Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Claire HANCOCK, Paris et Londres au XIXe siècle : Représentations dans les guides et récits de voyage

Paris : CNRS Editions (collection Espaces et Milieux), 2003
François Poirier
Bibliographical reference

Claire HANCOCK, Paris et Londres au XIXe siècle : Représentations dans les guides et récits de voyage. Paris : CNRS Editions (collection Espaces et Milieux), 2003, 358 p. ISBN 2-271-06132-6. ISSN 1269-701X. 37,00 €.

Full text

  • 1 Paul GERBOD, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques du XVI (...)
  • 2 Richard THOLONIAT, Londres vue par les voyageurs français au XIXe siècle (1814-1914), thèse pour le (...)
  • 3 Jacques GURY (dir.), Le voyage outre-Manche : Anthologie de voyageurs français de Voltaire à Mac Or (...)
  • 4 Jean M. GOULEMOT, Paul LIDSKY, Didier MASSEAU (dirs.), Le voyage en France : Anthologie des voyageu (...)
  • 5 Michel de CERTEAU, L’invention du quotidien (1980), Paris : Le Seuil, 1990, 352 p.

1Voici un ouvrage, issu d’une thèse de géographie soutenue en 1997, qui parvient au terme du parcours d'obstacle qu'implique toute édition d’une recherche originale sur le monde anglophone. Il traite d’un sujet que d’autres ont déjà abordé, par exemple Paul Gerbod1 ou Richard Tholoniat2, ou encore l’anthologie de Jacques Gury3 ou celle de Jean Goulemot et ses collègues4, ainsi que le n° 4, vol. VIII, de la Revue française de civilisation britannique. Mais le sujet est loin d’être épuisé. Au contraire, on a le sentiment qu’il ouvre un type de problématique que l’on commence tout juste à explorer sérieusement, et qui interpelle toutes les disciplines de sciences humaines et sociales. Dès lors que l’on accepte l’idée qu’aucune société ne se développe dans l’isolement d’une expérience in vitro, force est d’envisager la façon dont les différentes cultures s'influencent l’une l’autre, s’observent et se combattent, s’imitent et se différencient. Dans l’ensemble planétaire, certains couples se forment de façon durable : ainsi du couple franco-britannique, qui commence avec la conquête de 1066 et n'est pas encore au bout de son histoire mouvementée. La difficulté, c’est d’évaluer comment les échanges entre deux sociétés pareilles laissent ou non des traces profondes, comme ils contribuent aux constructions identitaires individuelles qui cimentent les constructions nationales. S’il faut mesurer les échanges concrets d'hommes et de marchandises, force est de mesurer leur impact dans le monde évanescent des représentations. Et c’est pourquoi, toute géographe qu’elle soit, Claire Hancock commence son ouvrage par une inversion de la proposition de Michel de Certeau. Celui-ci, dans sa méthode anthropologique, proposait de vérifier le véritable sens des représentations par une observation des pratiques sociales5. Ici, au contraire, Claire Hancock propose d’étudier les pratiques sociales à partir d’une analyse de leurs représentations et, qui plus est, de leurs représentations croisées entre deux cultures. Pour ne pas se noyer dans un impossible océan, l’étude se limite aux deux capitales, rivales et amies tout au long du XIXe siècle, comme métonymie des pouvoirs politiques et des cultures actifs à l’échelon national.

2La promesse de l’ouvrage est tenue, même si, ici ou là, sa lecture donne l’impression que la recherche présentée a fait l’impasse sur quelques sources, ou quelques aspects de ces sources. Ainsi l’auteure commente-t-elle son usage des guides de voyage en affirmant que, destinés aux classes aisées, ils n’explorent pas les quartiers pauvres (p. 25) — ce n’est pas vrai, par exemple, du guide Conty, pourtant cité dans la bibliographie, ni de quelques autres, cités ou non. D’une façon générale, d’ailleurs, on peut s’étonner que les sources recensées soient en nombre à ce point inférieur à celles de la thèse de Tholoniat, qui ne traite pourtant que la moitié francotrope du sujet, et se sentir un peu gêné de voir que, depuis la thèse, les références possibles n'ont pas été mises complètement à jour, ne serait-ce qu’en utilisant le regroupement en ligne que propose le CRIDAF6. Mais on ne peut guère faire grief à l’auteure des lenteurs probables de l’édition en France.

3En conclusion, Claire Hancock estime que la différenciation nationale dans le discours sur la ville, perceptible dans la période qu’elle a étudiée, explique bien des différences réelles de la structuration urbaine, telles qu’on peut aujourd’hui encore les percevoir.

4Il reste donc un ouvrage tout à fait stimulant, riche de citations savoureuses et de descriptions rigoureuses, qui souligne parfaitement l’inégalité de la relation franco-britannique à l'époque où le Royaume-Uni est la superpuissance planétaire, tandis que la France joue le rôle d'un lointain second. Comment cette inégalité est à la fois intériorisée par les deux parties, et combattue par les tenants de l’Hexagone, c’est que je laisse au lecteur le soin de découvrir.

5Enfin, le traitement d’un ensemble de sources complexes donne au lecteur matière à réfléchir sur quelques difficultés méthodologiques : comment manier le récit de voyage avec les précautions nécessaires? Comment faire la part de la projection identitaire de l’auteur cité et de la vérité de sa relation ? Comment évaluer le rôle idéologique que joue la diffusion de ce type d’ouvrages ? Autant de questions qu’il est bon de continuer à explorer, car elles sont nécessairement au cœur de la démarche de ceux qui, comme nous-mêmes, effectuent depuis un pays un travail d’enseignement et de recherche sur un autre.

Top of page

Notes

1 Paul GERBOD, Voyage au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques du XVIIIe siècle à nos jours, Paris : Albin Michel, 1991, 245 p.; Les voyageurs français à la découverte des îles Britanniques. Paris : L’Harmattan, 1995, 201 p.

2 Richard THOLONIAT, Londres vue par les voyageurs français au XIXe siècle (1814-1914), thèse pour le doctorat d’État, Université Lyon II, février 1993, 1040 p.

3 Jacques GURY (dir.), Le voyage outre-Manche : Anthologie de voyageurs français de Voltaire à Mac Orlan du XVIIIe au XXe siècle, Paris : Laffont (Bouquins), 1999, 1216 p.

4 Jean M. GOULEMOT, Paul LIDSKY, Didier MASSEAU (dirs.), Le voyage en France : Anthologie des voyageurs européens en France, Paris : R. Laffont (Bouquins), vol. 1, 1995, xxvi+1148 p. ; vol. 2, 1997, xvii+1282 p.

5 Michel de CERTEAU, L’invention du quotidien (1980), Paris : Le Seuil, 1990, 352 p.

6 http://www.univ-paris13.fr/cridaf/voyages.htm

Top of page

References

Electronic reference

François Poirier, « Claire HANCOCK, Paris et Londres au XIXe siècle : Représentations dans les guides et récits de voyage », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XII-3 | 2003, Online since 01 September 2003, connection on 24 September 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfcb/1616

Top of page

About the author

François Poirier

Université Paris XIII

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • OpenEdition Journals