Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-2Les Républicaines dans le conflit...

Les Républicaines dans le conflit nord-irlandais, entre dissidence et continuité

Irish Republican Women During the Northern-Irish Conflict, Between Dissidence and Continuity
Elisa Helal-Brenner

Abstracts

Irishwomen have always played an important part in the nationalist struggle though they have been largely overlooked in the historiography. After partition, and the Civil War (1922-1923) that followed, women were airbrushed out of the national narrative as the new state in the south tried to impose stability by celebrating traditional values, which were enshrined in the 1937 Constitution. In the north, as the peaceful Civil Rights movement initiated by students towards the end of the 1960s gave way to violence all around Northern Ireland and the Irish Republican Army was revived, women joined the ranks of the Provisional IRA and Cumann na mBan en masse.
Hence, women were part of the Provisional movement and participated in the armed struggle that lasted until the Good Friday Agreement, or Belfast Agreement, of 1998. Cumann na mBan is also the longest-running paramilitary organization still in operation today, ever since its creation in 1914 – which puts the women who took part in the conflict, in the ranks of Cumann na mBan, but also in the ranks of the IRA once they were accepted in it, in direct continuity with their foremothers from the revolutionary period.
I therefore propose to look at the women who took part in the conflict in Northern Ireland, in an oral history perspective, in order to explore the tension between continuity – that of the Irish nationalist movement from the turn of the last century, and “dissidence” – that is to say the refusal of the end of both conflict and violence as the aim of a united Ireland is still not achieved.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Michelle Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 2012, p.362.

1« De tout temps les jupes des femmes ont dissimulé les combattantes1 » écrit Michelle Perrot dans Les femmes ou les silences de l’histoire. Ainsi il en va de même pour les Irlandaises, qui s’engagent dans la lutte nationaliste dès le soulèvement des Irlandais-Unis de 1798 puis dans celui de 1916. Cependant, ces femmes ont été largement invisibilisées dans l’historiographie irlandaise, puisqu’après la Partition de l’île et la Guerre civile qui en découla (1922-1923), les Irlandaises ont été escamotées du récit national à mesure que le nouvel État, au sud, tentait d’établir une certaine stabilité en célébrant les valeurs traditionnelles que l’on retrouvera dans la constitution irlandaise de 1937.

  • 2 « A Protestant parliamant and a Protestant state »

2De l’autre côté de la frontière, l’Irlande du Nord, province qui reste dans le giron du Royaume-Uni, est établie comme un « parlement protestant et un État protestant2 » d’après les mots du premier ministre nord-irlandais James Craig. Alors que le mouvement estudiantin pacifiste pour les droits civiques de la fin des années 1960 fit place à la violence généralisée, l’Armée britannique fut appelée en renfort tandis que l’Armée républicaine irlandaise, l’IRA, renaissait de ses cendres grâce à l’arrivée dans ses rangs d’hommes et de femmes (autorisées à s’y engager à partir de 1969-1970) qui voulaient se défendre et se protéger face à ce qu’ils percevaient comme des agressions et des discriminations envers leur communauté.

  • 3 « Sunningdale Agreement », prévoyant une première tentative de partage du pouvoir.

3Dès lors, les Irlandaises participeront au conflit nord-irlandais également en prenant les armes, et ce jusqu’à la ratification des Accords de paix de Belfast de 1998, voire même au-delà, dans la mesure où ces derniers ne sonnent pas la fin de toute la violence et alors que la paix tarde à se mettre en place. Il convient donc d’envisager le rôle que les femmes républicaines irlandaises ont joué dans le conflit nord-irlandais, de la militarisation du conflit à partir de 1969, durant la difficile résolution qui se met en place à partir de l’accord de Sunningdale de 19733, puis dans le processus de paix et enfin dans la société post-conflit qui voit le jour avec les accords de paix en 1998 jusqu’au rétablissement des institutions nord-irlandaises en 2007.

4Nous reviendrons tout d’abord sur les origines de l’engagement des femmes dans le nationalisme irlandais avant d’aborder la question du rôle des Républicaines dans le conflit nord-irlandais. Enfin, il sera question en troisième partie du rôle de ces dernières dans la société post-conflit.

Aux origines de l’engagement féminin dans la cause nationaliste irlandaise

Petite histoire de l’activisme politique féminin irlandais

  • 4 Catherine O’Connor, « The Experience of Women in the Rebellion of 1798 in Wexford », The Past: The (...)

5Les Irlandaises s’engagent dans le mouvement nationaliste dès la révolution de 1798 des Irlandais-Unis de Theobald Wolfe Tone (1763-1798). Bien qu’elles aient été exclues des réformes demandées par l’organisation, elles montrent leur politisation et leur engagement dans le mouvement pour une Irlande qui soit libérée de l’Angleterre vue comme une puissance colonisatrice, en suspendant des morceaux de tissus verts à leur porte ou leurs fenêtres4.

  • 5 « With fury ».
  • 6 O’Connor, 2003, p.96.
  • 7 O’Connor, 2003, p.104.
  • 8 Martin F. Kearney, « “Robert Emmet’s Rising of 1803 and the Bold Mrs. Kearney: James Joyce's ‘A Mot (...)

6Si la plupart d’entre elles ne combattaient pas, certaines ont tout de même pris les armes « avec furie5 » aux côtés des hommes, notamment à Vinegar Hill, dans le comté de Wexford, telle que Moll Doyle, provoquant ainsi la surprise et la peur mais aussi forçant le respect de leurs contemporains6. Elles aidaient aussi les hommes lorsqu’ils étaient en prison, en essayant de les faire libérer ou en prenant leur place, ce qui montre qu’elles sont autonomes et capables d’exercer leur autorité, selon Catherine O’Connor7. Malgré l’échec du soulèvement des Irlandais-Unis, Robert Emmet décida d’organiser une nouvelle révolte en 1803, contre l’Acte d’Union entre l’Angleterre et l’Irlande voté en 1800 et promulgué en 1801. Il était assisté par Anne Devlin qui l’aida dans l’organisation de la révolte et du transport d’armes et de munitions à travers Dublin8.

  • 9 La domination anglo-irlandaise protestante propriétaire de la majeure partie des terres de l’île.
  • 10 Elle demande les trois F : « fair rent », « fixity of tenure » et « free sale » : un loyer raisonna (...)
  • 11 Jane McL. Coté, Fanny and Anna Parnell, Londres, Gill and Macmillan, 1991, p.218.

7Le nationalisme irlandais embrassa par la suite le combat de la redistribution des terres durant la Land War à partir des années 1870, dans laquelle la majorité catholique de la population demanda une redistribution plus juste de la terre, s’estimant avoir été spoliée par les propriétaires terriers protestants qui formèrent à l’époque la Protestant Ascendancy9, et s’organisa avec la Land League10. Lorsque les hommes se retrouvaient emprisonnés, les femmes prenaient le relai de l’agitation agraire, sous l’impulsion de Fanny et Anna Parnell et de leur Ladies’ Land League en 1881, qui s’organise en vaste réseau international de collecte de fonds11.

8Ainsi, les Irlandaises ont toujours eu un rôle à jouer dans le mouvement nationaliste, qui fut l’un des trois grands mouvements sociaux à l’œuvre au tournant du siècle en Irlande.

Les trois grands mouvements : le droit de vote, le socialisme et le nationalisme

  • 12 Louise Ryan et Margaret Ward (dir.), Irish Women and the Vote: Becoming Citizens, Dublin, Irish Aca (...)

9À partir du tournant du siècle, les femmes irlandaises commencèrent à s’engager dans l’agitation politique pour obtenir le droit de vote. C’est ainsi que l’Irish Women’s Franchise League, une organisation défendant le droit de vote des femmes, fut créée en 1908 par Francis et Hanna Sheehy-Skeffington. Malgré tout, pour certaines la priorité est de réclamer l’indépendance de l’Irlande vis-à-vis de l’Angleterre12.

10Si controversé qu’il ait pu être alors pour l’opinion publique, le mouvement pour le droit de vote des femmes était en lien avec le deuxième grand mouvement de la période, le socialisme. En effet, les femmes réclamaient le droit de vote notamment parce qu’elles commençaient à apparaître dans la vie publique – par la nécessité de travailler, par exemple – ce qui les poussait à demander davantage d’égalité et de droits.

  • 13 Cela fait écho aux réflexions sur la condition des classes ouvrières anglaises qui naissent durant (...)
  • 14 Nationaliste irlandais, républicain, marxiste et syndicaliste, James Connolly est l’un des chefs du (...)
  • 15 « The worker is the slave of the capitalist society, the female worker is the slave of that slave » (...)
  • 16 Rubrique des ouvrières.
  • 17 Karen Steele, Women, Press and Politics During the Irish Revival, Syracuse, NY, Syracuse University (...)

11Avec le nouveau siècle se développa l’industrialisation de Dublin et du nord-est de l’île, et dans son sillage, la question sociale des conditions de travail des ouvriers13. Ainsi James Connolly (1868-1916)14 explique que c’est grâce à l’industrialisation, qui accélère le progrès et les cadences, que les femmes se rendent compte de l’injustice dont elles sont victimes. Selon lui, l’ouvrier est l’esclave de la société capitaliste, et l’ouvrière, « l’esclave de cet esclave15 ». Les revendications des femmes obtiennent alors des tribunes de plus en plus publiques, ce qui leur permet de se faire entendre. Delia Larkin par exemple, sœur du syndicaliste Jim Larkin, édita la « Women Worker’s Column16 » dans l’Irish Worker, qui rencontra un franc succès auprès des ouvrières17.

  • 18 Steele, 2007, p.137.
  • 19 IWWU, le syndicat des ouvrières irlandaises créé en 1911.
  • 20 Sinéad McCoole, No Ordinary Women: Irish Female Activists in the Revolutionary Years, 1900-1923, Du (...)
  • 21 McCoole, 2003, p.26.
  • 22 Steele, 2007, p.138.

12Les mouvements socialiste et syndicaliste culminèrent lors du Lockout de Dublin de 1913. Dublin fut alors le théâtre d’une « guerre » faite aux syndicats18 qui dura sept mois, durant lesquels 3000 travailleurs et leurs familles furent nourris grâce aux soupes populaires de l’Irish Women Workers’ Union19,20, tandis que l’égalitaire Irish Citizen Army était créée,21 pour redonner du pouvoir et un moyen de pression à la force ouvrière22. Le mouvement syndicaliste résulta d’une prise de conscience chez les femmes de la nécessité de défendre leur droit au travail ainsi qu’à obtenir des conditions de travail décentes.

  • 23 Louise Ryan, « “Drunken Tans”: Representations of sex and violence in the Anglo-Irish War (1919-192 (...)
  • 24 Robert Fitzroy Foster, Vivid Faces, The Revolutionary Generation in Ireland 1890-1923, London, Peng (...)
  • 25 Louise Ryan « Splendidly Silent: Representing Irish Republican Women, 1919-1923 » in Gallagher, Lub (...)

13Malgré cette combativité des Irlandaises, il est courant, dans l’iconographie nationaliste, de voir l’Irlande représentée sous les traits d’une femme à protéger des Britanniques23. Il s’agit en effet pour le mouvement nationaliste de se battre contre l’influence de la Grande-Bretagne24. Cela passe par un rejet des institutions britanniques, mais aussi de l’Anglicisation imposée à l’Irlande depuis le dix-septième siècle. Cependant l’engagement actif des Irlandaises et leur maniement des armes est systématiquement minimisé, ou même ignoré25.

  • 26 Comédienne irlandaise de renom, elle est aussi engagée dans les mouvements féministe et nationalist (...)
  • 27 Margaret Ward (dir.), In Their Own Voice: Women and Irish Nationalism, Cork, Attic Press, (1995)200 (...)
  • 28 « Filles de l’Irlande » en gaélique.
  • 29 Ward, 2001, p.20.
  • 30 « Femme d’Irlande » en gaélique.
  • 31 Ward, 2001, p.26.
  • 32 « A mixture of guns and chiffon », Sinéad McCoole, Guns and Chiffon, Women Revolutionaries and Kilm (...)

14Maud Gonne (1866-1953)26, constatant qu’aucune organisation nationaliste militante n’acceptait alors les femmes comme membres27, créa Inghinidhe na hÉireann28 en 1900 pour promouvoir l’indépendance de l’Irlande29. L’organisation se dota d’un journal, Bean na hÉireann30, publié à partir de 1908 et édité par Helena Molony, qui le voyait comme le premier journal nationaliste et féministe31, mélange « d’armes et de mousseline de soie », métaphore du rôle des femmes dans la lutte pour l’indépendance irlandaise32.

15Les femmes prennent donc conscience du rôle qu’elles ont à jouer dans le nationalisme, afin d’obtenir les droits qu’elles réclament. Mais il s’agissait aussi pour elles alors de préparer la rébellion qui arrive.

Les femmes du Soulèvement de Pâques de 1916

  • 33 « Conseil des femmes » en gaélique.
  • 34 Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries: Women and Irish Nationalism, Londres, Pluto Press, (19 (...)
  • 35 « To assist in arming and equipping a body of Irishmen for the defence of Ireland », Foster, 2015, (...)
  • 36 Ryan, 2001, p.5.
  • 37 Ward, 2001, p.72.
  • 38 McCoole, 2000, p.15.
  • 39 McCoole, 2000, p.16.
  • 40 « From girl on a bike to sniper on the roof » Louise Ryan, « Furies and die-hards: women and Irish (...)
  • 41 Lisa Weihman, « Doing my Bit for Ireland: Transgressing Gender in the Easter Rising », Eire-Ireland (...)

16Les Irlandaises qui participèrent au Soulèvement de Pâques de 1916 venaient, pour la plupart, des rangs de l’organisation nationaliste féminine Cumann na mBan33, formée le 5 avril 191434. Le but de l’organisation était d’assister, en matière d’armement et d’équipement, une unité de combattants irlandais qui était engagée pour la défense de l’Irlande35. Au sein de cette organisation, les femmes adoptèrent des rôles à la fois conventionnels (cuisine et premiers secours) et non conventionnels (transport d’armes)36. Certaines rejoignirent aussi l’Irish Citizen Army, milice citoyenne socialiste où les femmes et les hommes étaient au même niveau37. Ainsi, près de 150 femmes irlandaises nationalistes prirent part au Soulèvement de Pâques, aux côtés de leurs 1600 camarades masculins38, surprenant les témoins39. Margaret Skinnider, par exemple, membre de Cumann na mBan, changeait de vêtements suivant son rôle : passant de jeune fille à vélo à tireur d’élite sur les toits40. Et comme elle, beaucoup de combattantes ne se battaient que lorsqu’elles étaient habillées en soldat comme les hommes41.

  • 42 Robert Fitzroy Foster, Vivid Faces, The Revolutionary Generation in Ireland 1890-1923, Londres, Pen (...)
  • 43 McCoole, 2003, p.45.
  • 44 McCoole, 2003, p.45.
  • 45 McCoole, 2003, p.46.
  • 46 McCoole, 2000, p.15.

17Les Irlandaises jouèrent aussi de leurs vêtements et de leur féminité, qui les protégeaient de tout soupçon aux yeux des autorités, afin de transporter des armes et des munitions ainsi que des messages tout au long du Soulèvement, à Dublin et à travers le pays42, mais elles pouvaient aussi avoir de hautes fonctions, comme le docteur Kathleen Lynn qui était l’officier le plus gradé de son bataillon après la mort de son chef Sean Connolly. C’est donc elle qui présenta la capitulation de son bataillon aux troupes anglaises, alors que ces dernières ignoraient si elles pouvaient l’accepter des mains d’une femme43. C’est une femme encore, Elizabeth O’Farrell, qui apporta la capitulation des rebelles à l’Armée britannique avant d’aller porter la nouvelle à toutes les garnisons44. Enfin, après la reddition, les femmes défilèrent derrière les hommes, dans leurs uniformes de Cumann na mBan, comme des militaires45. Elles furent soixante-dix-sept à être envoyées à la prison de Kilmainham à Dublin, où elles connaitront des conditions de détention difficiles46.

18Cette lutte nationaliste féminine ne s’arrêta pas avec l’échec du Soulèvement de Pâques, et l’on retrouve les héritières de ces femmes durant le conflit nord-irlandais quelques cinquante ans plus tard, dans la continuité du mouvement nationaliste incarnée par la persistance de Cumann na mBan.

Les femmes républicaines du conflit nord-irlandais, de la militarisation du conflit à sa difficile résolution (1969-1998)

Les rôles des Républicaines dans le conflit

  • 47 Valerie Morgan, « Peacemakers? Peacekeepers? – Women in Northern Ireland 1969-1995 » A Professional (...)
  • 48 Robert White. Cumann na mBan: The Women’s Army, Indiana University, 2019, [en ligne] https://ulib.i (...)
  • 49 Dieter Reinisch, « Cumann na mBan and Women in Irish Republican Paramilitary Organisations, 1969-19 (...)
  • 50 Reinisch, 2016, p.150.
  • 51 « The first provisionals ».
  • 52 Dieter Reinisch, « Women’s Agency and Political Violence : Irish Republican Women and the Formation (...)
  • 53 Elle déclare un cessez-le-feu en 1972 et disparaît du conflit nord-irlandais.
  • 54 Ci-après, lorsque l’IRA sera mentionnée, il s’agira toujours de l’IRA Provisoire.
  • 55 « Ideologically most pure », Reinisch, 2016, p.153.

19Près de 200 femmes ont été tuées des suites de leur engagement dans le conflit en Irlande du Nord, même si elles étaient tout de même moins nombreuses que les hommes et souvent chargées de missions moins dangereuses47. De plus, dans les années 1970-1971, Cumann na mBan ne comptait qu’environ 200 membres48, dont seulement une vingtaine à Belfast en 196949, car l’organisation était sortie affaiblie de la Guerre civile irlandaise50. Les femmes de Cumann na mBan sont tout de même les « premières Provisoires51 », dans la mesure où elles décidèrent de quitter le mouvement républicain dès 1968, étant opposées au tournant marxiste que voulait adopter une partie de l’IRA52. Ainsi, elles devancent d’un an le schisme du mouvement républicain des suites duquel émergent l’IRA Officielle53, marxiste, et l’IRA Provisoire54. C’est pour cette raison que Bowyer Bell les qualifie de Républicaines « les plus pures idéologiquement55 ».

  • 56 Dieter Reinisch, « Cumann na mBan and the acceptance of women in the Provisional IRA: an Oral Histo (...)
  • 57 Reinisch, 2016, p.160.
  • 58 Reinisch, 2016, p.159.
  • 59 Reinisch, 2016, p.158-159.

20Dans les années 1970, en raison de l’internement de nombreux hommes, les femmes les remplacèrent dans leur famille, au travail, mais aussi en politique et dans les activités paramilitaires56. Avec cet afflux de nouvelles recrues dès les années 1970, Cumann na mBan se militarise davantage57, à mesure que les motivations changent – il ne s’agit plus seulement de droits civiques, comme c’était le cas au début de ce conflit né du mouvement estudiantin pacifiste pour les droits civiques, mais de combattre les Britanniques58. Elles s’engagent dans trois types d’actions pour le mouvement : les actions politiques légales, les tâches clandestines, et la lutte armée59.

  • 60 Reinisch, 2016, p.154.
  • 61 « There would have been very few women in the IRA […] So I chose Cumann na mBan, it just seemed the (...)

21Cumann na mBan fut à son pic d’activité dans les années 1980-1981. Ainsi, lorsque la section de l’Ardoyne, quartier nord de Belfast, de l’IRA Provisoire fut dissoute, par exemple, ce sont les femmes de Cumann na mBan qui continuèrent le combat60. Quatre de ces femmes ont confié en entretien avoir rejoint cette organisation, au moment où elles se sont engagées dans le conflit, car l’IRA était encore perçue comme réservée aux hommes61, malgré la décision de l’organisation d’accepter les femmes à partir de 1969-1970.

  • 62 L’IRA Officielle déclarant un cessez-le-feu inconditionnel en 1972, lorsque nous mentionneront l’IR (...)
  • 63 Lorenzo Bosi, « Explaining Pathways to Armed Activism in the Provisional Irish Republican Army, 196 (...)
  • 64 Mia Bloom, Paul Gill et John Horgan, « Tiocfaidh ár Mná : Women in the Provisional Irish Republican (...)
  • 65 Bloom et al., 2012, p.61.
  • 66 Bloom et al., 2012, p.64.

22De nombreuses jeunes femmes rejoignirent ainsi les rangs de l’IRA, en majorité l’IRA Provisoire62. L’historien Lorenzo Bosi remarque que les jeunes femmes formaient la majorité des recrues qui s’engagèrent après 1969 en raison des événements de l’époque, tels que Bloody Sunday par exemple63. Ainsi, environ un paramilitaire sur vingt de l’IRA Provisoire était une femme64 et près de soixante-et-une femmes furent reconnues, à l’issue d’un procès, coupables d’être membres de l’IRA Provisoire et de terrorisme65. Ce chiffre ne tient pas compte de toutes celles qui furent internées sans jugement, à la suite de Liz McKee, pour suspicion d’appartenance à une organisation considérée comme terroriste. Certaines femmes rejoignirent aussi l’IRA plutôt que Cumann na mBan car elles voulaient prendre part à des actions violentes66.

  • 67 Bloom et al., 2012, p.68.
  • 68 Bloom et al., 2012, p.68.
  • 69 Bloom et al., 2012, p.69.
  • 70 L’usage des guillemets ici est justifié par le fait que la qualification de « terroriste » pour les (...)
  • 71 Bloom et al., 2012, p.74.

23Les femmes de l’IRA adoptèrent donc un double rôle, en soutenant le mouvement et en prenant les armes67. Comme leurs prédécesseuses de la période révolutionnaire, elles n’hésitèrent pas alors à utiliser leur féminité : elles dissimulaient des bombes sous leurs vêtements en faisant croire qu’elles étaient enceintes, ou bien dans des poussettes mais aussi dans les talons de leurs chaussures, et beaucoup d’entre elles trouvèrent la mort lors d’explosions prématurées68. Elles prirent également part à des fusillades et à des assassinats69. L’IRA utilisa donc les femmes de manière tactique, avec leurs enfants, en couple ou bien seules en tant qu’appâts, et il s’agissait là d’une première pour un groupe « terroriste70 » qui exploitait les stéréotypes de genre, comme le soulignent Mia Bloom et. al.71.

  • 72 « Interned without trial ».
  • 73 « Safehouses ».
  • 74 Bloom et al., 2012, p.89.
  • 75 « Hen patrols ».
  • 76 Begoña Aretxaga, Shattering Silence: Women, Nationalism and Political Subjectivity in Northern Irel (...)
  • 77 Claire Hackett, « Narratives of Political Activism from Women in West Belfast » In Louise Ryan et M (...)

24Les Républicaines nationalistes soutenaient aussi le conflit. En effet, les hommes furent internés sans jugement72 en masse dès le début des années 1970 et ce fut alors aux femmes de poursuivre la lutte dans l’ombre. Les Républicaines apportèrent donc un soutien logistique à l’effort de guerre, qui mobilisa jusqu’au foyer lui-même, en développant un vaste réseau d’abris pour les membres de l’IRA en cavale73, comme durant la Guerre civile irlandaise. Elles organisèrent aussi des collectes de fonds illégales, et transportèrent des armes sur tout le territoire nord-irlandais74. Au début du conflit, les Républicaines mirent aussi en place des patrouilles de surveillance dans leurs quartiers75, afin de prévenir les résidents d’éventuels raids de l’Armée britannique76, et ce jusqu’en 1971 quand deux femmes furent tuées par les forces de l’ordre77.

  • 78 Aretxaga, 1998, p.112.
  • 79 « Relatives Action Committee ». Aretxaga, 1998, p.105.

25De plus, les femmes, lorsqu’elles rendaient visite aux hommes en prison, en profitaient pour leur remettre des colis de nourriture, de contrebande, et des messages officiels, appelés « comms78 », qu’elles faisaient passer à d’autres membres de l’IRA. Ce sont d’ailleurs des mères de membres de l’IRA qui créèrent le Comité d’action des familles en 197679 pour défendre les droits des prisonniers.

26Cependant les républicaines se retrouvent parfois, elles aussi, derrière les barreaux.

Le « front intime » : le corps au cœur de champ de bataille carcéral

  • 80 Tous les prénoms des participantes à notre étude ont été modifiés, pour préserver leur anonymat.
  • 81 « When you’re locked up, you’re still fighting » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021). 

27Derrière les barreaux, le corps enfermé se transforme en champ de bataille à son tour, devenant ce que nous appelons « front intime », quand le conflit touche les civils et se joue au sein même des foyers et sur les corps. Comme le résume Medb*80 en entretien : « Quand tu es enfermée, tu te bats toujours81 ».

  • 82 Michele Devlin et Claire Hackett, A Kind of Sisterhood, Belfast Film Festival, 2015, [en ligne] htt (...)
  • 83 Politique mise en place par le gouvernement britannique entre 1976 et 1981 visant à faire des priso (...)

28La résistance des prisonnières républicaines face à l’administration pénitentiaire britannique se traduisit d’abord par leur refus de travailler, afin de retrouver le statut de prisonniers politiques82, supprimé le 1er mars 1976 avec la politique de « criminalisation83 ».

  • 84 Brodie Nugent et Evan Smith, « Intersectional solidarity ? The Armagh women, the British left and w (...)
  • 85 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

29En 1978, quatre-vingt prisonnières républicaines rejoignirent ce qui est depuis devenu « la grève de l’hygiène », après une fouille violente à la suite de laquelle elles furent enfermées dans leur cellule pendant vingt-quatre heures sans pouvoir se rendre aux toilettes84. Parce qu’elles étaient autorisées à porter leurs propres vêtements au sein de la prison, contrairement aux hommes, elles ne la commencèrent qu’à la suite de violences exercées sur elles, et un enfermement prolongé durant lequel elles se virent refuser le droit de vider leurs pots de chambre, se retrouvant contraintes d’étaler leurs excréments sur les murs85.

30Elles y étalaient également leurs menstruations, ce qui rendit leur expérience de la détention et de la grève de l’hygiène encore différente de celle des détenus Républicains. Ainsi, elles étaient gênées de ne pas pouvoir rester propres86 et tombèrent souvent malades. Cependant, les gardiens n’appréciaient pas de toucher les détenues durant cette grève, ce qui fit de la grève de l’hygiène non seulement une arme pour les prisonnières républicaines87, mais également un acte de résistance à l’administration carcérale britannique. Les détenues républicaines restèrent près de 200 jours dans ces conditions88, jusqu’en mars 1981, date marquant le début de la deuxième grève de la faim.

  • 89 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).
  • 90 « Special category status »
  • 91 Nugent et Smith, 2017, p.5.
  • 92 Nugent et Smith, 2017, p.4.

31Ainsi, la lutte se poursuivit ensuite par la grève de la faim, en 1980 puis en 1981. Cependant, cette arme fut utilisée dès 1972. En effet, il y avait eu une première grève de la faim pour l’obtention du statut de prisonnier politique, à laquelle trois détenues à la prison des femmes d’Armagh avaient pris part : Susan Laughran, Bridie McMahon et Brenda Murphy89. Elles en sortirent victorieuses, mais comme ce statut fut révoqué en 1976, une nouvelle grève de la faim fut lancée en octobre 1980, afin de réobtenir le statut de prisonnier dit de « catégorie spéciale90 », équivalent au statut de prisonnier politique. Trois prisonnières d’Armagh y participèrent jusqu’à la fin, le 1er décembre 198091 : Mairéad Farrell, Mary Doyle et Mairéad Nugent92.

  • 93 Le droit de ne pas travailler, le droit de porter leurs propres vêtements, la liberté d’association (...)
  • 94 Nugent et Smith, 2017, p.4.
  • 95 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

32Cette première grève de la faim conjointe de Long Kesh, la prison pour hommes, et d’Armagh avait pour but l’obtention des cinq revendications93. Le commandement républicain fut d’abord réticent à la participation des femmes à la grève de la faim, en premier lieu car elle risquerait d’éclipser l’action des hommes, de les conduire à être accusé d’avoir forcé de jeunes femmes vulnérables à le faire, mais aussi parce qu’en raison de facteurs biologiques et psychologiques, une grève de la faim féminine est considérée comme plus susceptible d’échouer94. Si les femmes ne tinrent pas compte de ces réticences lors de cette première grève, Eileen Morgan explique qu’elles ne participèrent pas à la deuxième grève de la faim parce qu’elles n’étaient pas assez nombreuses95.

  • 96 Corcoran, 2004, p.125.
  • 97 « Strip-searching, being battered, your whole dignity took away, took away from your children » – M (...)
  • 98 « That was like a war and so, a war on the woman's body, that was basically to degrade you » – Medb (...)

33Les violences subies par les Républicaines emprisonnées prirent aussi une nouvelle dimension lorsqu’une politique de fouilles à corps systématiques et abusives fut mise en place. En effet, ces fouilles se multiplièrent à partir de 1982, et ce jusqu’en 1985, pour des raisons de sécurité96 selon les autorités, à la prison d’Armagh puis à celle de Maghaberry, peut-être face à l’escalade des attentats à la bombe durant cette période dans la province mais aussi en Grande-Bretagne. Medb* explique que : « les fouilles à corps, les passages à tabac, toute ta dignité enlevée97 » constituent des mauvais traitements de la part de l’administration pénitentiaire, car : « c’était comme une guerre […] contre le corps des femmes, et c’était tout simplement pour t’avilir98 ».

  • 99 « You've got your period. You know, sanitary towels being pulled away from you » – Medb*, entretien (...)

34Cette réalité fut confirmée par plusieurs ex-prisonnières républicaines, qui racontent des épisodes douloureux lors de fouilles à corps, notamment alors qu’elles avaient leurs règles. Medb* est confrontée à ce traumatisme à Maghaberry en 1992 : « ou bien vous avez vos règles […] les serviettes hygiéniques arrachées de force99 ». Il s’agissait là de violenter et d’humilier les femmes dans leur corps.

35Ces fouilles à corps systématiques, violentes et souvent injustifiées, peuvent être qualifiées d’abus sexuels envers les prisonnières républicaines, dans la mesure où il s’agit bien d’atteintes à caractère sexuel commises par la force.

36Ces traumatismes sont souvent renforcés, par ailleurs, par la difficulté que dire la vérité représente en Irlande du Nord.

« Whatever you say, say nothing »

  • 100 « We can’t be 100% truthful on what’s going on through our heads. Because if we let people know wha (...)
  • 101 « Whatever you say, say nothing ».

37Un paradoxe dans l’histoire orale des femmes du conflit nord-irlandais est qu’il est nécessaire qu’elles partagent leurs récits. Cependant, faire de l’histoire orale en Irlande du Nord est dangereux pour elles dans la mesure où les personnes ayant participé au conflit risquent toujours d’être poursuivies et condamnées aujourd’hui. Ainsi, Medb* résume le problème comme suit : « Nous ne pouvons pas dire la vérité à 100 % sur ce qu’il se passe dans notre tête. Car si nous disons aux autres ce qu’il y a dans nos têtes, nous pouvons vraiment finir en prison100 ». Cette idée illustre bien la citation de Seamus Heaney, tirée de son poème North « quoi que tu dises, ne dis rien101 » puisqu’il est encore trop dangereux de parler pour beaucoup en Irlande du Nord.

  • 102 Alors que l’on avait promis aux participants à ce projet d’histoire orale que leurs interviews ne s (...)

38C’est aussi la raison pour laquelle nous n’avons pu rencontrer que huit femmes, dans la mesure où beaucoup d’autres, trop soucieuses des possibles répercussions d’une interview, notamment à cause du scandale du Projet de Boston College102, ont refusé tout entretien.

39Malgré cette omerta, après l’expérience de la prison certaines Républicaines décidèrent de déposer les armes et d’œuvrer pour la paix, tandis que d’autres s’y refusèrent, alors que la phase la plus active du conflit touchait à sa fin.

Les républicaines dans la société « post-conflit » (1998-2007) : le choix de la paix ou de la « dissidence »

Le combat pour la paix

  • 103 « Armalite and ballot box », Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais, Caen, Presses unive (...)
  • 104 Ed Moloney, A Secret History of the IRA, Londres, Penguin Books, 2007, p.152.
  • 105 Convention annuelle.
  • 106 Doctrine selon laquelle les républicains élus aux parlements de Westminster, Belfast et Dublin ne p (...)
  • 107 « At that time, the Good Friday Agreement was one of the best things that ever happened to the nort (...)

40À partir de l’année 1981 et de l’élection de Bobby Sands au parlement de Westminster, le mouvement républicain décida de changer de stratégie. Ainsi, en 1985, l’IRA adopta la technique dite du « fusil et du bulletin de vote103 », sous l’impulsion de Gerry Adams qui réforma l’organisation104. Il devint question d’agir, en parallèle de la lutte armée, sur le plan politique par les élections, amorçant un virage plus démocratique. Dès lors, à l’Ard Fheis105 de Sinn Féin de 1986, l’abstentionnisme106 fut finalement aboli, provoquant ainsi un nouveau schisme dans le mouvement républicain. Máel* explique qu’elle a toujours suivi Sinn Féin, notamment sur la question du processus de paix car, selon elle, « à l’époque, les Accords de paix de Belfast c’est une des meilleures choses qui soient arrivées au nord de l’Irlande, aux prisonniers, à leurs familles107 ».

  • 108 Morgan, 1996.
  • 109 Morgan, 1996.
  • 110 « Peacemakers and peace preventers », Morgan, 1996.

41Nombre de Républicaines embrassèrent ce tournant vers la paix du mouvement nationaliste. D’autres femmes firent de la paix leur combat, comme d’autres l’avaient fait dès le début du conflit. Ainsi Margaret Dougherty avait créé le groupe Women for Peace en 1972, tandis que Mairéad Corrigan et Betty Williams avaient créé Peace People en 1976, même si le mouvement ne durera pas108. Les femmes développèrent aussi Women Together en 1970 afin de favoriser la santé des femmes, celle des enfants, et alerter sur les violences conjugales. En 1975, le mouvement nord-irlandais pour le droit des femmes fut créé, militant pour le droit à l’avortement et pour la fin des discriminations sexistes109. D’après Valerie Morgan dès lors, les femmes ont été à la fois des pacificatrices et des empêcheuses de paix110, notamment parce que certaines Républicaines refusaient d’abandonner la violence.

Le choix de la « dissidence » pour la continuité du mouvement

  • 111 « Continuity IRA ».
  • 112 Kevin Bean, « “New dissidents are but old Provisionals writ large?” The Dynamics of Dissident Repub (...)
  • 113 « Unifinished business » en anglais, c’est d’ailleurs le titre que choisit Marisa McGlinchey pour s (...)
  • 114 McGlinchey, 2019, p.75.

42Comme l’IRA de Continuité111 et Republican Sinn Féin, nés du schisme de 1986, Cumann na mBan refuse d’abandonner la doctrine abstentionniste. Les trois organisations rejoignent alors ce que les autorités britanniques qualifient de « dissidence » puisqu’elle rompt avec le gros du mouvement. Cependant, l’on peut qualifier les Républicains « dissidents » de « Républicains les plus purs », écrit l’historien Kevin Bean, car ils se réclament de la continuité de leur mouvement depuis 1798, tout en étant aussi le fruit des conditions politiques et sociales réunies en Irlande du Nord112. Ainsi leur idéologie prend appui sur l’idée d’une tâche inachevée113, puisque l’Irlande du Nord fait encore partie du Royaume-Uni. Marisa McGlinchey rappelle en effet qu’il s’agit pour eux d’une lutte pour la souveraineté de l’île d’Irlande, et non seulement pour les droits civiques des catholiques114. En effet, s’ils reconnaissent que le conflit est né de la condition particulière qui est celle des catholiques de l’Irlande du Nord depuis la création de cette dernière il n’a, selon eux, pas pris fin avec l’accord de Sunningdale de 1973 qui prévoyait pourtant tant le consociationalisme que le vote proportionnel garantissant la voix des catholiques. Ceci conforte la position des dissidents, selon laquelle il ne s’agissait pas que de droits civiques.

  • 115 McGlinchey, 2019, p.195-196.
  • 116 « As for being called ‘dissidents’ or that, you know, that doesn’t bother me. […] People before me (...)
  • 117 McGlinchey, 2019, p.173.

43Dès lors, McGlinchey préfère le terme de « Républicains radicaux115 » ou non-conformistes puisqu’ils n’ont pas dévié de la doctrine traditionnelle. Une porte-parole de Cumann na mBan que nous avons eu la chance de rencontrer explique : « Et le fait d’être appelés “dissidents” ou autre, vous savez, ça ne me dérange pas. […] Les gens avant moi étaient appelés “irréguliers”116 ». Il s’agit là d’une référence à la Guerre civile irlandaise, durant laquelle le camp pro-traité, qui avait accepté la Partition du pays, qualifiait ainsi les anti-traités qui, au contraire, la refusaient117. La légitimité historique revendiquée par Cumann na mBan est renforcée.

  • 118 Reinisch, 2019, p.20.

44L’historien Dieter Reinisch explique que l’on retrouve de nombreuses femmes à la direction du mouvement dissident118, et certaines femmes que nous avons rencontrées confient en entretien comprendre les Dissidents et leurs motivations, faisant la différence entre les « vrais » Républicains, qu’elles respectent, et des criminels profitant de la situation :

  • 119 « There’s all these wee breakaway groups in it for their own self gain, and it’s just corruption [… (...)

Il y a tous ces petits groupes sécessionnistes qui sont dans le conflit pour leurs gains personnels, et c’est juste de la corruption […] ça je reconnais, mais il y a aussi des Républicains qui depuis le début se sont engagés dans le conflit armé pendant de longues années. Je ne les jugerai pas, je n’ai pas le droit de les juger ou sous-estimer ce qu’ils pensent119.

  • 120 McGlinchey, 2019, p.197.
  • 121 C’est-à-dire une réunification consentie par la majorité des deux côtés de la frontière et un désar (...)
  • 122 McGlinchey, 2019, p.38.
  • 123 Maillot, 2018, p.286-287.
  • 124 Maillot, 2018, p.287.
  • 125 Maillot, 2018, p.289-290.

45La fragmentation de la dissidence résulte de différentes sécessions explique McGlinchey, qui ont eu lieu pour différentes raisons120. En effet, elle identifie plusieurs points de rupture successifs : 1986 fin de l’abstentionnisme ; 1994 premier cessez-le-feu de l’IRA ; 1997 acceptation des principes Mitchell121 et de la non-violence ; 1998 Accords de paix ; 2005 fin de la campagne armée de l’IRA et désarmement complet ; et encore 2007 acceptation de la nouvelle police nord-irlandaise, Police Service of Northern Ireland122. Ainsi, l’IRA de Continuité, créée en 1986, apparaît sur la scène de la lutte armée en 1994 contre le premier cessez-le-feu de l’IRA123. L’IRA Véritable est créée en 1997, en réaction à l’acceptation des principes Mitchell, comme aile armée du mouvement 32-County Sovereignty Movement (32-CSM)124. En 2005, suite à une scission au sein de l’IRA de Continuité, naît Óglaigh na hÉireann (ONH) dont l’aile politique est le parti Saoirse na hÉireann. La Nouvelle IRA, enfin, est créée en 2010125.

  • 126 McGlinchey, 2019, p.53-54.
  • 127 Lison Ducastelle, L’IRA provisoire, de la violence armée au désarmement, Caen, Presses universitair (...)

46Parce qu’ils ont fait sécession pour des raisons différentes, et accepté certains compromis que d’autres ont refusé avant eux, les républicains non-conformistes ne peuvent s’entendre entre eux, ni même se faire confiance126. Pour reprendre l’expression de l’historienne Lison Ducastelle, il y a aujourd’hui non pas une mais « des IRA » en Irlande127.

47Cependant, certaines Républicaines font le choix du dialogue afin d’aller de l’avant.

Justice réparatrice

  • 128 « Restorative justice ».
  • 129 Fabrice Mourlon, L’Urgence de dire. L’Irlande du Nord après le conflit, Oxford et New York, Peter L (...)

48La justice réparatrice128, ou justice restaurative, est une méthode de résolution de conflit qui implique que les victimes et les responsables échangent sur leurs motivations et leurs sentiments, afin de guérir et obtenir la paix. Il s’agit d’une pratique née dans les années 1970 dans le monde anglo-saxon, qui redonne une place centrale à la victime, et qui est parfois utilisée en parallèle d’un processus judiciaire pénal ou bien en lieu et place de ce dernier129. En Irlande du Nord ce mécanisme est souvent apprécié par la population dans la mesure où il ne dépend d’aucune institution émanant de l’État, jugé malhonnête vis-à-vis du traitement d’événements tels que Bloody Sunday par exemple. Ainsi, d’anciens paramilitaires peuvent échanger avec des victimes ainsi que d’anciens membres des forces de l’ordre. Medb* nous a confié être aujourd’hui très impliquée dans ce processus, même s’il ne va pas sans son lot de difficultés :

  • 130 « So I put my experience through, through the conflict […] and then back to the community, […] I de (...)

Donc je mets mon expérience du, du conflit, et ce qu’il s’est passé, et je la rends à la communauté […] je travaille avec des gens […] qui vivent avec des menaces, et qui essaient d’adopter une démarche réparatrice. […] Et c’était difficile pour moi, très difficile […] m’assoir à une table en face de flics130.

49Selon elle, le gouvernement britannique devrait également reconnaître ses torts, afin de permettre à tous de tourner la page :

  • 131 « People need closure […] I would say the Brits would have to be very open and honest on their acti (...)

Les gens ont besoin de tourner la page […] Je dirais que les Britanniques devraient être très ouverts et honnêtes à propos de leurs actions aussi. Car c’est toujours ‘l’IRA a fait ci’, ‘l’IRA a fait ça’ […] Allô, c’était un conflit, vous savez, nous avons tous fait du mal autour de nous131.

  • 132 « Dealing with the past ».
  • 133 Élise Féron, Abandonner la violence ? Comment l’Irlande du Nord sort du conflit, Paris, Payot, 2011 (...)
  • 134 « Historical Enquiries Team ».
  • 135 Police Service of Northern Ireland (PSNI).
  • 136 Médiateur de police indépendant, chargé recevoir les plaintes à l’encontre de la police nord-irland (...)
  • 137 « The Disappeared ». Il s’agit des personnes enlevées puis tuées par l’IRA parce que soupçonnées d’ (...)
  • 138 Féron, 2011, p.205.

50De nombreux mécanismes voués à « accepter le passé132 » ont aussi vu le jour en Irlande du Nord, notamment grâce au recours au témoignage. L’historienne Élise Féron explique cependant qu’une commission « vérité » n’est pas la solution dans la mesure où la vérité est difficile à établir en Irlande du Nord et parce qu’il s’agit d’un dispositif contesté133. Elle préfère en effet les commissions d’enquêtes et les initiatives de recherche de vérités institutionnelles comme l’équipe d’enquête historique134, créée en 2005 au sein de la nouvelle police nord-irlandaise135 qui se dote aussi d’un Police Ombudsman136, lequel enquête sur le dossier des personnes que l’IRA a fait disparaître137, ou bien les initiatives locales comme celle de Healing Through Remembering en 2001138.

  • 139 Fabrice Mourlon, « Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembe (...)
  • 140 « Consultative Group on the Past ».
  • 141 « Tribunals of Enquiry ». Mourlon, 2012, p.6.
  • 142 « Independent Commission for Reconciliation and Information Recovery ».

51De nombreuses commissions d’enquête bénévoles sur le réexamen du passé ont en effet montré que la population était favorable à ce que l’État s’en charge – raison pour laquelle la commission dirigée par Sir Kenneth Bloomfield a été créée en 1998139, afin de reconnaître les victimes et se souvenir d’elles, puis le groupe consultatif sur le passé140 en 2007 par le Secrétaire d’État à l’Irlande du Nord Peter Hain ainsi que des tribunaux d’enquêtes141. Dernièrement, la loi de 2023 Northern Ireland (Legacy and Reconciliation) Act a fait débat notamment parce qu’elle offre une amnistie à tout participant à la Commission indépendante pour la réconciliation et les informations retrouvées142, amnistie contestée par les différents partis politiques, le gouvernement de la République d’Irlande ainsi que tous les groupes de victimes.

  • 143 Féron, 2011, p.206.

52Enfin, Féron insiste sur la nécessité de restaurer le dialogue entre les communautés (c’est-à-dire Nationalistes et Unionistes, ainsi que catholiques et protestantes) au niveau local143. C’est exactement ce que fait Macha* puisqu’elle explique travailler aujourd’hui notamment avec les anciens-combattants de l’autre camp :

  • 144 « Part of my work would be engaging with the other communities. And with former combatants, like UV (...)

Une partie de mon travail consiste à échanger avec les autres communautés. Et avec d’anciens combattants, comme l’UVF, l’UDA, et nous pouvions nous rencontrer, discuter, parler, et c’est comme ça que nous allons aller de l’avant. C’est comme ça que nous allons avoir une Irlande réunifiée qui tiendrait compte de tout le monde144.

  • 145 « Negative peace ». Maureen Heatherington, « The Role of Towards Understanding and Healing », in Li (...)

53Cependant, cette réconciliation reste difficile à obtenir, parce que l’Irlande du Nord fait encore état d’une « paix négative145 ». En effet, le conflit a pris fin, le pays est pacifié, cependant l’idéal de justice sociale et d’égalité n’est pas encore atteint.

Conclusion

54Ainsi, les Irlandaises, en dignes héritières des femmes de la période révolutionnaire et dans la continuité du mouvement nationaliste depuis les Irlandais-Unis, ont joué un rôle important dans le conflit en Irlande du Nord. Elles ont en effet pris les armes aux côtés des hommes, ou bien elles ont apporté un soutien logistique à la lutte armée, et beaucoup se sont retrouvées emprisonnées pour cela.

55Derrière les barreaux, elles ont poursuivi la lutte et inscrit la résistance dans leur corps, sur le « front intime », en participant aux mouvements pour les droits des prisonniers et des prisonnières. Certaines ont par la suite refusé de déposer les armes, tandis que d’autres ont choisi d’œuvrer pour la paix, montrant ainsi qu’il n’existe pas une mais des expériences républicaines féminines, et que ces dernières sont très diverses.

56Si la paix a fini par s’installer en Irlande du Nord, il s’agit plutôt d’une paix inachevée dans la mesure où les institutions nord-irlandaises qui avaient été rétablies en 2007 ont à nouveau été suspendues quelques mois plus tard sous le régime du consociationalisme de la province, dans l’attente d’une volonté de travailler ensemble des deux camps. La société nord-irlandaise reste donc divisée, et il semble que les nombreuses tentatives de dialogues intercommunautaires n’ont pas encore porté leurs fruits.

Top of page

Bibliography

Macha*, entretien 1 – Belfast, 16 juillet 2021

Máire*, entretien 2 – Belfast, 16 juillet 2021

Medb*, entretien 3 – Belfast, 16 juillet 2021

Grainne*, entretien 4 – Belfast, 19 juillet 2021

Aoife* et Dana*, entretien 5a,b – Belfast, 20 juillet 2021

Máel*, entretien 6 – Belfast, 22 juillet 2021

Erin*, entretien 7 – Crolly, 24 juillet 2021

ARETXAGA Begoña, Shattering Silence: Women, Nationalism and Political Subjectivity in Northern Ireland, Princeton, Princeton University Press, 1998.

BEAN Kevin, « “New dissidents are but old Provisionals writ large?” The Dynamics of Dissident Republicanism in the New Northern Ireland », The Political Quarterly n° 83/2, 2012, p. 210-218.

BLOOM Mia, GILL Paul et HORGAN John, « Tiocfaidh ár Mná: Women in the Provisional Irish Republican Army », Behavioral Sciences of Terrorism and Political Aggression, n° 4/11, 2012.

BOSI Lorenzo, « Explaining Pathways to Armed Activism in the Provisional Irish Republican Army, 1969-1972 », Social Science History, n° 36/3, 2012.

CORCORAN Mary, « “We had to be stronger”: The Political imprisonment of women in Northern Ireland, 1972-1999 », in RYAN Louise et WARD Margaret (dir.) Women and Nationalism, Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin et Portland, Irish Academic Press, 2004.

COTÉ Jane McL., Fanny and Anna Parnell, Londres, Gill and Macmillan, 1991.

DUCASTELLE Lison, L’IRA provisoire, de la violence armée au désarmement, Caen, Presses universitaires de Caen, 2019.

FÉRON Élise, Abandonner la violence ? Comment l’Irlande du Nord sort du conflit, Paris, Payot, 2011.

FOSTER Robert Fitzroy, Vivid Faces, The Revolutionary Generation in Ireland 1890-1923, Londres, Penguin Books, 2015.

HACKETT Claire, « Narratives of Political Activism from Women in West Belfast » In RYAN Louise et WARD Margeret (dir.) Women and Nationalism, Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin et Portland, Irish Academic Press, 2004.

HEATHERINGTON Maureen, « The Role of Towards Understanding and Healing », in O’HAGAN Liam (dir.) Stories in Conflict, Towards Understanding and Healing, Belfast, Yes Publications, 2008, p. 39-54.

KEARNEY Martin F., « “Robert Emmet’s Rising of 1803 and the Bold Mrs. Kearney: James Joyce's ‘A Mother’ as Historical Analogue” », Journal of the Short Story in English, n° 37, 2001, [En ligne], (consulté le 31/01/2024), http://journals.openedition.org/jsse/585

LUDDY Maria, Women in Ireland, 1800-1918, A Documentary History, Cork, Cork University Press, 1995.

MAILLOT Agnès, L’IRA et le conflit nord-irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 2018.

MCCOOLE Sinéad, Guns and Chiffon, Women Revolutionaries and Kilmainham Gaol, 1916-1923, Dublin, W&G Baird Ltd, 2000.

MCCOOLE Sinéad, No Ordinary Women: Irish Female Activists in the Revolutionary Years, 1900-1923, Dublin, O’Brien Press, 2003.

MCGLINCHEY Marisa, Unfinished Business, The Politics of “Dissident” Irish Republicanism, Manchester, Manchester University Press, 2019.

MOLONEY Ed, A Secret History of the IRA, Londres, Penguin Books, 2007.

MORGAN Valerie, « Peacemakers? Peacekeepers? – Women in Northern Ireland 1969-1995 » A Professional Lecture Given at the University of Ulster on Wednesday 25th October 1995, Derry: INCORE, 1996, [cain.ulster.ac.uk] (consulté en octobre 2020).

MOURLON Fabrice, « Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting », E-Rea n° 10/1, 2012.

MOURLON Fabrice, L’Urgence de dire. L’Irlande du Nord après le conflit, Oxford et New York, Peter Lang, 2018.

NUGENT Brodie et SMITH Evan, « Intersectional solidarity? The Armagh women, the British left and women’s liberation » Contemporary British History, 2017.

O’CONNOR Catherine, « The Experience of Women in the Rebellion of 1798 in Wexford », The Past: The Organ of the Uí Cinsealaigh Historical Society, n° 24, 2003, p. 95–106.

PERROT Michelle, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Champs Histoire Flammarion, 2012.

REINISCH Dieter, « Cumann na mBan and Women in Irish Republican Paramilitary Organisations, 1969-1986 », Estudios Irlandeses, n° 11, 2016.

REINISCH Dieter, « Women’s Agency and Political Violence: Irish Republican Women and the Formation of the Provisional IRA, 1967-70 », Irish Political Studies, n° 34/3, 2019.

REINISCH Dieter, « Cumann na mBan and the acceptance of women in the Provisional IRA: an Oral History study of Irish republican women in the early 1970s », Socheolas: Limerick Student Journal of Sociology, n° 5/1, 2013.

RYAN Louise, « “Furies” and “die-hards”: women and Irish Republicanism in the early twentieth century », Gender and History, vol. 11, n° 2, 1999, p. 256-275.

RYAN Louise, « “Drunken Tans”: Representations of sex and violence in the Anglo-Irish War (1919-1921) », Feminist Review, n° 66, 2000, p. 73-94.

RYAN Louise, « Splendidly Silent: Representing Irish Republican Women, 1919-1923 », in GALLAGHER, LUBELSKA et RYAN (dir.), Re-presenting the Past: Women and History, Londres, Longman Publishers, 2001, p. 23-43.

RYAN Louise et WARD Margaret (dir.), Irish Women and Nationalism: Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin, Irish Academy Press, 2004.

RYAN Louise and WARD Margaret (dir.), Irish Women and the Vote: Becoming Citizens, Dublin, Irish Academic Press, 2007.

STEELE Karen, Women, Press and Politics During the Irish Revival, Syracuse, NY, Syracuse University Press, 2007.

WARD Margaret, Unmanageable Revolutionaries: Women and Irish Nationalism, Londres, Pluto Press, (1989)1995.

WARD, Margaret (dir.), In Their Own Voice: Women and Irish Nationalism, Cork, Attic Press, (1995)2001.

WEIHMAN Lisa, « Doing my Bit for Ireland: Transgressing Gender in the Easter Rising », Eire-Ireland, vol. 39, 2004, p. 228-249.

Filmographie

WHITE Robert, Cumann na mBan: The Women’s Army, Indiana University, 2019 [en ligne] https://ulib.iupui.edu/video/CumannnamBan

DEVLIN Michele et HACKETTE Claire, A Kind of Sisterhood. Belfast Film Festival, 2015 [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

Top of page

Notes

1 Michelle Perrot, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 2012, p.362.

2 « A Protestant parliamant and a Protestant state »

3 « Sunningdale Agreement », prévoyant une première tentative de partage du pouvoir.

4 Catherine O’Connor, « The Experience of Women in the Rebellion of 1798 in Wexford », The Past: The Organ of the Uí Cinsealaigh Historical Society, n°24, p.95–106, 2003, p.95.

5 « With fury ».

6 O’Connor, 2003, p.96.

7 O’Connor, 2003, p.104.

8 Martin F. Kearney, « “Robert Emmet’s Rising of 1803 and the Bold Mrs. Kearney: James Joyce's ‘A Mother’ as Historical Analogue” » Journal of the Short Story in English, n°37, 2001, [En ligne], (consulté le 31/01/2024), http://journals.openedition.org/jsse/585

9 La domination anglo-irlandaise protestante propriétaire de la majeure partie des terres de l’île.

10 Elle demande les trois F : « fair rent », « fixity of tenure » et « free sale » : un loyer raisonnable, une stabilité de bail et la liberté de vente.

11 Jane McL. Coté, Fanny and Anna Parnell, Londres, Gill and Macmillan, 1991, p.218.

12 Louise Ryan et Margaret Ward (dir.), Irish Women and the Vote: Becoming Citizens, Dublin, Irish Academic Press, 2007, p.173.

13 Cela fait écho aux réflexions sur la condition des classes ouvrières anglaises qui naissent durant la période victorienne de l’autre côté de mer d’Irlande, regroupées sous le terme de « condition-of-England question ».

14 Nationaliste irlandais, républicain, marxiste et syndicaliste, James Connolly est l’un des chefs du Soulèvement de Pâques de 1916, puisqu’il est à la tête de l’armée citoyenne irlandaise, ou Irish Citizen Army (ci-après ICA) – une organisation paramilitaire qu’il a créée pour défendre les intérêts des ouvriers et où l’égalité homme-femme fait partie intégrante de la philosophie de l’organisation.

15 « The worker is the slave of the capitalist society, the female worker is the slave of that slave » Luddy, 1995, p.321.

16 Rubrique des ouvrières.

17 Karen Steele, Women, Press and Politics During the Irish Revival, Syracuse, NY, Syracuse University Press, 2007, p.141-142.

18 Steele, 2007, p.137.

19 IWWU, le syndicat des ouvrières irlandaises créé en 1911.

20 Sinéad McCoole, No Ordinary Women: Irish Female Activists in the Revolutionary Years, 1900-1923, Dublin, O’Brien Press, 2003, p.25.

21 McCoole, 2003, p.26.

22 Steele, 2007, p.138.

23 Louise Ryan, « “Drunken Tans”: Representations of sex and violence in the Anglo-Irish War (1919-1921) », Feminist Review, n°66, 2000, p.73-94, p.75.

24 Robert Fitzroy Foster, Vivid Faces, The Revolutionary Generation in Ireland 1890-1923, London, Penguin Books, 2015 p.28.

25 Louise Ryan « Splendidly Silent: Representing Irish Republican Women, 1919-1923 » in Gallagher, Lubelska et Ryan (dir.), Re-presenting the Past: Women and History, Londres, Longman Publishers, 2001, p.23-43, p.2.

26 Comédienne irlandaise de renom, elle est aussi engagée dans les mouvements féministe et nationaliste.

27 Margaret Ward (dir.), In Their Own Voice: Women and Irish Nationalism, Cork, Attic Press, (1995)2001, p.3.

28 « Filles de l’Irlande » en gaélique.

29 Ward, 2001, p.20.

30 « Femme d’Irlande » en gaélique.

31 Ward, 2001, p.26.

32 « A mixture of guns and chiffon », Sinéad McCoole, Guns and Chiffon, Women Revolutionaries and Kilmainham Gaol, 1916-1923, Dublin, W&G Baird Ltd, 2000, p.8.

33 « Conseil des femmes » en gaélique.

34 Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries: Women and Irish Nationalism, Londres, Pluto Press, (1989)1995, p.92.

35 « To assist in arming and equipping a body of Irishmen for the defence of Ireland », Foster, 2015, p.201.

36 Ryan, 2001, p.5.

37 Ward, 2001, p.72.

38 McCoole, 2000, p.15.

39 McCoole, 2000, p.16.

40 « From girl on a bike to sniper on the roof » Louise Ryan, « Furies and die-hards: women and Irish Republicanism in the early twentieth century », Gender and History, vol.11, n°2, 1999, p.256-275, p.259.

41 Lisa Weihman, « Doing my Bit for Ireland: Transgressing Gender in the Easter Rising », Eire-Ireland, vol. 39, 2004, p. 228-249, p.231.

42 Robert Fitzroy Foster, Vivid Faces, The Revolutionary Generation in Ireland 1890-1923, Londres, Penguin Books, 2015, p.224.

43 McCoole, 2003, p.45.

44 McCoole, 2003, p.45.

45 McCoole, 2003, p.46.

46 McCoole, 2000, p.15.

47 Valerie Morgan, « Peacemakers? Peacekeepers? – Women in Northern Ireland 1969-1995 » A Professional Lecture Given at the University of Ulster on Wednesday 25th October 1995. Derry : INCORE, 1996, [cain.ulster.ac.uk] (consulté en octobre 2020).

48 Robert White. Cumann na mBan: The Women’s Army, Indiana University, 2019, [en ligne] https://ulib.iupui.edu/video/CumannnamBan.

49 Dieter Reinisch, « Cumann na mBan and Women in Irish Republican Paramilitary Organisations, 1969-1986 », Estudios Irlandeses, n°11, 2016, p.157.

50 Reinisch, 2016, p.150.

51 « The first provisionals ».

52 Dieter Reinisch, « Women’s Agency and Political Violence : Irish Republican Women and the Formation of the Provisional IRA, 1967-70 », Irish Political Studies, n°34/3, 2019, 1.

53 Elle déclare un cessez-le-feu en 1972 et disparaît du conflit nord-irlandais.

54 Ci-après, lorsque l’IRA sera mentionnée, il s’agira toujours de l’IRA Provisoire.

55 « Ideologically most pure », Reinisch, 2016, p.153.

56 Dieter Reinisch, « Cumann na mBan and the acceptance of women in the Provisional IRA: an Oral History study of Irish republican women in the early 1970s », Socheolas: Limerick Student Journal of Sociology, n°5/1, 2013, p.129.

57 Reinisch, 2016, p.160.

58 Reinisch, 2016, p.159.

59 Reinisch, 2016, p.158-159.

60 Reinisch, 2016, p.154.

61 « There would have been very few women in the IRA […] So I chose Cumann na mBan, it just seemed the natural thing » g – Máire*, entretien 2 (16/07/2021) ; « Cumann na mBan, there wasn’t, there wasn’t an option to join the IRA at the time. It was more for men. That was ‘72 » – Grainne*, entretien 4 (19/07/2021) ; « Back when I, when they joined, there was only, you couldn’t join the Army, you had to join Cumann na mBan » – Dana*, entretien 5b (20/07/2021).

62 L’IRA Officielle déclarant un cessez-le-feu inconditionnel en 1972, lorsque nous mentionneront l’IRA ci-après, sauf mention contraire, il s’agira de l’IRA Provisoire.

63 Lorenzo Bosi, « Explaining Pathways to Armed Activism in the Provisional Irish Republican Army, 1969-1972 », Social Science History, n°36/3, 2012, p.350.

64 Mia Bloom, Paul Gill et John Horgan, « Tiocfaidh ár Mná : Women in the Provisional Irish Republican Army », Behavioral Sciences of Terrorism and Political Aggression, n°4/11, 2012, p.63.

65 Bloom et al., 2012, p.61.

66 Bloom et al., 2012, p.64.

67 Bloom et al., 2012, p.68.

68 Bloom et al., 2012, p.68.

69 Bloom et al., 2012, p.69.

70 L’usage des guillemets ici est justifié par le fait que la qualification de « terroriste » pour les activités des organisations paramilitaires, et a fortiori de l’IRA, ne fait pas consensus. En effet, si les autorités arguent que le recours à la violence politique à l’encontre de civils de manière indiscriminée doit être reconnue comme du terrorisme, pour l’IRA, qui s’appuie sur la théorie de la guerre juste et qui estime s’inscrire dans une lutte de libération et de résistance à l’État colonisateur dans un contexte post-colonial, le terme de « terrorisme » ne peut s’appliquer à ses actions.

71 Bloom et al., 2012, p.74.

72 « Interned without trial ».

73 « Safehouses ».

74 Bloom et al., 2012, p.89.

75 « Hen patrols ».

76 Begoña Aretxaga, Shattering Silence: Women, Nationalism and Political Subjectivity in Northern Ireland, Princeton, Princeton University Press, 1998, p.67.

77 Claire Hackett, « Narratives of Political Activism from Women in West Belfast » In Louise Ryan et Margaret Ward (dir.) Women and Nationalism, Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin et Portland, Irish Academic Press, 2004, p.152.

78 Aretxaga, 1998, p.112.

79 « Relatives Action Committee ». Aretxaga, 1998, p.105.

80 Tous les prénoms des participantes à notre étude ont été modifiés, pour préserver leur anonymat.

81 « When you’re locked up, you’re still fighting » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021). 

82 Michele Devlin et Claire Hackett, A Kind of Sisterhood, Belfast Film Festival, 2015, [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

83 Politique mise en place par le gouvernement britannique entre 1976 et 1981 visant à faire des prisonniers du conflit des criminels et non plus des prisonniers politiques, en révoquant en premier lieu leur statut de « catégorie spéciale ». .

84 Brodie Nugent et Evan Smith, « Intersectional solidarity ? The Armagh women, the British left and women’s liberation », Contemporary British History, 2017, p.4.

85 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

86 Aretxaga, 1998, p.128.

87 Aretxaga, 1998, p.136.

88 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

89 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

90 « Special category status »

91 Nugent et Smith, 2017, p.5.

92 Nugent et Smith, 2017, p.4.

93 Le droit de ne pas travailler, le droit de porter leurs propres vêtements, la liberté d’association, le droit à l’éducation et à l’utilisation d’infrastructures de loisirs, et enfin le droit aux visites, aux lettres et la restauration des remises de peine. Mary Corcoran, « “We had to be stronger” : The Political imprisonment of women in Northern Ireland, 1972-1999 », in Louise Ryan et Margaret Ward (dir.) Women and Nationalism, Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin et Portland, Irish Academic Press, 2004, p.121.

94 Nugent et Smith, 2017, p.4.

95 Devlin et Hackett, 2015. [en ligne] https://vimeo.com/201146006 (03/04/2023).

96 Corcoran, 2004, p.125.

97 « Strip-searching, being battered, your whole dignity took away, took away from your children » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021). 

98 « That was like a war and so, a war on the woman's body, that was basically to degrade you » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021). 

99 « You've got your period. You know, sanitary towels being pulled away from you » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021). 

100 « We can’t be 100% truthful on what’s going on through our heads. Because if we let people know what’s going on in our head, we can actually end up in prison » – Medb*, entretien 3, (16/07/2021).

101 « Whatever you say, say nothing ».

102 Alors que l’on avait promis aux participants à ce projet d’histoire orale que leurs interviews ne seraient rendues publiques qu’après leur mort, la justice a réussi à obtenir certains enregistrements et a procédé à une vague d’arrestations, renforçant la méfiance de la population face aux entreprises d’histoire orale et la question du témoignage. Marisa McGlinchey, Unfinished Business, The Politics of ‘Dissident’ Irish Republicanism, Manchester, Manchester University Press, 2019, p.214.

103 « Armalite and ballot box », Agnès Maillot, L’IRA et le conflit nord-irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 2018, p.163.

104 Ed Moloney, A Secret History of the IRA, Londres, Penguin Books, 2007, p.152.

105 Convention annuelle.

106 Doctrine selon laquelle les républicains élus aux parlements de Westminster, Belfast et Dublin ne prennent pas leur siège, ne reconnaissant aucune institution issue (ou responsable) de la Partition de l’île.

107 « At that time, the Good Friday Agreement was one of the best things that ever happened to the north of Ireland, the prisoners, their families » – Máel*, entretien 6 (22/07/2021).

108 Morgan, 1996.

109 Morgan, 1996.

110 « Peacemakers and peace preventers », Morgan, 1996.

111 « Continuity IRA ».

112 Kevin Bean, « “New dissidents are but old Provisionals writ large?” The Dynamics of Dissident Republicanism in the New Northern Ireland », The Political Quarterly, n°83/2, 2012, p.210-218, p.211.

113 « Unifinished business » en anglais, c’est d’ailleurs le titre que choisit Marisa McGlinchey pour sa monographie sur les « dissidents » : McGlinchey, 2019.

114 McGlinchey, 2019, p.75.

115 McGlinchey, 2019, p.195-196.

116 « As for being called ‘dissidents’ or that, you know, that doesn’t bother me. […] People before me were called ‘irregulars’ » – Erin*, entretien 7 (24/07/2021).

117 McGlinchey, 2019, p.173.

118 Reinisch, 2019, p.20.

119 « There’s all these wee breakaway groups in it for their own self gain, and it’s just corruption […] that I recognize those but there, there is Republicans out there who from day one have been, who’ve been involved with the armed conflict for many years. I will not, I will not judge them or underestimate what they think » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021).

120 McGlinchey, 2019, p.197.

121 C’est-à-dire une réunification consentie par la majorité des deux côtés de la frontière et un désarmement futur des groupes paramilitaires.

122 McGlinchey, 2019, p.38.

123 Maillot, 2018, p.286-287.

124 Maillot, 2018, p.287.

125 Maillot, 2018, p.289-290.

126 McGlinchey, 2019, p.53-54.

127 Lison Ducastelle, L’IRA provisoire, de la violence armée au désarmement, Caen, Presses universitaires de Caen, 2019, p.333.

128 « Restorative justice ».

129 Fabrice Mourlon, L’Urgence de dire. L’Irlande du Nord après le conflit, Oxford et New York, Peter Lang, 2018, p.47.

130 « So I put my experience through, through the conflict […] and then back to the community, […] I deal with people […] under threats and trying to take a restorative approach. […] that was a challenging, challenging job for me, […] sitting down at a table with cops, you know » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021).

131 « People need closure […] I would say the Brits would have to be very open and honest on their actions too. It’s always about saying “the IRA did this”, “the IRA did that” […] Hello, it was a conflict, you know, we both have done harm » – Medb*, entretien 3 (16/07/2021).

132 « Dealing with the past ».

133 Élise Féron, Abandonner la violence ? Comment l’Irlande du Nord sort du conflit, Paris, Payot, 2011, p.200.

134 « Historical Enquiries Team ».

135 Police Service of Northern Ireland (PSNI).

136 Médiateur de police indépendant, chargé recevoir les plaintes à l’encontre de la police nord-irlandaise.

137 « The Disappeared ». Il s’agit des personnes enlevées puis tuées par l’IRA parce que soupçonnées d’être des informateurs de la police, dont le cas le plus connu est celui de Jean McConville. Féron, 2011, p.202.

138 Féron, 2011, p.205.

139 Fabrice Mourlon, « Official Responses to Dealing with the Past in Northern Ireland: Between Remembering and Forgetting », E-Rea n°10/1, 2012, p.4.

140 « Consultative Group on the Past ».

141 « Tribunals of Enquiry ». Mourlon, 2012, p.6.

142 « Independent Commission for Reconciliation and Information Recovery ».

143 Féron, 2011, p.206.

144 « Part of my work would be engaging with the other communities. And with former combatants, like UVF, UDA, and we could meet, discuss, talk, and that’s how we’re going to move this forward. That’s how we’re going to get a united Ireland that is respectful to everybody » – Macha*, entretien 1 (16/07/2021).

145 « Negative peace ». Maureen Heatherington, « The Role of Towards Understanding and Healing », in Liam O’Hagan (dir.) Stories in Conflict, Towards Understanding and Healing, Belfast : Yes Publications, 2008, p.39-54, p.49.

Top of page

References

Electronic reference

Elisa Helal-Brenner, “Les Républicaines dans le conflit nord-irlandais, entre dissidence et continuité”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-2 | 2024, Online since 10 May 2024, connection on 17 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/11927

Top of page

About the author

Elisa Helal-Brenner

Université Sorbonne Nouvelle

Elisa Helal-Brenner est agrégée d’anglais et doctorante en quatrième année en Études irlandaises sous la direction de Monsieur Fabrice Mourlon au sein de l’École doctorale 625 – MAGIIE de la Sorbonne Nouvelle. Elle rédige actuellement sa thèse sur les Républicaines dans le conflit nord-irlandais tout en enseignant à la Sorbonne Nouvelle en tant qu’A.T.E.R.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search