Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-2La transformation du mouvement ré...

La transformation du mouvement républicain irlandais des années 1980 à la problématique posée par le Brexit

The Transformation of Irish Republicanism from the 1980s to the Brexit Question
Yann Bévant

Abstracts

The Northern Irish question is the product of conflicting community interests, and as a consequence of diverging constructions of History. Contemporary Irish republicanism is one of those constructions. It was characterised by its numerous splits connected to the “messianic” spirit of its non-negotiable doctrine. The growing participation of the movement to political processes and the acceptance of the Good Friday Agreement presided over a new pragmatic approach based on tolerance and inclusiveness epitomised by the association Coiste na nIarchimi. Sinn Fein and the republican movement have paradoxically become agents of political stability in Northern Ireland. Brexit, with the influence it exerts on loyalists, puts to the test this process started at the end of the previous century, as it brings the Border issue back to the centre of the Irish national question.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Traditionnellement la couleur verte est associée à la tradition nationaliste, la couleur orange à l (...)
  • 2 https://cain.ulster.ac.uk/ni/security.htm dernière consultation 10/04/2024.
  • 3 Yann Bévant, « Un exemple de résolution de conflit communautaire post-colonial :
  • 4 En 1972 les prisonniers paramilitaires républicains et loyalistes ont obtenu le « special category (...)

1L’Irlande du Nord – ou le Nord de l’Irlande suivant la coloration1 qu’on veut donner à la terminologie- a connu de 1969 à 1998 ou tout au moins jusqu’au cessez le feu de 1994 une période sanglante qui n’a épargné aucune famille : la violence politique a fait 3387 morts et 47541 blessés2, 18258 personnes ont été emprisonnées, pour une population globale d’environ 1,5 million d’habitants sur un territoire de 14139 km23. On comprend dès lors que le terme officiel de « Troubles » utilisé par les autorités britanniques pour qualifier cette période est un euphémisme : la situation relevait plus d’une guerre civile que de problèmes de maintien de l’ordre, même si la stratégie des gouvernements britanniques a pendant longtemps consisté à criminaliser le mouvement républicain4.

  • 5 « in many ways in Ireland History is ideology ». Yann Bévant, " La transformation idéologique du mo (...)
  • 6 Au sens où l’entendent les historiens anglo-saxons, c’est-à-dire sans faire la césure de l’école fr (...)
  • 7 Voir notamment Mahfoud Bennoune, The Making of Contemporary Algeria, 1830-1987, Cambridge Universit (...)

2Chiffres et statistiques n’ont d’intérêt que s’ils contribuent à l’analyse des problématiques qu’ils posent, à la compréhension du contexte historique dans lesquels ils s’inscrivent. Comme a pu le dire Martin Mansergh, un des négociateurs du processus de paix et architecte du cessez le feu de 1994 : « De bien des façons, en Irlande l’Histoire est idéologie »5. Le conflit qui a secoué l’Irlande du Nord pendant près de trente ans est à la fois le produit de son contexte, mais aussi l’avatar de l’ancienne question d’Irlande issue des colonisations successives et plus particulièrement de celle qui connait son apogée sous Jacques 1er. Suite à la défaite des clans O’Neill et O’Donnell au début du 17ème siècle, la Couronne va mettre en place une politique de colonisation de peuplement en Ulster qui n’a pas d’équivalent proportionnel en Europe dans la période moderne6 sauf peut-être avec la politique de colonisation de la France en Algérie après 18307. L’objectif de Jacques I –qui est aussi Jacques VI d’Ecosse- était double : faire de l’Ulster, cœur de la résistance gaélique à la présence anglaise, un bastion de loyauté à la Couronne tout en réduisant l’hostilité des presbytériens écossais à son égard. La proximité géographique de l’Ecosse explique que la majorité des colons en soient issus, mais on comprend qu’il y a aussi un autre enjeu. La réduction de la question du Nord à un conflit religieux par les observateurs mal éclairés tient dans cette origine de la confiscation des terres des natifs catholiques au bénéfice de colons protestants. Au 17ème siècle le seul vecteur idéologique est le vecteur religieux, et il va cristalliser durablement l’ensemble des causes identitaires et économiques du conflit entre les communautés.

Rappel historique

3Si la question d’Irlande du Nord peut donc être perçue comme fondée sur un conflit entre intérêts communautaires antagonistes, il convient également de prendre en compte que ceux-ci ont généré des lectures et interprétations divergentes de l’Histoire qui ont contribué à creuser le fossé entre les communautés. Le républicanisme irlandais représente l’une de ces interprétations. Paradoxalement née comme doctrine chez les presbytériens sous l’influence de la révolution française, l’idée républicaine nationaliste va à partir du 19ème siècle être perçue par une majorité de protestants comme l’expression la plus achevée de la volonté de revanche et de domination d’une Irlande catholique qui ne reconnaît pas leur identité comme légitime.

  • 8 Homme politique français, président du directoire pendant la révolution française. « La nation exis (...)
  • 9 Homme d’Etat britannique, premier ministre favori de la reine Victoria. “A nation is gradually crea (...)
  • 10 Saxons. Il s’agit d’un mot pseudo gaélique en réalité –le redoublement du –s est inconnu tant en éc (...)
  • 11 Dans la mythologie irlandaise, les chevaliers de la branche rouge d’Ulster d’Ulster (Red Branch of (...)
  • 12 Alan Davies, The Crucified Nation. A Motif in Modern Nationalism, Brighton, Sussex Academic Press, (...)

4Né avec le mouvement des Irlandais Unis (Society of United Irishmen) de Theobald Wolfe Tone -écrasé par les troupes anglaises lors de la grande insurrection de 1798- le républicanisme irlandais trouve son inspiration dans l’idéologie de la révolution française. Les idéaux d’égalité expliquent largement l’adhésion de nombre de presbytériens qui en constituent le gros des troupes, malgré les conflits sectaires que connait l’Irlande en cette fin de 18ème siècle. Mais c’est aussi l’opposition du clergé catholique face à un mouvement revendiquant l’exemple français qui contribue à l’échec de cette insurrection, ce qui va renforcer la méfiance et l’hostilité réciproques. Le républicanisme irlandais n’en connaîtra pas moins d’autres figures importantes d’origine protestante, tout comme cela a été plus généralement le cas pour le nationalisme irlandais aux 19ème et 20ème siècles avec des leaders comme Charles Parnell. Le républicanisme s’impose comme une des branches de ce nationalisme irlandais, à côté du mouvement constitutionnaliste initialement porté par des protestants comme Henry Grattan, puis dominé par les catholiques avec O’Connell et l’Association Catholique (Catholic Association) dans la première moitié du 19ème siècle. Mais il n’en reste pas moins minoritaire, et prêt à utiliser la violence considérée comme légitime compte tenu de la sujétion coloniale imposée à l’Irlande. La structuration idéologique du mouvement doit beaucoup à ce 19ème siècle agité par le romantisme qui contribue –pas seulement en Irlande- à l’émergence de mouvements nationalistes rejetant l’appartenance aux anciens empires au profit d’une vision essentialiste de leur identité. C’est dans ce creuset marqué par la Grande Famine de 1845-1850 et par les rebellions de la Jeune Irlande (Young Ireland) puis de la Fraternité Républicaine Irlandaise (Irish Republican Botherhood) en 1848 et 1867 que va se forger le républicanisme irlandais contemporain. En substance, ce républicanisme se reconnait davantage dans la définition de la nation proposée par Sieyes8 que dans celle de Disraeli9, et la supériorité de l’intérêt de la Nation –en l’occurrence irlandaise- sur toute autre considération justifie le rejet d’institutions parlementaires britanniques, donc étrangères à celle-ci, ainsi que le recours à tous les moyens disponibles pour défendre son intégrité. Mais le corps de doctrine républicain irlandais ne peut se résumer aux concepts révolutionnaires français en matière de nation et de citoyenneté : la légitimité de la nation irlandaise se trouve dans son ancienneté, dans un récit qui la fait remonter à une antiquité qui a laissé une culture en héritage, auxquels viennent s’adjoindre d’autres épisodes précédant la conquête anglaise comme le rayonnement intellectuel médiéval ou le mythe de Brian Boru. Ce récit historique qui sert de substrat à tout le nationalisme irlandais à partir du 19ème siècle fait également partie du corpus républicain, mais dans une perspective qui n’est pas non plus sans rappeler Sieyès. Lorsque ce dernier vante le Tiers-Etat, qu’il définit d’origine gallo-romaine, comme la véritable nation, c’est aussi pour considérer que la noblesse, d’origine germanique, est étrangère à celle-ci et ne s’est imposée que par la conquête. Pour le républicanisme irlandais, la nation est également spoliée par la conquête des Sassenach10, et la nation ne pourra recouvrer ses droits qu’avec l’extinction de la présence coloniale britannique en Irlande qui doit être obtenue par tous les moyens, les thématiques chrétiennes et celtiques du culte des martyrs et du sacrifice devenant des modus operandi de cet objectif. Ainsi Cuchulainn, le héros mythique du cycle de la Branche Rouge d’Ulster11 (Craebh Ruadh en gaélique d’Irlande), devient–il un symbole revendiqué du républicanisme, tout comme le sont les sacrifices des militants et les victimes de Bloody Sunday en 1972. Les écrits de Pearce au début du 20ème siècle montrent toute l’importance donnée au culte des martyrs et l’enjeu vital du sacrifice12, le sang des patriotes permettant de régénérer la Nation. C’est aussi dans cette perspective qu’il faut comprendre l’insurrection des Pâques sanglantes de Dublin en 1916, dont Pearce est un des chefs. La date n’a évidemment pas été choisie au hasard, et l’entreprise, militairement désespérée et vouée à l’échec, parviendra quand même partiellement à ses objectifs puisqu’aux élections de 1918, Sinn Fein, perçu comme le parti de l’insurrection de 1916, obtiendra une écrasante victoire historique qui sera à l’origine de la création de l’Etat Libre.

  • 13 On note ici la référence explicite à la mythologie irlandaise, les Fianna étant un ordre de chevali (...)

5Mais seulement partiellement. Le statut de l’Etat Libre, et la partition de l’île consécutive au traité de 1921 qui suit le conflit anglo-irlandais, ne peuvent satisfaire les républicains irlandais orthodoxes. La lutte devait conduire à la création d’une république irlandaise indépendante, elle aboutit à une séparation entre un Nord de 6 comtés toujours britannique, et un Sud de 26 comtés dont le statut est celui d’un Dominion de la Couronne. Cette situation provoque une guerre civile entre 1922 et 1923, perdue par les républicains, et le conflit irlando-irlandais structure de manière pérenne l’expression politique des diverses sensibilités. Les partisans de l’Etat Libre se regroupent dans le Cumann na nGaedheal qui donnera plus tard le parti Fine Gael, (« la tribu des Gaels » en irlandais) tandis que les républicains se scindent en deux groupes rapidement antagonistes : le parti Fianna Fail (« les guerriers du destin 13 ») créé en 1926 par Eamon De Valera, qui après l’échec de la guerre civile abandonne la lutte armée et se parlementarise, et le Sinn Fein (« nous seuls »), qui rejette la légitimité des institutions du Nord comme du Sud et demeure lié à l’IRA, branche militaire née du conflit anglo-irlandais et devenue illégale.

Substrat idéologique du mouvement républicain

  • 14 Marianne Elliott, Partners in Revolution : the United Irishmen and France, New Haven, Yale Universi (...)
  • 15 Voir notamment W.L. Newman, The Politics of Aristotle. With an Introduction, two Prefatory Essays a (...)
  • 16 Yann Bévant, “The Aggiornamento of the Irish Catholic Church in the 1960s and 1970s” in L’église ca (...)
  • 17 On retrouve ici l’influence de James Connolly, leader syndicaliste qui était un des chefs de l’insu (...)

6Le constat que l’on peut faire est que le mouvement républicain est fondé sur les postulats suivants : la supériorité de la Nation sur toute autre considération, la légitimité de l’indépendance qui en découle, la légitimité de l’utilisation de tous les moyens disponibles pour parvenir à cet objectif14. Les institutions issues de compromis qui n’épousent pas ces fondamentaux sont en conséquence perçues comme illégitimes, et à caractère colonial ou acceptant la compromission avec le colonisateur. Le caractère essentialiste que l’on trouve dans le nationalisme républicain du début du 20ème siècle n’est pas surprenant, il s’inscrit dans les courants de pensée dominants de l’époque en Occident15. Il n’est donc pas étonnant qu’il ait évolué parallèlement aux évolutions de son contexte occidental, même si l’Irlande a fait longtemps figure de bastion conservateur face aux idées nouvelles, que ce soit au Sud avec des personnalités comme l’archevêque John Charles McQuaid16 et au Nord avec l’hostilité face aux demandes d’égalité des droits civiques de la minorité catholique considérée comme un cheval de Troie nationaliste. C’est dans le courant de ces années que le républicanisme irlandais fait évoluer son discours. D’abord du fait d’une infiltration marxiste de l’IRA et du Sinn Fein, qui vont axer leur stratégie sur l’union des travailleurs protestants et catholiques dans la perspective de lier l’émancipation nationale à l’émancipation sociale17.

  • 18 Les votes de première préférence en république d’Irlande n’ont pas dépassé 0,7% des inscrits depuis (...)

7L’échec de cette stratégie avec l’éruption de la violence communautaire en Irlande du Nord à partir de 1968 conduit à une nouvelle scission dans le mouvement avec l’émergence des provisionals, connus sous le surnom de « provos » : un Sinn Fein et une IRA dissidents dont le commandement se trouvent au Nord se constituent, et deviennent entre le début des années 1970 et le milieu des années 1980 les porteurs du républicanisme orthodoxe, face à un Fianna Fail qui revendique toujours la réunification mais a abandonné toute référence à d’autres moyens que ceux imposés par le cadre institutionnel, et face à un Sinn Fein « Officiel » qui abandonne progressivement toute référence au républicanisme traditionnel jusqu’à changer son nom en « Worker’s Party » et adopter une ligne marxiste-léniniste pro-soviétique, qui l’a conduit progressivement à n’être plus qu’un groupuscule18.

8Le discours tenu par les « provos » est teinté d’idéologie tiers mondiste, ce qui parait logique compte tenu des évolutions internationales : le mouvement veut s’inscrire dans la logique des processus de décolonisation et d’affirmation du droit des peuples. On retrouve aussi des considérations qui l’inscrive dans une gauche nationaliste que l’on retrouve également dans d’autres mouvements auxquels les « provisionals » font référence en fin de 20ème siècle : le nationalisme basque, et aussi l’ANC sud-africaine dont l’exemple est important.

9Si l’abandon des références à une idéologie essentialiste et le progressisme affichés sont sincères, cela ne doit pas pour autant masquer le fait que les « provisionals » se revendiquent d’une orthodoxie républicaine indéniable sur les fondamentaux évoqués précédemment. La revendication de la légitimité de la lutte armée, la prééminence de la nation sur toute autre considération y compris la représentativité démocratique, et l’impossibilité de tout compromis perçu comme compromission, conduisaient les « provos » à inévitablement privilégier l’option militaire des années 1970 au début des années 1990, option renforcée par l’hostilité et la violence des groupes paramilitaires loyalistes envers la minorité catholique, et par la stratégie de criminalisation du mouvement développée par les autorités britanniques.

  • 19 John Whyte, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990, p.117.
  • 20 Maciej Ruczaj,“Daringly, yet with Reverence”: Pearse, Mickiewicz and the Theology of National Mes (...)
  • 21 Maria Isaura Pereira de Queiroz, « Millénarismes et messianismes » in Annales 19-2, 1964, pp.330-34 (...)

10John Whyte avait souligné que l’interprétation nationaliste traditionnelle de l’histoire irlandaise pouvait se résumer ainsi : le peuple et la terre d’Irlande forment une seule nation, la responsabilité de la division incombe au colonisateur19. On peut considérer que la doxa des « provos » et le culte des martyrs qui accompagne celle-ci contribuent également à donner au mouvement un caractère messianique, comme le fait remarquer Maciej Ruczaj 20. En principe l’acception contemporaine de ce terme renvoie aux noms donnés à divers mouvements religieux à caractère politique du Tiers-Monde, qui professent la venue d’un messie qui établira un nouvel ordre, ou qui rétablira un ordre originel21. Cette définition s’applique évidemment mal au mouvement républicain irlandais, sauf si on considère que c’est lui-même qui joue le rôle du messie. Dans ce cas, l’origine étymologique du terme devient significative, le latin messias est issu de l’araméen meshiha qui signifie oint, sacré par le Seigneur. Dans la tradition judaïque, le messie est celui qui guide le peuple d’Israël et le rétablit dans ses droits. Le mouvement est donc investi d’une mission à caractère sacré.

Une évolution ?

  • 22 Suite aux premiers succès électoraux de Sinn Fein à la tentative unilatérale du gouvernement britan (...)

11Toutefois les années 1980 vont modifier des paramètres importants qui ont conduit le mouvement républicain à une évolution majeure. On peut considérer deux périodes dans les discours nationalistes irlandais : la première commence à la fin du 18ème siècle et s’est concentrée sur le principe d’auto-détermination, même si celui-ci faisait l’objet d’interprétation divergentes entre partisans du « Home Rule », en clair d’un parlement irlandais autonome dans une Irlande toujours membre de l’Empire britannique, et républicains n’ayant d’autre objectif qu’une république totalement indépendante. La seconde est la conséquence de la partition de l’île par le Government of Ireland Act de 1920 et le traité anglo-irlandais de 1921 : le conflit au Nord est le produit de la partition de l’île, et donc la réunification devient un thème essentiel. C’est ce qui ressortait des conclusions du Forum pour une Nouvelle Irlande (New Ireland Forum) de 198422 qui avait rassemblé tous les partis nationalistes constitutionnels de l’île, mais c’est également un élément central des discours des leaders du Sinn Fein, qui se désintéressent de la question de la légitimité des institutions de la République d’Irlande pour se concentrer sur la réunification présentée comme objectif principal de leur combat. La question de la réunification est donc susceptible de rassembler les diverses composantes du nationalisme irlandais au-delà des clivages traditionnels.

12En résumé, l’abandon de la question de l’illégitimité des institutions l’Etat irlandais par les républicains les a conduits à concentrer leur attention et donc leur message sur la nécessaire disparition de la frontière, ce qui impliquait un retrait militaire et politique des britanniques et leur soutien au processus de réunification de l’Irlande.

  • 23 “We need them because a peaceful, just and united society in Ireland must include them and because (...)
  • 24 Entre la fin des années 1960 et les années 1970, à la suite des précurseurs de l’entre-deux guerres (...)

13Mais quid de la population unioniste d’Irlande du Nord qui ne veut pas de la réunification ? Jusqu’au début des années 1990 rien ne semble pouvoir évoluer : pour les républicains l’unionisme a été créé artificiellement par la présence coloniale britannique, et il disparaitra naturellement avec la réunification, c’est ce que nous dit Gerry Adams, le leader de Sinn Fein : « Nous avons besoin d’eux parce qu’une société irlandaise juste, pacifique et unie implique leur inclusion, et parce que la classe ouvrière protestante, ce sont nos frères et nos sœurs »23. Ce refus de reconnaître la légitimité d’une identité unioniste irlandaise n’était toutefois pas unanime : le courant d’historiens révisionnistes irlandais qui s’est développé dans la deuxième moitié du 20ème siècle et qui a eu une influence non négligeable en république d’Irlande24 a eu au contraire tendance à privilégier l’idée que la phase coloniale était terminée, et que l’unionisme participait d’une autre conception de l’identité nationale que celle professée par les nationalistes. En d’autres termes qu’il y avait bien une autre identité irlandaise, ancrée dans l’histoire, qui revendiquait son lien à la Grande Bretagne et qui avait développé une lecture de l’Histoire qui entrait en conflit avec le récit historique nationaliste. La reconnaissance par les républicains de la légitimité d’une autre tradition et de sa représentation politique était donc une pré-condition nécessaire à tout règlement du conflit nord-irlandais.

  • 25 « Special Category Status », voir note 4.
  • 26 Dix prisonniers moururent pendant cette grève de la faim.
  • 27 ““Formerly the Provos had no identity but violence, […] what began as a tactical shift […] has itse (...)
  • 28 qui ne peut plus compter sur l’aide militaire apportée par les pays de l’Est et leurs alliés, notam (...)
  • 29 En 1994 la censure médiatique appliquée contre le Sinn Fein par les autorités britanniques et irlan (...)
  • 30 Ce partage du pouvoir (power sharing) est fondé sur le modèle de la démocratie consociationnelle (o (...)

14Ces années 1980 sont un tournant car elles vont voir le mouvement républicain amorcer une conversion au parlementarisme. Ce processus prend sa source dans les grèves de la faim de 1981. Les prisonniers républicains entamèrent une grève de la faim pour exiger que leur soit rendu le statut de prisonniers de guerre25, et pour soutenir leur action spectaculaire Sinn Fein présenta plusieurs d’entre eux aux élections au Nord et au Sud, en contradiction avec sa politique habituelle de non-participation. Les résultats dépassèrent de loin la base traditionnelle du mouvement puisque celui-ci, capitalisant sur l’émotion produite par la grève26, obtint au Sud des élus qui privèrent Fianna Fail d’une majorité absolue au Dail, la chambre basse du parlement irlandais, tandis qu’au Nord Owen Carron et Bobby Sands, le chef des prisonniers républicains, étaient élus à la Chambre des Communes du parlement britannique. La démonstration était faite que dans des conditions propices le Sinn Fein pouvait devenir une force politique incontournable tant au Nord qu’au Sud, ce qui ne manqua pas d’inquiéter dans un premier temps les gouvernements irlandais et britannique qui renforcèrent leur stratégie de répression. Mais le changement qui se produisit alors est essentiel, car même si le mouvement républicain ne renonçait pas à la lutte armée, le rôle de Sinn Fein changeait fondamentalement : de porte-parole d’un mouvement essentiellement militaire, Sinn Fein devenait un parti politique, ce que confirmait en 1986 l’abandon de la doctrine d’abstention ce qui implicitement, même si cela était officiellement pour des raisons purement tactiques, impliquait que les républicains acceptaient de placer leur combat idéologique dans un cadre institutionnel. Comme le remarque Kevin Bean : « Auparavant les provos n’avaient pas d’autre identité que la violence,[…] ce qui avait commencé comme une manœuvre tactique[…]a finalement en soi rejaillit sur le mouvement en le transformant d’une manière à laquelle il n’était pas préparé. »27”. Cette transformation va être accompagnée par des changements majeurs sur le plan international : la fin de la Guerre froide qui contribue à affaiblir l’IRA28, l’arrivée de l’administration Clinton qui ne fait pas mystère de son intérêt pour la question nord-irlandaise, l’intégration économique européenne qui fait que les programmes communautaires traite l’Irlande comme une seule entité, mais surtout l’exemple sud-africain de sortie négociée de l’Apartheid qui n’est pas sans influence sur un mouvement républicain. Celui-ci comme on l’a vu plaçait son combat dans un cadre rhétorique et une perspective de libération nationale inspirée des mouvements tiers-mondistes et de l’ANC, or l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela devient un exemple de la primauté du politique sur le militaire. Le mouvement républicain est alors confronté à un choix majeur : sur le plan politique il est largement ostracisé à l’extérieur, et à l’intérieur il piétine, restant peu représentatif au Sud tandis qu’au Nord il n’est que le deuxième parti nationaliste derrière le SDLP, le parti constitutionnel dirigé par John Hume. La lutte armée pose un double problème : elle empêche la progression politique de Sinn Fein, et en même temps elle risque de conduire le mouvement à l’asphyxie. C’est à partir de 1988 grâce à l’implication de John Hume que des discussions, puis des négociations vont progressivement s’engager, avec des difficultés liées à la faiblesse du gouvernement Major. Mais le cessez le feu de 1994 démontre que le politique a pris le pas sur le militaire, et l’arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997 relance un processus de paix qui trouve un premier aboutissement avec la signature de l’accord du Vendredi Saint en 1998. Cet accord est le fruit d’une négociation dont personne n’a été écarté, et qui conduit à des modifications constitutionnelles importantes : la république modifie dans sa constitution les articles 2 et 3 portant la revendication de souveraineté sur le Nord, le parlement britannique passe une nouvelle loi qui abroge le statut de 1920 et confirme que l’autodétermination du Nord peut être librement exercée par référendum, la stratégie d’ostracisation du mouvement républicain est abandonnée29, de nouvelles institutions sont créées au Nord sur un modèle consociatif obligeant à un partage du pouvoir entre les partis représentatifs des deux traditions30.

15Restaient les épineuses question du statut de la police, du démantèlement de l’arsenal de l’IRA et du statut des prisonniers politiques. Les premières ont été réglées après de longues tractations à la suite desquelles Sinn Fein, devenu depuis premier parti nationaliste au Nord, soutenait la création du Police Service of Northern Ireland (PSNI) en remplacement de l’ancienne Royal Ulster Constabulary. La mise hors service des armes a pu se faire sous le contrôle international de la Commission Indépendante pour le désarmement (Independent International Commission on Decommissioning) présidée par le général canadien De Chastelain. Dans les deux cas on constate que les formes sont au moins aussi importantes que le fond : la terminologie évite soigneusement toute référence au Royaume-Uni dans l’appellation des nouvelles forces de police, appelées à connaitre un rééquilibrage dans la représentation entre les communautés catholique et protestante. Le désarmement s’est effectué dans un cadre international : l’IRA a accepté de désarmer sous contrôle international pour respecter les accords, elle n’a pas rendu les armes ce qui aurait eu une toute autre portée symbolique.

Un nouveau projet ?

16Demeurait enfin la question de la libération et de la réintégration dans la vie civile des prisonniers paramilitaires, et c’est sur cette question que nous allons nous pencher car elle est hautement significative de la transition que connaît le mouvement républicain.

  • 31 Beaucoup de prisonniers ont appris le gaélique en prison, d’où le jeu de mots gaolic qui s’était ré (...)
  • 32 “prison forged a sense of still being active on the wider Republican struggle on the outside”. Laur (...)

17Dans le contexte nord-irlandais, il convient de garder à l’esprit que les paramilitaires républicains (et loyalistes) furent emprisonnés dans un contexte de quasi-guerre civile et de conflit armé dans lequel leur rôle et leurs responsabilités en tant que militants étaient centrales, ce qui éclaire au passage pourquoi les prisonniers ont eu leur mot à dire dans les négociations. A l’issue de celles-ci toutefois, leur libération est intervenue alors que le processus de paix avait conduit à l’utilisation de méthodes pacifiques et constitutionnelles dans lesquelles les combattants n’avaient plus de place. Cela étant ces derniers n’étaient pas livrés à eux-mêmes : l’expérience de la prison n’avait pas anéanti mais au contraire renforcé leur détermination et leur discipline militaire, et cet engagement a conduit ces prisonniers à élargir leurs champs de compétences. Au nom de la cause l’accent était mis sur les apprentissages tant linguistique31 que professionnels. Comme le dit Laurence McKeown, co-fondateur du Belfast Film Festival et seul survivant des grèves de la faim de 1981 : « La prison a créé ce sentiment d’être toujours impliqués dans l’ensemble du combat républicain mené à l’extérieur »32”.

18A leur libération, la grande majorité des ex-paramilitaires républicains est donc sortie avec une détermination politique intacte, mais aussi avec un niveau d’éducation et de réflexion souvent considérablement renforcé, et ces ex-guérilleros ont immédiatement mis leur expérience et leurs compétences au service de leur communauté, du processus de paix soutenu par Sinn Fein, et bien sûr au service de ce dernier. Dans leur ouvrage sur la transformation du conflit nord-irlandais, Peter Shirlow, Karen McElrath et Kieran McEvoy montrent l’importance de leur contribution :

  • 33 Peter Shirlow, Karen McElrath, Kieran McEvoy, Resistance, Transition and Exclusion : Politically-Mo (...)

It is only as former prisoners and their families have moved from a resistant to a transitional characterization of incarceration and its consequences that space has been created for a more critical and reflective attitude towards prison, violence, and other experiences related to the conflict. […] ex-prisoners have not lost their organisational and campaigning skills in this process[…] They are a key resource to ensure that the mistakes of the past do not return to bedevil the future in this jurisdiction. As one former prisoner noted : ‘sometimes people think we are just about providing services. We are more than that. We are conflict transformers. Our group works with young people so as to dilute the rationale for violence…we also aim to establish contacts outside of our community. In particular, working with Loyalists is important…33.

19L’implication des ex-prisonniers passe par un réseau associatif très dense, qui ne s’arrête pas à l’Irlande du Nord mais s’étend très logiquement sur l’ensemble du territoire irlandais. Ce réseau est chapeauté par Coiste na nlarchimi, une organisation faîtière fondée en 1998 pour faciliter la réintégration des ex-prisonniers politiques républicains. Bien que regardée avec une certaine suspicion par les autorités britanniques et irlandaises au début de son existence, Coiste a très vite dépassé le stade de la réinsertion des anciens prisonniers pour devenir une association extrêmement efficace en termes de collecte de moyens et de développement de l’économie sociale. Le témoignage de Mickey Culbert, un ancien prisonnier et membre fondateur, est éloquent :

  • 34 Mickey Culbert, entretien avec l’auteur le 1 mai 2004, première citation dans « Former Republican P (...)

The Coiste as an organization was set up in 1998-1999 […] It was a time when peace money from Europe was on the go to assist marginalized communities. And all these independent associations were put together to get funding. […] So the group was set up so that we could coordinate activities in the North and in the South, and funding received. […] Money comes from Europe and from agencies set up by the British Government in the North and by the Irish Government in the South and they decide for the funding. […] We are subjected to very rigid audits, accounts and procedures […] But we have improved over the years to be a very professional, very professionnally run organization and we are very proud of that34.

20Un facteur important pour comprendre le succès rencontré des deux côtés de la frontière par Coiste et ses associations est la diversité des services proposés par les ex-activistes. Il y a environ 20 associations locales, de Letterkenny à Sligo en passant par Derry, Dublin, Kerry, Belfast, Dundalk…qui recouvrent l’ensemble de l’Irlande et qui dépendent d’un bureau central à Dublin ou à Belfast en fonction de leur localisation. Coiste est une organisation qui transcende la frontière Nord/Sud, ce qui n’est guère surprenant, mais elle transcende également les frontières sociales et politiques traditionnelles. Un exemple est le programme PNB (Process of Nation Building), qui a bénéficié d’un financement européen et dont la philosophie est rappelée par Rosinna Browne, en charge de son développement :

  • 35 Rosinna Brown, entretien avec l’auteur, 13 mai 2004. Première citation dans « Former Republican Pri (...)

PNB stands for the Process of Nation Building, whereby we are going to talk to Churchmen, Unionist people, Trade Unions, in fact anybody who wants to talk to us. […] So I talk to victims of IRA violence […] if we can break down that an inch we are doing a good job and it is not through violence, it is through talking and listening35.

21Très clairement, l’approche n’est pas centrée sur les ex-prisonniers politiques, ni même sur la communauté nationaliste, mais sur la réconciliation, dans la perspective d’un projet inclusif permettant aux ex-prisonniers devenus travailleurs sociaux de contribuer à l’émergence d’un projet national pour toute l’Irlande, et tous les irlandais. C’est ce qu’on retrouve également dans le « tourisme politique », c’est à dire les visites touristiques organisées à Belfast sous le nom de « Political Tour » à destination des touristes, dont les premiers financements européens ont été obtenus par Coiste, et qui rassemble des ex-paramilitaires républicains et loyalistes autours de visites guidées des lieux historiques des « Troubles ».

22Les anciens guérilleros de l’IRA n’ont pas abdiqué leurs convictions, mais ils ont redirigé leurs efforts : aux spécialistes des explosifs et des fusils d’assaut se sont substitués des travailleurs sociaux engagés et bien formés, militants de la cause sur toute l’Irlande, auprès de toutes les communautés acceptant le dialogue, et utilisant avec intelligence les crédits nationaux et surtout européens qui leur sont alloués au service de la réconciliation, et aussi de l’idée de réunification. Ce n’est pas que l’Irlande du Nord, mais toute l’Irlande qui est aujourd’hui témoin d’une redéfinition du républicanisme irlandais, non pas dans ses buts, mais dans sa stratégie et dans les moyens à mettre en œuvre. L’approche communautaire n’est pas nouvelle mais elle a pris une toute autre dimension. Pendant le conflit la campagne militaire était la priorité, aujourd’hui l’accent est clairement sur les questions de justice sociale, de pauvreté, d’exclusion, de genre et de droit des femmes et des minorités sur l’ensemble du territoire irlandais, ce qui reflète le discours de Sinn Fein, et qu’a favorisé la quasi disparition de facto de la frontière du fait de l’intégration européenne. Dans cette perspective les ex-prisonniers et Coiste ont contribué à donner toute leur place aux solutions politiques, et à reléguer l’option militaire aux livres d’histoire.

23On pourrait clore là le chapitre, mais les faits sont têtus : de jure il y a toujours une frontière d’Etat entre les deux Irlande, et la problématique du Brexit vient de le rappeler. Le premier constat est que le manque de discernement de David Cameron, les difficultés de Teresa May puis la gestion désastreuse de Boris Johnson, ont remis la question d’Irlande du Nord au cœur des préoccupations européennes. La frontière entre les deux Irlande est aujourd’hui la seule frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l’UE, ce qui peut induire des conséquences potentiellement toxiques pour les équilibres qui ont été trouvés depuis 1998. On a vu au cours de ce propos que la normalisation est le fruit d’un long processus, dans lequel la focalisation sur l’effacement de la frontière a joué un rôle crucial. A l’heure où cet article est écrit, un accord a été trouvé entre le DUP36 et le gouvernement britannique, après deux années de blocage des institutions consociatives et une crise en 2017 qui avait également paralysé les institutions37. En février 2022 le DUP s’était retiré des institutions nord irlandaises pour marquer son rejet.du protocole et de l’accord cadre de Windsor (Windsor Framework). Le DUP considérait que ces accords introduisaient à la fois un déficit démocratique –des lois européennes continuant à s’appliquer en Irlande du Nord sans possibilité de contrôle local-, et portaient atteintes à l’intégrité de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni38. Le DUP exigeait en conséquence que les contrôles douaniers sur les marchandises entre l’Irlande du Nord et la Grande Bretagne prévus dans le Cadre de Windsor soient supprimés et que tout compromis satisfasse 7 exigences39. Ce retrait bloquait opportunément les institutions nord irlandaises, puisque suite aux élections de mai 2022 le Sinn Fein est devenu en voix le premier parti d’Irlande du Nord et la présidence du gouvernement nord irlandais devait en conséquence lui revenir40. Le 31 janvier 2024 un nouvel accord a été trouvé : Le document « Sauvegarder l’Union » (« Safeguarding the Union ») a été approuvé par la Commission Européenne, le gouvernement britannique et la direction du DUP. Ce nouvel accord a permis de restaurer les institutions consociatives nord-irlandaises. Mais la situation n’est sans doute pas si simple qu’elle pourrait paraître. En premier lieu, on constate que le DUP a occupé l’espace politique pendant cette crise : la crainte d’une reprise de la violence en cas de réactivation d’une frontière entre les deux Irlande a conduit à des compromis qui finalement bénéficient à l’Irlande du Nord, puisqu’elle est intégrée à la fois dans le marché britannique et dans le marché européen. Mais elle a aussi largement contribué à radicaliser craintes et crispations côté loyaliste, dans une période où le Sinn Fein a le vent en poupe tant en Irlande du Nord qu’en République. Le document auquel le Conseil exécutif du DUP a souscrit à la demande de son chef en janvier contribue à faciliter le renforcement de liens institutionnels, académiques et économiques entre l’Irlande du Nord et la Grande Bretagne, notamment à travers la mise en place d’un « Conseil Est-Ouest » (« East-West Council ») dont une première réunion a eu lieu en mars 2024. Par ailleurs il confirme la position constitutionnelle de l’Irlande du Nord et les possibilités de veto octroyées au parlement d’Irlande du Nord sur l’introduction ou la modification de législation d’origine européenne susceptible de s’appliquer dans la province. Il n’est pas dans le périmètre de cet article de procéder à un examen minutieux des textes dont il vient d’être question41, toutefois le constat est que l’approbation de cet accord n’est pas sans provoquer des remous chez les loyalistes, d’autant que la restauration du parlement et de l’exécutif locaux permettent pour la première fois au Sinn Fein d’occuper la présidence suite aux résultats des élections de 2022. La situation actuelle montre que la stratégie suivie par Sinn Fein est payante, elle conforte son leadership incontestable au sein de la communauté nationaliste d’Irlande du Nord et contribue à conforter son image de respectabilité et de parti de gouvernement. Mais elle révèle aussi les tensions au sein de la communauté unioniste, et plus particulièrement chez les électeurs et soutiens habituels du DUP. Aux élections de 2022 ce parti a perdu plus de 6 % des voix, essentiellement au profit de TUV42, un parti loyaliste créé en 2007 qui rejette les institutions consociatives héritées de l’accord de 1998 et l’ensemble des dispositions douanières post-Brexit. Les prochaines élections législatives au Royaume-Uni, annoncées par Rishi Sunak pour le deuxième semestre 2024, seront donc un test majeur pour l’Irlande du Nord, comme avait pu l’être la montée en puissance de Vanguard en 197343.

24Il reste aujourd’hui qu’un processus de normalisation par lequel un mouvement protestataire perçu comme sectaire est devenu –notamment par la conversion de ses militants les plus aguerris- un des garants de la stabilité politique de l’Irlande du Nord, des relations anglo-irlandaises et inter-irlandaises, risque d’être remis en cause par la réintroduction de la problématique de la frontière. On retrouve en filigrane la logique du « jeu à somme nulle » (zero-sum game), cette perception que tout gain d’une communauté était une perte pour l’autre, qui a longtemps empoisonné les relations nord-irlandaises, et sur laquelle misent les forces hostiles non seulement à la réunification et à l’Union Européenne, mais aussi aux institutions consociatives. Dans l’immédiat, la perspective d’un Brexit « dur » s’éloigne et une crise majeure est évitée. Pour autant le compromis trouvé par Rishi Sunak et la Commission Européenne reste fragile. Jeffrey Donaldson avait mis tout son poids dans la balance pour obtenir un avis favorable du conseil exécutif du DUP. Le scandale récent qui l’a emporté fragilise aussi les tenants de sa ligne politique, et les partisans loyalistes d’une remise en cause des institutions consociatives trouvent aujourd’hui dans la question de la frontière réelle de l’Irlande du Nord un levier pour faire avancer leur cause.

Conclusion

  • 44 “Prisoners of war began to see themselves not as casualties of war, but as political activists, as (...)

25La question d'Irlande du Nord relève d'un conflit entre intérêts communautaires antagonistes, et en conséquence d'un conflit issu d'interprétations divergentes de l'Histoire. Le républicanisme irlandais contemporain constitue l'une de ces interprétations, et il s'est caractérisé par une propension à la fragmentation du fait d'un corps de doctrine que l'on pourrait qualifier de "messianique". La Vérité dont le républicanisme se veut le héraut ne pouvait faire l'objet d'aucune négociation, d'aucun compromis, ce qui explique que l'histoire du mouvement républicain est jalonnée de scissions qui ont suivi chaque concession majeure, la plus sanglante étant celle de la guerre civile de 1922-23 entre partisans et adversaires du traité de 1921. Toutefois l'IRA et le Sinn Fein provisoires ("provisionals"), tendance radicale issue de la montée de la violence à la fin des années 60 au Nord et devenue majoritaire dans le mouvement républicain, ont conduit ce dernier à un carrefour de sa propre histoire. La participation croissante aux processus politiques a conduit à l'ébauche puis à l'affirmation d'une stratégie pragmatique conduisant à l'abandon de la lutte armée et au compromis, ce qui contredit fondamentalement la posture messianique du mouvement. L'acceptation de l'accord du Vendredi Saint a conduit à une redéfinition des stratégies fondamentales du républicanisme irlandais contemporain et des formes de son combat, ce que reflète l'évolution des ex-prisonniers républicains et le rôle joué par leurs organisations, en particulier Coiste na nIarchimi. Comme le souligne le plus célèbre d'entre eux, Laurence McKeown, seul survivant des grèves de la faim de 1981 : "Les prisonniers de guerre ont commencé à se percevoir non comme des pertes dues au conflit, mais comme des militants politiques, des agents du changement44". L'émergence d'une organisation comme Coiste na nIarchimi, issue de l'accord du Vendredi Saint et présente sur l'ensemble du territoire irlandais, est l'expression de cette transformation. Initialement conçue comme une association permettant la réinsertion des ex-prisonniers, elle s'est progressivement transformée en un réseau extrêmement structuré qui combine action sociale et laboratoire d'idées sur l'avenir de l'Irlande, et dont l'influence idéologique s'étend bien au-delà des cercles républicains traditionnels.

26Au sectarisme issu de l'approche messianique et de l'affrontement armé, le Sinn Fein a substitué une logique -doit-on parler de stratégie ?- de tolérance inclusive et pacifique, logique qui a contribué à dissiper l'image sulfureuse du mouvement, à le normaliser, et à populariser le but ultime vers lequel il tend : la réunification de l'Irlande, même si cela doit se révéler entreprise de longue haleine. Mais la question du Brexit est venue aujourd’hui remettre en cause un processus commencé à la fin du siècle dernier, en replaçant au cœur de la problématique la question de la frontière qui, au-delà de l’aberration économique qu’elle représente, est devenue dans la deuxième moitié du 20ème siècle le point d’achoppement principal et la source de la négociation. Son effacement de facto avait été un facteur majeur d’apaisement et de réconciliation entre les traditions antagonistes, entre les deux Irlande, et entre les deux Etats. Sa réactivation dans la perspective d’un Brexit « dur » mettant fin à l’intégration économique entre les deux parties de l’île n’a pu qu’inquiéter tous les observateurs qui connaissent l’histoire compliquée des relations anglo-irlandaises et irlando-irlandaises, et celle du mouvement républicain irlandais. Les récentes réponses apportées par Rishi Sunak et la Commission Européenne permettent pour l’instant de préserver les acquis de l’intégration européenne et du processus de paix, sans remettre en cause le statut juridique de l’Irlande du Nord, qui fait toujours partie intégrante du Royaume-Uni. Toutefois il n’est pas certain que le compromis difficilement accepté par le conseil exécutif du DUP sur l’insistance de Jeffrey Donaldson, son leader aujourd’hui déchu, soit avalisé par la majorité des électeurs loyalistes. Les prochaines élections législatives qui devraient se tenir avant fin 2024 permettront de mesurer le soutien réel dont dispose l’accord du côté unioniste. On laissera le dernier mot de cette conclusion à Laurence McKeown, il date de 2017, mais il demeure d’actualité :

  • 45 The European Union has put an awful lot of money into Ireland with the three peace programmes. The (...)

L’Union Européenne a investi des sommes d’argent énormes en Irlande avec les trois programmes pour la paix. A l’origine, le programme pour la paix était destiné à promouvoir la paix et la réconcilation[…] à cause du Brexit il y a des incertitudes sur les financements après décembre 2018. Si le soutien financier de l’Union Européenne n’avait pas été disponible, une bonne partie du travail que je fais avec d’anciens prisonniers n’aurait pas été accompli parce qu’on n’aurait pas eu les moyens nécessaires, ni le même niveau d’engagement. Alors, pour ce qui est du Brexit, je veux dire pour l’instant, nous ne savons pas à quoi nous en tenir. 45

Top of page

Bibliography

Adams Gerry, A Pathway to Peace, Dublin, The Mercier Press, 1998.

Bardon Jonathan, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992.

Bean Kevin, The New Departure, University of Liverpool, The institute of Irish Studies, 1994.

Bennoune Mahfoud, The Making of Contemporary Algeria, 1830-1987, Cambridge University Press, 2002.

Bévant Yann, « Un exemple de résolution de conflit communautaire post-colonial : La transition institutionnelle en « Ulster » », pp. 71-89 in L’avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, Actes du colloque des 17 et 18 novembre 2017, Jean-Marc Boyer, Mathias Chauchat, Géralidine Gireaudeau et alii. Dirs., Larje, Punc, Nouméa, 2018.

Bévant Yann, " La transformation idéologique du mouvement républicain irlandais à la fin du vingtième siècle. Trouver les mots pour résoudre les maux" p. 149-166 in M. Schuwer, Parole et Pouvoir, enjeux politiques et identitaires, Chapitre ‘parole et (re)construction de l'identité collective’, Rennes PUR, 2005.

Bévant Yann, “The Aggiornamento of the Irish Catholic Church in the 1960s and 1970s” in L’église catholique en question : évolutions et enjeux, Dirs. Eamon Maher et Catherine Maignant, pp. 39-49 in Etudes Irlandaises 39-2, 2014,. https://doi.org/10.4000/etudesirlandaises.3902

Davies Alan, The Crucified Nation. A Motif in Modern Nationalism, Brighton, Sussex Academic Press, 2008.

Destenay Emmanuel, « La légende noire de l’IRA : entre historiographie « révisionniste » et mythologie unioniste », pp. 405-424 in Revue Historique 2019/2.

Deutsch Richard et al., Les républicanismes irlandais, Rennes, Terre de Brume/Pur, 1997.

Elliott Marianne, Partners in Revolution : the United Irishmen and France, New Haven, Yale University Press, 1982.

Feron Elise, La harpe et la couronne. L’imaginaire politique du conflit nord-irlandais, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2000.

Guillo Dominique, Les figures de l’organisation. Sciences de la vie et sciences sociales au xixe siècle, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2003.

Kelly Matthew, “Languages of Radicalism, Race, and Religion in Irish Nationalism : The French Affinity, 1848-1871” pp. 801-825 in Journal of British Studies, vol. 49, no. 4, 2010.

Joannon Pierre, Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, 2006.

Julienne Janick, “La France et l’Irlande nationaliste de 1860 à 1890 : évolution et mutation de liens multiséculaires”, pp. 123-136 in Études irlandaises, no. 24-1, 1999.

Lacabanne Julien, La démocratie consociative - Forces et faiblesses du multiculturalisme, Paris, Persée, 2016.

Lijphart Arend, Thinking About Democracy. Power sharing and majority rule in theory and practice. New York, Routledge, 2008.

Maignant Catherine, « liberté d’expression et raison d’Etat : la réponse irlandaise », pp. 89-103 in Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 5 n° 4.

Maillot Agnès, Les républicains irlandais, Caen, PUC, 2001.

McBride Ian, « The Shadow of the Gunman : Irish Historians and the IRA » in Journal of Contemporary History, no46, 2011/3.

McKeown Laurence, Out Of Time : Irish Republican Prisoners, Long Kesh, 1972–2000, Belfast, Beyond the Pale Publications 2001.

Moran Seán Farrell, Patrick Pearse and the Politics of Redemption. The Mind of the Easter Rising, 1916, Washington D.C, The Catholic University of America Press, 1994.

New Ireland Forum Report, Dublin, The Stationery Office, 1984.

Newman W.L., The Politics of Aristotle. With an Introduction, two Prefatory Essays and Notes Critical and Explanatory, 4. vol. , Oxford, 1887-1902 ; réimpr. New York, Arno Press, 1973, Cambridge, CUP, 2010.

Ó Faoleán Gearóid, A Broad Church : The Provisional IRA in the Irish Republic Volume 2 : 1980-1989, Dublin, Merrion Press, 2003.

Pereira de Queiroz Maria Isaura, « Millénarismes et messianismes », pp. 330-344 in Annales 19-2, 1964. DOI: https://doi.org/10.3406/ahess.1964.421150

Reinisch Dieter, “Interview with Former Political Prisoner, Irish Republican Activist, and Playwright Laurence McKeown”, pp. 223-239 in Studi irlandesi. A Journal of Irish Studies, n. 7, 2017.

Ruane Joe et Jennifer Todd, After the Good Friday Agreement. Analysing Political Change in Northern Ireland. Dublin, UCD Press, 1999.

Sieyès Emmanuel Joseph, Qu’est-ce que le Tiers-Etat ?, 3ème édition de 1789, éditions Le Boucher, 2002.

Shirlow Peter et Kieran McEvoy Beyond the Wire : Former Prisoners and Conflict Transformation in Northern Ireland, London, Pluto Press, 2008.

Shirlow Peter, Karen McElrath, et Kieran McEvoy, Resistance, Transition and Exclusion : Politically-Motivated Ex-Prisoners and Conflict Transformation in Northern Ireland, Belfast, Political Violence and Terrorism Studies, 2004.

Slaby Alexandra, Histoire de l’Irlande de 1912 à nos jours, Paris, Tallandier, 2016.

Stora Benjamin, Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954), Éditions le Sureau, coll. « Repères », 2004.

Whyte John, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990.

Webographie

Considère-Charon Marie-Pierre et Aurélien Antoine https://brexit.hypotheses.org/6576 consulté le 14/04/2024.

Disraeli Benjamin, The Spirit of Whiggism, The Times, June 13-July 14, 1836. Chapter 4, The English Constitution. https://ebooks.adelaide.edu.au/d/disraeli/benjamin/spirit-of-whiggism/complete.html, consulté le 24/02/2019.

McCormack Jayne, « Stormont collapse », January 2020 https://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-politics-50822912 consulté le 11/01/2020

DUP https://mydup.com/policies/remove-ni-protocol consulté le 13/12/2023

DUP https://mydup.com/news/dup-leader-announces-seven-tests-for-hmg-plans-on-ni-protocol consulté le 10/04/2024

Elections https://commonslibrary.parliament.uk/research-briefings/cbp-9549/ consulté le 10/04/2024.

McEvoy Kieran https://academic.oup.com/book/34691/chapter-abstract/296050998?redirectedFrom=fulltext consulté le 10/042024

Mac Ionnrachtaigh Feargal, Republican Prisoners and the Irish language revival, https://www.youtube.com/watch?v=4i_fpzoe3Vw, consulté le 25/02/2019.

Melaugh Martin, Brendan Lynn (et F. McKenna ; 1996-2000), CAIN Web Service, Background Information on Northern Ireland Society - Security and Defence. https://cain.ulster.ac.uk/ni/security.htm consulté le 10/04/2024.

Traditional Unionist Voice (TUV) https://tuv.org.uk/ consulté le 14/04/2024

Top of page

Notes

1 Traditionnellement la couleur verte est associée à la tradition nationaliste, la couleur orange à la tradition unioniste.

2 https://cain.ulster.ac.uk/ni/security.htm dernière consultation 10/04/2024.

3 Yann Bévant, « Un exemple de résolution de conflit communautaire post-colonial :

La transition institutionnelle en « Ulster » », pp.71-89 in : L’avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, Actes du colloque des 17 et 18 novembre 2017, Jean-Marc Boyer, Mathias Chauchat, Géraldine Gireaudeau et al. Dirs., Larje, Punc, Nouméa 2018, p.89.

4 En 1972 les prisonniers paramilitaires républicains et loyalistes ont obtenu le « special category status », en d’autres termes un statut équivalent à celui de prisonnier de guerre qui les différenciaient des criminels de droit commun. La suppression de ce statut supprimé en 1976 est à la base d’une contestation qui culminera avec la grève de la faim de 1981 durant laquelle 10 prisonniers républicains mourront. Bien qu’à la suite de cet épisode le gouvernement britannique ait abandonné en 1981 la stratégie de criminalisation qui avait manifestement échoué (voir https://academic.oup.com/book/34691/chapter-abstract/296050998?redirectedFrom=fulltext), la volonté d’ostraciser le mouvement républicain demeura, notamment à travers les mesures de censure (voir Catherine Maignant, « liberté d’expression et raison d’Etat : la réponse irlandaise » in Revue Française de Civilisation Britannique, vol.5 n°4, pp.89-103.

5 « in many ways in Ireland History is ideology ». Yann Bévant, " La transformation idéologique du mouvement républicain irlandais à la fin du vingtième siècle. Trouver les mots pour résoudre les maux" p.149-166 in M. Schuwer, Parole et Pouvoir, enjeux politiques et identitaires, Rennes PUR, 2005.

6 Au sens où l’entendent les historiens anglo-saxons, c’est-à-dire sans faire la césure de l’école française entre période moderne et période contemporaine.

7 Voir notamment Mahfoud Bennoune, The Making of Contemporary Algeria, 1830-1987, Cambridge University Press, 2002 et Benjamin Stora, Histoire de l'Algérie coloniale (1830-1954), Éditions le Sureau, coll. « Repères », 2004.

8 Homme politique français, président du directoire pendant la révolution française. « La nation existe avant tout. La Nation est à l'origine de tout, sa volonté est toujours légale. La nation est la loi elle-même.” Emmanuel Joseph Sieyès, Qu’est-ce que le Tiers-Etat ?, 3ème édition de 1789, éditions Le Boucher, 2002, p.53.

9 Homme d’Etat britannique, premier ministre favori de la reine Victoria. “A nation is gradually created by a variety of influences — the influence of original organisation, of climate, soil, religion, laws, customs, manners, extraordinary accidents and incidents in their history, and the individual character of their illustrious citizens. These influences create the nation — these form the national mind, and produce in the course of centuries a high degree of civilisation. If you destroy the political institutions which these influences have called into force […] you destroy the nation. […] Although all society is artificial, the most artificial society in the world is unquestionably the English nation. Our insular situation and our foreign empire, our immense accumulated wealth and our industrious character, our peculiar religious state, which secures alike orthodoxy and toleration, our church and our sects, our agriculture and our manufactures, our military services, our statute law, and supplementary equity, our adventurous commerce, landed tenure, and unprecedented system of credit, form, among many others, such a variety of interests, and apparently so conflicting, that I do not think even the Abbe Sieyès himself could devise a scheme by which this nation could be absolutely and definitely represented.[…] Unlike the levelling equality of modern days, the ancient equality of England elevates and creates. […]The framers of the English constitution were fortunately not of the school of Abbe Sieyès.”

Benjamin Disraeli, “The Spirit of Whiggism, The Times, June 13-July 14, 1836. Chapter 4, The English Constitution. https://ebooks.adelaide.edu.au/d/disraeli/benjamin/spirit-of-whiggism/complete.html, consulté le 24/02/2019.

10 Saxons. Il s’agit d’un mot pseudo gaélique en réalité –le redoublement du –s est inconnu tant en écossais qu’en irlandais-, lle terme à forte connotation péjorative trouve son origine dans les massacres perpétrés par Cumberland après l‘échec de la rébellion jacobite en 1746.

11 Dans la mythologie irlandaise, les chevaliers de la branche rouge d’Ulster d’Ulster (Red Branch of Ulster) dont Cuchulainn devint le principal héros, représentaient un ordre militaire dédié à la protection du roi et du royaume d’Ulster. Lady Gregory contribua beaucoup à la popularisation du mythe par la publication de son Cuchulain of Muirthemne en 1902.

12 Alan Davies, The Crucified Nation. A Motif in Modern Nationalism, Brighton, Sussex Academic Press, 2008. Voir également Seán Farrell Moran, Patrick Pearse and the Politics of Redemption. The Mind of the Easter Rising, 1916, Washington D.C, The Catholic University of America Press, 1994.

13 On note ici la référence explicite à la mythologie irlandaise, les Fianna étant un ordre de chevaliers dirigé par Fionn Mac Cumhaill (Finn McCool), chargés de la protection du Grand Roi d’Irlande (Ard Ri /High King).

14 Marianne Elliott, Partners in Revolution : the United Irishmen and France, New Haven, Yale University Press, 1982. Janick Julienne, “La France et l’Irlande nationaliste de 1860 à 1890: évolution et mutation de liens multiséculaires” in Études irlandaises, no. 24-1, 1999, pp. 123-124. Matthew Kelly, “Languages of Radicalism, Race, and Religion in Irish Nationalism: The French Affinity, 1848-1871”in Journal of British Studies, vol. 49, no. 4, 2010, pp. 801-825.

15 Voir notamment W.L. Newman, The Politics of Aristotle. With an Introduction, two Prefatory Essays and Notes Critical and Explanatory, 4. vol., Oxford, 1887-1902 ; réimpr. New York, Arno Press, 1973, Cambridge, CUP, 2010 et Dominique Guillo, Les figures de l’organisation. Sciences de la vie et sciences sociales au xixe siècle, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2003

16 Yann Bévant, “The Aggiornamento of the Irish Catholic Church in the 1960s and 1970s” in L’église catholique en question : évolutions et enjeux, Dirs. Eamon Maher et Catherine Maignant, Etudes Irlandaises 39-2, 2014, pp.39-49. https://doi.org/10.4000/etudesirlandaises.3902

17 On retrouve ici l’influence de James Connolly, leader syndicaliste qui était un des chefs de l’insurrection de 1916, et dont la mémoire est évoquée pour justifier le gauchissement du discours républicain.

18 Les votes de première préférence en république d’Irlande n’ont pas dépassé 0,7% des inscrits depuis 1992. La date est révélatrice : en 1989 le Worker’s Party représentait encore 5% des voix de première préférence. La chute de l’Union Soviétique et le processus de paix en Irlande ont achevé de décrédibiliser le mouvement.

19 John Whyte, Interpreting Northern Ireland, Oxford, OUP, 1990, p.117.

20 Maciej Ruczaj,“Daringly, yet with Reverence”: Pearse, Mickiewicz and the Theology of National Messianism’ in Etudes Irlandaises 39-1, 2014, pp.57-71, https://doi.org/10.4000/etudesirlandaises.3744

21 Maria Isaura Pereira de Queiroz, « Millénarismes et messianismes » in Annales 19-2, 1964, pp.330-344.

22 Suite aux premiers succès électoraux de Sinn Fein à la tentative unilatérale du gouvernement britannique de ressusciter une assemblée d’Irlande du Nord et au boycottage de celle-ci par le SDLP et Sinn Fein, l’ensemble des partis nationalistes constitutionnels d’Irlande (Fine Gael, Labour, Fianna Fail et SDLP) se sont rassemblés dans ce forum lancé par le gouvernement irlandais. Le Forum pour une nouvelle Irlande dura d’avril 1983 à mai 1984, et publia un rapport final dans lequel il proposait trois options acceptables pour l’ensemble des partis représentés : réunification au sein de la République, souveraineté conjointe ou état fédéral ou confédéral. Les trois propositions furent sèchement rejetées par Margaret Thatcher, alors Premier ministre du Royaume-Uni,

23 “We need them because a peaceful, just and united society in Ireland must include them and because the Protestant working class are our brothers and sisters”. Gerry Adams, A Pathway to Peace, Dublin, The Mercier Press, 1998, p.11.

24 Entre la fin des années 1960 et les années 1970, à la suite des précurseurs de l’entre-deux guerres E. Curtis, T.W Moody et R.D Edwards, le courant révisionniste émerge au sein des historiens irlandais, avec pour objectif de fonder une démarche scientifique d’analyse de l’histoire irlandaise qui démythifie récit historiographique nationaliste traditionnel. Cependant on se souvient de la formule de Martin Mansergh citée au début de cet article. Le courant révisionniste n’a pas non plus échappé à la critique et au soupçon de partialité. Voir à ce sujet Emmanuel Destenay, « La légende noire de l’IRA : entre historiographie « révisionniste » et mythologie unioniste » in Revue Historique 2019/2, pp.405-424, et Ian McBride« The Shadow of the Gunman : Irish Historians and the IRA » in Journal of Contemporary History, no46, 2011/3.

25 « Special Category Status », voir note 4.

26 Dix prisonniers moururent pendant cette grève de la faim.

27 ““Formerly the Provos had no identity but violence, […] what began as a tactical shift […] has itself acted back on the movement, changing it in ways it was not prepared for.” Kevin Bean, The New Departure, University of Liverpool, The Institute of Irish Studies, 1994, p.9.

28 qui ne peut plus compter sur l’aide militaire apportée par les pays de l’Est et leurs alliés, notamment la Lybie du colonel Khadafi. Voir Gearóid Ó Faoleán, A Broad Church: The Provisional IRA in the Irish Republic Volume 2: 1980-1989, Dublin, Merrion Press, 2003.

29 En 1994 la censure médiatique appliquée contre le Sinn Fein par les autorités britanniques et irlandaises est levée.

30 Ce partage du pouvoir (power sharing) est fondé sur le modèle de la démocratie consociationnelle (ou consociative). Il trouve sa source dans les travaux d’Arend Lijphart sur les modalités permettant à des sociétés profondément divisées de maintenir un régime démocratique en partageant le pouvoir politique entre les communautés. Voir Arend Lijphart, Thinking About Democracy. Power sharing and majority rule in theory and practice. New York, Routledge, 2008.
Issu de la science politique, le consociationalisme, aussi appelé consociativisme, a été introduit dans la science juridique sous l'impulsion du constitutionnaliste franco-colombien Julien Lacabanne, de l'Université du Luxembourg. Voir Julien Lacabanne, La démocratie consociative - Forces et faiblesses du multiculturalisme, Paris, Persée, 2016.
Yann Bévant, « Un exemple de résolution de conflit communautaire post-colonial :La transition institutionnelle en « Ulster » », pp.71-89 in L’avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie, Actes du colloque des 17 et 18 novembre 2017, Jean-Marc Boyer, Mathias Chauchat, Géralidine Gireaudeau et al. Dirs., Larje, Punc, Nouméa 2018.

31 Beaucoup de prisonniers ont appris le gaélique en prison, d’où le jeu de mots gaolic qui s’était répandu dans les milieux républicains, voir à ce sujet Feargal Mac Ionnrachtaigh - Republican Prisoners and the Irish language revival, https://www.youtube.com/watch?v=4i_fpzoe3Vw dernière consultation 25/02/2019.

32 “prison forged a sense of still being active on the wider Republican struggle on the outside”. Laurence McKeown, Out Of Time: Irish Republican Prisoners, Long Kesh, 1972–2000, Belfast, Beyond the Pale Publications 2001, p.278.

33 Peter Shirlow, Karen McElrath, Kieran McEvoy, Resistance, Transition and Exclusion : Politically-Motivated Ex-Prisoners and Conflict Transformation in Northern Ireland, Belfast, Political Violence and Terrorism Studies, 2004, p.98. Voir également l’ouvrage de Peter Shirlow et Kieran McEvoy Beyond the Wire: Former Prisoners and Conflict Transformation in Northern Ireland, London, Pluto Press, 2008.

34 Mickey Culbert, entretien avec l’auteur le 1 mai 2004, première citation dans « Former Republican Prisoners in Northern Ireland, from Reintegration to Social Politics », communication au colloque Ireland and Victims: Recognition, Reparation, Reconciliation ?, Rennes, 9-11 septembre 2010.

35 Rosinna Brown, entretien avec l’auteur, 13 mai 2004. Première citation dans « Former Republican Prisoners in Northern Ireland, from Reintegration to Social Politics », communication au colloque Ireland and Victims: Recognition, Reparation, Reconciliation ?, Rennes, 9-11 septembre 2010. Rosinna Brown est elle-même une ancienne prisonnière républicaine.

36 Democratic Unionist Party. Fondé par Ian Paisley, le DUP s’est toujours voulu à la pointe du loyalisme. C’est aujourd’hui le principal party unioniste d’Irlande du Nord.

37 https://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-politics-50822912 consulté le 11/01/2020

38 https://mydup.com/policies/remove-ni-protocol consulté le 13/12/2023

39 https://mydup.com/news/dup-leader-announces-seven-tests-for-hmg-plans-on-ni-protocol consulté le 10/04/2024

40 https://commonslibrary.parliament.uk/research-briefings/cbp-9549/ consulté le 10/04/2024.

41 Voir à ce sujet les articles de Marie-Pierre Considère-Charon et Aurélien Antoine https://brexit.hypotheses.org/6576 consulté le 14/04/2024.

42 “Traditional Unionist Voice” est une scission du DUP fondée par Jim Allister. Voir https://tuv.org.uk/

43 Vanguard est une organisation politique loyaliste qui a existé entre 1972 et 1978, et dont la caractéristique principale jusqu’en 1975 était l’opposition absolue à toute forme de partage des pouvoirs entre les deux communautés. Dirigée par William Craig, elle joua un rôle dans l’échec de l’accord de Sunningdale en fragilisant considérablement Brian Faulkner, le leader unioniste favorable à celui-ci.

44 “Prisoners of war began to see themselves not as casualties of war, but as political activists, as agents of change”. Laurence McKeown, Op.Cit., p.278

45 The European Union has put an awful lot of money into Ireland with the three peace programmes. The peace programme was originally for peace and reconciliation […] Because of Brexit, it means that there’s uncertainty about the funding beyond December 2018. If the EU funding hadn’t been available a lot of work that I do with ex-prisoners groups wouldn’t have happened because there wouldn’t have been that level of funding, that level of engagement. So, in terms of Brexit, I mean at the moment there is no answer to it. Dieter Reinisch, “Interview with Former Political Prisoner, Irish Republican Activist, and Playwright Laurence McKeown”, pp. 223-239 in Studi irlandesi. A Journal of Irish Studies, n. 7, 2017, p.238.

Top of page

References

Electronic reference

Yann Bévant, “La transformation du mouvement républicain irlandais des années 1980 à la problématique posée par le Brexit”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-2 | 2024, Online since 10 May 2024, connection on 18 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/12023

Top of page

About the author

Yann Bévant

Laboratoire CELTIC-BLM, Université Rennes 2

Yann Bévant est Maître de Conférences en études anglophones à l’Université Rennes2. Il a été vice-président de la section 11 du Conseil National des Universités de 2011 à 2019, et directeur des sections d’anglais et de LEA de l’université de la Nouvelle Calédonie de 2017 à 2021. Pendant cette période il a également fondé et dirigé l’équipe de recherche pluridisciplinaire TROCA (Trajectoires d’OCéAnie). Ses recherches récentes portent sur les langues et cultures minoritaires ou minorisées et sur les conflits intercommunautaires.

Yann Bévant is associate professor in English-speaking studies at the Université Rennes2. He was Vice president of the English Studies section of the National Council of Universities from 2011 to 2019, and Dean of the schools of English and Applied Languages at the University of New Caledonia from 2017 to 2021, where he also founded and headed the multidisciplinary research unit TROCA (TRajectoires d’OCéAnie/ Oceanian Trajectories). His most recent research encompasses comparative studies on minority or minoritized languages and societies and intercommunal conflicts.

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search