barrier, Luginbühl 2021)

Concept no 3 : catégorie (https://ark.mom.fr/​ark:/39676/​bibrbqbp0019d)

PGFINLF (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr)
Définition
Céramique à pâte grise fine et surface lissée fumigée.
Surface : Parois lissées, assez ou peu luisantes (sauf intérieur des formes fermées), gris foncé ou noires. Types de décors variés (imprimés, imprimés à la molette, polis).
Pâte : Siliceuse, fine, dure, gris moyen.
Montage : Tournage et tournassage.
Répertoire : Vaisselle de table et de stockage d’appoint. Assiettes, plats, écuelles, coupes, bols, gobelets, pots, bouteilles, tonnelets, rares cruches.
Origine : Régionale.
Chronologie : Production probable dès avant 120 av. n. è. jusqu’au début du ier s. de n. è.
(Source : Barrier, Luginbühl 2021)

Concept no 4 : chronologie (https://ark.mom.fr/​ark:/39676/​bib2q5s0bw54c)

Étape 1 céramique : 120/110 à 90/80 av. n. è. (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr)
Définition
Marqueurs de la céramique
 :
Importations méditerranéennes principalement représentées par des campaniennes A et B, ainsi que des gobelets italiens à parois fines (Mayet I et II). Rares bols hellénistiques à reliefs.
Productions d’influence méditerranéenne constituées de cruches à col large (Gaule méridionale ou rhodanienne) et d’imitations de pichets de type ampuritain (Auvergne septentrionale ?).
Faciès des fines régionales caractérisé par des bouteilles peintes à fond blanc et décor de cervidés, des tonnelets peints à fond lie-de-vin, parfois orné de pastilles en réserve, ainsi que des productions « grises fines » diversifiées (groupes à surface brune, à cœur rouge, à surface lustrée et à surface lissée fumigée).
Productions mi-fines encore rares (proportions aux alentours de 10 %), alors que les grossières constituent entre environ 40 % et 50 % des ensembles.
(Source : Barrier, Luginbühl 2021)

Concept no 5 : référentiel (https://ark.mom.fr/​ark:/39676/​bibd9q291x45d)

Vaisselle céramique (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr)
Note éditoriale
Ce thésaurus rend compte de la description et la datation (entre 120/110 av. n. è. et 15 de n. è.) des 45 catégories techniques et groupes de production, comme celles des quelque 350 types morphologiques de céramiques répertoriées sur le site archéologique de Bibracte (près de 300 000 éléments enregistrés dans la base de données du site), dont la synthèse est publiée dans : BARRIER (S.), LUGINBÜHL (T.), BARRAL (P.) coll. – La vaisselle céramique de Bibracte. De l’identification à l’analyse. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2021. (Bibracte, 31 ; ISSN : 1281-430X ; ISBN : 978-2-490601-07-3), 318 pages, 177 illustrations.
Premier élément date et référence bibliographique : Barrier, Luginbühl 2021 : Barrier (S.), Luginbühl (T.) – La vaisselle céramique de Bibracte. De l’identification à l’analyse. Glux-en-Glenne : Bibracte, 2021. 318 p., 177 ill. (Bibracte ; 31).
Mots-clefs de l’ouvrage : Celtes ; Eduens ; Bibracte ; céramique (matériau) ; vaisselle ; La Tène ; IIe siècle av. J.-C. ; Ier siècle av. J.-C. ; Ier siècle ; récipient ; vie quotidienne ; alimentation ; artisanat
Les illustrations du référentiel « Barrier, Luginbühl 2021 » présentées dans ce thésaurus peuvent être téléchargées individuellement à partir de chaque concept spécifique convoqué, ou intégralement en suivant ce lien : https://nakala.fr/​10.34847/​nkl.89b20d19.

Figure 1. Interface du Bibracte_Thesaurus avec l’exemple du concept « Assiette A15 (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) »

Figure 1. Interface du Bibracte_Thesaurus avec l’exemple du concept « Assiette A15 (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) »

Image produite par les auteurs

18Le référentiel « Vaisselle céramique (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) », transposition numérique sous forme de thésaurus d’une partie du contenu d’une ressource bibliographique millésimée, permet l’accès libre et permanent à la définition et à la datation des 53 catégories, des 25 formes et des 423 types de céramiques répertoriés à ce jour sur le site pour la période d’occupation de l’oppidum de Bibracte, donnant un plafond théorique de 22 419 combinaisons (53 catégories × 423 types répartis en 25 formes). Il témoigne d’une réalité archéologique matérielle riche (plus de 300 000 éléments enregistrés dans la base de données du site) et génère des concepts de granularité fine, équilibrés selon une logique construite par l’usage. Il reflète la problématique initiale des auteurs : fournir les clés de l’identification d’un tesson grâce à l’observation et à l’expérience du céramologue, du plus spécifique (le tesson) au plus générique (un groupe de tessons partageant les mêmes propriétés), dans le cadre de l’élaboration d’une classification morphotypologique. Par la suite, dans un contexte informationnel, les concepts seront présentés du plus générique au plus spécifique : « Céramique tournée (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » > « Céramique tournée lissée (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » > « Céramique lissée tournée à pâte sombre/grise (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » > « PGFINLF (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » ; les définitions, construites sur une réalité matérielle tangible, garantissent la compréhension du libellé (prefLabel et altLabel) de chacun des concepts.

Discussion

19La norme ISO 25964-1 fournit un cadre structurel utile à l’archéologue pour créer son vocabulaire, organiser une approche pédagogique de sa nomenclature et l’outiller pour la comparaison de sa terminologie avec les champs lexicaux développés par d’autres chercheurs. Les règles et les contraintes formelles de la norme, comme l’impossibilité de produire deux termes strictement identiques ou la hiérarchisation depuis une nomenclature générique vers un vocabulaire de fine granularité, deviennent des outils efficaces pour traquer et décrire les critères implicites du raisonnement et progresser rigoureusement vers une approche systématique et explicite. Par ailleurs, la vue arborescente du thésaurus sur Opentheso, des termes les plus génériques vers les concepts les plus spécifiques, favorise l’exploration du sujet, notamment lorsque l’archéologue cherche à s’imprégner des univers sémantiques et des paradigmes de ses collègues.

20L’exemple de la céramique de Bibracte montre qu’il est possible de formaliser un vocabulaire « orienté recherche » dans la norme ISO 25964-1 en respectant ses règles. Cependant, la spécificité de l’intentionnalité de ce vocabulaire (c’est-à-dire dans ce cas précis l’identification d’un tesson) a conduit à s’écarter de l’application usuelle (documentaire) de cette norme, en privilégiant la définition plutôt que les libellés (prefLabel et altLabel) d’un concept. Cette approche, dans laquelle le terme isolé (décontextualisé) n’a pas sa place, a pour conséquence logique l’évolutivité du thésaurus par l’enrichissement itératif de ses définitions, induisant potentiellement le déplacement du concept dans l’arborescence. L’outil thésaurus rend ici compte des connaissances produites par la recherche et nécessaires à l’activité scientifique. A contrario, les thésaurus documentaires singularisent un terme descripteur (prefLabel) et ses variantes (altLabel) pour obtenir un concept non ambigu figé dans une arborescence stable répondant aux contraintes du multilinguisme et de l’accessibilité par tout usager. Mais sans sa définition, le concept est réduit à une simple « information », entendue ici à la fois comme facteur d’organisation et comme messager (Shannon et Weaver 1949, 33-35) ; en contrepartie, la structuration tend alors vers la pérennité. Ces deux approches qui semblent inconciliables peuvent-elles se rejoindre dans le cadre d’un alignement entre thésaurus ?

21Une tentative d’alignement entre les deux modèles organologiques a été opérée, en rapprochant via l’exemple de la céramique, le vocabulaire en usage à Bibracte avec le thésaurus d’indexation bibliographique Pactols. Cette tentative a rencontré plusieurs difficultés.

  • 16 Équivalence exacte entre deux concepts.

22Ainsi, le concept du Bibracte_Thesaurus dont le prefLabel est « CAMPA (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » (avec pour altLabel « céramique à vernis noir campanienne A ») et dont la définition est « Céramique à vernis noir campanienne A. Surface : Vernis noir, luisant (parfois légèrement métallescent), adhérant bien. Pâte : Calcaire, fine, dure, rose saumon. Montage : Tournage et tournassage. Répertoire : Vaisselle de table. Assiettes, plats, coupes et bols principalement. Origine : Campanie. Chronologie : Catégorie surtout caractéristique du IIe s. av. n. è., dont la production chute dès le début du siècle suivant. (Source : Barrier, Luginbühl 2021) » trouve dans le thésaurus d’indexation bibliographique Pactols un alignement avec le concept dont le prefLabel est « céramique campanienne A (fr) » (sans altLabel ni définition). Seules la définition du concept et la présence bienvenue d’un altLabel sur le Bibracte_Thesaurus coïncidant avec le prefLabel de Pactols autorisent à proposer un alignement entre ces deux libellés. L’alignement que nous avons effectué en exactMatch16 n’est cependant pas satisfaisant, car il fait implicitement référence à plusieurs critères intrinsèques induits par l’objet d’étude et son contexte, l’expérience et la problématique de l’archéologue.

23Par ailleurs, l’exemple d’un tesson d’assiette A15 en pâte grise fine et surface lissée fumigée (PGFINLF), pour lequel la description complète mobilise cinq concepts (forme, type, catégorie, chronologie et référentiel) dont la formulation linguistique est encore nourrie d’implicite, révèle le besoin d’un espace sémantique intermédiaire à l’interface entre un vocabulaire « orienté recherche » et un vocabulaire d’indexation bibliographique, car les deux modèles sont loin d’être systématiquement raccordables. En effet, le concept « Assiette (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » peut être aligné avec le terme préféré « Assiette (fr) » sur Pactols, mais la définition de ce dernier concept y est plus générique (ou dissemblable) : « Récipient ouvert à parois fortement évasées dont le diamètre à l’ouverture (inférieur ou égal à 23/24 cm environ) est égal ou supérieur à cinq fois la hauteur (Balfet, Fauvet-Berthelot et Monzon 1989, p. 10). Récipient de forme générale très évasée avec un large marli et une base légèrement marquée, dont le diamètre d’ouverture est supérieur à 5 fois la hauteur (ICÉRAMM 2021) ». Pourquoi ? Parce qu’elle s’appuie elle-même sur deux autres typologies d’auteurs, très proches sans être semblables à celle en usage à Bibracte (différences sur le diamètre ou le rapport diamètre/hauteur) ; on remarquera d’ailleurs que les deux typologies mobilisées ne disent pas exactement la même chose.

  • 17 Dans l’exemple où A est un concept générique et B est un concept spécifique, le concept A permet de (...)

24Dans ces deux cas apparemment opposés, c’est l’écart ou la tentative de résorber l’écart entre deux pratiques irréductibles l’une à l’autre qui empêche un alignement satisfaisant (exactMatch) et suggère au contraire le recours à des relations hiérarchiques, où le concept du Bibracte_Thesaurus est un broadMatch du prefLabel de Pactols (ce dernier devant idéalement émettre en retour un lien inverse en narrowMatch17). Le terme préférentiel « Assiette A15 (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) », qui ne permet aucun alignement pertinent (le raccord le moins frustrant pourrait se faire sur le prefLabel « Assiette (fr) »), révèle quant à lui l’ampleur de l’espace sémantique intermédiaire manquant, car c’est dans la granularité fine des détails que réside l’essentiel de l’information typochronologique pour l’archéologue.

25La catégorie « PGFINLF (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » a, quant à elle, nécessité la création artificielle d’un terme de regroupement dans le Bibracte_Thesaurus, en l’occurrence « [Céramique à pâte grise] » – qui ne renvoie à aucune notion définie explicitement par les producteurs du référentiel « Vaisselle céramique (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » –, pour autoriser un lien vers le concept générique « Céramique à pâte grise (fr) » sur Pactols. Dans le même registre, la portée chronologique contenue dans le concept « Étape 1 céramique : 120/110 à 90/80 av. n. è. (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) » ne trouve aucun écho sur le thésaurus Pactols, sauf à envisager un alignement sur « iie siècle av. J.-C. (fr) » ou « ier siècle av. J.-C. (fr) » qui ne renvoient pas à la même réalité.

26Les obstacles en matière d’alignement entre les deux systèmes de pensée et de pratique soulignent le besoin d’un espace sémantique faisant office de « pivot », susceptible de générer une forme de consensus. Ce qui semble n’être qu’un impératif contraignant dicté par les besoins de l’alignement, à savoir la création de termes de regroupement, pourrait finalement devenir le début d’une méthode bénéfique d’enrichissement des thésaurus archéologiques de haut niveau fondée sur une réalité matérielle plus proche du terrain. La constitution d’un tel pivot soulève bien sûr des questions méthodologiques, notamment par son impact sur le choix, la définition et la structuration des concepts. Ce niveau de normalisation sémantique doit être construit dans un dispositif de coopération régulée qui associe un ou des locuteurs de la langue du domaine, spécialistes experts (en l’espèce : des archéologues), et un ingénieur de la connaissance maîtrisant l’usage de la norme, dont le rôle n’est pas celui d’arbitrer des choix mais d’être un facilitateur méthodologique de l’élaboration d’une sémantique réellement collégiale (Bachimont 2000, 6).

27Pour se rapprocher des alignements exacts (exactMatch) qui sont aujourd’hui la condition sine qua non d’une interopérabilité machine à machine entre ces deux familles de thésaurus, la voie choisie par HyperThesau consiste à contribuer à la construction de ce thésaurus pivot, conçu comme un outil de médiation entre des vocabulaires « locaux » ou idiolectes scientifiques et les vocabulaires plus généraux des référentiels pérennes, extérieurs à la communauté disciplinaire mais ouverts sur le Web sémantique, dotés des moyens et d’une autorité compatibles avec leur vocation universelle (Perrin et al. 2020, 2021).

28Cette voie n’est pas sans soulever un redoutable défi : l’espace d’incertitude inhérent à la prise en compte de ces « points de vue » scientifiques proches et néanmoins distincts. Un précédent inspirant existe néanmoins : le référentiel PeriodO18 organise, non pas des concepts de « périodes » in abstracto, mais des définitions sourcées de périodes associées à un intervalle de dates et à une zone géographique précis par un travail de recherche identifié, ce qui rend cette incertitude calculable et permet l’organisation automatisée des « points de vue » chronologiques. La prise en compte d’incertitudes linguistiques supposera sans doute de les rendre pareillement calculables, donc de faire appel, peu ou prou, à des outils d’intelligence artificielle (IA) appliqués tant à la structuration des concepts (graphes) qu’au contenu sémantique de leurs définitions et à l’analyse des objets graphiques associés.

29L’apport bénéfique de l’IA n’est envisageable qu’à condition de constituer les réservoirs de données qui fournissent son carburant. Pour cela, trouver, accéder, interopérer et réutiliser les données archéologiques dans ce réservoir est le premier défi, que l’on ne peut relever qu’à la condition de rendre cette opération accessible en mettant au point une méthode que tous les archéologues pourront s’approprier.

Remerciements. Les auteurs remercient :
– Miled Rousset, qui a créé, maintient et améliore quotidiennement le gestionnaire de thésaurus Opentheso, pour sa disponibilité et l’aide incomparable qu’il leur a apportée, dans le cadre de l’expérimentation et des développements dont cet article rend compte ;
– Emmanuelle Perrin, dont le travail sur le thésaurus du projet HyperThesau a aidé notre réflexion actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Arcelin, Patrice et Yves Rigoir. 1979. « Normalisation du dessin en céramologie. Résultats de la table ronde de Montpellier réunie le 7 avril 1976 ». Documents d’archéologie méridionale 1. http://www.archeolandes.com/documents/ceramologie.pdf.

Bachimont, Bruno. 2000. « Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’ontologies en ingénierie des connaissances ». Dans Ingénierie des connaissances. Évolutions récentes et nouveaux défis, édité par Jean Charlet, Manuel Zacklad, Gilles Kassel et Didier Bourigault. Paris : Eyrolles. https://www.utc.fr/~bachimon/dokuwiki/_media/fr/ontologie-icbook.pdf.

Balfet, Hélène, Marie-France Fauvet-Berthelot et Susana Monzon. 1989. Lexique et typologie des poteries. Pour la normalisation de la description des poteries. Paris : Presses du CNRS.

Barrier, Sylvie et Thierry Luginbühl. 2021. La Vaisselle céramique de Bibracte. De l’identification à l’analyse. Glux-en-Glenne : Bibracte. https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=731963.

Beltrán Lloris, Miguel. 1990. Guia de la ceramica romana. Zaragoza : Pórtico.

Bruneau, Philippe. 1992. « Le statut archéologique de la trace ». RAMAGE 10 : 87-93. http://anthropologiedelart.org/ramage/Archives%20Ramage/Ramage%2010.pdf.

De Luca, Livio, Marie-Françoise Andrée, Helena Devillers, Jean-Pierre Girard, Bertrand Jouve, Pascal Lievaux, Françoise Le Mort et Karine Zeitouni. 2016. « Patrimonialisation du numérique et numérisation du patrimoine, regards croisés ». Paris : Mission pour l’interdisciplinarité, CNRS. http://www.map.cnrs.fr/BlackWhite/Confer/2016Patrimoine_numeriquevf.pdf.

Feugère, Michel, Danièle Foy et Lucy Vallauri. 1982. « Normalisation du dessin en archéologie : le mobilier non céramique (métal, verre, os, bois, terre cuite). Résultats de la table ronde de Valbonne réunie le 12 juin 1980 au Centre de recherches archéologiques ». Documents d’archéologie méridionale 2. https://artefacts.mom.fr/Publis/Feugère,%20Foy,%20Vallauri_1982_[Normalisation_du_dessin].pdf.

Goudineau, Christian. 1970. « Note sur la céramique à engobe interne rouge-pompéien (« Pompejanisch-roten platten ») ». Mélanges de l’École française de Rome 82 (1) : 159-186. https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1970_num_82_1_8873.

Goody, Jack. 1979 [1977]. La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Les Éditions de minuit.

Hudon, Michèle. 2012. « ISO 25964 : pour le développement, la gestion et l’interopérabilité des langages documentaires ». Documentation et bibliothèques 58 (3) : 130-140. https://doi.org/10.7202/1028903ar.

ICÉRAMM. 2021. « Information sur la Céramique Médiévale et Moderne. Répertoire des formes : Franche-Comté ». Réseau ICÉRAMM. https://iceramm.huma-num.fr/pdf_forme.php?region=4.

Maroye, Laurence. 2015. « ISO 25964 : de la distinction formelle concept/terme préconisée par la norme pour la création et la gestion des thésaurus ». I2D – Information, données et documents 52 (1) : 72-80. https://doi.org/10.3917/i2d.151.0072.

Munck, Jean (de). 1998. « L’institution selon John Searle ». Dans Institutions et Conventions. La réflexivité de l’action économique, édité par Robert Salais, Élisabeth Chatel et Dorothée Rivaud-Danset, 173-198. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.10576.

Nouvel, Blandine. 2019. « Le thésaurus PACTOLS, système de vocabulaire contrôlé et partagé pour l’archéologie ». Archéologies numériques 3 (1), Proceedings of the session no III-3 (CA) of the XVIIIth UISPP Congress, Paris, June 2018. https://doi.org/10.21494/ISTE.OP.2019.0356.

Nouvel, Blandine, Véronique Humbert et Évelyne Sinigaglia. 2019. « PACTOLS the French Terminological Repository for Archaeology ». Poster présenté à la conférence Linked Pasts 5 : back to the (re)sources, Bordeaux, 11-13 décembre. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02421873.

Nouvel, Blandine et Miled Rousset. 2015. « Frantiq : faciliter l’interconnexion des données de la recherche en archéologie et sciences de l’Antiquité ». Poster présenté au colloque Humanités numériques et Antiquité, Grenoble, 2-4 septembre. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01212703.

Perrin, Emmanuelle. 2021. « Thésaurus et interopérabilité des données archéologiques : le projet HyperThesau ». Humanités numériques 4. https://doi.org/10.4000/revuehn.2384.

Perrin, Emmanuelle, Jean-Pierre Girard, Sébastien Durost et Marie-Odile Rousset. 2020. « Thésaurus et terminologies aux sources de l’interopérabilité des données archéologiques ». Dans Actes de l’Atelier DAHLIA. Digital Humanities and Cultural Heritage: Data and Knowledge Management and Analysis. Conférence EGC, Bruxelles, 28 janvier, édité par Claudia Marinica, Fabrice Guillet, Florent Laroche et Julien Velcin, 19-21. Association EGC. https://www.egc.asso.fr/wp-content/uploads/egc2020_atelier_Dahlia.pdf.

Rastier, François, Marc Cavazza et Anne Abeillé. 1994. Sémantique pour l’analyse. Paris : Masson.

Searle, John Rogers. 1980. « Minds, brains and programs ». Behavioral and Brain Sciences 3 (3) : 417-457. https://doi.org/10.1017/S0140525X00005756.

Searle, John Rogers. 1987. « Esprits, cerveaux et programmes ». Quaderni 1 : 65-96. trad. : Éric Duyckaerts. https://doi.org/10.3406/quad.1987.2097.

Searle, John Rogers. 1990. « Collective intentions and actions ». Dans Intentions in Communication, édité par Philip R. Cohen, Jerry Morgan et Martha E. Pollack, 401-415. Cambridge : MIT Press. https://web.media.mit.edu/~cynthiab/Readings/searle-90.pdf.

Searle, John Rogers. 1995. The Construction of Social Reality. New York : The Free Press. https://epistemh.pbworks.com/f/6.+The+Construction+of+Social+Reality+(SCAN).pdf.

Shannon, Claude Elwood et Warren Weaver. 1949. The Mathematical Theory of Communication. Champaign : University of Illinois Press.

Stiegler, Bernard. 1994. La Technique et le Temps. Tome 1 : La Faute d’Épiméthée. Paris : Éditions Galilée.

Stiegler, Bernard. 2014. Digital studies. Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. Limoges : FYP Éditions.

Haut de page

Notes

1 « Findable, Accessible, Interoperable, Reusable », d’où l’acronyme FAIR recouvrant la notion des FAIR data ou données FAIR. Ces principes recouvrent, dans le contexte de l’accessibilité d’Internet, des données de la recherche et des sciences ouvertes (et de manière générale du partage et de l’ouverture des données), les manières de construire, stocker, présenter ou publier des données de manière à ce qu’elles soient « faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables ».

2 Le projet HyperThesau (2018-2020), financé par le Labex « Intelligences des mondes urbains », prévoyait la constitution de « microthésaurus pivots » pour l’archéologie, issus des pratiques métier infradisciplinaires des équipes de recherche et alignés sur les grands référentiels du Web sémantique (Library of Congress Subject Headings, data.bnf.fr, IdRef, etc.). L’approche envisagée reposait, en outre, sur la création d’une architecture informatique nouvelle (le « lac de données ») susceptible d’ingérer, de stocker et d’analyser une grande masse de documentation, quels que soient les formats utilisés. À titre de preuve de concept, un premier microthésaurus « Prospection et techniques de la géophysique » a été publié sur la plateforme de référence Opentheso (Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux) : https://ark.mom.fr/ark:/76609/arcbvn2dd9cdw/.

3 Depuis 2017, Bibracte EPCC (http://www.bibracte.fr/) s’est attaché à mettre en place un programme pluriannuel (2018-2021) de développement d’outils numériques pour ses différents métiers et les différentes catégories de ses usagers (archéologues, étudiants, chercheurs et grand public), dans une perspective d’approche intégrée, d’expérimentation et de partage d’expérience avec d’autres acteurs de l’archéologie. Le programme a été construit autour de quatre projets pour intégrer les possibilités offertes par les humanités numériques : diffusion de la connaissance par une médiation numérique, équipement numérique des chantiers de fouille, chaîne de production de la connaissance archéologique et prototypage d’une démarche pour trouver, accéder, interopérer et réutiliser des données archéologiques.

4 ISO : International Organization for Standardization, https://www.iso.org.

5 Le projet Bibracte ville ouverte (2021-2022) est financé par le GIS CollEx-Persée et piloté par la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement Claude-Nicolas Ledoux (UAR 3124, Besançon), en partenariat avec l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur, Bibracte EPCC (Établissement public de coopération culturelle, Glux-en-Glenne), Frantiq (Fédération et ressources sur l’Antiquité, GDS 3378, Nanterre), la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux (FR 3747, Lyon), le laboratoire ArAr (Archéologie et archéométrie, UMR 5133, Lyon) et le laboratoire Archéorient (UMR 5138, Lyon).

6 Beaucoup d’études céramologiques récentes s’articulent autour de trois critères : technique (= catégories), morphotypologie (= formes et types) et fonction. La fonction d’une céramique n’est pas entendue comme une caractéristique intrinsèque de sa morphotypologie d’appartenance, mais relevant davantage d’appréciations complémentaires, comme la tracéologie, l’analyse des caramels alimentaires, etc. Ici, la désignation de l’assiette A15 comme une « assiette/plat » soulève une ambiguïté, puisque la fonctionnalité de la céramique est précisée et déduite à partir d’un « plat à engobe interne italien », le R-Pomp 1, décrit par ailleurs comme une « écuelle » ; le plat pouvant être vu par certains céramologues comme servant à la cuisson alors que ce n’est pas le cas de l’assiette ou de l’écuelle.

7 Dicocer, dictionnaire des céramiques antiques de Méditerranée occidentale (coordination : Michel Py) : http://dicocer.cnrs.fr/type/view?indexation=R-POMP_R-POMP+1.

8 Groupement de services Frantiq (Fédération et ressources sur l’Antiquité) : https://www.frantiq.fr.

9 Le thésaurus Pactols (https://pactols.frantiq.fr) est organisé en six domaines et une liste dont les intitulés lui ont donné son nom : Peuples et cultures, Anthroponymes, Chronologie, Toponymes (actuellement retirés), Œuvres, Lieux (actuellement dissociés) et Sujets. Adapté à l’indexation des collections des bibliothèques du réseau Frantiq, il couvre désormais toutes les thématiques de l’archéologie, depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque contemporaine, avec l’intégration de nouvelles ressources sur des périodes plus anciennes (Pré- et Protohistoire) ou plus récentes (du Moyen Âge à l’époque contemporaine) que l’Antiquité. Son assiette documentaire reprend un vocabulaire libre, hiérarchisé et interopérable, ce qui correspond à la philosophie d’ouverture des données adoptée par Bibracte.

10 Créé en 2005 à la demande de Frantiq pour la gestion de Pactols et développé sous la direction de Miled Rousset au sein de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux, Opentheso se positionne aujourd’hui comme un outil générique (https://thesaurus.mom.fr/opentheso/). Il est conforme aux normes ISO 25964-1 et ISO 25964-2.

11 La norme internationale ISO 25964 est publiée en deux parties : ISO 25964-1 / Thésaurus pour la recherche documentaire (publiée en 2011 : https://www.iso.org/fr/standard/53657.html) et ISO 25964-2 / Interopérabilité avec d’autres vocabulaires (publiée en 2013 : https://www.iso.org/fr/standard/53658.html). L’ISO 25964-1 donne des recommandations pour le développement et la maintenance de thésaurus destinés à des applications de recherche d’informations. Elle s’applique aux vocabulaires utilisés pour la recherche sur tous les types de ressources, quel que soit le support utilisé (texte, son, image fixe ou animée, objet physique ou multimédia), y compris les bases de connaissances et les portails, les bases de données bibliographiques, les collections de textes, de musées ou de multimédias, et les éléments qu’elles contiennent. Elle fournit également un modèle de données (https://www.niso.org/schemas/iso25964/Model_2011-06-02.jpg) et un format recommandé pour l’importation et l’exportation de données de thésaurus. L’ISO 25964-2, qui s’applique aux thésaurus et autres types de vocabulaires utilisés pour la recherche d’informations, décrit, compare et confronte les éléments et les caractéristiques de ces vocabulaires à appliquer lorsque l’interopérabilité est nécessaire. Elle donne des recommandations pour l’établissement et la maintenance d’alignements ou mappings entre plusieurs thésaurus, ou entre des thésaurus et d’autres types de vocabulaires.

12 Une autre tentative de structuration selon la norme ISO 25964 d’un vocabulaire de la recherche (mobiliers métalliques : https://thesaurus.mom.fr/opentheso/api/theso/Artefacts/) a été réalisée dans le cadre du projet ArteBib (2019-2020), qui prévoyait la mise à disposition sur la base de données en ligne collaborative Artefacts (https://artefacts.mom.fr/fr/home.php) de l’inventaire des objets archéologiques issus des fouilles anciennes et récentes réalisées sur l’oppidum de Bibracte.

13 http://ark.mom.fr/ark:/39676/srvtxcg5zrhv8/.

14 https://www.w3.org/Addressing/.

15 https://www.w3.org/2004/02/skos/.

16 Équivalence exacte entre deux concepts.

17 Dans l’exemple où A est un concept générique et B est un concept spécifique, le concept A permet de créer une équivalence de type narrowMatch vers le concept B, tandis que le concept B permet de créer une équivalence de type broadMatch vers le concept A.

18 PerioDo, a gazetteer of periods for linking and visualizing data : https://perio.do/en/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Interface du Bibracte_Thesaurus avec l’exemple du concept « Assiette A15 (BARRIER, LUGINBÜHL 2021) (fr) »
Crédits Image produite par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/revuehn/docannexe/image/3119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Durost, Guillaume Reich et Jean-Pierre Girard, « Terminologies, modèles de données archéologiques et thésaurus documentaires : réflexions à partir d’une typologie de céramiques »Humanités numériques [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/revuehn/3119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revuehn.3119

Haut de page

Auteurs

Sébastien Durost

Centre archéologique européen de Bibracte, Glux-en-Glenne, France
Docteur en archéologie, protohistorien et dendrochronologue, Sébastien Durost s’est penché sur le climat à la fin de l’âge du fer et ses conséquences sociales ; il travaille désormais à l’interopérabilité des données en archéologie au Centre archéologique européen de Bibracte, où il est responsable de la cellule éditoriale et de la stratégie numérique.
ORCID 0000-0003-4773-6392
s.durost@bibracte.fr

Guillaume Reich

UAR 3124 Maison des sciences de l’homme et de l’environnement Claude-Nicolas-Ledoux, CNRS, université Bourgogne – Franche-Comté, Besançon, France
Docteur en archéologie, protohistorien, spécialiste de l’armement laténien et de la guerre dans le monde celtique, Guillaume Reich a étudié le site de La Tène et effectue désormais des recherches sur d’importantes collections de militaria celtiques et sur l’interopérabilité des données archéologiques. Il est ingénieur de recherche à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement.
ORCID 0000-0001-5268-5708
dr.guillaume.reich@gmail.com

Jean-Pierre Girard

UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux, Lyon, France
Avec un passé d’éditeur, Jean-Pierre Girard est désormais ingénieur chargé de coordonner des projets de recherche sur le partage et l’ouverture des données en archéologie ; il s’implique également dans divers projets « science-société » (science participative). Il est chercheur associé au laboratoire Archéorient.
ORCID 0000-0003-4225-8678
jean-pierre.girard@mom.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search