Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-3From Medium to Message« [T]o write and Lyme in Gold and...

From Medium to Message

« [T]o write and Lyme in Gold and Colours certain Letters » : correspondance diplomatique enluminée dans l’Angleterre de la première modernité

“[T]o write and Lyme in Gold and Colours certain Letters”: Limning Diplomatic Correspondence in Early Modern England
Anne-Valérie Dulac

Abstracts

This article shows how some of the limned letters exchanged between the British court and “Eastern princes” throughout the early modern period may be considered as diplomatic gifts and counter-gifts, by looking into their careful manufacture, the ceremonials around them and their political purpose. The first part of the article is devoted to the advent of this richly ornamented correspondence in Elizabethan England before its perpetuation and near-codification under the reign of James I. The second part of the article proposes a material and visual analysis of these letters in terms of both creation and reception, in order to compare them with other diplomatic gifts. Finally, the article looks at some of the limners responsible for decorating these letters, as well as the techniques they used, the better to understand how the curious art of limning lent itself particularly well to this intense international conversation and exchange of gifts and counter-gifts in epistolary form.

Top of page

Full text

Introduction

1Le registre des fonctionnaires de la cour britannique couvrant les années 1660 à 1782 recense la création, aux alentours de l’année 1662, d’une charge désormais caduque qui était alors réservée à l’écriture, l’enluminure et la garniture de la correspondance diplomatique à destination des « princes d’orient » :

  • 1 John Christopher Sainty, Officials of the Secretaries of State 1660–1782, Londres, Institute of His (...)

The writer, flourisher and embellisher of letters to eastern princes was appointed by lord chamberlain’s warrant to the gentlemen ushers, daily waiters. He received a fee of £10 a document until Anne’s reign, when a salary was established of £60 per annum at the treasurer of the chamber’s office. By 1797, the salary had been reduced to £25 16s. 1

  • 2 L'écriture et l'enluminure de lettres diplomatiques à destination de l'orient perdure jusque tard d (...)
  • 3 Voir Maija Jansson, Art and Diplomacy. Seventeenth-Century English Decorated Royal Letters to Russi (...)

2Cette institutionnalisation consacre en réalité une pratique plus ancienne remontant à l’Angleterre élisabéthaine2. L’histoire de cette somptueuse correspondance entre l’Angleterre et les souverains de « l’étranger », d’« orient » ou du « lointain » (selon la terminologie fluctuante que l’on retrouve dans les archives) peut être reconstituée à partir de deux types de sources : d’une part, les quelques archives relatives aux mandats ou aux rémunérations des artistes employés et, d’autre part, les lettres elles-mêmes, dont un nombre assez important a été conservé. La littérature secondaire sur le sujet est récente et la recherche encore jeune : cet article doit beaucoup à la monographie de Maija Jansson consacrée aux lettres enluminées adressées à la Russie et l’Extrême-Orient au cours du xviie siècle, ainsi qu’aux travaux de Richard Scott Morel ou Tracey A. Sowerby3. Le présent article envisage dans un premier temps une analyse des termes des patentes et mandats royaux encadrant cette tradition diplomatique afin d’en saisir les origines et le périmètre. Le second temps de la réflexion sera consacré à la description matérielle de ces objets (support, pigments, motifs) à travers quelques exemples choisis, qui permettent de replacer cette correspondance au cœur d’une stratégie aux enjeux tout à la fois politiques, artistiques et commerciaux de don et de contre-don.

Fig. 1 : Lettre de Jacques Ier à Ahmed (1627)

Fig. 1 : Lettre de Jacques Ier à Ahmed (1627)

Bodleian Library, MS Eng. hist. b. 172 fol. 57.

Aux origines d’une tradition

  • 4 Noel sainsbury (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies, China and Japan, Volume 2, 1 (...)
  • 5 Voir Richard Scott Morel, « The East India Company's Role in the Creation, Diffusion and Exchange o (...)

3On trouve dès le règne de Jacques Ier dans les procès-verbaux de la Compagnie des Indes Orientales des indices des raisons qui ont présidé à l’avènement de cette tradition épistolaire. Le 10 février 1606 on trouve ainsi l’entrée suivante : « Letters and commission from the King for the East Indies ordered to be lymned and prepared for His Majesty’s signature, and several copies to be translated into Portuguese4. » La référence à la traduction portugaise de la lettre ne suit pas la mention de l’ornement artistique par hasard. L’enluminure, comme l’acte de traduction, visent d’abord l’élaboration d’une langue commune à une période (le premier xviie siècle) où l’expertise linguistique manquait encore de part et d’autre pour envisager une communication plus directe5. Les royaumes et empires auxquels étaient destinés ces lettres enluminées ont en commun, pour la plupart, leur éloignement, tant géographique que linguistique.

4C’est pourquoi les Anglais s’appuyèrent d’abord sur la présence portugaise en Asie, qui datait du xvie siècle, et qui assurait aux émissaires britanniques d’échanger avec leurs interlocuteurs étrangers par l’entremise de locuteurs lusophones sur place. La garniture artistique et la calligraphie jouent en l’espèce une forme de traduction supplémentaire, mais en une langue ornementale cette fois, des intentions de la couronne britannique. C’est ce qu’exprimait déjà de manière on ne peut plus explicite l’ambassadeur anglais résident auprès de la Sublime Porte, Edward Barton, en 1591, dans une lettre à Élisabeth concernant ses courriers à destination du sultan ottoman ou de ses ministres :

  • 6 Barton to Burghley, 11 April 1591, National Archives State Papers 97/2, fol. 95v. Cité par Rayne Al (...)

[C]onsideringe the barbarousnesse of theise men [who] acquainted w[i]th no other but their mother tongue, and consequently little delighted w[i]th the eloquence in the Q[ueen’s] l[ett]res used, [I suggest] yo[ur] ho[nor] would give order that a little more cost were bestowed on the giltinge or paintinge of [the queen’s letters] . . . that [they] beinge not able to reade them at least might take pleasure to see the care taken in the outward forme6.

  • 7 Voir les différentes acceptions historiques de l'adjectif « barbarous » dans le Oxford English Dict (...)
  • 8 Voir note 1 supra.
  • 9 On trouve les termes « far distant » dans l'une des deux transcriptions du texte du mandat délivré (...)

5Le terme « barbare » est ici à entendre dans toute sa polysémie : on doit y lire une forme de rejet aux marges du monde civilisé mais aussi une référence probable à la différence religieuse ainsi qu’à l’altérité linguistique7. Les textes officiels (minutes, procès-verbaux ou mandats) expriment cette étrangèreté de multiples manières : outre le très large « eastern princes » du texte qui officialise cette fonction8, on rencontre aussi les adjectifs « foreign », « far distant » ou « remote » pour désigner ce qui rassemble l’ensemble des destinataires de ces courriers magnifiquement enluminés et calligraphiés9. Si l’enluminure et les garnitures calligraphiques sont employées pour transcrire l’estime de la cour anglaise à l’endroit de ces lointains « barbares » aux langues et aux coutumes étranges et étrangères, autant que pour engager le dialogue sur un terrain favorable, les parures épistolaires permettent aussi de préserver la teneur du message royal de contresens ou traductions malheureuses commises par les interprètes locaux. Thomas Kerridge (qui occupe le poste de « President of Trade » pour la Compagnie des Indes Orientales de 1625 à 1628) rapporte ainsi que l’un des émissaires de la Compagnie à l’avoir précédé auprès de Jahangir, Paul Canning, avait fait les frais de la formulation de son traducteur et participé malgré lui à ternir la réputation des Britanniques auprès du Grand Moghol :

  • 10 Frederick Charles Danvers (dir.), Letters Received by the East India Company from its Servants in t (...)

[The Jesuits] allege further our country and prince of no respect nor force, having only one city wherein a few merchants, and that our king hath no hand in this business, which they instanced upon an answer made by Paul Canning to the king at the delivery of the present. The king [Jahangir] demanded of him from whom the letter was sent, he answered the letter was from his king [James I] and the presents from the merchants which the Jesuits, noting his haughtiness to mislike, they furthered his disesteeming thereof, saying, our king sent him nothing, it was the merchants only through desire of traffic10.

  • 11 Peter Floris, His Voyage to the East Indies in the Globe, 1611-1615, dir. W. H. Moreland, Londres, (...)
  • 12 Voir les minutes de la East India Company du 27 au 30 janvier : « W.m. Hawkins, on account of his e (...)

6La munificence des enluminures des missives royales offrait donc une garantie supplémentaire de communiquer à leur destinataire une première marque de respect et d’amitié. Cela explique également que les enluminures, les motifs et la calligraphie soignée de la lettre sont repris en plus petit format au verso du vélin (je reviendrai plus bas sur les matériaux et techniques employées le plus communément pour cette correspondance) afin que même pliée, et avant même son ouverture, il soit déjà possible d’imaginer la richesse de l’objet une fois décacheté. Le sceau qui maintenait les lettres fermées et la soie qui les protégeait souvent servaient le même effet. De la même façon, on sait que certaines de ces lettres étaient placées dans de luxueuses boîtes ouvragées afin d’accroître encore leur valeur aux yeux de leur destinataire, comme en témoigne cette note de Peter Floris dans son récit de voyage dans les Indes Orientales (1611-1615) : « Wee wente on shoare in verye greate state, taking with us a present of aboute 600 R8 [Real de a Ocho] to accompanie the King’s letter, which otherwyse woulde butt little bee esteemed11. » L’importance que pouvait revêtir l’objet non pas tant en complément mais parfois à l’encontre des périls de la traduction transparait de manière peut-être plus évidente encore dans un épisode rapporté à la date du 16 avril 1609 dans le journal de William Hawkins, un représentant de la East India Company connu pour son rôle de Capitaine du Hector, premier navire marchand dépêché à Surat en 1608 en vue de négociations commerciales avec Jahangir. Hawkins, qui avait reçu la responsabilité de remettre à ce dernier lettres et présents de la part de Jacques en raison de son expérience et de ses capacités linguistiques12, en donne le récit suivant :

  • 13 Robert Kerr et F. A. S Edin. (dir.), A General History and Collection of Voyages and Travels Arrang (...)

After making my salutation, [Jahangir] bid me heartily welcome with a smiling countenance; on which I repeated my obeisance and duty. Having his majesty’s letter in my hand, he called me to come near him, reaching down his hand from his royal seat, where he sat in great majesty on high to be seen of the people. He received the letter very graciously, viewing it for some time, both looking at the seal and at the way in which it was made up; and then called an old Jesuit who was present, to read and explain the letter. While the Jesuit was reading the letter, he spoke to me in the kindest manner, asking me the contents of the letter, which I told him; upon which he immediately promised, and swore by God, that he would grant and allow with all his heart every thing the king had asked, and more if his majesty required. The Jesuit told him the substance of the letter, but discommended the style, saying that it was basely penned, writing vestia without majestad. On which I said to the king, "May it please your majesty, these people are our enemies: How can it be that this letter should be irreverently expressed, seeing that my sovereign demands favour from your majesty?" He acknowledged the truth of this observation13.

7Cet incident autour de la lettre est révélateur à plus d’un titre pour le sujet qui nous occupe. Hawkins note tout d’abord que l’Empereur prend le temps d’observer attentivement l’objet (« viewing it for some time, both looking at the seal and at the way in which it was made up ») avant même de s’enquérir de son contenu. Cette précision dit assez l’importance de la facture épistolaire et du soin apporté à la composition de ces objets. La remarque dédaigneuse émise par le Jésuite au sujet du style, bien qu’elle soit habilement étouffée par la réponse de Hawkins, montre aussi à quel point la richesse des garnitures pouvait parler pour le souverain britannique sans autre entremise nécessaire et par là même battre en brèche tout procès en petitesse ou médiocrité. La seule apparence des lettres dans de tels contextes linguistiquement hostiles acquiert dès lors une importance aisément compréhensible. Dans le cadre de relations entre puissances plus proches géographiquement ou culturellement, la valeur d’une lettre reposait en partie sur d’autres marques d’estime et de sincérité :

  • 14 Tracey A. Sowerby, « Negotiating with the Material Text », op. cit., p. 208.

[O]ne way in which rulers aimed to deepen their relationships with other princes was through the exchange of autograph and holograph letters. Signing a letter established its authenticity and monarchs were keen to stress that ‘our promise delivered in writynge signed with our hand’ ensured ‘the maintenance of our princely word, as in honour we are bound’14.

8C’est pourquoi la correspondance diplomatique entre souverains européens, notamment, ne faisait pas l’objet du même traitement artistique. En revanche, dès lors que l’on s’adressait à un responsable politique dont l’accès au texte ne pouvait se faire que par le truchement d’un intermédiaire, au cœur d’un monde dont tous les codes (linguistiques, politiques, diplomatiques, cérémoniels) échappaient encore très largement à la cour britannique, c’est aux calligraphes et aux enlumineurs qu’incombait une grande partie du travail de communication politique avec « l’étranger ».

  • 15 Voir citation supra et la note 11 associée.

9La question de l’incompétence linguistique n’est cependant pas la seule raison d’être de cette correspondance enluminée. En effet, le statut hybride de ces lettres, délivrées par des ambassadeurs-marchands en quête de « faveurs », pour reprendre le terme employé par Hawkins15, n’est pas sans lien avec leur singulière composition par rapport à l’immense majorité des lettres produites par la cour d’Angleterre à des fins de négociation. Afin de mieux comprendre leur sens et l’effet qu’elles étaient censées produire sur leur destinataire, il n’est que de se tourner vers les termes du mandat royal conféré au calligraphe et enlumineur Edward Norgate en date du 10 mars 1631 :

  • 16 Noel W. Sainsbury (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies and Persia, Volume 8, 1630 (...)

Warrant from the King to the Secretaries of State, Dorchester and Coke. Edward Norgate, one of the clerks of the Signet Extraordinary, has for many years been employed in preparing for the Royal signature letters to the Emperor and Patriarch of Russia, the Grand Signor, the Great Mogul, the Emperor of Persia, and Kings of Bantam, Macassar, Barbary, Siam, Acheen, Fez, Sus, and other remote kings and princes, which he has always performed to his Majesty’s content; but of late many letters of that kind have been written and burned by scriveners and painters about London, and so become exposed to the common view. His Majesty therefore requires that hereafter all such letters be prepared by said Edward Norgate only and his deputies, whom his Majesty has appointed to attend that service16.

  • 17 Charles Hughes, « Nicholas Faunt's Discourse Touching the Office of Principal Secretary of Estate, (...)
  • 18 Voir Mike Ogborn, Indian Ink, op. cit., p. 44.

10Ainsi que le note Jansson, il est frappant de constater que la longue énumération de royaumes « lointains » (« remote ») où étaient envoyées ces lettres correspond en grande partie à celle établie par Nicholas Faunt (qui officia en qualité de secrétaire de Sir Francis Walsingham à compter de 1580 puis fut employé comme Clerk of the Signet par Jacques Ier) dans son Discourse Touching the Office of Principal Secretary of State, etc. (1592). Alors qu’il y dresse la liste des registres de négociations utiles au clerc, il recommande la tenue d’un livre spécifiquement consacré aux échanges avec les mêmes royaumes. Aussi trouve-t-on sous l’entrée « A Booke of ye present negotiacions. Or bookes » la description suivante: « Another [Booke] touchinge the intercourse with Denmark, Sweden, Muscovia and Russia, Turkie Barbary and ye Levant and especially with ye hanse tounes that insist much upon autient privileges and immunities etc17. » La possible obtention de privilèges ou d’immunités fiscales et douanières ajoute par conséquent un enjeu supplémentaire à ces premiers échanges entre l’Angleterre et ces royaumes étrangers ou lointains : ces lettres constituent un don qui s’exhibe en tant que tel dans l’espoir d’un contre-don commercial. Ce mélange des genres ne va d’ailleurs pas sans contradiction. Miles Ogborn rappelle par exemple qu’il n’aurait pas échappé aux artistes rémunérés pour ces travaux d’enluminure et de calligraphie que la mise à profit de ’héraldique et des codes d’honneur associés dans le cadre de négociations commerciales entretenait une confusion potentiellement problématique : « [t]he letters […] confused these categories of honor and profit by using the codes and hierarchies of honor that flowed from the monarch and were based on military achievement to promote the pursuit of profit […]18 ». La part marchande de ces échanges était d’autant plus importante que la rémunération des artistes, ainsi que le coût des matériaux employés, étaient en grande partie pris en charge par les compagnies de commerce elles-mêmes :

  • 19 Carlo M. Bajetta (dir.), Elizabeth I’s Italian Letters, 1533-1603, New York, Palgrave Macmillan, 20 (...)

England’s relations with Russia, the Ottoman Empire and Asia were established primarily to further the interests of its merchants. The exchange of royal letters was crucial to the maintenance of such relations; little wonder that establishments such as […] the East India Company, were asked to contribute to the cost of embellishing these missives.19

  • 20 Voir Mike Ogborn, Indian Ink, op. cit., p. 43.

11Ces garnitures soignées et éclatantes contribuent par là même à épaissir la matérialité de l’objet lettre en lui conférant une double valeur politique et économique20. Les cérémonies au cours desquelles ces lettres étaient remises en grande pompe confirment d’ailleurs encore l’analogie entre la lettre et le cadeau diplomatique. En témoigne cette mise en scène du transport de la toute première lettre d’Élisabeth Ie au roi de Sumatra et Aceh :

  • 21 Robert Kerr et F. A. S. Edin (dir.), A General History and Collection of Voyages and Travels, op. c (...)

[S]ix great elephants were sent, with many drums, trumpets and streamers, and much people, to accompany the general to court. The largest elephant was about thirteen or fourteen feet high, having a small castle like a coach on his back, covered with crimson velvet. In the middle of the castle was a large basin of gold, with an exceedingly rich wrought cover of silk, under which the queen’s letter was deposited.21

  • 22 Letter from King James I to an Asian ruler, 20 March 1610, British Library, Londres, Add. Ch. 56456 (...)

12De manière plus révélatrice encore pour le sujet qui nous occupe, ces lettres étaient remises dans l’immense majorité des cas en même temps que d’autres cadeaux. L’une de ces lettres enluminées, datée du 20 mars 1609 (1610) signée de la main de Jacques Ier et adressée à un prince d’orient non nommé en vue de l’obtention d’un protectorat (« protection for the settling of a factorie ») fait d’ailleurs mention d’un modeste présent (« a small present ») qui l’accompagne22, comme si les deux objets fonctionnaient ensemble, en une paire indissociable partageant les mêmes fins.

L’Art et la manière : analyse matérielle

13Ainsi qu’évoqué plus haut, les premiers exemples de telles lettres richement ornées datent de la période élisabéthaine, qui marque plus largement l’amorce d’une nouvelle étape dans la diplomatie épistolaire :

  • 23 Rayne Allinson, A Monarchy of Letters, op. cit., p. xii.

Elizabeth produced around three thousand letters during her lifetime (1533–1603), either written entirely in her own “skrating” hand (holographs) or bearing her distinctive swirling signature (autographs). A significant number of these letters were addressed to foreign rulers, including not only her near-neighbors, the kings and queens of France, Scotland and Spain, but also the shah of Persia, the Russian tsar, the Ottoman sultan, even the emperor of China. Almost all of them reciprocated, creating an impressive and often beautifully ornamented corpus of “executive diplomacy.” Elizabeth sent more letters into more distant kingdoms than any English monarch had before. Moreover, she wrote more letters in her own hand than any of her predecessors. Her frequent exchanges with an ever-growing number of rulers therefore reflect a significant development in how Western diplomacy was conceived and practiced during the sixteenth century23.

14C’est au terme du règne d’Élisabeth qu’il devient coutumier de faire appel à un artiste pour embellir les missives diplomatiques à destination des royaumes les plus éloignés de l’Angleterre24. Bien que peu d’exemples de lettres d’Élisabeth à ses « lointains » homologues aient survécu (les archives russes en conservent un nombre important mais les exemples de courriers adressés à d’autres souverains non-européens sont rares), il est désormais établi que le type de garniture et de soin apporté à la correspondance avec la Russie était sans doute comparable à ce qui caractérisait l’ensemble de la correspondance avec « l’Orient », comme en témoigne une lettre jamais parvenue à l’Empereur Wan Li de Chine, datée de 160325. Il semble en effet que la notion de réciprocité soit apparue comme tout à fait centrale dans le choix des garnitures et des matériaux, de sorte que les motifs minutieux des enluminures qui ornent cette correspondance semblent parfois rendre et répondre à la richesse des courriers reçus par Élisabeth et ses successeurs de la part de ces « princes d’orient ». L’origine de ces lettres garnies doit dès lors au moins partiellement à l’expression manifeste d’une marque de réciprocité et d’estime mutuelle.

15La toute première lettre du sultan ottoman Murad III à Élisabeth, en septembre 1579, parvient par exemple à Élisabeth enveloppée dans un sac de satin et protégée par un fermoir en argent, afin d’en préserver le magnifique contenu :

  • 26 Jerry Brotton, The Sultan and the Queen. The Untold Story of Elizabeth and Islam, New York, Viking, (...)

[T]he letter was an object of exquisite beauty, unlike any other diplomatic correspondence the queen had ever received. It was written on a large parchment roll dusted with gold and dominated by an elaborate calligraphic monogram and emblazoned with a flourish across the top. The letter was composed in Ottoman Turkish, a stylized Arabic script that was used in all formal correspondence by its sender, the thirty-three-year-old Ottoman sultan Murad III. This was the very first communication between a Turkish sultan and an English ruler26.

  • 27 Voir Allison Rayne, A Monarchy of Letters. Royal Correspondence and English Diplomacy in the Reign (...)
  • 28 Au sujet du contexte de ce refus et des raisons probables des tensions entre l'Angleterre et le sul (...)

16Sur les dix-huit lettres de Murad III à Élisabeth qui ont été conservées, toutes partagent certaines caractéristiques matérielles : d’abord leur taille, près d’un mètre de long en moyenne, mais aussi le soin apporté à la calligraphie et enfin la présence de dorures et autres déploiements chromatiques suscitant l’émerveillement. On sait d’ailleurs qu’Élisabeth savait apprécier la valeur de ces objets puisqu’à une occasion, alors que son second ambassadeur auprès des Ottomans, Edward Barton, avait conservé une lettre originale du sultan par devers lui et n’avait, par souci d’économie sur les frais de transports, transmis à la reine que la traduction de la lettre, Élisabeth aurait expressément demandé à ce que l’original lui parvienne dans les plus brefs délais27. Cet épisode prouve encore l’importance de l’objet, au-delà du message qu’il porte, et sa capacité à exprimer par des moyens matériels une forme de stratégie diplomatique sophistiquée. La beauté de l’objet n’est d’ailleurs pas toujours à l’image du contenu de la lettre : j’en veux pour preuve une lettre adressée à Jacques Ier par le sultan d’Aceh, Iskandar Muda, en 1615. Dans ce courrier magnifiquement paré, le sultan exprime son refus de délivrer à l’Angleterre l’autorisation de commercer sur la côte ouest de l’île, à Tiku et Pariaman (fig. 2).28

Fig. 2 : Lettre à Jacques Ier du Sultan Iskandar Muda d’Aceh (1615)

Fig. 2 : Lettre à Jacques Ier du Sultan Iskandar Muda d’Aceh (1615)

Oxford, Bodleian Library, MS. Laud Or. Rolls b. 1, https://digital.bodleian.ox.ac.uk/​objects/​13360d97-7933-4b2d-a01a-372a1b71e7b1/​ © Bodleian Libraries, University of Oxford, CC-BY-NC 4.0.

17La lettre se déploie sur une longue feuille de 95 x 42 centimètres (dont 47.3 x 24.5 cm sont réservés au texte seul, ce seul ratio indiquant assez l’importance des bordures ornementales). L’enveloppe de soie jaune doublée de mousseline qui la protégeait a été préservée. La qualité du papier, dit « oriental », les cartouches ornementaux, l’encre dorée et rouge qui pare le fond ou encore les somptueux motifs floraux polychromes sont autant d’éléments qui confèrent à cette lettre une beauté évidente et attestent du soin qui a été apporté à son élaboration. Cette lettre témoigne du fait que même dans le cas de conflits ou de tensions entre puissances étrangères, la valeur et la beauté des lettres échangées garantissaient le maintien d’une conversation diplomatique. En effet, les ornements de cette lettre peuvent ici être lus comme une manière de « mettre les formes », au sens propre, même en cas de crise.

  • 29 Sur le choix du vélin et sa préparation, voir notamment le chapitre 3 de Janssen, « Decoration, For (...)
  • 30 Voir par exemple le titre et le nom du sultan Osman II dans cette lettre de Jacques datée de 1621 : (...)

18À compter du règne d’Élisabeth, la couronne britannique dote les lettres enluminées à destination des « princes d’orient » de caractéristiques matérielles communes ou récurrentes : toutes celles qui ont été conservées sont composées sur d’imposantes pièces de vélin (rarement inférieures à une cinquantaine de centimètres de large et de long). La taille n’est pas anodine puisqu’elle traduit déjà l’importance du message mais permet aussi l’ajout au texte de décors travaillés et imposants. Le choix du vélin lui-même peut sans doute se justifier d’au moins trois façons. Tout d’abord, le vélin a vocation à mieux résister que le papier au transport maritime, à l’humidité et au temps parfois long qui s’écoulait entre la création de la lettre et sa réception. Certains vélins enluminés sont d’ailleurs préparés en amont par l’application d’un apprêt (gesso) qui permet de fixer les pigments plus facilement (bien que le vélin supporte aussi très bien l’application directe de la couleur, sans sous-couche)29. Le vélin demeurait par ailleurs encore le matériau de prédilection des enlumineurs, dont les pigments et les techniques sont le mieux supportés et mis en valeur par lui. Enfin, le prestige et le coût du vélin, bien supérieurs à ceux du papier, participent de l’expression matérielle de la munificence de l’expéditeur et de la valeur de la lettre. S’agissant des pigments que l’on retrouve plus fréquemment, outre le bleu et le rouge de la royauté, c’est sans doute la couleur or qui revient le plus souvent à la fois dans les bordures et le texte. Perçu comme un signe universel de puissance et de richesse, l’or liquide permet notamment de dorer les noms du destinataire et de l’expéditeur, tous deux voyant ainsi leur nom et leur titre rehaussés pareillement et équitablement d’un éclat significatif30. Les motifs abstraits qui caractérisent les courriers aux princes musulmans diffèrent des ornements parfois plus figuratifs que l’on trouve dans certaines lettres à la Russie, comme dans le cas assez exceptionnel d’une lettre de Jacques Ier (fig. 3) ornée d’un magnifique portrait en pied produit par un enlumineur (non nommé) dont les talents de miniaturiste (et de portraitiste) apparaissent ici dans toute leur splendeur. Les références figuratives à la couronne britannique (le chardon écossais et la rose Tudor, notamment, ou encore le lion) y sont également présentes, là où les lettres destinées à des souverains de royaumes plus éloignés et étrangers sont souvent plus simplement garnies de motifs floraux ou abstraits.

Fig. 3 : Lettre de Jacques Ier au Tsar Michael (20 mai 1623)

Fig. 3 : Lettre de Jacques Ier au Tsar Michael (20 mai 1623)

© RGADA F. 35, op. 2, no. 33.

  • 31 Voir notamment Elizabeth Danbury, « Décoration et enluminure des chartes royales anglaises au Moyen (...)

19La disposition des ornements relève néanmoins dans tous les cas d’une tradition indigène qui emprunte entre autres aux codes ornementaux et esthétiques des chartes royales anglaises médiévales. En effet, les lettres partagent avec ces chartes un support (le vélin), une taille souvent imposante, des techniques d’enluminure et de calligraphie, des motifs ornementaux et enfin, élément peut-être le plus flagrant, la disposition des motifs ornementaux en trois bandeaux encadrant le texte (l’un sur la partie supérieure, les deux autres de part et d’autre du texte, à gauche et à droite de lui). C’est à Elizabeth Danbury que l’on doit le travail le plus considérable sur l’histoire des pratiques de décoration et d’illumination des chartes anglaises31. Si l’analyse plus poussée de cet héritage excède le périmètre du présent article, il est ici intéressant de noter que ces lettres sont conçues à la fois comme l’expression visuelle de la couronne britannique et le fruit de traditions décoratives nationales (les chartes) mais également comme un objet susceptible de séduire et convaincre leur destinataire d’accorder à la première le contre-don espéré. Autrement dit, la langue ornementale choisie se prête aussi au voyage et à l’étranger, à l’appréciation par l’autre : aussi, peut-on sans doute comprendre en ce sens l’importance des grotesques dans cette production.

  • 32 Bien avant le mandat de 1631 cité plus haut, on apprend en effet que Norgate est rémunéré dès 1613 (...)

20Concernant la longue période pendant laquelle c’est Edward Norgate qui officie comme responsable de l’embellissement des lettres à « l’Orient32», le poids visuel des grotesques peut être partiellement attribué à la connaissance que l’artiste en avait, de retour de ses séjours italiens, dont il rapporte quelques souvenirs admiratifs dans son traité sur l’art de la miniature, Miniatura :

  • 33 Edward Norgate, Miniatura or the Art of Limning, op. cit., p. 102.

The best Crayons that ever I saw, were those made by Sir Balthazar Gerbier after those soe celebrated Histories done by Raphael of the banquet of the Gods, to be seene in the Palazzo de Gigi in Longa Ara in Rome, which rare peeces are surrounded with a world of fruits, Grotesco, &c done by the excellent John d’Udin. […] Some of these I saw copied by this Gentleman in Crayon excellently done, and the Colours of as excellent a temper […], the colours made up like small sticks, about the size, but some what longer then the tag of a point, which would sharpen to draw Lines almost as neat as Lymning. 33

  • 34 Edward Norgate, Miniatura or the Art of Limning, op. cit., p. 104.
  • 35 L'identité de l'enlumineur et du calligraphe des lettres que j'étudie ici sont la plupart du temps (...)
  • 36 Pour le détail des scènes et des éléments d'héraldique de l'augmentation, voir David Broomfield, «  (...)

21La comparaison que Norgate établit avec l’enluminure à la fin de ce passage traduit peut-être déjà l’envie de reproduire dans son propre médium de prédilection ces grotesques, auquel il revient quelques lignes plus tard encore, émerveillé : « Of Don Julio Clovio we saw another full storyes Compartements and excellent Grotesco, and those all full of Curious gold worke […].34 » Norgate poursuit alors pour évoquer la beauté des figures rehaussées d’or à la coquille et de son souhait de maîtriser la préparation de cette technique de dorure. Aussi retrouve-t-on sans surprise dans ses lettres une riche palette dorée, mais aussi force arabesques et autres motifs grotesques35. L’une des plus belles œuvres d’enluminure de Norgate conservée à ce jour est l’augmentation d’armes octroyée à William Alexander, Earl of Stirling, en 1634, en retour de son implication dans l’entreprise coloniale en Nouvelle-Écosse ou Nova Scotia (fig. 4). La disposition, le nombre et la place occupée par les scènes enluminées au regard du texte disent assez l’importance de la dimension visuelle du document. Sous la magnifique lettrine historiée du C de Charles au centre duquel le roi est représenté offrant l’augmentation à son récipiendaire agenouillé, Norgate a représenté les armes de Stirling encadrées de part et d’autre par une sirène (à senestre) et un homme représentant un Mi’kmaq de Nouvelle-Écosse (à dextre). Outre que cette rencontre picturale produit sur le vélin un rapprochement entre des mondes éloignés, soit tout l’enjeu de la colonisation, les paysages naturels et maritimes qui encadrent la lettre sont destinés à convaincre le spectateur de la profusion de richesses de ce nouveau monde et de l’opportunité de participer à l’entreprise coloniale36. Mais ils représentent aussi une incursion dans le genre naissant, en Angleterre, de la peinture de paysage. Si les voyages de Norgate aux Pays-Bas, sa rencontre avec Rubens ou Van Dyke, ont probablement contribué à ce choix, ce dernier n’en demeure pas moins la preuve que dans certains cas au moins, Norgate n’hésitait pas, dans le cadre d’œuvres décoratives ou ornementales, à explorer des conventions ou des inspirations nouvelles mais aussi à produire un travail original et innovant d’une qualité absolument remarquable, fruit d’un esprit curieux et ouvert. Plus largement, s’il n’est pas question dans son traité sur la miniature de la garniture de lettres à proprement parler (sans doute pour des raisons de confidentialité), tout son texte laisse entrevoir un appétit non dissimulé pour la nouveauté et l’enrichissement de la langue picturale anglaise, s’abreuvant à de nombreuses influences étrangères. Il n’est peut-être dès lors pas surprenant qu’il ait occupé si longuement et tant marqué la fonction d’enlumineur (et aussi de calligraphe) de courriers diplomatiques, puisque ces derniers requéraient une adaptabilité certaine autant qu’un talent naturel pour saisir ce qui pourrait être perçu immédiatement, par-delà les frontières nationales, comme un geste artistique et politique généreux, un don diplomatique parmi d’autres, conçu dans l’espoir d’un retour.

Fig. 4 : The Grant of Augmentation of Arms of 1634 to William 1st Earl of Stirling.

Fig. 4 : The Grant of Augmentation of Arms of 1634 to William 1st Earl of Stirling.

From a private collection on loan to English Heritage for display at Audley End House, Essex. Photography courtesy of Mark Asher.

  • 37 Voir notamment à ce sujet Alessandra Zamperini, Ornament and the Grotesque: Fantastical Decoration (...)

22D’où aussi peut-être son intérêt pour les grotesques, leur adaptabilité (à travers les genres, notamment), et leur propension à circuler et se nourrir d’influences extra-européennes, redoublant en ceci leur vocation à figurer en bonne place dans cette conversation épistolaire internationale37. L’adoption de ce vocabulaire ornemental sur l’ensemble de la période, au-delà de Norgate seul, illustre sans doute plus largement la conscience qu’avaient tous les interlocuteurs de l’internationalisation des formes ornementales et, partant, de leur capacité à voyager et instaurer un dialogue entre les mondes :

  • 38 Anna Contadini, « Threads of Ornament in the Style World of the Fifteenth and Sixteenth Centuries » (...)

By the sixteenth century, if not before, Middle Eastern ornament had become an integral part of an artistic vocabulary that was increasingly international, thereby calling into question, for this period, the validity of traditional art-historical tropes such as ’exoticism’ and ‘imitation’. The term ’influence’, too, needs questioning: while unavoidable, it must be understood here to operate in the context of a complex set of circulating elements, and not to denote a simple relationship between donor and recipient, that is from a Eurocentric perspective, as unidirectional and insensitive to reciprocity38.

  • 39 « It is tempting to speculate that the continued placement of the king’s signature on the right-han (...)

23Il est bien sûr difficile d’associer certains choix précis de présentation à une volonté d’adaptation ou d’appropriation, comme l’a montré par exemple Tracey A. Sowerby au sujet de la position de la signature de Jacques au bas de ces lettres39, mais il semble que les souverains britanniques successifs et les artistes auxquels ils confiaient la garniture de ces échanges aient bien saisi la plasticité de ces décors et leur propension à être lus et vus comme autant de contre-dons susceptibles de provoquer l’émerveillement et l’appréciation jusqu’à l’autre bout du monde, d’où parvenaient des dons aux ornements parfois comparables, qui pour certains avaient d’ores et déjà intégré la culture visuelle européenne.

24Cette lecture de l’ornement comme espace de réciprocité agit dès lors comme une mise en abyme de l’échange même au cœur duquel il est mis à profit dans le cas présent. Cernée qu’elle est par ces formules artistiques qui en font un don en soi et sont susceptibles d’être appréciées par l’expéditeur comme le destinataire, la requête de contre-don contenue dans le texte a d’autant plus de chance d’être reçue avec aménité. On comprend dès lors l’importance et la place de ces ornements qui précèdent le texte, au sens propre d’abord (puisqu’ils sont le premier contact du destinataire avec la lettre) mais aussi figuré (dans la mesure où leur disposition et leur vocation à séduire sont pour le souverain un médium plus transparent, et peut-être aussi efficace, que la traduction du texte).

Conclusion

25L’analyse matérielle de ces lettres, le choix des artistes employés pour les garnir et les calligraphier ou encore le cérémoniel encadrant leur remise nous ont ainsi amenés à les envisager comme autant de cadeaux diplomatiques parmi d’autres, destinés à obtenir des faveurs de souverains éloignés mais surtout susceptibles d’offrir à la couronne britannique de contre-dons sous la forme de privilèges commerciaux. La splendeur de ces courriers, qui relèvent d’une stratégie à la fois marchande et politique, n’a d’égal que l’ambition qu’elles traduisent de transmettre un message immédiatement lisible et compréhensible, sans nécessiter d’intermédiaire.

  • 40 Sur cet épisode et l'incident diplomatique qui s'ensuit, voir Dulac Anne-Valérie, « Miniatures betw (...)

26Dans un contexte de concurrence accrue entre les puissances européennes pour l’obtention de privilèges de la part de leurs potentiels partenaires les plus éloignés, l’Angleterre a su exploiter au mieux certaines de ses forces locales sur la scène internationale. En effet, quoique la langue ornementale employée soit pensée pour circuler et s’adapter aux goûts de lointains royaumes, le choix des premiers artistes à avoir inauguré cette tradition démontre aussi une volonté de démonstration de virtuosité artistique et d’exposition des talents du royaume. Comme Nicholas Hilliard avant lui, qui avait sans doute embelli quelques lettres d’Élisabeth ou de Jacques, Norgate répondait au titre de limner, un terme qui renvoie à l’enluminure mais aussi, à la période, à l’art prestigieux du portrait miniature. C’est d’ailleurs un de ces précieuses et curieuses miniatures qui avait été envoyée comme cadeau à Jahangir par l’entremise de Thomas Roe40. Alors que l’ambassadeur découvre à cette occasion et à ses dépens la supériorité des artistes moghols dans l’art de la miniature, le choix de la miniature comme cadeau, à la fois bijou, objet de curiosité et de virtuosité artistique, démontre tout de même la place centrale des limners dans les négociations diplomatiques de l’Angleterre de la première modernité. Considérés comme les meilleurs ambassadeurs de l’art anglais, et les témoins de l’excellence de leur royaume, les miniaturistes perpétuaient un art dans lequel l’Angleterre se voyait reine, en même temps qu’ils excellaient dans un domaine dont les productions avaient peut-être plus que d’autres encore vocation à circuler et à voyager. Parce qu’ils sont aisément transportables d’abord, qu’ils sont d’exécution rapide ensuite et qu’ils traduisent un goût pour l’éclat et le lustre des couleurs et de l’or qui leur vaut de se rapprocher du bijou ou du cadeau précieux, la lettre enluminée et le portrait miniature, nés sous les pinceaux des mêmes artistes, traduisent tous deux une volonté commune de briller pour mieux remporter les faveurs et privilèges tant convoités de ces princes du lointain.

Top of page

Bibliography

Allinson Rayne, A Monarchy of Letters. Royal Correspondence and English Diplomacy in the Reign of Elizabeth I, New York, Palgrave Macmillan, 2012.

Bajetta Carlo M. (dir.), Elizabeth I’s Italian Letters, 1533-1603, New York, Palgrave Macmillan, 2017.

Barbour Richmond, « Power and Distant Display: Early English “Ambassadors” in Moghul India », Huntington Library Quarterly, 61(3/4), 1998, p. 343–368. doi:10.2307/3817773.

Broomfield David, « The Grant of Augmentation of Arms of 1634 to William 1st Earl of Stirling », The Escutcheon. The Journal of the Cambridge University Heraldic and Genealogical Society, vol. 25, n°1, Cambridge, Michaelmas Term 2019, p. 5-12, https://cuhags.soc.srcf.net/escutcheon/25.1.pdf.

Brotton Jerry, The Sultan and the Queen. The Untold Story of Elizabeth and Islam, New York, Viking, 2016.

Bruce John (dir.), Calendar of State Papers Domestic: Charles I, 1629-31, Volume 4, Londres, 1860.

Contadini Anna, « Threads of Ornament in the Style World of the Fifteenth and Sixteenth Centuries », in Necipoglu Gulru and Payne Alina, Histories of Ornament: From Global to Local, Princeton, Princeton University Press, 2016, p. 290-306.

Danbury Elizabeth, « Décoration et enluminure des chartes royales anglaises au Moyen Âge », Les Chartes ornées dans l’Europe romane et gothique. Bibliothèque de l’École des Chartes, Vol. 169, janvier-juin 2011, p. 79-107.

Danvers Frederick Charles (dir.), Letters Received by the East India Company from its Servants in the East. Transcribed from the ’Original Correspondence’ Series of the India Office Records. Volume I: 1602-1613, Londres, Sampson Low, Marston & Company, 1896.

Dulac Anne-Valérie, « Miniatures between East and West: The Art(s) of Diplomacy in Thomas Roe’s Embassy », Études Épistémè 26 (2014), https://doi.org/10.4000/episteme.343,

Green Mary Anne Everett (dir.), Calendar of State Papers Domestic: Charles II, 1665-6, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1864.

Hughes Charles, « Nicholas Faunt’s Discourse Touching the Office of Principal Secretary of Estate, &c. 1592 », The English Historical Review, Vol. 20, No. 79, juillet 1905, p. 499-508.

Jansson Maija, Art and Diplomacy. Seventeenth-Century English Decorated Royal Letters to Russia and the Far East, Leyde et Boston, Brill, 2015.

Kerr Robert and Edin F. A. S. (dir.), A General History and Collection of Voyages and Travels Arranged in Systematic Order: Forming a Complete History of the Origin and Progress of Navigation Discovery and Commerce by Sea and Land, From the Earliest Ages to the Present Age, Édimbourg, James Ballantyne and Company, 1813, 18 vol.

Morel Richard Scott, « The East India Company’s Role in the Creation, Diffusion and Exchange of Royal Correspondence between Britain and Asia, 1600-1858 », communication pour le colloque The East India Company and Language (1599-1857), British Library, Londres, 15 juin 2010 et City University de Hong Kong, 7-8 avril 2011, https://www.calameo.com/books/0001238694d81f641353f.

Morel Richard Scott, “Words of Majesty: A Brief History of Royal Correspondence between England and Asia, 1600–1858.” Journal of the Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society, 90, no. 1 (312), 2017, p. 1-28.

Moreland W. H. (dir.), Peter Floris, His Voyage to the East Indies in the Globe, 1611-1615, Londres, Hakluyt Society, 1934.

Ogborn Mike, Indian Ink. Script and the Making of the English East India Company, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2007.

Sainsbury Noel (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies, China and Japan, Volume 2, 1513-1616, version électronique sur British History Online http://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/colonial/east-indies-china-japan/vol2/pp148-150.

Sainty John Christopher, Officials of the Secretaries of State 1660–1782, Londres, Institute of Historical Research, 1973.

Sowerby, Tracey A., « Sovereign Spaces: Mise-en-page and the Politics of English Royal Correspondence in the Sixteenth Century », Renaissance Studies, vol. 35, no 3, 2021, p. 386-402.

Sowerby Tracey A., « Negotiating with the Material Text: Royal Correspondence between England and the Wider World », in Sowerby Tracey A. et Craigwood Joanna (dir.), Cultures of Diplomacy and Literary Writing in the Early Modern World, Oxford, Oxford University Press, 2019, p. 203-219.

Sainsbury W Noel (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies and Persia, Volume 8, 1630-1634, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1892, reproduit sur British History Online, http://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/colonial/east-indies-china-japan/vol8/pp125-141, consulté le 12 janvier 2023.

Teh Gallop Annabel, « Gold, silver and lapis lazuli; Royal letters from Aceh in the seventeenth century », in Reed Anthony, Daly Patrick, Feener R. Michael (dir.), Mapping the Acehnese Past, Leyde, Brill, 2011.

Zamperini Alessandra, Ornament and the Grotesque: Fantastical Decoration from Antiquity to Art Nouveau, trad. Spring Peter, Londres, Thames and Hudson, 2008.

Top of page

Notes

1 John Christopher Sainty, Officials of the Secretaries of State 1660–1782, Londres, Institute of Historical Research, 1973, p. 43. La liste est également reproduite sur British History Online https://www.british-history.ac.uk/office-holders/vol11/pp384-390#h3-0021, consulté le 14 octobre 2022.

2 L'écriture et l'enluminure de lettres diplomatiques à destination de l'orient perdure jusque tard dans le xixe siècle, même si la fonction officielle d'embellisseur disparait autour des années 1800 : « Although letters from King George III for the first Embassy to China were decorated with gold borders, by 1797 the Embellishers salary had been reduced to £25 17s carried on the Stationer's bill of the Foreign Office and by 1800 the post seems to have been abolished. » (Richard Scott Morel, « The East India Company's Role in the Creation, Diffusion and Exchange of Royal Correspondence between Britain and Asia, 1600-1858 », p. 11 (communication donnée pour le colloque international The East India Company and Language (1599-1857), Londres et Hong Kong, 2010 et 2011). Le texte de la communication de Morel est disponible ici : https://www.calameo.com/books/0001238694d81f641353f (consulté le 29 décembre 2022)

3 Voir Maija Jansson, Art and Diplomacy. Seventeenth-Century English Decorated Royal Letters to Russia and the Far East, Leyde et Boston, Brill, 2015; Tracey A. Sowerby, « Negotiating with the Material Text: Royal Correspondence between England and the Wider World », in Tracey A. Sowerby et Joanna Craigwood (dir.), Cultures of Diplomacy and Literary Writing in the Early Modern World, Oxford, Oxford University Press, 2019, p. 203-223. Pour Morel, voir la précédente note ainsi que « Words of Majesty: A Brief History of Royal Correspondence between England and Asia, 1600–1858. » Journal of the Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society, 90, no. 1 (312), 2017, p. 1-28.

4 Noel sainsbury (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies, China and Japan, Volume 2, 1513-1616, version électronique sur British History Online http://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/colonial/east-indies-china-japan/vol2/pp148-150, consulté le 28 décembre 2022.

5 Voir Richard Scott Morel, « The East India Company's Role in the Creation, Diffusion and Exchange of Royal Correspondence between Britain and Asia, 1600-1858 », op. cit., p. 13-14.

6 Barton to Burghley, 11 April 1591, National Archives State Papers 97/2, fol. 95v. Cité par Rayne Allinson dans A Monarchy of Letters. Royal Correspondence and English Diplomacy in the Reign of Elizabeth I, New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 148.

7 Voir les différentes acceptions historiques de l'adjectif « barbarous » dans le Oxford English Dictionary Online, Oxford University Press, www.oed.com/view/Entry/15397, consulté le 26 février 2023.

8 Voir note 1 supra.

9 On trouve les termes « far distant » dans l'une des deux transcriptions du texte du mandat délivré à Edward Norgate que j'analyse en détail plus bas. La référence que je donne dans la note 12 ci-après résume en effet le statut des destinataires de ces lettres sous l'expression « and other remote kings and princes ». En revanche, la transcription du même mandat par Bruce John propose « far distant » (voir John Bruce (dir.), Calendar of State Papers Domestic : Charles I, 1629-31, Volume 4, Londres, 1860, p. 532). Le terme « foreign », enfin, apparaît dans le mandat qui voit la rémunération de George Tomlins par Sir Edward Griffin en date du 11 juillet 1666 (« Warrant to Sir Edward Griffin to pay to George Tomlins 4l., for embellishing and writing four skins of vellum with the King's arms, ornaments, pictures, &c., sent to the Emperor of Morocco, and other foreign princes. », in Mary Anne Everett Green (dir.), Calendar of State Papers Domestic: Charles II, 1665-6, Londres, Her Majesty's Stationery Office, 1864, p. 525). De manière significative, chacun de ces termes relève à la fois de la prise en compte d'une distance spatiale et de l'expression d'une différence fondamentale où l'étrange a partie liée avec l'étranger.

10 Frederick Charles Danvers (dir.), Letters Received by the East India Company from its Servants in the East. Transcribed from the 'Original Correspondence' Series of the India Office Records. Volume I : 1602-1613, Londres, Sampson Low, Marston & Company, 1896, p. 282. Les difficultés de communication rencontrées par les premiers représentants de la cour d'Angleterre, tous également « marchands » pour la Compagnie des Indes Orientales et non simples ambassadeurs, font l'objet d'un article de Richmond Barber qui évoque notamment l'épisode mentionné ici. Voir Richmond Barbour, « Power and Distant Display: Early English Ambassadors in Moghul India », Huntington Library Quarterly, 61(3/4), 1998, p. 343–368. doi:10.2307/3817773, consulté le 28 décembre 2020.

11 Peter Floris, His Voyage to the East Indies in the Globe, 1611-1615, dir. W. H. Moreland, Londres, Hakluyt Society, 1934, p. 139. Voir aussi à ce sujet Mike Ogborn, Indian Ink. Script and the Making of the English East India Company, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2007, p. 42-45.

12 Voir les minutes de la East India Company du 27 au 30 janvier : « W.m. Hawkins, on account of his experience and language, to deliver his Majesty's letters and presents to the princes and governors of Cambaya » (Calendar of State Papers, East Indies, 1513–1616, No. 361, https://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/colonial/east-indies-china-japan/vol2/pp145-148, consulté le 28 décembre 2022).

13 Robert Kerr et F. A. S Edin. (dir.), A General History and Collection of Voyages and Travels Arranged in Systematic Order: Forming a Complete History of the Origin and Progress of Navigation Discovery and Commerce by Sea and Land, From the Earliest Ages to the Present Age, vol. VIII, Édimbourg, James Ballantyne and Company, 1813, p. 230.

14 Tracey A. Sowerby, « Negotiating with the Material Text », op. cit., p. 208.

15 Voir citation supra et la note 11 associée.

16 Noel W. Sainsbury (dir.), Calendar of State Papers Colonial, East Indies and Persia, Volume 8, 1630-1634, Londres, Her Majesty's Stationery Office, 1892, reproduit sur British History Online, http://www.british-history.ac.uk/cal-state-papers/colonial/east-indies-china-japan/vol8/pp125-141, consulté le 12 janvier 2023.

17 Charles Hughes, « Nicholas Faunt's Discourse Touching the Office of Principal Secretary of Estate, &c. 1592 », The English Historical Review, Vol. 20, No. 79, juillet 1905, p. 499-508, p. 505. Jansson évoque le texte et sa coïncidence avec le périmètre du mandat de Norgate dans Art and Diplomacy (op. cit., p. 33).

18 Voir Mike Ogborn, Indian Ink, op. cit., p. 44.

19 Carlo M. Bajetta (dir.), Elizabeth I’s Italian Letters, 1533-1603, New York, Palgrave Macmillan, 2017, p. 252.

20 Voir Mike Ogborn, Indian Ink, op. cit., p. 43.

21 Robert Kerr et F. A. S. Edin (dir.), A General History and Collection of Voyages and Travels, op. cit., vol. VIII, p. 121. Au sujet des fastueuses cérémonies de remise de courrier royal voir Morel, « Words of Majesty », art. cit., p. 23. Ce dernier analyse la façon dont les lettres sont traitées comme une forme de représentation (aux sens diplomatique et symbolique) par procuration du souverain lui-même.

22 Letter from King James I to an Asian ruler, 20 March 1610, British Library, Londres, Add. Ch. 56456.

23 Rayne Allinson, A Monarchy of Letters, op. cit., p. xii.

24 Voir Tracey A. Sowerby (2021), « Sovereign Spaces: Mise-en-page and the Politics of English Royal Correspondence in the Sixteenth Century », Renaissance Studies, vol. 35, no 3, 2021, p. 386-402, p. 399.

25 Une reproduction de la lettre est visible ici : https://nzchinasociety.org.nz/china-receives-letter-from-queen-elizabeth-i-383-years-too-late/, consulté le 28 décembre 2022. Pour une analyse et description de cette lettre, voir Carlo M. Bajetta (dir.), Elizabeth I’s Italian Letters, 1533-1603, op. cit., p. 251-259.

26 Jerry Brotton, The Sultan and the Queen. The Untold Story of Elizabeth and Islam, New York, Viking, 2016, p. 10.

27 Voir Allison Rayne, A Monarchy of Letters. Royal Correspondence and English Diplomacy in the Reign of Elizabeth I (New York, Palgrave Macmillan, 2012) : « Royal correspondence was also expensive to transport, since the cost was not only determined by the weight of the packet but by the length—and danger—of the journey. On several occasions Barton excused himself for sending only the Latin translation of the sultan’s letter to London, 'not having hart to put hir Majestie to so much chardge as the carriadge of the gran signor his letter woulde come unto, knoweng how many like formerlie have byn sent, and therefore Sende the coppie onelie worde for worde according to the Interpretacion.' In this instance Elizabeth must have demanded the original too, for Barton later sent it to Walsingham by “the safe hands of this bearer, Mr Henry Candishe” (i.e., Cavendish). 25 Even though she could not read the contents, Elizabeth evidently appreciated the symbolic importance of receiving the Sultan’s original letters. » (p. 135)

28 Au sujet du contexte de ce refus et des raisons probables des tensions entre l'Angleterre et le sultan d'Aceh, voir Annabel Teh Gallop, « Gold, silver and lapis lazuli; Royal letters from Aceh in the seventeenth century », in Anthony Reed, Patrick Daly, Michael R. Feener (dir.), Mapping the Acehnese Past, Leyde, Brill, 2011, p. 105-140, p. 105-107.

29 Sur le choix du vélin et sa préparation, voir notamment le chapitre 3 de Janssen, « Decoration, Format, Design and Text », p. 32-54.

30 Voir par exemple le titre et le nom du sultan Osman II dans cette lettre de Jacques datée de 1621 : https://www.christies.com/en/lot/lot-1837964, consulté le 29 décembre 2022. On y voit notamment à quel point l'or domine les motifs abstraits des bordures.

31 Voir notamment Elizabeth Danbury, « Décoration et enluminure des chartes royales anglaises au Moyen Âge », Les Chartes ornées dans l'Europe romane et gothique. Bibliothèque de l'École des chartes, Vol. 169, janvier-juin 2011, p. 79-107.

32 Bien avant le mandat de 1631 cité plus haut, on apprend en effet que Norgate est rémunéré dès 1613 pour de semblables travaux : « [o]n 24 April 1613 Edward Norgate, considered the finest limner of the age, was paid £10 by James I’s Treasurer of the Chamber ‘for his paynes taken to write and Lyme in Gold and Colours certain Letters written from his Majesty to the King of Persia, and the King of Mager », (Edward Norgate, Miniatura or the Art of Limning, dir. Jeffrey M. Muller and Jim Murrell, New Haven et Londres, Yale University Press, 1997, p. 2).

33 Edward Norgate, Miniatura or the Art of Limning, op. cit., p. 102.

34 Edward Norgate, Miniatura or the Art of Limning, op. cit., p. 104.

35 L'identité de l'enlumineur et du calligraphe des lettres que j'étudie ici sont la plupart du temps inconnues, certains éléments chronologiques et stylistiques permettent néanmoins d'en attribuer certaines à Edward Norgate (comme à d'autres peintres après lui, comme William Segar). Voir à ce sujet le chapitre 4 de Maija Jansson Maija dans Art and Diplomacy, op. cit.

36 Pour le détail des scènes et des éléments d'héraldique de l'augmentation, voir David Broomfield, « The Grant of Augmentation of Arms of 1634 to William 1st Earl of Stirling », The Escutcheon. The Journal of the Cambridge University Heraldic and Genealogical Society, vol. 25 n°1, Cambridge, Michaelmas Term 2019, p. 5-12.

37 Voir notamment à ce sujet Alessandra Zamperini, Ornament and the Grotesque: Fantastical Decoration from Antiquity to Art Nouveau, trad. Peter Spring, Londres, Thames and Hudson, 2008. Le chapitre 4, en particulier, traite des grotesques que Norgate aborde dans son traité mais l'ouvrage entier envisage aussi plus largement la question de la « vitalité » des grotesques et de leur capacité à se laisser contaminer par d'autres langues ornementales, notamment étrangères.

38 Anna Contadini, « Threads of Ornament in the Style World of the Fifteenth and Sixteenth Centuries », in Gulru Necipoglu and Alina Payne, Histories of Ornament: From Global to Local, Princeton, Princeton University Press, 2016, p. 290-306, p. 291.

39 « It is tempting to speculate that the continued placement of the king’s signature on the right-hand side of the page arose from the conventions of the courts into which many of his letters were sent: after all in courts using Arabic languages, writing conventions made the right, rather than the left, the dominant side. A comparison across James’s letters to Japan, India, Turkey, and Russia, however, reveals that it was more likely simply a continuation of established protocol. By the seventeenth century, English royal letters rarely arrived at courts that had no prior experience of European royal letters: many of the rulers or their immediate predecessors had received letters from the French, Portuguese, Spanish, and/or Dutch. There is evidence to suggest that these letters were of a similar design to those sent by the English. The knowledge that many non-European rulers would have had some familiarity with European princely epistolary practices may well have had an impact on the form of James’s letters. In that context, switching the left/right hierarchy could have implied that English monarchs occupied a lower rank in the European society of princes than other European monarchs, something they would have been keen to avoid. » (Tracey A. Sowerby, « Sovereign Spaces: Mise-en-page and the Politics of English Royal Correspondence in the Sixteenth Century », art. cit., p. 400).

40 Sur cet épisode et l'incident diplomatique qui s'ensuit, voir Dulac Anne-Valérie, « Miniatures between East and West : The Art(s) of Diplomacy in Thomas Roe’s Embassy », Études Épistémè 26 (2014), https://doi.org/10.4000/episteme.343, consulté le 12 janvier 2023.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Lettre de Jacques Ier à Ahmed (1627)
Credits Bodleian Library, MS Eng. hist. b. 172 fol. 57.
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/12287/img-1.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Fig. 2 : Lettre à Jacques Ier du Sultan Iskandar Muda d’Aceh (1615)
Credits Oxford, Bodleian Library, MS. Laud Or. Rolls b. 1, https://digital.bodleian.ox.ac.uk/​objects/​13360d97-7933-4b2d-a01a-372a1b71e7b1/​ © Bodleian Libraries, University of Oxford, CC-BY-NC 4.0.
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/12287/img-2.jpg
File image/jpeg, 936k
Title Fig. 3 : Lettre de Jacques Ier au Tsar Michael (20 mai 1623)
Credits © RGADA F. 35, op. 2, no. 33.
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/12287/img-3.jpg
File image/jpeg, 384k
Title Fig. 4 : The Grant of Augmentation of Arms of 1634 to William 1st Earl of Stirling.
Credits From a private collection on loan to English Heritage for display at Audley End House, Essex. Photography courtesy of Mark Asher.
URL http://journals.openedition.org/rfcb/docannexe/image/12287/img-4.jpg
File image/jpeg, 933k
Top of page

References

Electronic reference

Anne-Valérie Dulac, “« [T]o write and Lyme in Gold and Colours certain Letters » : correspondance diplomatique enluminée dans l’Angleterre de la première modernité”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-3 | 2024, Online since 10 June 2024, connection on 23 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/12287; DOI: https://doi.org/10.4000/11vhe

Top of page

About the author

Anne-Valérie Dulac

Sorbonne Université
/VALE : Voix Anglophones Littérature et Esthétique (UR 4085)
/ ERC Chromotope

Anne-Valérie Dulac est maîtresse de conférences en études élisabéthaines à Sorbonne Université. Elle est membre de l’ERC Chromotope (https://chromotope.eu/). Ses recherches portent sur l’aquarelle et le théâtre dans l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne. Elle s’intéresse aussi aux supports d’origine animale dans la production picturale (vélin, cire, ivoire).

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search