Skip to navigation – Site map
Book Reviews

Compte-rendu de l’ouvrage L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle de Julie Le Gac et Fabrice Virgili,

Michel Prum
Bibliographical reference

Julie Le Gac et Fabrice Virgili (dir.), L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, Perrin, 2017, 351 p.

Full text

1Il est toujours utile de revenir aux textes, en particulier aux grands textes fondateurs, et, si possible, de les lire ou les relire en langue originelle ou, du moins ‒ si on ne maîtrise pas cette langue ‒ en version bilingue, avec possibilité de vérifier tel ou tel passage de la traduction. C’est pourquoi l’anthologie dirigée par Julie Le Gac et Fabrice Virgili, sous le nom de L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle, Recueil pour une histoire du genre en VO, est tout à fait bienvenue. Ce petit volume nous donne près de 80 extraits, en français, anglais, allemand, espagnol, portugais, italien, russe, mais aussi en albanais, grec, latin, néerlandais, polonais, roumain, serbo-croate, suédois, turc et yiddish. Un tel florilège plurilinguistique n’existait pas et il faut bien sûr saluer cette précieuse contribution à l’histoire des femmes et du genre en Europe à l’époque contemporaine. L’ouvrage est accompagné de nombreuses illustrations dont un quatre-pages central en couleurs. En fait, plus que des « illustrations », ce sont de véritables contributions, commentées au même titre que les textes. Les textes sont, pour certains, des extraits d’ouvrages majeurs qui ont « fait » l’histoire des femmes et du genre, comme A Vindication of the Rights of Woman (1792) de Mary Wollstonecraft ou Le Deuxième sexe (1949) de Simone de Beauvoir. Mais on trouve aussi des documents qui ne sont pas des textes d’auteure, comme l’annonce, sur churchofengland.org, de la nomination en 2014 de la première femme évêque de l’Église d’Angleterre, Libby Lane, Bishop of Stockport. On peut lire aussi des déclarations antiféministes, à l’instar de l’extrait de Sexe et caractère (1903) de l’Autrichien Otto Weininger, thuriféraire de la domination masculine et de l’antisémitisme, ou de l’encyclique papale Humanae vitae de Paul VI (1968) dénonçant la contraception orale (c’est le texte en latin). Le livre est une anthologie de l’histoire du genre, non de l’histoire du féminisme. L’ensemble des documents sont accompagnés d’une présentation et d’un éclairage permettant de les replacer dans leur contexte et d’en faciliter la compréhension. L’agencement des documents n’est pas chronologique, mais s’articule autour d’onze chapitres, comme la science, l’art, la religion ou la guerre. Outre le fait de mettre à disposition en bilingue des documents parfois difficiles d’accès, le recueil permet à la lectrice ou au lecteur qui parcourt ces pages en continu d’obtenir une vision d’ensemble, par effet cumulatif, et de comparer, de faire dialoguer ces textes ou ces iconographies, et parfois d’en saisir les filiations.

2Parmi les documents britanniques ou irlandais (notre collègue du CRECIB Myriam Boussahba-Bravard fait partie du noyau dur qui a « pensé, coordonné et réalisé » cet ouvrage), on notera les noms de Mary Wollstonecraft (déjà citée), William Thompson, Florence Nightingale, Marie Stopes, Jane Stuart Wortley, Virginia Woolf et Hertha Marks Ayrton (cette dernière figurant ici non comme auteure : l’extrait donné est un texte rédigé à la mémoire de cette illustre scientifique). Citons encore les interventions des représentantes britanniques au quatrième congrès de l’Alliance internationale pour le suffrage féminin à Amsterdam (1908). Enfin deux auteurs hâtivement classés « Royaume-Uni » sont en fait l’une sud-africaine (Olive Schreiner) et l’autre américain (Benjamin Spock).

3On regrettera la brièveté des extraits ‒ mais pouvait-il en être autrement pour un ouvrage de grande diffusion, de 350 pages, dont on ne peut attendre l’exhaustivité d’un épais ouvrage universitaire ? En revanche, une présentation plus substantielle que les trois pages de l’« introduction générale » aurait permis de mieux lier la multitude des documents très divers proposés ici et aurait donné à l’ensemble une plus grande cohérence et une meilleure intelligibilité, d’autant plus que les introductions de chapitre sont, elles aussi, particulièrement courtes (une petite page).

4Il n’en demeure pas moins que ce recueil, issu de la collaboration de l’association Mnémosyne et du groupe « Genre et Europe » du laboratoire « Écrire une nouvelle histoire de l’Europe », est une contribution hautement appréciable pour qui s’intéresse aux relations sociales de sexe sur notre continent. Pour finir, notons l’excellente iconographie de couverture, empruntée aux archives culturelles prussiennes : Une femme reporter photographiant Berlin en 1910. Cette anthologie multilingue peut être vue elle-même comme une photographie de l’histoire des Européennes, riche d’enseignements pour notre XXIe siècle et ses combats futurs.

Top of page

References

Electronic reference

Michel Prum, « Compte-rendu de l’ouvrage L’Europe des femmes, XVIIIe-XXIe siècle de Julie Le Gac et Fabrice Virgili,  », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIII-1 | 2018, Online since 20 March 2018, connection on 17 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfcb/1811 ; DOI : 10.4000/rfcb.1811

Top of page

About the author

Michel Prum

Université Paris Diderot

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • OpenEdition Journals