Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXIX-3From Medium to MessageLa diplomatie botanique : don, tr...

From Medium to Message

La diplomatie botanique : don, troc et échange d’objets végétaux au XIXe siècle

Botanical Diplomacy : Giving, Bartering and Exchanging Botanical Objects in the 19th Century
Marine Bellégo and Thérèse Bru

Abstracts

« Here are some fruit, some flowers, some leaves and some branches », French poet Paul Verlaine wrote in 1874. Discursively and concretely, plants have pride of place in everyday practices of gift-giving. At the political level, many examples show that botanical objects were frequently used as gifts. During the long 19th century, living plants, seeds and specimens are widely circulated within and between European empires. These transactions are often performed without using money, objects being offered, exchanged or bartered. Produced in botanical gardens, which are then central to colonial economies, plants and objects derived from them are fragile artefacts. Their often uncertain value is both symbolic and economic, since these objects are taken into a set of complex relationships between the scientific, mercantile, and political spheres. They testify to the ambiguity of inter-imperial scientific relations, marked by a constant tension between cooperation and rivalry. The case of the gifts offered in the 1820s by botanist Nathaniel Wallich (1785-1854) from the collections of the botanic garden in Calcutta illustrates the tensions and difficulties related to the use of objects derived from plants as a sort of currency contributing to the creation of a symbolic capital. This study explores the notion of « fragile diplomacy », the non-monetary circulation of desired objects the value of which is subject to unpredictable variations.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Zhao Bing 趙冰 et Simon Fabien, « Les cadeaux diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVII (...)
  • 2 Cassidy-Geiger Maureen, Fragile Diplomacy, New Haven, Yale University Press, 2007.

1De nombreuses études historiques classiques et récentes ont souligné l’importance des cadeaux dans l’histoire des relations diplomatiques, en particulier à l’époque moderne et en ce qui concerne les échanges entre l’Europe et l’Asie1. Lorsque l’on pense aux objets offerts par des ambassades d’État à État, les choses qui viennent spontanément à l’esprit évoquent souvent la stabilité et la fixité, qu’il s’agisse de matériaux (verre, métaux rares, pierres précieuses), d’objets manufacturés à vocation utilitaire ou ornementale (porcelaine, tissus, armures, outils, armes, meubles, tableaux, sculptures) ou attestant plus précisément de la compétence scientifique et technique des offrants (instruments scientifiques, cartes, traités). Bien que parfois très fragiles, en particulier dans le cas de la porcelaine ou des instruments scientifiques, ces objets appartiennent sans ambiguïté au domaine de la matérialité inerte et ont vocation à durer, à rester tels qu’ils sont2. Dans bien des cas, même les cadeaux que l’on pourrait penser utilitaires se voient réduits, une fois le don effectué, à une dimension ornementale qui exclut l’usure et met l’accent sur la conservation et la présentation de l’objet.

  • 3 Bazin Laurent et Louveau Frédérique, « Efflorescences anthropologiques », Journal des anthropologue (...)
  • 4 Brummell Paul, Diplomatic Gifts : a History in Fifty Presents, Londres, Hurst, 2022
  • 5 Zemon Davis Natalie, The Gift in Sixteenth Century France, Madison : University of Wisconsin Press, (...)
  • 6 Biedermann Zoltán, Gerritsen Anne et Riello Giorgio (dir.), Global Gifts : The Material Culture of (...)

2Or, de nombreux cadeaux offerts lors des missions diplomatiques n’ont pas cette stabilité matérielle. Historiens, linguistes et anthropologues ont travaillé sur ce qu’on appelle le « langage des fleurs » et le symbolisme variable de ces objets particuliers, situés quelque part entre les domaines du vivant et de la matérialité3. Que se passe-t-il lorsque de tels objets sont investis d’une dimension symbolique suffisante pour concerner les relations internationales ? La question se pose par exemple dans le cas des denrées alimentaires (à la portée symbolique parfois comparable à celle des fleurs) et des animaux vivants, dont l’utilisation à des fins diplomatiques est bien documentée dans les travaux historiques4. La fragilité liée à leur condition vivante, dans le cadre du don, représente une difficulté pouvant conduire à la situation fréquente du « cadeau qui tourne mal » (« gift gone wrong »), pour reprendre une expression de Natalie Zemon Davis5. C’est aussi le cas de ce à quoi nous allons nous intéresser plus précisément dans cet article, à savoir les plantes et les objets d’origine botanique donnés et échangés. Certains travaux récents se sont penchés spécifiquement sur la question de la matérialité des objets utilisés comme cadeaux dans un cadre diplomatique6. Nous voudrions nous ressaisir de cette question de la matérialité pour l’appliquer aux dons et échanges d’objets botaniques, situés à différents endroits d’un continuum entre le vivant et l’inerte, et prendre en sérieux la dimension politique de ces échanges.

  • 7 Blais Hélène, L’empire de la nature : une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe – a (...)
  • 8 Easterby-Smith Sarah, Cultivating Commerce : Cultures of Botany in Britain and France, 1760-1815, C (...)

3Ce continuum vivant/inerte des objets d’origine végétale importe grandement dans l’histoire des empires coloniaux et des circulations qu’ils mettent en œuvre dans la mesure où les savoirs sur les espèces de plantes sont centraux dans l’expansion politique et économique de ces empires. Au XIXe siècle, des institutions savantes tels que les musées et les jardins botaniques contribuent aux dispositifs coloniaux des puissances européennes en rassemblant et en faisant circuler objets, personnes et savoirs7. L’élaboration de tels savoirs comporte à la fois une dimension pratique, puisque l’acclimatation d’espèces répond à des enjeux économiques majeurs, et une dimension symbolique, particulièrement visible dans les espaces d’exposition de plantes et d’objets que sont les jardins botaniques et les musées, en métropole comme dans les colonies. Au XIXe siècle, Kew Gardens et le British Museum à Londres, le jardin botanique et l’Indian Museum à Calcutta sont des lieux de savoirs étroitement liés à des questions politiques et à des enjeux coloniaux. Les objets botaniques donnés et reçus par les institutions savantes se trouvent à la croisée des sphères scientifique, politique et marchande à une époque où les États européens poursuivent le développement à grande échelle de leurs collections botaniques. Sarah Easterby-Smith a montré le rôle important de l’horticulture, notamment telle que pratiquée par les marchands de plantes et de graines, dans l’élaboration des savoirs botaniques, soulignant la dimension empirique, concrète et collective de la mise en science des végétaux8.

  • 9 Zhao Bing 趙冰 et Simon Fabien, « Ibid. ».
  • 10 Lapavitsas Costas, « Commodities and Gifts : Why Commodities Represent More than Market Relations » (...)

4Une étude rapprochée des circulations entre les institutions savantes, ainsi qu’entre elles et des instances politiques, fait apparaître qu’une très grande partie de ces transactions est régie par une économie du don où s’entremêlent des questions matérielles et des enjeux majeurs de reconnaissance et de prestige. Les échanges entre les botanistes, les responsables d’herbiers et les amateurs qui envoient des espèces aux spécialistes ne sont que très rarement monnayés, à l’exception parfois de défraiements destinés à financer les envois. La question se pose alors de savoir quel type de valeur est investie dans ces objets botaniques, qu’il s’agisse de plantes vivantes ou de spécimens séchés. Leur circulation est un point d’entrée vers l’étude de la dimension politique de l’élaboration de savoirs scientifiques en contexte colonial au XIXe siècle. Les échanges d’objets et de savoirs par les savants entre eux ainsi qu’entre les savants et d’autres instances, notamment politiques, permettent d’envisager comment les objets végétaux et leurs circulations contribuent à construire de la légitimité, du crédit et de la reconnaissance. Le fait que ces transactions prennent souvent la forme de dons est particulièrement intéressant puisque ces dons servaient souvent, in fine, les intérêts marchands des empires coloniaux. On retrouve ainsi un phénomène bien documenté d’échanges non-monnayés à petite échelle destinés à servir des intérêts commerciaux beaucoup plus vastes9. Comme l’a souligné l’économiste Kostas Lapavitsas, les relations non-marchandes, loin d’être mises à mal par l’essor du système capitaliste, sont mobilisées par différents acteurs pour contribuer aux phénomènes d’accumulation, notamment à travers le crédit10. L’étude des dons et des transactions d’objets botaniques permet ainsi de décloisonner le domaine scientifique en montrant ses liens tant avec la sphère politique qu’avec le domaine marchand.

Dons et collections botaniques

  • 11 Heath Ekaterina, « Sowing the Seeds of Strong Relations : Seeds and Plants as Diplomatic Gifts for (...)
  • 12 Heath Ekaterina, « Joseph Banks and British Botanical Diplomacy », Australian Garden History, vol.  (...)
  • 13 Kew Gardens, Kew Record Book 1804-1826, Kew Record Book 1828-1947.
  • 14 KGLA MR/225 : Calcutta Botanic gardens, 1830-1928 : Annual report for the year 1877-78.

5Au tournant des XVIIIe et XIXe siècle, des espèces rares de plantes sont fréquemment offertes par des membres d’institutions savantes à des personnalités politiques. Le naturaliste Joseph Banks (1743-1820), qui a contribué à faire de Kew Gardens une institution botanique majeure, utilise fréquemment les cadeaux botaniques pour asseoir sa renommée et consolider ses relations avec des personnalités influentes11. Le don de plantes exotiques, en 1795, à la grande duchesse Maria Féodorovna de Russie, belle-fille de Catherine II, sert ouvertement les intérêts diplomatiques britanniques tout en favorisant la femme du futur tsar et assoit la renommée scientifique du directeur de Kew. Les plants vivants d’oiseaux de paradis (Strelitzia Reginae) et d’orchidées terrestres (Phaius Tancarvilliae), accompagnés de peintures les représentant en pleine floraison, sont implantés dans les serres du domaine impérial de Pavlosk, dans les environs de Saint Pétersbourg12. Les archives de Kew Gardens, à Richmond près de Londres, contiennent des registres de plantes envoyées qui témoignent du caractère courant de ce type d’envois au XIXe siècle. Les registres de plantes envoyées de 1804 à 1847 comportent de nombreuses mentions d’envois de plantes rares et exotiques à des membres éminents des familles royales européennes, parfois des femmes, mères ou épouses de souverains, en Grande-Bretagne et surtout à l’étranger13. Diverses variétés de rhododendrons sont ainsi envoyées en 1808 à la demeure royale de Frogmore, domaine de la famille royale britannique, adressées à la reine et aux princesses Marie et Elisabeth. Parmi les destinataires étrangers, on trouve la comtesse Gourieff (mère du premier ministre de l’empereur de Russie), ainsi que les membres de nombreuses familles royales allemandes : le duc de Saxe-Weimar, les rois de Bavière et de Hanovre, le roi (et la reine) de Wurtemberg, l’empereur d’Autriche, le roi de Prusse, le prince de Saxe-Cobourg, le grand-duc de Bade, la grande duchesse de Mecklembourg-Strelitz. Des envois sont aussi destinés aux consulats britanniques, notamment en Espagne, en Perse et en Suède. Les autres jardins botaniques coloniaux, notamment le jardin de Calcutta (le plus grand jardin botanique britannique hors de la métropole) réservent une partie de leur vaste production de plantes à des dons adressés à des consulats britanniques ainsi que des dignitaires locaux et étrangers. Dans certains cas, les destinataires n’ont pas de pouvoir politique direct – on voit alors apparaître la forte dimension protocolaire et politique de tels dons, comme dans les cas des cadeaux de plantes offerts en 1877 par la direction du jardin de Calcutta à l’ex-roi d’Oudh (déposé par les Britanniques), en résidence dans la capitale de l’empire britannique en Inde et dont le palais se situe en face du jardin, sur l’autre rive du fleuve Hooghly14.

  • 15 Nelson Charles, « From tubs to Flying Boats: Episodes in Transporting Living Plants », in MacGregor(...)
  • 16 Easterby-Smith Sarah, « Reputation in a box. Objects, communication and trust in late 18th century (...)
  • 17 Endersby Jim, Imperial Nature : Joseph Hooker and the Practices of Victorian Science, Chicago : Uni (...)

6Pour l’offrant comme pour le bénéficiaire, ces objets botaniques sont l’occasion de prouver une bonne insertion dans des réseaux savants et de donner à voir la maîtrise des éléments naturels que ces relations permettent. Ils permettent aussi de prouver une efficacité logistique et de désigner l’exploit que représente la réussite concrète d’une telle transaction, puisque le transport de plantes vivantes, souvent réalisé par voie maritime, est soumis à de nombreux aléas réduisant fortement leurs chances de survie15. Aussi les questions logistiques d’empaquetage et de convoyage ne sont-elles pas secondaires mais contribuent-elles de manière centrale à la nature et à la représentation des échanges. Si les envois de plantes et de graines peuvent être résumées par la formule marquante de Sarah Easterby-Smith, la « réputation dans une boîte », c’est aussi parce que les contenants destinés à transporter les plantes, les matériaux dont ces contenants sont faits et leurs caractéristiques, la manière dont ils sont clos, scellés, portés, déplacés, accompagnés, stockés puis finalement (espère-t-on) ouverts font l’objet d’une attention extrême et témoignent, tout autant que les produits qu’ils contiennent, de la compétence des botanistes qui les envoient16. La généralisation de l’usage de la caisse de Ward dans les années 1840 augmente les chances de survie des plantes lors des transports maritimes mais ne diminue guère l’importance des préoccupations logistiques liées au fort taux d’échec des transports de plantes vivantes17.

7Les dimensions matérielle, concrète et logistique importent aussi grandement dans les envois de spécimens de plantes séchées que les naturalistes échangent en grand nombre au XIXe siècle. Les collections de spécimens séchés qui circulent entre les institutions savantes européennes sont fragiles, tant dans leur ordre interne que dans leur matérialité, et doivent être régulièrement préservées des dommages liés aux insectes et à l’humidité. Ces questions sont saillantes dans les climats tropicaux et subtropicaux où se situent de nombreux jardins botaniques coloniaux. Dans l’herbier du jardin de Calcutta, les collections de spécimens sont régulièrement « empoisonnées » (c’est le terme technique qui est employé), badigeonnées de produits toxiques à intervalles réguliers, au même titre que les livres et les documents d’archives, pour les préserver autant que possible des déprédations d’insectes et de rongeurs. Le caractère multimodal des transactions entre botanistes, qui comportent souvent des combinaisons de plantes vivantes, de représentations picturales de ces plantes, de spécimens séchés et de publications concernant ces spécimens, peut être vu comme un moyen de contourner les risques posés par le transport de ces divers objets qui se complètent les uns les autres par le type d’information qu’ils portent.

  • 18 Fara Patricia, Sex, Botany and Empire : the Story of Carl Linnaeus and Joseph Banks, Cambridge : Ic (...)
  • 19 Daston Lorraine, « Type Specimens and Scientific Memory, » Critical Inquiry, vol. 31, n°1, 2004 p.  (...)
  • 20 Rose Edwin, Managing Nature in the Age of Enlightenment : The Practice of Natural History in Britai (...)
  • 21 British Library, India Office Records, IOR/P/188 : 1875 (Feb. 10), File n°6, Proc. 55, p. 3-5 : Rul (...)
  • 22 Jardin botanique de Calcutta, Plantes et graines, JBC/PG 1899 : Free pass for shipping, 30th May 18 (...)

8Les questions logistiques concernent aussi le prix des matériaux et de la fabrication nécessaires à la production d’objets botaniques ayant une forte valeur d’échange au sein de ce que qu’on pourrait décrire comme le marché non-monnayé de la communication scientifique. Un cas lié au jardin botanique de Calcutta au tournant des XIXe et XXe siècles illustre cette question de manière saillante. Soulignons d’abord l’importance des échanges (parfois proche d’un phénomène de troc) dans le fonctionnement des jardins botaniques et des herbiers qu’ils hébergent. Ces envois participent du système d’échanges non-monnayés et de crédit qui prévaut largement dans le milieu des botanistes, notamment entre les naturalistes et les amateurs qui leurs fournissent gratuitement des spécimens. Les pourvoyeurs peuvent espérer une reconnaissance mémorielle lorsque des plantes sont nommées d’après eux : une espèce éthiopienne envoyée à Banks par James Bruce, membre de la Royal Society, est nommée Brucea18. L’entreprise de dénomination d’espèces « découvertes » fait partie d’un système d’hommage et de récompense qui contribue de manière décisive à la constitution des collections botaniques européennes. Au sein des jardins botaniques coloniaux, qui ont une dimension à la fois économique et scientifique, les botanistes considèrent comme leur principale mission scientifique le fait d’enrichir les collections d’herbiers qui jusqu’à la fin du XIXe siècle sont considérées comme essentiels dans la constitution de connaissances naturalistes fiables, communicables et unifiées19. Comme y a tout récemment insisté Edwin Rose, le travail dans les herbiers et autour d’eux est indissociable de « technologies de papier » qui interviennent tant lors des différentes étapes de la dessiccation et du montage des spécimens que lors de la création de documents communicables, publiables puis échangeables20. Tout au long du XIXe siècle, l’élaboration d’une collection botanique considérable dans le jardin de Calcutta et dans son herbier, collection composée de plantes vivantes, de spécimens et de publications, repose sur des échanges fréquents avec d’autres institutions naturalistes. Le règlement du jardin sur la distribution de plantes et de graines (1875) énonce que le directeur du jardin a autorité pour pratiquer des échanges avec toute personne ou institution, qu’elle soit publique ou privée21. Les capitaines de navire des grandes compagnies de navigation, comme la Peninsular and Oriental Steam Navigation Company (P&O) sont régulièrement mis à contribution, à titre personnel et en échange de gratifications (littéralement) en nature, pour transporter des plantes gratuitement d’un continent à l’autre et des demandes sont faites pour que les plantes ayant par ailleurs une valeur marchande soient exemptées de taxes dans ce contexte22.

  • 23 Jardin botanique de Calcutta, Administration, JBC/A 1909-1912 : Annals of the Botanic Garden, 30th (...)
  • 24 Beccari Odoardo, 1908, Asiatic Palms – Lepidocaryeae, Part 1: the Species of Calamus, Calcutta : Pr (...)

9Les publications sur les espèces de plantes, qui permettent aux botanistes d’acquérir une réputation scientifique dans leur domaine, sont envoyées gratuitement aux institutions apparentées, quel que soit leur coût de production. Au fil du XIXe siècle, le papier devenant un produit de plus en plus demandé et dont le cours augmente, cette considération n’est pas marginale et est susceptible d’exacerber la tension récurrente entre ce que les États qui financent les jardins botaniques attendent (à savoir principalement une rentabilité économique accrue pour un investissement modéré) et ce que les botanistes chargés de ces missions considèrent comme leur vocation scientifique. À partir de 1888, les botanistes du jardin de Calcutta font régulièrement paraître des volumes appelés « Annales » – des monographies publiées portant sur certains groupes d’espèces de plantes indiennes. Alors que le gouvernement britannique en Inde a jusqu’alors validé la production et l’envoi de ces ouvrages, en 1908 le Registry and Record Department de la région du Bengale émet de fortes réserves sur la publication du volume, arguant de son coût trop élevé et de la nationalité italienne de son auteur, Odoardo Beccari23. Dans un contexte d’exacerbation des nationalismes, les collaborations trans-impériales, fussent-elles purement scientifiques, commencent à être vues d’un œil plus méfiant par les autorités. Face à cette menace pesant sur une publication emblématique, le directeur du jardin rappelle que ces volumes ne sont pas des documents anodins mais des « actifs » (assets) indispensables au fonctionnement de l’herbier. En des termes résolument économiques, qu’il sait sans doute propres à convaincre ses correspondants, il souligne que ces publications sont des « investissements profitables » (remunerative investments) susceptibles de produire une rente non seulement symbolique mais bien aussi matérielle, car le budget du jardin exploserait si ses botanistes étaient privés de cette précieuse monnaie d’échange et qu’il fallait alors acquérir financièrement les publications des institutions partenaires. Le volume est finalement publié mais les pressions étatiques concernant les collaborations internationales vont en s’accentuant24. Ce cas pose la question centrale de la valeur accordée par différents acteurs aux objets produits par les botanistes dans le contexte de leur circulation. Cette question de la valeur de ces objets non-monnayés nous semble mériter plus d’attention.

Le cas des collections de Nathaniel Wallich

Les systèmes de don, une intrication scientifique et symbolique

  • 25 Thothathri K., Basak R.K., « Nathaniel Wallich (1786-1854) and his contributions to the botany of I (...)
  • 26 Contrairement à certaines pratiques émergentes dans les milieux naturalistes de monétisation des éc (...)
  • 27 La répercussion de cette initiative dans la presse est remarquable puisqu’elle atteint des pays com (...)
  • 28 Drayton Richard, Nature’s Government. Science, Imperial Britain and the ‘Improvement’ of the World, (...)

10Dans une initiative singulièrement nouvelle, le directeur du jardin botanique de Calcutta Nathaniel Wallich25 entreprend à partir de 1827-1828 de distribuer des spécimens récoltés sous l’égide de l’East India Company (EIC) sans contrepartie financière directe26. Menée sans programme ni attentes apparentes, cette donation inédite, qui émerge à l’instigation de Wallich et pour le compte de l’EIC, ne manque pas de surprendre par son ampleur comme par sa libéralité27, tout en ouvrant une série de questions sur la catégorie du « cadeau scientifique » qu’elle met en jeu. Pour nouvelle qu’elle soit, l’initiative de Wallich s’insère dans un écosystème déjà bien en place de transactions scientifiques. Le pourtour de l’Océan indien est un bassin d’échage aux frontières mouvantes où les lignes de coupes impériales sont en voie de redéfinition dans les années 1820-1830. Les transactions de matériel biologique sont autant de vecteurs d'interaction entre des administrations coloniales concurrentes, engagées dans une gestion éclairée des tropiques28, et dont le poids relatif dans cette zone est en train de changer. Une culture d’échanges d’objets botaniques s’est tissée entre les sphères scientifiques (naturalistes, collecteurs) et politiques (administrateurs coloniaux), formant un tissu propice au développement de canaux parallèles de discours diplomatique.

  • 29 Bru Thérèse, Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données entre les mondes britann (...)
  • 30 Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle de Paris (BCMHN), Desbassayns de Richemont à W (...)

11Le don de plantes y répond d’abord à un problème de complémentarité dans l’accès aux ressources biologiques, dispersées à l’échelle d’écosystèmes scindés par des lignes de partage impériales. Mais les niveaux strictement scientifique et symbolique sont étroitement liés dans ces transferts de plantes, dont l’acclimatation constitue à la fois un enjeu et un vecteur de représentation entre des administrations impériales concurrentes. Cette double dimension des systèmes de don est lisible dans la correspondance de Nathaniel Wallich, en Inde, avec le Français Philippe Panon Desbassayns de Richemont à l’Île Bourbon (puis à l’administration coloniale à Pondichéry). Les deux hommes appartiennent à un réseau plus large de fonctionnaires et de naturalistes (parmi ces derniers, Leschenault de la Tour) engagés dans des expériences d’acclimatation qui recèlent aussi une dimension d’échange symbolique entre hauts fonctionnaires et membres des cercles administratifs coloniaux29. « J’ai appris avec grand plaisir que l’administration de cette colonie [Bourbon] vous avait envoyé des collections de plantes qui manquaient au jardin botanique de Calcutta en échange de celles que vous aviez eu la bonté de nous donner », écrit ainsi à Wallich en 1820 Desbassayns de Richemont, qui remercie pour « les plantes que vous avez eu la bonté de me donner pour planter à Bourbon (…) Je ne doute pas que vous appreniez avec plaisir le résultat de notre essai [d’acclimatation]. Le jardin du Roi à Paris vous envoie (...) divers arbres, il y a des roses Bourbon que j’ai prié de vous adresser pour Mylady Montagu, je les lui annonce, veuillez les lui offrir »30.

  • 31 BCMHN MS CRY 502 n°429 Desbassayns de Richemont à Wallich, St Gilles, Île Bourbon, 8 septembre 1821
  • 32 Les transferts botaniques procèdent souvent par l’emploi de « doubles », instances multiples d’une (...)
  • 33 Idem, note 31.

12Les spécimens naturels échangés sont porteurs d’une double valeur utilitaire et symbolique. Ils sont partagés en conséquence, suivant une ligne de répartition à la fois scientifique et diplomatique, tel cet envoi de poissons venus de Chine (gouramis) offerts à Lord Hasting, « qui probablement en destinera une partie au jardin botanique »31. La simultanéité des niveaux symboliques et informationnels ou expérimentaux dans de tels présents se traduit dans le dédoublement du matériel, pratique déjà particulière à l’investigation botanique32. Les matériaux offerts font l’objet d’envois identiques, mais étendus à plusieurs acteurs. Desbassayns de Richemont envoie en Inde quatre caisses d’arbres fruitiers à acclimater : les contenus, en partie identiques, sont répartis entre des acteurs différents, publics ou privés, individuels ou collectifs : les duplicats de l’envoi sont destinés simultanément à une société savante (« j’en fais hommage à la société asiatique [de Calcutta] »), au gouverneur général, au jardin botanique et à plusieurs particuliers (Wallich, mais aussi Augustus Brooke, « agent du gouverneur général à Bénarès »)33.

13Si Wallich entreprend à la fin des années 1820 de distribuer à une tout autre échelle les spécimens tirés des herbiers de Calcutta, il existe donc déjà un cadre expérimental à l’échange non monnayé de plantes autour de l’Océan indien. Ces systèmes de transactions placent la botanique au carrefour d’enjeux d’acclimatation et de représentation impériaux, diplomatiques, et ouvrent la voie à la négociation de matériel biologique entre nations. Wallich, lui, porte pour la première fois peut-être le don scientifique vers une dimension abstraite : il s’agit désormais d’ensembles de données, dont l’offre a des implications pour les rivalités entre nations scientifiques concurrentes. Le projet du directeur du jardin de Calcutta, par son caractère à la fois systématique et initialement dépourvu de règles explicites, a aussi l’intérêt de poser le don scientifique en objet à part entière, qu’il faut cerner, en tant que catégorie nouvelle, par des questions.

14Car la politique de dons de Nathaniel Wallich, précisément, n’en est pas une : relativement ouverte et caractérisée surtout par son absence d’instructions, elle soulève bien des interrogations de méthode chez les destinataires. Les protocoles qui la régissent, loin d’être définis à l’avance, font l’objet d’une construction entre les parties donatrices (Wallich, l’EIC) et les récipiendaires.

Protocoles de dons : répartir les collections de Calcutta

  • 34 Plusieurs récipiendaires le réclament. La norme est d’accompagner l’envoi d’un système (liste, livr (...)
  • 35 Nathaniel Wallich à William Jackson Hooker, 13 février 1830, Royal Botanic Gardens Kew, Directors’ (...)
  • 36 Wight, d’abord réticent, se rallie ensuite au projet de Wallich en mentionnant explicitement Madras (...)
  • 37 Voir note 44.

15Une offre massive de matériaux biologiques rares et nouveaux, provenant de sources agrégées par l’EIC sur des décennies, expédiés avec instructions minimales et au moins dans un premier temps sans catalogue de référence34 vers de multiples acteurs de la botanique métropolitaine : la nouveauté de l’entreprise présente un caractère de surprise pour les destinataires, que traduisent des échanges centrés sur des questions de mise en forme des matériaux comme des remerciements. La surprise est d’autant plus grande que Wallich a joint à ses envois des spécimens provenant d’autres informateurs et botanistes (dont le collecteur en Inde Robert Wight35), peut-être avec des vues, via la diffusion de leurs données, sur la restauration de structures comme le jardin botanique de Madras36. Quoique difficile à interpréter, la perspective dans laquelle se place Wallich a l’apparence d’un projet d’ouverture des matériaux : les collections de Calcutta ne seront pas traitées à Calcutta mais par de multiples naturalistes en Europe37.

  • 38 BCMHN MS CRY 504 n°870, Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830.

16La latitude dont Wallich fait montre dans ses envois de spécimens suscite chez ses correspondants des interrogations sur les règles par lesquelles appréhender ce type de donation. Catégorie à définir, le don scientifique pose des questions nouvelles en termes d’exploitation, de mise en forme, de propriété et de valorisation des matériaux. « Veuillez m’instruire du plan qu’il faut suivre dans ces travaux », écrit précisément à Wallich le botaniste parisien Adrien de Jussieu en 1830, « faut-il déterminer purement et simplement les espèces ? Comptez-vous publier celles qui sont nouvelles et alors quelle latitude donnez-vous aux descriptions ? Ou bien autorisez-vous le botaniste qui les a décrites à s’en servir pour ses travaux particuliers ? »38 . Les interrogations formulées par Adrien de Jussieu doivent être comprises à la lumière des habitudes de communication des spécimens qui prévalent à l’époque : souvent contraignant, le prêt ou le don d’échantillons comme de « doubles » est étroitement encadré par des naturalistes soucieux de préserver un capital de données laborieusement accumulées, là où Wallich mise visiblement sur la dispersion des matériaux collectés sur le sous-continent indien.

  • 39 Rudwick Martin, Bursting the Limits of Time : The Reconstruction of Geohistory in the Age of Revolu (...)

17Les normes formelles et symboliques encadrant la donation ne sont pas forcément fixées d’avance, mais émergent donc de la correspondance. Le cas d’Adrien de Jussieu suggère même que le système de transfert, de réception et de mise en valeur des spécimens est en fait largement indéfini lors de l’envoi. Il n’est pas certain que Wallich ait eu un plan précis : il n’existe pas d’attentes prédéfinies de ce qui doit être tiré de ses envois. Ce constat recèle quelques implications lorsqu’il est ramené à la définition de ce qu’est un système de dons et de contre-dons, et de ce qu’est un don dans les sciences de la nature. Que les protocoles autour de la communication soient émergents (indéfinis au départ) transcrit une reconnaissance du caractère particulier du matériau scientifique, dont la valeur peut faire l’objet d’invisibles fluctuations en fonction d’incertitudes méthodologiques et théoriques. Il est difficile d’estimer la valeur d’un envoi qui ne prendra son sens que par comparaison avec la masse des données déjà existantes, au sein de laquelle un seul spécimen peut occasionner une divergence taxonomique majeure39. La notion de valeur qui sous-tend la catégorie du don doit ici être revue à la lumière de cette opacité de l’unité transférée.

  • 40 BCMHN MS CRY 1970 n°432, Nathaniel Wallich à Brongniart, Londres, 27 mars 1832. La seule demande ex (...)

18Wallich a visiblement largement compté sur la capacité de mise en forme des matériaux de ses correspondants. Ses réponses laissent systématiquement une forme d’initiative, tant en termes de publication que sur des aspects scientifiques plus émergents, comme les normes de reproduction visuelle des matériaux, ou celles régissant la propriété sur les données extraites de la nature. « As to the mode and manner of your Monograph I leave it in every respect to your own choice and will », écrit Wallich au botaniste français Adolphe Brongniart au début des années 1830. « Whatever method you will adopt be assured will have my entire approval ; the more figures your work contains, the more pleased I shall feel […]. Publish the work separately by itself or […] do just as you deem fittest and best »40 .

  • 41 Easterby-Smith Sarah, « Recalcitrant Seeds : Material Culture and the Global History of Science », (...)

19Mais, si minimalement définis qu’ils puissent être, et peut-être à cause de cela, les envois de Wallich activent silencieusement des enjeux de relations entre sphères institutionnelles et nationales concurrentes. En plaçant cette masse de données minimalement normée à un carrefour dans les réseaux scientifiques de l’époque, Wallich ne manque pas de soulever le problème de la réception, et donc des capacités de collecte et de traitement des données naturelles par les instances étatiques qui gouvernent les tropiques41. Largement disséminés à l’échelle de l’Europe en quelques années, les fruits de la collecte de Calcutta ne peuvent que poser la question des instances de leur coordination, ouvrant ainsi la voie à une expression de la diplomatie sur le terrain savant.

Réception et coordination

  • 42 BCMHN MS CRY n°433 Nathaniel Wallich à Cuvier, Londres, 21 avril 1832.

20Parce que les normes d’exploitation des matériaux botaniques impliquent des mentions de provenance, le traitement des collections de Calcutta s’articule à des protocoles de remerciements. Ceux-ci sont épistolaires ou publiés dans la presse et l’imprimé scientifique. Ces mentions de remerciements constituent un discours diplomatique indirect, puisqu’ils sont adressés, derrière Wallich et à sa demande, à l’East India Company. Wallich s’est personnellement attaché à coordonner l’expression publique des remerciements des récipiendaires, comme dans une lettre adressée en 1832 à Cuvier dans laquelle il lui demande de faire adresser une lettre de remerciement à l’East India Company par les professeurs du Museum42.

  • 43 Nathaniel Wallich à William Jackson Hooker, Londres, 15 décembre 1829, Royal Botanic Gardens, Kew, (...)
  • 44 « Correspondence. Letter from Dr Wight to J. McClelland, dated Coimbatore, 10th September 1845. Rec (...)

21Les cas de remerciements suivant les communications de Wallich sont nombreux. Dans une lettre à Sir William Jackson Hooker (jardins botaniques de Kew) datée de 1830, Wallich se dit ainsi satisfait de la manière dont le botaniste suisse De Candolle traite le don de l’EIC dans une livraison de la Bibliothèque universelle43. Mais derrière la diplomatie du cadeau botanique et les obligations qu’elle crée se trouve un problème de traitement des données. Il n’est pas anodin que la même lettre évoque les espoirs de Wallich d’accroître le rayonnement du jardin botanique de Madras en favorisant la publication de ses plantes (empruntées à Robert Wight, dont l’herbier est partie prenante de la distribution générale de Wallich). Le don scientifique, dans sa politique d’expression publique, diplomatique, trouve-t-il un canal supplémentaire d’incitation au traitement de données accumulées de plus en plus massivement depuis la fin du XVIIIe siècle ? « The effect of the distribution was to take away from India the means of identifying plants in the country », note un numéro du Calcutta Journal of Natural History, « and to confer them on Paris, London, Berlin, Geneva, Bale, Munich, Halle and other places ». Ce que le journal de Calcutta déplore ; mais qui révèle une tentative de distribuer le traitement de l’information accumulée depuis plusieurs décennies en Inde. Un botaniste comme Robert Wight, dans le même numéro, estime qu’avant la distribution « the claims of English botanists to original discovery were daily superseded by the very recent labours of foreigners having greater facilities of publishing their collections », Wallich ayant eu le mérite d’accroître le rayonnement du savoir botanique dérivant de collections « which had for so many years been accumulating, but were still unknown to science »44.

  • 45 Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830, note 38.

22L’entreprise de transferts botaniques de Wallich peut donc être comprise comme autant de transactions entre structures institutionnelles et nationales engagées dans une concurrence sur le plan scientifique aussi bien qu’impérial. Le discours inter-étatique dans les mentions de remerciement fait aussi la promotion des régimes institutionnels de mise en valeur des données scientifiques. Adrien de Jussieu place le Jardin du Roi, actuel Muséum d’Histoire naturelle, en point d’aboutissement privilégié de cet ensemble de transferts non monnayés : « son herbier qui est au service de tous les savants de tous les pays n’a-t-il pas droit à une part dans la libérale distribution de la Compagnie des Indes ? C’est un dépôt qui a sur tous les autres l’avantage d’être public et par conséquent inaliénable »45. La diplomatie de la réception, en justifiant la validité de l’envoi, articule un discours sous-jacent sur les structures de l’accumulation des données qui met en concurrence certains centres de création du savoir, au premier rang desquels Londres et Paris.

  • 46 Sur la botanique comme canal de signalisation politique, cf. Drayton Richard, Nature’s Government, (...)
  • 47 Comparer avec le problème des rivalités et facilités d’accès au texte de la pierre de Rosette : Sav (...)
  • 48 BCMHN MS CRY n°525, Auguste Duvau à Nathaniel Wallich, Paris, 3 septembre 1829.

23Le remerciement formel est dès lors une occasion de préciser la portée de diffusion des données par les États éclairés (et rivaux) engagés dans la mise en valeur des tropiques. La coordination entre institutions de nations rivales autour des séries de données extraites de la nature devient, dans la reconnaissance publique du don, un enjeu de bon gouvernement46. Les gouvernements coloniaux comme les institutions métropolitaines et les naturalistes à leur tête (ainsi de la famille de Jussieu à Paris) convergent sur l’idée que les puissances éclairées sont en capacité de faciliter l’accès aux données47. « Some governments, and we are proud to name ours among the first, were always distinguished by the encouragment given to sciences », écrit ainsi le botaniste français Auguste Duvau en remerciement à Nathaniel Wallich en 1829 ; « it was your illustrious company’s to set forth an example of such useful communication. I feel very happy to be the first who experienced it, and in a paper about this subject [...] I tried to express the feelings of my countrymen and my own. »48

  • 49 BCMHN MS CRY n°527, Auguste Duvau à Nathaniel Wallich, Paris, 10 avril 1830.
  • 50 Voir note 43. « Whatever benefit the distribution may therefore have conferred on Indian Botany […] (...)
  • 51 Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830, note 38.

24Mais à une autre échelle, celle du réseau lui-même, les enjeux de coordination autour de la réception d’objets non monnayés posent des problèmes nouveaux. Car les destinataires, individuels comme institutionnels, dispersés dans plusieurs pays, ne se connaissent pas forcément entre eux. Le botaniste parisien Auguste Duvau écrit ainsi à Wallich qu’il a d’abord envisagé de s’adresser lui-même, « pour avoir des notes, aux différents correspondants auxquels vous faites des envois. Mais je n’en connais qu’une partie, et en général il me paraît bien plus naturel et bien plus sûr de vous prier de vouloir bien faire vous-même ces relevés, et de me les communiquer pour faire la liste de mon article. »49 Le don scientifique (fragmenté par nature) d’échantillons biologiques ne prend sa pleine signification qu’à l’échelle du réseau de transferts lui-même ; or les destinataires ne se connaissent pas tous. Le Calcutta Journal of Natural History, déjà évoqué, établit bien une liste de l’état des travaux entrepris par les botanistes bénéficiaires, qui donne un aperçu de la dimension véritablement internationale de l’entreprise de Wallich ; mais nous sommes au milieu des années 1840. Quand Wallich répartit ses plantes dix ans auparavant, le réseau tissé autour de l’ouverture scientifique des collections de Calcutta n’est pas transparent à lui-même. Ce problème est doublé par l’absence initiale (déjà relevée) d’un catalogue des échantillons qui pourrait constituer une base commune de vérification, et par la soustraction des collections à l’Inde sans qu’y demeure une série d’échantillons de référence, compliquant le travail des naturalistes sur le sous-continent50. Cela ne le simplifie en fait guère ailleurs : un Adrien de Jussieu recevant des spécimens en 1830, indépendamment de sa satisfaction, ne peut qu’essayer d’établir quel botaniste de ses connaissances serait « le plus prompt à débrouiller » telle ou telle famille de plantes51. La catégorie du don scientifique implique ainsi des problématiques nouvelles d’opacité du réseau d’échange à lui-même, mais aussi de comparaison des relevés (c’est le problème qui sous-tend, plus haut, la demande d’Auguste Duvau). Derrière se profilent des enjeux de coordination des nomenclatures de classification, et d’identification de la nouveauté dans la masse des spécimens.

25Qu’un discours de remerciements formel émerge peut donc aussi, dans ce contexte, être compris comme un canal (autant qu’une démonstration) de coordination. La reconnaissance formelle du don permet aussi une reconnaissance au sens exploratoire du terme : les parties concernées prennent connaissance de la portée du réseau d’échange. De ce point de vue, le discours diplomatique qui enveloppe la couche des échanges matériels peut fonctionner comme un mécanisme d’organisation pour les échanges de données non monnayés ; et son expression imprimée constituer l’un des axes de coordination manquants dans ce type de système de dons, par nature fragmentés.

Conclusion

26Les dons de plantes et de spécimens biologiques se situent donc à de multiples carrefours d’opportunités, qu’il s’agisse de la nécessaire coopération pour l’accès à des ressources dispersées, de l’acclimatation utilitaire, d’enjeux de détermination plus théoriques, ou bien de tout programme derrière lequel se profile en filigrane l’expansion ou la restauration de jardins botaniques dans les mondes extra-européens. Le don et la réception de plantes vivantes et de spécimens font l’objet d’un discours diplomatique indirect, de facture relativement nouvelle au XIXe siècle, dans un contexte crucial d’accumulation informationnelle par les États coloniaux et leurs institutions scientifiques. Ce discours diplomatique, qui gagnerait à être systématiquement étudié dans les protocoles de circulation comme dans l’imprimé attestant de la réception, se déploie aussi comme une occasion de mettre en évidence les capacités de coordination d’ensembles de données larges par les centres d’accumulation du savoir. Impulsés depuis les « marges » savantes, ces transferts ouvrent enfin la question de l'aptitude de réseaux trans-régionaux étendus à organiser des protocoles parallèles d'échanges, hors de la fonction institutionnelle nationale.

27Au-delà de l’expression d’une concurrence inter-étatique déplacée du terrain impérial vers le terrain savant, la fonction facilitatrice du discours diplomatique pour éclairer des systèmes complexes de transferts mérite d’être relevée. Elle résout en particulier certains des problèmes de coordination des réseaux de destinataires, dans des systèmes de transactions qui s’apparentent à une économie informelle. C’est la notion centrale de valeur que mobilise ici la fonction diplomatique, à la fois dans sa dimension symbolique de représentation interpersonnelle et en tant que clef de voûte des architectures scientifiques qui se développent au XIXe siècle. Les botanistes de Calcutta ne s’y sont pas trompés, qui greffent leurs propres systèmes d’offres et de demandes savantes sur ce qui est aussi un vecteur d’interaction entre administrations impériales concurrentes.

28La valeur du don de spécimens biologiques, pour autant, reste profondément élusive, y compris au sein des réseaux savants engagés dans la construction de systèmes taxonomiques qu’elle concerne en premier. Il est notoirement difficile de situer l’intérêt du spécimen – du spécimen en tant que « pièce » – dans les architectures scientifiques alors en plein développement.

Top of page

Bibliography

Biagioli Nicole, « Dites-le avec des fleurs : le code symbolique floral ou comment construire les émotions en discours en se passant des mots », Semen, 35, 2013.

Bazin Laurent et Louveau Frédérique, « Efflorescences anthropologiques », Journal des anthropologues, 128-129, 2012, p. 9-16.

Becker Audrey, Dieu, le souverain et la cour : stratégies et rituels de légitimation du pouvoir impérial et royal dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, Bordeaux : Ausonius, 2022.

Bellégo Marine, Enraciner l’empire : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta, 1860-1910, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 2021.

Bennett Alison, 2021, « British Material Diplomacy in Precolonial Uganda : The Gift Exchanges of John Hanning Speke, 1860-1863 », The Hague Journal of Diplomacy, vol. 16, 2021, p. 166-174.

Belozerskaya Marina, The Medici Giraffe : And Other Tales of Exotic Animals and Power, Boston, Brown and Company, 2006.

Biedermann Zoltán, Gerritsen Anne et Riello Giorgio (dir.), Global Gifts : The Material Culture of Diplomacy in Early Modern Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

Blais Hélène, L’empire de la nature : une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe – années 1930), Paris, Champ Vallon.

Brummell Paul, Diplomatic Gifts : a History in Fifty Presents, Londres, Hurst, 2022.

Brummell Paul, « Mangoes on the Move : the Mango as a Diplomatic Gift », Dublin Gastronomy Symposium, 2022.

Cassidy-Geiger Maureen, Fragile Diplomacy, New Haven, Yale University Press, 2007.

Cook Alexandra, « Botanical Exchanges : Jean-Jacques Rousseau and the Duchess of Portland », History of European Ideas, 33, n° 2, 2007, p. 142-156.

Couto Dejanirah et Péquignot Stéphane (dir.), Les langues de la diplomatie, Rennes, PUR, 2017.

Daston Lorraine, « Type Specimens and Scientific Memory, » Critical Inquiry, vol. 31, n°1, 2004 p. 153-182.

Easterby-Smith Sarah, Cultivating Commerce : Cultures of Botany in Britain and France, 1760-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

Easterby-Smith Sarah, « Reputation in a box. Objects, communication and trust in late 18th century botanical networks ». History of Science, Vol. 53, n°2, 2015, p. 180-208.

Easterby-Smith Sarah, « On Diplomacy and Botanical Gifts : France, Mysore and Mauritius in 1788 », in Batsaki Yota, Burke Cahalan Sarah, Tchikine Anatole, The Botany of Empire in the Long Eighteenth Century, Washington D. C., Dumbarton Oaks, 2016, p. 173-212.

Endersby Jim, Imperial Nature : Joseph Hooker and the Practices of Victorian Science, Chicago, University of Chicago Press, 2008.

Fara Patricia, Sex, Botany and Empire : the Story of Carl Linnaeus and Joseph Banks, Cambridge, Icon Books Ltd, 2017.

Félicité Indravati (dir.), L’identité du diplomate, Moyen âge-XIXe siècle : métier ou noble loisir ? Paris, Classiques Garnier, 2020.

Genin Vincent, Osmont Matthieu, et Raineau Thomas, Réinventer la diplomatie : sociabilités, réseaux et pratiques diplomatiques en Europe depuis 1919, Bruxelles, Peter Lang, 2016.

Heath Ekaterina, « Joseph Banks and British Botanical Diplomacy », Australian Garden History, vol. 30, n°3, janvier 2019, p. 16-19.

Heath Ekaterina, « Sowing the Seeds of Strong Relations : Seeds and Plants as Diplomatic Gifts for the Russian Empress Maria Fedorovna », EMAJ special edition, « Cosmopolitan Moments : Instances of Exchange in the Long Eighteenth Century », 2017.

Jansson Maija, « Measured Reciprocity : English Ambassadorial Gift Exchange in the 17th and 18th Centuries ». Journal of Early Modern History 9, n° 3, 2005, p. 348-370.

Keogh Luke, « The Wardian case : how a simple box moved the plant kingdom », Arnoldia, vol. 74, n°4, 2017, p. 2-13.

Lapavitsas Costas, « Commodities and Gifts : Why Commodities Represent More than Market Relations », Science and Society, Vol. 68, n°1, 2004, p. 35-56.

Leira Halvard et Neumann Iver B., « Beastly Diplomacy », The Hague Journal of Diplomacy 12, n° 4, 2017, p. 337-359.

Lloret Sylvain, « Du négoce en diplomatie. Édouard Boyetet à la croisée des mondes marchands et diplomatiques (1772-1784) », in Félicité Indravati (dir.), L’identité du diplomate, Moyen âge-XIXe siècle : métier ou noble loisir ? Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 75-88.

Martin Susan K., « Apples for Apples : Garden Gifts, Plant Acquisition and Exchange in Nineteenth century Australia », Garden History, Vol. 39, n°1, 2011, p. 109-123.

Mauduit Xavier, « La diplomatie de la girafe. Pour le prince, des animaux pour cadeaux », « Le cours de l’histoire », France culture, 13 décembre 2022.

McCook Stuart, « ‘Squares of Tropic Summer’ : The Wardian Case, Victorian Horticulture, and the Logistics of Global Plant Transfers, 1770–1910 », in Manning Patrick et Rood Daniel (dir.), 2016, Global Scientific Practice in an Age of Revolutions, 1750-1850, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Nelson Charles, « From tubs to Flying Boats: Episodes in Transporting Living Plants », in MacGregor Arthur (dir.), 2018, Naturalists in the Field: Collecting, Recording and Preserving the Natural World from the Fifteenth to the Twentieth Century, Leiden, Boston, Brill, 2018, p. 578-606.

Rose Edwin, Managing Nature in the Age of Enlightenment : The Practice of Natural History in Britain, 1760-1820, 2020, Université de Cambridge, sous la direction de James Secord, doi:10.17863/CAM.62155.

Seaton Beverly, The Language of Flowers : a History, Charlottesville, Londres, University Press of Virginia, 1995.

Weiss Ehud, Mahler-Slasky Yael, Melamed Yoel, Lederman Zvi, Bunimovitz Shlomo, Bubel Shawn, and Manor Dale, « Foreign Food Plants as Prestigious Gifts : The Archaeobotany of the Amarna Age Palace at Tel Beth-Shemesh, Israel », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 381, 2019, p. 83-105.

Zemon Davis Natalie, The Gift in Sixteenth-Century France, Madison, University of Wisconsin Press, 2000.

Zhao Bing趙冰et Simon Fabien, « Les cadeaux diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles. Pratiques et enjeux », Extrême-Orient Extrême-Occident, 43, 2019, p. 5-24.

Top of page

Notes

1 Zhao Bing 趙冰 et Simon Fabien, « Les cadeaux diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles. Pratiques et enjeux », Extrême-Orient Extrême-Occident, 43 (2019), p. 5-24.

2 Cassidy-Geiger Maureen, Fragile Diplomacy, New Haven, Yale University Press, 2007.

3 Bazin Laurent et Louveau Frédérique, « Efflorescences anthropologiques », Journal des anthropologues, 128-129, 2012, p. 9-16 ; Biagioli Nicole, « Dites-le avec des fleurs : le code symbolique floral ou comment construire les émotions en discours en se passant des mots », Semen, 35, 2013 ; Seaton Beverly, The Language of Flowers : A History, Charlottesville, Londres, University Press of Virginia, 1995.

4 Brummell Paul, Diplomatic Gifts : a History in Fifty Presents, Londres, Hurst, 2022

Brummell Paul, « Mangoes on the Move : the Mango as a Diplomatic Gift », Dublin Gastronomy Symposium, 2022 ; Belozerskaya Marina, The Medici Giraffe : And Other Tales of Exotic Animals and Power, Boston, Little, Brown and Company, 2006 ; Becker Audrey, Dieu, le souverain et la cour : stratégies et rituels de légitimation du pouvoir impérial et royal dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, Bordeaux, Ausonius, 2022.

5 Zemon Davis Natalie, The Gift in Sixteenth Century France, Madison : University of Wisconsin Press, 2000, p. 110.

6 Biedermann Zoltán, Gerritsen Anne et Riello Giorgio (dir.), Global Gifts : The Material Culture of Diplomacy in Early Modern Eurasia, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

7 Blais Hélène, L’empire de la nature : une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe – années 1930), Paris, Champ Vallon, 2022 ; Bellégo Marine, Enraciner l’empire : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta, 1860-1910, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 2021.

8 Easterby-Smith Sarah, Cultivating Commerce : Cultures of Botany in Britain and France, 1760-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

9 Zhao Bing 趙冰 et Simon Fabien, « Ibid. ».

10 Lapavitsas Costas, « Commodities and Gifts : Why Commodities Represent More than Market Relations », Science and Society, Vol. 68, n°1, 2004, pp. 35-56.

11 Heath Ekaterina, « Sowing the Seeds of Strong Relations : Seeds and Plants as Diplomatic Gifts for the Russian Empress Maria Fedorovna », EMAJ special edition, « Cosmopolitan Moments : Instances of Exchange in the Long Eighteenth Century », 2017.

12 Heath Ekaterina, « Joseph Banks and British Botanical Diplomacy », Australian Garden History, vol. 30, n°3, janvier 2019, p. 16-19.

13 Kew Gardens, Kew Record Book 1804-1826, Kew Record Book 1828-1947.

14 KGLA MR/225 : Calcutta Botanic gardens, 1830-1928 : Annual report for the year 1877-78.

15 Nelson Charles, « From tubs to Flying Boats: Episodes in Transporting Living Plants », in MacGregor Arthur (dir.), 2018, Naturalists in the Field : Collecting, Recording and Preserving the Natural World from the Fifteenth to the Twentieth Century, Leiden, Boston : Brill, 2018, p. 578-606.

16 Easterby-Smith Sarah, « Reputation in a box. Objects, communication and trust in late 18th century botanical networks ». History of Science, Vol. 53, n°2, 2015, p. 180-208.

17 Endersby Jim, Imperial Nature : Joseph Hooker and the Practices of Victorian Science, Chicago : University of Chicago Press, 2008, p. 60, McCook Stuart, « ‘Squares of Tropic Summer’ : The Wardian Case, Victorian Horticulture, and the Logistics of Global Plant Transfers, 1770–1910 », in Manning Patrick et Rood Daniel (dir.), Global Scientific Practice in an Age of Revolutions, 1750-1850, University of Pittsburgh Press, Pittsburgh, 2016, p. 199–215.

18 Fara Patricia, Sex, Botany and Empire : the Story of Carl Linnaeus and Joseph Banks, Cambridge : Icon Books Ltd., 2003, p. 137.

19 Daston Lorraine, « Type Specimens and Scientific Memory, » Critical Inquiry, vol. 31, n°1, 2004 p. 153-182.

20 Rose Edwin, Managing Nature in the Age of Enlightenment : The Practice of Natural History in Britain, 1760-1820, 2020, thèse de doctorat, Université de Cambridge, sous la direction de James Secord, doi:10.17863/CAM.62155.

21 British Library, India Office Records, IOR/P/188 : 1875 (Feb. 10), File n°6, Proc. 55, p. 3-5 : Rules for the sale and distribution of plants and seeds from the Royal Botanic Garden, Calcutta.

22 Jardin botanique de Calcutta, Plantes et graines, JBC/PG 1899 : Free pass for shipping, 30th May 1899; JBC/PG 1898 : Ganja supply to Imperial Institute, London.

23 Jardin botanique de Calcutta, Administration, JBC/A 1909-1912 : Annals of the Botanic Garden, 30th July 1909.

24 Beccari Odoardo, 1908, Asiatic Palms – Lepidocaryeae, Part 1: the Species of Calamus, Calcutta : Printed at the Bengal Secretariat Press.

25 Thothathri K., Basak R.K., « Nathaniel Wallich (1786-1854) and his contributions to the botany of India and neighbouring countries », Bulletin of the botanical survey of India, vol. 31, n°1-4, 1989, p. 1-27.

26 Contrairement à certaines pratiques émergentes dans les milieux naturalistes de monétisation des échanges de spécimens. Archives of the Linnean Society of London, Smith Correspondence, L’Héritier à Smith 5.87, Paris, 7 août 1788.

27 La répercussion de cette initiative dans la presse est remarquable puisqu’elle atteint des pays comme les États-Unis. La presse scientifique américaine est instruite en 1830 de la distribution, en cours, de Wallich. The American Journal of Science and Arts, vol. 18, juillet 1830, p. 370.

28 Drayton Richard, Nature’s Government. Science, Imperial Britain and the ‘Improvement’ of the World, Londres/New Haven, Yale University Press, 2000.

29 Bru Thérèse, Circulations scientifiques. Les naturalistes et leurs données entre les mondes britannique et français, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 8, 2017, p. 252-254.

30 Bibliothèque centrale du Muséum d’histoire naturelle de Paris (BCMHN), Desbassayns de Richemont à Wallich, Île Bourbon, 30 mai 1820, MS CRY 502 n°427.

31 BCMHN MS CRY 502 n°429 Desbassayns de Richemont à Wallich, St Gilles, Île Bourbon, 8 septembre 1821.

32 Les transferts botaniques procèdent souvent par l’emploi de « doubles », instances multiples d’une même espèce, répondant à la fois à des enjeux de conservation, de répartition, et d’analyse du matériel. Endersby Jim, Imperial Nature : Joseph Hooker and the practices of Victorian Science, op. cit., p. 140.

33 Idem, note 31.

34 Plusieurs récipiendaires le réclament. La norme est d’accompagner l’envoi d’un système (liste, livre) auquel se référer pour établir les noms des espèces. Wallich édite un catalogue des plantes de l’EIC en 1828.

35 Nathaniel Wallich à William Jackson Hooker, 13 février 1830, Royal Botanic Gardens Kew, Directors’ Correspondence 52/69. Robert Wight à William Jackson Hooker, 25 avril 1832, Royal Botanic Gardens Kew, Directors’ Correspondence 52/159a.

36 Wight, d’abord réticent, se rallie ensuite au projet de Wallich en mentionnant explicitement Madras.

37 Voir note 44.

38 BCMHN MS CRY 504 n°870, Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830.

39 Rudwick Martin, Bursting the Limits of Time : The Reconstruction of Geohistory in the Age of Revolution, Chicago, Chicago University Press, 2007, p. 257, note 10.

40 BCMHN MS CRY 1970 n°432, Nathaniel Wallich à Brongniart, Londres, 27 mars 1832. La seule demande explicite de Wallich est la restitution de quelques spécimens marqués « to be returned », uniques et devant reprendre leur place dans l’herbier de l’EIC.

41 Easterby-Smith Sarah, « Recalcitrant Seeds : Material Culture and the Global History of Science », Past and Present, Vol. 242, novembre 2019, p. 215-242.

42 BCMHN MS CRY n°433 Nathaniel Wallich à Cuvier, Londres, 21 avril 1832.

43 Nathaniel Wallich à William Jackson Hooker, Londres, 15 décembre 1829, Royal Botanic Gardens, Kew, Directors’ Correspondence 52/64; Londres, 13 février 1830, Directors’ Correspondence 52/69.

44 « Correspondence. Letter from Dr Wight to J. McClelland, dated Coimbatore, 10th September 1845. Received through Dr. Wallich, October 1845 », « Note » et « Liste », Calcutta Journal of Natural History, vol. 6, 1846, p. 612-616. L’un des reproches formulés par Wight et relayé par le Journal de Calcutta est l’absence, dans la politique de distribution, de conservation d’un jeu de données pour l’Inde elle-même, « thus leaving the Indian botanist without any clue whatever as to the plants distributed ».

45 Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830, note 38.

46 Sur la botanique comme canal de signalisation politique, cf. Drayton Richard, Nature’s Government, op. cit.

47 Comparer avec le problème des rivalités et facilités d’accès au texte de la pierre de Rosette : Savoy Bénédicte, « Objet d’observation et d’intelligence. La pierre de Rosette entre Paris, Londres et Le Caire, 1799-1805 », in Bandau Anja, Dorigny Marcel (dir.), Les mondes coloniaux à Paris au XVIIIe siècle : circulation et enchevêtrement des savoirs, Paris, Karthala, 2010, p. 75-97.

48 BCMHN MS CRY n°525, Auguste Duvau à Nathaniel Wallich, Paris, 3 septembre 1829.

49 BCMHN MS CRY n°527, Auguste Duvau à Nathaniel Wallich, Paris, 10 avril 1830.

50 Voir note 43. « Whatever benefit the distribution may therefore have conferred on Indian Botany […] it has tied the hands of the Botanist in India ».

51 Adrien de Jussieu à Nathaniel Wallich, Paris, 2 avril 1830, note 38.

Top of page

References

Electronic reference

Marine Bellégo and Thérèse Bru, “La diplomatie botanique : don, troc et échange d’objets végétaux au XIXe siècle”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIX-3 | 2024, Online since 10 June 2024, connection on 23 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/12365; DOI: https://doi.org/10.4000/11vhg

Top of page

About the authors

Marine Bellégo

LARCA, CNRS-UMR 8225, Université de Paris, 75013, Paris.

Marine Bellégo est maîtresse de conférences en histoire britannique à l’Université Paris Cité et au LARCA (UMR 8225). Elle est spécialiste d’histoire des sciences et d’histoire environnementale et a publié une monographie sur le jardin botanique de Calcutta au XIXe siècle (2021).

Thérèse Bru

Chercheuse associée à l’IDHES, CNRS-UMR 8533.

Thérèse Bru est docteure en histoire et chercheuse associée à l’IDHES. Spécialiste de l’histoire du naturalisme et de l’histoire des milieux savants aux XVIIIe et XIXe siècle, elle a particulièrement étudié les phénomènes de circulation d’objets et de données scientifiques dans ces milieux.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search