Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-2Les Troubles et le conflit au Moy...

Les Troubles et le conflit au Moyen-Orient : alliances coloniales et solidarité transnationale

The Troubles and the Middle East Conflict: Colonial Alliances and Transnational Solidarity
Marie-Violaine Louvet

Abstracts

During the Troubles in Northern Ireland, particularly between the end of the 1970s and the beginning of the 1980s, the urban landscape of certain Catholic districts took on the colours of the Palestinian flag. Whether painted on murals, hung on buildings or waved at demonstrations, the flags reflected an identification with the Palestinian cause that, like the Northern Ireland conflict, was read through the prism of the colonial question and partition. In addition, the experiences of incarceration, administrative detention and hunger strike provided fertile ground for transnational solidarity links to flourish between certain armed groups such as the Irish Republican Army or the Irish National Liberation Army and the Palestine Liberation Organisation. These links of solidarity between certain Northern Irish republican factions and certain Palestinian organisations took the form of exchanges of weapons, ammunition and knowledge of explosives. Much later, in the early 2000s, after the signing of the Good Friday Agreement and the start of the second Intifada, Palestinian flags once again made a very visible appearance at republican demonstrations, such as the annual Bloody Sunday commemorations. Israeli flags also appeared in some Protestant neighbourhoods in Northern Ireland, notably on the initiative of the Ulster Defence Association, highlighting a discourse based on the obsidional mentality of the Unionist community, and often nourished by religious beliefs.
While peace was signed in Northern Ireland, and the violence gradually subsided, the conflict shifted to the symbolic level, suggesting that the reconciliation process was not entirely successful. Through a study of primary sources (interviews, activist press, grey literature, general press) this essay sheds light on the origins of the republican identification with the Palestinian cause, its implications and its use by the Sinn Féin republican party for pragmatic purposes. It also looks at unionist demonstrations in support of Israel, trying to identify political and religious affinities. This support for the belligerents in the Middle East conflict allows us to question the unfinished nature of the peace process in Northern Ireland, and the divisions that persist « in hearts and minds », in the words of John Hume.

Top of page

Full text

Introduction

1Au Moyen-Orient comme en Irlande, la période qui court de la fin des années 1960 à 2007 est marquée par une succession de périodes de conflit, qu’il soit ouvert ou latent, et de périodes de paix, résultats de longs processus de construction. En parallèle de la période des Troubles en Irlande du Nord, de la fin des années 1960 à la fin des années 1990, le Moyen-Orient est secoué par la Guerre des Six Jours (1967) qui oppose l’Etat d’Israël à la Syrie, l’Egypte et la Jordanie, puis par la Guerre civile au Liban (1975-1989) qui voit l’armée israélienne s’opposer à des factions palestiniennes présentes dans le sud du Liban, et enfin par la première intifada (1987-1993) qui oppose Palestiniens et Israéliens en Israël et dans les territoires occupés incluant la Cisjordanie avec Jérusalem Est et la bande de Gaza. Dans les années 1990, en Irlande du Nord comme au Moyen-Orient, on travaille en partenariat avec les Etats-Unis, pour construire la paix. Celle-ci se concrétise avec la signature des Accords d’Oslo en 1993 par Yasser Arafat, le président du comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et Yitzhak Rabin, le Premier ministre israélien, ainsi que celle de l’Accord du Vendredi saint, ratifié en 1998 par les principales forces politiques nationalistes et unionistes nord-irlandaises, la République d’Irlande et le Royaume-Uni. Pourtant, ces Accords auront un destin différent puisque la paix, dont on peut remettre en question le caractère achevé, est maintenue en Irlande du Nord alors que la seconde intifada (2000-2005), suivie de la construction du mur de séparation entre territoires israéliens et palestiniens et de la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza, vient briser en éclats le processus de paix.

2Leur temporalité concomitante rapproche les protagonistes des conflits en Irlande du Nord et au Moyen-Orient, tout comme le récit qui en est fait par les différentes parties. Celui-ci se fonde sur une expérience commune de la colonisation et de la partition des territoires. Entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, le paysage urbain de certains quartiers catholiques en Irlande du Nord revêt les couleurs du drapeau palestinien. Que celui-ci soit peint sur des fresques murales, accroché sur des bâtiments ou brandi lors de manifestations, il témoigne d’une identification à la cause palestinienne lue, comme le conflit nord-irlandais, à travers le prisme de la question coloniale. De nouveau, avec l’échec du processus de paix au Moyen-Orient, au début des années 2000, on observe une multiplication des gestes de soutien à la cause palestinienne de la part des nationalistes et des républicains. En réponse, aux mêmes périodes, certains quartiers protestants se revêtent du blanc et du bleu du drapeau israélien et certaines factions unionistes témoignent de leur soutien à Israël avec qui une affinité se tisse, principalement ancrée dans une mentalité obsidionale associée à des croyances religieuses asseyant par la Bible la légitimité de la présence du peuple juif sur le territoire revendiqué par les Palestiniens.

  • 1 « It was John Hume, not Sinn Féin, who steered Northern Ireland to peace », The Guardian, 20 Novemb (...)
  • 2 SAID Edward W., Orientalism, New York, Vintage Books 1994 (1ère edition 1979); GREGORY Derek, The C (...)

3Ce chapitre montrera que le soutien apporté par certains groupes républicains et unionistes à l’un ou l’autre des deux protagonistes du conflit au Moyen-Orient participe d’un prolongement symbolique du conflit en Irlande du Nord, qui vient remettre en cause le caractère achevé du processus de paix, au moins dans les « cœurs et les esprits », selon les termes de John Hume1. Situer les revendications dans un territoire lointain, en s’associant à une cause que l’on s’approprie, serait une manière de continuer la lutte autrement, de poursuivre la défense de valeurs constitutives de sa propre identité au sein d’une communauté. Comme le met en évidence le paradigme des « géographies imaginées » d’Edward Saïd, plus tard appliqué par le géographe britannique Derek Gregory pour expliquer certaines structures géopolitiques d’amitié ou d’inimitié, il est possible de parler d’un ailleurs pour parler de chez soi, en utilisant la grille de lecture de l’histoire coloniale2.

4Dans ce chapitre, nous nous intéresserons d’abord à la naissance de manifestations de solidarités transnationales entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, en mettant en avant des moments forts des échanges entre Nationalistes/Républicains et Palestiniens, notamment au moment des grèves de la faim de 1980 et 1981 et en rapport à la détention administrative. Nous analyserons le prolongement symbolique du conflit après la signature de l’Accord du Vendredi saint, en particulier au moment de la seconde intifada qui donne un nouvel élan aux manifestations de soutien à l’un ou l’autre protagoniste depuis l’Irlande. La deuxième partie du chapitre sera consacrée au soutien unioniste à Israël et remettra en question son caractère uniquement réactionnel en explorant cette affinité d’un point de vue politique et religieux.

Intérêt du nationalisme/républicanisme irlandais pour la cause palestinienne : origines (fin années 1970-années 1980) et renouveau (2000)

L’Irlande du Nord et la Palestine : une même lutte ?

  • 3 « The Palestinians are bitterly hostile to the British and U.S. imperialist powers both of whom sup (...)

5Le principal motif de l’identification des Nationalistes/Républicains irlandais à la cause palestinienne repose sur la perception d’une expérience commune de la colonisation : que ce soit celle de l’Irlande par les Britanniques ou celle de la Palestine par les Britanniques puis par Israël. Dès les années 1970, le magazine républicain The United Irishman publie une colonne de la militante Máirin de Búrca, future secrétaire-générale du Sinn Féin officiel, intitulée « The Struggle for Palestine ». De Búrca y dénonce le sionisme en tant qu’entreprise colonialiste permise, notamment, par les Britanniques, suite à la déclaration de Balfour : « Les Palestiniens sont amèrement hostiles envers les puissances impérialistes britannique et américaine, qui soutiennent toutes deux l'État sioniste d'Israël. Ils se souviennent de la déclaration Balfour qui, avec une arrogance typiquement britannique, promettait un ‘foyer national en Palestine’ aux sionistes 3 ». La déclaration de Balfour est la promesse du secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Arthur Balfour, au Baron Walter Rothschild, d’accorder une terre au peuple juif en Palestine, par le biais d’une lettre écrite en 1917. L’« arrogance » britannique dénoncée ici repose en particulier sur l’engagement de créer un foyer national pour le peuple juif, sans tenir compte de la présence du peuple arabe, à des fins pragmatiques, afin d’assurer aux Alliés un soutien puissant dans le cadre de la Première Guerre mondiale.

  • 4 « Solidarity with Palestinian », An Phoblacht, 31 janvier 1985, p.11.
  • 5 « Palestine/Ireland-the parallels », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p.12.

6La référence à la politique coloniale britannique dans le but de rapprocher l’Irlande du Nord de la Palestine se poursuit dans les années 1980, quand Gerry MacLochlainn est le responsable à Derry/Londonderry du Sinn Féin provisoire, la branche politique de l’IRA provisoire. Alors que le Front de Libération de la Palestine fête ses dix-sept ans d’existence, à Conway Hall, à Londres, MacLochlainn évoque une « expérience commune de l’impérialisme britannique », qui serait partagée par les Palestiniens et les Irlandais4. Il rapproche ainsi l’Irlande de la Palestine en faisant référence à la période du mandat britannique en Palestine (1920-1948), proposé par la Société des Nations suite à la chute de l’Empire Ottoman. La même comparaison sur fond de dénonciation du colonialisme est utilisée en 1985 lorsque le Sinn Féin provisoire organise une exposition et la projection d’un film intitulés « Palestine/Ireland – the Parallels » au Felons’ Club, haut lieu du républicanisme situé dans les quartiers catholiques de Belfast5.

  • 6 A/RES/33/24, « Importance pour la garantie et l'observation effective des droits de l'homme, de la (...)
  • 7 « Palestine has fared rather better than Ireland, so far, at the United Nations, in the propaganda (...)
  • 8 « PLO », An Phoblacht, 28 août 1986, p.14.

7L’Organisation des Nations Unies, plus particulièrement son Assemblée Générale, est une arène où l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) est entendue, comme le montre le vote de la résolution intitulée « Importance, pour la garantie et l'observation effectives des droits de l'homme, de la réalisation universelle du droit des peuples à l'autodétermination et de l'octroi rapide de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux » (33/24, 19 novembre 1978 puis 38/17 22 novembre 1983) qui « condamne tous les gouvernements qui ne reconnaissent pas le droit à l'autodétermination et l’indépendance de tous les peuples encore assujettis à la domination coloniale et étrangère et l'emprise étrangère, notamment les peuples d'Afrique et le peuple palestinien6 ». La résolution, votée par 92 pays contre 19, est soutenue par une alliance des pays victimes de la colonisation, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique latine, à laquelle le mouvement républicain irlandais souhaite s’associer, comme en témoigne un article commentant le vote dans le magazine du Sinn Féin provisoire An Phoblacht : « Jusqu'à présent, la Palestine s'en est mieux sortie que l'Irlande, aux Nations unies, dans la guerre de propagande, malgré l'énorme influence des principaux soutiens d'Israël, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France 7 ». Plus tard, au milieu des années 1980, An Phoblacht s’enthousiasme du nombre croissant d’Etats qui accordent une reconnaissance officielle à l’Organisation de Libération de la Palestine, l’OLP, comme représentante légitime du peuple palestinien8.

Droits civiques

8Tout comme la colonisation, la question de l’égalité devant la loi et la défense des droits civiques est un motif récurrent du discours républicain sur la Palestine dans les années 1970-1980. Cette question est centrale en Irlande du Nord depuis les années 1960, lorsque divers groupes commencent à émerger pour protester contre le gouvernement d'Irlande du Nord, créé en 1920 suite à la partition de l’Irlande, et contre ses politiques jugées discriminantes. Le mouvement des droits civiques, dont la Northern Ireland Civil Rights Association (NICRA), qui s’inspire d’un mouvement similaire aux Etats-Unis, cherche à obtenir l'égalité pour tous les citoyens avec des réformes en matière d'emploi, de logement, de scrutin et de maintien de l'ordre. Bien que les revendications de ces groupes concernent tous les citoyens d'Irlande du Nord, le mouvement des droits civiques est un mouvement qui répond davantage aux griefs des Catholiques et des Nationalistes, en raison des allégations de discrimination à leur encontre de la part du gouvernement unioniste. Alors que le mouvement se poursuit jusqu'à la fin des années 1960, les affrontements avec la Royal Ulster Constabulary (RUC) deviennent plus fréquents et plus violents avec le début des Troubles, obligeant le gouvernement britannique à déployer l'armée britannique dans les rues d'Irlande du Nord (août 1969). Le discours républicain rapproche la discrimination à l’encontre de la population catholique d’Irlande de celle expérimentée par la population arabe en Palestine. Pour An Phoblacht:

  • 9 « From Victims to Oppressors: the Jewish Ulster », An Phoblacht, 21 avril 1979, p.11.

Today Arabs in Israel are treated like second-class citizens. They are subjected to legal segregation in education, housing and in every aspect of social life. There are thousands of political prisoners in Israeli jails, where cases of torture have been documented by the International Red Cross9.

  • 10 À Dungannon, dans le comté de Tyrone, en 1968, deux familles catholiques nombreuses se voient refus (...)

9On retrouve ici certaines revendications mises en avant en Irlande du Nord par le mouvement en faveur des droits civiques, avec les grands thèmes de l’éducation et du logement. Après 1945, l’Irlande du Nord se trouve dans un contexte de pénurie générale de logements sociaux en raison de l'augmentation de la population. Ce qui rend la question politiquement explosive, c'est que si les catholiques étaient logés en dehors des circonscriptions électorales dans lesquelles ils avaient été confinés après 1924, cela menacerait immédiatement la domination politique unioniste. On observe donc des cas de familles catholiques à qui l'on refuse un logement social. Quelques exemples emblématiques, notamment à Dungannon et Derry/Londonderry, créent l’indignation et sont exploités comme des symboles par le mouvement pour les droits civiques10. Ainsi, mentionner la ségrégation géographique et les inégalités par rapport au droit au logement pour commenter la situation palestinienne semblait propice à attirer de la sympathie au sein de la communauté nationaliste

Messages politiques au sujet de l’Irlande du Nord

10Dans les années 1980, la comparaison entre les conflits en Irlande du Nord et au Moyen-Orient est utilisée par le mouvement républicain pour commenter le positionnement politique de certaines factions localement. C’est notamment le cas du parti nationaliste Social Democratic and Labour Party (SDLP) et de son dirigeant John Hume (1979-2001) qui rejette l’utilisation de la violence et cherche à promouvoir la paix en collaborant, notamment, avec la République d’Irlande, alors dirigée par Garret Fitzgerald. La Guerre du Liban est utilisée par le magazine républicain An Phoblacht pour critiquer ce qu’il considère comme une attitude de compromission :

  • 11 « Lebanon and Ireland », An Phoblacht, 1er juillet 1982, p.8

As the PLO has had to stand alone against the Israeli war machine, so also must the republican movement stand alone against the British war machine. […] Just as the Arab governments have acquiesced to the Israeli assault on the PLO, so also will the Free State establishment and the SDLP acquiesce to the suppression of the republican movement whom they see as posing a radical political and social challenge to their political authority. […] The Israelis want to exterminate the Palestinian identity because it is a challenge to them. The British and Free State governments, with the active support of the SDLP, want to exterminate the republican identity for the very same reason11.

  • 12 « Plain speaking on Palestine at the UN », Irish-Arab News, vol.5, n°2, 1979 (automne), p.3.
  • 13 PICAUDOU Nadine, Le Mouvement national palestinien: genèse et structure, Paris, L’Harmattan, 1991, (...)
  • 14 Dans le contexte du conflit nord-irlandais, les détentions administratives sont utilisées contre le (...)

11Une équivalence est ici établie entre l’OLP et le mouvement républicain, ainsi qu’entre les Etats arabes, supposés alliés comme l’Egypte qui a pourtant signé les accords de paix de Camp David (1978) avec Israël12. En effet, à la signature de ces accords, le Président Anouar el-Sadate est largement considéré dans les pays arabes comme un lâche qui aurait trahi la cause palestinienne en échange du recouvrement de la péninsule du Sinaï, prise par Israël en 1967. Cet arrangement va à l’encontre de la promesse faite par l’Egypte en 1973, à l’occasion d’un Sommet du monde arabe à Alger, selon laquelle aucun accord ne serait signé avec Israël sans l’assurance que justice serait faite au peuple palestinien. Au moment de la signature des Accords, Yasser Arafat aura ce mot célèbre : « La Palestine a été vendue, et les droits nationaux du peuple palestinien ont été vendus pour une poignée de sable du Sinaï13 ». Au début des années 1980, les républicains reprochent particulièrement au SDLP de ne pas s’opposer assez fermement aux détentions administratives, c’est-à-dire sans inculpation14.

Collaborations transnationales entre Irlandais et Palestiniens

  • 15 BOWYER BELL John, The Secret Army; the IRA 1916-1979, Dublin, Mid Press, 1983, p.437.

12Au cours de la deuxième moitié des années 1970 et des années 1980, une partie importante de la résistance républicaine se joue dans les prisons d’Irlande du Nord, notamment dans la prison de Maze, aussi connue sous le nom de Long Kesh ou H blocks, par exemple à travers la grève des couvertures et la grève de l’hygiène pour demander un « Statut spécial », débutées en 1976, et les grèves de la faim (1980-1981). Les expériences de l’incarcération, de la détention administrative et de la grève de la faim sont un terreau fertile sur lequel fleurissent des liens de solidarité transnationale entre certains groupes armés tels que l’Armée républicaine irlandaise (IRA) ou l’Armée irlandaise de libération nationale (INLA) et l’Organisation de Libération de la Palestine. Ces liens de solidarité entre certaines factions républicaines nord-irlandaises et certaines organisations palestiniennes se matérialisent par des échanges d’armes, de munitions et de connaissances sur les explosifs15.

  • 16 PAT COOGAN Tim, A Memoir, Londres, Orion Publishing, 2010, p.241.
  • 17 Ibid., p.241.
  • 18 « International Solidarity », An Phoblacht, 30 mai 1981, p.40-41.

13Le caractère extrême des grèves de la faim, et les décès qui en sont souvent la conséquence, contribuent à nouer des liens forts entre les mouvements qui le pratiquent ou l’ont pratiqué. Dans sa biographie, le journaliste irlandais Tim Pat Coogan, longtemps éditeur du journal Irish Press, fait état d’une consultation de l’OLP par les Républicains en janvier 198116. Alors qu’ils choisissaient les meilleurs candidats pour lancer une seconde vague de grève de la faim, après la tentative de 1980, les Républicains souhaitaient obtenir des informations précises sur les effets physiologiques de la grève de la faim17. Une des illustrations de la création de réseaux transnationaux la plus marquante a lieu pendant celle de 1981, au cours de laquelle dix prisonniers républicains trouvèrent la mort, dont Bobby Sands, élu Membre du Parlement britannique pendant sa captivité. Le soutien apporté par la population catholique d’Irlande du Nord est massif, et la popularité du Sinn Féin sera grandement accrue suite à cet événement, en Irlande du Nord et en République d’Irlande comme à l’étranger18. De manière concomitante, au Moyen-Orient, des grèves de la faim sont aussi organisées par des prisonniers palestiniens détenus dans des prisons israéliennes (1979-1980), notamment à Gaza, Ramleh et Hébron. Certains détenus sont ensuite envoyés à la prison de Nafha (« enfer » en arabe) construite dans le désert pendant la période du mandat britannique, et située à une centaine de kilomètres de Jérusalem. En mai 1981, un groupe de palestiniens manifeste devant le Consulat britannique de Jérusalem Est, en soutien aux grévistes de la faim irlandais. Cette manifestation est commentée en ces termes par An Phoblacht :

  • 19 « Jail resistance-the Palestinians », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p.12.

On May 8th 1981, a group of prisoners’ mothers, Palestinian students, and political activists gathered outside the British Consul in East Jerusalem to protest against the conditions for Irish prisoners in Long Kesh and Armagh jails and to express their solidarity with the hunger strike campaign. […] The name of Bobby Sands was linked to the names of Ali Al Jaffari and Rasem Halawi HUNGER STRIKERS in Nafha prison who died as a result of force feeding in July 1980. For the Palestinians the suffering of their Irish brothers and sisters is a reality they understand only too well. Palestinian parents know what it means to have a son or daughter in prison for resisting their oppression. […] The Palestinian people remain as determined as the Irish to rid their country of oppression. In the words of Mrs Malabi, mother of 3 political prisoners: ‘We the parents of Nafha prisoners are in full solidarity with the Irish struggle. Their struggle against British imperialism is the same as ours against Israeli imperialism19.

14Une lutte similaire contre l’impérialisme est ici invoquée pour justifier des liens de solidarité entre prisonniers irlandais et palestiniens.

Esthétique et mise en scène

  • 20 BOURDIEU Pierre, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p.64-65 (...)
  • 21 LISLE Debbie, « Local Symbols, Global Networks: Rereading the Murals of Belfast », Alternatives: Gl (...)
  • 22 ROLSTON Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Londres, Associated U (...)

15Le soutien à la cause palestinienne en Irlande du Nord a une forte valeur symbolique, nous l’avons vu, et celle-ci n’a de sens que si elle est rendue visible, affichée. L’utilisation du drapeau palestinien peut-être rangée parmi les manifestions à fort investissement de capital culturel selon la classification proposée par Pierre Bourdieu20. Exhiber le drapeau palestinien est en rupture avec le moyen traditionnel de revendication, l’utilisation du drapeau irlandais tricolore, et n’a de sens que de manière symbolique, c'est-à-dire par association, ici avec la cause palestinienne. Dans les quartiers catholiques de Belfast et Derry/Londonderry, on voit apparaître des drapeaux palestiniens dès la fin des années 1970 et le début des années 1980, en particulier après l’incursion israélienne au Liban de 1982. Pendant la période des Troubles, les fresques murales (murals) sont utilisées par les militants des deux camps dans certaines villes d’Irlande du Nord pour manifester leur appartenance à la communauté nationaliste ou unioniste. La chercheuse Debbie Lisle, dans un article consacré aux fresques murales de Belfast et aux solidarités internationales qu’elles expriment, distingue deux types de fresque : les « images de haine », qui ont pour vocation d’intimider la communauté adverse et les « images d’héritage commun » qui, elles, cherchent à mobiliser et galvaniser la communauté qui les a commandées21. Pour le chercheur Bill Rolston, ces fresques inscrivent la lutte républicaine dans un cadre idéologique, qui, s’il n’est pas socialiste à strictement parler, est tout du moins anti-impérialiste22. Le président du Sinn Féin, Gerry Adams, commente l’apparition de ces fresques en 1986 en soulignant l’importance d’une ouverture à tous les mouvements de libération pour le républicanisme irlandais :

  • 23 ADAMS Gerry, Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon Books, 1986, p. 131.

The appearance of solidarity slogans or vividly painted murals on gable walls throughout the nationalist ghettoes of the 6 counties is but one example of this identification with liberation struggles throughout the world. The indignation of ordinary nationalists in the 6 counties at Reagan’s attempt to bully or undermine the government of Nicaragua, and their obvious sorrow at the forced eviction of the PLO from Beirut, provide ample evidence of the strength of their anti-imperialist and internationalist instincts. All socialists must be internationalists and anti-imperialists in a meaningful way23.

  • 24 Une journée de ce festival, Palestine Day, est consacrée à la Palestine depuis l’Opération « plomb (...)

16C’est dans ce cadre qu’apparaissent des fresques murales dédiées à la question palestinienne qui apparaissent sporadiquement à l’ouest de Belfast, dans les quartiers catholiques, à Falls Road et New Lodge, et dans le Free Derry Corner, à Derry/Londonderry, au début des années 1980. Le festival annuel des quartiers catholiques, le West Belfast Festival, organisé depuis 1988, contribue à l’épanouissement de cet art urbain, en décernant des prix aux meilleures œuvres et en passant des commandes24. En voici deux exemples :

1) Irish Republican Youth Movement, Beechmount Avenue, Belfast, 1982.

1) Irish Republican Youth Movement, Beechmount Avenue, Belfast, 1982.

2) ‘Solidarity between women in armed struggle’, Falls Road, Belfast, 1983.

2) ‘Solidarity between women in armed struggle’, Falls Road, Belfast, 1983.

(Avec l’aimable autorisation de Bill Rolston).

  • 25 ROLSTON Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, op. cit., p.101; HILL (...)
  • 26 ROLSTON Bill, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publication (...)
  • 27 FLANNERY Eóin, Ireland in Focus, Film, Photography, and Popular Culture, Syracuse, Syracuse Univers (...)

17Un motif est particulièrement récurrent : la figure du résistant armé, guerillero combattant pour la liberté et figure d’une résistance qui n’est pas sans évoquer le combat de David contre Goliath. La première fresque est signée par l’Irish Republican Youth Movement, un mouvement de jeunesse républicain, et a été peinte sur Beechmount Avenue, à Belfast, en 198225. Elle montre deux combattants dont le visage est masqué d’une cagoule pour l’un, selon l’usage de l’IRA, et d’un keffieh pour l’autre, selon l’usage de l’OLP. Les deux jeunes hommes sont unis par un lance-roquettes qu’ils brandissent haut dans le ciel, en plus des pistolets mitrailleurs qu’ils ont déjà chacun dans leurs mains. La fresque porte l’inscription « PLO-IRA One Struggle », et derrière chaque guerrier flottent les drapeaux irlandais et palestinien. Le message est clairement combattant et c’est une solidarité de frères d’armes qui est illustrée. Un an plus tard, en 1983, sur Falls Road, à Belfast, une fresque apparaît qui représente trois femmes combattantes : une de l’IRA, une de l’OLP et une de la South West Africa People’s Organisation (SWAPO)26. Elles se tiennent à l’intérieur du cercle qui symbolise la femme, arborant elles aussi des pistolets mitrailleurs et des treillis de combat. Le message en bas à droite de l’image est une invitation à prendre les armes : « Solidarity between women in armed struggle27 ».

Après l’Accord du Vendredi saint : prolongement symbolique du conflit

  • 28 Entretien avec Feilim O hAdmaill, co-fondateur de l’IPSC (branche de Belfast), 3 août 2012.
  • 29 BROWNE Kris, MAC GINTY Roger, « Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreem (...)
  • 30 « Palestinian flags on march », Derry Journal, 2 février 2009.
  • 31 Voir le site internet de Derry Friends of Palestine, « Irish ship to Gaza Northern launch », http:/ (...)

18La seconde intifada, qui a lieu en 2000, suivie de l’Opération « plomb durci » (2008-2009) – opération militaire israélienne sur Gaza qui suscite l’indignation dans la communauté nationaliste – vient donner un nouvel élan aux manifestations de soutien envers la Palestine dans une Irlande du Nord désormais en paix, suite à la signature de l’Accord du Vendredi saint. En 2002, lors de la visite d’une délégation palestinienne à Belfast, invitée par l’association pro-palestinienne Ireland Palestine Solidarity Campaign pour témoigner au West Belfast Festival, les quartiers nationalistes se retrouvent couverts de drapeaux palestiniens28. De manière très symbolique, les zones d’interface entre quartiers unionistes et nationalistes sont tout particulièrement décorées des couleurs palestiniennes29. De plus, les commémorations annuelles de Bloody Sunday à Derry/Londonderry incluent désormais des événements en lien avec la Palestine. En 2009, par exemple, une mer de 1400 drapeaux palestiniens, symbolisant le nombre de victimes palestiniennes de l’Opération « plomb durci », est portée par le cortège30. On voit alors les dirigeants du Sinn Féin, Gerry Adams et Martin McGuinness, défiler dans une vague de rouge, de vert et de noir. Depuis le milieu des années 1970 avec la création d’un Bureau international, et jusqu’à aujourd’hui, le parti républicain Sinn Féin a revendiqué un soutien infaillible à la cause palestinienne soutenant, par exemple, depuis 2013 le boycott économique et culturel d’Israël, et participant, aux côtés des associations civiles, à toutes les manifestations pro-palestiniennes en Irlande du Nord comme en République d’Irlande. Le parti soutient aussi des initiatives telles que celle appelée Irish Ship to Gaza (2010) en référence au navire irlandais qui participa aux Flottilles de la liberté qui défièrent le blocus de Gaza mis en place par Israël après la prise de pouvoir du Hamas en 200631.

  • 32 « I stand here and behind me is a small wall with the colours of Palestine painted on it. I look fo (...)

19De nombreuses fresques murales sont de nouveau peintes sur les murs des quartiers nationalistes d’Irlande du Nord après les années 2000. Neil Jarman, qui étudie la valeur symbolique des fresques, souligne que leur signification politique est amplifiée par l’emplacement où elles se trouvent, et cite l’exemple du Bogside, à Derry/Londonderry, où les premières barricades séparant les quartiers catholiques du reste de la ville furent érigées en 1969 avec le fameux slogan « You Are Now Entering Free Derry », ornant un pan de mur de St Columb's Street. Ce même mur, le « Free Derry Wall », revêtu d’une aura symbolique indéniable, a été de nombreuses fois mis à contribution dans le cadre de la solidarité envers la Palestine. Quand Yasser Arafat décède en 2004, le mât au sommet du mur porte le drapeau palestinien à mi-hauteur en signe de deuil. Un an plus tard, le mur entier est peint aux couleurs de la Palestine. Jamal Zahalka, un membre palestinien de la Knesset, prononce un discours juste devant, à l’occasion de la commémoration annuelle de Bloody Sunday en 2005, dans lequel il évoque ce symbole : « Je me tiens ici et derrière moi se trouve un petit mur sur lequel sont peintes les couleurs de la Palestine. J'attends avec impatience le jour où nous démolirons le mur de l'apartheid en Palestine et où nous construirons une version de ce petit mur sur lequel nous écrirons : ‘Vous entrez maintenant en Palestine libre32 ».

« Free Derry Wall », 22 Lecky road, Derry/Londonderry, en 2005, 2009 et 2014

« Free Derry Wall », 22 Lecky road, Derry/Londonderry, en 2005, 2009 et 2014
  • 33 JARMAN, Neil. « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Spac (...)
  • 34 « Khader Adnan receives message of support from former Hunger Striker Tommy McKearney », vidéo publ (...)

20Les fresques qui ont fleuri au moment de la seconde intifada en 2000 constituent plus des appels à la solidarité et la dénonciation des violences à l’encontre de la population palestinienne qu’une propagande pour encourager l’engagement militaire33. La violence est dépeinte comme provenant des Israéliens, souvent à l’encontre de civils désarmés. On retrouve le motif de la grève de la faim, avec, par exemple, deux fresques murales, peintes par l’artiste Danny Devenny, apparaissant sur le Mur international, du côté de Falls Road, à Belfast, en solidarité à Khader Adnan, un activiste palestinien placé de longues années en détention administrative et qui avait entamé de nombreuses grèves de la faim dont la dernière fut fatale en 202334.

  • 35 MILLER Rory, Ireland and the Middle East: Trade, Society and Peace, Dublin: Irish Academic Press, 2 (...)
  • 36 ADDLEY Esther, « Riot city », The Guardian, 11 juin 2002.
  • 37 « UK Bridge closed after stone throwing », BBC News, 11 juin 2002.
  • 38 MEYER David S., STAGGENBORG Suzanne, « Movements, Countermovements, and the Structure of Political (...)
  • 39 John Gregg avait, entre autres méfaits, tenté d’assassiner Gerry Adams en 1984, raison pour laquell (...)
  • 40 « Most of the band wanted it just for a wind-up, to annoy the Bogsiders. But my thing is, there's t (...)

21Lorsque les drapeaux palestiniens envahissent Belfast au printemps 2002, des drapeaux israéliens sont hissés, en témoignage de solidarité, par des membres de la communauté unioniste de Belfast. Le chercheur Rory Miller cite aussi l’apparition de tags portant les inscriptions « Go on Sharon » et « The West bank of the Lagan backs Ariel Sharon »35. Des émeutes sont signalées à l’est de Belfast, sur l’interface entre Short Strand, une enclave nationaliste, et Lower Newtownards Road, un quartier unioniste, dues à des altercations liées à cette guerre des drapeaux36. La police doit séparer des belligérants sur le pont Ormeau, qui sépare Ormeau Road, un quartier nationaliste, de Ballynafeigh, un quartier unioniste37. Une centaine de manifestants s’étaient rassemblés et des pierres avaient été lancées contre les policiers venus faire respecter l’ordre. On le voit, le soutien nationaliste et surtout républicain à la cause palestinienne crée une réaction opposée, qui s’inscrit dans les « contre-mouvements » étudiés par Meyer et Staggenborg et entretient l’antagonisme entre les communautés38. Un des commandants de la milice loyaliste Ulster Defence Association (UDA) du Nord de Belfast, John Gregg, avait demandé de faire flotter le drapeau israélien dans le plus de quartiers unionistes possibles39. Au sujet du drapeau israélien que son groupe de musique, Cloughfern Young Conquerors, qui participe aux parades loyalistes, exhibe, il s’exprime ainsi : « La plupart des membres du groupe voulaient l’avoir juste pour agacer les Bogsiders, pour les pousser à bout. Moi ce que je dis c’est qu’il y a l'IRA, l'OLP et l'ANC et que je les déteste tous les trois. […] Les Israéliens et les Sud-Africains blancs sont dans une situation très similaire à la nôtre40 ». On identifie ici la notion de provocation et de défi à l’origine de cette exhibition de solidarité envers Israël. Un camp affirme son identité contre celle de l’autre, par rejet de l’identité adverse. Mais on devine aussi l’identification de certains loyalistes et unionistes à Israël pour des raisons politiques, historiques et parfois religieuses que nous allons évoquer dans la deuxième partie de ce chapitre.

Soutien unioniste à Israël

  • 41 TAYLOR Taylor, Loyalists, Londres, Bloomsbury, 1999, p.191.

22Le soutien unioniste et loyaliste à Israël n’a pas des racines aussi anciennes que le soutien nationaliste et républicain à la Palestine, et il n’y a pas de discours uniforme sur la question dans les années 1970 ou 1980. Pourtant des milices loyalistes telles que l’UDA, l’Ulster Volunteer Force et Ulster Resistance bénéficient d’un trafic d’arme en provenance du Liban, saisies par les Israéliens, au début des années 198041.

Mentalité obsidionale et discours unioniste

  • 42 STORRS Ronald, Memoirs, 1937 (https://archive.org/stream/memoirsofsirrona001290mbp/memoirsofsirrona (...)
  • 43 HILL Andrew Hill, WHITE Andrew, « The Flying of Israeli Flags in Northern Ireland », op. cit., p.31 (...)

23En 1979, An Phoblacht relate le fait que lors de lors de la période du mandat britannique en Palestine, Ronald Storrs, le premier gouverneur de Jérusalem, avait annoncé dans ses Mémoires que l’émigration massive de Juifs vers la Palestine donnerait lieu à la création d’un « petit Ulster juif et loyal dans une mer d’arabisme potentiellement hostile42 ». Cette dénonciation de la mentalité impérialiste britannique de la part du magazine républicain fait référence à la mentalité obsidionale des Unionistes en Irlande du Nord, partagée par les Israéliens, qui, comme eux, verraient leur existence menacée par la présence d’un environnement considéré comme étant hostile : les pays arabes voisins pour Israël, les Catholiques peuplant l’île pour les Unionistes. Les chercheurs Andrew Hill et Andrew White voient, à partir du cessez-le-feu de 1994 et du début du processus de paix, le glissement du conflit sur le plan symbolique, puisqu’il ne s’exprime plus par une violence directe43. Brandon Hamber parle de l’expression d’une peur des deux côtés :

  • 44 HAMBER Brandon, « Flying Flags of Fear: The Role of Fear in the Process of Political Transition », (...)

Speculatively, for some republicans, the Palestinian flag symbolizes the place from which they believe they have come (oppression) and to which they do not want to return (conflict). This is why their constituents are urged to continue to support the Agreement of 1998. Perhaps, for some loyalists, the Israeli flag represents the opposite, that is, a fear of what might happen if they continue to support the Agreement – namely, that they may become hemmed in and surrounded by a hostile ‘other’44.

  • 45 L’Ordre d’Orange est une société fraternelle protestante fondée en 1795 en Irlande du Nord.
  • 46 « Unionism has quite consciously analysed their position in this context. For example the Orange Or (...)

24Ce positionnement n’est pas sans rappeler cette réflexion de l’Ordre d’Orange45, qui inspirera le titre d’un article du chercheur John Doyle sur la question nord-irlandaise : L'unionisme a consciemment analysé sa position dans ce contexte. Par exemple, l'Ordre d'Orange, comparant l'Irlande du Nord à Israël, a déclaré : « Ayant été trahis auparavant, ils [les habitants de l'Ulster] sont très vigilants maintenant, car comme l'a écrit Louis Gardner, ‘l'Ulster, comme Israël, ne peut perdre qu'une seule fois’46 ». Autrement dit, les deux pays jouent leur existence même dans le conflit, le perdre serait signer son propre arrêt de mort. Ian Wood, dans Crimes of Loyalty : a History of the UDA, rapporte qu’un communiqué de presse de l’UDA, datant de juin 1973, associe la situation de l’Irlande du Nord à Israël, usant du même argument :

  • 47 DILLON Martin, LEHANE Denis, Political murder in Northern Ireland, Londres, Penguin Books, 1973, p. (...)

Our backs are to the wall. We have more in common with the State of Israel, the Star of David on our flag. These brave people fought and won their battle for survival. We intend to win ours. And like the Jewish people, we shall retaliate in a way that only the animals in the IRA can understand47.

  • 48 WOOD Ian, Crimes of Loyalty: a History of the UDA, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2006, p.2 (...)
  • 49 DOYLE John, « ‘Ulster like Israel can only lose once’: Ulster unionism, security and citizenship fr (...)
  • 50 GODSON Dean, « Lessons from Northern Ireland for the Arab-Israeli conflict », Jerusalem Viewpoints, (...)

25Ian Wood identifie ce communiqué de presse comme la première référence publique à Israël par l’UDA, trente ans avant que l’organisation paramilitaire n’orne les zones loyalistes de Belfast de drapeaux israéliens48. Cet enjeu de la sécurité nationale soulève la question de la légitimité du combat mené par Israël, les loyalistes, et même les Unionistes, contre ceux qui semblent souhaiter les détruire. Doyle affirme que les élites politiques unionistes sont pratiquement unanimes dans leur défense d’un modèle de citoyenneté fondé sur le devoir de chaque citoyen de soutenir les forces de sécurité de l’Etat, et d’accepter, comme un devoir, de servir dans ces forces dans certaines circonstances49. Dans ce cadre, le chercheur Dean Godson identifie une admiration unioniste certaine pour la poigne avec laquelle les Israéliens gèrent le problème palestinien, une fermeté qu’ils aimeraient voir imitée en Irlande du Nord50.

Affinités religieuses avec Israël

  • 51 Entretien avec Peter J. Martin, élu local du DUP pour North Down Borough Council, 21 août 2012.

26Le point de vue religieux est plus complexe, car il existe diverses tendances qui peuvent amener les Protestants nord-irlandais à soutenir l’existence de l’Etat d’Israël, à l’instar du christianisme sioniste pour qui la création d’un Etat juif en Palestine correspond à l’accomplissement de la volonté divine. D’autres Chrétiens d’Irlande du Nord, dont la large majorité est protestante et unioniste, pensent que le peuple d’Israël est le peuple élu et que, de ce fait, les chrétiens doivent soutenir le peuple juif qui bénéficie d’une attention particulière de Dieu, dans son projet de bâtir un Etat juif. Cela ne signifie pas l’encouragement de toutes les actions d’Israël ou une défense rigide de ses frontières selon les différentes variantes qui sont définies par la Bible. Il s’agit plutôt d’une solidarité basée sur la croyance en une affinité particulière entre Dieu et le peuple juif51. Elle se nourrit d’un protestantisme évangélique qui fait de l’utilisation quotidienne de la Bible l’une de ses caractéristiques fondamentales. Comme l’écrit en 2010 Peter J. Martin, élu local pour le Democratic Unionist Party :

  • 52 Voir le blog politique Slugger O’Toole, Peter J. Martin, « Unionism and Israel: Holy Land is not a (...)

I believe the roots of Unionist solidarity with Israel lie in evangelical Protestantism. As a people brought up in a Bible-centred, Old Testament – heavy tradition, hearing at church, home, Sunday school, and via the loyal orders the tales of Moses visiting the ten plagues upon Egypt and freeing the Hebrews from slavery, Joshua leading his people to the promised land and tearing down the walls of Jericho with a blast of trumpets, Gideon defeating the Midianites with a mere 300 men, of David slaying Goliath, and of how against the odds Jehovah would repeatedly deliver his chosen people from the Egyptians, Assyrians, Persians, and Philistines, it is little wonder that God-fearing unionists would naturally favour the modern-day state of Israel against the descendants of its ancient enemies52.

  • 53 « Northern Ireland is a very Bible-orientated community. There are more pilgrim tours from Northern (...)
  • 54 « by confining their Bible study to [a] narrow range of texts, they are able to perceive the people (...)
  • 55 Ibid., p.39-40.

27Sans supposer, comme le fait Peter J. Martin, qu’une connaissance de la Bible aussi précise soit largement répandue en Irlande du Nord, on peut parler d’une familiarité avec l’histoire d’Israël, telle qu’elle est dépeinte dans la Bible, c'est-à-dire en tant que parcours, semé d’embûches, d’un peuple élu de Dieu. Cette familiarité avec la Bible ne peut qu’influencer la lecture du conflit au Moyen-Orient de ces communautés. Steven Jaffe, le directeur de l’association Northern Ireland Friends of Israel, souligne aussi cet aspect quand il tente d’expliquer le soutien à Israël en Irlande du Nord : « L'Irlande du Nord est une communauté très orientée vers la Bible. Il y a plus de pèlerinages en provenance d'Irlande du Nord que de n'importe quelle autre région du Royaume-Uni. Les gens ici ressentent un lien très fort avec Israël53 ». Au sein de l’Ordre d’Orange et de la Royal Black Institution, les deux principales sociétés fraternelles protestantes d’Irlande du Nord, on rencontre un très fort soutien à Israël. Leurs rituels sont marqués par un symbolisme directement inspiré de l’Ancien Testament, et de l’Alliance entre Dieu et le peuple hébreu. Pour le chercheur Anthony D. Buckley, la sélection de la liturgie utilisée par la Royal Black Institution, lui permet d’utiliser Israël comme une métaphore de l’Irlande du Nord, afin de renforcer la position protestante : « en limitant leur étude de la Bible à [une] gamme réduite de textes, ils sont capables de percevoir le peuple d'Ulster, dans un sens métaphorique, comme étant le peuple élu de Dieu. En tant que groupe restreint ayant la responsabilité particulière de protéger tous les hommes, les Blackmen peuvent se sentir, à l'instar des disciples de Gédéon, ‘les élus de Dieu’54 ». Comme le peuple d’Israël dans le pays de Canaan, les Protestants d’Ulster ont reçu une terre qu’ils occupent légitimement, en côtoyant d’autres croyants. Alors que la Royal Black Institution ne s’engage pas politiquement d’une façon ouverte, ses textes bibliques de référence serviraient de métaphores illustrant la place de l’Ulster dans le monde55.

  • 56 Rory Miller remarque que Stephen King, l’ancien attaché de presse de David Trimble, parle d’une « i (...)
  • 57 Cette attention aux affaires internationales intervient bien plus tardivement que la création des b (...)
  • 58 Les partis unionistes sont avant tout centrés sur le Royaume-Uni. Entretien avec Peter Weir, MLA po (...)

28Dans les affaires courantes, c’est le Democratic Unionist Party (DUP) qui montre l’engagement le plus fort auprès d’Israël. L’autre grand parti unioniste, l’Ulster Unionist Party (UUP), est moins actif sur la question, malgré quelques fervents partisans qui en sont issus comme le révérend Martyn Smith ou encore David Trimble, ancien Premier ministre d’Irlande du Nord56. Lorsque l’on parcourt les comptes-rendus des conférences de l’UUP depuis 1979, on constate, malgré la création d’un comité aux affaires étrangères en 1991, l’absence de toute mention d’Israël, contrairement au parti républicain avec la Palestine57. De plus, la réorientation récente de l’UUP, qui tente de se réinventer et de devenir plus libéral et centriste, ne tend pas vers un soutien très vocal et marqué d’Israël, malgré une sympathie générale. L’aspect religieux est aussi moins présent dans l’UUP que dans le DUP. En tout état de cause, les engagements dans les causes internationales des membres des deux partis se font principalement à titre individuel58.

Conclusion

29Notre analyse a mis en évidence la solidarité de la communauté nationaliste nord-irlandaise envers les Palestiniens dans le conflit qui les oppose à Israël. Celle-ci est ancrée dans les mentalités puisqu’elle existe depuis la fin des années 1970 et repose sur la lecture du conflit au Moyen-Orient à travers le prisme de la colonisation. Alors que la violence prend fin en Irlande du Nord avec la signature de l’Accord du Vendredi saint, la seconde intifada qui suit l’échec des Accords d’Oslo dans les années 2000 a amené un renouvellement de ce soutien qui se manifeste, dans le paysage nord-irlandais, par la présence de drapeaux et de fresques mais qui prend aussi la forme de manifestations et de participation à des actions directes menées par les associations pro-palestiniennes irlandaises organisées des deux côtés de la frontière irlandaise. Le parti républicain Sinn Féin, dans toutes ses affinités et malgré les divisions qui l’affectent au début des années 1970, s’est positionné en tant que fidèle partisan de la cause palestinienne. L’un des piliers de cette solidarité envers la Palestine repose sur les liens noués pendant les grèves de la faim en prison dans les années 1980 en Irlande du Nord comme au Moyen-Orient. Les commentaires sur le conflit entre Israël et la Palestine permirent notamment au Sinn Féin de se distinguer du SDLP, jugé trop arrangeant avec les élites politiques britanniques et irlandaises.

30D’autre part, dans le cadre d’un déplacement symbolique du conflit nord-irlandais après la signature de la paix en 1998, on assiste à une appropriation du conflit au Moyen-Orient par certaines factions unionistes qui l’utilisent afin d’exprimer leur propre perspective. En réponse au soutien nationaliste et républicain à la Palestine, on observe un soutien unioniste et loyaliste à Israël qui s’exprime lui aussi par l’usage de symboles. Nous avons toutefois vu que cette solidarité ne peut se limiter à un mouvement réactionnel vis-à-vis de la communauté adverse mais qu’elle trouve aussi ses racines dans un protestantisme biblique qui vient nourrir la mentalité obsidionale unioniste. Ces soutiens contraires ont donné lieu à quelques émeutes dans les interfaces entre quartiers catholiques et protestants mais celles-ci sont restées mesurées.

  • 59 « If there's any nation that can understand the difficulties the Palestinians are living under now (...)
  • 60 « The unionist community in Northern Ireland has a long-standing affinity and affiliation to the ca (...)
  • 61 BLEVINS David, « Israel-Hamas war: DUP leader urges UK to use experience of Northern Ireland to sec (...)

31Dans le cadre de la présente guerre entre le Hamas et Israël (2023-2024), on observe un renouveau des manifestations nord-irlandaises de solidarité envers les protagonistes du conflit au Moyen-Orient. Les perspectives républicaines et unionistes semblent vouées à l’achoppement sur l’écueil de l’histoire coloniale de l’Irlande. Pat Sheehan, membre de l’Assemblée d’Irlande du Nord pour le Sinn Féin, qui s’était engagé dans les grèves de la faim du début des années 1980 commente, après avoir dévoilé une fresque intitulée « Free Palestine » : « S'il est une nation qui peut comprendre les difficultés que rencontrent actuellement les Palestiniens, c'est bien l'Irlande. L'Irlande a souffert du colonialisme et de l'occupation pendant 800 ans. Il y a eu de nombreux soulèvements armés contre la domination britannique et nous voyons les Palestiniens souffrir d'une occupation coloniale similaire59 ». En contrepoint, pour Brian Kingston, membre de l’Assemblée d’Irlande du Nord pour le DUP : « La communauté unioniste d'Irlande du Nord a une affinité et une affiliation de longue date avec la cause israélienne. Nous considérons qu'Israël a terriblement souffert du terrorisme au fil des ans, tout comme nous-même avons souffert du terrorisme60. » Malgré ces perspectives irréconciliables, les exhortations des dirigeants du Sinn Féin et du DUP, Mary Lou McDonald et Jeffrey Donaldson, à utiliser l’exemple du processus de paix en Irlande du Nord afin de tenter de mettre fin au conflit au Moyen-Orient, laisse espérer une volonté, rhétorique tout au moins, des élites politiques de préserver le succès du processus de paix en Irlande du Nord, en dépit des nombreuses difficultés.61

Top of page

Bibliography

Sources secondaires

ADAMS Gerry, Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon Books, 1986.

BOURDIEU Pierre, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000.

BOWYER BELL John, The Secret Army; the IRA 1916-1979, Dublin, Mid Press, 1983.

BROWNE Kris, MAC GINTY Roger, « Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern Ireland », Identities: Global Studies in Culture and Power, n° 10/1, 2003.

COLLINS Jim, Adrian KERR, Free Derry Wall, Derry, Guildhall Press, 2009.

BUCKLEY Anthony D., « The Chosen Few: Biblical Texts in the Symbolism of an Ulster Secret Society », The Irish Review, n° 2/2, 1987, p. 31-40.

DILLON Martin Dillon, LEHANE Denis, Political murder in Northern Ireland, Londres, Penguin Books, 1973.

DOYLE John, « ‘Ulster like Israel can only lose once’: Ulster unionism, security and citizenship from the fall of Stormont to the eve of the 1998 Agreement », Dublin, Dublin City University [Working paper in international studies, n° 8], 2003, p. 1-39.

FLANNERY Eóin, Ireland in Focus, Film, Photography, and Popular Culture, Syracuse, Syracuse University Press, 2009.

GODSON Dean, « Lessons from Northern Ireland for the Arab-Israeli conflict », Jerusalem Viewpoints, n° 16/523, 2004, p. 1-15.

GREGORY Derek, The Colonial Present, Oxford, Blackwell Publishing, 2004.

HAMBER Brandon, « Flying Flags of Fear: The Role of Fear in the Process of Political Transition », Journal of Human Rights, n° 5/127, 2006, p. 127-142.

HILL Andrew & WHITE Andrew, « The Flying of Israeli Flags in Northern Ireland », Identities: Global Studies in Culture and Power, n° 15/1, 2008, p. 31-50.

JARMAN, Neil. « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space » in BUCKLEY Anthony (ed.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies Queen's University, 1998. p. 81-98.

LISLE Debbie, « Local Symbols, Global Networks: Rereading the Murals of Belfast », Alternatives: Global, Local, Political, n° 31/1, janvier/mars 2006, p. 27-52.

MCKAY Susan, Northern Protestants: An Unsettled People, Belfast, Blackstaff Press, 2000.

MEYER David S., STAGGENBORG Suzanne, « Movements, Countermovements, and the Structure of Political Opportunity », American Journal of Sociology, n° 101/6, 1996, p. 1628-1660.

MILLER Rory, Ireland and the Middle East: Trade, Society and Peace, Dublin: Irish Academic Press, 2007.

PAT COOGAN, Tim, A Memoir, Londres, Orion Publishing, 2010.

PICAUDOU Nadine, Le Mouvement national palestinien : genèse et structure, Paris, L’Harmattan, 1991.

QUIGLEY John B., The Case for Palestine: an International Law Perspective, Durham, Duke University Books, 2005.

ROLSTON Bill, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1992.

ROLSTON Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Londres, Associated University Presses, 1991.

SAID Edward W., Orientalism, New York, Vintage Books 1994 (1ère edition 1979).

STORRS Ronald Storrs, Memoirs, 1937 (https://archive.org/stream/memoirsofsirrona001290mbp/memoirsofsirrona001290mbp_djvu.txt, consulté le 18 janvier 2024)

TAYLOR Taylor, Loyalists, Londres, Bloomsbury, 1999.

WOOD Ian, Crimes of Loyalty: a History of the UDA, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2006.

Sources primaires

Presse généraliste

Rory Miller, Belfast Telegraph, 9 octobre 2001.

ADDLEY Esther, « Riot city », The Guardian, 11 juin 2002.

« UK Bridge closed after stone throwing », BBC News, 11 juin 2002.

« Palestinian flags on march », Derry Journal, 2 février 2009.

SPITZER Maya, « Ian Paisley launches Northern Ireland Friends of Israel », The Jerusalem Post, 18 mars 2009.

« It was John Hume, not Sinn Féin, who steered Northern Ireland to peace », The Guardian, 20 November 2017.

AFP, « Flags and murals as N.Irish pick sides in Israel-Hamas war », France 24, 31 octobre 2023.

BLEVINS David, « Israel-Hamas war : DUP leader urges UK to use experience of Northern Ireland to secure dialogue in Middle East », Sky News, 12 octobre 2023.

DONAGHY Gerard, « Mary Lou McDonald tells London march for Palestine that Northern Ireland shows peace is possible in Middle East », The Irish Post, 14 janvier 2024.

Presse républicaine et militante

DE BURCA Máirin, « The struggle for Palestine », The United Irishman, automne 1970.

« Palestine Day was a triumph », An Phoblacht, 16 décembre 1978, p. 6.

« From Victims to Oppressors: the Jewish Ulster », An Phoblacht, 21 avril 1979, p. 11.

« Plain speaking on Palestine at the UN », Irish-Arab News, vol. 5, n° 2, 1979 (automne), p. 3

« International Solidarity », An Phoblacht, 30 mai 1981, p. 40-41.

« Lebanon and Ireland », An Phoblacht, 1er juillet 1982, p. 8

« Palestine/Ireland-the parallels », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p. 12.

« Jail resistance-the Palestinians », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p. 12.

« Solidarity with Palestinian », An Phoblacht, 31 janvier 1985, p. 11.

« PLO », An Phoblacht, 28 août 1986, p. 14.

Résolution de l’ONU

A/RES/33/24, « Importance pour la garantie et l'observation effective des droits de l'homme, de la réalisation universelle du droit des peuples à l'autodétermination et de l'octroi rapide de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux », 29 novembre 1978.

Entretiens

Entretien avec Feilim O hAdmaill, co-fondateur de l’IPSC (branche de Belfast), 3 août 2012.

Entretien avec Peter J. Martin, élu local du DUP pour North Down Borough Council, 21 août 2012.

Entretien avec Peter Weir, MLA pour North Down depuis 1998, membre du DUP, de l’Ordre d’Orange et de la Royal Black Institution, 21 août 2012.

Sites internet

Blog politique Slugger O’Toole, Peter J. Martin, « Unionism and Israel: Holy Land is not a hotter version of Ulster… », 8 juin 2010, http://sluggerotoole.com/2010/06/08/unionism-and-israel-holy-land-is-not-a-hotter-version-of-ulster/ (consulté le 18 janvier 2024).

Site internet de Derry Friends of Palestine, « Irish ship to Gaza Northern launch », http://www.derryfriendsofpalestine.org/tag/friends-of-palestine-belfast (consulté le 18 janvier 2024).

« Khader Adnan receives message of support from former Hunger Striker Tommy McKearney », vidéo publiée sur You Tube le 8 février 2012 par Gaza TV, https://www.youtube.com/watch?v=G1iwWZJPl_k (consulté le 18 janvier 2024).

Top of page

Notes

1 « It was John Hume, not Sinn Féin, who steered Northern Ireland to peace », The Guardian, 20 November 2017.

2 SAID Edward W., Orientalism, New York, Vintage Books 1994 (1ère edition 1979); GREGORY Derek, The Colonial Present, Oxford, Blackwell Publishing, 2004.

3 « The Palestinians are bitterly hostile to the British and U.S. imperialist powers both of whom support the Zionist state of Israel. They recall the Balfour Declaration which, with typical British arrogance, promised a ‘National Home in Palestine’ to the Zionists ». DE BURCA Máirin, « The struggle for Palestine », The United Irishman, automne 1970.

4 « Solidarity with Palestinian », An Phoblacht, 31 janvier 1985, p.11.

5 « Palestine/Ireland-the parallels », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p.12.

6 A/RES/33/24, « Importance pour la garantie et l'observation effective des droits de l'homme, de la réalisation universelle du droit des peuples à l'autodétermination et de l'octroi rapide de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux », 29 novembre 1978.

7 « Palestine has fared rather better than Ireland, so far, at the United Nations, in the propaganda war, despite the enormous influence of Israel’s main backers, the United States, Britain and France ». « Palestine Day was a triumph », An Phoblacht, 16 décembre 1978, p.6.

8 « PLO », An Phoblacht, 28 août 1986, p.14.

9 « From Victims to Oppressors: the Jewish Ulster », An Phoblacht, 21 avril 1979, p.11.

10 À Dungannon, dans le comté de Tyrone, en 1968, deux familles catholiques nombreuses se voient refuser l'attribution d'un logement au profit d'une jeune femme protestante de 19 ans qui travaillait pour un politicien unioniste local et dont le frère travaillait dans la RUC. A Derry/Londonderry, la même année, une famille catholique, dont les enfants sont atteints de tuberculose, vivant dans une caravane dans le quartier de Brandywell, sont informés du fait qu’ils n’ont « aucune chance » de se voir attribuer un logement par les autorités locales.

11 « Lebanon and Ireland », An Phoblacht, 1er juillet 1982, p.8

12 « Plain speaking on Palestine at the UN », Irish-Arab News, vol.5, n°2, 1979 (automne), p.3.

13 PICAUDOU Nadine, Le Mouvement national palestinien: genèse et structure, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 224.

14 Dans le contexte du conflit nord-irlandais, les détentions administratives sont utilisées contre les personnes soupçonnées d’appartenir à des groupes paramilitaires illégaux entre 1971 et 1975.

15 BOWYER BELL John, The Secret Army; the IRA 1916-1979, Dublin, Mid Press, 1983, p.437.

16 PAT COOGAN Tim, A Memoir, Londres, Orion Publishing, 2010, p.241.

17 Ibid., p.241.

18 « International Solidarity », An Phoblacht, 30 mai 1981, p.40-41.

19 « Jail resistance-the Palestinians », An Phoblacht, 22 juillet 1982, p.12.

20 BOURDIEU Pierre, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2000, p.64-65 et p.85.

21 LISLE Debbie, « Local Symbols, Global Networks: Rereading the Murals of Belfast », Alternatives: Global, Local, Political, n°31/1, janvier/mars 2006, p. 27-52.

22 ROLSTON Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Londres, Associated University Presses, 1991, p.124.

23 ADAMS Gerry, Politics of Irish Freedom, Dingle, Brandon Books, 1986, p. 131.

24 Une journée de ce festival, Palestine Day, est consacrée à la Palestine depuis l’Opération « plomb durci », avec l’organisation de conférences, ventes de livres, expositions et projections de films. Voir Programme du West Belfast Festival de 2009.

25 ROLSTON Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, op. cit., p.101; HILL Andrew & WHITE Andrew, « The Flying of Israeli Flags in Northern Ireland », Identities: Global Studies in Culture and Power, n°15/1, 2008, p.31-50.

26 ROLSTON Bill, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1992, p.49. La South West Africa People’s Organisation est un mouvement indépendantiste namibien qui fut créé en 1960.

27 FLANNERY Eóin, Ireland in Focus, Film, Photography, and Popular Culture, Syracuse, Syracuse University Press, 2009, p.139.

28 Entretien avec Feilim O hAdmaill, co-fondateur de l’IPSC (branche de Belfast), 3 août 2012.

29 BROWNE Kris, MAC GINTY Roger, « Public attitudes toward partisan and neutral symbols in post-agreement Northern Ireland », Identities: Global Studies in Culture and Power, n°10/1, 2003, p. 83-108.

30 « Palestinian flags on march », Derry Journal, 2 février 2009.

31 Voir le site internet de Derry Friends of Palestine, « Irish ship to Gaza Northern launch », http://www.derryfriendsofpalestine.org/tag/friends-of-palestine-belfast (consulté le 18 janvier 2024).

32 « I stand here and behind me is a small wall with the colours of Palestine painted on it. I look forward to the day when we tear down the apartheid wall in Palestine and build a version of this small wall and write on it, ‘You Are Now Entering Free Palestine’ ». COLLINS Jim, Adrian KERR, Free Derry Wall, Derry, Guildhall Press, 2009, p.46.

33 JARMAN, Neil. « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space » in BUCKLEY Anthony (ed.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies Queen's University, 1998. p.81-98, p.91.

34 « Khader Adnan receives message of support from former Hunger Striker Tommy McKearney », vidéo publiée sur You Tube le 8 février 2012 par Gaza TV, https://www.youtube.com/watch?v=G1iwWZJPl_k (consulté le 18 janvier 2024).

35 MILLER Rory, Ireland and the Middle East: Trade, Society and Peace, Dublin: Irish Academic Press, 2007, p.89.

36 ADDLEY Esther, « Riot city », The Guardian, 11 juin 2002.

37 « UK Bridge closed after stone throwing », BBC News, 11 juin 2002.

38 MEYER David S., STAGGENBORG Suzanne, « Movements, Countermovements, and the Structure of Political Opportunity », American Journal of Sociology, n° 101/6, 1996, p.1628-1660.

39 John Gregg avait, entre autres méfaits, tenté d’assassiner Gerry Adams en 1984, raison pour laquelle il avait écopé d’une peine de 19 ans d’emprisonnement dont il n’eut à purger que la moitié.

40 « Most of the band wanted it just for a wind-up, to annoy the Bogsiders. But my thing is, there's the IRA, the PLO and the ANC and I detest all three of them. [..] The Israelis and the white South Africans are in a very similar situation to us ». MCKAY Susan, Northern Protestants: An Unsettled People, Belfast, Blackstaff Press, 2000, p.96.

41 TAYLOR Taylor, Loyalists, Londres, Bloomsbury, 1999, p.191.

42 STORRS Ronald, Memoirs, 1937 (https://archive.org/stream/memoirsofsirrona001290mbp/memoirsofsirrona001290mbp_djvu.txt, consulté le 18 janvier 2024) cité dans QUIGLEY John B., The Case for Palestine: an International Law Perspective, Durham, Duke University Books, 2005, p.8.

43 HILL Andrew Hill, WHITE Andrew, « The Flying of Israeli Flags in Northern Ireland », op. cit., p.31-50.

44 HAMBER Brandon, « Flying Flags of Fear: The Role of Fear in the Process of Political Transition », Journal of Human Rights, n°5/127, 2006, p.127-142.

45 L’Ordre d’Orange est une société fraternelle protestante fondée en 1795 en Irlande du Nord.

46 « Unionism has quite consciously analysed their position in this context. For example the Orange Order, comparing Northern Ireland to Israel, said: ‘Having been betrayed before they [the Ulster people] are very alert now, for as Louis Gardner wrote, ‘Ulster, like Israel, can only lose once’ ». DOYLE John, « ‘Ulster like Israel can only lose once’: Ulster unionism, security and citizenship from the fall of Stormont to the eve of the 1998 Agreement », Dublin, Dublin City University [Working paper in international studies, n°8], p.1-39, 2003.

47 DILLON Martin, LEHANE Denis, Political murder in Northern Ireland, Londres, Penguin Books, 1973, p.286-287.

48 WOOD Ian, Crimes of Loyalty: a History of the UDA, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2006, p.23.

49 DOYLE John, « ‘Ulster like Israel can only lose once’: Ulster unionism, security and citizenship from the fall of Stormont to the eve of the 1998 Agreement », op. cit., p.3.

50 GODSON Dean, « Lessons from Northern Ireland for the Arab-Israeli conflict », Jerusalem Viewpoints, n°16/523, p.1-15, 2004.

51 Entretien avec Peter J. Martin, élu local du DUP pour North Down Borough Council, 21 août 2012.

52 Voir le blog politique Slugger O’Toole, Peter J. Martin, « Unionism and Israel: Holy Land is not a hotter version of Ulster… », 8 juin 2010, http://sluggerotoole.com/2010/06/08/unionism-and-israel-holy-land-is-not-a-hotter-version-of-ulster/ (consulté le 18 janvier 2024).

53 « Northern Ireland is a very Bible-orientated community. There are more pilgrim tours from Northern Ireland than from any other part of the UK. The people here feel a very strong connection to Israel ». SPITZER Maya, « Ian Paisley launches Northern Ireland Friends of Israel », The Jerusalem Post, 18 mars 2009.

54 « by confining their Bible study to [a] narrow range of texts, they are able to perceive the people of Ulster in some metaphorical sense as being God's chosen people. As a small group with a special responsibility to protect the whole, Blackmen can feel themselves to be, like Gideon's followers, ‘God’s Chosen Few’ ». BUCKLEY Anthony D., « The Chosen Few: Biblical Texts in the Symbolism of an Ulster Secret Society », The Irish Review, n°2/2, 1987, p. 31-40, p.40.

55 Ibid., p.39-40.

56 Rory Miller remarque que Stephen King, l’ancien attaché de presse de David Trimble, parle d’une « identification prédominante des Unionistes avec Israël », voir Belfast Telegraph, 9 octobre 2001.

57 Cette attention aux affaires internationales intervient bien plus tardivement que la création des bureaux des affaires internationales de l’Official Sinn Féin et du Provisional Sinn Féin en 1976, ce qui est significatif d’un intérêt moindre de l’UUP pour les affaires étrangères, et d’une politique généralement insulaire.

58 Les partis unionistes sont avant tout centrés sur le Royaume-Uni. Entretien avec Peter Weir, MLA pour North Down depuis 1998, membre du DUP, de l’Ordre d’Orange et de la Royal Black Institution, 21 août 2012.

59 « If there's any nation that can understand the difficulties the Palestinians are living under now it's the Irish. Ireland has suffered colonialism and occupation for 800 years there have been many armed uprisings against British rule and we see Palestinians suffering under similar colonial occupation ». AFP, « Flags and murals as N.Irish pick sides in Israel-Hamas war », France 24, 31 octobre 2023.

60 « The unionist community in Northern Ireland has a long-standing affinity and affiliation to the cause of Israel. We see Israel having suffered terribly from terrorism over the years just like we have ». Ibid.

61 BLEVINS David, « Israel-Hamas war: DUP leader urges UK to use experience of Northern Ireland to secure dialogue in Middle East », Sky News, 12 octobre 2023; DONAGHY Gerard, « Mary Lou McDonald tells London march for Palestine that Northern Ireland shows peace is possible in Middle East », The Irish Post, 14 janvier 2024.

Top of page

List of illustrations

Title 2) ‘Solidarity between women in armed struggle’, Falls Road, Belfast, 1983.
Credits (Avec l’aimable autorisation de Bill Rolston).
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/11975/img-1.jpg
File image/jpeg, 72k
Title « Free Derry Wall », 22 Lecky road, Derry/Londonderry, en 2005, 2009 et 2014
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/11975/img-2.png
File image/png, 97k
Top of page

References

Electronic reference

Marie-Violaine Louvet, “Les Troubles et le conflit au Moyen-Orient : alliances coloniales et solidarité transnationale”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-2 | 2024, Online since 10 May 2024, connection on 18 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/11975

Top of page

About the author

Marie-Violaine Louvet

Centre for Anglophone Studies (CAS), EA801, Université Toulouse Jean Jaurès, 31058, Toulouse.

Marie-Violaine Louvet est Maîtresse de conférences en civilisations irlandaise et britannique à l’université Toulouse Jean Jaurès. Chercheuse au Centre for Anglophone Studies (EA801), elle est l’auteure de Civil Society, Postcolonialism and Transnational Solidarity : The Irish and the Middle East Conflict, Palgrave Macmillan, 2016.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search