Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-2Comptes rendusFabrice Bensimon. Artisans Abroad...

Comptes rendus

Fabrice Bensimon. Artisans Abroad. British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870

Oxford: Oxford University Press, 2023
Magalie Fleurot
Bibliographical reference

Fabrice Bensimon. Artisans Abroad. British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870. Oxford: Oxford University Press, 2023

Full text

1L’ouvrage de Fabrice Bensimon représente une contribution originale à la fois au champ des Labour Studies et des Migration Studies. L’auteur suit le chemin des travailleurs britanniques dans leurs pérégrinations à travers l’Europe, s’intéressant à nouveau aux classes populaires dont il tente de ressusciter les mouvements dans ce XIXe siècle où la tenue des archives reste approximative des deux côtés de la Manche.

  • 1 Dans leur article « Precocious Albion », Morgan Kelly, Joel Mokyr and Cormac Ó Gráda expliquent que (...)

2La volonté de l’auteur est de se demander ce qui est à l’origine de la mobilité britannique en Europe et comment celle-ci a été perçue par les travailleurs eux-mêmes ainsi que par les populations qui les accueillaient. Le sujet des migrations ouvrières n’est pas nouveau mais, en ce qui concerne les migrants britanniques, à peu près toutes les études s’étaient jusqu’ici concentrées sur les pays d’accueil anglophones, de même que ces travaux ont été centrés sur des migrations de longue durée, voire définitives. Or ce qui fait l’originalité de l’analyse que nous propose Fabrice Bensimon est bien le fait qu’elle s’attelle à une difficulté majeure : les travailleurs dont on parle ici ont été mobiles. Certains sont restés deux ans, d’autres dix, mais la plupart sont repartis en Grande-Bretagne, parfois même pour émigrer ensuite définitivement, en Australie, aux États-Unis ou ailleurs. Cette question de la temporalité pose donc celle de l’archivage, de la mémoire : les États – dont la France – ont rarement enregistré formellement ces migrations de travailleurs qualifiés britanniques et, d’autre part, les hommes et les femmes ayant accompli ces voyages les ont peu documentés. Les migrations qui ont intéressé Fabrice Bensimon sont celles des travailleurs capables de former leurs homologues français, moins technologiquement avancés dans leurs domaines respectifs en raison d’une révolution industrielle moins précoce. L’ouvrage déroule donc l’histoire laborieuse de maçons et de mineurs, mais aussi des fileurs de lin, de coton et de laine, des dentellières, des métalliers, des cheminots, des soutiers et des mécaniciens maritimes. Des domaines où, mieux nourris, plus solides, les travailleurs britanniques possédaient une longueur d’avance sur le reste de l’Europe1.

3L’ouvrage de Fabrice Bensimon se divise en six chapitres. Le premier revient sur la législation britannique et les exportations qui commenceront par les machines et se poursuivront avec les travailleurs eux-mêmes quand, dans certains domaines, comme la dentelle, les évolutions technologiques requièrent un accompagnement d’ouvriers très qualifiés pour faire fonctionner des machines toujours plus évoluées et, surtout, fabriquées en Angleterre. Les raisons de ces émigrations sont également évoquées et notamment la question de la rémunération. Le deuxième chapitre détaille les différents domaines industriels qui ont recours aux migrants britanniques et constitue aussi une histoire des métiers du XIXe siècle, des travailleurs du lin établis à Landerneau aux mineurs de Cornouailles travaillant dans le Massif central. L’auteur met un coup de projecteur bienvenu sur le travail des femmes et des enfants dans le chapitre 3, ces travailleurs encore plus invisibles que leurs homologues masculins mais cruciaux dans certains domaines, celui de la dentelle encore une fois. En ce qui concerne le travail des enfants, les différences nationales s’y illustrent, entre Factory Act et Loi relative au travail des enfants, mais ce qui reste tristement analogue, c’est bien la question de la rémunération des femmes, moins bien payées que les migrants britanniques masculins. En ce qui concerne les enfants, on peut lire dans le chapitre 4 que des écoles sont créées spécifiquement pour les fils et les filles des migrants britanniques, notamment pour des raisons religieuses et que ces enfants ont été, là comme ailleurs, des vecteurs d’intégration. En effet la barrière de la langue était une réalité qui a pu empêcher certains adultes de s’acclimater aux nouveaux territoires où ils travaillaient, en dépit des pidgins qui se créaient parfois dans certaines industries, notamment celle du chemin de fer. La communication a forcément dû se faire à un moment puisque les idées politiques réussirent à circuler, favorisant les échanges et dialogues autour de causes semblables. Le chapitre 5 propose l’idée d’une Internationale des travailleurs en gésine dès le milieu du XIXe siècle et cela en dépit de ce que donne à voir le chapitre 6 dans lequel l’auteur revient sur les émeutes anglophobes déclenchées en partie par la chute de la Monarchie de Juillet de 1848. Les migrants britanniques en France ont donc été à la fois intégrés à la communauté mais ont également été les cibles d’attaques. Ces dernières sont vues par l’auteur davantage comme les conséquences d’une crise durable dans certaines industries, celle du textile par exemple, qui conduit la population locale à chasser des migrants considérés comme des concurrents sur le marché de l’emploi. Il est difficile d’établir une anglophobie avérée chez les ouvriers français et ce sont plutôt les inégalités salariales et la récession qui ont pu déclencher des comportements xénophobes chez les populations. Ces réflexions et les analyses de l’auteur qui déchiffre les rapports et les correspondances en tentant toujours de démêler le vrai du faux, la réalité du fantasme, nous éclairent sur des rhétoriques à l’œuvre un siècle et demi plus tard lors du Brexit.

4Les archives de quatre pays ont été consultées avec profit et si la documentation française est très représentée, c’est que l’auteur a effectué de nombreuses recherches sur ces migrants britanniques dans les régions du nord de la France. Le livre se conclut sur une bibliographie impressionnante par la diversité des sources compulsées : une histoire de l’anglophobie côtoie des ouvrages sur les chemins de fer, des écrits sur les dentellières et les tullistes en passant par des rapports concernant la tuberculose et des récits autobiographiques.

5La conclusion, qui rappelle à quel point ces travailleurs sont aujourd’hui invisibles et qui donne à voir des pierres tombales d’ingénieurs britanniques dans des villes et villages français, redit à quel point la question de la mémoire est cruciale. Ce sont ces noms qui font le sel de cet ouvrage et grâce à eux que le livre réussit là où d’autres échouent – surtout lorsqu’ils sont le résultat d’examens d’archives. Que Mary Bailey ait travaillé dans un atelier de dentelle plongé dans le noir afin que la lumière n’abîme pas la précieuse matière première devient ici un fait essentiel. On suit avec intérêt le destin de William Cockerill, mécanicien, et de ses fils ainsi que l’histoire des Waddington à Saint Rémy sur Avre qui ouvrent quatre usines employant un millier d’ouvrières et ouvriers. Avec leur crèche, fanfare et caisse d’assurance d’usine, ils sont un peu les Jean-Baptiste Godin de la Normandie. Selon les mots de l’auteur « The history from below is indispensable when one wants to grasp workers’ experience ». (9) C’est bien cette perspective qui fait l’intérêt de cette étude remplie des noms de ces travailleurs et qui semble vouloir empêcher l’oubli dans lequel tombent souvent ceux qui n’ont pas écrit l’Histoire, même lorsqu’ils en ont été des acteurs majeurs comme c’est le cas de la Révolution industrielle.

6Fabrice Bensimon raconte l’Histoire en partant du bas et c’est un point de vue dont on ne saurait se dispenser.

Top of page

Bibliography

BENSIMON Fabrice, Artisans Abroad. British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870, Oxford University Press, 2023.

KELLY Morgan, MOKYR Joel et O GRADA Cormac, « Precocious Albion : a new Interpretation of the British Industrial Revolution », in Annual Review of Economics, 2014, Vol. 6, p. 363-389. Consulté le 26 décembre 2023. DOI : 10.1 146/annurev-economics-080213-041042

Top of page

Notes

1 Dans leur article « Precocious Albion », Morgan Kelly, Joel Mokyr and Cormac Ó Gráda expliquent que les Britanniques ont été des travailleurs recherchés en raison de leur meilleure productivité, cela pour plusieurs raisons : « The causes for the higher labor quality are explored and found to be associated with a higher level of nutrition and better institutions, especially England’s Poor Law and the superior functioning of its apprenticeship system. » (363)

Top of page

References

Electronic reference

Magalie Fleurot, Fabrice Bensimon. Artisans Abroad. British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-2 | 2024, Online since 10 May 2024, connection on 18 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/12102

Top of page

About the author

Magalie Fleurot

CLIMAS, EA 4196, Université Bordeaux Montaigne.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search